Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 février 2008

Philippe Pascale... duo éphémère!

a79a66883db5ac49cab8ae219814f09f.jpg 

A chaque fois que je parle de rockeurs, ici, je me fais allumer gentiment par mes potes « puristes » en la matière…

Pfff… ça du rock ? Des usurpateurs, oui !

Bon, je schématise un peu, mais que Fishturn, e-cedric et autres Boronali ne se sentent pas visés, hein (ce serait pourtant fort justifié !).

 

958a5280fa47011ca49f12648ced866f.jpgDans le Tout Petit Déjà de cette semaine, je reviens sur ma rencontre avec Philippe Pascal.

Oui, le Philippe Pascal, ex-leader et figure emblématique des groupes Marquis de Sade et Marc Seberg.

Ça vous en bouche un coin, hein ?

Allez, dites-le !6a2a71c9afb0c92dafc48e3a0de11344.jpg

Quoi ? Vous ne connaissez pas ce monstre de la scène rennaise? Z’êtes trop jeune ou alors, vous n’avez jamais aimé la new wave crépusculaire française (j’adore ma définition… quelqu’un peut trouver mieux ?).

C’était le 12 avril 1994. J’étais l’un des « Monsieur Loyal » de la FNAC de Strasbourg. Ce jour là, je recevais le duo Philippe Pascale.

Il y avait donc Philippe Pascal et sa compagne d’alors, Pascale Le Berre (ex clavier de Marc Seberg).

2b9a0b24bd194effea5a725450bad758.jpgAprès le split de Marc Seberg, Philippe et Pascale partent au Maroc. Une opportunité de faire un festival les pousse à répéter avec des musiciens locaux. Ils jouent alors devant 6000 personnes le 1er décembre 1990 à Casablanca. Ce concert est un concert de soutien à  l’Association marocaine de Lutte contre le Sida. En 1994, le premier album de Philippe Pascale sort sous le même nom. Ils font quelques concerts, mais le disque ne marche pas.

Un clip de cette période.

 

La maison de disque Virgin, arrête très vite les frais.

Amen !

049465c42568bbeecdf87941fe0ceb8d.jpg
Je vous avoir eu les chocottes avant d’entamer cette rencontre en public.

Cet auteur baudelairien au physique expressionniste m’impressionnait. Je ne sais pas, j’avais un a priori. Un type dont les mots ont toujours été d’un romantisme automnal, servi par un lyrisme vibrant, un comportement scénique outrancier, ne pouvait être que difficile à gérer.

316cae56c285384cc39b272f154825b2.jpg
641bfdbfc9d42bfa8c0dffb2cbbd8a6c.jpg

Mais, non. Philippe Pascal était juste un peu las. Peu motivé pour défendre son duo, mais il a joué le jeu. Répondu poliment et interprété quelques chansons de son album assis, peinard. Il n’a pas sué, ce jour-là…

cd414027bcf028f80048746448d63e32.jpg

Aujourd'hui, Philippe Pascal continue sa vie musicale avec un autre groupe. Les Blue Train Choir.

A découvrir ici.

Mais j’ai regretté le temps de Marquis de Sade.

Tenez, un extrait de Chorus datnt de l'année 1979, où on les voit en concert…

Mais avant, une chronique disque amusante à regarder avec le recul.

Vous reconnaîtrez Antoine Decaunes et Jacky.

Vous voulez un peu de Marc Seberg pour égayer votre dimanche.

Soit.

Voilà!

Merci de ne pas sauter par la fenêtre après écoute.

10 février 2008

Nino Ferrer... l'indémodable! (2eme version!)

339dc807f2a3ea712db98690abdc169b.jpg

Ce Tout petit déjà dominical date de décembre 2006. Je la repropose car je suis un peu plus lu qu'à l'époque...

Passer de 3 visites uniques par semaine à 34.000 visites uniques par jour, je pense que je peux me permettre de considérer que cette note est, éventuellement, passée inaperçue.

(Un blogueur doit gonfler ses stats, c'est la moindre des choses).

(Quoi? Raisonnablement? Ah bon! Mais, je ne suis jamais raisonnable, moi.)

Mais, bon, j'ai ajouté des photos et un clip. 

Il s'agit là, d'un hommage à un chanteur qui a bercé mon enfance.

Je l'ai rencontré le 29 octobre 1986.

Nino Ferrer vivait alors dans une caravane à Pantin.

Il jouait sa propre comédie musicale pour enfants, "l'Arche de Noé", montée à Paris au théâtre de l'Unité. Auteur des musiques, il y interprètait Dieu ! Le spectacle a plutôt bien marché et a attiré jusqu'à 200.000 spectateurs.

3051c2b76f7008df4101c69e69f7e9cd.jpg

Il n’aimait pas trop les journalistes mais, j’étais si jeune et enthousiaste qu’il s’est laissé amadouer. Et puis, je travaillais alors pour la radio de Daniel Guichard (Radio Bocal). Ils étaient peut-être potes? Je ne sais pas, peut-être pas.

24da582a49daf397b5b3be3bab2d2e5b.jpg
medium_ferrer_3.jpg

Un jour cette dépêche est tombée dans toutes les rédactions :

25/08/1998 -  C'est au milieu d'un champs de blé à quelques kilomètres de chez lui dans le sud-ouest de la France, que le chanteur Nino Ferrer a choisi de se donner la mort jeudi 13 août, deux jours avant son 64ème anniversaire. Retiré du spectacle dès les années 70, il avait ponctué une carrière en dents de scie de tubes majeurs du répertoire français.

Quelques chanteurs lui ont rendu hommage il y a trois ans avec un disque formidable: On dirait Nino.

Ce mal compris du milieu reste aujourd’hui indémodable…

2ce9a2df6a0023a86a83a393534faca0.jpg

Pour finir, un joli moment de télévision...

Le Sud.

Une grande chanson.

03 février 2008

Un étranger nommé Burnel...

9e327dd533cdc06da73c5297d704335b.jpg 

Des débuts en 1975 avec Patti Smith à l’apparition provocatrice en pleine période punk avec les singles Get a grip on yourself, Peaches, et leur premier opus Rattus Norvegicus, les Stranglers ont marqué à leur manière les trois dernières décennies de l’histoire du rock.

891e65638ce233edf88a95e39a545052.jpg

A l’image de Down in the Sewer (viol d’un rat dans les égouts), du sexiste Sometimes ou de l’hymne No more heroes, les hommes en noir sont apparus comme autant de cavaliers de la Rédemption à l’imagerie volontairement sordide et maléfique.

dda392f7d8d68ff9ebd75602c360cf2a.jpg

Le Tout Petit Déjà d’aujourd’hui revient sur ma rencontre avec l’un des Stranglers. Le bassiste franco-britannique Jean-Jacques Burnel. Un peu une icône rock, quand même.

C’était le 7 mars 1993 dans une salle de concert de Strasbourg.

La Salamandre.

828c78ec8bc0f50990b7174ea94900d7.jpg

Les influences psychédéliques des Stranglers ont fini par déboucher par des titres plus "commerciaux" comme Golden Brown (81)

 

 

et Always the Sun (86).

 

 

Les puristes me tueront, c’est sûr, mais c’est un peu ma période préférée du groupe.

Je dois dire que je garde de cette interview un goût un peu amer. Les Stranglers n’étaient pas au top du succès à l’époque et j’ai ressenti une espèce d’aigreur dans les propos de Burnel.

6360982d0eb9163b1f9082de9f82e805.jpg

Une envie d’envoyer tout jeter (et tous, par la même occasion). De la mauvaise volonté dans ses réponses, des phrases très courtes, non développées, ce qui a eu pour conséquences de voir s’envoler ma batterie de questions, toutes plus judicieuses les unes que les autres (évidemment!). Moi, qui aime bien improviser selon les réponses, il ne m’en a pas laissé le loisir. Il a fallu que je lui tire les vers du nez. À tel point que je me suis demandé si ça venait de moi… mais, mon copain Christian English (ex-journaliste à RTL, désormais éditeur et, présentement, auteur des photos de l'interview) qui me succédait, m’a confirmé plus tard qu’il en avait été de même avec lui.

Ça a à voir avec une certaine rock’n’roll attitude, je pense.

En même temps, il ne m’a pas insulté, ni craché dessus, encore moins cassé la gueule, donc, disons que je m’en suis bien sorti.

970e95596f6faac3d5497cee70ce238f.jpg

Mais, les stars du rock, j’ai vite laissé tomber.

Même si j’en ai eu pas mal, hein… Phil Collins (voir sur ce site), Peter Gabriel, Al Jarreau (pas vraiment rock, je sais), Jim Kerr (le leader des Simple Minds), les Scorpions et quelques autres… ce n’est pas ce genre d’interviews que je préfère faire. (fère faire, c’est joli, non ?).

Ici, un entretien récent du monsieur et , il parle un peu plus de sa carrière solo...

13 janvier 2008

Catherine Ferry...

3c5bc9d47bde4a7d3baad2c0d4a3a104.jpg 

Parce que demain est un anniversaire que je n’aime pas.

Celui de la disparition de Daniel Balavoine.

Parce qu’à la suite de la publication de cette note, de nombreuses fans du chanteur m’ont contacté et immanquablement, j’ai eu le droit à cette question : « As-tu rencontré Catherine Ferry ? ».

Et bien oui, j’ai rencontré Catherine Ferry. Plusieurs fois. Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas fait de note plus tôt dans le Tout Petit Déjà dominical. Peut-être ai-je jugé que beaucoup de lecteurs ne la connaissaient pas et qu’elle n’allait pas être fédératrice ?

Je ne sais pas.

Quoi qu'il en soit, je rectifie le tir aujourd'hui, car cette chanteuse est quelqu’un dont j’ai suivi la carrière de près.

Petit rappel : Daniel Balavoine a été mon idole de jeunesse, je ne pouvais donc pas ne pas connaître l’existence de Catherine Ferry.

Elle a débuté en représentant la France au concours Eurovision de la chanson en 1976 avec 1, 2, 3. Dans les choeurs, vous reconnaîtrez le chanteur évoqué. (Je sais, c’est un peu kitch…)

 

 

 

Ce n’est pas un secret de dire qu’il n’y avait pas que de l’amitié entre eux…

d9eab7ad1000157b02804e5767474929.jpg
cee8a7cd5ad269001ede10a462122daf.jpg
b23ef87e6ec33fc99a03d4beceea026f.jpg
80da0c36c25ec0727164032b152be964.jpg
190677ba22a27362de056a8b2546f943.jpg

Daniel Balavoine a écrit la majeure partie de ces succès, parmi lesquelles : Bonjour, Bonjour, Grandis Pas, et Vivre avec la musique.

J’aime beaucoup cette vidéo (pas de très bonne qualité, je sais) car on y décèle beaucoup de tendresse entre les deux.

 

 

Celle-ci avec la présentation (sans concession de Daniel).

 

 

Et une dernière, pour la route… un hymne à la musique.

 

 

Je ne sais pas si ces chansons parlent à beaucoup, mais, personnellement, elles ont fait partie de ma vie d’adolescent…

Je ne vais pas raconter sa biographie ici, son site la résume parfaitement.

Quand Daniel est mort, il laisse inachevé le texte d'une chanson écrite à l'origine pour Frida du groupe Abba dont Catherine devait faire une version française. C’est Jean-Jacques Goldman qui reprendra le flambeau pour faire naître Quelqu'un quelque part.

Et c’est à l’occasion de la sortie du 45 tours que je l’ai rencontré pour la première fois.

Chez Tréma le 6 novembre 1986. Catherine Ferry était encore très affectée du départ prématuré de Daniel Balavoine.

J’étais très ému de l’interroger.

f07d43c1f2663d30dc4d999f8c4c1d9b.jpg
d2efaa4d6bd23c52ce8648da022aa101.jpg
785031a1ef360c4b5b7369b2028bdc2b.jpg

 

Quelques mois plus tard, je la revois lors de la première soirée organisée par la Fondation Daniel Balavoine à l’Olympia, le 23 avril 1987.

12ddacaed00e4ccbbbee3414516c048f.jpg
87d339ca3e59954c3cccaabddc28b64a.jpg

Je ne reviens pas sur la Fondation (devenue depuis Association) puisque ce sera l’objet de ma note de demain.

Enfin quelques semaines après, rendez-vous chez elle à Paris (à l’époque).

Le 10 novembre 1987.

Je crois que c’est mon copain Pascal Evans (aujourd’hui, peintre réputé), grand fan de Catherine Ferry, qui m’avait organisé ça, pour une émission que j’animais avec lui sur Radio Bocal (la radio de Daniel Guichard, dans laquelle j’ai travaillé un an).

Daniel Balavoine était encore très présent chez elle.

20ac263567f93fc75a21570326175f79.jpg
4326f6198112357f2b8ee755bc1dab4f.jpg

On sentait un peu son ombre qui planait dans la pièce, quand même…

 

Aujourd’hui, Catherine Ferry continue à faire quelques scènes. Elle a de nouvelles chansons (son MySpace) et ne désespère pas d’enregistrer un nouveau disque.

Elle a une belle voix.

Ce retour ferait plaisir à pas mal de gens.

Je crois.

Et puis, à chaque fois qu’une émission rend hommage au chanteur, elle devient une figure emblématique que l’on invite… Là, c'était l'année dernière pour le 20eme anniversaire de sa disparition.

 

 

Si Catherine Ferry lit cette note (je vais m’arranger pour), je lui dis que j’aimerais bien l’interroger de nouveau, des années après.

Pour parler d’elle, de ses projets, de sa vie d’aujourd’hui et de sa vision des choses, avec le recul.

Le message est passé.

(Tiens, je viens de repérer un Skyblog fort complet sur la chanteuse!

(Et son site officiel...)

05 janvier 2008

Didier Marouani... compositeur très spatial!

977d287e9195975b11ab28a4a0138f44.jpg 

Ce Tout Petit Déjà dominical est dédié aux nostalgiques du tout début de la musique électronique (et populaire) en France à la fin des années 70.

Jean-Michel Jarre n'était pas le seul précurseur... il y avait aussi Didier Marouani.

Le créateur et leader du groupe Space, dont voici les trois succès de l'époque.

 

 

Oui, bon, d’accord, ce Tout Petit déjà est surtout l’occasion de se dépayser une nouvelle fois. Retour en Guyane. Une fois n’est pas coutume (quel dicton complètement con !).

 

(Je fais un aparté… hier, j’ai reçu un mail, par le biais de mon blog, d’une fille que j’ai connue à Kourou dans ma prime jeunesse. Je ne sais pas comment elle est tombée sur moi. Je suppose, qu’il y a quelques indics chez mes amis guyanais qui viennent parfois ici. En tout cas, Isabelle, j’ai souvent pensé à toi et à ta sœur. Ravi de reprendre contacte avec toi).

(Et, juste, je constate que les amis que je retrouve, ce n’est jamais grâce à Face Book mais grâce à ce blog. Je n’en tire aucune conclusion.)

(J’aime beaucoup blablater sur des sujets qui n’ont rien à voir avec ma note du jour. Peut-être est-ce une astuce pour combler le néant abyssal qui est en moi pour commenter les photos du jour.)

(Je ne sais pas).

(Si, en fait).

(Sinon, ça va, vous ?)

(Non, parce que moi, ce n’est pas précisément la grande forme).

(Ce matin, je me suis levé à 4 heures. J’en ai profité pour lire le livre de Nicolas Cauchy De manière à connaître le jour et l’heure (c’est le titre, pas un but en soi) en intégralité. Très bon livre. Bien dérangeant, bien comme j’aime. Bien comme ça m’incite à mandoriser l’auteur.)

(Là, je vous explique. « On » me dit que je fais parfois trop de teasing. Soit. Là, je viens d’en faire un, mais il est déguisé.)

(C’était discret, non ?)

(Vous me dites, si vous voulez que je revienne à ma note initiale…)

4f27d33eb569805ec18bf46e9721e9d7.jpgDonc, aujourd’hui, je vais vous parler de Didier Marouani.

C’est quoi ce nom d’imprésario ?

Et surtout, qui est ce Didier Marouani ?

Oh la honte ! Vous ne connaissez pas ?

Pfff…

Ce musicien  a vendu plus de 8 millions d’albums avec son groupe Space. Les vidéos ci-dessus donc, qui sont quelques-uns de leurs tubes.

Il a été classé numéro un en Angleterre, aux États-Unis et dans d’autres pays, mais il a surtout fait carrière en URSS (voir le troisième clip).

Il est aussi le créateur du groupe Paris-France-Transit et le compositeur du générique de l’émission des frères Bogdanoff Temps X (je sais, un truc de dingue !)

Pour en savoir plus :

, c’est très complet comme biographie.

Tandis que là, l’auteur de cet article revient sur les années Space. 77f1b64c9d35e40a8bda23df8a29c17b.jpg

Moi, quand j’étais petit (je devais avoir 11 ans), j’aimais beaucoup Space. On peut presque dire que ce groupe-là a marqué mon enfance (en même temps j’écoutais Balavoine, Souchon, Trust, Taxi Girl et Téléphone, c’est dire si j’étais déjà bien hétéroclite dans mes choix musicaux).

Donc, rencontrer Marouani à Kourou était pour moi très important.

Il est venu faire la promo de son premier album solo.

Space Opéra.

Là, c’est à Radio Plus, la radio que je co-dirigeais. Le 17 juin 1988.

53e5bbb76531dd64e197af0366066c1a.jpg

Et rapidement, nous nous sommes appréciés.

Il était invité par une personne que je connaissais bien. J’ai, pour ainsi dire, passé quelques jours avec lui.

Là, c’est au JM club, boîte de nuit à la mode du vieux bourg de Kourou. (Le même jour qu’à Radio Plus).

869b09faedb1013f247554becebaaddb.jpg

Et puis, nous sommes partis ensemble une journée à l’île Royale, l’une des 3 îles du Salut.

Le  18 juin 1988.

Dans la navette Kourou-Ile Royale.

cc84fe30d7184a00944c99e2a0e97a0b.jpg
Posant devant l’île du Diable.
3ef10bf2cc4bdf354f4854546e33ac0f.jpg
Dans l’eau.
a726ba4bba0382c4bf2aad6fdcd84582.jpg
Dans l’eau, mais moins profond. (Le jeté de sable est un art un peu perdu, je sais bien).
c867cc2d46de9d6c6b2ff1d3df08bf4e.jpg

(Vous ai-je dit que le deuxième album d’Etyl Les souris, est absolument formidable ?)

(Non, je ne crois pas.)

(Elle mérite aussi une mandorisation en règle.)

 

(Voilà, soit dit en passant).

 

(Et non pour faire une séparation, parce que je n’ai pas grand-chose à raconter, entre les autres photos qui vont suivre.)

 

(C’est mal me connaître que de s’imaginer un instant que je suis capable d’un tel subterfuge.)

 

(Ce serait gros, quand même.)

J’ai dîné de nouveau avec Didier Marouani quelques mois plus tard. En novembre 1988 dans un restaurant du vieux bourg de Kourou.

392a0457febb105ebcd9263d3cd9f0d3.jpg

Il était revenu en Guyane en repérage, pour préparer un concert gigantesque, un an plus tard sur la Place des Palmistes, à l‘occasion du 10e anniversaire de la fusée Ariane.

C’est à cette occasion que je l’ai interviewé deux dernière fois, cette fois- ci à RFO que je venais d’intégrer.

Le jour même du fameux « concert de l’espace ».

cafd80d6050e02f7753dac00b044ab03.jpg
1138ded71bfd64b0a2376993fa3f6175.jpg

Un an plus tard, en voyage à Paris, Didier Marouani m’a invité à déjeuner chez lui. Ensuite, il m’a fait visiter son 513ace74095d59e2744c6904c80dbae2.jpgstudio d’enregistrement et nous avons écouté quelques anciens morceaux de sa composition. C’était assez magique. Je me revoyais, gamin, faire suer mon père pour qu’il m’achète le 45 tours de Magic Fly, puis les 33 tours qui suivirent.

Je n’ai plus eu de nouvelles de cet artiste depuis ce jour.

Pourquoi?

Encore une fois.

Je n’en sais rien.

La vie.

Simplement.

Je crois savoir qu’il veut relancer le groupe en sortant un best of et des inédits.

Fausse bonne idée ?

20 octobre 2007

Week-end spécial Zazie!

 

27269aa178dcfa94a9748171cdb57511.jpg

C’est facile d’écrire que l’on a cru à une artiste dès la première écoute. Pourtant, je me souviens parfaitement de la première fois que j’ai entendu Zazie.

Un petit bureau d’une radio de Strasbourg dans laquelle j’ai officié de 1992 à 1994, Top Music.

-Écoute-moi ça, m’ordonne presque le directeur des programmes de l’époque, en faisant tourner l'album Je, tu, ils.

-Woaw !

Traduisez par : coup de foudre immédiat.

b96a6bf5ca7666b57ef807368b753b7c.jpg-Elle ira loin la môme ! dis-je pensant qu’il s’agissait là d’une jeunette alors qu’elle avait 3 ans de plus que moi… (c’est d’ailleurs toujours le cas, curieux, non ?) (Pas très élégant ma remarque sur son âge...) (Mais si vous voulez mon avis, je trouve qu’elle embellit avec le temps) (comme le bon vin !)

Et donc, j’affirme que j’ai cru en cette artiste immédiatement. Pas l’ombre d’un doute sur ce qu’elle allait apporter à la chanson française…

Savoir les mots d’amour qui démasquent, savoir décortiquer les désarrois, savoir ensauvager les rêves, savoir donner de l’oxygène autant qu’elle en demande… ce n’était pas dans la mouvance du moment.

Bref, depuis ce jour, je suis la carrière de Zazie avec beaucoup d’attention et le sourire aux lèvres.

Pourquoi ? Parce que je l’ai beaucoup croisé à ce moment-là. Quand elle naissait artistiquement, je veux dire. Et je l’ai déjà expliqué maintes fois ici, quand je rencontre des gens de talent au début d’une carrière, je suis fier qu’elle se concrétise aussi merveilleusement et dans la durée (même si je n’y suis absolument pour rien).

Comme je l’avais fait pour Jean-Jacques Goldman il y a quelques semaines dans le Tout petit déjà ce72e68b2a0a5dfe662a09dbd0325649.jpghebdomadaire, je vais parsemer cette note aujourd’hui et demain de photos de quelques-unes de mes rencontres avec Zazie (autant que possède de doigts une main…).

Commençons avec ma toute première fois.

Samedi 8h40:

 

C’était le 21 novembre 1992 au Hall Rhénus de Strasbourg.

3ce673f6f43a945318147650d28c0035.jpg

Ma radio organisait chaque année la nuit des Tops (quand on s’appelle Top Music, c’est d’un malin !)

273cfb63371ed14130c530253af7b578.jpg

Et c’est ainsi que j’ai pu enfin parler à ce singulier personnage…

Qui ne m’a pas immédiatement charmé.

Non, non, pas du tout.

À peine…

6c39654deda7c6eb1d539eca89d40a50.jpg

 

Samedi 20h00 :

La deuxième rencontre a eu lieu peu de temps après la première… le 4 juin 1993.

Cette fois-ci, nous avons déjeuné ensemble avant un show case qu’elle devait donner à la FNAC de Strasbourg.

Très bonne ambiance et là non plus, je n’ai pas craqué.

Pas mon genre... de craquer.
Hum!
0fc3a73a75b8dea48105f4dd99c92732.jpg

Et là, rock n’roll attitude !

Pas vraiment ?

Ah bon !
5d65abf90bb65bfec5611910c13476de.jpg

Pour terminer aujourd'hui, les photos du show case…

f4f9af25c4f774dd209c44ca8d0ab7c7.jpg
fe0d8436c98b381ee585b44b5582f2a8.jpg
5548ea6aa703852dd82ad1c6af0e4240.jpg

 

Dimanche 10h15 :

6 mois après, je revois la dame… (non, pas question que je la présente déjà à mes parents !)

Cette fois-ci à Eurodisneyland (Marne-la-Vallée), le 10 décembre 1993.

L’idée de base était simple : ma radio, présente sur place pendant une semaine (en ma personne), accueillait des vedettes, leur proposait de passer une journée à essayer les différents « manèges » et les invitait devant mon micro pour recueillir leurs impressions.

Très passionnant le concept, j’en ai conscience, et pas du tout une opé publicitaire au bénéfice d’Eurodisneyland qui nous avait outrageusement régalés à l’œil ces quelques jours…

Marketing, je t’aime !

Mandor, déjà acheté par "le grand capital", à l’époque.

Quelle honte !

Ne m’en voulez pas, j’ai changé, on ne m’achète plus.

Quoique.

Ça dépend pourquoi.

Enfin, bref, Zazie a fait partie de mes nombreux invités.
48eb093c80b835cdeb8fafaf7f24b837.jpg
725f6b1ac41ee2a0d076b141e4c4429e.jpg

Très mélancolique d’ailleurs (en fait, je pense qu’elle se demandait ce qu’elle foutait là à raconter ce qu’elle avait ressenti en s’adonnant à cette terrible attraction qu’est « les pirates des Caraïbes »…

(Quand même, ce que les maisons de disque sont capables de demander à leurs artistes en développement pour vendre leurs skeuds !)

e6eb3b224c24381498fce8ce82e1a960.jpg
Dimanche 18h40 :

Ma 4eme rencontre avec Zazie s’est déroulée le 21 octobre 2004 à l’occasion de la sortie de Rodéo  (Mercury).

Ça s’est passé dans un salon de thé au nom dont le jeu de mots me fait encore tordre de rire : l’Antiqui Thé.

Oui, il y en a qui ose.

Et là, pas de photos. Les circonstances ne s’y prêtaient pas (oui, je ne vous le cache pas, pour prendre des photos avec un artiste il faut le sentir. Pour éviter le ridicule. Et ce jour-là, mon appareil est resté dans mon sac.)

Trop de monde dans l’établissement.

Des journalistes, des attachées de presse, une manageuse…

Alors, juste, je vous livre mon article:
4dc8df8ae5166059fd9e66e1e2503d4c.jpg

« La promo, c’est dire mal ce qu’on a essayé de dire mieux dans les chansons… » Zazie prévient d’emblée qu’elle n’est pas fan de ce genre d’exercice, mais que la politesse exige qu’elle sacrifie au rite. « Mais je suis dans une position très sympa. Je choisis les médias que je veux rencontrer ». Ainsi donc, je me retrouve attablé avec la chanteuse au milieu d’un salon de thé. Sous le charme… (et ce n’est pas la première fois).

dd4e73a7be2a17932e3535be876e7961.gifRodéo est le 5eme album studio de Zazie. Il s’agit cette fois-ci d’un trio : la belle, Jean-Pierre Pilot et Philippe Paradis. Et Yves Jaget qui a réalisé l’album. Ils se sont enfermés dans une espèce de No man’s land, La Petite Blaque. Un endroit généreux et inspirant.

-Les garçons sont joueurs, n’ont pas peur de se mettre en danger ni de tordre une chanson quitte à la tuer. Comme moi, ils sont dans l’optique « on fait et puis on regarde à quoi ça ressemble ». Si cette expérience avait échoué, j’aurais dit « merci, voilà ! Au revoir messieurs ! » Je m’y serais recollée seule, comme un bon petit soldat. »

L’album réussit le tour de force d’être à la fois personnel et collectif. Et pourtant, la prise de risque existait réellement.

-On ne pensait pas que la somme de nous trois donnerait une quatrième personne. Quand on a fait La dolce vita, puis Toc Toc Toc,  nous étions un peu circonspects. Le manque de cohérence du début s’est effacé au fur et à mesure que l’album avançait.

Je lui parle de concours d’épate, elle me répond concours de séduction. 0412f1738fbde55a0366675759a9f8d8.jpg

-Un charme passait entre nous trois. Il y avait une saine compétition, mais pas égocentrique. La preuve, on s’est dit non 10703 fois par jour sans que l’autre éclate en sanglot !

Zazie est connue pour être une solitaire dans la création.

-Avant pour composer, je disais adieu au monde. La vie professionnelle s’enrichit de la vie personnelle et de ce qu’on veut bien partager, il n’y avait donc aucune raison de rentrer dans les ordres pour composer. 

Mais pour les textes, c’est une autre histoire. Le bel oiseau se métamorphose en loup sauvage

-Il y a un moment donné ou, pour l’écriture, c’est de l’introspection, de la spéléologie intérieure. Là, forcément, je ne parle plus aux autres. Je deviens autiste. 

743574db4b0d5465112ff14345d32a6e.jpg

Zazie, au fil de la conversation, explique qu’elle est débutante dans le bonheur, que la maternité l’a changée. Pour autant, son album n’est pas plus gai que les précédents. La chanson Rodéo par exemple évoque de manière imagée la drogue.

-Le disque est sombre dans le côté photographique de la chose. Il est le négatif d’une photo qui est dans la lumière. D’ailleurs, j’accepte d’être sous les feux des projecteurs parce que j’ai aussi ces rendez-vous avec moi-même qui sont franchement plus ombragés. Ce n’est pas triste la pénombre !

Elle finit par avouer qu’au fond, elle n’a plus de problème avec son image.

-Je suis consensuelle, comme tout le monde. Je fais caca, pipi, je mange des raviolis, je ris, je pleure… Il n’y a donc pas de raison que mes textes soient extra originaux, vu que je ne suis pas extra ordinaire. 

Fin de la discussion. À regret. Je m’en vais en fredonnant J’arrive : « Juste le temps passé avec toi, autant, tant que tu veux, à peine le temps de croire en moi… »

7e80d1fa209151999c8794bbd6cfceaf.jpg

 

 

Dimanche 22h00 : (pour moi, c’est hyper tard !!!)

La dernière fois que j’ai claqué la bise à Zazie, c’était donc le 8 janvier 2007 au café Baci (Paris).

cde895f8c19dbd92698e30770996fb45.jpg

Totem allait sortir.

Et c’était un chef d’œuvre.

Si, carrément !

4beaf4447d1f8f8c40b57199cafd0960.jpg

J’ai déjà tout raconté dans cette note mandorienne (avec l’aimable participation du sieur Luciani), donc, je ne m’étale pas sur le sujet.

Voici juste l’article qui en a découlé…

9967fc9c31b11508eafc3cf320bbc890.jpg

Quoi??? Vous ne pouvez pas lire sans lunette astronomique! OK! Tout est ici alors

Pfff...

Voici le dernier cliché.

e24c0dda7e8acc55f96d30e704595fa6.jpg

Bon, je vais me coucher maintenant.

Sans blague, quand on se lève à 5 heures du mat’, vous croyez qu’on se couche à des heures indues ?

Non.

Et puis, je signale au passage qu’à partir de 22 h, mon cerveau est incapable d’accomplir le moindre effort intellectuel (déjà qu’en temps normal…).

Le soir, je ne peux ni lire, ni écrire. C’est assez handicapant, je dois dire.

Et je pense que cette information clôt parfaitement et judicieusement ce week-end spécial Zazie.

Pourquoi écrire une conclusion ayant un rapport direct avec la thématique générale de cette note ?

Qui m’y oblige ?

Pourquoi aller là où l’on m’attend ?

Et quel âge avait le capitaine?

Hein ? Je vous le demande.

Bonne nuit à tous!

Mandor s’endort.

29 septembre 2007

Week-end spécial Goldman!

Jean-Jacques Goldman.

Il se trouve que c’est l’un des artistes que j’ai le plus souvent rencontré. Je possède donc beaucoup d’archives avec lui.

Jusqu’à demain, dans cette note, au fil des heures, j’ajouterai des photos.

Hop ! Je commence.

Le 16 mars 1986 à Montpellier… ma première rencontre avec celui qui était alors l’artiste français majeur des années 80.

Je venais de l’interviewer, tard le soir, (après un concert au Zénith du coin), dans un hôtel proche de la place de la Comédie. Il m’a proposé de prendre les photos à l’extérieur.

Pour l’ambiance…

7f77b967fc457fadbbdce0e558a623cb.jpg

Drôle de moment.

Personne dehors, un froid de canard, Goldman et moi (et la photographe…).

Beaucoup de silence et des regards…

5e051a1d057e6a7e455957e0258ebd35.jpg

(Je sais, la coupe.... j'étais en plein service militaire. Je sais, le fameux anorak bleu... Peur de rien blues...)

2eme rencontre, 3 ans plus tard…

Nous sommes à présent à Cayenne le 9 mars 1989. À l’hôtel Polygone.

Je viens lui poser quelques questions « en urgence » pour le journal radio du soir d’RFO Guyane.

Toujours aussi sympathique.

Très amical même.

dbaded6d7c698d77de7f8d3ad6797aa9.jpg

Nous devons nous revoir le lendemain pour une longue interview destinée à une émission qui lui est entièrement consacrée.

707ce0717b5705c3dd9bc52e250d4c3b.jpg

Le lendemain, le 10 mars 1989, Jean-Jacques Goldman me convie dans sa suite de l’hôtel Polygone.

Je connais son répertoire et sa vie un peu, beaucoup, passionnément, donc, je m’en sors avec les honneurs…

(Très modeste, cette constatation… je deviens de plus en plus vantard, c’est à peine croyable !)

a3b56081eb2be6e762e13c03f39b105e.jpg

Nous restons ensemble plus d’une heure. Il se livre pas mal et moi, je suis ému, pas mal.

Quelques photos…

ad5b5e0cfa850561ff4460eb1b28acef.jpg
6ca9588b83751250a35d7d80c6647520.jpg
0b7ffaa5e87c86502c7d54d65b9a8bd3.jpg
b2806099f009a9361ac137de826f29c7.jpg
1c2b9cbebe989a8173440bae593eeab2.jpg
290b109715d2f65fd817497610f2ea9d.jpg
Samedi 20h00 :

A l’issue de l’interview (voir ci-dessus) :

-Tu fais quoi dans 3 jours ?

-Je ne sais pas précisément.

-Bon, je t’embarque alors. Mon équipe et moi, nous allons passer deux jours aux Iles du Salut.

Peut-on refuser à Jean-Jacques Goldman une telle proposition ?

Non.

Ainsi le 13 mars 1989, nous nous rendons tous joyeusement à l’embarcadère de Kourou.

Direction l’Ile Royale.

7e61c7721eb6907e0e4ae591c74fe2d8.jpg

Et farniente…

105cd5efac555eb6383fd43f6eb5c9ea.jpg
912f2f0f84d74d536c8458ddf40f4007.jpg
d583d12dc9855c2177bae11efe2d55ef.jpg

Beau gosse le monsieur !

Nous avons bronzouiller une petite heure… presque seuls.

Même posture involontaire.
96dfb66ab8afabc77a412ce9fcae2f7b.jpg

Alors, aucun commentaire sur nos maillots de bain-shorts-caleçons, je ne sais pas trop comment « ça » s’appelle.

Merci.
88ed1e5f1640b9f0f9959d5802ef06ad.jpg 
3 ans plus tard (encore), Goldman revient en Guyane pour un concert… je suis toujours à RFO (mais plus pour longtemps car j’ai décidé de rentrer en métropole…).
067857c8fc1ced37fbb40a8406898153.jpg
La veille du concert, le 15 mai 1992, mon directeur des programmes m’envoie le matin à l’hôtel lui poser quelques questions pour la radio…
96c1560b4866351de93f656db0801b9e.jpg
fe62e10967d19555e9088b66692fbe4e.jpg

Et nous le recevons l’après-midi pour une émission de télé (le Mayouri Club) en direct du Zéphir à Cayenne. Une salle de spectacle qui accueille le soir même un match de boxe important, retransmis par la station. Donc, truc de fou, nous recevons JJG, Carole Frédéricks et Michaël Jones au bord du ring.

Peur de rien blues (bis).
348e8966e2f5e342aa2c9cecc98e6bd2.jpg

Tout le monde joue le jeu, ça en devient même un peu surréaliste.

Mais Goldman n’est pas homme à s’offusquer pour si peu. Ambiance conviviale et généreuse.
88581bf4f2c2bcbe5452b563f30a8beb.jpg

Un détail, qui n'en ai pas un : Un jour, il m’a envoyé, chez moi en Guyane, un « gros » chèque destiné à l’association dans laquelle j'offrais quelques heures de mon temps par semaine. Je ne lui avais rien demandé. Juste, il était au courant… Il s’est simplement renseigné sur les activités de cette association et il a agi dans la discrétion la plus totale.

La générosité gratuite me touche plus que tout.

Voilà un homme qui porte bien son nom.

Lui.

12 août 2007

Céline Dion, encore plus de photos!

62f7c0a3c4e7ebecce0019f1b2d91815.jpg 

Quel titre racoleur! Ca ne va pas mieux moi. 

Le 4 novembre dernier, je mettais en ligne mon premier Tout Petit Déjà

Et par la même occasion, j’expliquais la raison de cette rubrique hebdomadaire.

Je l’avais consacré à Céline Dion.

A l’époque, je me cachais encore.

A l’époque, je n’avais retrouvé qu’une photo.
2741f0b14c45d93ea300b05e26f1c0a6.jpg

Ce matin, j’ai mis la main sur les autres.

Donc, comme c’est l’été, je me permets ce bis repetita.

(Mais rassurez-vous, j’ai encore une tripotée d’archives inédites).

(Quoi, vous n'êtes pas inquiet???)

(Ah bon!)

C’était donc le 4 novembre 1986 à l’hôtel Etoile Maillot.

1df6aa10c9cfc5799ebdaf87bebc6637.jpg

C’est mon pote Pascal Evans qui m’avait incité à venir rencontrer la « prochaine star mondiale »… ‘Tain, le mec (mandorisé ici), il ne croyait pas si bien dire.

-Tu verras, elle va aller très loin !

Je suis resté assez dubitatif sur la question. Mais là, Pascal, je suis bien obligé de me prosterner devant toi.

Tu as eu du flair.
959740c6aced712f6721a0a4c37219bc.jpg

Donc, je me souviens, qu’outre cet après-midi assez amusante : interview puis partie de cache-cache dans l’hôtel, Pascal m’a proposé de la revoir plusieurs fois.

3ea363ad9fdb1a34775b92654915dab9.jpgDont une ou ce saligaud m’a demandé de quitter la pièce pour qu'il puisse lui demander un truc secret.

Je me suis demandé s'il n'allait pas lui déclarer sa flamme...

Non, ce n'était pas tout à fait ça...

Quelques semaines plus tard, le jour de mon anniversaire (je ne sais plus lequel), je reçois par la poste une cassette de la chanteuse. Un court message me disant qu’elle me souhaitait un super anniversaire.

Qu’il est con ce Pascal! Il lui a fait enregistré ça en douce.

Je l’ai toujours.

Marrant.

5b3fe5a430c9ae53279dc6fd4a1c7e05.jpg

07 juillet 2007

Claude Lanzmann... enquêteur de l'horreur.

 

359b3670ca3c26add4c402ee97f40cc0.jpg

Ce Tout petit déjà, nous mène en février 1998. Le 3, Arte diffusait le soir même la première partie de Shoah. Très intéressé  par cette tragique période de l’histoire (pour différentes raisons personnelles), je me suis débrouillé pour obtenir un rendez-vous chez le très peu médiatique Claude Lanzmann.

J’ai beaucoup de respect pour cet homme.

Je ne suis pas le seul. Je sais.

303b391cd7dbcbe5ddf1360c0f24dcd4.jpg
Il fut un des organisateurs de la Résistance au lycée Blaise Pascal à Clermont-Ferrand en 1943. Il participa à la lutte clandestine, puis aux combats des maquis d'Auvergne. Il est Médaillé de la Résistance , Officier de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'Ordre National du Mérite, Docteur Philosophiæ Honoris causa de l'Université Hébraïque de Jérusalem, de l'Université d'Amsterdam, d'Adelphi University, USA.
26b713f262635b5330d29ffc50e36d12.jpg

Comme tout le monde, Shoah m’a marqué à vie.

Alors qu’il avait pour sujet le meurtre de sang-froid de 6 millions d’êtres humains, Claude Lanzmann refusa la dramatisation et le recours à la reconstitution historique et aux images d’archives. Shoah est une enquête auprès des survivants, bourreaux ou victimes, réalisée dans une Europe pacifiée depuis longtemps.
1b22d0b1d174f1c10fa8ba08da5f61b1.jpg

Cette distance historique et émotionnelle en fait une contribution majeure à la connaissance de l’élimination des juifs d’Europe.

Moi, je me souviens des images et des propos qui ouvrent ce film :

« On ne peut raconter ça. Personne ne peut se représenter ce qui s’est passé ici. Impossible. Et personne ne peut comprendre cela. Et moi-même aujourd’hui... Je ne crois pas que je suis ici. Non, cela, je ne peux pas le croire. » Simon Srebnik est revenu à Chelmno en Pologne, le premier lieu où les Allemands appliquèrent la « solution finale ».

On est saisi d’une horreur tragique qui ne nous quitte pas tout au long des neuf heures trente que dure le film.
7eca62a962e9e1175a1201d1c3b47146.jpg
Entre 1976 et 1981, trois cent cinquante heures de film ont été tournées. Durant dix campagnes de tournage, l’écrivain et cinéaste a méthodiquement suivi les traces de l’infamie, relevé les pièces à conviction, identifié les lieux et écouté victimes, criminels et témoins. Faisant taire sa douleur, l’enquêteur pose les questions qui font mal à ses interlocuteurs, à lui-même et aux spectateurs.
La vision de ce film est une épreuve, une expérience qui, même indirectement vécue, laisse des traces profondes.
bfa0f945dba5956e57e78728ed879837.jpg

Bien sûr, pour connaître le processus de l’immense massacre, il y avait le procès Eichmann et le livre de Hannah Arendt. Bien sûr, dès la fin des années 50, la plupart des adolescents avaient vu Nuit et Brouillard d’Alain Resnais.

Mais Lanzmann a préfèré susciter l’intelligence, la compréhension des choses plutôt que l’émotion.

Très fort.

01 juillet 2007

Bijou... les enfants du rock!

972e9d1f98abebefd6b4da7b1615fae3.jpg 
Un Tout Petit Déjà pour les vieux schnocks comme moi…

f01bf78edce5d48c0a7a213f1591ef9b.jpgSouvenez-vous… le groupe Bijou.

Fameux trio qui a débuté dans les années 70 et composé de Vincent Palmer à la guitare, Philippe Dauga à la basse et Dynamite à la batterie.

Assimilé au mouvement Mod (dans la lignée des Jam et des Who), mais aussi au nouveau rock français de l'époque avec Téléphone et Starshooter. Ils ont eu un succès d'estime auprès de la presse mais ils restent un groupe qui a laissé une trace à l'instar des légendaires Dogs.

9fda1e51cfc162f5a245d0c1b72dedc5.jpg
Leur album Danse avec moi sort chez Philips en 1977 avec une reprise rock de "La fille du Père Noël" de629971afdc14c4e2b8f4ec40d28aa292.jpg Jacques Dutronc. Serge Gainsbourg leur écrit alors "Betty Jane Rose". Ce dernier s'est d’ailleurs produit avec eux sur scène (avec une reprise de sa chanson "les papillons noirs") et cela a d'ailleurs amené le retour à la scène de celui-ci en 1979.

Deuxième album OK Carole en 1978 ; puis Pas dormir enregistré aux Etats-Unis en 1979. En 1980 c’est enfin le tube "Rock à la radio" sur l’album Jamais dompté. Le groupe se sépare en 1982 après un dernier album "Bijou bop" passé inaperçu.

ab0b47f6d7d3418476bc25a7f1f45ecc.jpg 
57c744ad8a47cb0542af8d4f6daa5cd8.jpgJ’ai rencontré les deux leaders du groupe le 22 décembre 1988 chez Polydor. Pour la sortie du single Lola (qui n’était pas, je vous l'assure, un hommage à mademoiselle 2luxe…). Cette première reformation était une tentative pour revenir sous les feux de la rampe.
Tentative avortée.

Il est extrêmement difficile pour un journaliste de rencontrer deux personnalités aussi fortes pour évoquer juste un single. Evidemment, nous avons beaucoup parlé du passé, de Gainsbourg, du rock d’aujourd’hui…etc.

Ce jour là, j’ai bien senti qu’ils jouaient beaucoup avec ce titre, Vincent Palmer et Philippe Dauga avaient envie de rencontrer de nouveau le succès.

0b73b7a5ac31e233d9ea73c2eff834fd.jpg

Palmer et Dauga étaient un peu désabusés. Déçus de la tournure des évènements.

e05895c2dcfd4a67e8728d885ef9577c.jpgIls ne croyaient pas un instant que Lola allait bouleversifier les foules.

Ce titre signé Jacques Duvall/Dauga et Palmer.

Pas une parfaite réussite.

Dans les années 2000, Philippe Dauga a reformé le groupe, un groupe en tout cas qui reprend le répertoire, aspire à retrouver l'esprit, et se nomme Bijou svp (= sans Vincent Palmer !).

45e1b79baf37bb73cdd07fcd7e89f590.jpg

24 juin 2007

Daniel Balavoine (bis repetita)

Ce Tout petit déjà, je l'ai déjà publié en novembre 2006. Ici.

C'est aussi un peu une réponse à la question posée par mon amie Christine Spadaccini dans les commentaires de ma précédente note. Je cite: "Sinon, Mandor, je me demandais, si tu devais participer toi-même à un tel concours, avec toutes les photos you with a star que tu as, tu choisirais laquelle? Bonjour, le "dil'aime"!"

Sans aucune hésitation, celle-ci.

38e681ed8ebf1dab008dcc0123b6854e.jpg
 Parce que Daniel Balavoine était ma seule idole de jeunesse. On peut vraiment dire que j'étais fan. (Voyez, au passage le badge de lui que je portais. Ridicule mais j'avais 17 ans et (on n'est pas sérieux quand on à 17 ans, un beau soir, foin des bocks et de la limonade...)
Ce matin, en cherchant dans mes archives, je suis tombé sur ces quelques photos qu'il m'a signé (on n'est pas sérieux quand on a 17 ans...)
58b59384f4c001b2e74e5b0f42736aa2.jpg
8982839a80066e4249f12ab0022a240d.jpg
bdf486a73bfd1ce67169029ec0dd99c8.jpg
9911c76da36f6458cc1c33563d0090eb.jpg
Bon, au cas où vous ne l'auriez pas compris, mon prénom, dans la vraie vie, c'est François.
Ah bon?
Tiens!
Et voici donc, ce que je racontais dans ma note précédente sur lui:
medium_BAL_N_ET_B.jpg

Je me souviens qu’il était ma seule idole de jeunesse…

Je me souviens que j’aimais ses chansons autant que ses coups de gueule…

Je me souviens que j’avais des posters de lui dans ma chambre…

medium_db.jpgJe me souviens que mon premier disque de lui acheté par maman pour moi était "Le chanteur"...

Je me souviens que je connaissais son répertoire par cœur…

Je me souviens que je chantais devant la glace en l'imitant...

Je me souviens que je voulais lui ressembler…

Je me souviens qu’il était mon exemple…

Je me souviens que j’ai fréquenté (longtemps) sa sœur Claire à Paris…

Je me souviens que j’ai fréquenté (beaucoup) son frère Yves à Cayenne…

Je me souviens que je l’ai rencontré une seule fois, deux ans avant qu’il parte…

Je me souviens que j’attendais devant le Palais des Sports un jour de septembre 1984…

Je me souviens qu’il s’est arrêté devant moi en voiture et qu’il m’a dit de grimper à l’arrière…

Je me souviens qu’il m’a permis de rester avec lui dans la coulisse toute l’après-midi…

Je me souviens qu’il avait été charmant et disponible…medium_daniel4nb.jpg

Je me souviens que j’étais impressionné…

Je me souviens que nous avons fait beaucoup de photos…

Je me souviens que pendant son concert, quelqu’un m’a volé ma pellicule…

Je me souviens que je suis retourné le voir à l’issue de son spectacle…

Je me souviens qu’il s’est marré quand il m’a revu dans sa loge…

Je me souviens qu’il a bien voulu faire un dernier cliché…

Je me souviens que le 14 janvier 1986, j’étais triste…

Je me souviens que je faisais mon service militaire...

Je me souviens que je me suis retenu de pleurer mais que mes yeux brillaient…

Je me souviens que mon général de papa ne savait pas quelle attitude adopter envers moi...

Je me souviens qu'il m'a serré très fort contre lui...

Je me souviens qu'il a compris mon chagrin...

Je me souviens que le soir même, j’étais à la radio pour lui rendre un dernier hommage.

Daniel Balavoine, je continue à le chercher parmi les nouveaux venus de la chanson française… Pas trouvé !

Non, faut pas chercher… tout le monde est unique.

02 juin 2007

La Mano Negra... sueurs froides inutiles!

 

0e750ecb26389652c3f4a65d7e088803.jpg

Je vous le disais hier, mon Tout petit déjà du samedi a pour invité un défunt groupe que vous étiez nombreux à apprécier (et que, d’ailleurs, vous appréciez encore…).

La Mano Negra. Je ne vais pas ici vous retracer le parcours du groupe de Manu Chao et de sa bande parce que tout est bien expliqué ici.

9fb1490b2c551864e823b1a637e80006.jpgMais bon sang, les concerts de La Mano, rien vu d’aussi décapant (j’veux dire, à l’époque, dans les années 90).

Un jour le chef d’antenne de Top Music (à Strasbourg) me demande si je veux bien aller animer la rencontre FNAC qui a lieu incessamment avec La Mano Negra. Il s’agissait de faire la promo de leur dernier disque commun (et le dernier) Casa Babylon. J’accepte, mais à reculons.

 

-Ben, paraît qu’ils ne sont pas commodes en interview. Ils sont en perpétuelles représentations et se foutent souvent de la gueule de celui qui anime.

-Mandor, je t’ai choisi parce que tu m’as dit n’avoir peur de rien ni de personne.

Gloups !

J’avais entendu dire que Manu Chao n’aimait pas ce genre de prestation et qu’il le rendait bien aux personnes qu’il croisait dans ce genre de contexte. 4f42019422fe5f5079e8183ad18b2a09.jpg

Bon, après tout, relevons le défi.

En ce 18 mai 1994, je balise un peu dans la coulisse de la rencontre. Le groupe est déjà en retard d’une demi-heure et la salle est comble.

On m’annonce que ça y est, ils arrivent mais que Manu Chao a déjà envoyer valser un caméraman de FR3 Alsace qui filmait leur arrivée sans autorisation au RDC de la FNAC.

Re Gloups !

Et puis finalement, on leur a offert un p’tit godet avant de rentrer sur scène et ça c’est bien passé. Très bien même.

d700af41623006c22e79155652bc366c.jpg
Une ambiance de folie avec un public chaud chaud.
Il n’était pas prévu que Manu prenne sa guitare et chante avec ses comparses, mais ils l’ont fait quand même.
89435f55b4d2a63ecd0d7cfccd2c2447.jpg
Là, au premier plan, vous reconnaisez le batteur Santi Casariego, dit Santi. Depuis, l'homme a fait du chemin. Après avoir été directeur général de Mercury pour Universal France, il est depuis octobre 2006, directeur de Music One, le label musical de TF1.
1e6b5cbdf22698034dcd0a60230dfb4f.jpg
 J’ai eu le droit à quelques boutades pour amuser la galerie… rien d’insupportable.
Franchement, je suis ressorti de là épuisé, mais ravi.
2e3650dbebe8b27399c72522dd5910f4.jpg
J’ai même eu les félicitations du groupe à l’issue de la rencontre.
Je n’en étais pas peu fier.
7c7ab0dfea2d74a4bb66bbbb3887f484.jpg
Tout ceci s’est terminé avec bien d’autres godets dans les bureaux de la FNAC. 
Un Cuba Libre, ça vous dit? 
Quoi, là, maintenant, à cette heure matinale?
Même pas peur.
Euh... en fait si.
Hop! Un café.

10 mars 2007

Nuit Noah.

Ce Tout petit déjà, n’est pas si lointain.

19.12.97, il y a marqué dans mes archives.

Presque 10 ans, quand même...

Pas envie de raconter le contexte.

Pas envie d’expliquer cette interview devant un feu de camp.

Pourquoi nous sortions d’un cirque tzigane ?

Beau moment si rien n’est dit.

Le pourquoi du comment, parfois...
medium_y_1.jpg

J’aime l’homme qu’il est.

L’artiste m’indiffère.

Je n’aime pas ces chansons.

Mais ce qu’il fait…

Pour Les enfants de la Terre.

J’applaudis.
medium_Y2.jpg

Une conversation sous les étoiles de Clichy.

Les étincelles qui crépitent autour de nous.

Personne, juste lui et moi.

Un Yannick détendu et heureux.

De rendre les autres heureux.

Et moi, un peu ému de voir un homme ému.

Lui larmes.

Moi larmes.

J’suis une éponge.

Comme toujours.

Un soir émotion.

16 décembre 2006

L'affaire Seznec... Clap de fin!

medium_20061005_FIG000000039_19958_1.jpg

 

 Je suis dégoûté par la justice française.

medium_Denis_seznec02.jpgPauvre Denis Seznec…

Se battre toute sa vie pour la réhabilitation de son grand-père et en arriver là

Vous le savez, ici je ne crache pas ma haine mais quand même.

Denis Seznec, que j’ai rencontré pendant ma période Guyanaise (6 ans), est un écorché vif, un fragile qui a mis toute sa force dans le combat de sa vie…medium_seznec.jpg

Echec total.

J’ai un peu peur de sa réaction aujourd’hui.

Je ne suis pas le seul visiblement

Alors, mes images d’archives de ce samedi sont toutes trouvées.

« Tout petit déjà » vous propose quelques photos du tournage de l’affaire Seznec en Guyane française.

J’ai suivi l’équipe de film pendant la durée de leur séjour pour RFO Guyane (j'étais journaliste animateur producteur là bas de 1988 à 1992).

Là, le 9 octobre 1991, c’est à St Laurent du Maroni dans l’ancien bagne. J’interroge le réalisateur Yves Boisset.

medium_Boisset_et_moi_.jpg

Et là le scénariste et comédien Alain Scoff (ex compère de Stéphane Collaro).

medium_avec_scoff_devant_mur.jpg

Trois jours plus tard… le 12 octobre, nous voici sur l’une des 3 îles du Salut. L’île Royale (où je passais quasi tous mes week-ends d’ailleurs). Christophe Malavoy qui tenait le rôle de Guillaume Seznec répond à mes questions filmées…

medium_malavoy_et_moi_de_dos.jpg
Itou...
medium_malavoy_et_moi_profil.jpg

Ici Boisset, Malavoy et Scoff entre deux prises.

medium_scof_malavoy_et_boiset.jpg

Mandor, habillé en bagnard car il a fini par être figurant…

medium_moi_en_bagnard.jpg

Il avait dragué la directrice du casting certainement… Pfff.

Non, Boisset a considéré que plutôt que de traîner dans leurs pattes, je pouvais aussi servir à quelque chose.

Bénévolement, of course.

medium_Boisset_et_bagnard.jpg
Un peu crade là... en fin de journée.
Et hop! Pour finir...
medium_malavoy.2.jpg

11 novembre 2006

Daniel Balavoine...

 

medium_BAL_N_ET_B.jpg

Je me souviens qu’il était ma seule idole de jeunesse…

Je me souviens que j’aimais ses chansons autant que ses coups de gueule…

Je me souviens que j’avais des posters de lui dans ma chambre…

medium_db.jpgJe me souviens que mon premier disque de lui acheté par maman pour moi était "Le chanteur"...

Je me souviens que je connaissais son répertoire par cœur…

Je me souviens que je chantais devant la glace en l'imitant...

Je me souviens que je voulais lui ressembler…

Je me souviens qu’il était mon exemple…

Je me souviens que j’ai fréquenté (longtemps) sa sœur Claire à Paris…

Je me souviens que j’ai fréquenté (beaucoup) son frère Yves à Cayenne…

Je me souviens que je l’ai rencontré une seule fois, deux ans avant qu’il parte…

Je me souviens que j’attendais devant le Palais des Sports un jour de septembre 1984…

Je me souviens qu’il s’est arrêté devant moi en voiture et qu’il m’a dit de grimper à l’arrière…

Je me souviens qu’il m’a permis de rester avec lui dans la coulisse toute l’après-midi…

Je me souviens qu’il avait été charmant et disponible…medium_daniel4nb.jpg

Je me souviens que j’étais impressionné…

Je me souviens que nous avons fait beaucoup de photos…

Je me souviens que pendant son concert, quelqu’un m’a volé ma pellicule…

Je me souviens que je suis retourné le voir à l’issue de son spectacle…

Je me souviens qu’il s’est marré quand il m’a revu dans sa loge…

Je me souviens qu’il a bien voulu faire un dernier cliché…

Je me souviens que le 14 janvier 1986, j’étais triste…

Je me souviens que je faisais mon service militaire...

Je me souviens que je me suis retenu de pleurer mais que mes yeux brillaient…

Je me souviens que mon général de papa ne savait pas quelle attitude adopter envers moi...

Je me souviens qu'il m'a serré très fort contre lui...

Je me souviens qu'il a compris mon chagrin...

Je me souviens que le soir même, j’étais à la radio pour lui rendre un dernier hommage.

medium_Balavoine_PDS_84_edited.JPG

Daniel Balavoine, je continue à le chercher parmi les nouveaux venus de la chanson française… Pas trouvé !

Non, faut pas chercher… tout le monde est unique.