Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juin 2010

Peau : interview!

26875_411881614459_222088274459_5017202_3457845_n.jpg

Perrine Faillet en en train de se faire connaître sous le nom de Peau. Une artiste qui a pris le temps nécessaire avant de se lancer dans une aventure en solitaire, après 5 années passées au sein de la formation vocale Crise Carmen. En recevant un mail de son attaché de presse dans lequel il y avait un lien qui menait vers son clip de « Première mue », j’ai reçu une claque. Woaw ! Pas mal du tout ! (si vous saviez sur quoi je tombe parfois, vous comprendriez pourquoi, là, j’ai été impressionné…)

Allez, je vous propose de regarder ce clip fait par Peau herself !

418HA7gjM0L._SL500_AA300_.jpgJe me suis fait envoyer l’album dans la semaine et j’ai eu un véritable coup de cœur pour lui, car il joue vraiment avec les sens.  Après réflexion, on constate que c’est une œuvre bien plus humaine que la simple étiquette électro-pop qu'on pourrait lui coller au premier abord. J’ai demandé à ce que Peau vienne dans les locaux de MusiqueMag pour évoquer ses débuts dans la musique et surtout pour nous parler de cet album envoûtant.

Son album « Première mue » nous fait découvrir une voix fragile et tourmentée, contrebalancée par une musique hypnotique mêlant folk rock et sobres touches électro. Les envolées rock restent cependant marginales sur ce disque qui met surtout l'accent sur la finesse, et tout particulièrement celle des textes. Le tout est porté par des chœurs et samples nombreux, mais jamais envahissants. Comme l’indique le site Star are underground, « qu'elle soit électronique, acoustique, électrique, qu'elle chante en Anglais ou en Français, Peau met ses expérimentations au service d'une poésie moderne et ensorcelante ».

Découvrez donc cette jeune fille en passe de se faire un nom, à l’instar d’une Camille, d’une Émilie Simon et d’une Björk, trois artistes à qui elle est constamment comparée. Je lui ai dit après notre interview... l’année prochaine, il sera difficile d’obtenir un autre rendez-vous avec elle. J’avais justement dit ça à Camille… et ce fut le cas!

Et comme d’habitude, voici quelques clichés pris pendant l’interview et après.

C’était le 18 mai 2010 dans les locaux de MusiqueMag

Peau 18.05.10 1.JPG
Peau 18.05.10 3.JPG
Peau 18.05.10 4.JPG
Peau 18.05.10 5.JPG

08 juin 2010

Benoît Doremus : interview pour l'album "2020"!

l_0d8385f642874221bb39b87d276ec296.jpg

l_155e9a2ee351495fbbc93f253df2f6fb.jpgBenoît Dorémus est un jeune artiste que je suis depuis son premier album « Jeunesse se passe ». J’avais déjà écrit une note après ma première rencontre avec celui que l’on appelle aujourd’hui, peut-être un peu vite, « le nouveau Renaud ». Je dis « un peu vite » parce que le sieur Dorémus à son propre talent… et aussi parce que comparaison n’est pas raison.

Poil au menton !

 

Le 17 mai dernier, je l’ai revu pour la promo de son nouveau disque « 2020 ».

Un disque que j’ai beaucoup apprécié, comme le témoigne l’article que j’ai écrit dans le nouveau « Addiction, le mag » du mois de juin (et sorti ce matin !), que je vous propose de lire à la fin de cette note.

Pour le moment, voici l’interview filmée (par Clément) pour MusiqueMag.

Et voici quelques clichés pris par Sabine, rédactrice stagiaire de MusiqueMag fort talentueuse et que j’emploie de temps en temps comme photographe pour ce blog. (Merci à elle!)

Avant l'interview...

 

Benoît Doremus 17.05.10 2.JPG

 Pendant...

Benoît Doremus 17.05.10 3.JPG

Benoît Doremus 17.05.10 4.JPG

 

Benoît Doremus 17.05.10 7.JPG

Après...

Benoît Doremus 17.05.10 11.JPG

 

Benoît Doremus 17.05.10 12.JPG

 Et pour clore de chapitre « Dorémussien », voici le sus-cité article pour « Addiction, le mag ».

Scan10003.JPG

06 juin 2010

Valéry Zeitoun: interview à propos de "Je veux signer chez AZ"

6a00d8341c74d453ef0133ecf777c3970b-400wi.pngLe label AZ se lance à la recherche de nouveaux talents en France et a ouvert le 6 mai 2010 un grand casting musical sur Facebook. Valéry Zeitoun, le patron d’AZ nous a reçus dans son bureau afin d’en dire un peu plus sur cette opération.

De quoi s’agit-il exactement ?

Les artistes en herbe devront uploader deux vidéos de leurs prouesses vocales, l'une en anglais et l'autre en français. Les 100 meilleurs candidats iront fouler fin juin les planches de l'Olympia devant un jury de professionnels. Les 40 plus talentueux accèderont ensuite à la finale de juillet, et le grand gagnant signera un contrat pro chez AZ pour l'enregistrement d'un album, accompagné d'un concert sur Paris et d'une première partie à l'Olympia.ssqqq.jpg
Tout au long de ce grand casting, des vidéos des auditions seront publiées sur la page Facebook de l'opération et les internautes seront appelés à désigner leurs favoris.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Je veux signer chez AZ sur Facebook.

Voici donc l’interview réalisée jeudi (3 juin) entre deux coups de fils de Valéry Zeitoun tentant de régler les derniers problèmes liés à la soirée AZ qu’il organise le soir même au VIP Room Theater (avec Cheryl Cole, les Scissor Sisters, V.V Brown et la jeune Maiysha, tous en live).

Le boss d’AZ, assurément, est un homme passionné par son métier et hyper motivé pour parler de son webcasting.

 (Note dédiée à Dominique, dite "Doud"... elle sait pourquoi.)

01 juin 2010

Patxi : l'interview !

Patxi-2010-Zazzo-8.jpgSans doute le candidat le plus charismatique de l’édition 2003 de Star Academy, Patxi est revenu dans les bacs le 31 mai 2010 avec un deuxième album. Intitulé Amour carabine, cet opus succède à S’embrasser paru en 2006. C'est Sébastien Lafargue du groupe Autour de Lucie qui a collaboré avec le jeune chanteur pour concocter ce petit joyau composé de 11 titres. A l'instar de Stéphan Eicher, Patxi a trouvé son Philippe Djian. En effet, l’écrivain Philippe Besson a co-écrit quelques chansons de ce disque élégant et poétique. On décèle aussi quelques fragments Durassien, des synthés jouxtant ceux de Benjamin Biolay et des discrets échos 80’s.

Petit retour en arrière…

Né le 20 août 1981 à Saint-Jean-De-Luz, Patxi Garat passe son bac avant de se lancer corps et âme dans sa carrière musicale. Il apprend alors à jouer de la guitare. La chance lui sourit en août 2003 lorsqu’il est choisi pour participer à l’émission Star Academy. Sa personnalité et sa sensibilité charment les téléspectateurs.
À la sortie, il livre un single, A l’anglaise, qu’il a écrit et composé lui-même. Son premier albumPatxi-2010-Zazzo-10.jpg S’embrasser, réalisé par JP Nataf, bénéficie de la participation de Louis Chédid ou Pierre Souchon et sort à l’été 2006.

J’ai rencontré Patxi le 10 mai dernier dans un bar parisien pour Le magazine des espaces culturels Leclerc et pour MusiqueMag.

À l’oral et à l’écrit, voici l’interview du sympathique Patxi.

La version filmée pour MusiqueMag pour commencer :

Patxi 10.05.10 1.JPG
(Après l'interview... le 10 mai 2010)

Et pour finir, la version écrite pour Le magazine des espaces culturels Leclerc.

Scan10001.JPG
Scan10002.JPG
Scan10003.JPG
P.S : Les deux photos d'en haut sont signées Mathieu Zazzo.

21 mai 2010

Pauline... l'interview!

efr379-001-MF.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pauline 21.04.10.JPGComme beaucoup, j’ai découvert la chanteuse Pauline, il y a deux ans en regardant son clip « Allo le monde » qui tournait en boucle. Cette jeune, fraîche et jolie demoiselle avait un grain de voix « Zaziesque »et un sens de la mélodie qui n’avait échappé à pas grand monde. Ceci étant, je n’avais pas approfondi ma connaissance musicale de l’œuvre de mademoiselle Vasseur.

Et puis, ma vie professionnelle a fait que je l’ai rencontré récemment (le 21 avril dernier) dans les locaux de sa maison de disque EMI.

Accompagnée de sa maman (sa manageuse), elle nous accueille (mon camarade Clément, qui tient la caméra, et moi) de manière chaleureuse. Maman s’éclipse pendant l’interview et Pauline répond à mes questions avec beaucoup de franchise et d’enthousiasme. Je sens qu’elle est contente de parler d’elle, de son métier, de son nouvel album.

(Je précise ce détail parce que si vous saviez le nombre d’artistes sympas, mais blasés que j’ai rencontré en presque 30 ans d’interviews…)

Bref, voici mon interview filmée pour MusiqueMag.

Et mon article pour le numéro du mois de mai du "magazine des espaces culturels Leclerc".

Scan10001.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11 mai 2010

Joyce Jonathan... l'interview!

www.Joyce_JONATHAN_PRESS_2.jpg
joyce4.jpgJoyce Jonathan a sorti son premier album Sur ses gardes en janvier 2010. Depuis, elle vit un succès phénoménal grâce à son premier single, "Pas besoin de toi", qui tourne en boucle sur toutes les radios.
Quatre mois après, le vendredi 7 mai dernier, je l'ai rencontré dans les locaux de sa maison de disque My Major Company. On me présente une jeune fille discrète, timide et pas du tout bouleversée par la tempête médiatique qu'elle déchaîne. Je lui propose de tourner l'interview sur la terrasse histoire d'avoir une vue sur les toits de Paris... ce qu'elle accepte en se couvrant. J'ai axé mes questions sur son succès si soudain. Comment le vit-elle? Quelle impression a-t-elle de sa vie médiatique? Evidemment, elle raconte aussi son passé musical, ses chansons, Louis Bertignac et Tété, son premier disque d'or, Michaël Goldman (patron de sa maison de disque et fils de son idole)... bref, un premier bilan d'un début de carrière qui s'annonce fort prometteur.
Découvrez dans mon interview cette jeune artiste en devenir :

Joyce Jonathan 07.05.10 2.JPG
Joyce Jonathan 07.05.10 1.JPG
Joyce Jonathan et Mandor après l'interview, le 7 mai 2010.
Et pour clore cette note sur la demoiselle, voici mon article sur son premier disque, "Sur mes gardes", publié dans Addiction, le mag du mois de février 2010.
Scan10001.JPG

07 mai 2010

Chimène Badi : interview vérité!

00600753252888_S.jpgAprès 3 ans de villégiature dans le sud de la France, Chimène Badi est de retour avec un 4e album intitulé Laisse les dire. Il ressemble beaucoup à la femme qu’elle est devenue : adoucie et apaisée. A cette occasion, celle qui a vendu plus de 3 millions d’albums m’a reçu ce lundi (3 mai) pour MusiqueMag dans les locaux de sa maison de disque, Universal.

3 semaines avant, je l’avais déjà interviewé au téléphone pour le magazine des espaces culturels Leclerc.(Voir en bas de cette note !)

Elle me dit tout sur son silence médiatique et dévoile tous les secrets de son nouvel opus. Chimène Badi n’a pas la langue dans sa poche, ce qui rend savoureux les rencontres avec elle.

La première, chez elle, je l’ai raconté ici

Il y a dans cet album des balades autobiographiques, des blues complaintes et des rythmes abrasifs sur des textes signés de Jérôme Attal, Jean-Paul Dréau ou Pierre-Dominique Burgaud

Regardez l’interview :

Chimène Badi 03.05.10.JPG
Chimène Badi et Mandor, le 3 mai 2010, après l'interview, chez Universal.
Voici mon interview publié dans "Le magazine des espaces culturels Leclerc" du mois de mai.
Scan10001.JPG
Scan10004.JPG
Scan10005.JPG
Scan10010.JPG

06 mai 2010

Ben l'oncle Soul : interview du soulman français!

BEN RECTOHD.jpgBen l'oncle Soul connaît par cœur les classiques de la musique noire américaine, (de Stevie Wonder à John Legend en passant par Al Green et D'Angelo), pour avoir passé sa jeunesse à les écouter et les imiter. Il revendique comme influence majeure la soul des sixties.

Dans l’interview qu’il m’a accordée pour MusiqueMag, le 12 avril dernier chez Motown France, il évoque son passé musical déjà bien fourni, sa passion de la musique soul, ses influences majeurs, la scène et ses deux disques sortis à peu de temps d’intervalle. Le jeune homme au look de commercial un peu loufoque s'est fait repérer par les médias et le public grâce à ses reprises de tubes pops actuels, connus de tous, (tel que « Seven Nation Army » de The White Stripes).

Ben l'Oncle Soul leur a fait subir un traitement soul à sa manière. Il en résulte un génial EP digital Soul Wash Lesson 1 (6 titres) en octobre 2009.  Le 17 mai 2010, Ben l’Oncle Soul, sort un premier opus, "Soulman".

Ben l’oncle Soul est un jeune homme sympa, avenant et qui ne se prend pas au sérieux. On a vite envie d’être son pote !

Voici l’interview :

Ben l'oncle Soul et Mandor après l'interview, le 12 avril 2010 chez Motown France.
12.04.10 Ben L'oncle Soul 2.JPG
Voici mon article sur Ben l'oncle Soul dans "Le magazine des Espaces Culturels Leclerc" du mois de mai.
Scan10003.JPG

05 mai 2010

Bobby Bazini : l'interview d'une future star!

BOBBY BAZINI_Cover AMBUM_Better In Time.jpgBobby Bazini, ce jeune canadien songwriter originaire de Mont-Laurier, est LA révélation musicale de l'année. Je l’ai rencontré pour MusiqueMag le 18 mars dernier… quelques heures avant sa participation à Taratata.

Rendez-vous dans sa chambre d’un grand hôtel parisien. Le jeune homme, s’il est très sympathique, est aussi très timide. Un peu effarouché de ce qu’il se passe autour de lui, Bobby Bazini suit le mouvement… et joue le jeu de la promo.

Dans l’interview, il me parle notamment de la sortie le lundi 3 mai de son premier album Better in Time. Bobby Bazini évoque sa jeunesse, son contexte familial et le pourquoi de son amour de la musique des années 70.

Ce nouvel artiste a tous les atouts pour s'imposer et séduire : des comptines pop-folk flirtant avec la country ou le blues, une voix égratignée à la fois grave et soul, un zeste de romantisme, mais surtout un style, une patte bien à lui.
Son premier single, I Wonder, est n°1 depuis des semaines au Canada. Sur cette chanson, son grain de voix est à tomber par terre, sa mélodie sensuelle et légère, son charme évident. Du haut de ses 20 ans, l'artiste a tout d'un futur grand. Pas étonnant que la Warner l'ait pris sous son aile...

Voilà l’interview…

26369_379593468673_538708673_3669857_6506155_n.jpg
Bobby Bazini et Mandor après l'interview... le 18 mars 2010.
Et la chronique écrite par bibi pour "Addiction, la mag" du mois de mai.
Scan10012.JPG
Scan10011.JPG

04 mai 2010

DJ Ravin en interview!

ravin.jpgA la fin du mois de mars dernier, je suis allé interviewer Ravin pour MusiqueMag et pour Addiction. (Je couple souvent les différents médias qui m’emploient, surtout quand c’est la même agence qui gère le tout.)

Ravin est le DJ qui est à l’origine de 7 compilations Buddha-Bar. Les hasards de la vie ont fait que, pour mes journaux, j’ai souvent écrit des articles sur ces disques « lounge » (qui, au demeurant, sont loin d’être désagréables à écouter).

J’avais déjà rencontré Claude Challe (le précurseur) et Sam Popat, mais jamais Ravin (me manque dans ma collec’ des DJ’s Buddha-Bar, David Visan).

Bref, avec Julien, mon cameraman du jour, nous pénétrons dans cet établissement du 8e arrondissement de Paris où nous sommes accueillis très chaleureusement par le DJ et Grégory Dausse, le responsable communication du label Georges V Records (que je commence à bien connaître).

Voici le résultat pour MusiqueMag.

Et mon papier pour Addiction Le mag :

Scan10006.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scan10007.JPG
Scan10008.JPG

Scan10009.JPG

03 mai 2010

Catherine Major en interview !

161713949.jpgJ’ai déjà eu deux aventures avec Catherine Major.

Enfin, aventures professionnelles, j’entends.

(Vous l’aviez compris, d’ailleurs, Mandor n’est pas homme à utiliser l’ambigüité à tort et à travers…)

Donc, la première aventure est , et la seconde ici.

Et la troisième, c’était récemment.

Mais, qui est donc cette Catherine Major (son MySpace), tant chéri par moi-même?

Elle est la nouvelle star féminine du Québec. Elle cartonne littéralement depuis deux ans grâce à son deuxième album « Rose Sang ».  Ce superbe disque n’est disponible en France que depuis le 25 janvier dernier. Toute la presse est d’ailleurs dithyrambique sur le cas de cette artiste charismatique st surdouée.1539615837.jpg

L’album propose 14 chansons, toutes très différentes les unes des autres. Il y en a pour tous les goûts, tous les rythmes, toutes les ambiances. On voyage au fil des morceaux ; parfois, on se laisse bercer par les mélodies, et d’autres, ce sont des swings entraînants qui nous emportent. Mais toujours il y a constamment une énergie communicative et rafraichissante ! Les chansons de la pianiste et compositrice sont nées de collaborations avec des auteurs de grand talent tels qu’Éric Valiquette, Jacinthe Dompierre, et Martine Coupal.

Catherine Major était, il y a quelques jours, de passage à Paris pour son concert à l’Européen, le 22 mars dernier.

Le 25 mars, profitant d’un moment de libre, elle est venue me rendre une visite dans les locaux de MusiqueMag, mon nouveau fief professionnel.

Voilà le résultat de notre entretien.

5 minutes pour vous inciter à vous intéresser à cette artiste en devenir (et qui deviendra quelqu’un d’incontournable dans quelques mois… foi de Mandor !)

24 avril 2010

Interview d'André Manoukian!

13.04.10 André Manoukiand.jpgJ'aime beaucoup André Manoukian parce que nous avons beaucoup de points communs.

Il est né à Lyon, je suis né à Lyon.

Il est d'origine arménienne, j'ai épousé une Arménienne (et donc, j'ai une fille moitié Arménienne).

Il est beau, fin, drôle, spirituel, je suis... euh... pardon !

Bref, l'idée de rencontrer le juré « poète » et « philosophe psycho-érotico-cosmique » de La Nouvelle Star m'intéressait vivement.

Il a pas mal d'actualité : La Nouvelle Star, un livre « Deleuze, Sheila et moi » (qui est un échec cuisant et dont j'ai eu la délicatesse de ne pas parler) et un disque de jazz.

andrcover.jpgAprès son premier album sans chanteuse, Inkala, André Manoukian revient avec une flopée de jeunes gens pour le projet So in Love. Il a fait appel à la nouvelle scène française pour interpréter des grands classiques de jazz tels que "What a Wonderful World", "My Funny Valentine", "Tea for Two" ou autres "Everytime Time We Say Goodbye".

Au programme des interprétations de deux anciens de la Nouvelle Star, Camélia Jordana et Benjamin Siksou. Anaïs, Tété, Cocoon, Emily Loizeau, Loane et Helena Noguerra complètent ce brillant casting. Ces standards sont complètement dépoussiérés grâce aux arrangements et au jeu subtil d'André Manoukian. Juste, il faut aimer le jazz pour aimer ce disque.

Le 13 avril 2010, pour MusiqueMag, je me rends donc dans sa maison de disque, EMI. L'homme est souriant, courtois et ce jour-là, particulièrement enrhumé. Il s'en excuse.

Magnéto Serge !

Ensuite, puisque je l'avais sous la main, j'ai orienté les questions sur les attaques que subit cette 8e saison de la Nouvelle Star. Il répond aussi personnellement à Julie Zenatti qui n'aime pas que le jury d'M6 se moque des chanteuses à voix.


Et pour finir, voici mon article publié dans Le magazine des espaces culturels Leclerc du mois d'avril 2010 (écrite avant ma rencontre avec André Manoukian).
Scan10001.JPG
image.jpg

21 avril 2010

Les Plastiscines répondent aux questions des lecteurs de MusiqueMag

LP1.jpgAprès un premier album, "LP1", en 2007, les Plasticines sont revenues en novembre dernier avec "About Love". Elles assurent la promotion sur scène de ce deuxième album produit par Butch Walker (P!nk, Weezer, Avril Lavigne) et enregistré à Los Angeles, à l'occasion d'une tournée hexagonale. C'est au Printemps de Bourges 2010 (qui s’est tenu la semaine dernière et dont je parle dans ma précédente note), que j’ai rencontré les charmantes demoiselles. 
Le principe de l'interview était simple. Il y a quelques jours nous avons proposé aux lecteurs de MusiqueMag (dont je suis responsable du secteur « Chanson Française ») de poser eux-mêmes des questions aux quatrecover_12x12-plastiscines1-300x300.jpg rockeuses françaises.

L'occasion pour elles de revenir notamment sur leur aventure américaine, d'évoquer La Nouvelle Star, Camélia Jordana ainsi que leur participation à l'un des épisodes de la troisième saison de la série "Gossip Girl". Les Plastiscines (qui n'ont pas leur langue dans leur poche), ont joué le jeu avec enthousiasme et sincérité.



860794640.jpg
Avec les Plastiscines après l'interview... ce vendredi 16 mars 2010.

19 avril 2010

Mon Printemps de Bourges 2010!

Scan10001.JPG

printemps-de-bourges-2010.jpgQuand à la rédac de MusiqueMag, on a décidé de se rendre au Printemps de Bourges, j'ai sauté de joie en l'air, me suis balancé aux nombreux lustres en diamant qui ornent notre open space en effectuant un saisissant cri de Tarzan, puis ai dansé complètement nu sur ma table  une rumba chaloupée qui a fait défaillir la gente féminine des bureaux adjacents...

Je tiens à les remercier pour leur discrétion, d'ailleurs, car personne n'a rien remarqué.

Bref, l'idée de passer deux jours à Bourges était loin de me déplaire.

J'ai choisi d'y aller le jeudi 15 et le vendredi 16 avril.

C'est-à-dire, en plein bouclage du magazine des espaces culturels Leclerc (dont j'écris les pages « Musique »).

Ma secrétaire de rédaction préférée a apprécié ma plaisanterie.

Caroline à beaucoup d'humour.

Et les nerfs bien accrochés.

« Promis, je te fais mes cinq derniers articles quand je serai à Bourges, juré, croix de bois, croix de fer...etc. Tu me connais, Caro, je ne reviens JAMAIS sur une promesse!»

Évidemment, sur place, je n'ai pas écrit une ligne pour le journal.

Parce que sur place, c'était du non-stop.

Bon, je commence par quoi ?

Mon départ en voiture, le jeudi, à 7h du matin et mes 3 heures pour sortir de Paris, pour finalement arriver à 13 heures (6 heures pour faire 250 bornes...) au superbe hôtel Logitel de Saint-Doulchard (pardonnez-moi de vous faire rêver, mais quand on mène, la vie que je mène, il est de son devoir d'en faire profiter tout le monde).

Bref, donc, je dépose mes bagages dans la chambre. Deux de mes collègues étant déjà sur place, le patron me demande, un brin suspicieux : « C'est vous qui payez ? ».

« Ca va bien, merci et vous ? » ai-je répondu.

Il n'a pas goûté mon sens de la répartie.

« Vous êtes combien au juste ? ».

Je lui explique que c'est le journaliste qui arrive le vendredi et qui reste jusqu'à dimanche qui réglera.

Il n'a pas dit « Mouais », mais je l'ai entendu dans ses yeux.

Je reprends ma voiture (ravi du sens de l'hospitalité de la région), pour me rendre à Bourges.

Vous expliquer que je me suis paumé et que je me suis garé dans le centre-ville à l'exact opposé du lieu des festivités ne serait pas tout à fait un mensonge. Mais, oubliez tout ça... ce n'est pas bon pour l'image du journaliste fringant et irréprochable que je suis.

D'abord, trouver mes deux acolytes déjà sur place. J'appelle Guilaume Fouqué (éminent journaliste, tendance rock, de la rédaction. « 'tain, je suis perdu là, vous êtes où ? C'est petit Bourges, mais c'est un grand bordel de crotte de bique ! ».

Parfois, je perds le flegme qui pourtant me caractérise fortement.

(Sans me vanter).

Tant bien que mal, je parviens à trouver l'espace pro. Guillaume vient me chercher (il n'a que ça à faire après tout... finir un montage urgent et caler 25.000 interviews n'est pas une tâche complexe et longue quand même !) afin de retirer mes accréditations. Ensuite, direction la salle de presse où se trouvent tous les journalistes accrédités pour le festival. Et notre caméraman/monteur, Vincent Bergeron (d'un calme proche du zen absolu, surtout lorsqu'il bosse sur un logiciel qui lui est étranger !).

P1020331.JPG
Guillaume Fouqué, Vincent Bergeron et Mandor en plein boulot dans la salle de presse.

Première journée (jeudi), avec un programme chargé.

Ma feuille de mission : interviews de Cœur de Pirate, de Revolver et de JP Nataf dans l'après-midi et captations des concerts de BB Brunes et du groupe Soma. A ce propos, c'est aux « 3 P'tits Cochons » qu'a eu lieu, sur les coups d'une heure du matin le concert de ce groupe de rock. J'ai les tympans explosés, l'estomac sponsorisé par Heineken et les jambes en compotes, mais tout va bien.

Dodo à trois heures, réveil à sept.

Quelques photos de la journée...

P1020313.JPG
Coeur de Pirate par Mandor (tentative désespérée de photo artistique!)
P1020317.JPG
Coeur de Pirate, toujours (tentative de photo alors qu'elle me parle!)
P1020335.JPG
Avec JP Nataf avant la conférence de presse... (au concours de la barbe fleurie, j'ai perdu!)
Et voici un acoustique pour le site de L'Express.


JP Nataf en Toy Session au Printemps de Bourges
envoyé par LEXPRESS. - Regardez d'autres vidéos de musique.
P1020312.JPG
Le groupe Revolver pendant la conférence de presse.
P1020319.JPG
Petite pause avant de réattaquer : Vincent et Guillaume (deux membres éminents de la dream team MusiqueMag!)
P1020321.JPG
Dans les rues de Bourges, la musique est partout!
P1020329.JPG
Petite halte d'une heure aux "3 P'tits Cochons"... pour la bonne cause! Capter un concert des Soma!
P1020326.JPG
Le concert des Soma à une heure du mat aux "3 P'tits Cochons"

Le compte rendu du jeudi filmé pour MusiqueMag :

Le vendredi, programme tout aussi conséquent que la veille.

J'ai interviewé Gaëtan Roussel (deuxième fois en un mois, autant dire que l'on est les meilleurs amis du monde...), John Butler Trio (avec une traductrice of course, parce que je parle anglais comme une vache espagnole qui aurait appris l'Égyptien hiéroglyphique en 3 jours avec la méthode Assimil !), Alex Toucourt, nouvel artiste qui sort son premier album en juin et que je n'ai cessé de croiser à Bourges en train de coller ses propres affiches, les Plastiscines,  à qui j'ai posé des questions proposées par les lecteurs de MusiqueMag. Elles ont bien joué le jeu. Merci à elles !

Et puis aussi, j'ai assisté à la conférence de presse des Françoises (où les caméras et appareils photo étaient strictement interdits sous peine de se faire lyncher en public... Imaginez ma frustration !). Tenez, j'en parle là!

P1020332.JPG

Les Françoises, ce sont six représentantes, à succès et à forte personnalité, de la jeune scène française, qui se sont réunies pour un show unique (qui s'est tenu le soir même: Camille, Jeanne Cherhal, La Grande Sophie, Emily Loizeau, Olivia Ruiz, Rosemary Standley (chanteuse du groupe Moriarty).

AFP.jpg
Photo du concert : AFP
Et un extrait du concert : Olivia Ruiz reprenant une chanson de Camille : "Ta douleur".
(Ceci est un document... donc image moyenne...)

Allez, quelques photos de la journée...

P1020336.JPG
Gaëtan Roussel lors de la conférence de presse.
P1020339.JPG
Gaëtan Roussel et la cohorte des journalistes...
Petite page de publicité pour un type bizarre que je n'ai cessé de croiser, mais toujours masqué.

P1020334f.jpg
Janski Beeeats, c'est lui! On ne voit jamais sa vraie tête (comme le faisait Mandor au début de son blog, soit dit en passant!)
Il est cette année "découverte électro du Printemps de Bourges 2010"
Voici un extrait de sa prestation à Bourges:


Janski Beeeats
envoyé par LePrintempsdeBourges. - Clip, interview et concert.
P1020341.JPG
John Butler Trio en conférence de presse.
P1020342.JPG
On a eu le droit à un titre acoustique des John Butler Trio.

Le compte rendu filmé du vendredi pour MusiqueMag :

Ce même vendredi, Guillaume Fouqué est rentré chez lui dans l'après-midi dans le secret espoir de prendre un avion pour la Thaïlande (Wouarf ! Mort de rire !) et Aurélien Kievitch est arrivé vers 16 heures pour nous succéder et ainsi clore le festival durant le week-end. Après avoir aussi salué Vincent, je suis reparti vers la capitale, des souvenirs plein la tête et le ventre repu.

(À ce propos, est-ce que quelqu'un sait si le docteur Dukan préconise le régime Kébab/bière pendant 3 jours ?)

P.S : J'interdis formellement à Guillaume ou Vincent de prétendre que je n'ai aucun sens de l'orientation et qu'en pleine nuit, je suis incapable de retrouver ma voiture pendant une heure, alors que nous passons à côté d'elle maintes fois.

PS 2 (qui n'est pas, dans le cas précis, une console de jeu) : J'interdis également à Guillaume ou Vincent d'affirmer que ma blague « j'éteins-la-lumière-de-la-salle-de-bain-de-la-chambre-d-hôtel-pendant-que-mes-collègues-prennent-leur-douche » n'est pas carrément irrésistible... surtout quand elle est redondante.

09 avril 2010

Interview de Renan Luce... un quizz pas essentiel mais révélateur!

renan-luce.jpg

25.03.10 Renan Luce.JPGRenan Luce a sorti il y a quelques mois son deuxième album, Le clan des miros (que j'avais chroniqué pour le magazine Virgin!). MusiqueMag, le site musical pour lequel je travaille depuis un mois pile poil, l’avait interviewé à cette occasion. Cette fois-ci, la maison de disque nous a proposé de le rencontrer de nouveau. Je me suis donc rendu dans un bar parisien, le 25 mars dernier, pour qu’il me réponde à un questionnaire un peu particulier : le Quizz MusiqueMag.

Nous sommes partis du principe que des questions pas forcément essentielles peuvent dévoiler beaucoup d’une personnalité. Parmi elles (les questions pas essentielles), en glisser quelques-unes moins superficielles…

Mélanger tout ça et laisser répondre.

Il faut poser les questions, sans pause, les unes après les autres.

Ne pas laisser un temps de réflexion trop long.

Le questionnaire ne sera jamais le même selon les invités.

Première expérience avec Renan Luce.

25.03.10 Renan Luce 3.JPG