Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 février 2012

Jenifer : interview pour The voice

jenifer, the voice, appelle moi jen, interview, mandor

Ce soir sur TF1 débute une émission musicale très attendue.

The Voice.

Le principe est simple : Des coachs, dans leurs grands fauteuils rouges imposants, qui ferment les yeux, subjugués par la force d'une voix (ou pas). Les chanteurs Garou, Louis Bertignac, Florent Pagny et Jenifer qui piaffent d'impatience à l'écoute d'un titre (ou pas), puis ne résistant plus à l'envie d'appuyer sur le buzzer (ou pas), avant de se retourner vers l'artiste qu'ils découvrent, enfin, de visu.

jenifer,the voice,appelle moi jen,interview,mandorL’occasion était donc belle de rencontrer Jenifer, ce que j'ai fait pour MusiqueMag.

Et aussi parce qu’elle est de retour dans les bacs depuis le 30 janvier avec une réédition de son dernier album Appelle-moi Jen (je l’avais déjà mandorisé à cette occasion en décembre 2010). Aux titres déjà connus se grefferont 5 remixes de son nouveau single "L’amour fou" et un deuxième volume incluant le CD "best-of live" reprenant quelques-uns des titres joués lors de sa dernière tournée. Dans cette interview filmée, nous évoquons ce disque, mais aussi l’émission de ce soir.

Et un peu plus...

Jenifer était en confiance. Nous nous entendons plutôt bien. A chaque fois, elle me rappelle que je ressemble de manière « troublante » à un de ses amis proches… je pense que c'est la raison pour laquelle elle baisse un peu la garde.

Si je suis loin d'être le public visé par la chanteuse, je respecte son professionnalisme et son travail. Elle mène bien sa barque, avec classe et gentillesse.

(Petite précision : l'interview a duré une demie heure… les questions que vous allez lire dans cette vidéo qui dure 8 minutes ne sont pas posées exactement de la même façon lors de l’entretien. Disons, que dans la réalité, il faut louvoyer pour obtenir certaine réponse. C'est une conversation…)

DSC03159.JPG

Le 9 février 2012 dans un hotel parisien, après l'entretien.

24 février 2012

Blankass: interview pour Les chevals

305833_10150321528487606_9424777605_8352702_397804396_n.jpg

blankass,les chevals,interview,musiquemag,mandorLes Blankass reviennent avec un album dans lequel ilsont exploré de nouvelles voies, de nouveaux sons, une nouvelle façon d'écrire. Six années après leur précédent opus en studio, et un congé sabbatique de deux ans pour cause de projets solos, les frères Ledoux et leurs acolytes se rappellent à notre bon souvenir. Et moi, ça me fait plaisir. Ils ravivent l’histoire d’un groupe qui a écumé toutes les scènes de France, qui a une poignée de tubes éminents, qui détient à son actif deux nominations aux Victoires de la Musique, et quelques ouvertures prestigieuses de soirées au bénéfice de U2 ou The Clash.

Les dix chansons de ce nouvel effort de Blankass sont la conséquence d’un travail de plus d’un an en studio, et, en cerise sur le gâteau, du mixage new-yorkais de Mark Plati (qu’on a pu apprécier aux côtés de Gaëtan Roussel, ou Rita Mitsouko). Les Blankass sont venus répondre à mes questions et enregistrer un titre en acoustique à MusiqueMag.

 
Les clichés de l'interview.

DSC03086.JPG

DSC03087.JPG

DSC03089.JPG

DSC03103.JPG

 
Quelques photos de la session...

blankass,les chevals,interview,musiquemag,mandor

blankass,les chevals,interview,musiquemag,mandor

blankass,les chevals,interview,musiquemag,mandor

Un peu de pub !

blankass,les chevals,interview,musiquemag,mandor

04 février 2012

Lola: la nouvelle révélation de My Major Company!

lola, my major company, session acoustique, interview, mandor

Vous le savez (car je le répète souvent), l'aspect le plus intéressant de mon métier est de découvrir de nouveaux talents. "Découvrir de jeunes talents"...  la belle affaire ! Formule prétentieuse qui n'est pas tout à fait exacte. En tout cas, depuis des années, je me contente de mettre en avant ceux qui ne sont pas (encore) médiatisés et qui mérite de l'être .

C'est le cas de LOLA, jeune femme aux lointaines origines russes et italiennes. Récemment repérée par le célèbre producteur de spectacle Gilbert Coullier, elle s'apprête à dévoiler son album Everybody Relax. La belle jeune femme y dévoile une personnalité aussi riche en facettes que l’est sa voix en tessitures.

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

lola,my major company,session acoustique,interview,mandorCet opus sortira le 5 mars prochain et, afin d'en faire découvrir quelques extraits en live au public et aux médias, Lola lance le "Everybody relax tour", une tournée des bars branchés de la capitale ! Ainsi, tout au long du mois de février, elle se produira chaque semaine dans un lieu différent. Après le live au Corso Bastille, le deuxième évènement se tiendra au Café Coste Etienne Marcel, 34 rue Etienne Marcel 75002, le 7er février et au Café Sancerre le 16 février (concert en partenariat avec MusiqueMag). Le 25 janvier dernier, Lola est venue dans nos locaux pour nous interpréter son premier single "Relax" et  pour répondre à mes questions. C’était d’ailleurs sa toute première interview officielle…

 
Quelques photos de la session...

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

Quelques photos de l'interview...

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

lola,my major company,session acoustique,interview,mandor

21 janvier 2012

LadyLike Dragons: session acoustique pour "Turn them into"

ladylike dragons,session acoustique,musiquemag,turn them into gold,love and so on,mandorLadylike Dragons est un groupe que je suis depuis 2007. Les trois natifs de Meaux viennent de sortir leur deuxième album, Turn them into gold après le premier et remarquable Heart Burst en 2009. Formé en 2006, les ex Olympic Dragons ont très vite muté en Ladylike Dragons sous la pression juridique du Comité Olympique, bien décidé à ne partager avec personne la propriété intellectuelle du terme Olympic (ils m’expliquent tout ici). L’opportunité est belle pour Sébastien (guitare) et Yann (batterie) de souligner, à travers leur nouveau nom, la féminité explosive et décomplexée de leur chanteuse Cindy.


Voici quelques-unes de mes rencontres avec le groupe: Au live in 77FM en novembre 2007, ma première mandorisation de la formation meldoise en juillet 2008, en session acoustique à la Fnac Val d'Europe en septembre 2008, leurs explications du changement de nom en février 2009, une deuxième mandorisation (version audio) à l'occasion de la sortie de leur premier album en octobre 2009...


Dans Turn them into gold, on retrouve ce collage détonnant entre des mélodies (power) pop et un blues rock garage sale drivé tout en puissance. Si la formule guitare/basse/batterie est certes classique, la qualité du songwriting et la compétence des musiciens font ici la différence. Efficace sans jamais être tape-à-l'œil, cet album ravira tous les amateurs d’un rock brut basé sur les guitares. Le 5 décembre 2011, j’ai demandé au groupe de venir dans les locaux de MusiqueMag pour nous offrir deux extraits de cet album en version acoustique.

"Love and So On" (acoustique)
 
Quelques photos de la session acoustique...

DSC02356.JPG

DSC02355.JPG

ladylike dragons,session acoustique,musiquemag,turn them into gold,love and so on,mandor

12 janvier 2012

FM Laeti: interview et session acoustique pour It Will All Come Around

fm laeti,it will all come around,interview,session acoustique

fm laeti,it will all come around,interview,session acoustiqueElevée au jazz de Nina Simone, au rock d’Otis Redding, et au son de la musique africaine, au début de sa vie musicale, la guadeloupéenne FM Laeti s’est spécialisée dans le jazz vocal et le gospel. Aujourd’hui c’est entre pop et soul que la musique un brin seventies de FM Laeti balance. De très nombreux voyages ont forgé son inspiration et lui ont permis de transcender les sons entendus aux quatre coins du monde, dans une musique solaire et éclatante. Avec ses mélodies captivantes, FM Laeti a déjà conquis des milliers de fans sur la Toile. Son premier album, It will all come around, est un superbe croisement de soul, de pop et de folk. Depuis, les succès s'enchaînent pour la demoiselle et ses musiciens qui affichent complet pour la plupart de leurs concerts. FM Laeti est un duo formé de Laetitia et de François-Marie. Avant de se produire le 26 mars prochain au Café de la Danse, les deux artistes sont venus dans les locaux de MusiqueMag pour répondre à quelques questions et nous offrir deux titres en session acoustique ("Rise In The Sun" et "Show Me The Way"). C’était le 20 décembre et la rencontre fut belle.

L'interview:

 
Quelques photos de l'interview prises par Pierre-Henri Janiec, leur attaché de presse. Il sait que cette séance pour MusiqueMag se transformera en "chronique de Mandor". Alors, il m'aide parce qu'il est sympa. (Merci à lui!)

fm laeti,it will all come around,interview,session acoustique

FM Laeti, It Will All Come Around, interview, session acoustique

FM Laeti, It Will All Come Around, interview, session acoustique

La version acoustique de "Rise In The Sun".

 
... et la version acoustique de "Show Me The Way".

 
Là, ce sont des photos prises par moi-même pendant leur session. Je sais, c'est impressionnant tant elles sont magnifiques.

fm laeti,it will all come around,interview,session acoustique

fm laeti,it will all come around,interview,session acoustique

fm laeti,it will all come around,interview,session acoustique

04 janvier 2012

Mickaël Miro: interview filmée de la nouvelle étoile de la variété française

mickaël miro, juste comme ça, interview, musiquemag

La chanson "L'Horloge Tourne" a été élue la semaine dernière "Chanson de l’année 2011" sur TF1. Bon, je sais, ce n’est pas un gage probant de qualité absolu. Mais, l'ascension fulgurante de Mickaël Miro ne s’arrête pas là. Ce jeune auteur-compositeur, actuellement en tournée, est également nommé aux prochains NRJ Music Awards dans la catégorie Révélation Francophone de l'année. Il est actuellement en tournée et sera en concert à l'Olympia le 12 mai 2012. Pas mal pour un garçon qui était encore complètement inconnu il y a un an.

Dans son premier album, Juste comme ça, Mickaël Miro raconte en musique ses histoires, ses rencontres, son besoin d'aimer et d'être aimé. En quelques mois, il est déjà Disque de Platine avec plus de 100 000 exemplaires vendus. Cette nouvelle étoile de la variété française est passée nous voir à MusiqueMag le 15 décembre dernier pour évoquer ce début de carrière impressionnant.

 
Voici quelques photos prises lors de l'entretien...

mickaël miro,juste comme ça,interview,musiquemag

mickaël miro,juste comme ça,interview,musiquemag

mickaël miro,juste comme ça,interview,musiquemag

mickaël miro,juste comme ça,interview,musiquemag

mickaël miro,juste comme ça,interview,musiquemag

Pour finir, une photo que je trouve assez symbolique.

Mickaël Miro me fait penser au Goldman du début de carrière mais avec un répertoire à la Fiori d'aujourd'hui...

mickaël miro,juste comme ça,interview,musiquemag

Mon avis très sincère: ses textes manquent d'épaisseur. Mais vraiment.

J'aime la variété, mais là, les propos, c'est un peu peu. Comme il le dit dans l'interview, Mickaël Miro pense qu'une chanson, "ce n'est pas grave". Il préfère écrire des chansons, "juste comme ça" (titre de son album). (Au passage, Goldman, lui, ajoute de la profondeur à ses chansons, comme ça, mine de rien).

Il a raison de faire comme il le sent, évidemment. Mais je trouve ça dommage. L'homme est sympathique, plutôt charismatique et il chante très bien (j'aime beaucoup sa voix). Il a l'art des refrains entêtants et des jolies mélodies.
Il peut durer.
Longtemps.
Mais je pense qu'il faudrait qu'il ne se contente plus d'interpréter ses petites bluettes. J'écris cela de la manière la moins péremptoire possible, parce que j'ai du respect pour cet artiste qui bosse comme un acharné depuis plus de 10 ans pour arriver là où il est en train d'arriver...
Il mérite tout simplement mieux.
Du vrai sens.

20 décembre 2011

Gérald de Palmas: interview filmée pour "Sur ma route"

de p.jpg

Gérald de Palmas se faisait rare ses dernières années. Soucis avec sa maison de disque et besoin de se ressourcer. Aujourd’hui il revient avec un best of.

Voici ma chronique sur ce double CD, paru dans Addiction, le mag daté du mois de novembre 2011.

Scan10032.JPG

Pour MusiqueMag le 3 novembre dernier, je suis allé à sa rencontre dans une chambre de l’Hôtel Renaissance. On ne peut pas dire que Gérald de Palmas soit l’artiste le plus chaleureux de la Terre. Il est « sympathique », mais on sent qu’il n’est pas très amateur de promo. Le minimum syndical, mais après tout, son métier c’est musicien-interprète, pas "expliqueur" de projets/chansons. L'homme reste professionnel, si professionnel qu'il ne laisse aucune faille visible dans laquelle s'infiltrer.

L’interview filmée.

After the interview (j'internationalise cette note, ne me remerciez pas!)...

DSC01993.JPG

Et hop! Pour finir ce spécial De Palmas... petit souvenir: ici, après une interview à l'Hôtel Lutetia, le 2 mars 1995. 16 ans déjà!!!

depa.jpg

17 décembre 2011

Christophe Maé: interview filmée pour "On trace la route-le live"

mae.jpg

Christophe Maé vient de sortir son deuxième album live, On trace la route-le live. Voici ma chronique publiée dans le Addiction, le mag daté du mois de novembre 2011.

Scan10031.JPG

Cet artiste est l’un de ceux que je rencontre à chaque sortie de disque (ma précédente interview filmée, pour son album On trace la route, ici). J’ai suivi son début de carrière solo, disons… calme, et vu son incroyable évolution vers une forte popularité. Et si je ne suis pas fan de son répertoire, je dois dire que je suis épaté par son « non-changement » comportemental. Il garde la tête froide et reste toujours sympathique. Aussi, c’est à chaque fois avec beaucoup de plaisir que je vais à sa rencontre. Le 25 novembre dernier, je me suis rendu chez Warner pour MusiqueMag. Cette fois-ci, le but était de réaliser une interview "spéciale scène".

 
Lors de l'entretien...

DSC02133.JPG

03 décembre 2011

Corneille: interview et chronique pour Les inséparables

corn.jpgCorneille, ces dernières années, j’avais un peu laissé de côté. Un peu trop répétitif, sombre, pesant, limite anxiogène… Mais, bon, le personnage en lui-même continuait à m’intéresser. Dans la vie, l’homme est « sympathique » et attachant, alors j’ai persévéré à écouter avec indulgence ces nouveaux disques. Le nouveau, Les Inséparables, m’a réconcilié musicalement avec lui. Attendez, je ne suis pas en train de dire que c’est mon style musical à moi, je veux simplement dire que, dans le genre, cet album est une parfaite réussite. Voilà ce que j’en ai dit dans Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc daté du mois d’octobre 2011.  


 

Scan10029.JPG

J’ai voulu en savoir un peu plus sur ce que devenait Corneille et surtout, connaître son état d’esprit du moment après l’échec de son dernier album. Coup de chance, je connais bien son attaché de presse (salut Pierre-Henri !) et, du coup, il l’a amené dans les locaux de MusiqueMag, le 2 octobre dernier. Merci à lui parce que cette visite n’a pas été évidente à organiser, tant le chanteur est demandé actuellement.

Voilà donc le fruit de notre longue conversation. L’idée était de ne pas trop parler musique…

(Les questions que vous voyez sur les images sont évidemment simplifiées au maximum. Elles ne sont pas posées de la même manière « en vrai ».)

Et, "the" souvenir de la rencontre...

DSC01981.JPG

24 novembre 2011

Ycare: session acoustique et interview pour Lumière Noire

ycare.jpg

Ycare est éliminé de la Nouvelle Star en quart de finale en 2008. Ce Franco-Libanais publie son premier album Au bord du Monde l'année suivante. Lumière Noire est son second opus. Une œuvre intime, truffée de faux semblants et de double sens à l’écriture douce et insolente et à la pop imparable. Toujours sur le fil, entre gravité et légèreté, Ycare poursuit son vol sans aucune fausse note. Le 17 octobre 2011, le chanteur est venu dans les locaux de MusiqueMag pour interpréter en guitare-voix deux de ses morceaux en acoustique : le single "S.E.EX" et "La Vie". À l’issue de ses deux titres, je l’ai soumis à une interview express. Pour ne rien vous cacher, lui était grippé et moi, peu inspiré ce jour-là. C’est rare, mais ça m’arrive.

Premier titre, "S.E.EX".

 Et le second, ma chanson préférée de l'album, "Une vie", ici dans une version plus... lente.

Trois clichés de la session...

DSC01608.JPG

DSC01607.JPG

DSC01610.JPG

Interview express:

« Une vie » est une chanson sur le temps qui passe.

Ça me terrifie. L’idée juste de voir mon corps ne plus être celui d’un jeune homme. La chanson, je l’ai écrite parce que j’étais au téléphone avec mon père. Il a 65 ans et il continue d’entreprendre comme s’il en avait 20. Je lui ai demandé après quoi il courrait à cet âge-là. A 28 ans, j’ai du mal à saisir, à imaginer, à projeter. Le texte de cette chanson s’est imposé à moi de manière fulgurante. Il fallait que ça sorte.

Vous avez peur de la mort ?

Je me pose surtout la question : comment je vais vivre ? Est-ce que je vais vivre dans l’inquiétude en essayant d’être prudent sur tout et en se privant de tout… et ça ne m’empêchera pas de crever au bout du compte. Ou alors, est-ce que je brûle ma vie par les deux bouts et je meurs un peu plus tôt, mais je vis fort. Je ne sais pas. Ce dont je suis certain, c’est que je vais lever un peu le pied, j’ai trop vécu fort, là, récemment.

J’ai l’image de vous comme quelqu’un de complètement barré et de noir intérieurement. Fausse image ?

C’est la première image qu’on a vu de moi à l’époque de Nouvelle Star. C’était un jeune homme qui avait peur, qui ne savait pas du tout où il allait, où il mettait les pieds et qui n’avait peut-être rien à faire là. Je n’étais pas destiné à chanter, je n’ai d’ailleurs jamais appris. Je me suis retrouvé dans ce contexte hallucinant à chanter les chansons des autres sous la lumière, devant un monde incalculable. La folie que l’on décelait chez moi, c’était une forme de timidité. Aujourd’hui, j’apprends à me poser et à m’exprimer correctement.

Vous êtes rassuré aujourd’hui ?

Non, mais je suis surtout un peu plus lucide sur ce métier. Demain, je le serai encore plus. Je continue à apprendre tous les jours.

DSC01616.JPG

(Je sais... je suis parfois pathétique.)

18 novembre 2011

Yves Jamait: session acoustique et interview pour Saison 4

app_full_proxy.php.jpg

A l'occasion de la sortie de son quatrième album, Saison 4, le 4 octobre dernier, Yves Jamait est venu à MusiqueMag pour en interpréter un extrait, « Même sans toi » et répondre à quelques questions...

Avant (et histoire d'en savoir un peu plus), je vous propose une chronique de ce disque que j'ai écrit pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois d'octobre 2011) .

Scan10042.JPG

Avant l'interview, Yves Jamait a interprété "Même sans toi". J'adore ces moments privilégiés. Je suis la carrière de cet artiste depuis le début et je l'ai vu sur scène de nombreuses fois. Donc, le voir chanter juste pour moi (façon de parler)... il y a un côté jubilatoire.

Deux photos de la session acoustique...

DSC01453.JPG

DSC01454.JPG

Interview:

10 ans de carrière, déjà. Tu en retiens quoi ?

D'abord, le mot « carrière » fait tellement Star Ac… je parlerais plutôt de « parcours ». La date anniversaire correspond à la sortie du premier album. Si je prends le moment où j’ai vraiment commencé, ça fait 13 ans. Je n’ai pas vu le temps passer. Je n’en retiens que des instants fabuleux, inimaginables, inespérés même.

Réalises-tu ce qui t’arrive depuis 10 ans?

Je prends des moments pour réaliser. Je suis devenu à  40 ans celui que je voulais être tout môme. Il est curieux de réaliser que tu as finalement réalisé ton homme. Je peux te dire que c’était mal barré.

Pour fêter l’évènement, tu joues dans ta région… à Dijon dans les petites et les grandes salles. 10 salles en tout.

De toute façon, si je faisais ça à Paris, ce serait noyé dans une espèce de magma de soirées culturelles. J’ai préféré Dijon parce que c’est ma ville, j’ai commencé là-bas. Tous les concerts sont pleins, le Zénith comme les petites salles.

DSC01466.JPG

Dans tes spectacles, il y a toujours une notion de partage. Il y a toujours d’autres artistes invités. Tu profites du succès que tu as pour donner un focus à ceux qui en ont besoin ?

Je vais être plus concis, je profite, c’est tout.  J’ai toujours adoré la chanson, aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir chanter avec des gens comme Anne Sylvestre, Allain Leprest, Agnès Bihl et bien d’autres artistes que j’aime, qui me reconnaissent à travers mon travail et dont je reconnais aussi le leur. Pour moi, c’est un réel plaisir avant toute chose. Je ne me dis pas: « il faut promouvoir la belle chanson française ». On fait des spectacles de 5 heures ou les gens en redemandent tout le temps. Ce sont souvent des artistes que l’on ne voit pas beaucoup parce que, je ne sais pas, ça ne doit pas faire « mode », ils ne doivent pas être assez branchouilles.

Ton répertoire n’a jamais été guilleret, ce 4e album l’est encore moins…

Moi, je ne le trouve pas plus sombre. C’est juste le temps qui passe et ça ne me rassure pas. J’ai 50 ans cette année. À l’âge de 6 ans, j’ai découvert l’existence de la mort… mon angoisse par rapport à elle ne m’a jamais vraiment quitté. J’ai plutôt un regard lucide sur la vie, ce qui ne m’empêche pas de me marrer et d’en profiter. Même en concert, je fais marrer le public entre les chansons. Tu sais, quand tu vas à un enterrement, les gens au moment de l’enterrement sont dans une tristesse profonde, une demi-heure après, ils sortent et rigolent, pensent à autre chose, refont la vie, parce que sinon c’est intenable. La chanson humoristique, c’est le plus difficile à faire. Moi, je ne sais pas faire, je n’en ai pas le goût. Dans la vie, je ne vois jamais les choses vraiment positivement. J’estime que derrière chaque chose, il y a toujours de la saleté.

DSC01479.JPG

Par contre, il n’est pas faux de dire que cet album est plus rock.

J’ai demandé à mon guitariste de colorer un peu plus mon album, de lui donner plus de rythme. Mais, je ne suis pas parti dans l’idée de passer officiellement à un autre cap. L’album s’est fait en une semaine parce tout fonctionnait bien entre les musiciens et moi et parce que l’énergie était bonne. Je ne conceptualise rien, moi, il faut laisser ça aux philosophes.

Tu parles des relations hommes femmes qui ne durent pas toujours.

Il y a combien de divorcés en France ? Je ne dois pas être le seul. L’amour ne rime jamais avec toujours chez moi et dans mon entourage.

Parlons d’Allain Leprest, qui est parti récemment. C’était un pote à toi et tu as souvent chanté avec lui. Je trouve que vos univers sont proches… tu regrettes l’absence dans les médias de celui qui était certainement le meilleur d’entre vous ?

Est-ce qu’il aurait eu envie d’avoir une réputation à côté des gens de la télé-réalité ? Bon, paradoxalement, on souffre de la non reconnaissance des médias. Cela dit, ils sont devenus des portes-plateaux… ce n’est pas insultant, j’étais cuisinier avant. Les médias sont devenus difficiles à choper aujourd’hui. Rien ne fonctionne sans une attachée de presse. J’accepte le circuit, mais j’y vais d’un pied léger. Allain, il lui restait une rancœur là-dessus, mais il savait qu’il était entouré et que beaucoup d’entre nous le vénéraient. Allain Leprest et son fils spirituel, Loïc Lantoine, je leur reconnais une écriture qui fait l’effet d’un Céline en littérature.

Je te mets exactement au même niveau que les deux que tu viens de citer.

Rien ne peut mieux me faire plaisir… merci !

DSC01481.JPG

Après l'interview...

DSC01486.JPG

Un peu de déconne...

DSC01487.JPG

DSC01488.JPG

09 novembre 2011

Merwan Rim: session acoustique de "Vous" et interview

 

merwan cd.jpg

On a connu Merwan Rim en 2001 grâce au spectacle musical Les Dix Commandements dans lequel il interprétait le rôle de Ramsès pendant près de 3 ans. En 2004, il intègre la troupe du spectacle musical Spartacus le Gladiateur d'Élie Chouraqui et Maxime Le Forestier. Quelques mois plus tard, il est choisi pour interpréter le Duc de Beaufort dans la comédie musicale Le Roi Soleil. En 2009, il est comédien et doublure de Florent Mothe dans Mozart, l'opéra rock. Vous l’avez compris, le chanteur a fais ses premières armes sur scène dans les principales comédies musicales françaises.

Le 20 octobre dernier, Merwan Rim est passé nous voir à MusiqueMag (à la fin de sa toute première journée de promo qui s'était tenue chez Universal) pour nous offrir une version acoustique de son premier single solo, « Vous », et répondre à quelques questions sur sa carrière et sur son premier album solo qui sortira en janvier 2012.

Voici la session acoustique...

Et deux photos.

DSC01873.JPG

DSC01876.JPG

merwan rim,interview,session acoustique,vous,musiquemagInterview:

Vous êtes un des rares interprètes à avoir joué dans quasiment toutes les comédies musicales françaises à succès.

Oui, je crois même être le seul. En même temps, je vais là où j’ai envie d’aller. J’avais vécu des choses tellement fortes que c’était une envie supplémentaire de continuer dans ce domaine. Ça a duré 10 ans de ma vie. J’ai calculé, cette période représente 1800 représentations. À chaque fois devant 5000 personnes… ça doit faire près de 6 millions de spectateurs en 10 ans.

Et maintenant, vous êtes seul… ça vous fait bizarre ?

Je commence peu à peu à m’habituer. Mais, bon, quand je fais un plateau ou une télé et que je suis sur scène à chanter ma propre chanson, j’ai parfois tendance à regarder à droite et à gauche pour voir où sont les autres chanteurs. J’ai l’impression de repartir à zéro en étant seul… c’est à la fois stressant, mais en même temps, c’est ce que j’ai toujours attendu.

Les comédies musicales, c’est une sacrée école de la chanson !

Oui, il n'y a pas mieux. C'est un accélérateur de savoir-faire... Avant ça, je chantais dans des bars et si j’avais 20 personnes, c’était une grande soirée. Du jour au lendemain, à 23 ans, je me suis mis à jouer devant un public considérable 7 jours par semaine. À un moment, j’avoue avoir été un peu déstabilisé.

merwan.jpg

La chanson « Vous » à une histoire...

Elle est née sur la tournée du Roi Soleil, en 2006. On était avec Emmanuelle Moire, Christophe Maé, deux-trois autres amis quand une danseuse et comédienne du spectacle nous explique timidement qu’elle écrit des chansons. En lisant l’une d’elles, « Vous », je lui dis que j’adore. On a donc décidé de la faire sur place avec ma guitare. En 15 minutes, la chanson était là. Le 2 mai 2001, le titre est sorti et il y a eu un effet boule de neige, un engouement immédiat du public pour cette chanson. Ça a pris des proportions inimaginables. Je suis heureux parce que pour moi, c’est une manière de m’affirmer aussi comme compositeur.

Votre album sera à dominante pop.

Moi, je suis client de la pop anglo-saxonne. C’est donc ce que j’ai envie de proposer. Il y aura autant de chansons rythmées que de ballades. Toutes les chansons de l’album sont presque bouclées. Le 21 novembre, il y a un EP 4 titres qui sort et l’album, quant à lui, verra le jour début janvier 2012. Je suis avant tout compositeur, mais sur le disque, j’ai écrit quelques textes. Soit seul ou avec Patrice Guirao, Lionel Florence, Skye et même Miossec. J’ai hâte que le public fasse connaissance de mon répertoire personnel.

DSC01877.JPG

08 novembre 2011

Mister You et Mokobé : interviews pour MusiqueMag.

Souvent, je me demande si je dois publier l’ensemble de mon travail sur ce blog ou si je dois me contenter de montrer uniquement ce qui correspond à mes goûts musicaux à moi que j’ai.

J’hésite souvent. Et puis, je me dis que plus tard, quand je serai vieux (quoi c’est déjà le cas ???),  je pense que cela me fera sourire.Donc, voilà, j'ai décidé de tout livrer.

Pour MusiqueMag, il m’arrive d’interviewer les rappeurs.

Or, les rappeurs, ce n’est pas ma tasse de thé. Pour des raisons culturelles, de différences de générations, de non intérêt que je porte à ce style musical. Si je n'adhère pas, je respecte.

Je finis même par toujours prendre une certaine satisfaction à mes entretiens avec eux.

Aujourd'hui, grand lâchage!

Je vous en propose deux d’un coup.

Ne me remerciez pas!

4a338b700e.jpg

DSC01588.JPGLe premier est Mister You. Presque un an jour pour jour après la sortie de son street album  MDR (Mec de rue), le rappeur parisien a sorti il y a deux semaines son premier (vrai) album intitulé Dans Ma Grotte. Malgré une absence totale de promo, Mr Yougataga (comme on le surnomme) étant incarcéré à la prison de la santé (voir son histoire ici), son street album s'était classé 9e du Top lors de sa sortie. Le rappeur a souhaité prendre son temps afin que son premier opus "ne respire pas l'univers carcéral". Le succès de "Funk You", et le bon accueil reçu par son nouveau single "Mets-toi à l'aise, un duo avec Colonel Reyel, confirme que le public ne l'a pas oublié. Interview chez Universal, le 13 octobre dernier. Mister You m'est apparu un peu timide, pas habitué, selon ses dires, à se faire interviewer "comme un artiste normal".

mister you,dans ma grotte,mokobe,africa forever,interview,musiquemag

mister you,dans ma grotte,mokobe,africa forever,interview,musiquemagMokobé, j’avoue, m’a plus intéressé. Il est plus âgé et c’est un garçon engagé. Depuis la semaine dernière il est de retour dans les bacs avec son second album solo intitulé Africa Forever. Le rappeur du 113 (plus de 3 millions de disques vendus) réussit, une fois de plus, à faire le pont entre les musiques africaines et le hip-hop. Que ce soit avec Soprano sur "Taxi Phone" où avec Jah Cure sur "Africa Forever", les combinaisons fonctionnent à merveille. Rencontre avec Mokobé, le 19 octobre dernier, dans les nouveaux locaux de sa maison de disque Sony. Je suis ressorti agréablement surpris par cette conversation, finalement trop courte.

07 novembre 2011

Kid Bombardos: Session acoustique pour MusiqueMag

kid.jpg

Kid Bombardos était de passage le 23 septembre dernier (oui, je sais... encore très en avance le Mandor) dans les locaux de MusiqueMag pour interpréter deux titres tirés de son premier album Turnin' Wrong. Kid Bombardos a débarqué sur  la scène française en 2006. Le groupe commence sérieusement à prendre ses marques. Il faut dire qu’il a sillonné la France dans tous les sens à travers ses nombreuses scènes et festivals.

Avant de continuer, parce que je ne suis pas certain que tout le monde sache qui sont les Kid Bombardos, voici une chronique que j’ai écrite sur leur premier album dans ActuFnac daté du mois de septembre 2011.

Scan10014.JPG

Les kids (comme on va sûrement bientôt les appeler), n’hésitent pas à renvoyer le rock new-yorkais et la pop anglaise dans les cordes. Leurs compositions sont solides, précises et leurs rifs de guitares ne sont pas sans rappeler ceux des Strokes. Ce jeune (mais pas immature) combo est parfaitement décomplexé. Leurs morceaux sont souvent radieux et dotés d’un swing enivrant. Parfois, les membres de Kid Bombardos se déguisent en crooners et ça marche tout autant. Bref, ils sont de cette veine de rockeurs qui ont la classe, des mélodies subtiles et une énergie volcanique sur scène.

Voici deux extraits de leur album en version acoustique pour MusiqueMag:

Pour commencer, "Running for time".

Et "Sundays"...

Une photo du tournage de la session...

DSC01332.JPG

Petite conversation avec le groupe...

DSC01334.JPG

Ce qu'en pensent les Inrocks...

28 octobre 2011

Piers Faccini: session acoustique et interview pour "My Wilderness"

 

piers faccini,my wilderness,interview,session acoustique,tribe

Piers Faccini est un artiste européen très complet. Il est né en Angleterre d’une mère anglaise et d’un père italien. Il arrive en France à l’âge de cinq ans, effectue ses études et ses débuts artistiques en Angleterre et est désormais signé sur un label français. Il vient de sortir son quatrième album, My Wilderness, après Two Grains Of Sand (2009), Tearing Sky (2006) et Leave No Trace (2004).

C’est avec enthousiasme que j’ai accueilli l’artiste à MusiqueMag pour une session acoustique (pour le site) et une interview (pour le journal Addiction, le mag).

Ah, la belle synergie d’entreprise !

Commençons par l’entretien (publié dans Addiction, le mag, daté du mois d’octobre 2011) :

Scan10049.JPG

Scan10046.JPG

Scan10047.JPG

Scan10048.JPG

Quelques photos de l'entretien...

piers faccini,my wilderness,interview,session acoustique,tribe

piers faccini,my wilderness,interview,session acoustique,tribe

piers faccini,my wilderness,interview,session acoustique,tribe

Piers Faccini en session acoustique MusiqueMag. Le songwriter interprète ici, seul à la guitare acoustique le single "Tribe" issu de son quatrième album My Wilderness.

Pendant la session...

piers faccini,my wilderness,interview,session acoustique,tribe

piers faccini,my wilderness,interview,session acoustique,tribe