Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 octobre 2013

Bertrand Louis : Interview pour la sortie de SANS MOI

bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandor

C'est simple, l'album de Bertrand Louis, SANS MOI (qui sort ce lundi) est, pour moi, le disque le plus jubilatoire et exaltant de cette année. Mettre en musique douze poèmes ténébreux de Philippe Muray (1945-2006), extraits du recueil Minimum respect publié en 2003 était un projet ambitieux et casse-gueule. Mais au final c’est un exercice d'appropriation exécuté magistralement.

Bertrand Louis est venu me rendre visite à l’agence le 5 juillet dernier.

bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandorBiographie (signée Philippe Barbot) :

Il y a des rencontres qui ne doivent rien au hasard. Question d'atomes crochus, avec ou sans croches. Ainsi, la réunion aux sonnets de Bertrand Louis, artiste non conformiste et chantre des travers de l'époque, et de Philippe Muray, philosophe du désespoir ironique et chroniqueur de l'absurdité moderne, pouvait sembler inexorable.

C'est chose faite, à travers SANS MOI, un album mis en musique par le premier sur des textes du second. Des poèmes corrosifs et tendres, sombres et flamboyants, sortes d'odes au désastre contemporain, extraits d'un recueil intitulé Minimum Respect, publié en 2003, peu avant la disparition de son auteur. bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandor

Lorsque Bertrand Louis a eu le coup de foudre pour l'œuvre de Philippe Muray, découverte via une interview de Michel Houellebecq, il avait déjà composé la plupart des musiques. Puzzle idéal, les textes se sont imbriqués d'eux-mêmes dans l'électro rock tissé de guitares rageuses, de synthés sauteurs et d'un piano agile qui scandent tout l'album.

À l'image de l'opus précédent, Le Centre Commercial, romances noires contant le pétage de plombs d'une victime de la société de consommation, SANS MOI évoque tout à la fois la détestation du monde et l'amour d'une femme.

Avec des Moog qui mugissent, des cordes qui malaxent l'oreille et des tas de gros mots qui grommellent. Avec la participation de Lisa Portelli (mandorisées plein de fois) pour deux chansons.

"On n'est pas à l'abri d'un succès", chantait Bertrand Louis dans son précédent album. D'une réussite non plus. La preuve.

bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandor

bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandorInterview :

Tu as découvert Philippe Muray en entendant Michel Houellebecq l’évoquer dans une interview, c’est ça ?

Comme j’avais mis en musique un poème de Houellebecq sur l’album précédent, un jour quelqu’un m’appelle en me disant que Houellebecq parle de moi dans une interview. Je suis allé l’écouter sur un site. Et effectivement, il parlait aussi de Muray. Ça m’a mis la puce à l’oreille, du coup, je suis allé voir ce qu’il écrivait. Je crois même que j’ai acheté directement Le minimum respect. Ça a été le coup de foudre immédiat.

Tu avais déjà entendu parler de Philippe Muray ?

Pas du tout. Ça me paraît fou aujourd’hui.

Qu’est-ce qui t’a plu chez lui ?

C’est difficile de répondre à cette question. J’écoute beaucoup les autres personnes parler de Muray, des intellectuels notamment, et ils ont toujours du mal à parler de lui. Ils le disent tous, c’est très difficile de le définir. Il y a deux choses, Minimum respect, que j’ai mis en musique, ce sont des réflexions anti poétiques rimées. Et puis il y a tout le reste, les essais notamment. Ce qui m’a plu, c’est le ton et les sujets évoqués. J’avais l’impression que je l’attendais. Depuis plusieurs années, il y avait des choses que je ressentais par rapport à la société, mais que je n’arrivais pas à exprimer. Je me suis rendu compte que lui les exprimait.

Tu as tout lu de lui ?

Oui et ça m’a pris quelques années, mais sans enchaîner, parce que c’est quand même lourd à digérer.

En écoutant ton précédent album, Le centre commercial, je me dis qu’il n’y a pas un bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandorgouffre entre ce que raconte Muray et le sujet de tes chansons depuis longtemps.

D’une certaine façon, c’est vrai, j’avais déjà esquissé des thèmes similaires. Il y a en commun une détestation de la société, mais c’est dans un but créatif. Quand je suis allé voir la veuve de Philippe Muray pour lui demander l’autorisation de mettre en musique ses textes, je lui ai fait écouter notamment la chanson « 20 heures ». (Voir là.)

J’ai lu dans ton auto-interview que la musique existait déjà. C’est étonnant de savoir que tu as pu plaquer des textes de Muray sur une musique déjà composée.

Il y a eu comme une évidence et une magie. Je dis ça d’une façon très humble, mais je te le répète, c’est comme si je l’attendais.

Clip de Lâche-moi tout.

Tu écris toujours dans un deuxième temps, je crois.

Oui, surtout depuis l’album Centre commercial. J’ai besoin de trouver un thème qui m’accroche. Un peu comme un écrivain qui cherche un thème à son roman. Il me faut du temps pour le trouver. Et c’est vrai que je me sens plus musicien qu’auteur proprement dit. Des musiques, j’en ai beaucoup. J’en fais tout le temps quasiment. Pour ce projet-là, il m’a fallu prendre mon temps pour choisir les musiques qui pouvaient coller parfaitement aux textes. Et ça a collé. Sans devenir mystique ou quoi, Philippe Muray et moi, c’est une belle rencontre. Il y avait quelque chose de naturel et d’évident entre nous.

Les textes que tu interprètes sont parfois un peu modifiés, raccourcis.

J’avais demandé l’autorisation à sa veuve. J’ai respecté l’ordre chronologique des textes, mais certains font 10 pages, donc j’ai dû raccourcir parce que je voulais que ça reste aussi des chansons. J’ai évité que ça devienne un projet trop intellectuel.

bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandor

Se lancer dans un projet comme celui-ci est une sacrée gageure. Est-ce que ça t’a fait un peu peur au départ ?

Si je prends un peu de recul sur la genèse de ce disque,  je me souviens qu’au départ, j’ai foncé tête baissée inconsciemment parce que j’ai senti le truc. J’ai envoyé un message sur le site de Philippe Muray, j’ai pu être en contact avec sa veuve immédiatement alors que j’avais à peine commencé les maquettes… j’ai besoin de me bousculer comme ça. Après, quand j’ai commencé à me retrouver devant la phase de la construction de l’album, il y a eu des moments de doute très forts. Il fallait en même temps que j’assimile l’œuvre de Muray et ma relation avec lui.

Tu as vu au théâtre les lectures de Luchini des textes de Muray.

Oui, j’ai adoré. Surtout la première fois. Lui, il faisait ressortir le côté comique de Muray que je n’avais pas forcément décelé à ce point quand j’ai lu cet auteur. Avec Luchini, j’étais plié de rire du début à la fin. Moi, dans l’album, j’ai voulu montrer plus son côté teigneux, passionné, exalté du propos.

L'existence de Dieu.

Muray raconte le monde, la société, d’un côté, disons… pas très positif et surtout grinçant. En écoutant tes disques depuis longtemps, je t’ai toujours senti comme ça.

Je pense que j’ai toujours été comme ça, mais que je l’ignorais ou que je n’osais pas l’assumer totalement. J’ai toujours eu du mal avec les autres, avec le monde, du coup, ça me fait avoir un recul. Encore une fois, Muray m’a fait comprendre qu’on pouvait faire de son état désillusionné et lucide quelque chose de créatif.

Tu le faisais déjà avant. Je voulais aussi parler de la réputation que tu as. Celle d’un type qui n’aime pas trop parler, pas trop faire d’interview, pas trop justifier son œuvre.

C’est très bizarre la réputation qu’on peut avoir. J’aime bien faire des interviews parce que, justement, ça permet de prendre du recul sur soi même et sur son travail. C’est aussi une manière de me détendre après le travail accompli. La réputation qu’on a est due à des choses qu’on ne contrôle pas.

As-tu peur de la réaction des puristes de Philippe Muray ?

J’ai essayé de ne pas trop y penser. J’avais conscience que de mettre en chansons ses textes allait me placer dans une frontière un peu délicate. D’un côté, le public « chanson » qui ne connait pas Muray et de l’autre, les gens qui adulent l’auteur et qui ne connaissent pas mes chansons. Je ne m’en suis pas préoccupé parce que les adorateurs de Muray ont tendance à se le garder pour eux. Il ne faut surtout pas qu’il devienne populaire. Il était très individualiste, donc je peux comprendre… j’ai juste essayé d’aller dans son sens par rapport à ce que je suis aussi et dans la continuité de mes disques. Que je m’attaque à Muray est cohérent, mais je ne veux pas le « vulgariser » pour que plus de monde l’apprécie. Il a suffisamment miné son propos pour ne pas être récupéré de toute façon.

C'est la rentrée (teaser réalisé par Thibaut Derien).

Guy Debord s’est bien fait récupérer !

Et bien je n’espère pas qu’il en soit de même pour Muray. Ce n’est surtout pas mon but, en tout cas.

bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandorPhilippe Muray n’a jamais été populaire.

Non, mais aujourd’hui, il devient une référence intellectuelle. Il a un côté Cassandre. Celui qui dit la vérité, mais qui est condamné parce que personne ne le croit. Dans les entretiens qu’il a eus avec Élisabeth Lévy dans Festivus Festivus, elle  lui reproche d’aller beaucoup trop loin. 10 ans après, elle reconnait qu’il avait raison. Tout ce qu’il annonçait se passe. 

Il était incompris parce que  trop en avance sur son temps ?

Il y a de ça, mais surtout, la société n’aime pas qu’on la critique.

Aurais-tu aimé rencontrer Philippe Muray ?

Dèjà, je pense que j’aurais eu peur. Ça m’aurait intéressé si la rencontre avait eu lieu naturellement. Mais sinon, je ne crois pas. On est toujours déçu de rencontrer quelqu’un qu’on admire.

Pas toujours, je t’assure. Comment toi tu vis ta condition de musicien/auteur/chanteur ? Tu me sembles avoir une personnalité à ne pas te sentir bien dans ce monde.

Non, je n’y suis pas très bien. Mais, ça va beaucoup mieux depuis que je porte ce projet. Je me suis toujours senti à côté de la plaque. Je sentais que ça ne collait pas, que je n’étais pas à ma place. Je ne suis pas très communicant, donc j’ai du mal à rentrer dans le petit jeu du show-biz, comme bon nombre de chanteurs d’aujourd’hui.

Futur éternel de substitution (teaser réalisé par Thibaut Derien).

Et réaliser pour les autres, ça t’apporte quoi ?

Ça m’apporte beaucoup. C’est une façon aussi pour moi de murir et de trouver ma place. J’ai déjà une place, mais il faut se battre pour la garder.

Professionnellement, le métier reconnait ton talent.

Enfin, à chaque fois que je veux faire un disque, j’ai du mal à trouver un label,  j’ai du mal à trouver un tourneur, c’est un peu « casse-couille ». C’est toujours très difficile entre deux albums.

Qu’est-ce qui fait que tu continues quand même à faire ce métier ?

La musique est dans mes gènes. Je ne m’imagine pas faire autre chose. J’ai carrément l’impression d’avoir de plus en plus envie, si tu veux savoir.

C’est rassurant, parce que si à la base, tu as des doutes sur ton propre travail et que tu n’es pas motivé, c’est mal barré.

Tu sais, je connais plein de gens qui ont arrêté parce que ça ne marchait pas et qu’ils avaient envie d’essayer de faire autre chose. Ils ont fait un choix que je ne pourrais pas prendre moi. À un moment, on est sur un chemin et on ne peut pas reculer.

Tu travailles pour qui en ce moment ?

Je réalise le deuxième album de Je Rigole (mandorisé deux fois ici). C’est très intéressant parce que c’est moi qui fais les arrangements.

Parlons littérature à présent. Qui sont tes auteurs de prédilection ?

J’hésite entre Dostoïevski et Flaubert. Ce sont les deux pans de ma personnalité. Le côté très construit et bourgeois de Flaubert et le côté lâché et fou de Dostoïevski. J’aime aussi beaucoup Balzac. Tiens, d’ailleurs Muray aussi était fan de Balzac.

Ce que j'aime (teaser réalisé par Thibaut Derien).

Ton disque m’a incité à relire Muray.

Je conseille de lire au moins Minimum respect. C’est un livre à part.

Dis donc, réécrire des chansons personnelles après être passé par Muray, ça va être un peu duraille, non ?

Il est clair qu’au niveau texte, je suis KO. Après, quand on cherche, on trouve. Je pense que je veux avoir une bonne période de réflexion avant de passer à autre chose.

C’est aussi ça l’intérêt de ce métier. Mettre la barre plus haute encore de projet en projet, de disque en disque…

Oui, mais j’ai besoin de ça. J’ai un côté fainéant, j’ai donc besoin de me donner des challenges. Après Muray, il va falloir assurer. J’ai déjà des idées, mais c’est trop tôt pour en parler.

bertrand louis,sans moi,philippe muray,interview,mandor

Après l'interview, avec Bertrand Louis, le 5 juillet 2013.

14 octobre 2013

Stacey Kent : interview pour la sortie de The Changing Lights

stacey kent,the changing lights,interview,mandor

Stacey Kent est considérée comme l’une des plus étonnantes et élégantes révélations du jazz vocal actuel. Sa voix unique, mêlant le swing, la sensualité et la limpidité font d’elle une grande diva de jazz. Américaine de naissance, neuf albums à son actif, couronnée de prix prestigieux (dont le BBC Jazz Award en 2007), Stacey Kent est une chanteuse de l’âme. Il n’est pas évident de placer Stacey Kent dans une case. Une Américaine qui parle couramment le français, de même que le portugais, l’italien et l’allemand. Elle franchit sans effort les frontières entre les genres et, dotée d’un timbre de voix à la fois vif et tendre, Stacey Kent colore de façon swing et dynamique des chansons jazz intemporelles.
Elle a signé en 2007 sur le label Blue Note/EMI (aujourd’hui Parlophone) et a vendu plus d’un demi-million d’albums à travers le monde.

Je suis allé à sa rencontre (elle était accompagnée par son mari et compositeur Jim Tomlinson) le 2 juillet dernier dans le jardin de sa maison de disque française, à l’occasion de la sortie de son nouvel album The Changing Lights, dont j’ai écrit la chronique pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois de septembre 2013).

stacey kent,the changing lights,interview,mandor

stacey kent,the changing lights,interview,mandorInterview :

Précision : Stacey Kent a fait l’effort de répondre à mes questions en langue française. Parfois, j’ai un peu reformulé les phrases, mais en faisant très attention de ne pas trahir sa pensée initiale.

C’est le 10e album. Ça constitue une œuvre conséquente en peu de temps finalement.

J’aime beaucoup le parcours qu’a pris ma carrière. Quand j’ai commencé à enregistrer, j’ai fait des albums à la chaîne et pour être honnête j’estime qu’on a bougé un peu trop vite au début. Comme j’ai eu beaucoup de succès, j’ai fait beaucoup de tournées, et j’ai enregistré trop vite entre deux albums. Il fallait que je réfléchisse plus à là où je voulais aller. Après l’album The Boy Next Door, tout à changé pour le mieux.

Vous n’avez pas enregistré pendant 4 ans.

J’ai juste fait des concerts. J’ai donc eu beaucoup de temps pour réfléchir sur ce que je voulais faire pour l’album suivant. J’ai beaucoup aimé The Boy Next Door, mais je dirais que c’est vraiment la fin d’une époque. Blue Note est venue me voir sur scène à Paris et ils m’ont proposé d’intégrer leur label. Tout à coup, la vie a changé. J’ai pu prendre mon temps et j’ai envisagé ce métier autrement.

Dans ce monde du jazz, vous êtes chanteuse, mais vous êtes aussi une formidable raconteuse d’histoire.

A un moment donné, je voulais pouvoir chanter une histoire entière dans les 3-4 minutes d’une chanson. Les gens avec lesquels j’ai commencé à collaborer après The Boy Next Door m’ont écrit des chansons comme ça. Une chanson, une vie. Contrairement à avant, la musique devait s’intégrer aux textes, du coup, parfois, elle devait s’improviser. Ça donnait un résultat très intense. J’ai l’impression que ça m’a permis de mieux m’exprimer. Je me suis sentie beaucoup mieux dans ce milieu du jazz. J’ai enfin compris où était ma place.

Songs from The Changing Lights (teaser officiel).

Dans l’album d’il y a deux ans, Raconte moi, vous repreniez quelques standards français,stacey kent,the changing lights,interview,mandor mélangés à des titres originaux. Dans The Changing Lights, vous reprenez des classiques brésiliens, mais vous les intégrez parmi des morceaux nouveaux. Vous n’aimez pas faire des albums de reprises sans valeur ajoutée personnelle ?

Avec Jim, on a fait ça dans les trois derniers albums. Vous avez oublié Breakfast on the Morning Tram, il y avait pas mal de reprises dont quelques-unes de Gainsbourg ou de Pierre Barouh. Je trouve qu’intégrer ces reprises au milieu de chansons originales donne plus de logique à l’ensemble. J’ai la chance d’avoir des chansons écrites pour moi par mon mari qui me connait mieux que quiconque comme artiste et comme femme. On fait une balance entre ces chansons inédites écrites pour moi et des chansons déjà écrites, mais que je choisis parce qu’elles me correspondent totalement.

Ça demande beaucoup de recherches, je présume, pour trouver les bons morceaux.

Oui, pour The Changing Lights, par exemple, on a mis quatre ans. Il faut réfléchir, il faut du temps aussi pour bouger, discuter et pour faire des découvertes.

Je sais que vous discutez beaucoup avec Jim Tomlinson sur votre musique.

Oui, du matin au soir, voire même la nuit. C’est un mélange de notre vie personnelle et de notre travail. C’est marrant parce que nous en parlions ce matin au petit déjeuner. On passe beaucoup de temps ensemble, mais c’est chaque jour de plus en plus intense entre nous. On ne sait pas où notre relation commence et où elle se termine.

Ce n’est pas lassant de travailler et de vivre avec la même personne ?

Non. Vraiment, au contraire. On vit dans un dialogue personnel et musical 24 heures par jour et on adore.

C’est un luxe ?

Oui, tout à fait. Je ne dis pas que c’est l’idéal pour tout le monde. Ça l’est pour nous. Ça marche très bien. J’ai très confiance en Jim et en moi. Là, on vient de déménager. On était dans un petit appartement dans le Colorado et on a trouvé une maison avec beaucoup d’espace et de tranquillité. Nous n’avons pas de distraction, pas de télévision, pas de voisin. Que des animaux, des arbres et des montagnes. Tout ceci nous inspire. On discute, on se sépare pour continuer nos travaux différents, on se rejoint, on rediscute et on finit par jouer de la musique ensemble. On est vraiment habité…

Le premier single de l'album The Changing Lights, "One Note Samba".

Votre amour de la musique brésilienne, ce n’est pas qu’avec ce nouvel album que vousstacey kent,the changing lights,interview,mandor nous le prouvez. Ce n’est pas la première fois que vous en interprétez dans des disques.

Pour Jim et moi, ce disque n’est pas un disque brésilien. Je dirais que c’est un album à la sensibilité brésilienne spirituellement. Le Brésil est un immense pays avec beaucoup de musiques différentes qui viennent d’Europe ou d’Afrique. Pour moi, ce qui compte c’est l’esprit de bossa-nova qui est très intense, mais très calme. Il y a beaucoup de percussions, mais joués à l’économie. C’est ce minimaliste qui compte pour moi parce que la fondation de ma musique c’est la clarté, la tranquillité, la légèreté et l’intensité. C’est un peu ma personnalité aussi. Je suis attirée par ce qui me ressemble.

Quand on reprend des chansons connues, il faut être au moins au même niveau que la version originale.

On peut se réapproprier des chefs d’œuvres joués par des maîtres sans avoir peur. On a confiance en notre propre son et style et on ne passe pas notre temps à comparer les versions. Il faut prendre plaisir à rendre à ces chansons notre personnalité à nous. Ce n’est pas arrogant de ma part. Je remercie tous ces « monstres » d’avoir créé ces morceaux légendaires et exceptionnels.

Ce qui est amusant, c’est que, du coup, on a l’impression que même vos chansons à vous sont des standards.

On fait en sorte que nos chansons se mêlent aux standards de manière à former un même univers.

Cet album a été fait dans le sud de Londres et pas au Brésil. Pourquoi ?

On a juste un musicien brésilien. Avec Jim, on s’est beaucoup demandé s’il fallait ou non aller là-bas pour enregistrer. On a estimé qu’il n’était pas utile de se rendre au Brésil pour trouver la sensibilité brésilienne parce que cette sensibilité est déjà dans nos cœurs et nos esprits. 

Un autre extrait de The Changing Lights, "This Happy Madness".

Pourquoi dites-vous, je vous cite dans le communiqué de presse que j’ai reçu,  que « c’est un album crucial » ?

Quand la maison de disque indique cela, c’est vrai. Nous dialoguons beaucoup avant de sortir un communiqué de presse me concernant. Donc, oui, c’était crucial. Je vais vous dire quelque chose d’important que je n’ai dit nulle part ailleurs. Quelque chose un peu dramatique s’est passée dans ma vie personnelle il y a quelques années. Après cela, j’ai décidé de réfléchir sur moi et ce que je voulais faire de ma vie.

Un long silence.

Je reprends.

N’en parlez pas si c’est trop dur…

Bon, c’est juste pour expliquer qu’il y a cinq ans, j’ai dit à Jim : « je veux apprendre le Portugais », il a répondu que lui aussi. On a arrêté de faire des tournées pendant trois étés, ce qui est une décision importante parce que c’est une période où on est très sollicité, pour rentrer dans un monde lusophone, portugais. On a abandonné la langue anglaise complètement pendant sept semaines pour ne parler qu’en Portugais. On a fait des découvertes musicales, sociales, personnelles. On a pris des cours intensifs de Portugais dans une université. C’était vraiment une histoire d’amour entre nous deux. Je sens que c’est un peu abstrait comme j’explique, excusez-moi. Ce que je veux dire, c’est que cet album n’est pas la seule preuve d’amour que l’on porte au Brésil. Vraiment pas…

stacey kent,the changing lights,interview,mandor

Avec Stacey Kent, le 2 juillet 2013 (photo Jim Tomlinson) 

13 octobre 2013

Orna Danecan (Anne Cardona): interview pour... un futur EP

893327_166547630169722_1101130737_o.jpg

Orna Danecan, (Anne Cardona) fait partie d’une mouvance d’artistes que j’aime beaucoup. Exigeante et qualitative. 

Avant, Anne Cardona, c’était des textes malins, malicieux, poétiques, qui parlaient à tout le monde. Aujourd’hui, Orna Danecan, c’est une nouvelle chanteuse, un autre style (voire biographie ci-dessous). Mais elle vise toujours là où ça fait mal parfois, là où ça fait du bien souvent. Ce qui est sûr, c’est que ses chansons font mouche toujours.
Pour écouter quelques nouvelles chansons, cliquer là !

J’ai reçu Anne Cardona pour me parler de son double Orna Danecan le 1er juillet dernier.

Biographie officielle :

Orna Danecan a une voix. Grave. Élégante. Singulière. Théâtres, télé, radio, depuis toujours sa voix lui montre la voie.
Ballades pop ou folk sombre, accompagnées de violoncelle et de guitares twang, la musique d’Orna, onirique, mêle mélancolie et délices d’une enfance effacée.
On pense à Mazzy Star, Jesse Sykes, Rufus Wainwright ou Lee Hazelwood.
Écriture enfantine ou crépusculaire, Orna Danecan ne sacrifie pas les mots et les intègre harmonieusement à ses influences musicales folk rock anglo-saxonnes.

DSC08283.JPG

Interview :

Tu m’as envoyé une maquette. Habituellement, je ne mandorise pas sur maquette, mais là, j’ai vraiment beaucoup aimé. Tu es donc l’exception qui confirme la règle.

Il y a six titres. Le premier, qui est censé être un single, « L’homme de ma vie d’en ce moment », est plus produit, mais les autres sont volontairement épurés. Il n’y a que guitare, violoncelle, voix. Je vais évidemment faire un EP dans les mois qui viennent et il sera plus produit. Cette maquette est juste un outil de démarchage.

Tu as fait pas mal de scènes. Les Trois Baudets et le Divan du Monde par exemple l’année dernière avec tes nouvelles chansons.

Oui, mais j’ai fait beaucoup de concerts avec mon ancien projet et donc, avec mon ancien nom, qui est mon vrai patronyme, Anne Cardona. Pour ce nouveau projet, c’est encore un peu neuf, tout est en train de se préparer en fait.

Changer de nom, d’ailleurs, ça ne brouille pas un peu les pistes pour ceux qui te suivent depuis Anne Cardona ?

Tu sais, je pense que je les ai perdus. Ça faisait deux ans que je n’avais pas fait de scène, donc mon public, pas très nombreux à la base, a dû m’oublier.

532035_173323419492143_592117076_n.jpgPourquoi as-tu changé de nom ? J’insiste parce que ce n’est pas d’une logique implacable.

J’avais fait beaucoup de scènes, gagné des tremplins, obtenu pas mal d’articles dans la presse, ça, c’est le côté positif. Mais, j’avais fait aussi une grosse vague de démarchage dans les maisons de disques, les labels, les éditeurs, les tourneurs et, je vais être franche avec toi, j’ai eu zéro réponse. Ce n’est pas aussi simple que ça, il y a eu des opportunités qui ont capoté, des promesses non tenues… bref, comme ça arrive à plein de jeunes artistes. Ça m’a totalement déprimée et j’ai pris la décision de tout arrêter. Comme je suis bilingue, un peu plus tard, je me suis mis à écrire et composer en anglais. Comme ce que je composais musicalement était fondamentalement différent, j’ai décidé de changer de nom. Mais entre temps, je suis revenue à mes premiers amours, les textes en français, mais je ne pouvais déjà plus rechanger de nom une troisième fois (rires). Je vais essayer de garder celui-là longtemps.

Orna Danecan, ça sonne irlandais.

Ce n’est pas un hasard. J’ai passé énormément de temps de ma vie en Irlande. C’est d’ailleurs là où j’ai appris à parler anglais. Bon, tu l’avais compris, accessoirement, c’est une anagramme d’Anne Cardona. J’ai fait mon Boris Vian.

D’où te vient ta culture musicale ?

Mes parents m’ont un peu aidée, mais globalement, je me l’ai acquise seule. Mais, je n’ai pas une culture musicale incroyable. Je suis assez monomaniaque en fait. Cette année par exemple, j’ai écouté trois, quatre albums, mais en boucle. Je les connais par cœur, note par note. Par exemple celui de Sharon van Etten. Une Américaine folkeuse qui a beaucoup travaillé avec The National. C’est d’ailleurs Aaron Dessner, guitariste et clavier du groupe, qui a réalisé son disque. Si je dois t’en citer un autre, un français, celui de Camille, Ilo Veyou. Bon, il y en a d’autres… mais pas des masses.

885067_166544503503368_68461800_o.jpg

Tes textes, de drôles dans ta première partie de carrière de chanteuse, sont devenus plus grinçants et mélancoliques.

Je me suis sans doute assagie. Avant, je faisais plus rire les gens, parce que le rire, c’est un super mode d’adhésion. Mais à un moment, j’ai remarqué que j’en avais marre de faire rire. Je pense que je masquais mes faiblesses par ça. Dans la vie, je ne dis pas que je suis une fille sinistre, mais je suis plus mélancolique qu’hilarante. Ce n’est pas pour rien que j’ai travaillé avec Bertrand Louis pour la réalisation d’un disque. C’est l’un des artistes les plus talentueux de notre génération, mais ce n’est pas le plus drôle. Je vais peut-être ramer un peu plus pour faire venir les gens à mes spectacles, mais en tout cas, je me sens mieux dans mes chansons d’aujourd’hui.

Sur scène, tu es réceptive à ce qu’il se passe dans le public.562183_166953813462437_942766058_n.jpg

Oui, je sens quand ça marche et quand ça ne marche pas. Tu sais, je vois très mal, j’ai une maladie aux yeux. Du temps où je faisais du théâtre, c’était dur parce que je voyais le public, mal parce que c’était dans le noir,  mais maintenant, je ne vois rien réellement. Ça m’aide pour le trac, du coup, mais en revanche, il y a des trucs que je ne perçois pas. Je ne vois pas les gens dans la salle, je vois à peine mes musiciens… La perception, pour moi, est de l’ordre du feeling auditif.

En enquêtant sur toi sur Internet, je suis tombé sur une page où on peut écouter plein de pubs avec ta voix. Ce n’est pas un pan de ta vie que tu caches, on peut donc en parler.

Ça fait quinze ans que je fais des voix de pubs. Je fais tout sauf du doublage. C'est-à-dire du documentaire, de la bande-annonce, de la pub, des films institutionnels. C’est avec ça que je mange.

Depuis un an, tu animes aussi une émission de télé pour la chaîne Voyage, une chaîne du câble.

Je suis allée en Islande, au Cambodge, en Guinée-Bissau, en Roumanie, en Bolivie. À chaque fois, je pars 15 jours. Ces émissions seront multi diffusées cet hiver.

882539_562279017125659_1736699271_o.jpg

Tu as fait le cours Florent, et donc aussi du théâtre. Tu es vraiment pluridisciplinaire.

Quand j’étais gamine, je voulais être actrice. C’était donc cette activité mon premier cheval de bataille, j’ai donc fait ça pas mal de temps au théâtre et à la télé. A un moment, je me suis inscrite à l’école ATLA et après au Studio des Variétés.

Tu avais des textes depuis pas mal de temps.

Oui, donc avec un ami, on a monté un répertoire piano-voix. Je me suis carrément prise au jeu, mais au départ, ce n’était pas ça que je voulais faire.

Que vas-tu faire à présent que cette maquette existe ?

Je suis en train de chercher des réalisateurs pour faire un EP. Je rencontre des gens dont j’ai envie, mais il faut qu’ils aient envie de moi également. Il faut que financièrement on puisse trouver un accord et souvent, les gens dont j’ai envie sont des gens chers. Donc, ce n’est pas simple. Mon idée est quand même de produire un EP pour que plus personne ne puisse me dire : « c’est chouette tes chansons, mais je ne sais pas exactement où tu vas. »

DSC08285.JPG

12 octobre 2013

Faby Perier : interview pour sa carrière et sa lutte contre le cancer

1074865_10201600685480121_1274722383_o.jpg

(Photo : Sylvie Pedroni)

Faby Perier et moi, c’est une longue histoire… de rendez-vous manqués. Depuis 2008, elle m’envoyait régulièrement des messages pour que nous nous rencontrions et qu’elle m’explique son travail. J’avais compris qu’elle interprétait une chanson qui évoquait son cancer. Je n’avais pas creusé et je dois dire que j’étais peu enthousiaste à l’idée de la mandoriser. La maladie, inconsciemment, me rebutait. Je ne me le suis pas avoué ainsi, mais au fond, mon refus venait de là. Et puis, un jour, le cancer a emporté ma sœur. Le cancer, je l’ai regardé en face en le traitant de connard. Ma mère, ma sœur… ça suffit comme ça !

L’homme est un sale égoïste, il s’intéresse à des trucs uniquement quand il est concerné.

Et Faby m’a recontacté une énième fois. J’ai approfondi mes recherches sur elle et j’ai compris qu’elle faisait beaucoup pour la lutte contre le cancer (du sein notamment). Et j’ai compris qu’il était temps de se croiser.

Ainsi fut fait à l’agence le 16 septembre dernier… 

(De plus, durant ce mois d’octobre, c’est l’opération Octobre Rose. Pour la 20ème année consécutive en France, la campagne de lutte contre le cancer du sein,  organisée par l'association "Le Cancer du Sein, Parlons-en !" vous propose de lutter contre le cancer du sein en vous informant et en dialoguant. Convaincre les femmes du rôle primordial du dépistage précoce et faire progresser la recherche, telle est la vocation de cette campagne et de l'Association. Pour en savoir plus, voir là. Faby Perier va beaucoup chanter pour Octobre Rose durant cette période. Voir ici)

1239907_591728957558184_953456560_n.jpg

Biographie officielle :

Ce n'est pas un hasard, si l'univers de Faby est empreint de la sensibilité d'une femme qui a croisé aux détours de rencontres les bouleversements de cette vie qui nous touche, nous surprend et à laquelle nous tenons tant.

Après une enfance bousculée, une éducation musicale plutôt classique où elle apprend le piano, le violoncelle et la guitare, Faby découvre la pop music et la chanson française grâce à des artistes de pianos-bars ; elle comprend alors que les textes sont aussi porteurs d'émotions.

En 2003, l'envie d'écrire devient de plus en plus présente et c'est avec sa sœur jumelle qu'elle écrira à quatre mains l'album "Authentique". Pourtant, cet album ne lui ressemble pas vraiment et l'envie de se retrouver seule devant sa page blanche se révèle à elle comme une évidence.

C'est ainsi qu'en avril 2008, son deuxième album Au nom de celles voit le jour. Un album résolument féminin où elle chante avec une tendresse perceptible, les femmes, l'amour, la vie, ses bonheurs, ses douleurs, de toute la puissance de sa sincérité.

Cet album n'aurait dû être que la réalisation de son rêve qu'elle voulait partager avec le public. Mais la vie en a décidé autrement... Elle apprend en avril 2008 qu'elle est atteinte d'un cancer. Pourtant malgré cette épreuve difficile, elle n'a de cesse que de croire en l'avenir pour atteindre ce rêve.

3775000068004.jpgSon troisième album Au fil de nos vies commence à se dessiner en 2009 et le premier "Ce matin-là" nait de l'annonce de sa rémission du cancer du sein, l'épreuve qu'elle a rencontrée. Au fil des interviews radio, des échanges sur la toile, ce titre est devenu l'emblème de toutes ces personnes qui se battent contre le cancer. Des internautes fans s'emparent de cette chanson-hymne, la partagent sur les réseaux internet et la font découvrir aux associations de lutte contre le cancer pour lesquelles Faby se mobilise également fréquemment.

Faby se mobilise toujours auprès des associations de lutte contre le cancer et est la marraine d'une association qui a pour but d'offrir des places de spectacles aux personnes qui ont rencontré l'épreuve du cancer.

DSC08441.JPG

Interview :

J’ai l’image de vous de « la chanteuse qui chante pour lutter contre le cancer », ce qui est parfaitement réducteur parce que vous chantez depuis 15 ans.

J’étais chanteuse de piano-bar. J’ai sorti il y a longtemps un premier album auto produit en 2003. Je l’ai écrit avec ma sœur jumelle et je ne m’y retrouvais pas du tout. Et en 2008, juste avant que j’apprenne que j’ai un cancer, j’ai préparé un album en auto production. Je n’ai rien fait avec parce que j’ai reçu l’album pressé au moment où je venais de me faire opérer d’un cancer du sein. Ce que j’avais écrit, du coup, n’avait aucun sens par rapport à ce que je vivais.

Alors, peu de temps après, vous avez écrit une chanson, « Ce matin-là », qui raconte votre histoire, votre cancer, et ce de manière frontale.

Je crois qu’il faut parler de sa maladie. J’ai essayé de toucher les gens en racontant comment j’ai vécu l’annonce du cancer. Quand je vois les campagnes à la télé, je trouve qu’elles ne sont pas touchantes et surtout, on n’arrive pas à se dire que ça peut nous arriver.

Le clip de "Ce matin-là".

De livrer sa vie en chanson, ça a été un exutoire pour aller mieux?

Ce n’est même pas ça. J’ai appris que j’avais un cancer au mois d’avril 2008, je suis rentrée à l’hôpital au mois d’octobre 2008 et j’ai appris que j’étais en rémission. En sortant de l’hôpital, j’ai libéré ce que j’avais dans les tripes. J’ai écrit cette chanson et, très vite, j’ai eu le besoin irrépressible de l’enregistrer en studio. Quand je l’ai enregistrée, je sortais de traitement, donc je n’avais pas beaucoup de souffle, mais j’ai toujours souhaité garder cette version-là.

Pendant les 6 mois où vous avez été malade, vous n’avez rien dit à personne.

Je me suis éloignée de tous quand j’étais en plein dans la maladie. Dès que j’ai su que j’étais en rémission, je me suis dit que j’allais communiquer sur cette maladie. Je me suis servie de ma condition d’artiste pour faire passer un message.

Beaucoup de gens ont apprécié cette chanson.

Beaucoup de femmes qui ont traversé cette épreuve considèrent que je suis leur porte-parole.. Elles voient que je suis encore là, bien vivante et que je fais des choses.

Vous allez bien ?

Je réponds toujours que je vais bien aujourd’hui. Avec toujours la peur au ventre.

Pour moi, votre nom est associé à la lutte contre le cancer. Vous n’avez pas peur d’être 1013515_10201466694730436_1770950096_n.jpgcataloguée ?

J’ai fait ce choix-là. Disons que ce choix s’est imposé à moi. Tant pis si c’est compliqué. Je suis une femme qui accepte les défis et qui va au combat. Après, ça devient compliqué de faire découvrir son univers en dehors de la lutte contre le cancer. Mais, les artistes sont parfois là aussi pour mettre sous les projecteurs des choses difficiles.

Vous n’avez pas peur que ce soit un peu anxiogène ?

Vous savez, dans mon répertoire, il y a des chansons qui parlent d’amour et des chansons qui parlent de la vie. De toute manière, la vie est plutôt anxiogène.

On a justement peut-être besoin d’en sortir, non ?

Quand on regarde quelqu’un comme Renaud, il n’a jamais fait des chansons qui étaient très gaies. Tout le monde connait Renaud et beaucoup l’aiment.

C’était plus des chansons sociétales, la maladie, ça fait peur.

Mes chansons ne sont pas faites pour faire peur, mais pour donner de l’espoir. J’ai écrit « Ce matin-là », par exemple, pour dire au gens que ça n’arrive pas qu’aux autres. Elle peut servir aussi aux associations qui luttent contre cette maladie et qui ont besoin d’une chanson. Elle est une sorte d’hymne. La ligue contre le cancer la reprend régulièrement…

581922_10201227116741136_2117017309_n.jpg

Que pensez-vous des chaînes féminines sur Facebook pour la prévention du cancer du sein. Celles où on donne la couleur de son string par exemple. Moi, ça m’exaspère, je me suis fait houspiller quand j’ai dit ça sur mon mur.

 Très honnêtement, je ne suis pas contre… On peut considérer que ça n’apporte pas grand-chose, mais si. Ça apporte l’échange.

Moi, j’ai contesté le fait que les hommes soient bannis de cette histoire-là.

Ça, c’est vrai que c’est un peu con parce que le cancer du sein touche aussi les hommes. Mais, mon avis est qu’on ne peut pas être contre quelque chose qui amène à la discussion.

Je trouve que c’est mieux d’être plus direct.

Oui, mais autour du cancer, les gens ont du mal à être directs. Le cancer est extrêmement tabou. On le voit bien ne serait-ce qu’en regardant la communication faite par certaines associations.

Revenons à vous. Psychologiquement, quand vous allez chanter là où il y a des malades, comme ça vous arrive souvent, ce n’est pas un peu lourd à porter, à voir, à supporter ?

C’est dur, mais si pour ces personnes malades ce sontt trois minutes de bonheur et d’espoir, c’est trois minutes de gagnées. J’ai choisi le fait d’être porte-parole, il faut que j’assume le fait que ce n’est pas toujours simple. Mais, je dois aussi préciser que cela me donne beaucoup aussi.

Vous êtes à l’origine de l’association  Au Nom de Celles.

Oui, on  organise des évènements, des spectacles avec le soutien d'artistes et de partenaires pour permettre d'offrir le divertissement aux personnes qui ont rencontré l'épreuve du cancer. On est à la recherche de salles de spectacles qui nous offrent des places de spectacles gratuits. On essaie de faire des évènements où je suis en avant et des évènements où il y a plusieurs artistes.

1383133_608634632534283_2020728050_n.jpg

Votre  4e disque va sortir bientôt, car je crois que vous avez trouvé le financement nécessaire sur Ulule.

En 32 jours la somme était réunie grâce aux internautes. Je suis en train de terminer l’album. J’espère qu’il sera pressé pour le 25 octobre.

Vous êtes la seule chanteuse a parler du cancer. Je sais que d’autres ont cette maladie et se taisent.

Je pense que c’est difficile à porter. On m’a dit plein de fois que je faisais une connerie d’en parler et que je foutais ma carrière en l’air. Moi, je pense qu’il faut parler de la différence et ne pas la cacher. Je suis une femme de combat, je viens de la DASS et j’ai un passé un peu lourd, alors je me moque de ce qu’on dit de moi.

Vous n’avez pas envie de poser les valises ?

Si, parfois. J’aimerais trouver quelqu’un qui s’occupe de moi pour que je puisse vraiment me consacrer à ma carrière artistique et aux messages que je veux faire passer. Je suis ma propre attachée de presse et je suis lasse de cela. J’en ai ras le bol parce qu’un artiste qui doit se vendre lui-même, c’est contre nature.  

DSC08447.JPG

Et un rendez-vous important, ce mardi...

1385391_10202210627648294_613849705_n.jpg

10 octobre 2013

Ayo : interview pour la sortie Ticket to the World

140613Ayo 0675.jpg

Ticket to the world, le nouvel album d'Ayo est depuis lundi matin dans les bacs. Un album que la chanteuse allemande d'origine nigériane et tzigane a voulu résolument cosmopolite. Un disque dans lequel Ayo est 100% elle-même. Ticket to the world contient en son titre la philosophie de ce 4e opus. La musique comme passeport pour le monde. Un souffle de liberté. Un mélange d'influences issues du brassage.

Pour MusiqueMag, je suis allée rejoindre la talentueuse Ayo dans un bar de la capitale, le 19 juillet dernier. Elle a répondu aux questions dans un Français plus qu’honorable (et toujours avec un sourire toujours rayonnant).

Avant que vous lisiez l'interview, voici la chronique que j'ai réalisée pour Le Magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois d'octobre 2013).

img537.jpg

Le clip de "Fire" en duo avec Youssoupha.

DSC0838lll8.JPGInterview :

Vous chantez dans cet album des chansons plus universelles, moins portées sur votre propre vie.

Sans doute, mais je le fais sans m’en rendre compte. Quand je fais de la musique, je deviens bête. Je ne le fais pas avec ma tête, mais à l’instinct. Je ne conceptualise rien. Les textes arrivent comme ça. D’ailleurs, je n’écris pas dans le but de faire des disques. Au bout de 20 chansons écrites en tournée ou n’importe où, je me dis : « Tiens ! Si je faisais un nouveau disque ? »

C’est un métier qui se fait uniquement dans le plaisir ?

Ce n’est pas uniquement le plaisir, c’est un besoin profond. Si je ne compose pas et si je n’écris pas, je deviens triste, voire méchante. Dans  la vie, je suis joyeuse et j’aime bien les gens, mais si je ne fais pas de musique je perds tout mon équilibre. Pour moi, la musique, c’est une thérapie. C’était ça au début et ça l’est encore.

Vous allez mieux aujourd’hui ? C’est en tout cas ce que l’on ressent dans ce disque.

Vous savez, la vie est une vague. C’est comme un cœur qui bat… ça va plus ou moins vite. Ce sont des hauts et des bas, ce n’est jamais une ligne. Si c’est une ligne, ça veut dire qu’on est mort. C’est très important d’accepter que la vie soit ainsi faite.

Artiste, c’est quand même le seul métier où on peut se servir de ses malheurs pour en faire quelque chose de beau.

Ca console. Parfois, mes amis se moquent de moi en me disant qu’il faut qu’ils me créent des problèmes pour que je puisse écrire de bonnes chansons.

140613Ayo 0558KB A.jpg

Avez-vous plus de facilité à écrire quand ça ne va pas ?

Pour moi, la musique, c’est tellement quelque chose de spirituel. Tout comme l’amour d’ailleurs. Quand j’écris ou que je chante une chanson, je suis capable de pleurer, il se passe quelque chose de réellement divin. Ensuite, je me sens beaucoup mieux.

Et que cette chanson touche les gens. C’est magique, non ?

Lors de l’un de mes concerts, j’ai vu récemment une dame qui pleurait. Je l’ai regardée et je me suis demandé comment c’était possible qu’une femme ressente la même chose que moi pour une chanson qui est, pourtant, très personnelle. J’ai compris que mon histoire, c’était aussi son histoire. Quand on est artiste, on partage plus qu’on ne le pense. Une chanson livrée au public n’appartient plus à la personne qui l’a créée.

Les artistes ont finalement un pouvoir phénoménal.

En tout cas, personnellement, je ne pense pas avoir du pouvoir. C’est la musique qui détient ce pouvoir. Je le sais, elle m’a sauvée alors, je connais ses bienfaits sur l’Homme. Elle m’a fait sortir d’un trou énorme.

Mais, c’est vous qui la créez, cette musique !

Je l’ai créée, mais je crois que c’est un cadeau du ciel. J’ai la certitude que demain, tout peut se finir. Je peux très bien continuer de chanter et que plus personne ne ressente rien pour mes chansons. La musique, c’est une affaire de connexion.

Divine ?

Oui, je crois. Je le répète, je ne crois pas que la musique que je crée vienne de moi. Je suis persuadée que c’est un cadeau. J’ai la sensation que si demain, je deviens arrogante, prétentieuse, méchante, tout va s’arrêter. Si je change, je crois que je ne sentirai plus cette connexion. Ce que j’aime avec la musique, c’est qu’elle permet de communiquer avec tous les gens du monde entier. C’est une même et seule langue.

140613Ayo 1025.jpg

Vous êtes en train de me dire que vous avez peur que tout s’arrête parce que c’est un métier fragile ?

De tout mon cœur, je vous assure que je ne crois pas que ce que je fais est spécial. Ce qui est spécial, c’est l’énergie qu’il y a entre le public et moi lors des concerts. Les âmes se rencontrent et c’est comme de la magie.

Vous inspirez la sympathie, vous vous en rendez compte ?

Oui, je sens bien l’affection qu’ont les gens pour moi quand je marche dans la rue et qu’ils me reconnaissent. Je me sens parfois adoptée par eux. J’aime quand des personnes viennent échanger des choses avec moi. J’aime les gens, parce que je suis comme eux. Je ne me sens pas exceptionnelle et différente des autres.

Je sais que vous n’aimez pas le star-system.

Je suis contre le star-system. Je hais ça. Bien sûr, il m’arrive de vouloir me protéger, de souhaiter être tranquille, mais il y a des façons de le faire. Hier, j’étais avec mes enfants, un groupe de filles a voulu me prendre en photo, j’ai expliqué avec le sourire que lorsque je n’étais pas seule, je ne le souhaitais pas. Elles étaient super gentilles et ont très bien compris. On n’a pas besoin de garde du corps, des gens pour faire la sécurité ou je ne sais quoi. Franchement, je trouve ça débile.

On va revenir à l’album. Vous travaillez toujours avec la même équipe.

Je suis quelqu’un de fidèle. Avec mon producteur notamment. C’est un peu comme un mariage. Quand on a trouvé la bonne personne, pourquoi aller chercher ailleurs ? Mon précédent album n’a pas bien marché, mais ce n’est pas grave. On recommence avec les mêmes. J’aime bien que l’on vive les bons et les moins bons moments ensemble. Mes musiciens jouent incroyablement bien et ils me font grandir aussi. Quand on joue avec des gens qui frisent la perfection, on veut être à leur hauteur. J’ai besoin de m’élever en permanence. Par exemple, quand on travaille avec le bassiste de Sting ou de Stevie Wonder, il faut s’accrocher (rires). Je tiens à dire aussi que je ne peux travailler qu’avec des musiciens humains et humbles.

140613Ayo 1189.jpg

On dit de vous que vous êtes si honnête que vous dites toujours la vérité aux gens. Est-ce vrai ?

Oui, c’est la pure vérité et c’est peut-être un problème. Quand j’étais petite, ma famille et mes amis me disaient que j’étais trop directe et trop honnête. Je n’ai pas de filtre. Et aujourd’hui, je suis encore comme ça. Je ne peux pas changer. Je n’aime pas tromper le monde, j’ai l’impression de me tromper moi-même. Je ne veux pas jouer à être ce que je ne suis pas, ni dire ce que je ne pense pas.

C’est un album à tendance douce, très folk, mais il y a un peu de hip-hop, de la soul, de la country, de la musique africaine.

C’est un peu comme dans mes deux premiers disques en fait, qui étaient très variés avec pas mal de titres très rythmiques. Dans le 3e, c’était très différent, j’avais envie de jouer de la guitare électrique parce que j’en avais un peu marre de l’acoustique.

Parlez-moi du premier single. Une nouvelle version du premier titre du disque, « Fire », en duo avec Youssoupha.

Youssoupha est un grand rappeur et il a quelque chose à dire. J’ai entendu dire qu’il voulait travailler avec moi. Avant qu’il sorte son disque, je voulais travailler avec lui. J’avais vu une vidéo de lui sur YouTube et je m’étais dit qu’il était très bon. Quand on m’a demandé avec quel rappeur français je voulais interpréter Fire, je n’ai pas hésité une seconde. On m’a répondu qu’il me « kiffait », alors les choses se sont faites naturellement et dans le respect l’un de l’autre.

DSC08390.JPG

Avec Ayo, après l'entretien, le 19 juillet 2013.

09 octobre 2013

Vitaa et Maître Gims : interview pour le single "Game Over"

vitaa,maître gims,game over,interview,mandor,musique mag

Cela faisait presque 4 ans que l'on n'avait pas entendu parler de Vitaa. Pendant son silence médiatique, la chanteuse a construit sa vie de famille et est devenue maman. Quant à Maître Gims, il est partout et sur tous les fronts. Le rappeur chanteur charismatique de Sexion D'Assaut a délaissé ses camarades pour un album solo (Subliminal) qui cartonne. Aujourd’hui, il s'autorise une escapade musicale avec Vitaa pour un duo electro pop énergique et surprenant.

(Il est extrêmement rare que je fasse une interview pour la sortie d’un single. Mais, parfois, pour MusiqueMag, je fais des choses auxquelles je ne m'adonne pas habituellement pour les autres médias pour lesquels je travaille. J’ai accepté cette interview parce que ça me change de mon quotidien de chanteurs/teuses à texte. Ce n’est pas la première fois que je m’adonne à cet exercice de style, certains lecteurs de ce blog en sont un peu « perturbés » (et me reprochent parfois aussi mes quelques écarts éditoriaux). Moi, ça m’amuse follement de rencontrer les idoles des jeunes d’aujourd’hui comme Tal, Keen V et autres M Pokora. Ce n’est pas ma came, vous le savez, (j’ai 46 ans, quoi !) mais j’aime bien aussi essayer de comprendre qui se cache derrière ces artistes-là. Faire preuve d’ouverture n’a jamais tué personne (et génère même un sacré trafic sur ce blog, pour ne rien vous cacher).

Et surtout, le soir, quand je rentre à la maison, je suis l’idole de ma fille de 8 ans. Et ça, franchement, quand je lui montre les photos où je pose avec ses artistes préférés et que je vois des étoiles dans ses yeux, ça n’a pas de prix. J’aime crâner devant ma progéniture.)

Je suis donc allé à la rencontre de Vitaa et Maître Gims dans les locaux d’NRJ, le 3 octobre dernier pour évoquer leur collaboration et ce single (déjà en tête des ventes).

Le clip de "Game Over".

vitaa,maître gims,game over,interview,mandor,musique magInterview :

Vitaa, pourquoi avoir sollicité Maître Gims pour ce single ?

Vitaa : Je voulais bosser avec lui sur mon album, mais à la base, je ne savais pas du tout ce qui allait se passer. C’est l’artiste du moment. À l’époque où je lui ai demandé, il ne participait pas trop aux albums des autres. Finalement, ça c’est fait. Il a produit un titre de l’album et « Game Over » s’est fait dans la foulée, mais ce n’était pas prévu initialement. On a trouvé le résultat tellement chanmé que c’est le titre qu’on a mis en avant directement.

Maître Gims, tu connaissais Vitaa évidemment…

Maître Gims : Depuis longtemps. C’est la seule fille qui pouvait poser avec des rappeurs et qui pouvait aussi chanter avec d’autres chanteuses. Elle est capable de faire de la variété. Non, vraiment, elle peut vraiment tout faire. Quand Vitaa a eu du succès, j’étais encore dans mon quartier à rapper et je n’étais pas du tout connu. À cette époque-là, on m’aurait dit que j’avais la possibilité de faire un son avec elle, j’aurais dit oui direct. Et plus tard, quand ça a marché aussi pour moi, je n’ai pas hésité.  Si je faisais un son avec une fille, ça ne pouvait être qu’avec elle. Voilà qui est fait. Ça correspond à mon style.

vitaa,maître gims,game over,interview,mandor,musique mag

Maître Gims et Vitaa (chez Cauet) quelques minutes avant notre interview...

Qui a écrit et composé « Game Over » ?

Maître Gims : On l’a vraiment travaillé ensemble. Les questions, les réponses, le clash… on l’a vraiment écrit à deux. Il faut être ensemble pour écrire un tel titre. Il faut être d’accord sur tout.

Vitaa : Dans ce morceau-là et dans tout ce qu’on a fait ensemble, il m’a amené dans un autre univers que le mien. Habituellement, je suis très fermée musicalement. Maître Gims a un truc très moderne dans ses mélodies et son son. Pour moi, « Game Over » est important. Pour lui, c’est juste un hit de plus. (Rires)

Maître Gims : Au début, tu n’aimais pas mes propositions. Dis-le.

Vitaa : Il est arrivé avec « J’aimerais te dire » et j’ai été surprise. Oui, tu as raison, je n’aimais pas parce que ce n’était pas ce que je faisais d’habitude. Ça m’a un peu déstabilisée. Ça faisait un peu du Goldman, mais en plus urbain. J’aime Goldman, mais je ne savais pas comment aborder cette chanson pour moi. Il m’a dit « laisse-moi faire ! ». Et il m’a présenté un morceau dont je raffole maintenant. Mais de toute façon, même « Game Over », je ne m’y serais pas risquée seule. Ce n’est pas ma musique habituelle.

Maître Gims, tu voulais qu’elle sorte de son univers.

Maitre Gims : Je lui disais tout le temps, depuis longtemps en plus. Elle veut toujours rester dans sa musique à elle alors qu’elle peut faire plein de choses. Moi, je la verrais bien dans le reggae. Le reggae moderne.

Pourquoi ne pas avoir réalisé l’ensemble ?

Maître Gims : Si j’avais eu le temps, je l’aurais fait avec plaisir. De toute façon, je suis arrivé au milieu du projet.

Vitaa : J’ai vu comme il bossait. Franchement, il va très très vite. Il vient, il a des idées, il a toute une équipe qui fait les prods avec lui. C’est hallucinant comme ça roule avec lui. Maitre Gims, c’est une machine de guerre.

vitaa,maître gims,game over,interview,mandor,musique mag

Ton album sort quand Vitaa ?

Pour l’instant, on ne sait pas trop. En novembre, peut-être. Il sera à tonalité pop urbaine.

Il va s’appeler comment ?

On est en train d’y réfléchir.

Tout est secret, alors ?

Non, mais nous sommes en train de définir tout ça actuellement.

Tu as hâte de revenir ?

Vitaa : Oui, vraiment. J’ai fait un break parce que j’ai eu un petit garçon, mais là, j’ai vraiment envie d’y retourner. Et quand je vois le succès du single, je suis d’autant plus motivée.

Maître Gims, il paraît que Jean-Jacques Goldman t’a appelé pour participer aux Enfoirés. C’est vrai ?

Maître Gims : Oui, il m’a fait cette proposition. Je n’ai pas encore répondu officiellement. Mais, je n’ai pas refusé. Ça m’a surpris, c’est quand même un truc de dingue.

Vitaa, trouves-tu que la situation a changé dans le monde de la musique depuis 2006 ?

Vitaa : Oui. Déjà le digital a pris une place qui me dépasse. Aujourd’hui, quand tu es en haut sur iTunes, tu es en haut en physique. Le single a disparu en physique. Les réseaux sociaux sont devenus hyper importants pour un artiste. Moi, je dois réapprendre à communiquer avec mon public. J’exagère un peu, mais il y plein de choses nouvelles pour moi. Je suis sûre que je vais m’en sortir.

vitaa,maître gims,game over,interview,mandor,musique mag

Vitaa, Mandor et Maître Gims, le 3 octobre 2013 après l'interview à NRJ.

06 octobre 2013

The Popopopops : interview pour la sortie de Swell

the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandor

J’avais vaguement entendu parler de ce groupe pop rennais au nom bizarre The Popopopops. Je savais que depuis 4 ans, ils avaient remporté pas mal de prix et qu’ils faisaient des tournées mondiales alors qu’ils n’étaient pas encore prophètes en leur pays. Aujourd’hui, ils arrivent avec leur premier disque, Swell. Selon les Inrocks, « The Popopopops n’a pas perdu en force de frappe, mais gagné en précision et en élégance. On sent, tout au long de Swell, que le groupe a su dompter son explosivité juvénile et s’autoriser à visiter certaines terres jusque-là bien éloignées de son bastion originel. On croise sur cet audacieux premier album à l’armature pop des tentatives plutôt réussies de hip-hop (Text Me Call Me) et d’electro-pop (Cross the Line, Wavelength). »

Rencontre à l’agence, le 16 juillet dernier, avec Victor Solf (Chant, claviers, compositions) et Simon Carpentier (Chant, basse, compositions et textes).

the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandorBiographie officielle (raccourcie) :

Depuis leurs débuts, The Popopopops enchaînent les concerts en France (Transmusicales, prix CQFD Les Inrocks, Zénith, Olympia en support de Skip The Use …) et à l’étranger (Hollande, Allemagne, Russie, Canada…). La réputation qu’ils acquièrent par leur live électrisant ne les détourne pas d’un travail ininterrompu de compositions. Les quatre Rennais signent en mai 2012 « A Quick Remedy », un EP intense. Ils y affirment ainsi leur identité singulière : celle d’un groupe alliant énergie scénique et audace des compositions.

Ces nombreuses expériences ont permis au groupe d’évoluer et de digérer les multiples influences à l’origine de leur vocation, telles que Frank Zappa, Television, TV On The Radio et The Whitest Boy Alive. Les pistes explorées dans l’EP, notamment avec l’hymne « My Mind Is Old », se sont cristallisées pour aboutir à l’écriture de ce premier album, Swell.the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandor

En juillet 2012, ils entament donc un enregistrement exigeant sur plus de 6 mois. Dans 5 studios différents, ils ont minutieusement recherché différentes sonorités, ambiances et atmosphères, pour transcender leur son live et authentique et l’adapter à l’exigence des productions studio actuelles.

Ils organisent les collaborations et marient les gênes rock du réalisateur anglais Tom Peters (Klaxons, Cradle of Filth) avec l’élégance de l’école française du mix grâce à Maxime Le Guil (Concrete Knives, Camille, Joey Starr). Dans la recherche de cette alchimie, le groupe a été accompagné par Mickaël Declerck, leur ingénieur son live et studio, véritable cinquième membre du groupe.

the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandorInterview :

Vous venez de Rennes, une ville avec une école de rock français hallucinante. Je me souviens de Marquis de Sade par exemple. Vous étiez jeune à l’époque ce cette mouvance du rock rennais, mais ça vous parle ?

Victor : Nous n’étions pas nés quand ils ont commencé. Mais nous les connaissions tous. Beaucoup sont encore là.

Simon : On se souvient d’Étienne Daho, Marquis de Sade, Kalashnikov, j’en oublie plein, mais tous ces groupes sont un héritage pour nous. C’est une force pour une ville qui a déjà beaucoup de caractère.

Il y a donc une nouvelle scène rock qui a pris la suite de ces groupes mythiques.

Victor : Il y a beaucoup de groupes dans beaucoup de styles différents. Dans notre style en particulier, on répète dans les mêmes lieux, donc ça crée une émulation et des échanges entre nous. Avec les Juvéniles par exemple, ou le groupe Manceau. Il y a une tradition, des lieux, beaucoup de bars dans lesquels on peut commencer, un héritage…

Tout a réellement commencé au lycée Émile Zola. Ce n’est pas une légende ?

Victor : Au début, il n’y avait que le batteur, Guillaume, et moi. A la base, on était amis et on voulait juste faire un duo de reprises de blues. On n’était pas du tout dans l’esprit de faire des compos. Mais, on s’est rendu compte que piano/batterie, au bout d’un moment, c’était assez limité. On a donc cherché des musiciens dans le lycée. C’est comme ça qu’on a rencontré les deux guitaristes. Simon, bassiste chanteur ici présent avec moi, est arrivé plus tard.

Une fois que le groupe est créé, il faut se faire connaître.

Victor : Oui, mais ça s’est fait naturellement. Chaque concert en amenait un autre. Notre premier concert, c’était au bal du lycée, il y a 6 ans. A ce concert-là, il y avait une femme qui animait la semaine d’après un concert sur la place du centre-ville. Nous y sommes allés, et nous avons rencontré là-bas une autre dame qui nous a vus et qui organisait une soirée de clôture d’un prix Goncourt, je ne sais plus bien, dans un lieu prestigieux. Elle nous a embarqués… nous avons toujours fonctionné ainsi. Après cette expérience-là, nous avons voulu continuer sérieusement parce que nous avons senti que nous adorions ça. Nous avons donc pressé un CD que nous avons donné à tous les bars de Rennes. Dans l’année qui a suivi, nous avons fait la fête de la musique.

C’est à cette Fête de la musique que vous avez rencontré Jean-Louis Brossard, directeur des rencontres Trans Musicales.

Victor : Oui, il nous a dit qu’il allait nous embarquer partout. Nous avons ouvert son festival au Parc Expo et nous avons fait sa tournée des Trans. Nous avions 6 mois pour être prêts alors que le groupe avait un an.

Quand vous avez fait les Trans, vous étiez dans quel état d’esprit ?

Victor : Nous ne nous rendions pas vraiment compte. Nous étions complètement innocents et complètement seuls. Pour 99% des groupes, les Trans Musicales, c’est une expérience que tu vis avec toute une équipe de promoteurs, de managers, qui sont là et qui t’accompagnent. (En souriant) Je pense que clairement, on n’était pas fini.

"Sign", live au Festival Art Rock.

Après ça, vous avez tourné pendant deux ans dans le monde entier.

Victor : Oui, nous pouvons dire qu’aujourd’hui, nous avons une vraie bouteille scénique. Nous sommes vraiment capables de gérer n’importe quelle scène. Quand tu as 17 ans et que tu joues devant 3000 personnes, tu apprends beaucoup.

Au début de votre carrière, à Rennes, on vous prenait pour des babys rockers, parce que c’était un  peu la mode avec le BB Brunes et ce genre de groupe.

Victor : Oui, comme Rennes est une ville très rock pur et dur, on nous l’a fait payer très durement. Le milieu nous comparait aux babyrockers, il trouvait que ce n’était pas intéressant, pas profond, dans les textes, la musique, l’attitude. Au début, nous étions très vexés. Très triste même. Je pense que se faire aimer de sa propre ville est le truc le plus dur. Au final, nous avons transformé ça en force.

Et c’est pour ça qu’on ne vous voit jamais sur les pochettes de disque et que vous apparaissez très peu dans vos clips ?

Victor : Nous voulons détacher nos personnes de la musique que l’on fait.

Vous faites jeunes parce que vous êtes jeunes.

Victor : Nous ne voulons pas que notre musique le soit, en tout cas.

Clip de "Cross The Line".

En 2009, vous remporter le prix des Inrocks CQFD.

Victor : Ça nous a bien encouragés. Mais, nous étions obsédés par le live. Nous sommes allés à Montréal, à Moscou, en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Hollande… il nous ait arrivé de jouer devant 15 000 personnes. C’était génial, mais nous n’étions pas encore passés par la phase « que va-t-on faire en studio, qu’est-ce que l’on veut être » ?

Avant ce disque, il n’y avait eu qu’un EP.

Victor : Et avant ça, nous n’avions sorti qu’un single. On n’avait qu’un titre qui nous portait pour faire des dates. Quand la tournée s’est calmée, avec Simon, nous avons décidé de se poser. On vit dans un monde ou tout est très rapide, où tout doit se faire dans l’instant. Nos partenaires nous demandaient de sortir quelque chose dans les deux mois. Nous avons dit non et nous avons mis un an à faire l’EP.

Vous avez fait l’Olympia en première partie de Skip The Use et le Zénith en première partie de Pony Pony Run Run.

Simon : C’était bien. Une très belle expérience, après ce n’est pas la même chose que si les gens étaient venus pour nous voir nous.

Clip de "Hypnotise Me".

Cet album, c’est ce que vous êtes après 5 ans de vie de groupe ?

Simon : Nous sommes très bien entourés. Il y a Michael Declerck, un ingénieur son live et studio qui nous suit tout le temps.

Victor : Nous avons vécu ensemble, il s’est imprégné de notre musique… et il a fini par créer ce son-là. Il a parfaitement fait la passerelle entre ce que nous faisions en live et ce qu’il avait envie d’entendre en studio.

Simon : Nous nous sommes permis des choses en studio qu’on ne s’est jamais permis en live. Sur l’album, nous avons ajouté des couches de claviers avec des sons acoustiques et des sons analogiques parce que l’opportunité nous a été donnée de bénéficier de plein de claviers de toutes sortes. Sur scène, nous n’avons qu’un seul clavier, c’est celui de Victor, du coup, on épure, nous gardons les meilleurs riffs.

Victor : En live c’est très brut et plus rock en fait.

Si je vous dis que votre musique me rappelle par moment celle de Depeche Mode, c’est une insulte ?

Victor : Pas du tout, nous aimons beaucoup et on nous le dit souvent.

Clip de "My Mind Is Old".

Vous avez chacun vos influences musicales et pourtant, il y a une parfaite osmose dans l’album…

Victor : Nous, on aime le hip-hop,  le rock, la pop… Nous en sommes complètement imprégnés. Alors, nous jonglons avec nos influences et nous les transformons en force. En France, ce qui manque, ce sont des prises de risques. Les Anglais et les Américains n’hésitent pas à se jeter à l’eau. Je pense beaucoup au dernier album de Kanye West. Il est tellement parti loin dans ce qu’il voulait que son album a été très mal accueilli, mais une semaine après, le monde a crié au génie. C’est ce que je déplore ici, on se met trop dans des carcans et pas assez en danger.

Votre disque est aussi complexe et pointu qu’il est facile d’accès. C’est un paradoxe rare.

Victor : Une de nos préoccupations principales est pourtant de rester dans un format pop dans le sens couplet refrain, couplet refrain… Nous ne serons jamais un groupe de fusion, un groupe expérimental. Nous allons toujours vers le plus évident.

the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandor

Vous deux, vous êtes les têtes pensantes du groupe.

Simon: Moi, j’écris la plupart des paroles et nous composons tous les deux. Ensuite, nous proposons au reste du groupe quand on estime qu’une chanson est aboutie. Après il y a l’étape primordiale. C’est de la jouer en répétition pour voir ce que cela donne avec tous les instruments.

Vous arrive-t-il de vous engueuler lors des phases de créations.

Victor : Comme nous sommes chacun très indépendants, que nous sommes capables de faire une chanson de A à Z, ça a toujours été assez conflictuel entre nous. Nous avons fait récemment une session de voix plutôt houleuse. Mais c’est du très bon conflit. C’est sain.

Simon : Le jour où nous ne nous engueulerons plus, c’est qu’on n’aura plus envie de prendre le temps de bien faire. C’est une question d’émulation. En plus, l’un veut impressionner l’autre, ça nous fait avancer.

Clip de "Pure".

Je sais que vous continuez à apprendre à travailler votre voix.

Victor : Mon expérience vocale a été pendant très longtemps aléatoire et approximative. J’ai été passionné par la voix quand j’été à la fin de l’école primaire, début du collège. Je faisais partie d’une chorale. J’étais choriste soliste. J’ai arrêté du jour au lendemain, à l’adolescence. Je n’ai repris que depuis quelques mois le travail sur la voix au Studio des Variétés. J’ai réussi à prendre confiance en moi et avoir beaucoup plus de certitude sur ce que j’étais capable de bien faire. En fait, je voulais apprendre à connaître ma voix et à bien chanter. J’étais dans l’instinctif, l’émotion et la puissance, mais c’était quelque chose qui n’était pas du tout contrôlé. Maintenant j’apprends à contrôler et, du coup, à m’en servir d’autant plus. Maintenant, c’est moi qui contrôle ma voix et non l’inverse.

Simon : Moi aussi je prends des cours avec une personne. Dès que tu te mets à travailler avec des professionnels de la voix, tu te rends compte que c’est un instrument comme l’est une basse ou une guitare, sauf qu’il est à l’intérieur de ton corps, il faut avoir une technique et une rigueur énormes si tu veux avoir de l’endurance et faire passer les émotions que tu souhaites.

the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandor

Quelques prochaines dates de tournées...

the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandor

A noter que The Popopopops est dans la compilation Fier comme un coq réalisée par Les Inrockuptibles avec "Cross The Line".

the popopopops,swell,interview,simon carpentier,victor solf,mandor

30 septembre 2013

Elsa Kopf : interview pour Marvelously Dangerous

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

C’est le génial et prolifique Pierre Faa (tête pensante du trio pop Peppermoon) qui m’a parlé pour la première fois d’Elsa Kopf (il a très largement participé à l’élaboration de son deuxième album). Quand j’ai reçu Marvelously Dangerous, j’ai immédiatement été séduit. La jeune femme a un nom à consonance germanique pour une voix cristalline et des mélodies du sud. Elsa chante des amours espiègles et ensoleillés... Le 15 juillet dernier (quoi je suis en retard ???), Elsa Kopf est venue à l’agence…

Biographie officielle :

En 2011, elle nous a conté les plus belles de ses joies acoustiques dans un délicieux album, au croisement de la folk et du jazz. Elsa Kopf revient avec « Marvelously Dangerous », onze chansons nées dans le salon-studio de son ami de toujours, Pierre Faa. Voilà dix ans qu’elle fréquente l’architecte du trio Peppermoon avec l’envie réciproque d’écrire des chansons puis d’enregistrer.

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faaOn connaissait Elsa Kopf pour la richesse de ses mélodies et de ses rythmes – conjuguant le swing, la bossa et le jazz – mais surtout pour la délicatesse de son timbre de voix. On retrouve toutes ces qualités dans les arrangements de Pierre Faa, qui les souligne de subtiles broderies digitales : claviers, boucles, échos, delays... 

Elsa chante en anglais, en français et en espagnol. Des langues qui l’ont accompagnée tout au long de sa vie, de Strasbourg où elle est née, à l’Argentine et l’Espagne où elle a vécu et retourne régulièrement. Trois palettes de vocabulaire et de sonorités dont elle se sert spontanément, sur lesquelles son timbre déploie toutes ses nuances. En bref, Marvelously Dangerous est un splendide herbier d’histoires nostalgiques et impertinentes, servies par des mélodies entêtantes.

Voici un medley de l'album, histoire que vous vous fassiez une idée...

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faaInterview :

Comment as-tu débuté ?

Dès l’âge de 4 ans, j’ai souhaité devenir chanteuse. Ma mère, Joëlle Kopf, est parolière. Elle a notamment écrit dans les années 80 un tube qui s’appelle « Femme libérée » pour Cookie Dingler. C’était d’ailleurs le voisin du dessous et souvent, il y avait des fêtes avec plein de musiciens qui jouaient du piano, faisaient des bœufs dans une ambiance incroyable. J’ai vraiment grandi dans une ambiance de musique et ça m’a donné des idées très précises sur ce que je voulais devenir. Mon émission préférée était L’École des Fans et je me voyais y participer. C’était mon rêve, mon fantasme absolu (rires).

Une mère parolière, certes, mais pas musicienne.

Si. En fait, elle a fait des très belles chansons et elle ne les a jamais sorties. C’est dommage parce qu’à l’époque, pour sortir des chansons, il fallait avoir un label, des musiciens, payer des maquettes… enfin, c’était encore très compliqué. Et puis elle venait d’avoir deux enfants, elle vivait à Strasbourg, bref, elle n’avait pas tout pour faire avancer les projets. Elle a donc lâché le truc pour rester uniquement parolière. C’est moi qui continue à sa place…

Ta mère t’a incité à faire de la musique ?

Elle m’a inscrit à des cours de piano, mais ça ne me plaisait pas vraiment. Je n’avais pas non plus une voix très bien placée, donc je chantais très mal. À 15 ans, j’ai commencé en même temps la guitare et l’écriture de chansons. Dès que j’ai su faire deux accords, j’ai fait ma première chanson. Ensuite, je me suis écrit un répertoire.

Que pense ta mère de ce que tu fais ?

Elle aime beaucoup. Elle est ma plus grande fan, en toute objectivité évidemment (rires). On travaille parfois ensemble. On se met mutuellement sur des projets, parfois on écrit des chansons ensemble pour d’autres gens.

À un moment, tu es partie à Paris. Pour y faire quoi?elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

J’ai commencé à faire une école de musique tout en travaillant à côté. Un jour, j’ai rencontré un chéri qui était Argentin. Je suis donc partie avec lui en Espagne et en Argentine. J’ai fait mes petites expériences et je suis revenue en 2005. J’ai commencé à travailler sur mon premier album, Acoustic Joys et j’ai eu tellement de galères qu’il n’est sorti qu’en 2011.

La passion pour la musique argentine te vient d’où ?

Mon beau-père est argentin et depuis que j’ai 10 ans, je passe tous mes étés en Espagne. Donc, j’ai grandi avec Astrud Gilberto et  toute la musique sud-américaine. Ce sont de très beaux souvenirs d’enfance.

Du coup, tu refuses de choisir parmi dans toutes tes cultures.

Mon père est allemand, je chante donc aussi dans cette langue. Chaque langue a une certaine manière d’être appréhendée. C’est très intéressant.

Pierre Faa a écrit toutes les chansons en langue française et toi le reste.

On avait depuis longtemps fait des chansons avec Pierre et ce disque était l’occasion de pouvoir en faire quelque chose. J’écris aussi en Français, mais j’adore les textes de Pierre, alors je lui ai laissé la place. Ses chansons méritaient d’exister.

Clip de "Des enfants insolents".

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faaRaconte-moi votre rencontre.

Il y a très longtemps on m’a parlé de lui en me disant qu’il fallait que je le rencontre. On s’est donc donné rendez-vous, on a bu un thé ensemble et on a discuté musique. On s’est beaucoup apprécié, puis je suis partie en Espagne faire ma petite vie. Quand je suis revenue en 2006, il y a eu MySpace. On avait chacun un pseudo, mais sans  savoir que l’un était l’autre, on s’est contacté tant nos univers respectifs nous plaisait. On était fait pour se rencontrer vraiment.

Pierre est une espèce d’alter ego ?

Ce serait prétentieux de dire ça. Il a une culture et une curiosité que je lui envie. Il me fait toujours découvrir des trucs incroyables. Des humoristes, des séries, des restaurants, des galeries d’art, des artistes… à chaque fois, il tombe dans le mille. Je m’inspire de lui, parce que c’est un bosseur, il fait tout tout seul. Il bosse beaucoup et est très indépendant… et ça j’aime bien.

Comment appelles-tu la musique que tu fais ?

De la folktronica. C’est un peu de la folk, mais avec de l’électronique.

Qui dirige qui ?

Personne. On fait ensemble. Quand je ne sais pas, c’est plus lui. En tout cas, il fait superbement ce que je déteste faire moi-même: le traitement sonore, la prise de son. Pour moi c’est de l’astrophysique et des mathématiques mis au milieu d’émotion, de rêverie et de poésie. Je le bénis parce qu’il a la méticulosité que j’aimerais avoir.

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

Il parait que vocalement, tu n’es jamais contente. C’est vrai ?

Tout à fait vrai. Je dis toujours à Pierre qu’il faut refaire. Il ne m’a permis que trois prises par chanson. Mais, je me dis toujours quand je sors de studio que j’aurais pu mieux faire.

Il y a un moment où pourtant tu aimais bien ta voix…

J’aimais bien ma voix quand je faisais une voix mystérieuse de chanteuse sensuelle, mais quand je chantais des chansons pour toute la famille et devant tout le monde, j’avais une voix très haut perchée, voire de crécelle. Du coup, j’ai pris des cours de chant avec un grand ténor, qui d’ailleurs joue l’arbre qui chante dans le film Intouchables, Fabrice Mantegna. C’est le meilleur prof que l’on puisse avoir. On a fait un coaching intensif ensemble pendant 6 mois.

Tu dis beaucoup de choses dans tes chansons. Elles ne sont pas moralisatrices, encore moins démagos. Ouf !

Merci de le comprendre comme ça. Qui suis-je pour faire la morale ? Si ça peut se faire poser des questions aux gens, c’est très bien.

Mais la majorité des chansons sont des chansons d’amour poético-sarcastiques. Ça te va comme définition ?

C’est tout à fait ça. Je suis une fille assez fleur bleue et une éternelle incurable romantique. Mais il y a dans l’album des chansons un peu plus noires.

Clip de "Sugar Roses".

Est-ce que tes chansons te ressemblent ?elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

C’est complètement moi. C’est ma vie que j’essaie de mettre en beauté. Ce qui est bien avec la musique et avec les différents arts, c’est que toutes les galères qu’un artiste traverse deviennent des cadeaux. On peut en faire quelque chose. Le pire pour un artiste, c’est qu’il ne lui arrive rien.

Un artiste se met à nu. C’est compliqué parfois de se dévoiler devant des inconnus ?

Dans l’album, il y a certaines chansons que j’ai écrites et que je ne pensais pas mettre. Du coup, je me suis dévoilée à 100%. Par exemple, il y en a une que j’ai écrite pour dire à quelqu’un que je l’aimais, parce que je n’arrivais pas à lui dire en vrai. Maintenant que le disque est sorti, il va l’entendre… parfois, on se met dans des situations… Mais, évidemment, aujourd’hui, j’assume.

Il va falloir les chanter sur scène maintenant.

J’adore la scène. Bon, quand il y a de gros enjeux, je suis un peu traqueuse. J’ai horreur du moment avant de rentrer sur scène. Je me demande ce que je fais là. Après ça va.

C’est quoi, pour toi, le critère d’une bonne chanson ?

C’est si la chanson me reste dans la tête. Je me dis que si elle reste dans ma tête, elle restera dans la tête des autres personnes. Si elles ne passent pas le cap de me séduire moi pendant quelques jours, je la mets de côté ou je la retravaille ou je la laisse dormir quelques années.

C’est un album que vous avez financé sur un site participatif.

Je ne pensais pas du tout à ce système de financement au départ. C’est Pierre Faa qui m’a convaincue de la faire en participatif. Moi, je me disais que personne n’allait mettre de sous sur moi. On a présenté notre projet avec amour et on a récolté un peu plus de 5000 euros, ce dont nous avions besoin pour boucler le projet.

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

Après l'interview...

16 septembre 2013

Tristen : interview pour Mars en marche

triste,mars en marche,interview,mandor

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Je n’avais pas été emballé par le premier album de Tristen, L'ombre à suivre. Pas touché du tout. L'artiste s'est pourtant bien fait repérer avec ce disque...

Mais son attachée de presse (Flavie Rodriguez) a retenté le coup avec son second album. En insistant un peu : « Écoute-le, ça n’a rien à voir avec le premier ! Je t’assure, tu vas être surpris. »

Il est agréable de travailler avec des attachées de presse qui connaissent parfaitement tes goûts. J’ai adoré dès la première écoute. Je n’ai pas eu l’impression d’écouter le même artiste.

Vous pouvez découvrir toutes les chansons de l'album ici!

J’ai donné rendez-vous à Tristen à l’agence le 28 juin dernier pour une conversation en toute franchise.

triste,mars en marche,interview,mandorArgumentaire officiel de l’album :

Il faut se rendre à l’évidence, de nombreux signes nous incitent à penser que la fin est proche. Malgré le futur incertain de notre espèce, qui ne sera bientôt plus qu’un irritant souvenir, Tristen, lui, décide dans un élan héroïque et salvateur de mettre un pied devant l’autre :
Mars en Marche, son second album, paraîtra chez Bleeding Gold Records le 16 septembre 2013 (aujourd’hui donc) en digital et en vinyle.
Hommage dérisoire rendu à Mars, le dieu romain de la guerre et de la fertilité, Mars en Marche se joue de l’imaginaire masculin. Tristen y feint la colère dans des murder songs hallucinées : "Le lustre" et son lustre suicidaire, "La pluie horizontale" et son infirmière un rien dangereuse, "Ce qui reste de toi" et sa fin ménagère. Il y joue l’ingénu dans d’étranges love songs : "La femme qui ne souriait jamais", "En solitaire". Il se met aussi à nu dans des sad songs à la délicatesse surréaliste : chevauchée messianique dans "Laisse pleurer les hommes", poésie banlieusarde dans "Les boîtes aux lettres".

Guitariste, bassiste, batteur, touche-à-tout, Tristen utilise tout l’arsenal du musicien bricolo pour réaliser un album aux sonorités subtiles et charnelles. Ses arrangements audacieux et personnels permettent le mariage aventureux, mais assumé de différentes influences. Mars en Marche célèbre la rencontre de Stereolab et d’Abba, d’un Mathieu Boogaerts et d’Arcade Fire, d’un Albin de la Simone et de Karkwa.

Tristen signe la plupart des musiques et prend part à l'écriture des textes de cet album qu'il partage avec sa bande de copains - musiciens et auteurs de la scène rock indé Parisienne - avec qui il se produit depuis quelques années : Bénédicte Monat (Blanche as a Name) qui prête même sa voix dans quelques chansons, Charlotte Gérand (Chérie ++), Loic Carron (Chérie ++, Yéti Lane, Cyann and Ben), Yann Giraud (Porco Rosso), Julien Cortes (Querencia, Erevan Tusk), Dominique Pascaud (Alex Rossi, Sandy Trash), Pacôme Genty (Rose Ttacet, Erevan Tusk, Mascara Snake).

triste,mars en marche,interview,mandor

Interview :

Je vais être sincère avec toi. Ton premier album, je ne l’avais pas autant apprécié que celui-là. Je n’avais pas du tout été touché par ton travail. Et avec cet album, c’est tout le contraire.

J’ai fait un album beaucoup plus personnel, mais plus fou, parfois surréaliste. Le précédent album était centré sur les relations de couple passées, futures, fantasmées… Là, je parle toujours des filles, mais c’est annexe. C’est marginal. Ce disque est à mon sens beaucoup plus dérangeant.

D’où vient ce changement ?

Je me suis fait beaucoup plus confiance. J’ai beaucoup plus écrit que pour le précédent. Parfois, c’était même de l’écriture automatique sur 3, 4 chansons. Moi, j’ai l’angoisse de la page blanche, c’est pour ça que je demande de l’aide pour l’écriture à d’autres personnes bien qualifiées. Quand je reçois des ébauches de textes, je peux réagir et travailler sur ces textes. Bon, j’ai essayé de lutter contre cette angoisse. Pour moi, le texte, c’est comme un instrument, comme une basse. Si on me demande ce que veut dire telle ou telle parole, c’est comme si on me demandait ce que veut dire telle ou telle partie de basse. Ça me parle, mais ça ne veut pas obligatoirement dire quelque chose.

Teaser 1 de Mars en marche.

Tu es un solitaire dans la création, mais tu aimes bien être entouré.

C’est paradoxal, mais c’est humain. C’est solitaire parce que c’est comme ça que j’ai appris à créer mes propres chansons. J’ai joué dans des groupes et j’ai été frustré du processus de groupe. Suite à ça, je me suis mis à faire mes propres chansons seul. Mais, c’est nul d’être tout seul, donc je m’entoure pour l’écriture et même parfois pour des arrangements. Tout est une question de rencontre. Par contre, j’aime bien tout contrôler quand même.

Tu aimes bien avoir des propositions nouvelles et choisir, finalement.

Je commence à m’ouvrir. C’est vrai que je n’étais pas comme ça avant, mais j’ai compris aujourd’hui qu’on ne peut pas tout faire bien. Mon talent à moi, il est plutôt dans l’arrangement. Dans l’écriture totale, j’ai besoin que l’on m’aide, il faut le reconnaître. Il faut être conscient de ses faiblesses et de ses qualités.

triste,mars en marche,interview,mandor

Tu es arrivé à Paris il y a 10 ans pour faire de la musique et tu viens de me dire que tu viens tout juste d’avoir confiance en toi musicalement et textuellement. Quel est l’élément déclencheur de ta nouvelle assurance ?

Il n’y a pas eu de déclic, ça a été un processus. À vrai dire, j’ai déjà fait 6 ou 7 albums tirés à 10 exemplaires et distribués uniquement aux amis. Ce sont les retours qu’ils m’en ont faits qui ont fini par être encourageants et qui m’ont poussé à continuer. Pour sortir un CD commercialisé, il faut déjà un certain standing. Mon premier, il y avait des maladresses, celui-ci est meilleur. En toute objectivité.

Tu chantes depuis longtemps ?

D’abord, il faut que tu saches que j’accepte l’idée d’être un chanteur depuis peu. Au début, j’ai fait des chansons, j’avais honte de les chanter, ensuite un peu moins honte, ensuite, j’ai pris conscience que j’avais une voix…etc. Mon assurance vient au fur et à mesure des expériences et du temps qui passe.

Teaser 3 de Mars en marche.

Tu as bien « bourlingué » en tant que musicien pour plein de groupes et de genres différents.

Quand j’habitais dans le sud de la France, j’ai fait notamment du metal et du jazz rock. Quand je suis arrivé à Paris, je me suis plus consacré au rock indé en accompagnant pas mal de gens. Querencia (pop rock indé à la Interpol) comme batteur, Dominique Pascaud (chanson française classe) comme percussionniste, Saibu (rock classieux en anglais) comme batteur, Alex Rossi (variété hype italo-gersoise) comme batteur, Myra Lee (pop folk indé ) comme percu, batteur, ou claviériste, Porco Rosso (pop française indé) comme batteur C++ désormais Chérie++ (chansons douces amères) comme ingé son, puis batteur, puis bassiste et enfin, Folks (pop française indé) comme bassiste. Folks, tu le connais, je crois.

Oui, je l’ai reçu ici. J’adore. Après avoir bossé pour le « milieu indé », on a envie d’être un peu plus sous la lumière ?

J’aime ce que je fais, je ne vais pas faire des choses plus basiques pour avoir plus de notoriété.

Mais, je trouve ton album très accessible et pas du tout underground.

Tant mieux alors ! Je suis au delta de la variété et du rock indé de toute façon. J’aime beaucoup la Véronique Sanson des années 70, Abba, des trucs comme ça…bien populaires, mais de qualité. Abba, c’est ma madeleine de Proust à moi. Quand j’étais petit, j’écoutais un conte musical qui s’appelle Abbacadabra.

Ah oui ! Mais je suis fan. Il y avait Daniel Balavoine, Frida, Plastic Bertrand, Catherine Ferry, Fabienne Thibeault !

Dis donc, c’est la première fois que je rencontre quelqu’un dans ma vie qui connait Abbacadabra !

"L'enfant do", extrait d'Abbacadabra (1983).

Oui, bon, ça n’a pas très bien vieilli…

En tout cas, en écoutant ça enfant, il faut croire que cela m’a marqué. Quand j’ai entendu Abba pour la première fois, je me suis demandé qui étaient ces gens qui copiaient Abbacadabra. Les Abba auraient eu la prod d’Arcad Fire, ils seraient le groupe ultime. C’est à la fois populaire et très grand public, mais il y a des éléments musicaux qui me plaisent vraiment. Ça ne s’entend pas forcément dans ce que je fais, mais c’est un groupe qui m’impressionne et que je respecte énormément.

Peut-on dire que Mars en marche est un disque conceptuel ?

Il y a un lien entre toutes les chansons en tout cas. La colère. Pour la blague, Mars, c’est le dieu de la guerre et de la fertilité. La sonorité « Mars en marche » me plait. Ça représente l’aspect guerrier en action.

Tes concerts vont devenir plus rock ?

Ça l’était déjà avant. Il y a aussi un côté electro parce que j’ai des programmations sur scène. J’ai un guitariste avec moi et je joue moi-même de la guitare. Mon côté rock indé ressort pas mal quand je donne un concert.  

triste,mars en marche,interview,mandor

Tu joues aussi pour d’autres artistes. Nous nous sommes croisés au Prix Georges Moustaki. Tu accompagnais Céline Olivier.

Je joue encore pour d’autres, peut-être un peu moins en ce moment parce que je m’occupe de mon disque. J’ai besoin de ça aussi pour vivre artistiquement. Je n’en ai pas besoin financièrement.

Tu es chargé de mission au sein d’une cellule FSE (Fond social européen). Mazette !

Je ne sais pas si ça va intéresser les lecteurs de savoir ça. Ça n’a aucun lien avec la musique. Cela dit, j’ai une maitrise de maths. Pour moi, les maths, c’est de la poésie, ce sont des structures, c’est des formes, c’est de la beauté.

Les maths te servent-elles pour créer de la musique ?

Oui, mais pas dans le sens où les gens l’entendent, c'est-à-dire d’un côté froid et calculateur. Les maths, c’est plus le côté scientifique, c'est-à-dire l’erreur. On fait des erreurs et c’est de ses erreurs qu’on apprend. C’est ça la démarche scientifique.

Teaser 4 de Mars en marche.

Tristen sera en concert le 30 septembre 2013 aux 3 baudets et le 28 novembre à la péniche Antipode.

triste,mars en marche,interview,mandor

Tristen et Mandor, le 28 juin 2013.

07 septembre 2013

Anastasia : Interview pour Beau parleur

anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandor

J’ai reçu le disque d’une dénommée Anastasia, Beau parleur, et j’ai beaucoup aimé. La voix, tirant un peu vers les graves, le propos plutôt masculin, insolent et sexy. Guitare et voix sont les instruments principaux qu'elle utilise pour nous plonger dans son univers qui allie jazz et airs d'antan, groove et blues, soul et ambiance tropicale... Son disque est sacrément abouti, mature et cohérent.

Le lendemain, je vous jure que c’est vrai, j’ai reçu l’album d’un groupe que je ne connaissais pas, Les Dessous de la Vie, La libido du linving room. J’écoute et j’ai un sentiment curieux. La voix me rappelle celle de la jeune chanteuse de la veille. Normal, c’est elle. Les deux disques sont sortis en même temps et les deux attachées de presse de chaque opus me les ont envoyés sans se concerter.

La mandorisation s’imposait donc. Ainsi fut fait, le 9 juillet dernier. Une forte personnalité la jeune femme. Je me suis dit que je n’étais pas à l’abri d’être en face d’une future grande de la chanson française.

Biographie officielle d’Anastasia :

Quand on entend Anastasia chanter on l’imagine bien flâner dans les clubs de jazz, et fredonner des airs d’antan. Bluesy et souriante, cette jeune artiste à la veine urbaine, possède sa propre vitalité, son propre groove, ainsi qu’un son authentique, roots à souhait.anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandor

Elle contacte Batlik en 2011 en lui envoyant quelques titres. Début 2012, elle enregistre son 1er album « Beau parleur » au studio de la Cuve à Aubervilliers, dans les locaux d’A Brûle Pourpoint. Coté scène, elle assure les premières parties de Batlik, Fred Métayer, Karpatt, Berry ou Tété. « Beau parleur » est sorti le 25 mars 2013, en co-production avec le propre label d’Anastasia, Budhi’s prod.

On tient là une vraie nature, un feu bouillonnant, une personnalité qui en impose. Ces premiers titres guitare voix la placent entre Brésil et Jamaïque, les deux tropiques où la guitare est reine. Merveilleuse petite tache de son, sa musique et sa gouaille s’unissent pour offrir une musique évocatrice, une simplicité, des mots et une poésie en couleur instantanée.

anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandorBiographie officielle des Dessous de la Vie :

Pétillants de fraîcheur, Les Dessous de la Vie exultent sur la scène indépendante et, au passage, remportent plusieurs prix de la chanson Française. Le quintet bien trempé exalte la poésie des chansons intimistes qui virevoltent du swing au jazz musette, du hip hop au jazz manouche. Les intrépides complices incarnent leurs mélodies qui nous accrochent et nous entraînent hardiment dans La libido du living-room. Autoproduit, ce premier album dévoile les dessous de la vie sentimentale avec une subtile énergie.

anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandor

Interview :

Contrairement à ce que l’on pourrait éventuellement penser, tu n’es pas une débutante…

Avant les dessous de la vie, j’étais dans un groupe avec Gaël, qui est l’auteur compositeur des Dessous de la vie et l’auteur compositeur de mon album. On avait un groupe de punk, ska, reggae.

Musicalement, j’ai la sensation que tu t’es essayé à tout?

J’étais au conservatoire à Mulhouse, je faisais du piano classique. C’était en parallèle à toutes mes études. J’ai eu quelques bases pédagogiques pour apprendre à chanter, mais je n’ai jamais pris de cours de chant officiel.

Tu as pratiqué « l’autoditasme urbain » dis-tu. As-tu beaucoup appris dans la rue ?

La guitare, l’accordéon et le chant… j’ai appris tout ça en allant jouer avec des potes dans la rue. J’habitais à côté d’une zup. Il y a des rappeurs qui venaient, qui posaient… 

"J'aimerais" aux Francofolies 2013

anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandorTon parcours est étonnant. Tu as fait un Master en musicologie, puis un Master de Sciences-Po en politique et gestion de la culture.

Je voulais comprendre comment développer un projet culturel. Et mes parents ne me lâchaient pas. Ils voulaient que j’aie des diplômes. Quand j’ai eu mes diplômes, je me suis mis la tête dans les projets et je n’en suis plus sortie.

Tu écoutais quoi dans ta prime jeunesse ?

Tu sais, depuis quelques années, je me suis plus focalisée sur la musique black comme Erykah Badu, Krystle Warren, Robert Glasper… Quand j’avais entre 13 et 16 ans, je n’écoutais que de la chanson française. Aujourd’hui, j’aime beaucoup Batlik, mais aussi Bazbaz, Sandra Nkaké. Mais comme mon père écoutait beaucoup de jazz, de jazz fusion, ça fait partie également de ma culture musicale.

Tes parents ne voulaient pas que tu deviennes musicienne?

Non parce que mon père était un super pianiste de jazz et organiste. Il aurait rêvé faire ça de sa vie, mais il n’a pas réussi.  Du coup mes parents étaient flippés que je ne parvienne pas à ce que j’avais pour ambition d’entreprendre.

Comment ils voient les choses pour toi aujourd’hui ?

Maintenant, ils sont super fiers. Ils sont là à presque à tous mes concerts et ils aiment beaucoup ce que je fais. Au début, ma mère, quand je lui faisais écouter une chanson, elle me disait qu’elle trouvait cela triste. Elle me conseillait de chanter des chansons plus légères et plus gaies. Mon père, lui, depuis le début, a toujours aimé. Dans le prochain album, on fera sans doute un morceau ensemble.

" Je Vole ", pour Strasbourg Acoustik. Session tournée au Musée Tomi Ungerer de Strasbourg.  Février 2013.

Avoir fait des études de musicologie t’apporte quoi, concrètement ?anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandor

Ça m’apporte une méthodologie dans mes compositions, dans la manière de travailler ma musique, de l’apprendre, de l’analyser aussi. Quand j’écoute un artiste que j’adore, je repique des petites choses. Je sais les prendre et les comprendre.

Paradoxalement, est-ce que ça n’empêche pas la spontanéité pendant la création ?

Non, parce qu’au niveau guitare et chant, je suis complètement autodidacte donc, forcément, j’oublie la méthodologie. Je réfléchis un peu quand je fais les chœurs ou les harmonisations, mais au niveau de la composition et de ma façon de chanter, c’est assez libre, instinctif et spontané.

Comment est né le groupe Les dessous de la vie ?

J’ai rencontré Gaël Muller à Mulhouse. On a commencé à faire ce premier groupe donc je viens de te parler. Quand le projet s’est effondré, on s’est retrouvé, moi avec l’accordéon et lui avec sa guitare. Il a commencé à composer des chansons françaises du type La Rue Kétanou, les Tètes Raides, Négresses Vertes et tout ça. Une amie nous a inscrits à un tremplin à Mulhouse et on a remporté la deuxième place. Ça nous a mis en confiance. On a commencé notre répertoire et très vite, nous avons été visibles dans le réseau des musiques actuelles en Alsace. Petit à petit, on nous a proposé des scènes. Petit à petit on a eu envie de rajouter d’autres musiciens. Ensuite, il y a des professionnels qui se sont un peu intéressés à nous. On fait de la scène avec Les dessous de la vie depuis 2009, mais depuis 2010, on le fait de manière professionnelle.

Teaser de la sortie de l'album La Libido du living room du groupe Les dessous de la vie.

C’est un groupe de jazz, un peu musette, mais aussi un peu hip-hop. L’accordéon que tuanastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandor utilises dans le groupe, tu l’oublies sur ton disque perso.

J’avais la tête dans Les dessous de la vie pendant très longtemps. J’étais vraiment dans le truc accordéon-voix. Quand j’ai terminé mes études, j’avais une plage de temps qui me permettait de développer ce projet guitare-voix que je traîne depuis que j’ai 14 ans. C’est seulement en 2011 que j’ai demandé à Gaël à m’aider à construire mon répertoire en lui parlant de ma vie, en lui racontant mes petites histoires à moi. Et puis, on se fréquente depuis 10 ans, donc il me connait très bien.

Tu ne te sentais pas prête à écrire seule ?

Gaël a une plume que j’aime énormément et qui me correspond parfaitement. Mais ça va venir. Je pense que dans mon deuxième album, il y aura des chansons à moi. Mais, je crois que j’aime bien interpréter.

anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandorTu as contacté Batlik en 2011. Comment la rencontre s’est-elle déroulée ?

Je ne le connaissais pas personnellement. Je ne savais pas comment il était. Juste qu’il avait beaucoup de caractère. Mais, moi, j’ai plein d’amis avec des mauvais caractères et moi aussi, d’ailleurs, je n’ai pas un caractère facile. Finalement, ça s’est passé plutôt normalement.

Tu devais faire combien de titres avec lui ?

J’avais préparé 5, 6 titres. On les a réalisés rapidement et comme on avait encore du temps, il m’a proposé de faire les suivantes. 11 en tout. Je suis rentrée à Strasbourg, quelques jours après, il m’a appelée pour me dire qu’il aimait vraiment bien mes chansons et qu’il était prêt à m’aider plus encore. A l’époque, je voulais sortir un EP, mais je n’avais pas prévu de budget pour. Sans Batlik, j’en aurais sorti que 500 exemplaires et je n’aurais jamais fait tout ce que j’ai fait grâce à lui. On m’a ouvert plus de portes grâce à son nom et à sa bonne réputation. Il ne faut pas se le cacher, Batlik m’a aussi créé de la légitimité.


France ô Folies : ANASTASIA - Mulhouse par franceo

Tu joues beaucoup avec les mots dans tes textes.

J’aime bien les jeux de mots. J’aime bien les oppositions, les extrêmes et la dichotomie. J’aime bien jouer avec cet effet un peu schizophrénique.

C’est quoi tes chansons finalement ?

Ce sont des visions masculines chantées dans la bouche d’une fille. Je suis dans un cycle un peu bizarre où c’est moi qui demande à mon auteur compositeur des histoires de filles. Il les imagine en tant que mec et c’est une bouche de fille qui les rechante. Ce sont des choses personnelles sur l’amour, la confiance, la vie de couple… C’est assez sexy, ce ne sont pas des chansons de petite midinette qui raconte sa vie, en tout cas.

C’est même souvent insolent.

Je m’en fous, je dis ce que je pense et ça me va super bien parce que je suis comme ça dans la vie.

anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandor

Après l'interview...

Pour finir, voici la chronique sur le disque d'Anastasia d'une des rares consœurs que j'apprécie dans le métier, Stéphanie Berrebi du magazine FrancoFans. Une vraie passionnée. Comme il y en a peu.

anastasia,beau parleur,les dessous de la vie,interview mandor

26 juillet 2013

Guillo : interview pour Super 8

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandor

Guillo est un artiste dont j’avais beaucoup entendu parler, mais dont l’œuvre m’avait échappé. Je voyais son nom de-ci, de-là… j’entendais dire que l’homme écrivait bien et que son sens de la mélodie était remarquable.

Parfois, les évidences m’échappent, mais il m’arrive de les rattraper. 

Et c’est à Tarbes que l’évidence m’a sauté aux yeux.

Guillo était l’un des artistes présélectionnés pour le Pic d’Or 2013, tremplin dont je suis juré. J’ai eu un coup de foudre immédiat.

La voix, les textes et la musique, tout me parle chez Guillaume Galiana.

Quelques semaines après le Pic d’Or, je lui ai demandé de venir à l’agence, histoire que l’on fasse connaissance plus tranquillement. C’était le 20 juin dernier…

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandorBiographie officielle, mais considérablement réduite…

Sur scène Guillo capte rapidement l'attention, on voit l'homme et on ne tarde pas à aimer l'artiste, auteur-compositeur-interprète à la plume sensible, doué pour la phrase et la mélodie. L'instant présent, les souvenirs que l'on partage et le quotidien qui nous frôle nourrissent ses chansons…En filigrane, les émotions défilent sur l'écran d'un univers teinté de nostalgie et de douceur.

Guillaume Galiana voit le jour en 1974. À 18 ans, il quitte Gonesse et s’installe dans les Landes avec la ferme intention de poursuivre ses études…Première guitare, premier groupe et premier prix d’interprétation lors d’un tremplin organisé à Pau par l’association AMPLI…

Il participe dès lors à l’aventure de plusieurs troupes en tant qu’interprète et officiera comme chanteur d’un groupe de bal pendant 7 ans...
En parallèle, il mène le projet Guillo qui connaitra plusieurs configurations scéniques et dont il reste à ce jour l’auteur-compositeur interprète.

Après quelques 250 concerts, il est sélectionné pour participer comme auteur aux 26èmes Rencontres d’Astaffort…Le Repérant à cette occasion, le Staff de Voix du Sud lui propose un accompagnement de 2 ans...

Devenu depuis intervenant pour Voix du Sud, Guillo anime aussi des ateliers de créations de chansons hors les murs ou dans les locaux de l'association à Astaffort.

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandor

Interview :

Tu as commencé la musique à Gonesse, ville dans laquelle tu as passé ton enfance ?

Non, j’ai commencé à écrire des textes à 16 ans, mais je ne faisais pas de musique du tout à l’époque. J’avais essayé, mais sans succès. D’ailleurs, mes textes étaient plutôt des poèmes, je ne pensais pas du tout à faire des chansons. Je faisais ça parce que je baignais un peu dans un univers littéraire. Mon frère écrivait lui aussi, mon père était prof de français. Il y avait des livres partout à la maison. J’ai cette culture. J’ai même suivi un cursus littéraire jusqu’à aller en fac d’anglais à Pau. C’est là que tout à commencé.

C’est amusant parce qu’à Tarbes, Stéphane Rigot, le directeur du Théâtre des Nouveautés, et moi-même t’avons remis le Prix du texte au Pic d’Or 2013. Il y a une espèce de logique…

C’est pour ça que tu m’as vu hyper touché sur scène. Ce prix avait vraiment du sens pour moi. En Suisse, j’avais eu le prix du public, ça m’avait hyper touché aussi.

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandor

(Photo: Nöt Pixbynot)

On reviendra au Pic d’Or tout à l’heure… Aujourd’hui, tu t’es installé dans les Landes.

Depuis tout petit, on avait une maison de vacances là-bas et c’est la maison dans laquelle j’habite aujourd’hui. Un jour, j’ai racheté cette maison à mes parents et à mes frères et sœurs et maintenant, j’y vis. Aujourd’hui encore, c’est le seul point de chute familial que nous avons qui nous rattache à notre passé.

Je crois savoir que tes parents sont pieds-noirs.

On n’a pas vraiment d’attaches, de racines ici en France, à part cette maison. Dans les Landes, je suis un enfant adoptif, pas natif. Je me sens quand même chez moi comme nulle part ailleurs.

Je récapitule, tu commences à écrire des textes à 16 ans, mais la musique, elle arrive quand ?

À 18 ans, j’arrive à Pau. Je m’inscris en fac, en DEUG d’anglais et je rencontre des types qui montent un groupe de blues et de rock et qui cherchent un chanteur. Avant, je n’avais jamais chanté, mais j’y découvre un plaisir immédiat. Petit à petit, je commence à présenter mes textes à ce groupe. Beaucoup en anglais au début. J’ai appris la culture rock grâce à eux, alors que moi j’écoutais de la chanson et de la variété.  

Tu écoutais quoi comme chanteurs français ?

Mon père écoutait Georges Brassens, Yves Duteil, ma sœur Cabrel et mon frère Téléphone, Van Halen, AC DC… donc, j’ai baigné dans ces deux univers-là. Aujourd’hui, j’aime toutes ces musiques. J’ai moi-même beaucoup écouté Goldman… j’étais fan. Lui, il a beaucoup joué dans mes inspirations.

Tu as ensuite enchaîné les groupes et joué dans des baloches pendant près de 10 ans.

C’est long, mais il me fallait ça pour apprendre le métier. C’est hyper formateur. Aujourd’hui j’apprécie de jouer une heure, une heure et demie mes chansons plutôt que de jouer 4 heures de reprises devant une foule fortement alcoolisée.

Ça permet d’apprendre à capter l’attention…

Tu apprends à être « frontman ». À aller chercher les gens dans des conditions parfois compliquées. Quand tu as fait ça, tu es prêt à faire n’importe quoi, même le pire.

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandorTu as fait aussi pas mal de concerts à domicile.

La proximité est telle qu’on a intérêt à savoir communiquer. Je pense qu’il faut avoir un tempérament adapté à ça. Il y a des artistes que je connais qui me disent qu’ils seraient incapables de faire ça.

Y a-t-il eu un déclic ou un moment où tu as décidé de faire ce métier sérieusement ?

Quand j’ai considéré que j’avais quelques textes intéressants en poche, j’ai formé un duo avec un pote. Il s’appelait déjà Guillo. Mon premier groupe à Pau n’était pas encore séparé, d’ailleurs. Je menais les deux formations en parallèle. Je faisais mes petites maquettes, j’avais loué un studio pour faire des autoprods. C’est aussi à cette époque-là que j’ai rencontré mon manager Seb. Il est d’ailleurs toujours avec moi aujourd’hui. Je travaille avec lui en totale cohésion. Il est essentiel pour moi et pour le projet Guillo.

Est-ce que tu commences à savoir où tu veux aller musicalement ?

Oui, même si j’évolue constamment. Maintenant, je sais au moins ce que j’ai envie de faire ou de ne pas faire. Et surtout, aujourd’hui, j’ai appris à m’écouter. J’ai arrêté de me censurer. Je sais ce qui me plait dans les thèmes, dans le choix d’angle d’attaque. Je me fais plaisir à moi d’abord. J’ai juste envie de monter sur scène en croyant à mes chansons à 200%.

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandor

Dans le Rock&Folk de juin 2013.

Tu me parlais de Cabrel… aujourd’hui, puisque tu vas souvent à Astaffort, tu le connais très bien. C’est curieux de connaître personnellement quelqu’un qu’on a beaucoup écouté ?

Il est hyper accessible et simple. J’ai fait 4 ou 5 dates avec lui en première partie sur sa dernière tournée. J’ai rencontré Aurélie, sa fille. Elle était stagiaire à Astaffort en même temps que moi. Sorti de ce stage, on a fondé un collectif et on s’est revu quelquefois, puis on a refait des résidences. Donc le lien s’est créé avec Aurélie. Elle m’a même fait rencontrer ma compagne d’aujourd’hui. Sans m’en apercevoir, le lien avec Astaffort et Cabrel s’est fait un peu insidieusement, mais ça me remplit de joie aujourd’hui. J’y retourne régulièrement. L’équipe de Voix du Sud  m’appelle pour les ateliers d’écriture avec les collégiens et pour les labos chansons, qui sont une espèce d’anti chambre des Rencontres d’Astaffort. On est là pour encadrer les gens qui viennent chercher des conseils.

Tu aimes communiquer ton savoir ?

Oui, mais transmettre n’est pas évident. Il faut se mettre dans la peau de celui à qui on demande des conseils et qui doit en prodiguer. Quand on rencontre les gens aux Labos chansons, on est clair dès le départ. Il y a des gens qui sont débutants, mais il y a aussi des gens qui commencent à avoir une bonne expérience. La frontière n’est souvent pas énorme entre eux et nous. Moi, je suis encore un artiste en développement. J’ai de l’expérience, mais on n’a jamais fini d’apprendre.

Guillo-Si j'étais Marty McFly (acoustique) from Guillo on Vimeo.

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandorParlons de ce premier vrai album, Super 8,  qui vient de sortir…

On a fait deux autoprods avant ce disque, l’un en 2003, l’autre en 2008. C’était Guillo sous forme de groupe. Une chanteuse m’accompagnait. Je ne m’étais pas encore trouvé artistiquement. Ça partait un peu dans tous les sens. Tout ce qui était avant cet album, c’était du brouillon. Super 8, c’est le premier disque où j’ai un vrai fil conducteur.

Tu fêtes les 10 ans de Guillo, je remarque.

Il faut au moins 10 ans de pérégrinations et de remises en question pour commencer à se connaître et à savoir ce que l’on veut. Mon terrain à moi, c’est l’émotion et la sensibilité. Je suis bien à l’aise là dedans, j’ai envie de partager ça avec les gens. Je ne suis pas bon dans la chanson engagée.

Tu as essayé ?

Oui. Si j’arrive à parler de la société, c’est par un biais détourné. Je ne suis pas de l’école Saez ou des gens comme ça. Je n’écoute pas Saez, mais je l’admire quand même. Il est radical. J’ai tendance à apprécier les artistes qui sont à l’opposé de moi. Moi, je suis plutôt dans l’histoire personnelle, la petite histoire quotidienne.

Tu parles aussi du temps qui passe, de l’enfance. L’ambiance est mélancolique.

Peut-être qu’en racontant mes souvenirs, j’ai voulu aussi parler indirectement un peu de mes parents. Il y a deux trois allusions, notamment dans « Fais-moi danser » dans laquelle je parle d’une grand-mère qui a perdu la mémoire. Il y a une petite allusion à Alger. C’est le seul moment explicite de l’album où je fais référence à ça, mais à mon avis, c’est implicite dans beaucoup d’autres titres.

Tu tournes pas mal et ce depuis des années…

Oui, j’essaie de ne pas tourner en rond, du coup, je suis en tournée toute l’année.

Lors du Pic d'Or 2013, "Le chien de la fille" en acoustique (Lebert-Galiana).

La remise du Prix du texte à Guillo lors du Pic d'Or 2013 (par Stéphane Rigot et moi-même).

Puis-je te demander pourquoi tu as fait le tremplin du Pic d’Or, étant donné que tu es déjà dans un circuit fort honorable ?

Avec mon album qui vient de sortir, ça lui permet de le mettre en lumière. Surtout quand on repart avec un prix. Ça me permet aussi de faire des rencontres. Avec d’autres musiciens, d’autres chanteurs, des journalistes comme Thierry Cadet, Jean-Pierre Pasqualini et toi. Et puis, ça déclenche souvent des dates derrière. Tarbes, ça été trois jours superbes. Cela a été pour moi une expérience très très riche. C’est quasiment une ambiance festival avec un plateau d’une extraordinaire qualité.

Je crois d’ailleurs que tu vas travailler avec le gagnant du Pic d’Or de cette année, Askehoug.

On va bosser ensemble au mois de janvier, mais on le savait avant de se rencontrer à Tarbes. Du coup, sur place, on a bien sympathisé. Bordeaux chanson est une association qui organise à la fois des concerts à domicile et un festival. Chaque année, elle fait se réunir trois artistes dans un appartement et ils échangent leur répertoire. Il y aura donc Askehoug, Gérald Genty et moi. On va faire trois représentations à Bordeaux.

guillo,guillaume galiana,interview,pic d'or,super 8,mandor

23 juillet 2013

Keen'V: interview pour Ange ou démon

keen v,ange ou démon,interview,musiquemag

-Ce que tu fais, à priori, c’est l’antithèse de ce que j’aime. J’ai 46 ans et je ne corresponds pas du tout au public visé. Mais ça m’intéressait quand même de te rencontrer. Par curiosité.

-Merci de ta franchise. Je comprends parfaitement que mon travail ne te touche pas.

-Mais, j’ai bossé sur ton disque comme je le fais sur n’importe quel autre disque que je traite habituellement et je dois dire que j’ai été surpris par tes chansons calmes et émouvantes comme « Mon père », « Elle nie l’évidence » ou « Malgré moi ». Ce sont réellement de très bonnes chansons. Je te suivrais presque avec intérêt si tu développais ce côté-là de ton répertoire.

-Moi, pour le moment, je suis bien avec ce que je fais et j’adore les morceaux rythmés que tu n’aimes pas. C’est dans celles-ci que je me sens le plus à l’aise et que j’aime le plus chanter… Tu sais, moi je chante pour faire danser et amuser les gens. Donner un peu de légèreté dans ce monde quand même pas mal obscur, il n'y a rien de déshonorant...

C’est ainsi que nous avons débuté notre conversation/interview avec Keen'V, le 9 juillet dernier dans au bar d’un hôtel parisien.

Voilà tout à fait le genre d’artiste vers lequel je ne viens pas naturellement. Et c’est (aussi) ce que j’apprécie dans mon métier. Rencontrer quelqu’un qui ne m’inspire pas un intérêt grandiose (voire même qui m’indispose textuellement et musicalement) parce qu’un des médias pour lequel je travaille m’y incite… et être surpris. Par les qualités humaines et les propos échangés.

J’ai rencontré Keen'V pour le site musical auquel je collabore, MusiqueMag (l’interview originale est visible là.) Mais, j’ai aussi chroniqué le disque pour lequel je rencontre l’artiste pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté des mois de juillet/août 2013).

keen v,ange ou démon,interview,musiquemag

keen v,ange ou démon,interview,musiquemagInterview :

Dans cet album, il y a le Keen'V que l’on connait, chansons légères sur rythmes dansants, mais aussi des chansons profondes et émouvantes. Celles-ci ne sont heureusement pas inspirées de ta vie personnelle.

Comme je me suis mis une grosse carapace, j’ai du mal à être touché par quoi que ce soit. Donc, j’ai du mal à m’inspirer de mes propres difficultés. Il y a juste en amour où, éventuellement, je parle un peu de mes histoires.

Ce qui est curieux dans ce disque, c’est qu’il a des chansons comme « Quitte-moi » dans laquelle tu joues une ordure et celle qui lui succède, « Je ne gâcherai pas tout », dans laquelle tu es l’homme idéal.

C’est l’antagonisme parfait. Tu as l’enculé et le mec adorable. Je suis content que tu aies employé l’expression « jouer », parce que c’est exactement ça. Je joue mes chansons et ce n’est jamais moi. J’aime bien prendre la musique comme si c’était de l’acting, comme si je jouais un rôle. Je me mets dans la peau du personnage. Jouer un enculé, personne ne le fait, pourquoi ne le ferais-je pas ?

Clip de "Copine de baise".

Comme tu le fais par exemple dans « Copine de baise », qui est une chanson très provocante.

J’ai eu pas mal de relations longues jusqu’au jour où je n’ai plus cru à l’amour. Aujourd’hui, comme je n’ai pas le temps de me poser, au final, j’ai des copines de baise. J’ai toujours dit que j’étais célibataire, mais que j’avais des copines. Je n’ai aucune honte à l’avouer et désormais, à le chanter.

C’est le quatrième album. Trouves-tu que ta carrière a progressé rapidement ?

Non. On a eu le temps de voir arriver les choses. En 2008, l’album Phenom’N a bien marché avec notamment le titre « À l’horizontale». On a fait deux ans de tournée avec ce disque. Quant j’ai sorti « J’aimerai trop » en 2001, tiré de l’album Carpe Diem, là par contre, on a été largué. On n’a pas vu arriver ce tube. À part ce méga succès, je trouve que tout est allé en progression.

Je sais que tu as l’impression qu’on te met des bâtons dans les roues. Explique-moi pourquoi tu as cette sensation ?

Je ne joue pas au people, moi. Je ne suis donc pas dans les petits papiers de certains. Je préfère me concentrer sur la musique pendant que d’autres sortent en soirée à boire du champagne.

Tu ne joues pas le jeu du show-biz.

Du tout. De la promo oui, mais pas du show-biz. La promo, à partir du moment où les questions sont intelligentes, c’est un réel plaisir. En toute honnêteté, je n’aime pas la foule et particulièrement la foule en mouvement. Sur scène ça va, mais je ne pourrais pas traverser la foule comme Johnny Hallyday.

Clip de "La vie du bon côté".

Dans ce disque, il y a plein de genres musicaux.

Je n’ai rien à prouver à quiconque. Sauf à mon public. Dans chacun de mes albums, il y a des styles musicaux différents, mais effectivement, dans celui-ci, nous sommes allés un peu plus loin. Il y a aussi du rock, du reggae, de la soul. Je ne me contente pas du dance hall qui a fait mon succès. Mon album, c’est comme un jus de fruit multivitaminé dans lequel il y a de tout. Des chansons rythmées et ensoleillées pour la plupart et des chansons émouvantes et lentes qui devraient déclenchées d’autres émotions.

Ta voix devient parfois plus blues…

Je n’ai pas une grande voix et il y a beaucoup de choses que je ne sais pas chanter. Ma vraie faculté n’est pas dans ma voix, mais plus dans ma façon d’interpréter. Je sais où aller par rapport aux chansons. Jacques Brel n’a jamais chanté comme Adèle, que je sache !

Pour beaucoup, ce que tu fais n’est pas d’un haut niveau. Dans l’esprit de beaucoup, keen v,ange ou démon,interview,musiquemagchanson légère égale chanson nulle.

Je m’en moque royalement. Ça me passe très largement au-dessus de ma tête. Je fais ce genre de musique parce que j’aime ça. Être critiqué par des gens qui n’aiment pas le genre que j’affectionne, je m’en fous. J’aime ça ! Tu n’aimes pas, et bien, n’écoutes pas ! Pendant qu’ils perdent leur temps à critiquer, moi je continue à tracer ma route. Ça ne m’atteint pas dans le sens où j’essaie de plaire à mon public. Plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui ! Je ne comprends pas pourquoi certains de mes collègues sont touchés par les critiques ?

Si un artiste en prend plein la gueule sur ses textes et sa musique, moi, je comprends qu’il le prenne moyennement.

Oui, mais si on ne t’explique pas pourquoi ce tu fais c’est de la merde, comment peut on être touché ?

Très sincèrement, tant mieux pour toi, si ça ne t’atteint pas.

Je relativise tout. Je sais que les gens qui disent que je ne sais pas chanter ne sont jamais venus me voir en live. Les gens qui sont venus, ils savent… Je vais plus loin. Les critiques, je les lis. Ça m’amuse et ça me détend même. Ça me permet de voir la profondeur de la débilité humaine. Et puis, très franchement, la vraie question dans tout ça, c’est : pourquoi des gens décident de commenter des forums ou des sites avec la ferme intention de détruire un artiste ? Moi, j’aime tellement la vie que je ne comprends pas cette perte de temps. Les seules critiques qui me font de la peine, ce sont celles de mon public.

keen v,ange ou démon,interview,musiquemag

Tu te sens victime de la jalousie ?

Comme tout le monde. En France, plus tu montes, plus on veut te descendre. Nous sommes le seul pays dans le monde à agir ainsi. Ici, on n’aide pas les gens, on ne les encense pas, on veut qu’ils soient à notre niveau. Du coup, encore une fois, je m’en fous.

Tu es très détaché de la notoriété ?

Il y a des gens qui font Secret Story pour être reconnus, je ne comprends pas. Je ne comprends pas le fait de vouloir être reconnu dans la rue. Après ça t’empêches de vivre, donc je ne vois pas l’intérêt. Moi, je veux vivre de ma passion et point barre.

Tu es anxieux à quelques jours de la sortie de cet album ?

Je suis anxieux comme un gamin qui attend ses jouets de Noël. J’ai hâte de savoir ce que mon public va en penser... je ne veux tellement pas le décevoir.

keen v,ange ou démon,interview,musiquemag

20 juillet 2013

NACH : interview pour son premier EP

PHOTO 1.jpg

Dans la famille Chedid, il y avait la grand-mère Andrée, écrivain et poète. Il y a toujours le père Louis, chanteur, une de mes idoles de jeunesse que je continue à apprécier sans modération. Il y a le fils, le phénoménal Matthieu alias -M-, devenu poids lourd de la scène française (voir tout ce beau monde en bas de cette chronique).

Anna Chedid arrive à son tour sous les feux de la rampe avec un pseudo, NASH, un projet pop-rock francophone très original.

LOGO NACH SUR NOIR.jpg"Lève-toi", "Oh oui je t'aime" et "Libre", les trois titres disponibles aujourd'hui à l'écoute sur une clé USB (album prévu début 2014) donnent une idée du talent de la jeune femme. Des compos béton et des textes, piquants mélanges d'ironie et de romantisme. Sa voix ensuite. Ample, puissante, se baladant sans démonstration.

Elle est passée me voir à l’agence le 10 juillet dernier.

(Merci à Christelle Florence d’avoir organisé la rencontre si rapidement et avec efficacité). Sa page Facebook.

1049077_10151525723802842_1385598592_o.jpg

Biographie officielle :

Subtil est l'art de celle qui se fait appeler NACH.
Un jeu de miroirs, chassé-croisé musical, portrait chinois toujours en devenir… L'univers de Nach se refuse au formatage, cher aux géomètres du marché de la musique.

Conservatoire, comédie, scène rock: Dans son kaléidoscope à elle, tournent Scarlatti, Tim Burton, Hendrix, La Callas, Mathieu Boogaerts, Nina Simone, Khalil Gibran et les Fleurs du Mal.

DSC08346nn.JPGInterview :

Si vous êtes une enfant de la balle, vous avez tout de même envisagé ce métier sérieusement. Vous avez fait le conservatoire par exemple.

Bien sûr, la musique a bercé mon enfance et j’ai toujours été en contact avec des instruments de musique. Si j’ai été sensibilisée à cet art, je ne pensais réellement pas du tout en faire mon métier. Je pensais être psychologue ou comédienne. En fait, j’écrivais beaucoup. Un jour, j’ai écrit un morceau pour quelqu’un et j’ai commencé à le chanter. Et là, j’ai eu une révélation très forte. J’ai compris que moi aussi, j’étais reliée à la musique… comme presque tout le monde dans ma famille.

Vous vous êtes dit à un moment : « je ne vais quand même pas faire comme les autres ! »

Il y a un peu de ça. À un moment donné, il faut arrêter. Nous ne sommes pas bons qu’à ça ! Et en fait, j’ai suivi le mouvement.

Vous, vous êtes plus intéressée par la voix.

Oui. J’ai même fait du chant lyrique.

Et maintenant, vous faites quoi ?

De la chanson française pop. Après, je ne fais pas de la musique pour rentrer dans les cases.

Teaser "Film live".

Dans le film que l’on trouve dans votre clé USB, il y a trois chansons. Toutes différentes les unes des autres.

Moi, je m’investis dans ma chanson comme dans un thème, dans une couleur, dans une ambiance et dans une histoire à part entière. Je ne suis pas la même dans la tête quand j’écris « Lève-toi », « Oh oui, je t’aime ! » ou « Je suis libre ». Quand je chante l’une d’elles, je me retrouve dans l’état d’esprit dans lequel j’étais quand je l’ai créée.

Quand vous avez décidé de vous y mettre à fond, vous avez demandé conseil à votre père ?

Quel que soit mon métier, j’aurais demandé conseil comme le fait une fille auprès des siens. Après, c’est un luxe incroyable d’avoir mon père ou mon frère Matthieu qui ont beaucoup d’expérience et qui peuvent m’aider, qui peuvent répondre à des questions et surtout qui peuvent me comprendre.

Je sais que vous êtes par contre très indépendants les uns des autres artistiquement.

Oui. On est vraiment chacun dans sa créativité, sa musique et après, on se donne du recul, des avis…

"Minuit". Enregistrement live au Comptoir Général.

Mais, jeunette, vous trainiez dans les pattes de votre père en studio quand il répétait ou enregistrait. C’est un peu normal que vous attrapiez le virus.

Oui, mais regardez ma sœur. Elle, elle fait de la création vidéo, elle n’est pas chanteuse. Bon, au fond, c’est sûr, vous avez raison. Ça me parait assez évident que je sois sur ces traces-là.

Mais, y a-t-il un processus intellectuel qui fait que l’on se dit, moi, je ne vais pas suivre le courant.

Ce n’est pas réfléchi de cette manière-là. Si on s’écoute vraiment et qu’on a quelque chose à dire et qu’on a vraiment envie de faire ce métier parce qu’on en a besoin aussi, on n’a pas besoin de se dire qu’on va se démarquer des autres. Je ne suis pas comme Matthieu, je suis une fille avec une histoire différente de la sienne, même si on est de la même famille. J’ai un autre univers, je dis autre chose et je dégage autre chose.

M interprète le titre "Délivre" sur le plateau des Victoires de la musique 2011 en compagnie de sa soeur Anna.

Vous avez tourné deux ans avec lui comme musicienne et choriste. Ca vous a apporté quoi de jouer devant 6000 personnes régulièrement ?

C’est fou parce qu’il y a aussi mon autre frère Joseph dans l’aventure. Donc, se retrouver tous les trois dans ce cas de figure, c’est très fort. Joseph et moi, on avait peu d’expérience et on s’est retrouvé à faire 12 Olympia, 3 Bercy, Les Vieilles Charrues devant 60 000 personnes, on est parti en Chine, au Canada… bref, c’était la folie totale. Ça a été un rêve fulgurant de deux ans. Matthieu a été notre pilier. Il nous a beaucoup appris.

Pourquoi, vous permet-il de vivre ça ?

Je pense fondamentalement qu’il le fait parce qu’il en a profondément envie. Artistiquement, il en a envie. Il est content d’avoir ma voix par exemple sur ses choeurs. Il est content d’avoir mon clavier. Et je pense aussi que c’est un gros cadeau qu’il nous fait. Il a 16 ans de plus que nous. Au-delà d’être le frère, il a un côté « papa » avec nous. Ça fait partie de l’éducation qu’il nous offre.

Quand on passe de 6000 personnes en jouant pour un chanteur populaire comme -M- à pas grand monde pour son projet personnel, ce n’est pas un peu déstabilisant ?

Ça remet les pendules à l’heure. Ça me montre où je suis. Ce qui est génial dans ce métier, c’est que, même si on joue devant 60 000 personnes aux Vieilles Charrues et que le lendemain, on joue devant 30 personnes dans un appartement à Paris, l’émotion, dans un sens, est la même. C’est la même démarche. C’est la musique !

"Lève toi". Session Francosonik sur le Mouv'

Vous faites les textes et la musique de vos chansons.

J’adore écrire, j’adore composer, j’adore chanter et même j’adore travailler pour les autres.

Vous écrivez beaucoup ?

Je compose surtout beaucoup. Les textes viennent souvent après. À mon sens, c’est plus difficile d’écrire un texte que de composer une mélodie.

Vous en êtes où aujourd’hui, dans votre carrière en tant que NACH ?

Ça va lentement, mais sûrement. Ça va lentement, mais au bon rythme j’ai l’impression. Là, j’ai très envie de faire mon premier disque, mais je pense que ça va arriver bientôt. J’espère le sortir en 2014.

C’est qui NACH, exactement?

NACH, c’est moi. C’est une voix féminine qui chante des textes en Français. Après NASH se partage avec qui veut.

PHOTO 2.jpg

464031_10151457341627842_297972270_o.jpgVous avez besoin d’être entourée de proches pour votre tournée personnelle.

La tournée, c’est une aventure humaine. Une tournée, c’est 5%, on fait de la musique et le reste, on vit. Je suis comme Matthieu, je veux aussi en faire profiter les gens que j’aime.

Quand les gens viennent vous voir sur scène, vous savez qu’ils viennent d’abord voir la sœur de ou la fille de.

Je le sais parfaitement. Il ne faut pas arriver avec cette énergie là sur scène. Si j’arrive en m’excusant d’exister, ça ne marchera jamais. Au-delà d’être la sœur de -M-, je suis aussi NACH.

Les chansons sont déjà écrites en vue du futur premier album ?

J’en ai énormément dans mes tiroirs parce que ça fait très longtemps que j’en écris. En 8 ans, j’en ai fait pas mal. Il va falloir que je les réécoute toutes. J’en ai une quarantaine, dont pas mal que je ne joue plus du tout auxquelles je pense un peu en ce moment. J’ai des textes forts. Bon, en plus, j’en fais aussi pas mal des nouvelles. C’est inspirant de vouloir faire un disque. Il faut juste que je trouve une cohérence entre mes anciennes chansons et les nouvelles.

PHOTO 3.jpg

Votre grand-mère Andrée, que je connaissais un peu et que j’aimais beaucoup, a-t-elle eu de l’influence sur vous ?

Oui, c’est elle, à 8 ans, qui m’a offert mon premier cahier. Je voulais être poète quand j’étais petite, certainement parce qu’elle l’était. Elle m’a beaucoup poussée à écrire. C’est beaucoup grâce à elle que j’aime écrire.

Elle a lu certains de vos textes ?

Malheureusement non. Mais peut-être qu’elle les entend de là-haut ?

Tu es à la recherche d’un label, je crois ?

J’ai un super éditeur, j’ai un super tourneur, j’ai un super manager, mais je n’ai pas de label. Même si je ne trouve pas de label, de toute manière, je ferai mon disque par mes propres moyens. Je trouverai une solution. Je sens que c’est le moment, je ne vais donc pas attendre.

DSC08344.JPG

Bonus mandorien:

Quelques moments chédidiens de ma vie des années 90 à aujourd'hui...

La Grand-Mère, Andrée Chédid.

Le 12 décembre 1998, à Radio Notre Dame.

17 12 98.jpg

Là, pour une émission sur Lucy, j'avais réuni Andrée Chédid pour Lucy, la femme verticale et le paléonthologue, "papa" de Lucy, Yves Coppens pour Le genou de Lucy. Grande et belle émission... qui s'est tenu le 1er avril 1999.

img439.jpg

Le papa, Louis Chédid.

Le 15 janvier 1993 : rencontre à la Fnac de Strasbourg.

 img444.jpg

img446.jpg

Le 11 octobre 2010 dans un bar de la capitale pour la sortie de On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime (voir la mandorisation, là).

img442.jpg

img441.jpg

Et Matthieu Chédid, à l'occasion de la sortie de son dernier disque, Îl, pour CD'Aujourdhui (voir là).

DSC05907.JPG

DSC05910.JPG

16 juillet 2013

Elodie Frégé : interview pour Amuse-bouches

André Rau.jpg

(Photo: André Rau)

Élodie Frégé est la chanteuse française la plus glamour d’entre toutes. Une des plus belles voix aussi. Cela fait un moment que je regrette qu’elle ne chante plus qu’en retenue et qu’elle n’exploite pas ses possibilités vocales plus intensément.

J’aime bien humainement cette femme fragile, peu à l’aise devant un micro (même si de rencontre en rencontre, je trouve qu’elle parvient à se détendre et à dire des choses) et surtout très sympathique.

(Voir ma précédente mandorisation en 2010. Et ma première en 2006).

Si je ne suis pas fan de ses productions discographiques (hormis peut-être « La fille de l’après-midi », son précédent album) je m’évertue à croire qu’un jour sortira l’album qu’elle mérite et qui la fera enfin reconnaître à sa juste mesure.

Avant de vous proposer l’interview d’Élodie Frégé (qui s’est tenu au Platine Hôtel, lieu rendant hommage à Marylin Monroe, le 12 juin dernier), voilà ce que j’en ai dit dans Le magazine des loisirs culturels Auchan. Une chronique polie.

AUCHAN16 - frege.jpg

BOalqrXCQAAaPFx.jpg large.jpgInterview :

Vous avez chanté avec des musiciens latinos pour cet album. Travailler avec une chanteuse française qu’ils ne connaissaient pas, ça leur a plu ?

Ils étaient ravis. Ça les changeait de leur quotidien. Ils nous ont apporté beaucoup parce qu’ils ont vraiment un son à eux. C’était super intéressant pour tout le monde, finalement. En plus, ce sont des personnes qui ne se prennent pas du tout la tête. Il n’y avait pas de problème d’ego. En plus, ils étaient contents de retravailler pour Marc avec qui il avait déjà tourné pour la tournée de Nouvelle Vague aux États-Unis.

Ces musiciens ont tendance à improviser plus que nécessaire, vous avez su les gérer pour qu’ils ne sortent pas trop de vos sentiers balisés ?

Moi, je crois plutôt que c’est comme ça que l’on fait de la musique. J’aime les musiciens qui partent en free-style. Il faut juste parfois les canaliser un peu, mais ils sont très bons… grâce à leur façon de faire intuitive, ça sonne « live » et c’est ce que l’on souhaitait.

Le genre musical de ce quatrième album est un mélange de samba, cha-cha, mambo… oserais-je dire des rythmes un peu désuets. Charmants en tout cas.

Les arrangements sont très modernes et c’est le génie de Marc Colin. Moi, je voulais revenir plus intensément à cette musique-là parce que j’avais pris beaucoup de plaisir à chanter « Je te dis non », une bossa-nova qui figurait sur mon premier album et que Catherine Breillat avait d’ailleurs mise en image. Ensuite, avec Benjamin Biolay, on avait un peu abordé ces thèmes, mais c’était un peu moins chaloupé bien que pur et live. Pur et live, c’est ce que l’on retrouve dans Amuse Bouches.

André Rau 2.jpg

(Photo: André Rau)

Pourquoi un album quasi entièrement bossa nova ?

Je l’ai ressenti ainsi. C’est dans ce but que j’ai choisi Marc Colin. Il excelle en la matière avec Nouvelle Vague. Moi, je n’avais pas envie de chanter comme une damnée, en hurlant et en faisant des prouesses techniques. Pour ce disque, il a fallu chanter plus dans la retenue, avec beaucoup de nuance puisque j’ai privilégié la sensualité.

En entendant une chanson comme « Garce carbonique », je me suis fait la réflexion que c’était des chansons extrêmement difficiles à chanter.

Cette chanson-là, on l’a un peu improvisé à Miami. J’ai écrit un texte à partir de ce très mauvais jeu de mots (rires). « Garce carbonique » raconte l’histoire d’une fille qui asphyxie un peu ses proies, une sorte de mante religieuse. Les personnages de cet album sont moins victimes que ceux qui figurent sur mes albums précédents.

Vous êtes plus cash qu’avant…

Depuis des années que j’écris mes textes, j’avoue que j’ai toujours été un peu trop littéraire. J’utilisais beaucoup de métaphores, d’assonances, de litotes… Aujourd’hui, ça y est ! C’est bon ! Je crois que j’ai montré des choses en tant qu’auteure. J’ai peut-être voulu trop le prouver dans l’album La fille de l’après-midi. J’étais très égoïste sur ce disque. J’ai écrit pour moi, pour le plaisir d’écrire, du coup j’ai touché moins de monde et, en tout cas, pas le même public. Par contre les critiques étaient très bonnes. Bref, du coup, délestée de cette charge de prouver que l’on vaut quelque chose après être passée dans une émission de TF1, finalement, on revient aux choses essentielles. On fait moins de détours. J’ai remarqué qu’en vieillissant, ce n’est pas que j’ai moins de pudeur, mais j’ai moins de mal à exprimer des choses de femmes. Je ne suis plus une adolescente. Je ne peux plus raconter des histoires de jeunes filles qui cherchent l’amour, mal aimées, mal baisées.

Dans ce nouveau disque, il reste quand même un peu de l’ancienne Élodie Frégé… un fond mélancolique.

Parce que c’est comme ça que je suis. En tant qu’artiste, il faut que je sois nourrie de choses diverses et variées, mais l’ayant beaucoup exprimée sur le précédent disque, là j’ai pu me lâcher un peu plus dans l’humour, l’auto dérision et le jeu. Moi, j’aime les choses de la vie. Les choses que l’on peut savourer. Les gens ne connaissent pas cette facette de ma personnalité et pouvoir l’exprimer artistiquement, sans parler de ma vie privée, c’était assez jouissif en fait. Pour être tout à fait sincère, je ne pensais pas pouvoir me renouveler, je n’avais même pas beaucoup d’idées de chansons tellement j’avais tout donné pour La fille de l’après-midi. Je m’étais investi tellement dans tout… et finalement, ça m’allège d’un poids et je me retrouve dans ce nouveau disque avec quelque chose de plus simple et épuré.

Dans Amuse Bouches, on sent une forme de sérénité.

Pendant l’enregistrement, en tout cas, grâce à Marc Colin, j’étais assez sereine.  Il est calme et rassurant. C’est important pour une artiste comme moi. Il dédramatise tout et on a jamais peur avec lui. Moi qui dramatise tout, c’était très bien que je me retrouve avec lui. Ça a contrebalancé. 

Clip de "Comment t'appelles-tu ce matin".

Dans vos nouvelles chansons, j’ai trouvé que les femmes que vous interprétiez, les soumises,  étaient devenues dominatrices… notamment dans le premier single « Comment t’appelles-tu ce matin ? ».

C’est vous qui ressentez les choses comme ça, et c’est tant mieux parce que je veux que chacun lise mes chansons comme il le souhaite. Je voulais mettre en avant ces histoires que l’on raconte sur les femmes qui se réveillent en ne sachant pas le prénom de la personne qui est dans leur lit. Je voulais déculpabiliser ça, parce que ce n’est pas grave. Bon, je précise, je ne parle jamais de ma vie privée et ce personnage n’est pas du tout moi. Par contre, on se rejoint dans le fait de chercher un amour, de donner sa chance à des personnes avec qui ça ne marche pas. Ça arrive à tout le monde. La fille de « Comment t’appelles-tu ce matin ? » est quelqu’un de seul. Est-ce que ce n’est pas à elle qu’elle se pose la question ? Je ne sais pas.

Elle n’est donc pas une dominatrice ?

Elle peut être tout et n’importe quoi, selon la personne avec laquelle elle s’est couchée la veille. C’est surtout une femme perdue qui ne sait plus qui elle est.

Les titres de vos chansons sont très « charnels » : « Ma bouche, tes yeux », « Ma langue au chat »… ce n’est pas un hasard, je présume.

C’est très « corps », charnel, les cinq sens… c’est très sensuel. Même dans la façon de chanter. Je me suis amusée à interpréter ces textes de manière sensuelle, comme si je jouais un personnage. Cela dit, ça fait partie de moi. La chanson « La ceinture » qui date de 2006, je l’avais aussi interprété de façon sensuelle. Dans cet album, de par les textes, l’émotion est sensuelle tout de suite.

Il y a une reprise de Gainsbourg : « La fille qui fait tchic ti tchic ».

C’est encore Marc Colin qui m’a fait découvrir cette reprise. Gainsbourg l’a écrite pour Michèle Mercier.

Michèle Mercier chante "La fille qui tchic ti tchic".

« Dans l’escalier » fait un peu roman noir…

On s’est clairement inspiré des films à la Hitchcock. J’imaginais cette fille tirée à 4 épingles avec un regard gourmand sur un homme qu’elle voit monter devant elle et dont elle admire le fessier. On ne sait pas si elle a envie de lui ou s’il y a autre chose... bon, à la fin, elle le tue, un peu comme ces insectes qui tuent leur partenaire après avoir fait l’amour avec eux.

Il y a aussi « Ta maladie ». Là, vous êtes le venin d’un homme.

Un jour, j’ai commencé à imaginer une chanson et je l’ai tout de suite appelé « Ta maladie ». En général, d’ailleurs, je commence toujours par le titre. C’est déclencheur du reste. Le titre va me parler. Bref, j’ai remarqué que généralement, une femme, il faut qu’elle soit une mère ou une infirmière pour un homme. Ou une putain. Souvent, on est l’infirmière. Souvent, l’homme sort d’un chagrin d’amour. J’ai remarqué ce truc. Il faut qu’on prenne soin d’un homme quoi. Ou d’une femme, ça dépend (sourire). Ce truc de l’infirmière, je trouve ça un peu humiliant. Il y a un moment, on a envie d’avoir un autre rôle. Plutôt que d’être l’infirmière, donc le remède, je me suis dit que c’était très intéressant de devenir une espèce de venin, de peste. Une peste noire qui rentre dans les veines d’un homme et qui lui fout la fièvre, qui le cloue au lit. Le champ lexical de la maladie, il n’est pas loin de celui du coït (rires). Le mec se retrouve au lit, il a de la fièvre, il a chaud, il n’arrive plus à respirer. Voilà, du coup, je me suis amusée avec ça. J’ai voulu contaminer le cœur et le corps d’un homme. Je suis terrible, hein ?

André Rau 3.jpg

(Photo : André Rau)

Vous avez joué dans Potiche de François Ozon, film dans lequel, vous jouiez le même rôle que Catherine Deneuve, mais jeune. On est ici dans un hôtel dont la thématique est Marylin Monroe…  ces femmes vous évoquent quoi ?

Elles ont une ambivalence qui en fait des icônes. Elles étaient plutôt cérébrales avec une beauté particulière. Elles étaient des femmes qui faisaient rêver.  C’était aussi des femmes drôles que j’imagine fragiles et perdues… souvent on les catalogue dans les femmes fatales.

Vous avez un côté comme ça.

C’est possible. Souvent, quand je fais une prestation à la télévision, la seule chose qu’on me dit, c’est : « Tu étais très belle ». Moi, je trouve que c’est une insulte. Je veux toujours être très belle, parce que ça me met à l’aise avec moi-même quand je vais chanter. Mais quand on me fait cette réflexion, je me dis qu’on ne m’a pas écouté, on m’a juste regardé. Pourtant, je joue avec ça parce que je ne vois pas pourquoi je m’empêcherais d’être bien dans ma peau, de me sentir femme, belle et désirable sous prétexte que les gens ne voient que ça.

C’est paradoxal comme comportement ?

Je suis très paradoxale. Je suis à la fois une fille qui n’a pas du tout confiance en elle, mais qui pourtant se jette dans la gueule du loup pour aller chanter des chansons face à un public. Je n’ai pas confiance en moi, je pense. Je doute en permanence parce que c’est le propre d’un artiste. Bon, je ne veux pas parler de ma vie privée, mais quand on est artiste, on écrit des choses, il faut bien que ça sorte de quelque part. Si j’avais juste une enveloppe corporelle plutôt glamour, ça ne marcherait pas. Il faut bien que sous l’enveloppe il y ait quelque chose.

Vous vous retrouvez chez ce genre de femmes là ? Les Deneuve ou Marylin...

Je me retrouve dans celles qui ont eu longtemps un complexe d’infériorité à un moment, un manque d’affection et un manque de sécurité en fait. Pour moi, le corps est un laissez-passer. Un passeport pour l’affection et un passeport pour qu’on nous écoute. Je sais, c’est terrible de dire ça.

Mais, vous savez que vous avez plein de qualités.

Vous avez raison, je ne veux pas m’affliger, mais effectivement, j’ai besoin d’être rassurée en permanence. Le fait de passer par une enveloppe corporelle très féminine et glamour est rassurant. Je le répète, ça ne veut pas dire qu’à l’intérieur, il n’y a rien.

DSC08070.JPG

14 juillet 2013

Laurent Montagne : interview pour A quoi jouons-nous?

laurent montagne,à quoi jouons-nous,interview,mandor,coup de coeur charles cros 2013

(Photo : Tanguy Soulairol)

L’ancien chanteur du groupe Les Acrobates poursuit sa route avec un troisième album solo, A quoi jouons-nous?.Des textes intenses, d’une émotion rare, réchauffés par des envolées pop et assurément rock. Ça frissonne, ça bouillonne, ça détonne ! Son album m’ayant beaucoup plu, le très sympathique et réservé Laurent Montagne est venu me rendre visite à l’agence le 10 juin dernier… et il s’est confié comme rarement.

Biographie officielle (mais retouchée et raccourcie, comme d’habitude. Je ne respecte jamais rien. Honte à moi.) :

Une énergie flamboyante, des textes ciselés comme de purs diamants, une voie aérienne se promenant d’octave en octave, revoilà l’ancien chanteur des Acrobates. Un panache scénique détonnant, accompagné par un trio plein de spontanéité et résolument rock.

Du son et du sens, des mélodies hypnotiques pour des chansons bouillonnantes et débordantes de poésie.

laurent montagne,à quoi jouons-nous,interview,mandor,coup de coeur charles cros 2013Épaulé notamment par Pierre-Yves Serre (Mes Anjes Noires). Laurent Montagne poursuit sa route en format A4 avec un nouvel album « A quoi jouons-nous ? », mixé au studio Recall (Noir Désir : Des Visages Des Figures). Diatribes rock, envolées pop alternent avec des morceaux intimes et autres moments vécus épousés par la fragilité de la voix de Laurent.

Repéré en 2007 par Le Chantier des Francofolies, Laurent sillonne depuis les routes, Francofolies de La Rochelle, Alors chante, Pause Guitare, Printival, Café de la Danse... Il a fait notamment les 1ères parties de Gaetan Roussel, Emily Loizeau, Mathieu Boogaerts, Thomas Fersen... Il a également participé aux « Chroniques lycéennes » de l’Académie Charles Cros en 2009 et reçu le coup de cœur de cette même Académie avec le groupe Les Acrobates pour leur dernier album La Belle Histoire.

En parallèle et avec la même équipe, Il a également créé à partir de ses chansons un spectacle solo jeune public produit par Les Jeunesses Musicales de France et Les Francofolies.

laurent montagne,à quoi jouons-nous,interview,mandor,coup de coeur charles cros 2013

Interview :

Être chanteur en langue française n’implique pas nécessairement qu’on aime la chanson française. Toi tu apprécies ?

Je suis venu à la musique par le rock et la pop. J’écoutais les Smith, les Pixies… des groupes comme ça. Je faisais mes études sur Lyon et à cette époque, il y avait beaucoup de musique punk, mais surtout de musique Indus. C’était un peu sauvage ce que j’écoutais (rires). Mon intérêt pour la chanson française est venu un peu plus tard.

Tu as commencé très tard la musique.

Je suis allé en fac faire des maths et au bout de deux ans de fac, j’ai rencontré des gens qui faisaient de la musique. Je me suis mis à chanter dans les soirées étudiantes et j’ai compris à ce moment-là qu’il y avait un truc. Les gens étaient intéressés par ce que je jouais et je me sentais hyper à l’aise. Dans la vie de tous les jours, je suis quelqu’un de réservé. J’aime bien la solitude. Et là, en chantant, j’ai trouvé mon truc. Il y a eu un deuxième temps où est venue l’écriture et ensuite le temps de la lecture, puis le temps de l’écoute de la chanson française… j’ai tout fait progressivement, mais intensément.

Il y a quand même un chanteur que tu suivais depuis longtemps, c’est Jacques Brel.

Oui, je l’écoute depuis que je suis enfant. Après, je me suis mis à écouter Ferré, Barbara… et d’autres qui savaient interpréter et écrire.

Ta passion à toi, c’est le chant.

Oui, c’est vraiment quelque chose que j’ai toujours aimé et que j’aime toujours. Ensuite, c’est l’écriture. C’est marrant parce que c’est deux temps très différents dans la chanson. Le temps de l’écriture, c’est le temps de la solitude. J’aime bien parce que je peux prendre mon temps. Je réécris énormément. Et il y a le temps de l’immédiateté qui est le temps où tu chantes devant les gens. Le rapport direct aux gens me fascine et m’intéresse… j’ai senti que pour moi, ce moyen-là était le meilleur pour que je puisse m’exprimer.

Les Acrobates. Clip de "Schizophrène" (2007)

Il y a eu un moment dans ta carrière musicale assez important, c’était ton aventure avec Les Acrobates. Un duo de chansons « AcoustiDynamicoRock » créé en 1998.

On finissait nos études avec Cyril Douay. On se demandait ce qu’on allait faire à présent. On ne vivait presque de rien, on a décidé de faire de la musique ensemble et d’enregistrer un disque. Cyril était plus dans la musique et les arrangements. C’est quelqu’un qui bidouillait énormément. Aujourd’hui, il a un projet qui s’appelle The Chase et qui tourne pas mal. On a quand même fait 3 albums ensemble. À l’époque c’était assez facile. On enregistrait et mixait un disque en un jour, ce qui peut paraître aujourd’hui incroyable. On a été pris par Pias pour la distribution, ensuite, en licence. On a mis le pied dans l’étrier et puis c’était parti… on a fait plein de concerts, on a été repéré par les Francofolies… et puis moi, au bout de 7 ans, j’ai ressenti le besoin de vivre ma passion de m’exprimer dans les chansons à 100%. J’ai eu besoin d’être tout seul face à mon texte. Je suis reparti en solo.

Pendant 6 ans, tu es parti sur les routes, seul avec ta guitare…

Oui. J’ai commencé par faire « le chantier des Francofolies » et en même temps, je venais d’être papa. Mon univers était donc teinté d’enfance, même si ce n’était pas des chansons destinées aux enfants. Mais les Francos m’ont proposé de faire, à partir de mes chansons, un spectacle pour jeune public qui a été repris par les Jeunesses musicales de France. J’ai énormément tourné avec ce spectacle.

À la fin, tu n’en pouvais plus d’être seul…

J’ai fait un dernier spectacle où il n’y avait que des Laurent Montaigne sur scène. En vidéo, je chantais avec moi-même. Là, j’avais fait le tour de ma mégalomanie, c’était bon… 

Tu as eu envie de continuer, mais de nouveau avec des musiciens.

Il s’avérait que mon cousin Pierre-Yves Serre ressortait d’un projet avec un groupe qui s’appelait Mes Anjes Noires, qui a d’ailleurs beaucoup tourné. Il a eu envie d’arrêter avec ce groupe. C’est quelqu’un qui fait de la musique depuis l’âge de 5 ans, qui a fait le conservatoire… on a donc travaillé ensemble. Il m’a apporté ses arrangements et quelques compositions. Il m’a dit que faire du rock avec une guitare sèche était assez limité.  C’est lui qui m’a incité à tenter l’aventure avec un batteur et un bassiste.

Le clip de "Coloscopie d'un président" (2013)

« Coloscopie d’un président » est dans la mouvance de ce que faisait Noir Désir !

Noir Désir reste dans mes influences. Ils sont les premiers a avoir chanté des paroles intelligentes sur de la musique rock en France. J’ai aussi beaucoup de respect pour Dominique A (mandorisés ici). Lui, plus sur la musique pop. On ne peut pas chanter en Français en ayant les mêmes airs de chant qu’en Anglais. Dominique A, lui, y parvient. Sur mon nouvel album, je me suis forcé à faire des morceaux qui sont plus des ballades et qui tentent de réussir ce que réussit Dominique A.

Tu lui rends hommage d’ailleurs, en interprétant un de ses titres, « Le courage des oiseaux » dans ton nouvel album.

Il m’a ouvert une voie dans l’écriture en langue française. Par rapport à lui, je pense que j’ai un côté plus populaire, plus accessible. Lui, il poursuit sa route, parfois de manière expérimentale. Il est impressionnant.

Reprise Live du "Courage des Oiseaux" de Dominique A enregistrée à La Presqu'île à Annonay (2013).

Que penses-tu de la variété française ?

Ce que je n’aime pas dans la variété, c’est le fait d’aller dans la facilité pour vouloir trop plaire aux gens. Par contre, le côté chanson populaire, je viens de ce milieu-là. Mes chansons, pour la plupart, peuvent être écoutées par tout le monde. Mes chansons, c’est moi.

Ton album n’est pas un album de variété, mais il est très varié. Même ta façon de chanter n’est pas la même d’une chanson à l’autre.

En France, on aime bien reconnaître tout de suite la fin d’un chanteur. Moi, j’ai une tessiture très large. Quand je chante, j’ai une voix de haute-contre et une voix un peu grave quand je parle. J’en joue pas mal.

À chaque chanson, te demandes-tu avec quelle voix tu vas l’interpréter ?

Non, ça vient tout seul. Comme je suis autodidacte, parfois, quand je crée une chanson, je peux avoir un petit mimétisme par rapport à des gens que j’ai pu écouter. Que ce soit Noir Désir ou Dominique A. Donc, je fais extrêmement gaffe. J’arrête tout de suite si je décèle une similitude vocale.

laurent montagne,à quoi jouons-nous,interview,mandor,coup de coeur charles cros 2013

(Photo : Raphael Métral)

Ça fait 15 ans que tu chantes. Trouves-tu que le succès tarde un peu à venir ?

Non, je prends mon temps et ça me convient bien.  Je suis un solitaire, je pourrais vivre dans une grotte, je n’ai pas de réseau… ça n’aide pas à avancer rapidement dans le chemin de la notoriété. Ce n’est pas dans ma manière d’être,  je n’ai pas envie de me forcer là-dessus. Par contre, je suis un solitaire qui aime bien les rencontres. Quand je fais un concert, après ma prestation, je vais voir les gens qui étaient dans la salle et je parle avec eux longtemps. J’adore ça. Juste, j’aime bien dissocier les deux. Pour répondre plus précisément à ta question, j’aimerai passer un échelon supplémentaire dans l’échelle du succès, mais uniquement pour pouvoir jouer plus souvent. J’ai fait 3 albums solos, 3 albums avec Les Acrobates, j’ai toujours la petite lueur d’espoir, mais en même temps, je relativise beaucoup.

Quand tu montes sur scène, tu te transfigures ou tu restes le même ?

Un peu les deux. C’est une petite partie de moi que je ressors au maximum. Aux « Chantiers des Francos », j’avais fait de belles rencontres avec Philippe Albaret et Benjamin Georjon qui me faisaient travailler la scène. Ils m’avaient dit que le but sur scène n’était pas forcément d’être naturel, mais de paraître naturel. Il faut qu’une partie naturelle de moi s’exprime vraiment… J’ai en moi un côté exubérant que je montre plus quand je suis sur scène, mais toujours avec de la fragilité et de la sincérité. Je suis un chanteur, je ne me cache pas derrière un micro.

Finalement, tu exprimes plus tes idées et ton ressenti sur scène que dans la vie ?

Tu as raison. C’est plus facile pour moi en ayant une lumière en pleine poire, devant des gens, avec un micro. Peut-être que dans la vie, il faudrait que je me balade avec une petite estrade. C’est plus facile pour moi parce que je vais travailler le texte avant. Je sais ce que je vais dire, je ne pars pas dans l’inconnu. Le texte va être écrit, réécrit, je vais avoir peser le pour et le contre.

Depuis peu, tu es « Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros 2013 ». C’est encourageant de recevoir ce genre de prix ?

Ça permet de se faire un peu remarquer et ça fait plaisir que son travail soit reconnu. Quand toi tu es quelqu’un qui est plus dans l’indépendance et qui vit un peu sur les chemins de traverse, oui, c’est utile.

laurent montagne,à quoi jouons-nous,interview,mandor,coup de coeur charles cros 2013