Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 octobre 2014

Catherine Locandro : interview pour L'histoire d'un amour

eho-locandross.jpg

Avec Catherine Locandro, l’amour n’est jamais tout à fait un fleuve tranquille. Mais, il est toujours majestueux, malgré les nombreuses vagues tempétueuses (les sentiments, peut-être…) Dans L’histoire d’un amour, il est question du poids du secret, de l’inégalité de l’oubli entre deux personnes, de l’impossibilité de faire le deuil d’un amour parce que « l’autre » est une célébrité qui ne cesse d’occuper les petits écrans. (Il s’agit de Dalida.)

Catherine Locandro, à l’écriture si délicate et sensible, nous offre un roman émouvant et profond. Qui devrait toucher tout le monde.

Pour sa deuxième mandorisation (la première est à lire ici), l’auteure est passée à l’agence le 15 septembre dernier.

CVT_HISTOIRE-DUN-AMOUR_6607.jpeg4e de couverture :

Au comptoir de l’Alfredo, en face du lycée où il enseigne la philo, Luca lit La Repubblica. Ce matin-là, un article le ramène en 1967 lorsque, figurant pour une émission de variétés de la RAI, il croisa la Chanteuse. S’ensuivit une liaison, aussi ardente que brève, avec cette diva tristement célèbre pour sa tentative de suicide après la mort tragique de son compagnon. Une passion qui fit de Luca un homme à part, à distance du monde. Les révélations de ce journaliste lui offrent la chance de reprendre son existence en main.
Au gré d’évocations romaines – les ruelles bruyantes du Trastevere, la boucherie-triperie de la Via della Scala –, Catherine Locandro nous livre un roman sur la perte amoureuse et le poids des secrets, tout en délicatesse et émotion.

 

10689976_10203183966343678_5106073521590369359_n.jpg

L'auteure : Catherine Locandro est née à Nice en 1973 et vit actuellement à Bruxelles. Elle travaille dans le domaine de l’audiovisuel lorsqu’elle publie son premier roman, Clara la nuit, qui remporte le prix René Fallet en 2005. Cette scénariste – primée en 1997 pour L’Amour est à réinventer, dix histoires d’amour au temps du sida – publie son quatrième roman chez EHO, après Les Anges déçus (2007), Face au Pacifique (2009) et L’Enfant de Calabre (2013).

DSC09414.JPGInterview :

Il faut oser appeler son livre, « L’histoire d’un amour ». Ça peut paraître un peu banal comme titre…

Cela fait référence à la chanson de Dalida, mais j’aimais aussi le côté très simple et direct de cette phrase. Elle dit tout.

C’est l’histoire d’un amour complexe, bref, mais intense entre Dalida et un jeune garçon.

Dalida était une femme qui m’intéressait, pas forcément musicalement, mais humainement. Je trouvais que derrière le côté kitch, paillettes, disco, se cachait quelqu’un de sensible et romanesque. Elle a vécu une série de tragédies dans son existence. Toute sa vie, elle a été poursuivie par la mort et des évènements très sombres. Le contraste entre le côté lumineux de cette femme et la face noire de son existence me touche terriblement. Je trouve que sa vie raconte quelque chose. Et puis, elle est comme moi… d’origine calabraise. Sa part sombre, je l’appelle "sa part calabraise".

"Histoire d'un amour".

Personnellement, j’ai toujours eu l’impression qu'elle n’avait 10552414_947596028590513_4158142782153683274_n.jpgque cette face sombre lorsqu'elle n'était plus en représentation à la télé ou sur scène.

Je ne suis pas une grande spécialiste de Dalida, j’ai simplement lu quelques livres sur elle pour pouvoir écrire cette histoire sans trop trahir la réalité, mais j’ai l’impression qu’elle était en recherche permanente de quelque chose. Peut-être ne savait elle pas elle-même de quoi. En tout cas, elle essayait de comprendre qui elle était et essayait de comprendre le monde qui l’entourait. C’est quelqu’un qui lisait beaucoup, Freud, Jung… elle avait soif de connaissances. Je pense qu’elle avait le regret de ne pas avoir fait d’études. Toute sa vie, elle a cherché à atteindre un niveau intellectuel conséquent. Se remettre en question en permanence, je trouve cela remarquable.

Tu racontes son histoire d’amour entre elle qui a 36 ans et Luca qui n’en avait que 22.

Luca était un garçon d’origine napolitaine issu du milieu populaire romain. Il partageait avec la chanteuse le regret de ne pas avoir fait d’études. C’était un jeune homme rêveur et un peu idéaliste. J’imagine que quand il a croisé cette femme-là, cela a été un choc total.

C’était la confrontation de deux mondes.

Avec elle, il va accéder à un environnement qu’il n’aurait jamais pensé approcher. Cette femme plus âgée que lui et le monde qu’il découvre l’ont complètement bouleversé. Il fonce dans cette histoire parce qu’il est tombé éperdument amoureux d’elle. Quand ils se rencontrent, c’est une femme très abimée, complètement détruite. Son précédent amant italien, que j’appelle « le poète », vient de se suicider et elle-même vient de tenter d’en faire autant. Il pense qu’il peut la comprendre et l’aider, malgré toutes leurs différences.

m_224312218_0.jpg

Luca était courageux. Par exemple, malgré l’interdiction de Dalida, il vient la rejoindre chez elle un soir de Noël, alors que toute sa famille est réunie.

Il l’aimait tellement qu’il pensait que tout ce qui était autour ne comptait pas. Cette connexion qu'il y avait entre eux l’obnubilait et il s’imaginait qu’elle pouvait vaincre tous les obstacles.

Que cherchait Dalida dans cette histoire ?

Je pense qu’elle cherchait quelqu’un à qui parler. En cette période de drames, ses proches étaient très inquiets pour elle et extrêmement protecteurs aussi. Elle devait se sentir isolée. Avec ce garçon, elle a enfin pu parler. D’ailleurs, d’après ce que j’ai pu lire sur cette histoire, c’est que le côté charnel et passionnel n’a pas duré très longtemps pour elle. Elle aimait le voir et discuter avec lui, cela lui suffisait. La fraicheur, la pureté et l’innocence du jeune garçon lui ont fait beaucoup de bien. Je présume qu’elle a eu une vraie affection pour lui.

Dalida 1.jpgElle a compris qu’elle allait lui faire du mal, donc elle a arrêté leur histoire pour ne pas le faire souffrir.

Oui, mais ce n’est pas la seule raison. Il y a eu un évènement peu connu du grand public avec ce jeune garçon qu’on ne va pas révéler ici, mais que je relate dans le livre. Je ne connaissais pas non plus ce fait grave et important, mais je l’ai découvert en lisant un article dans un journal.

Pourquoi raconter cette histoire ?

Je savais que j’avais envie d’écrire autour de Dalida, mais je ne voulais pas faire de biographie. J’ai commencé à chercher et je suis tombée sur l’article italien dont je viens de te parler. Cette histoire très courte a eu des conséquences terribles pour la chanteuse, à cause de ce que je ne veux pas vous dévoiler ici. Elle a décidé de le quitter, mais a insisté pour lui payer ses études.

L'histoire de Luca âgé, c’est la partie inventée du livre ?

J’ai imaginé cet homme, trente ans plus tard, au courant de rien, qui ouvre son journal et qui tombe sur cet article. Il comprend que l’histoire qu’ils ont vécue a compté pour elle. J’ai imaginé la journée qu’il a pu passer après avoir lu cet article.

Il vit encore ce Luca ?

Je ne sais pas. Je n’ai pas voulu faire un travail d’investigation. Je voulais me laisser cette part de liberté. Je me suis basée sur tout ce que je savais du Luca de vingt ans et de leur histoire, ensuite, j’ai inventé le Luca de cinquante ans.

Tu sais qu’il peut tomber sur ton livre…

Oui, ça peut arriver. Ce serait quelque chose de très émouvant pour moi.

Tu le décris comme un homme qui n’a jamais pu vraiment passer à une autre histoire,864011articleDalida.jpg malgré son mariage avec Maria.

J’ai imaginé qu’il avait gardé cette histoire secrète au point de n’en avoir jamais parlé à personne. J’ai poussé la thématique du secret jusqu’au bout, ce qui m’a permis de développer  les conséquences qui en découlent dans une vie et la manière dont cela peut bouleverser un destin.

Le poids du secret est un thème que l’on retrouve dans toute ton œuvre.

Pour un romancier, je trouve que c’est quelque chose de fabuleux. C’est la porte ouverte à beaucoup d’intrigues et de rebondissements.

Autre thème développé : le deuil impossible d'un amour.

Ça m’intéressait d’explorer cette idée-là. Il ouvre sa radio, il entend sa voix. Il regarde la télé, il tombe sur elle… comment peut-on vivre avec l’image permanente de celui ou celle que l’on a aimé ? C’est impossible d’oublier.

Quand elle a chanté la chanson de Pascal Sevran, « Il venait d’avoir 18 ans », elle devait songer à lui, non ?

C’est ce que je me suis dit. Elle devait forcément penser à cette histoire. Et lui a dû se demander si cette chanson était liée à lui ou pas.

"Il venait d'avoir 18 ans".

Tu fais référence au frère de Dalida, Orlando, lors de la fameuse soirée de Noël ou Luca rejoint la famille sans y être invité. Est-il au courant de la sortie de ce livre ?

On ne lui a pas demandé l’autorisation d’écrire cette histoire, en tout cas. Le livre lui a été envoyé. Maintenant, est-ce qu’il l’a lu? Je n’en sais rien. En même temps, je n’ai rien raconté de plus que ce que lui-même a déjà raconté sur cette soirée de Noël.

On sent que tu as de l’empathie pour Dalida.

J’en ai toujours eu, même si mes goûts musicaux ne vont pas vers son œuvre. Dalida est une figure familière, voire familiale, pour moi. On l’écoutait beaucoup à la maison et ses origines calabraises flattaient un peu l’ego de ma famille. J’avais un avis positif sur cette femme et j’avais envie d’en savoir plus. Quand je suis tombée sur cette histoire d’amour, j’y ai vu un moyen de partir de quelque chose d’intime pour aller vers l’universel. Il y a tout : la rencontre, le coup de foudre, la rupture… ça concentre beaucoup de sentiments.

Dans la vie de Dalida, trouves-tu des résonances avec ta propre vie ?

Par certains aspects oui. Cette quête de comprendre les choses et de se dépasser. On a tous vécu des histoires d’amour compliquées et on a tous eu dans la tête des personnes qu’on a eu du mal à oublier.

DSC09416.JPG

Le 15 septembre 2014, après l'interview.

30 septembre 2014

Vincent Brunner : interview pour Platine

vincent brunner,platine,interview,mandor

J’ai travaillé avec Vincent Brunner dans un journal culturel. J’aimais bien le croiser et j’avais beaucoup de respect pour ce qu’il écrivait. Un vrai journaliste rock qui savait de quoi il parlait (ce qui n’est pas systématique). Je suis donc de près ses publications littéraires. Je l’ai déjà mandorisé pour un livre sur Jimi Hendrix. Cette fois-ci, il sort son premier roman. Platine est un livre « jeunesse ». Bien, le jeune que je suis a donc beaucoup apprécie lire ce livre sur la transmission, le travail de deuil, la musique rock, l’amour, l’amitié… notamment.

Le 10 septembre dernier, Vincent est venu me voir à l’agence…

vincent brunner,platine,interview,mandorRésumé :

Eva est en seconde. Elle ne vit que pour la musique, le rock. Un jour, ses grands-parents lui confient un sac de vieux disques vinyles ayant appartenu à son père biologique, décédé juste avant sa naissance. Bouleversée par ces disques, elle est exclue trois jours de son lycée après avoir agressé l'une de ses camarades. Trois jours qui lui permettent de réfléchir et de comprendre que ce père, dont elle partage la passion de la musique, fait bien partie d'elle et qu'elle doit accepter d'en faire le deuil.

L’auteur :vincent brunner,platine,interview,mandor

Vincent Brunner est journaliste, spécialisé dans la musique et la bande dessinée. Il a été chef de rubrique musique des Rolling Stone pendant trois ans et a écrit plusieurs ouvrages sur des chanteurs, notamment En quarantaine, avec/sur Christophe Miossec (Flammarion) et Bob Dylan au-delà du mythe (City).

Il est co-créateur de Tout est vrai (ou presque), diffusé sur Arte tous les soirs à 20h45.

Actuellement, il écrit sur la musique pour divers magazines (VSD, Spray, KR Homestudio, Beachbrother, Snatch).

vincent brunner,platine,interview,mandorInterview :

Ce livre est ton premier roman. Pourquoi un roman jeunesse ?

Concernant Platine, je n’avais pas anticipé le fait qu’il soit dans une collection jeunesse. En fait, j’avais écrit un roman mettant en scène un détective, un peu pastiche. Je l’avais fait lire à Gaëlle Lassée, éditrice chez Flammarion, avec qui on a fait Rock Strips et Sex & Sex & Rock & Roll. Elle l’a passé à une de ces amies, Céline Vial, qui travaille dans la même maison d’édition, mais à la jeunesse. Elle n’a pas pris le roman parce qu’elle considérait qu’il n’était pas pour cette tranche d’âge, mais elle m’a indiqué qu’elle en cherchait, notamment autour de la musique. Alors que je discutais avec elle au téléphone, j’ai trouvé le pitch immédiatement… ensuite, ça m’a demandé deux ans de travail.

Incorrigible que tu es, du coup, dans ce roman, tu leur communiques une certaine culture rock.

Même si je me suis efforcé de mettre aussi des groupes de « mauvais goût ». Eva est une grande fan de My Cheminal Romance, qui n’est pas un groupe jugé noble par la critique, loin de là. J’ai essayé de me mettre à la place d’une jeune fille de 16 ans, même si c’est difficile. Qu’est- ce qu’une gamine peut écouter comme rock’n’roll ?

L’étiquette « roman jeunesse » est parfois lourde à porter. Disons qu’on n’a pas le même public.

Je connais plein d’illustrateurs qui font des albums pour la jeunesse. J’ai lu des livres qui sont sortis dans la collection Tribal, j’ai pu constater que livres pour la jeunesse ne signifient pas puérils, au contraire. Je suis dans une collection qui frise le « jeune adulte ». Joann Sfar a bien démontré que ce n’est pas parce qu’on parle à des enfants qu’il faut les prendre pour des débiles. Comme j’ai choisi la première personne pour raconter, ma peur principale était d’être à 10 000 années-lumière du langage des jeunes d’aujourd’hui.

Est-ce compliqué de se mettre dans la peau d’une jeune ado?

Je me suis lancé dans un jeu de rôle. Ce dialogue intérieur d’Eva n’a pas été la principale difficulté. Dans le travail d’écriture, il y a eu quelques réaménagements par rapports à certains comportements des parents. J’ai eu presque plus de mal à les faire agir et parler de manière crédible. Je m’inquiète sur mon cas, parce que j’ai eu plus de facilité à trouver la voix d’Eva… et, ça ne t’as pas échappé, je n’ai rien d’une jeune fille de 16 ans.

Tu te demandes si tu n’es pas plus un ado qu’un adulte ?vincent brunner,platine,interview,mandor

Je n’ai pas d’enfant. Je dois être plus proche, de par mes goûts et mon mode de vie, d’un ado qu’un adulte.

Ton héroïne, Eva est un peu énervante comme ado, non ?

On me le dit souvent. En même temps, sa mère n’est pas exempte de reproches. Elle est un peu folle. Il n’y a que son beau-père, Richard, qui est normal et gentil. Mais bon, Eva progresse dans le livre.

Toi, tu as aimé tes années lycées ?

Je n’ai pas détesté. J’étais sociable. J’avais une vie et des copains, mais j’avais déjà la musique qui prenait beaucoup de place. Je n’avais pas les goûts de la majorité alors, je m’adonnais à cette passion en solo. J’écoutais bien sûr beaucoup de rock, mais aussi pas mal de rap.

Il est question de vinyles dans le livre.

Je trouvais intéressant ce passage de relais entre deux générations de mélomanes. Aujourd’hui, les gamins ont leur MP3. Ils s’échangent les disques par fichiers ou par clé USB. A l’époque, il y avait une magie avec les vinyles, mais Eva, elle n’en a rien à cirer. Nous, on écoutait les chansons en regardant les paroles et la pochette, aujourd’hui, les gens écoutent une chanson plus qu’un album en intégralité et se foutent de l’emballage.

My Chemical Romance: "Na Na Na".

J’ai vu circuler sur internet une playlist basée sur les références musicales de ton livre.

Ce n’est pas moi qui en suis à l’origine. Ce sont les gens de Shut Up and Play The Books qui ont fait ce travail. Ils ont fait ça de manière exhaustive et c’est génial. Toutes les chansons sont dans mon livre.

Écris-tu en musique ?

Oui, souvent. J’ai écrit Platine souvent le soir et écouter du rock permet de garder une dynamique et de rester dans l’énergie.

Quel plaisir a le journaliste que tu es à écrire un roman ?

Le plaisir de développer des personnages et qu’ils finissent par exister chez les gens. C’est jubilatoire d’avoir son théâtre de marionnettes. En fait, dans ma vie professionnelle actuelle, je suis de moins en moins journaliste et de plus en plus auteur. Je vais essayer d’impulser plus de projets dans la fiction.

Dans ta jeunesse, tu aimais le rock et la BD. C’est formidable, parce que tu en as fait ton métier…

Ce que j’aimerais devenir aussi, c’est scénariste de bande-dessinée. J’essaie de concrétiser.

Tout est vrai (ou presque) : Johnny Cash.

Parle-nous de la pastille d’ARTE dont tu es l’un des trois créateurs avec le réalisateur Udner et Chryde, Tout est vrai (ou presque), qui est diffusée tous les soirs à 20H45.

C’est une biographie en trois minutes de personnalités très connues vu par des petits objets. Je dirige le pool des auteurs. Je coécris avec une petite dizaine d’auteurs les 40 épisodes  et Udner intervient après. C’est une superbe expérience… le rythme est soutenu mais on s’amuse beaucoup.

vincent brunner,platine,interview,mandor

Avec Vincent Brunner, après l'interview, le 10 septembre 2014.

27 septembre 2014

Grégoire Delacourt : interview pour On ne voyait que le bonheur

7774101257_gregoire-delacourt-le-28-fevrier-2013.jpg

DSC09198f.JPGDeuxième interview/mandorisation de Grégoire Delacourt (voir la précédente pour La première chose que l’on regarde). Son nouveau livre, On ne voyait que le bonheur, fait beaucoup parler de lui, car l’auteur a modifié sensiblement son écriture. Elle est peut-être un peu plus grave, profonde… disons, un peu moins légère. Quitte à déstabiliser ses lecteurs habituels. Un auteur a besoin d’évoluer, de « capturer » de nouveaux lecteurs, de se prouver qu’on peut sortir de ses habitudes littéraires, même si elles ont fait leur preuve. Pour Le Magazine des Loisirs Culturels Auchan, je suis allé à sa rencontre dans un hôtel de la capitale. C’était le 25 juillet dernier.

(Après l’interview publiée, je vous propose un petit bonus. Nous revenons notamment sur les déboires qu'il a eu avec la comédienne Scarlett Johansson.)

(J'en profite aussi pour annoncer que j'animerai un café littéraire avec Grégoire Delacourt le 27 mars prochain à la Ferme Pereire d'Ozoir-la-Ferrière).

001.jpg

001d.jpg

greg.jpg

001ff.jpg

Bonus mandorien :

Vous écrivez : « Grandir, c’est comprendre qu’on n’est pas autant aimé que ça »…

Ça correspond aussi à l’idée que je suis devenu orphelin en écrivant le livre. Ma mère est décédée quand j’ai écrit L’écrivain de la famille et comme je vous l’ai dit tout à l’heure, mon père est mort quand je venais de finir celui-ci. Je me suis dit que plus personne ne va m’aimer de cet amour-là. De cet amour d’enfant. De cet amour qui nous a fait grandir. Je crois qu’on n’a pas tant aimé que ça, parce que les gens nous quittent.

Pourquoi ce titre, On ne voyait que le bonheur ? J’aurais tendance à dire « On ne voyait que le malheur ».

Dans les albums photos, il n’y a que des clichés de gens heureux. On ne veut voir et montrer que le bonheur. On ne voit que ça parce que ça nous arrange. Derrière certaines photos, en fait, ça gronde. Il n’y a jamais de photos où le malheur est présent. Vous avez déjà vu une maman qui crie ou un papa qui casse un verre de rage? On ne montre que les jolies choses. Avec ce titre, j’ai voulu montrer qu’une famille, c’est une grenade qui peut se dégoupiller malgré les sourires et les apparences. Dans notre société, on se doit d’être une famille heureuse. La pub, les films et les contes de fées racontent ça. Il n’y a pas que le bonheur dans notre monde.

grégoire delacourt,on ne voyait que le bonheur,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,mandorJe vais terminer avec l’affaire Scarlett Johansson. Elle a attaqué conjointement les Éditions Lattès et vous pour «violation et exploitation frauduleuse et illicite de son nom, de sa notoriété et de son image, au mépris de ses droits de la personnalité pour les besoins de la commercialisation et de la promotion d'un ouvrage qui contient de surcroît des allégations attentatoires à sa vie privée ». La comédienne a réclamé ainsi la somme de 50.000 euros de dommages et intérêts et l'interdiction de la cession des droits de reproduction et d'adaptation de l'ouvrage, ainsi que de toute utilisation de son nom. Ça s’est bien terminé pour vous puisqu’elle a été déboutée de toutes ses demandes (mais obtient néanmoins 2500 euros de dommages et intérêts pour atteinte à la vie privée), mais vous avez été touché ?

Ça m’a touché parce que c’était un livre bienveillant autour d’elle. Moi, je rêvais d’aller plus loin avec elle, en faire un film et qu’elle le réalise. J’ai été un peu blessé parce que ça a été le contraire qui s’est produit. Je ne suis pas sûr qu’elle ait lu le livre parce qu’il n’est pas sorti en anglais. On a dû lui rapporter des choses malveillantes. C’est une fille qui souffre qu’on la prenne pour elle, je ne comprends pas qu’elle attaque ce livre. Dans cette société, je trouve toujours suspect qu’on attaque, des artistes. Je n’ai rien dévoilé d’intime et il n’y a aucune information négative. De plus, je ne raconte pas son histoire. Ça a duré un an avant d’avoir le verdict.

Ca parasite un peu l’esprit, j’imagine.

Je suis étanche par rapport à ça, mais je trouve que c’est embêtant pour l’éditeur.  Elle avait des demandes tellement extravagantes. Elle a interdit les traductions, la possibilité de faire un film… ça bloquait aussi les pays qui voulaient acheter le livre, l’Angleterre, notamment, qui attendait le verdict. Scarlett n’a pas gagné, moi, je n’ai pas gagné...  c’est le livre qui a gagné. Tout le reste, c’est de la broutille. J’ai reçu beaucoup de courriers, de mots, de coups de fil d’écrivains qui étaient ravis de l’issue du procès. Ça conforte beaucoup de monde dans leur liberté, tant qu’elle n’est pas malveillante, de pouvoir se nourrir de la réalité. L’épisode est clôt. C’est beaucoup de bruit pour rien.

DSC09200.JPG

Après l'interview, le 25 juillet 2014, à l'Hôtel Amour.

24 septembre 2014

Bertrand Guillot : interview pour Sous les couvertures

bertrand guillot,sous les couvertures,interview,rue fromentin,mandor,openmag

bertrand guillot,sous les couvertures,interview,rue fromentin,mandor,openmagBertrand Guillot est une des plus intéressantes fines plumes des Lettres françaises actuelles. Outre le fait que je connais le jeune homme depuis quelques années, j’ai toujours été admiratif de son style. Écriture élégante, subtile, souvent drôle, Bertrand à l’art de faire mouche à chaque phrase... tout en délicatesse. Je suis heureux de l’avoir interviewé (le 20 août dernier) à l'occasion de ma première collaboration avec le journal OPENMAG. Je l’ai déjà mandorisé trois fois et c’est toujours un réel plaisir de passer du temps avec lui pour évoquer son amour de la littérature et son œuvre.

Bertrand Guillot écrit dans son nouveau livre Sous les couvertures : « Et si le grand livre, c’était celui devant lequel le lecteur se sent tout petit ? »

Et si le grand auteur actuel, c’était lui ?

4e de couverture:10516877_10152406695674125_1508214906165060912_n.jpg

Un samedi soir, une librairie de quartier. Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s’éveillent et se racontent leurs histoires… Mais ce soir, l’heure est grave : les nouveautés viennent d’arriver, et les romans du fond de la librairie n’ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur! 

Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s’unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu’ils n’ont pratiquement aucune chance…

L'auteur :

Bertrand Guillot est l'auteur de quatre ouvrages : le roman Hors-jeu (Le dilettante, J'ai Lu),  B.a, ba (Editions rue fromentin), son livre-reportage sur l’illettrisme et Le métro est un sport collectif (Editions rue fromentin), recueil de chroniques consacrées au métro parisien. Avec Sous les couvertures, il s'attaque au conte pour en faire roman d'une rare originalité.

bertrand guillot,sous les couvertures,interview,rue fromentin,mandor,openmag

(Photo : Marie Planeille)

001.jpg

001g.jpg

001k.jpg

DSC09389.JPG

Pendant l'interview.

001l.jpg

DSC09387.JPG

Après l'interview, le 20 août 2014.

18 septembre 2014

Richard Gaitet : interview pour Découvrez Mykonos hors saison

Gabriel Robinson - crédit photo Blaise Arnold.jpg

(Photo : Blaise Arnold)

Crédit photo  Marie Planeille.jpgSon émission Nova book box est le juke-box littéraire de Radio Nova. « Une machine à lire qui balance des morceaux de littérature aussi variés, exigeants et inattendus que la playlist musicale de la station… » Du lundi au jeudi, de 22h à minuit, Richard Gaitet feuillète essais, romans, recueils de poèmes, BD et autres curiosités.

Il n’est pas qu’un excellent journaliste/animateur radio, il est également l’auteur de deux livres : Les heures pâles parues aux éditions Intervalles en septembre 2013 (sous le pseudonyme de Gabriel Robinson) et plus récemment, fidèle au même éditeur, Découvrez Mykonos hors saison.

Et c’est cette facette-là de sa vie professionnelle qui m’intéresse.

Richard Gaitet fait aussi parti d’un groupe de jeunes écrivains qui sont amis et qui se réunissent souvent. François Perrin, Bertrand Guillot, Guillaume Jan, Julien Blanc-Gras et Richard ne souhaitent pas former un groupe, ni une école, mais ils se trouvent des affinités littéraires et amicales. Et ils gèrent le Prix de la Page 111. Tous de bons vivants et de bons écrivains. Les noms importants de la littérature de demain. A mon avis.

Le 19 août dernier, Richard Gaitet est venu à l’agence pour une très longue interview.

4e de couverture : 10311744_1503058649917993_602074592184149403_n.jpg

Mykonos, en Grèce.

Attirant chaque année près de 400 000 visiteurs, ce petit port paisible des Cyclades devient de mai à septembre un Eden touristique généreux en plaisirs universels (soleil, danse, fête, feta). Mais en mars ? Y-a-t-il seulement un club ouvert après minuit ?

Au hasard d’errances alcoolisées dans des rues blanches et désertes, deux pieds nickelés vont provoquer les dieux sans le savoir...

Entre fantaisie et comédie, cette épopée éthylique endiablée convoque aussi bien l’humour grand-guignolesque d’Hunter S. Thompson que l’art du mystère de la série Lost.

richard gaitet,gabriel robinson,découvrez myonos hors saison,les heures pâles,nova,nova book box,interview

Critiques :

Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine :

 « Un pamphlet hilarant contre l’illusion hédoniste (...) Le passé pèse lourd, la crise économique n’en finit pas, seule la poésie nous venge de nos malheurs... et c’est ainsi qu’un séjour raté en mer Egée peut donner un petit bijou d’humour et de concision. »

Grazia :

« Un récit drôlissime (...) L’important quand on rate quelque chose, c’est de le faire en beauté. »

Libération :

« Un premier roman haletant où le lecteur aura toutes les peines du monde à démêler le vrai du faux et les visions d’ivrogne des véritables phénomènes surnaturels. » Sara Guillaume,

Daniel Fattore :

« Un anti-guide touristique (...) Amusant et plein de faconde hyperbolique (...) Atypique et rafraîchissant. »

François Perrin, TGV Magazine :

« Entre farce et thriller ésotérique, une passerelle est lancée. »

Zèbre vengeur - crédit photo  Julien Goetz.jpg

Interview :

Raconte-moi ton parcours professionnel depuis que tu es arrivé à Paris.

Je suis arrivé en janvier 2004 à Paris pour travailler à Technikart. Ça a commencé par un stage de six mois qui s’est transformé en job de pigiste pendant deux ans et demi. Parallèlement, j’ai rencontré la journaliste qui a monté Standard, Magali Aubert. J’ai écrit deux papiers, puis elle m’a proposé de codiriger la rédaction. On a repensé ce trimestriel de culture et mode ensemble. Je me suis arrêté l’année dernière, mais j’ai fait ça pendant huit ans et demi. C’est le magazine à travers lequel s'est consolidée mon amitié pour François Perrin, Julien Blanc-Gras, Bertrand Guillot et Guillaume Jan. A Standard, j’ai compris mon rapport à l’information. Ça m’a aidé à me cultiver et à continuer à me nourrir de livres, de disques et de films. Comment bien en parler, aller en profondeur dans des dossiers thématiques ou de longues interviews… c’était une belle et très agréable éducation à l’information.

Pendant ce temps-là, tu as été aussi veilleur de nuit dans un hôtel deux étoiles du côté de la Madeleine.

Très peu de temps après, j’ai bossé à TPS Star. J’étais la « speakerine » de cette chaîne. Je présentais le film du soir pendant une minute trente. J’avais 100 % carte blanche. Je pouvais expliquer que le film n’était pas bien, mais qu’à un moment, il y avait une scène qui valait le coup.

Ensuite, tu as écrit deux ans pour le journal des abonnés de Canal+.

C’était très confortable parce que cela me demandait une semaine de travail par mois pour dire que le casting des films programmés était en béton armé et que la réalisation était virtuose. Ensuite, j’avais trois semaines avec un salaire assez confortable pour faire Standard.

Puis il y a l’aventure Nova...

Au printemps 2011, je reçois un coup de fil de cette radio qui cherchait de nouvelles voix masculines. Plusieurs personnes chez eux lisaient Standard et, par ailleurs, ils avaient eu vent de mon côté « cabot ». On m'a proposé de chroniquer des films. J’en ai fait quatre qui sont bien passées à l’antenne. Je suis ensuite parti avec eux couvrir le Festival de Cannes. Au retour, le directeur des programmes m’a dit qu’il avait bien aimé ce que j’avais fait. Il m’a proposé de lui suggérer de nouvelles idées d'émissions. Je lui ai soumis une dizaine de concepts qui ont tous été refusés. Et puis, un week-end à l'antenne, j'ai commencé à faire des parallèles entre la littérature et la musique. Si je dois désannoncer une chanson qui parle de rupture, est-ce que, dans ma bibliothèque, il y a une scène de rupture d'un livre que j’aime et dont je pourrais lire un paragraphe ou deux ? Après réflexion, le directeur des programmes m’a proposé d’animer du lundi au jeudi, de 22 heures à minuit, une sorte de "juke-box littéraire", qui est devenu la "Nova Book Box".

baf129ed9329e3c0d83c3889448ae919.jpg

C’est une sacrée belle école !

Je n'ai aucune obligation de suivre et de commenter l’actualité littéraire. Il faut que ce soit « le grand mix de Nova » adapté à la littérature, c’est-à-dire à toutes les époques,à tous les pays et à tous les styles, à partir du moment où ce que je lis à l'antenne correspond à Nova. Cette émission m’apporte un enrichissement extraordinaire. C’est une éducation personnelle et une formation intellectuelle permanente. Je poursuis ce que l’école ne m’a pas apporté à travers les films, les disques et les rencontres.

Te moques-tu parfois de certains auteurs ?

Non. Nous sommes dans une période de surproduction culturelle, il y a trop d’œuvres qui sortent. Quand il y a un livre-phénomène dont tout le monde parle qui me tombe des mains, je peux éventuellement en parler en des termes peu flatteurs, mais très rapidement, j’incite les auditeurs à lire autre chose. Les critiques négatives restent anecdotiques dans mon travail à Nova.

Quand on parle de livres tousles jours, qu’on est critique littéraire, est-ce que l’on flippe d’écrire et de publier des livres soi-même ?

Je ne suis pas critique littéraire. J’ai trop d’admiration pour ce travail. L'un des journalistes historiques de Nova, Rémy Kolpa Kopoul, grand passeur de musiques du monde, se définit comme « connexionneur ». Il établit des connexions entre les styles et les époques, entre autres. J’aime bien cette manière d’envisager son travail. Moi, je fais aussi des passerelles ou des collisions entre la musique et la littérature. J’aime lire des textes issus de « L’Anthologie de la subversion carabinée » de l’entarteur Noël Godin sur un instrumental hip hop de Talib Kweli, par exemple, ou essayer de déclamer en musique l’éloge funèbre d’un morpion par Théophile Gautier. Quand il y a un texte difficile, je m’amuse à trouver un moyen de le faire entendre de manière plus accessible. Mon travail est très ludique.

969356_1386939588196567_1189811420_n.jpgMais ça ne répond pas à ma question. Écrire soi-même quand on parle des livres au quotidien, ça met de la pression ?

L’accouchement de mon premier livre, Les Heures pâles, a été long et un peu compliqué, alors, je n’ai pas eu le temps de penser à d’éventuelles comparaisons ou à des jugements. Ça m’est venu quinze jours avant et quinze jours après la sortie.

Tu as mis presque six ans à l’écrire parce que c’est une histoire à 90 % autobiographique.

C’est l’histoire de ma famille et, principalement, celle de mes parents. Il m’a donc fallu un temps fou pour m’autoriser à écrire dessus. J’ai senti qu’il y allait avoir une vertu cathartique, que ça allait me permettre d’aller mieux en creusant dans l’introspection et en acceptant cette histoire de double vie de mon père. Je me suis interrogé sur le fait qu’écrire sur ce sujet était une trahison envers mes parents. Et puis, j’ai compris que j’avais le droit de raconter notre histoire. Le livre est centré sur les personnages inspirés de mes parents, certes, mais il fallait que je trouve la bonne distance et le bon ton. Avec les années et les différentes versions, je crois y être parvenu. Ce livre a mis du temps à sortir pour de multiples  raisons que je n’ai pas envie de raconter, mais du coup, la trouille d’être jugé par mes confrères n’était que secondaire.

Je crois que tu as fait lire le manuscrit à tes parents avant qu’il ne soit publié.

Oui, je voulais en parler avec eux. Ils ne se sont pas opposés à sa publication et j’ai trouvé que c’était une merveilleuse preuve d’amour de leur part.

Tu n’épargnes pas ta maman dans ce livre.

Ni plus ni moins que les autres personnes qui ont inspiré les protagonistes de cette histoire...A aucun moment je n’ai souhaité que ce livre soit un règlement de comptes. Si la colère est présente, ce n’est pas ce qui anime mon écriture. J’ai surtout voulu comprendre comment une histoire d’amour pouvait s’organiser ainsi.

Revenons sur ce qu’a fait ton père.richard gaitet,gabriel robinson,découvrez myonos hors saison,les heures pâles,nova,nova book box,interview

Il a choisi pendant dix-huit ans de ne pas dire qu’il avait quelqu’un d’autre dans sa vie avec qui il a eu un enfant. De son côté, sa femme, ma mère, a fermé probablement les yeux là-dessus. Mais pourquoi ? Que préserve-t-on en ne disant rien comme ça ? J’ai considéré que l’œuvre en elle-même valait le coup uniquement si je restituais la vérité des sentiments qui m’animaient quand je les regardais tous les deux, y compris dans les sentiments qui étaient désagréables. J’ai l’impression que les œuvres d’art qui nous marquent, ce sont celles où l’auteur s’est vraiment mis en jeu. L’idéal artistique, c’est d’y aller à 100 %.

S’interroger sur ses parents, c’est tenter de se retrouver soi-même ?

J’ai exprimé exactement comment j’ai ressenti la situation. Comment je voyais mes parents avec le positif et le négatif.J’ai voulu aller au cœur même de la vérité des choses. Ça vaut le coup de prendre un stylo pour raconter les moments heureux et ceux qui le sont moins. On se déleste de poids que l’on traîne sur son dos. Ils m’ont élevé dans la tendresse et la confiance. Je le répète, c’était de bons parents et je ne les changerais pour rien au monde, mais ils ont fait des choix que je ne comprends pas et qui ont des conséquences sur la personne que je suis aujourd’hui. Au fond, je m’interroge sur qui sont ces parents qui m’ont élevé.

Ce livre a-t-il déclenché des choses dans ta famille ?

Ce serait prétentieux de ma part de supposer que ça a arrangé les choses, mais ça a fait circuler de la parole. Ça me paraît fondamental.

levin.jpgJ’ai trouvé une certaine forme de sagesse et de philosophie dans ce livre.

Si c’est vrai, c’est magnifique. J’ai trouvé le ton de mon livre en lisant John Fante, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est encadré de deux de ses citations tirées du Vin de la jeunesse. Dans ce livre, il arrive à parler de son enfance misérable d’immigré italo-américain, fils de prolo. Cinq dans une petite maison, pas de chauffage, le père volage, la mère qui gueule. Il arrive à raconter ça avec un humour, un détachement, une vérité impressionnants. Ce n’est jamais pathos alors qu’il parle quand même de gens qui crèvent la dalle. J’ai voulu tout dire sur mon histoire familiale complexe, en gardant l’humour, en restant près des sensations, avec de la lumière.

Tout est une question de dosage dans l’écriture ?

Pour créer la vérité dans les sentiments, dans les situations et dans les dialogues, ce n’est que du dosage. Quel mot enlèves-tu ou ajoutes-tu ? Jusqu’où vas-tu avec les palettes d’émotions ? Est-ce que je dois être drôle, un peu, beaucoup, ou triste, un peu, beaucoup…

IMGP1071.JPG

Tu viens de sortir un livre complètement différent. Un livre de voyage-fantaisie surréaliste, Découvrez Mykonos hors saison.

Je précise que j’ai écrit Mykonos pendant que j’écrivais Les Heures pâles. Je me suis mis à raconter cette histoire en 2009, en revenant d’une semaine à  Mykonos, en mars, avec un pote. On a vécu grosso modo ce qui arrive aux deux protagonistes dans le livre. On pensait s’amuser beaucoup, rire, danser, s’éclater… mais tout était fermé à cette période-là. Il faisait mauvais en plus. Réflexe journalistique, j’ai décidé de poser des questions aux habitants, comme le patron de l’hôtel et celui du bar. Tous les lieux, les personnages évoqués, les propos tenus par les uns et par les autres sont vrais. J’étais tellement impatient de partager cette expérience et nos aventures rocambolesques que j’ai écrit ce petit livre en trois semaines. Je voulais juste le faire lire à mes potes pour les amuser. Puis, quand même, je me suis dit que cette histoire vécue était attrayante et assez drôle. J’avais envie d’un contraste. Le publier me permettrait de sortir de ce premier livre un peu lourd et élargir le spectre des possibles en racontant d’autres types d’histoires. De fil en aiguille, je corrige un peu le texte et je l’ai proposé à Armand de Saint Sauveur, mon éditeur. Il l’a accepté et l’a publié neuf mois après Les Heures pâles.Passer d’un drame familial à une comédie insulaire, je trouvais le contraste intéressant. Ces deux livres mélangés, c’est un peu ce que j’aimerais faire dans ma vie d’auteur.

Dans ce livre rythmé, il ne se passe pas grand-chose et pourtant, il se passe plein de trucs.

Je raconte comment on passe à côté de quelque chose et comment on espère que quelque chose va arriver.

IMGP1055.JPG

Tu as réellement pissé sur une église ?

Oui. Je n’en pouvais plus. J’avais trop bu.

Contrairement à ce qui arrive à tes héros, les dieux ne t’ont pas puni pour ce sacrilège.

 Pas encore, mais peut-être que la malédiction va s’abattre sur moi dans les jours prochains.

Tu crois en ces choses-là ?

Non, je suis agnostique.Je ne me reconnais dans aucune religion et dans aucun texte liturgique, mais je trouverais trop triste qu’il n’y ait que nous. J’aime bien supposer qu’il y a une couche supérieure qui nous échappe complètement. J’aime aussi l’idée que tout n’est pas qu’une succession de hasards et de coïncidences. C’est une hypothèse qui me plaît.

richard gaitet,gabriel robinson,découvrez myonos hors saison,les heures pâles,nova,nova book box,interviewTu te diriges vers où dans la littérature ?

Ça fait deux ans que je travaille sur un roman d’aventures maritimes, à la Jules Verne. Je raconte la première traversée transatlantique d’un jeune matelot belge, à notre époque, entre Anvers et Buenos Aires. Cette traversée va mal tourner. Il va être amené malgré lui à déjouer un complot international jusqu’en Antarctique. Je suis à peu près à la moitié du livre et je me demande si je vais arriver à mes fins (rires). Je sais où je vais. J’ai la structure en tête, je vois les enjeux, les motifs, le thème, mais comme c’est 100 % fictionnel, je peine un peu. Je n’ai jamais mis les pieds sur un cargo, je ne suis jamais allé en Antarctique, je ne connais rien à la mer. Je me documente donc beaucoup. Je restitue des sentiments que je connais au narrateur. Je mets un peu de moi chez lui pour alimenter le personnage. Il y a de la pantalonnade type Mykonos et progressivement, il y a un sous-texte entre le héros et sa famille qui noircit un peu l’ensemble. J’en suis à me demander si cela peut cohabiter. Je réfléchis là-dessus.Dans un livre, peut-il y avoir vraiment des scènes comiques et vraiment des scènes dramatiques ? Je me demande si je ne vais pas devoir faire des choix assez tranchés. En gros, j’aimerais écrire du Jules Verne en rigolo. Très légèrement scientifique et beaucoup humoristique et sexué.

Sexué ?

Ça m’étonne beaucoup, mais il n’y a pas de couilles dans Jules Verne. Cela dit, ça s’explique. Son éditeur lui demandait de fournir des romans très souvent et il souhaitait les vendre au plus grand nombre. Pour toucher toutes les tranches d’âge et en particulier les adolescents, au nom des bonnes mœurs, il n’y avait pas de scènes de sexe. Ce qui reste étonnant... dans un livre d'aventure.

10560580_10152267820862199_660024691227486248_o.jpg

De gauche à droite : Richard Gaitet, Julien Blanc-Gras, Guillaume Jan, Bertrand Guillot et François Perrin. (Photographie : Marie Planeille)

Bon, on va parler de la bande que tu formes avec Bertrand Guillot, François Perrin, Guillaume Jan et Julien Blanc-Gras. Vous avez créé une école ?

Quand j’ai dit à Julien que je te voyais aujourd’hui, on a réfléchi. On s’est demandé quels étaient les points communs entre nous cinq. On a trouvé plusieurs choses. Déjà, il y a l’humour. Dans des livres aussi différents que Paradis avant liquidation de Julien et Bois sans soif de François, des livres qui n’ont rien à voir dans leur propos, il y a la couleur humoristique qui est intégrée. Il y a aussi toujours, en toile de fond, une vigilance à ne pas apparaître comme des donneur de leçons. On restitue un voyage au Congo, l’intérieur d’un bar, Mykonos vide, mais sans avoir l’air de dire que notre avis est plus important que les autres. Il y a également, il faut savoir le reconnaître, l’alcool comme moteur narratif éventuel, et une sérieuse parenté avec Philippe Jaenada qui est notre maître à tous. Notre grand samouraï. Nous tous, à des degrés divers, on se réclame de lui.

J’ajoute que je trouve cette bande d’une grande humanité.

C’est pour ça que je suis heureux de les avoir choisis comme copains et que ce soit réciproque. Depuis que je suis ami avec eux, je suis content de constater à quel point ils sont attentifs aux autres. Ils savent écouter et regarder. Il n’y a aucune compétition entre nous, juste une émulation. Moi je retiens des leçons des avancées des autres.

Pourquoi ne voulez-vous pas officialiser votre bande ?

Que des gens très renseignés comme toi se penchent dessus, essaient de trouver des points de convergence entre nous est déjà extraordinaire. Nous, on n’y a pas réfléchi. Je suis toujours un peu méfiant sur le côté : « Regardez comme notre mouvement qui n’en est pas un est original et brillant. » Mieux vaut continuer à écrire des livres et à être attentifs envers les uns et les autres, ainsi qu'au monde qui nous entoure.

DSC09384.JPG

Après l'interview, le 19 août 2014.

09 septembre 2014

David Foenkinos : interview pour Charlotte

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

Autoportraits de Charlotte Salomon.

Prendre une personne ayant existé pour modèle de personnage de roman est un exercice un peu délicat. David Foenkinos a pris ce risque avec Charlotte. Il s’est inspiré de l’autobiographie de Charlotte Salomon, née en 1917 à Berlin et morte à Auschwitz en 1943. J’ai interviewé l’auteur (que je fréquente un peu, professionnellement, voir , , et ) pour Le magazine des Espaces Culturels Leclerc daté du mois de septembre 2014.

david foenkinos, charlotte, interview, mandor, le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos, charlotte, interview, mandor, le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos, charlotte, interview, mandor, le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

03 septembre 2014

Jennifer Murzeau : interview pour la sortie d'Il bouge encore

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

Auteure à suivre ! C’est ce que je fais d’ailleurs depuis deux ans. J’ai découvert Jennifer Murzeau avec son premier roman, Les grimaces (voir sa première mandorisation). Elle y croquait avec humour et férocité le monde de la télévision et, plus généralement le monde de l’entreprise, impitoyable et cruel…

Si elle a traité le thème de l’aliénation dans la sphère professionnelle, avec son deuxième roman, Il bouge encore, elle est allée plus loin dans l’exploration de ce thème, mais dans la sphère privée cette fois. Elle a essayé de démêler les mécanismes qui conduisent à des vies qui défilent, glissent, sans que la pensée, la contemplation, le calme n’aient une place digne de ce nom. Par ailleurs, elle s’intéresse depuis plusieurs années aux dérives du néolibéralisme, aux conséquences qu’elles ont sur l’homme (et l’environnement)...

Je sentais que Jennifer Murzeau allait progresser, qu’elle pouvait pousser plus intensément ses analyses et ses préoccupations.

Elle est venue à l'agence pour la seconde fois, le 14 août dernier, pour me présenter son deuxième livre.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorLe mot de l’éditeur :

Antoine tombe de très haut quand on lui apprend qu'il est renvoyé de son entreprise. Il tombe d'encore plus haut à la réaction de Mélanie, sa compagne. Celle qu'il croyait être son alliée peine à cacher son désarroi, son mépris progressif pour cet homme en qui elle avait placé tous ses espoirs de revanche sociale : la maison, le bébé, le confort existentiel... Antoine va s'inventer une vie affairée pour mieux sombrer dans l'inaction et la solitude, vivre dans le mensonge et la mystification. Progressivement, il va renoncer aux autres, au monde, à lui-même. De toute façon, ses amis sont trop occupés à leur réussite personnelle, sa famille est si loin... Il décroche. Sa vie de certitudes s'effondre doucement. Libéré des contraintes sociales et des désirs conditionnés qui sont une prison, il va petit à petit considérer sa situation d'un nouvel œil. Et, qui sait ? commencerjennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor sa mue.

Jennifer Murzeau analyse la dérive d'un homme et le naufrage d'un couple de façon crue et chirurgicale. Elle dresse le tableau d'une époque ou la réflexion et les questionnements sont des actes de résistance.

L’auteure :

Jennifer Murzeau est née en 1984. Elle a été journaliste pour France 2, Direct 8 et France Culture et collabore aujourd'hui aux rubriques « société » des magazines Stylist, Glamour et Néon. Elle a publié un premier roman, Les Grimaces, chez Léo Scheer en 2012.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorInterview :

Comme dans Les grimaces, tu reviens ici avec des considérations sur le monde de l’entreprise.

Ça fait partie des grands systèmes coercitifs que connait l’époque. Je pense que le monde de l’entreprise est très cruel et surtout, très conditionnant. Il apprend à être un soldat, à subir des choses qui ne sont pas forcément très morales, à devenir un peu cynique. Ce monde est assez représentatif de l’époque. On conditionne les êtres et la révolte devient de moins en moins possible. On peut s’y croire obligé d’accepter son sort, comme on peut se croire obligé d’accepter la société telle qu’elle est. Le monde de l’entreprise oblige à l’abnégation.

Comme tu n’aimes pas le monde de l’entreprise, tu es en freelance. Tu es donc fidèle à tes convictions ?

Je suis seule chez moi et les gens que je fréquente professionnellement, c’est uniquement pour le meilleur, entre guillemets.  On se voit épisodiquement et c’est toujours une forme d’émulation. J’aime bien retrouver des gens dans le cadre d’une conférence de rédaction, par exemple. Quand j’étais dans le monde de l’entreprise, j’appréciais moins. Je me suis taillé une vie plus précaire financièrement, mais plus chouette existentiellement.

Ce que tu racontes dans Il bouge encore est en complète cohésion avec tes valeurs jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorpersonnelles.

J’exprime quelques convictions personnelles très fortes. Ce que l’on mange, par exemple, est une de mes vraies préoccupations. Je me suis beaucoup rencardée sur la question. J’ai vu de nombreux documentaires et lu beaucoup d’ouvrages sur ce sujet. Je me suis aussi documentée sur les dérives du néolibéralisme. J’ai compris comment tout cela est un système très bien huilé pour que chacun d’entre nous devienne un consommateur qui ne se pose pas trop de questions. Dès que l’on commence à gratter un peu, c’est moche. C’est moche humainement et d’un point de vue environnemental. Les conséquences sont très graves. Mon livre n’est rien d’autre que l’histoire de l’éveil existentiel d’un homme. Cet éveil passe aussi par une prise de conscience du monde dans lequel il vit.

Avant de passer à cet éveil, Antoine, ton héros, passe par une phase de déchéance. Il commence par un goût fort prononcé pour l’alcool.

Antoine a recours à l’ivresse comme une béquille, mais je ne dirais pas qu’il sombre dans l’alcoolisme. Il a vraiment le plaisir absolu de l’ivresse. Il y a une forme d’élévation spirituelle quand il boit. Sa vie devient un peu plus poétique.

Il y a dans ce livre beaucoup de sujets graves abordés. Veux-tu faire bouger les consciences ?

J’aimerais bien que ça titille, que ça chatouille, que ça gratouille et que ça encourage un certain nombre de remises en question. Je ne suis qu’une auteure et je n’ai pas la prétention de révolutionner la pensée, loin de là. Moi-même, je tâtonne. Dans ce livre, j’ai exprimé des prises de conscience personnelles. Aujourd’hui, au quotidien, je suis une consommatrice qui fait super gaffe. J’ai l’impression que le salut de l’époque ne pourra pas venir de décisions politiques et encore moins de celles des lobbys. Il y a une vraie force individuelle qui doit être prise très au sérieux. Je crois à l’éveil des consciences individuelles. Si chacun commence à se poser des questions, ce monde foutraque qui court à sa perte sera obligé de se requestionner entièrement et donc, de changer. Si je peux insuffler l’idée que c’est chouette de ne jamais cesser de se poser des questions, même si ça demande une rigueur assez importante parce qu’on n’a pas toujours le temps, l’énergie,  parce que la vie file vite, parce qu’on a toujours des contraintes familiales, sociales, professionnelles, ça me convient. Il faut garder toujours un petit coin pour la réflexion et pour l’esprit critique par rapport à sa vie et à son  couple. Il y a beaucoup d’automatismes qui très vite régissent des existences entières.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorJ’ai l’impression que l’amour n’est pas un sujet pour le couple que forment Mélanie et Antoine.

Ils sont ensemble. Ils sont reconnus socialement comme étant un couple. L’amour, finalement, ils ne s’en inquiètent pas. L’important c’est qu’ils existent comme une entité. Il y a de l’alcool, il y a des rituels sociaux qui font que l’on s’agite, on s’étourdit. Tout devient très rodé.  Il n’y aucune communion spirituelle entre eux. Ils vivent juste l’un à côté de l’autre. Le grain de sable dans le mécanisme qu’est le licenciement d’Antoine va ébranler cette petite vie bien réglée. La dissonance se fait jour.

Que représente le couple pour toi, en vrai ?

J’ai toujours été hyper vigilante. J’accorde une importance immense au couple. C’est un moteur qui est inouï dans une vie. C’est une équipe, quelque chose qui permet de braver l’existence et ses difficultés, qui permet de se motiver mutuellement.

Mélanie n’est pas une femme très sympathique.

Parce qu’elle refuse la remise en question. Elle a une forme de revanche existentielle à prendre. Cela dit, ce n’est pas une excuse parce qu’on a tous des casseroles au cul. L’idée, c’est de s’en défaire, de ne pas reproduire et surtout de ne pas en faire des excuses. Elle n’a peut-être pas eu les ressources émotionnelles et cognitives pour faire face à tout ça. Elle a décidé de se cacher les yeux comme une enfant et d’avancer avec des carottes comme la petite promotion au boulot, le couple qui fait bien sur le papier, l’enfant éventuel à venir… ce sont des codes très établis qui ne sont pas forcément très intelligents à l’épreuve du réel.

Plus le livre avance, plus on sent une dissonance entre Antoine et Mélanie.

Lui s’éveille peu à peu et elle reste complètement dans le même trip. Elle refuse même toutes les issues intellectuelles qu’il lui propose.

Quand on évoque les questions liées à l’écologie, il y a toujours une angoisse assez généralisée.

Les gens se sentent souvent mis en cause personnellement quand on parle d’écologie. Les questions qui y sont liées sont encore très souvent assimilées à des discours anxiogènes et culpabilisants. On  a beaucoup à gagner à voir se répandre un discours plus constructif. Il existe déjà et plein de gens biens le portent, comme la documentariste Olivia Mokiejewski. Il faudrait qu’on fasse en sorte que les gens comprennent qu’il y un sens à tout cela, et que ce n’est pas chiant à faire.

Tu expliques dans ton livre qu’on est tous responsables de ce qui arrive à la planète.

On est tous collabos d’un système. Il faut voir dans quelle mesure on peut tenter de s’en dégager et de proposer autre chose.

Y a-t-il une démarche politique dans ton livre ?

Oui, même s’il ne s’agit pas d’un pamphlet antilibéral. Ce n’est pas un livre théorique. Et puis ma démarche est avant tout littéraire. J’ai mené un travail d’écrivain en livrant la trajectoire d’un personnage, il se trouve que ça mène à l’évocation de sujets qui me tiennent à cœur. Des sujets qui peuvent faire peur, alors pour tâcher d’être percutante, j’ai misé sur une identification forte du lecteur, et sur une littérarité étudiée. Antoine n’est pas un activiste des droits de l’homme, juste un type lambda qui découvre grâce à Internet des documentaires qui l’incitent à se poser des questions sur le rôle qu’il joue dans ce vaste monde, en tant que consommateur pour commencer. Dans ce livre, on accède à l’intimité la plus triviale et la plus obscène et, en même temps, à des prises de conscience très larges. Parler de leur déliquescence personnelle, c’est parler de la déliquescence d’une époque.

Interview du site de la FNAC, enregistré par FnacTV le 3 juillet 2014 aux éditions Robert Laffont, à Paris. Captation : Lena Besson et Pierre-François Cordonnier. Montage : Pierre-François Cordonnier.

Selon toi, la société est-elle très malade ?

Oui, mais on peut dire que de tout temps, ça n’a jamais été facile et même qu’il y a eu des époques beaucoup plus violentes que la nôtre. C’est certainement vrai, mais il se trouve que je connais celle-ci et que j’en suis témoin. A plein d’égards, je trouve cette époque effrayante. Le règne de l’argent a créé des abus ahurissants. L’exploitation de l’homme par l’homme, l’exploitation de la nature, ça atteint des proportions grotesques. J’ai l’impression que l’humanité se suicide. On ne se rend pas compte que tout ce qu’il se passe aujourd’hui peut avoir des conséquences désastreuses. L’époque laisse trop peu de place à la réflexion.

Pourquoi écris-tu toujours sur l’aliénation ?

J’aime bien essayer de comprendre les mécanismes qui mènent à une forme d’aliénation qui fait que l’on devient des êtres très malléables.

N’as-tu pas eu peur d’écrire un livre anxiogène ?

Non, je ne crois pas qu’il le soit. Certains lecteurs m’ont dit que j’étais dure, que je ne caressais pas dans le sens du poil, mais ça ne leur avait pas déplu ! Ça me flatte quand on me dit ça, parce que la littérature, c’est aussi fait pour secouer. Ce qui est important dans ce livre, c’est qu’au-delà du fait que mes constats sont relativement négatifs sur l’état de la société et sur l’état de ce couple, il demeure une lueur très optimiste. J’ai quand même une certaine foi dans l’homme et dans les prises de conscience des gens. Et puis il y a dans ce que j’écris, l’idée de la liberté. Antoine retrouve la liberté et la liberté, on peut en faire des choses exceptionnelles. On retrouve son libre arbitre et on se défait de l’aliénation dont on était devenu le jouet. Il bouge encore est un livre anti fatalisme.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

Avec Jennifer Murzeau, après l'interview, le 14 août 2014.

Edit : Le 16 septembre dernier s'est tenue une rencontre dédicace de Jennifer Murzeau à la Librairie de Paris de la place Clichy. C'est avec plaisir que j'ai animé cette soirée devant une quarantaine de personnes. Voici quelques photos de l'évènement.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel).

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Manuel Sanchez)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Filipe Vilas-Boas)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

09 août 2014

Guillaume Jan : interview pour Traîne-savane, vingt jours avec David Livingstone

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

(© Gwenn Dubourthoumieu) 

Cela faisait des années que mes amis Bertrand Guillot et François Perrin me demandaient si je connaissais Guillaume Jan, sous le prétexte que nous avions transité tous les deux, un moment, en Guyane. Moi, six ans, lui, un peu moins. Mais bref, je ne connaissais pas cet écrivain que l’on me qualifiait d’« aventurier » ou, au minimum, de « voyageur ». Et donc, un jour, j’ai reçu de sa part Le Cartographe. J’avais parcouru avec passion ce livre de Guillaume Jan, mais comme il était sorti il y avait un moment, j’avais reporté la mandorisation au prochain roman.

Trois ans plus tard, Traîne-Savane est arrivé (publié, lui aussi, dans la très séduisante maison d'édition Intervalles). Joie. L’occasion était belle, le 8 juillet dernier, de le recevoir à l’agence.

J’adore ce genre de type « bourlingueur » avec l’air de ne pas y toucher. À 41 ans, l’homme a déjà cherché de l’or en Guyane (voilà donc ce qu’il faisait là-bas !) et, d’après ce que j’ai lu sur le site de Nova Planet.com, « a essayé d’apprendre la boxe à Cuba ou fut éjecté à coups de pied aux fesses d'un camp d'entraînement pour enfants soldats en Côte d'Ivoire. Un Breton qui a traversé l’Afrique d’est en ouest, en claquettes, en moto ou en pirogue, descendant seul le fleuve Congo (sujet de son premier livre. Qui s'est beaucoup promené en Europe de l’Est. »

Traîne-Savane, est le récit de deux déclarations d’amour à l’Afrique. D’abord la sienne, au fil d’un périple épique qui va l'amener à se marier au Congo, chez les Pygmées, avec une Kinoise rencontrée lors d’un précédent reportage. En parallèle, il retrace l’histoire du Docteur Livingstone, cet explorateur victorien qui cherchait les sources du Nil et s’engageait dans la jungle de manière aléatoire, tout en rêvant à l’émancipation du peuple noir. Un livre exaltant, passionnant et superbement écrit. Chapeau bas !

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor4e de couverture :

Deux amoureux se perdent dans la jungle et rêvent de se marier au prochain village pygmée : Traîne-Savane raconte l’histoire (vraie) de ce mariage romanesque décidé sur un coup de tête, au bout d’une longue errance au cœur de la forêt congolaise. Cent cinquante ans plus tôt, le zélé missionnaire David Livingstone déambulait le long des fleuves d’Afrique centrale, à la recherche d’une terre promise, d’une autoroute du commerce ou de sources miraculeuses. Fantasque et têtu, rêveur et maladroit, l’explorateur menait vaillamment ses combats impossibles jusqu’à ce que Stanley le retrouve sur les berges du lac Tanganyika et lui lance son mythique : « Doctor Livingstone, I presume... » En tressant ces deux parcours picaresques, Guillaume Jan relie le destin de ces Don Quichotte qui, chacun à leur manière, donnent leur cœur au continent noir. Curieusement, aucune biographie solide du Docteur Livingstone n’avait été jusqu’ici établie en langue française.

L’auteur :guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Guillaume Jan est né en 1973. Il a été palefrenier, barman, chercheur d’or, auto-stoppeur, libraire et grand reporter. Il vit aujourd’hui à Paris. Il a publié le récit d’un aventureux vagabondage sur le fleuve Congo (Le Baobab de Stanley, éditions François Bourin, 2009) et un roman de flâneries chaotiques à travers les Balkans (Le Cartographe, Intervalles, 2011). Le 23 avril 2014 : Traîne-Savane figure parmi les finalistes du Prix Nicolas Bouvier 2014.

Quelques critiques :

Jean-Claude Perrier (Livres Hebdo) : « Un roman hélicoïdal, plein d’humour et de fraternité... par l’un des plus brillants écrivains de son genre et de sa génération. »

David Fontaine (Le Canard enchaîné) : « Éclairé par des descriptions souvent enchanteresses, émaillé de scènes drôles qui résument si justement le pays, un récit qui est à la démesure du Congo. »

Julien Blanc-Gras (Magazine A/R) : « Ce livre musarde sur les chemins de la passion et éclaire ce Congo déglingué et envoûtant, drôle et désespérant. Le tout est porté par une plume tendre et ciselée, précise sans être précieuse, dénuée de misérabilisme comme de condescendance. Ce n’est pas un ouvrage sur l’Afrique terni par les habituels clichés du genre. C’est une pépite polie en Afrique par quelqu’un qui lui a donné son cœur. »

François Perrin (TGV Magazine) : « Deux retours pour un aller simple. Deux histoires d’aventures contrariées et de cœurs offerts, nattées, ici, l’une à l’autre dans une alternance de chapitres d’une tendresse revendiquée. »

Grégoire Delacourt : « Dans un style à la fois riche et simple, Guillaume Jan nous embarque dans sa quête. On en ressort plus fort, émerveillé d’avoir essayé d’attraper, le temps d’un livre, un peu de l’ivresse du voyage, de cette troublante nostalgie qui nous fait regretter une époque que l’on n’a pas connue, un peu de cette passion, enfin, qui anime l’écrivain-voyageur. »

Grégoire Leménager (Le Nouvel Observateur) : « Le récit de cette noce insolite aurait suffi à faire un livre sympathique, d’autant que son auteur a l’humour qu’il faut... Mais son Traîne-Savane est aussi une terrible photo du Congo postcolonial... C’est enfin... l’épopée grandiose et pathétique de David Livingstone, le "missionnaire aux semelles de vent" qui arpenta le continent noir en zigzags avec l’espoir d’abolir l’esclavage. Un Don Quichotte en bras de chemise comme on en croise chez Patrick Deville. »

guillaume jan,traîne-savane,interview mandorInterview :

Tous tes voyages se transforment quasiment en livre…

Comme je suis journaliste, la plupart de mes voyages, je les ai faits pour bosser. Mes premiers, ils ne se transformaient pas en livre, mais en reportage écrit pour des magazines.

Tu fais un peu comme Julien Blanc-Gras, finalement (voir sa dernière mandorisation ici) ?

Il a commencé plus tôt que moi. On aime tous les deux voyager, écrire et on n’en revient toujours pas de pouvoir concilier les deux en même temps. Être payé pour le faire et sortir des livres, c’est aussi inattendu que jubilatoire. Le problème des livres, c’est qu’il faut trouver le temps de les écrire.

Vous n’écrivez pas tout à fait de la même façon, Julien et toi. Lui s’amuse un peu plus de ses « aventures ». On est plus dans l’anecdotique.

Julien a un point de vue assez ironique, mais ce qui est impressionnant chez lui, c’est qu’il sait le faire avec douceur. J’aimerais bien faire ça, mais, pour le moment,  j’en suis incapable. J’ai plutôt tendance à avoir tout de suite beaucoup d’empathie envers les gens avec lesquels je traîne.

J’ai quand même l’impression que tu ne t’embarques pas dans des aventures qui ne t’intéressent pas, encore moins avec des gens que tu ne « sens » pas.

Absolument. Du coup, j’ai du mal à avoir de la moquerie parce que je vais vers des gens qui m’attirent. Je ne m’étais jamais formulé la chose comme ça, mais c’est vrai, j’ai tendance à faire uniquement ce qui me plait. Bon, ce n’est pas totalement vrai parce que pour gagner ma  vie, je fais des choses qui ne me plaisent pas forcément. Cela dit, après réflexion,  pas tant que ça. Là, je sors d’un hiver où j’ai galéré financièrement, mais visiblement, j’ai préféré galérer financièrement plutôt que de faire des boulots qui ne me plaisaient pas. C’est risqué parce que j’ai une fille et j’ai l’honneur de t’annoncer que Belange est de nouveau enceinte. Bon, autant te dire que maintenant, c’est fini la rigolade !

Tu parles de Belange. C’est elle l’héroïne de Traîne-Savane puisque tu racontes ton mariage avec elle dans la forêt congolaise, chez les pygmées. C’est un livre d’amour pour ta femme et pour le Congo. Pourquoi avoir pris la décision de vous marier là, alors que ce n’était pas prévu à la base.

À l’origine, je suis parti pour les Inrockuptibles faire un reportage sur un orchestre symphonique à Kinshasa et je suis rentré marié. Le trajet dans la forêt était si compliqué, il y avait tellement d’obstacles à surmonter qu’on a estimé que ça devenait de plus en plus absurde d’aller simplement saluer les pygmées, les prendre en photo et repartir. Il fallait que l’on justifie notre arrivée d’une manière forte et originale. On était deux jeunes gens qui s’aimaient et, comme je le dis dans le livre, je crois que je ne sais pas faire grand-chose d’autre que d’aimer. On n’a donc pas su faire autre chose qu’une preuve d’amour.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Guillaume Jan et Belange... et un militaire congolais.

Il y a beaucoup de détails passionnants sur le Congo dans ton livre. Quand tu voyages, prends-tu des notes systématiquement ?

Oui,  parce que depuis que je suis journaliste, j’ai pris ce travers. Et puis le Congo est tellement riche en histoires et en anecdotes que je n’ai pas pu m’empêcher de prendre des notes. Certaines choses écrites dans le livre n’ont pas été trouvées sur cette route là, mais elles ont été vécues ou vues à d’autres moments. J’ai voulu les insérer parce que c’était très représentatif de l’inventivité, de l’énergie et de la créativité du Congo.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandorTraîne-Savane raconte une deuxième histoire, celle de David Livingstone. Je me suis rendu compte en lisant ton livre que je ne connaissais rien de sa vie.

Comme la plupart des Français. Même moi, je le connaissais mal. Stanley en a fait un héros de la recherche des sources du Nil quand il est rentré de sa rencontre avec Livingstone. À la mort de Livingstone, pas mal de missionnaires ont utilisé sa biographie pour en faire un modèle de l’homme blanc victorieux. Ils ont gommé tout ce qui ne leur convenait pas chez lui dans sa biographie. J’ai l’impression que c’est cette image qui a perduré. Mais, en vrai, comme tout le monde, il avait une face sombre. Il était plein de contradictions.

Du coup, tu as découvert sa vraie face de quelle manière ?

Lors d’un précédent voyage en Afrique, j’étais parti avec une vraie biographie de Livingstone. Je lisais des choses que j’avais du mal à croire, donc j’ai fait quelques recherches plus sérieuses pour découvrir qu’effectivement, il était sans doute mal à l’aise avec la vie. Il n’était bien qu’en Afrique. Il ne savait pas trouver sa place avec les autres blancs, par contre il a su assez bien la trouver avec les indigènes. En fait, il est admirable, mais pas pour les choses auxquelles on pense.

Il avait notamment de gros soucis relationnels avec sa famille proche.

Sa femme meurt alcoolique, il n’a pas vu ses enfants grandir… on ne peut pas dire qu’il était un mari et un père exemplaire.

Tu ne le rends pas très sympathique quand même.guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Je ne voulais pas le rendre antipathique, mais je ne voulais pas faire une biographie où je l’admirais trop. J’ai essayé d’être entre la critique négative et le respect. Je croyais y parvenir à 50 – 50. Toi, tu as l’impression qu’il n’était qu’antipathique ?

Il a été très dur avec sa famille et avec les gens avec lesquels il partait explorer.

Oui, c’est ça. Sinon, il était assez lunaire. Mais, tu sais, il était très dur avec lui aussi. Les blancs qui l’accompagnaient dans ses explorations ne courraient pas derrière la gloire, comme Livingstone. Ils n’avaient pas envie d’endurer les mêmes choses, ils se sont donc parfois révoltés pour le ramener à une certaine réalité. Livingstone, c’était un perfectionniste à l’extrême.

Revenons à toi. Comment as-tu fait le parallèle entre ta vie et celle de Livingstone ?

C’était une lubie. Il n’y a pas de raison précise, si ce n’est qu’on a donné notre cœur à l’Afrique et que nous sommes un peu des Don Quichotte. Si j’ai mis Livingstone dans mon histoire, c’est que j’avais peur d’ennuyer tout le monde en ne parlant que de moi. Je me disais que si la vie de Livingstone me passionnait, elle pouvait passionner d’autres personnes. 

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

En quoi es-tu un Don Quichotte ?

Je suis un idéaliste. Encore à 41 ans, j’ai une certaine forme de naïveté et je suis prêt à continuer à faire beaucoup de choses inutiles du moment que cela m’intéresse.

Et Livingstone ?

Livingstone résistait contre la pensée de son époque. Lui, par exemple, il a cru qu’il pouvait s’opposer à la traite négrière. De son vivant il n’a pas fait grand-chose, mais il a posé des fondations énormes, notamment pour la suppression de cette traite.

Dans tous tes livres, tu racontes ta vie, tes aventures. Est-ce pour laisser une trace écrite de ton passage sur Terre ?

Je pense que dans 200 ans, ce que j’ai écrit n’existera plus. Je crois que je ne sais pas faire autrement et comme ça me plait d’écrire, je le fais. Pour Traîne-Savane, je me suis beaucoup amusé à l’écrire. Je crois que ce qui m’a permis de tenir un rythme assez soutenu, c’est que j’ai alterné un chapitre sur deux mon aventure personnelle et la vie de Livingstone. J’ai écrit dans l’ordre du livre. J’arrivais plus ou moins à tenir le rythme d’une semaine par chapitre. Une semaine je parlais de moi, une semaine je parlais de Livingstone.

Il occupe encore ta pensée ?

Oui. J’ai passé deux mois à enquêter avant l’écriture du livre, parce que je voulais être sûr qu’il y ait de la matière. En cours d’écriture, j’ai continué à apprendre beaucoup de choses. J’ai vraiment appris à l’aimer ce Livingstone.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

De gauche à droite : François Perrin, Bertrand Guillot, Richard Gaitet, Julien Blanc-Gras et Guillaume Jan. (© Marie Planeille).

Tu as beaucoup de potes écrivains, Julien Blanc-Gras, François Perrin, Bertrand Guillot, Richard Gaitet (voir photo ci-dessus), qui forment d’ailleurs une nouvelle école d’écriture, je trouve. Je ne parle même pas de mon idole, Philippe Jaenada, que tu fréquentes aussi. Ils ont lu le livre, j’imagine. Cela te met-il une pression de côtoyer de si brillants auteurs ?

Cette question tombe à point nommé parce que je viens de lire les nouveaux livres de Bertrand Guillot, Sous les couvertures, et de Richard Gaitet, Découvrez Mykonos hors saison, et je les trouve réellement exceptionnels. Le livre de François Perrin, Bois sans soif, m’a aussi épaté. Philippe Jaenada et Julien Blanc-Gras, c’est déjà un cran au-dessus parce que, non seulement on aime leurs livres, mais ils ont une reconnaissance médiatique et populaire qui n’est plus à prouver. Je n’en reviens pas d’avoir ses amis que j’aime en tant qu’amis, mais que j’admire de plus en plus en tant qu’écrivains. Leurs œuvres me placent la barre très haute. C’est une super émulation en fait. Je suis convaincu que l’on va garder cette amitié et que l’on va continuer à s’entraîner les uns les autres à aller vers le mieux.

As-tu une ambition littéraire ?

Ce qui m’intéresse, c’est de pouvoir en vivre, étant donné que c’est beaucoup de travail. J’aimerais bien pouvoir rendre à ma famille le temps que je passe à écrire en leur permettant d’avoir une vie normale. Encore une fois, je préfère aimer ce que je fais qu’avoir du succès, que les choses soient claires. Sinon, ma vraie ambition littéraire est affligeante de banalité : faire passer un bon moment à ceux qui me lisent.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Avec Guillaume Jan, à l'issue de l'interview, le 8 juillet 2014.

06 août 2014

Julien Jouanneau : interview pour L'effet postillon et autres poisons quotidiens

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Dans son nouveau livre, L'effet postillon et autres poisons quotidiens (chez Rivages), Julien Jouanneau liste les (petits) tracas et autres poisons qui gangrènent son quotidien. Et la liste est très longue (voir plus bas, dans l’interview).
Vous l'aurez compris, Julien Jouanneau est un râleur. Un vrai de vrai. Je connais cet énergumène depuis des années, je ne suis donc pas surpris qu’il écrive un tel ouvrage.

Et en bon râleur, il force le trait à la moindre occasion, considérant que la source de ses emmerdements vient forcément d'autrui. Si on se dit que certains des « enfers ordinaires » présentés sont observés avec justesse, on ne peut s'empêcher de déceler (souvent) beaucoup de mauvaise foi dans les arguments avancés. Et la mauvaise foi, nous sommes nombreux à la pratiquer et à l’apprécier à sa juste valeur. N’est-ce pas ?

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor4e de couverture :

La vie est belle. Enfin ça, c'était avant. Avant que le Diable ne déclenche l'effet postillon sur Terre. Qui n'a jamais reçu en pleine assiette cette satanée gouttelette de salive, projetée par un voisin de table ? Qui n'a jamais vu ses narines crispées par l'haleine gaz moutarde d'un collègue de bureau ? Qui n'a jamais essayé de retenir le gargouillis inconvenant né d'un repas trop nourri ? Difficile alors pour Dieu de faire avaler au commun des mortels la possibilité du bonheur, tant le chaos habite les détails du quotidien. L'heure est venue de crucifier tous les bâtons mis dans les roues, tous les tracas et poisons du jour, qui ont depuis des lustres réussi à faire en sorte que plus personne ne les remarque. Les repérer et les démasquer, à travers des récits singuliers de désillusions cocasses, s'avère la meilleure manière de les combattre. Pour au final se rassurer : que celui qui n'a jamais été ennuyé, agacé, désabusé, jette la première pierre. Voici l'Évangile selon Saint-Râleur, pèlerinage au royaume des gênes éternelles.

L’auteur :julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Julien Jouanneau est né en 1980. Passionné de cinéma et télévision, il est actuellement chef des infos du site de L'Express. Il a publié quatre livres, dont son premier roman aux éditions du Cygne en 2008, Confessions d'un pigiste.

La revue de presse :

Marine de Tilly - Le Point du 26 juin 2014

Chacun ses tocs, ses manies, ses petits et gros sujets d'énervement et/ou d'écœurement. Dans un réjouissant "emmerdarium" littéraire, Julien Jouanneau lâche les chevaux, c'est le grand déballage. Avec grâce, philosophie, et une sophistication jouissive, il les liste et les dissèque, tous ces trucs qui nous rendent nerveux, pour ne pas dire hystériques, il s'énerve à notre place. Son livre, c'est du Delerm renversé. Après La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, voici "Le premier pas pied nu dans le bac de la piscine et autres poisons majuscules". Tout y est. Tout...
À qui l'offrir ? Aux maniaques, aux psychopathes, aux hypocondriaques. Et aux fans de Stéphane De Groodt, Jouanneau en est un digne disciple.

Roger-Pol Droit - Le Monde du 29 mai 2014

Il y dissèque les catastrophes intimes que déclenchent, dans son quotidien, les négligences foisonnantes des autres, leurs goujateries répétées, leurs kyrielles de sécrétions crasses et d'effluves offensants. À table, il y a toujours un autre pour balancer un postillon dans son Tartare. Dans le métro, quantité d'autres ont mauvaise haleine, fortes aisselles et cheveux gras...
Cette irritation est entretenue par quantité de pièges, habilement dissimulés un peu partout dans le quotidien le plus banal. Cet apéritif paraît innocent et paisible, ce n'est qu'un leurre : les olives dissimulent des noyaux dont on ne sait que faire, une fois évité, de justesse, de s'y casser les dents. Les tomates cerises giclent au-delà de toute attente...
Bref, le monde, selon Jouanneau, est une cascade d'emmerdements dont les autres, et eux seuls sont la cause. Cet enfer des détails qui tuent est assez loin de Dante, on s'en doute. Il fait plutôt songer à quelque ronchonnement schopenhauerien, revu par Groucho Marx et mâtiné de Supercondriaque.

Christophe Barbier - L'Express, mai 2014

Le livre de Julien Jouanneau part avec humour, philosophie et exigence littéraire, à la rencontre des tracas de la vie quotidienne, qui nous énervent tous...
L'enfer, on le sait, c'est les autres. Mais on est toujours l'autre de quelqu'un et, parfois, de soi-même. Ainsi, ceux qui ont "une haleine de caribou ivrogne" ne s'en rendent jamais compte. Ne reculant devant aucune expérience extrême, Julien Jouanneau part à la rencontre des tracas et fracas de la vie en société, jusqu'à en débusquer la forge infernale : le centre de recherches sur l'énervement maximal.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandorInterview :

L’effet postillon et autres poisons quotidiens est déjà ton 5e livre. Cela commence à constituer une petite œuvre. Mais chaque livre et aux antipodes du précédent. Comment expliques-tu cela?

J’aime écrire des choses différentes à chaque fois. Je n’ai pas de ligne directrice. Pour moi, la littérature, c’est la variété. Je vais toujours vers là où on ne m’attend pas.

Moi qui te connais un peu, je trouve que ce livre te va comme un gant. J’ai l’image de toi d’un éternel bougon. Un vrai râleur même.

Je ne voulais pas faire un livre autobiographique, mais quelque part, il doit l’être pas mal. Des livres sur ce qui fait râler, je ne suis pas le premier à en écrire. En revanche, pour me dissocier des autres, je voulais qu’il soit très littéraire. Je voulais que ce soit de belles petites nouvelles, joliment écrites. Stylistiquement, je crois qu’il est d’un meilleur niveau que mes autres livres. Il y a des figures de styles, des jeux de mots, des textes qui pourraient se chanter… bref, je me suis amusé à l’écrire, mais en étant vigilant et exigeant sur ma prose.

Pour écrire ce livre, comment as-tu procédé ?

J’ai observé tout ce qui m’agaçait au quotidien. J’y ai passé de nombreuses heures. Et ça a continué après. Mais on ne sait jamais, il y aura peut-être un tome 2. À partir du moment où j’étais dans la conception du livre, j’ai eu un petit côté autiste. Je scrutais constamment chaque détail de ce qui m’ennuyait.

On se reconnait pas mal dans plein de situations parce que sont des agacements julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandoruniversels.

On vit tous plus ou moins la même chose, alors je suppose que nos agacements sont similaires. Les déjections flottantes  humaines qui voguent paisiblement, la photocopieuse qui ne se laisse pas maîtriser, les olives non dénoyautées, la fragrance de sandwich au poulet industriel dans la climatisation du TGV… j’en passe et des meilleurs. Non, j’en passe et des moins bons.

Tu évoques aussi la pendaison de crémaillère (« un gang bang d'emmerdements »), la bronzette à la plage, les notices de médicament, le convive assis en face de vous au restaurant qui postillonne dans votre assiette, les toilettes publiques, les jours de pluie où il faut éviter les baleines de parapluie pour ne pas finir éborgné, les cheveux gras, les gargouillis gastriques, les supermarchés, les livres de bibliothèque crades et bourrés de bactéries, les mouches, les chocolats visuellement engageants qui cachent en leur sein un alcool au goût immonde… et la piscine.

Oui, parlons en de la piscine, ses vestiaires saturés de l'odeur froide et mouillée de Moon Boots fraîchement retirées, ses types body-buildés plus "luisants que du parquet poncé, bronzé et garni d'un slip léopard interdit de port depuis les années 1980", et qui nagent le crawl, alors que, vous, vous nagez une brasse approximative, ces maîtres-nageurs qui font toujours des gestes indéchiffrables à on ne sait qui dans le bassin… tu vois, la liste est longue.

Il n’est pas exagéré d’affirmer que tu n’es pas un homme très zen.

C’est le moins que l’on puisse dire, mais j’étais pire avant. Aujourd’hui, je me dis qu’il y a des cas plus désespérés que le mien.

Roger-Pol Droit dit dans Le monde des Livres en évoquant ton livre « le monde est une cascade d’emmerdements dont les autres et eux seuls sont la cause ».

Les autres, ce sont les êtres humains et les objets. Je suis un citoyen de l’emmerde.

Tu ne vois que ça toute la journée ?

Oui. Je vois le verre, même pas à moitié vide, mais complètement vide. Ce qui est bien quand tu es comme ça, c’est que tu es toujours surpris de manière positive. Par contre, quand tout va bien, je me demande quand va arriver la prochaine emmerde. Chez moi, le bien-être n’est pas normal. J’admire les gens optimistes. Je suis plus à l’aise pour râler que pour être dans la positive attitude.

On te compare à Stéphane De Groodt. Ça te plait ou ça t’irrite ?

Je ne vois pas en quoi. Il y a quelques jeux de mots, certes, mais j'aimerais davantage arriver au petit orteil de Jean Yanne ou Desproges.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandorPatrice Leconte a fait la préface.

Je le connais parce que je l’ai interviewé souvent et le contact est bien passé. Il avait rigolé à mon premier livre, donc je lui ai soumis celui-là. Et très généreusement, gratuitement, il a accepté d’en faire la préface.

Tu travailles sur un nouveau livre ?

Oui, j’écris un roman positif pour faire plaisir à ma fiancée. Elle trouve que je suis trop négatif. Et aussi, j’avoue que j’ai envie d’en vendre plein à un moment donné pour voir ce que cela fait. Écrire des livres confidentiels n’est pas ma vocation.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Avec Julien Jouanneau, le 9 juillet 2014, après l'interview.

15 juillet 2014

Eric Briones : interview pour La génération Y et le luxe

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Éric Briones, alias "Darkplanneur", est actuellement le Directeur du Planning Stratégique de l’agence Publicis EtNous (élue Agence de communication Luxe de l’année 2013) et le curateur des événements « Rencontre du Luxe » de M Publicité (régie publicitaire du journal Le Monde). Il est également connu sur la toile, pour être le créateur du blog Darkplanneur (blog référant dans le domaine des tendances et du planning stratégique, depuis 2005). Professeur en communication (chez MBA MCI et Moda Domani Institute), après avoir écrit un ouvrage intitulé Buzz Marketing en 2002, il continue à témoigner de son intérêt pour les thèmes propres à la génération Y, en tenant régulièrement une chronique média, Media Reboot sur Melty, le média référent sur la génération à laquelle il consacre aujourd’hui ce livre.

Voilà pour la version officielle. Pour ma part, Éric Briones est un ami. Je vais répéter ce queeric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper j’expliquais déjà dans ma première mandorisation du monsieur (pour son émission Le cabinet des curiosités) : « Éric Briones est un garçon dont j’apprécie le travail et avec lequel nous nous retrouvons depuis des années à déjeuner. On évoque nos métiers respectifs. Notamment. Nous avons une amitié discrète (dans le sens où nous ne passons pas nos soirées ensemble) et constructive (dans le sens où l’échange et les conseils sont permanents). »

Bref, je crois pouvoir dire que nous nous aimons bien et que le respect l’un pour l’autre est là.

Le 17 juin dernier, Éric Briones est venu à l’agence me parler de son nouveau livre, La génération Y et le luxe, coécrit avec Grégory Casper (conception-rédaction de 8 ans dans les grandes agences parisiennes (missions pour LVMH, PPR, Renault, Lancôme, Henessy, etc.), chroniqueur sur Influencia et intervenant à l'ISCOM Paris).

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperNote de l’éditeur :

« 83 % des 18-30 ans ne trouvent pas choquant d’acheter un produit de luxe en période de crise » selon une étude Meltygroup de 2013.
Déjouant tous les a priori, la génération Y aime et achète du luxe. Mais en retour, elle exige que le luxe se transforme et s’adapte à elle.
Compulsifs et économes, fans et rebelles, classiques, mais aussi modernes, ces nouveaux consommateurs sont cruciaux dans l’avenir des secteurs du luxe, de la mode et de la beauté.
Mais comment les comprendre, les conquérir, les fidéliser ?
Répondre à cette question est tout le projet de ce livre qui s’adresse aux professionnels du luxe, de la mode, de la beauté et aux étudiants.
Chacun y trouvera :

-Un cahier de tendances illustré par de nombreuses études de cas ;
-22 outils stratégiques dédiés ;
-Des résultats d’études exclusives ;
-Une synthèse de 100 interviews.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperInterview :

Ce livre est le fruit de combien d’années de travail ?

Trois ans… avec le sens du collectif. Pour être vraiment connecté, au-delà des études, je me suis doté d’un groupe de vingt Y (Note de Mandor : un Y est un jeune entre 18 et 35 ans). Ce groupe Y a été un gueuloir. Flaubert avait une salle où il gueulait ses phrases et si elles sonnaient juste, il les écrivait. Avec Grégory, nous gueulions nos concepts auprès de ses 20 Y. Si c’était bien, parfait, si c’était nul, ils nous les renvoyaient dans la gueule. Il y a dans ce livre, un sens aigu d’échanges et de participations. À tel point que la troisième partie est un cahier de tendances et que chaque tendance est introduite par un texte signé par les Y. Ce n’est pas un élément marketing, c’était la condition sine qua non pour que l’on soit juste.

Comment est composé ce livre ?

Il y a une première partie qui est une « enquête sociétale ». J’ai mené énormément d’interviews. Il en résulte qu’à chaque fois, les Y ne se retrouvent pas dans les portraits médiatiques que l’on fait d’eux. Ils ne sont pas d’accord avec l’idée qu’ils sont victimes de la crise. Ils ne sont victimes de rien et sont acteurs de tout. Il y a une méfiance de cette génération dès qu’on parle d’elle. Si la génération Y est caricaturée, nous, on la décarécaturise. Les jeunes de cette génération sont des rebelles. Des rebelles avec une cause. Ils rentrent dans le système pour essayer de le détourner à leur propre effet. Il y a un tel désir d’action chez eux qu’ils n’ont aucun problème à créer leur entreprise dans l’univers luxe, mode et beauté. Ils n’attendent plus de travailler chez l’Oréal pour qu’on leur donne tranquillement la place qu’ils méritent, ils vont directement au combat en osant créer leur start-up.  Leur désir d’action est remarquable.

Dans ce livre, j’ai l’impression que tu brosses dans le sens du poil cette génération.

Parce que je les aime. Les concernant, je suis dans un positivisme pratiquement béat et total. Dans la dernière partie du livre, je leur demande presque de prendre le pouvoir dans les maisons de luxe.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Eric Briones au côté notamment d'Alexandre Malsh et de Grégory Casper lors d'une conférence le 23 avril 2014 au Palais de Tokyo pour présenter le livre. 

Un garçon comme Alexandre Malsh (qui offre une page sur Melty.fr à ce livre), entrepreneur français cofondateur et directeur général du groupe média MeltyNetwork, est représentatif de cette génération.

Il y a 4 ans, il n’était pas grand-chose, aujourd’hui, il est à la tête d’un empire et devient l’égal de certains puissants économiques. Il ne se la raconte pas. C’est fondamental  pour  la génération Y. Maintenant, est-ce de l’humilité ou la peur d’un bashing ? Cette génération à la crainte du bashing intégré en eux et ils développent des anticorps qui sont extrêmement intéressants.

Revenons aux interviews, il y en a beaucoup dans ce livre ?

Énormément. Des Y, des pas Y, Jacques Séguéla aussi et plein d’autres. Les interviews  m’ont plus appris que n’importe quelle étude sur la question. Cette génération nous dit : « vous nous caricaturez !». En même temps, elle ne fait rien pour qu’on ne la caricature pas. Ce concept d’invisibilité est subit, mais construit.

Darketing S05E06- "La génération Y et le luxe" avec Eric Briones et Grégory Casper.

Avec Grégory Casper, vous vouliez démontrer quoi en faisant ce livre ?

Nous voulions lever et casser les a priori et les caricatures liés à cette génération. On a démontré que les Y adoraient le luxe.

80 % des Y interrogés pensent qu’il n’est pas choquant d’acheter du luxe, même en période de crise.

Ils n’ont absolument pas ce bon vieux réflexe judéo-chrétien qui honnirait le luxe. Il y a un rapport fusionnel entre le luxe et cette génération. Le luxe ne s’achète pas à crédit. C’est la médaille de cette génération.

La génération Y a une très grande culture générale par rapport à la mode et au luxe.

Autant ils aiment les objets de luxe, autant le mot luxe est devenu un mot marketing qui a perdu de son sens, qui a été détruit par tout ce qu’on a vu dans les années 2000, le luxe bon marché alias la masstige (Note de Mandor : né de la contraction de "mass market" et "prestige", le mot "masstige" désigne une association commerciale entre une enseigne de grande distribution et un nom prestigieux. Appliqué à la mode, ce concept évoque la collaboration d’un créateur avec une marque de prêt-à-porter de grande diffusion.) C’est une véritable arnaque. On a vendu des choses qui n’étaient pas luxe au prix du luxe. Aujourd’hui, cette génération demande au luxe de justifier son prix. On n’est plus dans le mystère. La génération Y remet presque en cause le fait que le luxe doit être cher. Ça met à mal les maisons de luxe.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Eric Briones avec la pornstar Anna Polina.

Tu fais chier le monde du luxe avec ce livre ?

Je ne sais pas si je fais chier le monde du luxe, mais en tout cas, les maisons en redemandent. J’en suis à la deuxième conférence dans un grand groupe. J’en déduis qu’il y a une énorme prise de conscience de leur part. En fait, derrière tout ça, la génération Y aime le luxe, mais ils veulent un nouveau luxe. Un luxe qui a une vision beaucoup plus saine de son prix, un prix moins cher, et une dimension de développement durable qui est fondamentale. Les jeunes d’aujourd’hui veulent associer l’acte d’achat luxe avec quelque chose de très concret : connecter l’achat à un mini projet. C’est un luxe qui devient généreux et qui pourrait éventuellement changer le monde.

La génération Y ne croit absolument pas aux politiques pour changer le monde.

Pour changer le monde, on enlève les politiques de sa vie et on mise sur la carte bleue. C’est effrayant. Du coup les marques doivent sortir du bois, ne plus se planquer et se mettre devant.

C’est donc du marketing.

Le marketing, c’est du bon sens. On va dire que c’est une nouvelle générosité.

Il y a une vidéo inspirée de tes conclusions et tes recherches pour ce livre.

C’est une vidéo collaborative à laquelle j’ai participé. J’ai bien compris que dans la promotion d’un livre comme celui que l’on sort, le marketing est un ghetto. C’est très difficile d’en sortir. Un bouquin marketing est difficile à placer dans les médias, donc, il faut trouver d’autres solutions pour qu’en en parle.

YDOLL, portrait d'une femme Y.

Doll, une jeune artiste, présente ses oeuvres à l’occasion de sa première exposition. Face caméra, des membres de son entourage dressent tour à tour son portrait : la meilleure amie (Kenza Sadoun El Glaoui), le boss (Oxmo Puccino), le psy (Ariel Wizman), le boyfriend (Aurélien Wiik), le pygmalion (Fabrice Brovelli) et le frère (Andrea Picci). Sur ce format de plus de cinq minutes en noir & blanc écrit par Stéphanie Edwards, l'ego prédomine. Seule cette jeune femme permet à son entourage d'exister.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperPour ce film, tu as travaillé notamment avec ta muse, Anaïs Duquesne, qui est la jeune femme que l’on voit sur la couverture du livre.

J’ai eu l’idée de psychanalyser une jeune femme de sa génération, sans tomber dans des stéréotypes classiques. Je n’ai pas écrit le scénario, j’ai juste placé des éléments. Par contre, j’ai travaillé énormément sur le casting. Il y a beaucoup d’amis de Darkplanneur : Ariel Wisman, dans le rôle du psy qui incarne complètement les autres générations qui ne comprennent rien aux Y. Oxmo Puccino joue aussi un contre rôle. Celui d’un patron un peu con qui ne comprend pas grand-chose non plus. Ceeric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper que j’aime dans ce court-métrage drôle et sarcastique, c’est qu’il est ouvert. Il n’est ni putassier, ni marketing. Concrètement, ce n’est pas viral. 

Quelle sera  la prochaine étape ?

Une bande dessinée. Je veux faire comprendre cette génération par un bouquin marketing, un film, une bande dessinée… finalement par tous les moyens artistiques.

Comment se passe l’accueil du bouquin ?

De manière excellente. Je m’attendais à recevoir des critiques négatives, alors qu’il y  réellement un accueil bienveillant.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Après l'interview, le 17 juin 2014, dans la cour de l'agence.

20 juin 2014

Michel Bussi: interview pour N'oublier jamais

michel bussi,n'oublier jamais,ne lâche pas ma main,interview,mandor

(Photo : Bruno Charoy-Pasco)

Michel Bussi est professeur de géographie et directeur du laboratoire de modélisation et traitements graphiques en géographie. Il fait partie du Top 10 des écrivains français les plus lus (près de 480 000 livres vendus en 2013). Son avant-dernier livre Un avion sans elle a été  récompensé par de nombreux prix, dont celui de « meilleur polar francophone 2012 ». Cet expert en faux-semblants et en manipulation qui excelle dans l’intrigue psychologique  revient avec un nouveau roman N’oublier jamais.

Le 28 mars dernier, je suis allé l’interviewer dans un bar parisien pour un des journaux pour lequel je travaille (Contact) et donc, aussi, pour le site correspondant.

michel bussi,n'oublier jamais,ne lâche pas ma main,interview,mandor

Interview :

Vous avez l’art du retournement de situation. Prenez-vous un malin plaisir à piéger le lecteur ?

Les gens croient que je piège le lecteur, mais en fait, c’est l’inverse. Je me suis piégé tout seul parce qu’en commençant avec cette marque de fabrique qui est de se dire qu’il faut un twist final, voire un double ou triple twist, finalement, je me condamne à écrire ça. Il faut que les gens sortent de mes romans avec l’impression d’avoir été mis dans une machine à laver.

Au bout d’un moment, ne faut-il pas aller à l’encontre de ce qu’attendent les lecteurs ?

À partir du moment où on rentre dans une convention ou un contrat avec le lecteur qui oblige à se situer dans un roman policier à rebondissement avec plein de faux-semblants, il faut s’y tenir. C’est la moindre des choses. Je veux que le lecteur soit scotché et que le livre lui tombe des mains d’étonnement. J’adore quand il se dit : « mais comment je n’ai pas vu ça ! ». Vous savez, quand on écrit un roman policier de ce type, on est toujours inquiet que le lecteur trouve la solution avant la fin.

michel bussi,n'oublier jamais,ne lâche pas ma main,interview,mandorDans « N’oublier jamais », vous racontez l’histoire de Jamal, un sportif de haut niveau unijambiste qui part s’entraîner sur la plus haute falaise d’Europe, en Normandie. Pendant sa course, il voit une femme seule prête à sauter dans le vide. Jamal lui tend une écharpe trouvée quelques secondes avant, mais la femme bascule. L’intrigue peut paraître mince, mais le roman est foisonnant.

Ce que j’aime, c’est qu’à la page une, la fille saute et meurt, et qu’à la page trente, la police suspecte Jamal de l’avoir poussée. Ensuite, on remonte le fil par du passé et du présent. J’inflige des accélérations, des évènements et de la pression constante. J’aime bien que le lecteur ressente un rythme haletant et qu’il ait la sensation de ne pas pouvoir reprendre son souffle.

Tous vos bouquins trouvent de plus en plus de lecteurs. Vous y pensez quand vous écrivez ?

Il ne faut pas se le cacher. Avoir eu du succès avec ses précédents bouquins met l’auteur dans une situation beaucoup plus confortable que s’il sortait d’un livre qui n’avait pas marché. Je prends le succès comme il vient et je ne boude pas mon plaisir.

Cette année, vous êtes dans le top 10 des auteurs les plus lus en France et pourtant, vous n’êtes pas encore très connu…

C’est le paradoxe. Quand on a sorti Un avion sans aile chez Pocket, on a tablé sur 100 000 michel bussi,n'oublier jamais,ne lâche pas ma main,interview,mandorexemplaires. Je ne croyais pas qu’on allait les atteindre. Puis, on est monté à 200 000, le livre continuait à se vendre. Ensuite, on est allé jusqu’à 300 000 et aujourd’hui, on va atteindre les 500 000. À un moment donné, on ne maîtrise plus le flux. J’imagine que je ne vais pas retomber de ce chiffre à 10 000 soudainement, c’est rassurant. Ce qui me fait presque plus plaisir que d’être dans le Top 10, c’est qu’un public nombreux et qui semble fidèle se constitue autour de mes livres.

michel bussi,n'oublier jamais,ne lâche pas ma main,interview,mandorVotre précédent roman Ne lâche pas ma main sort en même temps en version Pocket. Ce livre-là n’a pas la même mécanique que N’oublier jamais.

J’essaie toujours d’avoir des atmosphères et des mécaniques différentes. Le moteur de Ne lâche pas ma main était d’emmener les lecteurs à La Réunion. Je souhaitais que ce soit un vrai roman d’évasion. Il y a l’hôtel, la piscine, les palmiers, le lagon, une disparition, des faux semblants, des jeux de miroirs, le tout dans un endroit paradisiaque. Un couple de touristes avec leur fille passent des vacances dans l’île et tout va se détraquer. La femme disparait, le mari est accusé. Il part en cavale avec sa fille de six ans. Le lecteur pense qu’il a tué sa femme, mais a priori, ce n’est pas aussi clair que ça. Dans ce roman, tous les personnages sont très atypiques. J’ai voulu que ce livre soit un roman plaisir où les gens apprennent beaucoup de choses sur la Réunion. Au-delà du côté littéraire et intrigue, je voulais que le lecteur soit ailleurs que dans son quotidien.

Écrire pour vous, c’est quoi ?

J’ai ma particularité. Je suis encore enseignant à l’université, je suis prof de fac et je dirige un labo au CNRS. Mon métier de base, c’est l’évaluation scientifique et la recherche en science sociale. Je suis quelqu’un de sérieux au quotidien qui fait des choses sérieuses avec des chiffres et des statistiques. Dans mes romans, je n’éprouve donc pas le besoin de refaire le monde parce que ça, je le fais par mon métier. Quand je suis écrivain, ma première règle d’or est de ne surtout pas ennuyer le lecteur avec mes cours et mes recherches.

Les romans, c’est un peu votre récréation ?

Oui. Une récréation qui peut être sérieuse, émouvante ou drôle.  Et une récréation que je fais sérieusement.

Vous avez deux vies ?

Encore plus.

Si vous étiez libraire, quels auteurs de polars conseilleriez-vous ?

Il y a plein d’auteurs de polars francophones qui sont géniaux. Je dirais, dans ceux qui ne sont pas très connus, mais que j’adore, Bernard Minier, par exemple. Paul Colize, aussi. Un jour, il va faire le livre qui va le rendre très populaire, vous verrez. Un long moment de silence et Back Up sont déjà des chefs-d’œuvre. J’aime aussi beaucoup Élisa Vix. Elle écrit magnifiquement et elle est très caustique et décalée. Dans les connus, j’ai beaucoup d’admiration pour l’ensemble de l’œuvre de Nadine Monfils. Elle est complètement déjantée et j’aime les gens qui ont un grain de folie.

michel bussi,n'oublier jamais,ne lâche pas ma main,interview,mandor

Le 28 mars 2014, après l'interview.

19 juin 2014

Jérôme Attal : interview pour Presque la mer

10415646_10152207613645922_5056187613378614225_n.jpg

jérôme attal,presque la mer,interview,mandorJ'ai déjà tout dit (ou presque) sur Jérôme Attal. Cet entretien est le dixième que je lui consacre sur mon blog, mais c'est toujours un réel plaisir d'échanger avec lui. Je pense que l'on peut considérer que je suis très attaché à son œuvre, mais aussi à sa personnalité.

(Voici ses précédentes mandorisations pour une présentation générale du monsieur, pour L’amoureux en lambeaux, pour Les Beatles, en rouge et en bleu, pour Le garçon qui dessinait des soleils noirs, pour Journal Fictif d’Andy Warhol , pour Pagaille Monstre, pour Folie furieuse, pour L’Histoire de France racontée aux extraterrestres et enfin pour Le voyage près de chez moi.)

Notre dernière rencontre date du 16 mai dernier. Je l'ai interviewé pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté de l'été 2014). Notre entretien est donc un peu plus plus court et "formel" que d'habitude...

AUCHAN21 - P04 - LIVRE.jpg

AUCHAN21 - P05 - LIVRE.jpg

AUCHAN21 - P06 - LIVRE.jpg

10371521_10152140016370922_3599477813425952111_n.jpg

Le 16 mai dernier, après l'interview, dans la cour de l'agence.

08 juin 2014

Stéphanie Hochet : interview pour Eloge du chat

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Toulouse, le chat de l'auteure Carole Zalberg. Le livre est dédié à ce regretté matou.

J’ai déjà dit par deux fois, ici, tout le bien que je pensais de l’œuvre de Stéphanie Hochet. Jestéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor l’ai reçu pour Les éphémérides et pour Sang d’encre. Je ne vais donc pas répéter qu’elle est l’une des plus brillantes, insolentes et incisives plume de la littérature française.

Stéphanie Hochet revient avec un essai, un éloge sans concession sur les chats. J’ai commencé ce livre avec appréhension tant l’intérêt du sujet ne me sautait pas aux yeux. Et puis, je me suis fait piéger. Une nouvelle fois. Happé par le style, le ton et le propos. Elle a réussi à me fasciner sur ce petit animal que j’ai toujours su éviter tant je suis allergique à lui. Un exploit !

Le 24 avril dernier Stéphanie Hochet est venue une nouvelle fois à l’agence pour évoquer cet essai superbement écrit et passionnant.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorMot de l’éditeur :

Stéphanie Hochet quitte exceptionnellement le genre du roman pour nous raconter, dans un essai tout littéraire, comment le chat, animal jugé cruel, sournois et hautain est devenu l’un de nos préférés. Véritable dieu pour les Égyptiens, qui lui donnèrent les traits de la déesse de la virginité, Bastet, aussi dangereuse que protectrice, le chat a vu son image évoluer au fil des siècles. En particulier en Occident, où il est passé du statut d’ami des sorcières, banni de la société, à l’utile chasseur de souris, pour finir en potentat domestique, adulé et sublimé dans de nombreuses œuvres d’art. Animal flexible, qui a compris que la souplesse et la ruse étaient plus efficaces que la force, le chat a une position unique : mi-sauvage, mi-domestique, il profite autant de sa liberté naturelle que du confort de nos habitations modernes… À la fois indépendantet séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal,tout comme le rapport que nous entretenonsavec lui. Ne symbolise-t-il pas autant la sensualitéque la mort – Éros et Thanatos –, suscitant ainsiun comportement toujours excessif, que ce soitl’opprobre ou l’idolâtrie ?

Mot de l’auteure : stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

« Je voudrais vous parler d’un personnage omniprésent dans la littérature. Un personnage discret et remarquable, connu de tous et mystérieux; arriviste peut-être, il sait aussi séduire et fasciner. Le chat est ce personnage aux formes multiples, infiniment flexible.

Comment se douter qu’un être si petit, si familier, avait investi les listes des dramatis personae?

Son animalité, les masques variés avec lesquels il se déplace dans les œuvres ne le rendent pas moins prépondérant dans les romans que dans la poésie ou le cinéma.

Prépondérant, mais si délicat à cerner qu’il me fallait en faire un livre. Je n’étais pas au bout de mes découvertes. Se pouvait-il, pour paraphraser Rilke, que je prétendisse connaître les chats avant d’avoir écrit sur eux ?  »

L’auteure :

Stéphanie Hochet est née en 1975. Elle est l’auteure de neuf romans, dont Combat de l’amour et de la faim (Fayard, Prix Lilas 2009), La Distribution des lumières (Flammarion, Prix Thyde Monnier de la SGDL 2010) et Sang d’encre (Editions des Busclats, 2013). Éloge du chat est son premier essai.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorInterview :

L’éloge du chat est ton premier essai. Pourquoi t’es-tu lancée dans cette aventure littéraire ?

Je suis une exploratrice. J’aime découvrir des domaines variés en littérature et "prendre des risques". Prendre des risques littéraires, c’est envisager différentes formes de romans, mais également partir vers des genres qui ne sont plus le roman. Par ailleurs, l’éloge est un genre littéraire qui remonte à l’antiquité, avec ses codes et ses exemples prestigieux (je pense à Lucien de Samosate ou Erasme) c'est un exercice d'admiration exigeant, particulier. On essaie d'être à la hauteur...

Il ne faut pas confondre éloge et hagiographie, si j’en juge ton essai.

Tu as raison. D’entrée de jeu, dans l’avant-propos, j’ai récapitulé un ensemble d’à priori plutôt négatif, en tout cas, une somme de clichés sur le chat, de manière à développer peu à peu les qualités de cet animal. Je ne voulais pas aboutir à une hagiographie, mais je souhaitais que l’on parte de tous ces lieux communs pour arriver vers une démonstration de sa divinité, ce qui n’est déjà pas mal (rires).

On n’écrit pas de la même façon un roman et un essai. Est-ce que ça a été compliqué pour toi de trouver le bon ton ?

En amont, il faut beaucoup travailler quand on commence un essai littéraire. J’ai lu et relu une somme considérable d’ouvrages, notamment des romans où il était question des chats. Le ton est venu naturellement parce que c’est le mien et c’est aussi ce que le chat m’inspire. J’ai bien cerné que le chat était l’animal que l’on avait mille fois décrit et je ne voulais pas du tout en faire quelque chose de mièvre. Je voulais lui rendre sa magnificence. Je souhaitais aussi que mon écriture soit joueuse, comme peut l’être un chat. Je n’ai pas eu à me forcer parce que mon style est déjà comme ça, un peu ironique…

Le chat te ressemble ?

De plus en plus de gens me disent que je ressemble aux chats.

A la fois indépendant et séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal… tu es stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorcomme ça ?

Quand tu me dis tout ça, je me reconnais pas mal. L’indépendance, par exemple, ça me concerne totalement. Je ne supporte pas d’être agrippée à quelque chose ou à quelqu’un ou que l’on m’enferme, même de façon métaphorique. La meilleure façon de me faire fuir, c’est de vouloir m’enfermer. Après, je ne me crois pas cruelle, sauf peut-être dans mon écriture.

Le chat aime le confort que lui offre sa vie près de l’humain, mais reste jaloux de sa liberté. Ça peut expliquer que cet animal nous fascine ?

Le chat est une projection de notre idéal. Les auteurs ont beaucoup parlé du chat, car il est une métaphore de l’artiste : indépendant, mystérieux, énigmatique. On ne refrène pas la liberté d’un chat et, en même temps, il reste un animal lié à nous. Il a besoin d’amour, d’affection et de choses matérielles, comme la nourriture et un certain confort.

Le poète TS Eliot, Maupassant, l’écrivain japonais Natsume Sôseki (et son livre Je suis un chat), Le Chat botté de Charles Perrault, Balzac dans les Peines de cœur d’une chatte anglaise, Baudelaire, Colette, Marcel Aymé et Les Contes du chat perché, Pascal Quignard, Amélie Nothomb dans Le Fait du prince et bien d’autres auteurs font la part belle aux chats. Sais-tu pourquoi ?

Parce qu’ils se reconnaissent en lui, j’imagine. L’image du chat a beaucoup hanté la littérature et cela depuis longtemps. Ce qui est intéressant à savoir, c’est que le chat est arrivé dans le pays qui a inventé l’écriture, l’Égypte. Au moment où on invente l’écriture, le chat apparait. Ce n’est pas un hasard, je pense. C’est mystérieux, en tout cas. Le chat a traversé la littérature comme aucun autre animal.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorIl y a eu beaucoup de livres sur les chats. En quoi ton essai apporte-t-il quelque chose de nouveau sur la question ?

Il y a eu beaucoup de livres sur les chats, certes, mais ce sont des livres sur « Comment nourrir son chaton », sur une expérience personnelle avec son chat, mais je n’ai jamais lu d’essai sur ce sujet. Mon livre, j’ai voulu que ce soit un exercice de plaisir littéraire, que ce soit même une jubilation littéraire pour les lecteurs, ainsi qu’une rencontre avec la littérature et les grands écrivains. (Amusée). Il n’en reste pas moins que la démonstration que le chat est Dieu, il n’y a que moi qui l’aie faite.

Est-ce qu’en écrivant cet essai tu as plus souffert que quand tu écris tes romans ?

Ce n’est pas une question de souffrance. Ce n’est juste pas le même exercice. C’est comme comparer la course de fond et le sprint. C’est simplement beaucoup de travail. D’ailleurs, le terme de travail, je l’utilise beaucoup moins quand j’écris un roman. Moi qui milite pour la professionnalisation du métier d’écrivain, pour autant, il y a une étrangeté à appeler ça « travail ». Il y a une telle liberté, de telles possibilités, un tel rapport à soi et une telle immersion en soi-même que ce terme me parait bien étrange… ça vaut pour tous les métiers artistiques, je crois. Je trouve que le terme travail est beaucoup plus justifié pour l’essai. Je m’appuie sur des textes, c’est une autre forme de rigueur. Pour répondre à ta question précisément, je n’ai pas souffert, car  le sujet est jubilatoire et me convenait parfaitement.

Avais-tu une fascination toi-même pour cet animal ?

J’ai toujours vécu avec des chats. Il y a sept ans, mon chat absolu est mort. Je n’ai pas pu le remplacer, donc aujourd’hui, je n’en ai plus. J’ai de l’admiration pour les chats. Ce que j’aime chez eux, c’est qu’ils nous mettent face à nos frustrations, un peu comme les autres êtres humains. J’ai toujours été une pessimiste, j’ai l’impression que l’autre être humain nous met face à nos frustrations. Chez moi, les moments de complétude avec l’autre sont rares. Le chat n’accepte pas tout de suite la caresse, c’est lui qui décide. Il y a un moment de séduction entre lui et toi. C’est comme une espèce de dialogue amoureux. Parfois, il refuse. Il te dit non. Il s’agace. Il te donne un coup de griffe. Je ne suis pas gâteuse du chat, je le respecte vraiment. C’est un animal exceptionnel.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Après l'interview, le 24 avril 2014.

02 juin 2014

Laurent Balandras : interview pour L'intégrale Nougaro-l'histoire de toutes ses chansons

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Claude Nougaro nous a quittés le 4 mars 2004, il y a dix ans (et à l'occasion de l'anniversaire de sa disparition, j'ai publié une chronique sur ma rencontre avec lui).

Le Toulousain fut un auteur et chanteur pétri de jazz, amoureux des jazzmen et doté d’une mise en place rythmique naturelle qui fit le bonheur de ses accompagnateurs. Il nous laisse tout d’abord la richesse de ses textes qui font aujourd’hui partie de notre patrimoine. De multiples ouvrages et coffrets paraissent pour fêter l'anniversaire de sa disparition, mais l’un d’eux a particulièrement retenu mon attention, celui de Laurent Balandras, L’intégrale Nougaro – l’histoire de toutes ses chansons. L’auteur nous y révèle les coulisses de ces chansons dans lesquelles la force poétique demeure.

Le 25 février dernier, Laurent Balandras est donc passé à l'agence pour répondre à quelques questions...

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorL’argumentaire du livre :

Le plus célèbre des poètes et artistes toulousains, Claude Nougaro, méritait bien une Intégrale à l'occasion des 10 ans de sa disparition. Grand amateur de jazz, de musique latine et africaine, jouant des mots avec la langue française, il s'est appliqué tout au long de sa carrière dans un insolite mariage des genres, à unir chanson française et rythmes.
Laurent Balandras révèle ici la grande et la petite histoire de 400 chansons, avec une érudition étonnante qui fait de ce livre une somme inégalable, recouvrant plus de 40 ans de carrière. Des chansons d'une richesse inépuisable, car Nougaro avait l'habitude d'y livrer beaucoup de lui-même, révélant son intimité au plus près.
Une intégrale passionnante, pour commémorer la disparition d'un géant de la chanson.

L’auteur :

Prix Coup de Cœur de l'Académie Charles Cros 2006 pour les livres, Les manuscrits de Serge Gainsbourg et Les manuscrits de Claude Nougaro.
En 1990 il est le plus jeune candidat reçu au concours de Radio France et devient animateur à Radio France Isère.
De 1996 à 1999 il est en charge de la programmation musicale de la salle du Sentier des Halles.
De 1999 à 2006, il devient directeur artistique d’Universal Music, spécialiste de la chanson française.
En 2004, il fonde avec Baptiste Vignol, le Salon du livre et de la chanson de Randan (Puy-de-Dôme).
En 2007, il monte sa propre société Balandras Editions et s'occupe, entre autres, d'artistes comme Olivia Ruiz, Emma Daumas, Caroline Loeb, les Ogres de Barback, Marie Nimier, les Weeepers Circus...
Il crée également la collection Musik chez Textuel et publie les livres de Zazie, Juliette, Arthur H, Lhasa, Olivia Ruiz…etc.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorInterview :

Tu as déjà écrit sur Claude Nougaro. Qu’apporte ce nouveau livre sur lui ?

Jusqu’à présent, je m’étais plongé dans son processus de création au travers de ses manuscrits et de la publication des textes. Pour celui-ci, l’idée était d’éclairer l’œuvre en essayant de resituer et recontextualiser chaque chanson. J’explique de manière ludique pourquoi telle ou telle chanson a été créée ? De quoi parle-t-elle réellement ? Quel est le lien par rapport à l’ensemble de son œuvre ? Chez Nougaro, il y a deux parties : celle où il est auteur pour d’autres artistes et celle où il est auteur pour lui.

Tu racontes les histoires de près de 400 chansons. C’est une somme d’informations considérable à recueillir, donc une enquête longue et compliquée, non ?

C’est un travail qui n’est jamais fini. Je l’ai commencé il y a dix ans en bossant sur ses manuscrits. Je me suis rendu compte de comment pouvait évoluer un texte entre l’idée et sa fixation. J’ai aussi écouté beaucoup d’interviews dans lesquelles il raconte son processus créatif. Enfin, j’ai interrogé les gens avec ou pour lesquels il a travaillé. Comme tu le dis, c’est vraiment une enquête longue et minutieuse.

Nougaro faisait du jazz, de la musique latine, africaine aussi… quel était le Nougaro que tu préférais ?

Ça dépend des moments. Il y a un Nougaro très sombre, voire complètement noir, qui allait vraiment chercher en lui ses tourments, et celui-là, je l’adore. Il y a aussi un Nougaro plus lumineux qui ne me déplait pas non plus. Mais chez lui, ce n’est pas parce qu’il y a du rythme et que c’est lumineux que les textes sont forcément plus joyeux. Dans son œuvre, il y a des thèmes récurrents qui sont le temps qui passe, le manque de confiance en soi et ses tourments vis-à-vis des femmes. Souvent, il mettait en musique et il tournait en dérision ses complexes et ses problèmes psychologiques.

Peut-on dire que la musique lui a servi de psychothérapie ?laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Oui, sûrement. C’est clair qu’il faisait une véritable introspection. Il y a une partie où il essaie d’être à la hauteur des poètes du 19e siècle qu’il affectionne particulièrement. À cette époque, ses textes étaient plutôt neutres, peu personnels en tout cas. Il a mis une dizaine d’années à trouver son style, mais dès qu’il a commencé à puiser en lui tous ses troubles obsessionnels, il a fini par livrer une œuvre dans laquelle il ne s’épargne rien. C’est amusant parce que tout ce qui faisait sa particularité est devenu universel.

Mais le personnage public était très pudique, non ?

Oui, c’est cela qui est paradoxal, parce que l’auteur était d’une impudeur hallucinante. Toutes ses chansons font réellement écho à ses états d’âme ou à des moments de vies très privées.

Pourquoi avoir passé beaucoup de temps de ta vie à parler de quelqu’un comme Nougaro  et à mettre en avant sa vie et son œuvre ?

Quand on plonge dans l’œuvre de quelqu’un, c’est que ça fait écho en soi, forcément. Quelque part, toute proportion gardée, je me retrouve dans ce gamin complètement déscolarisé qui est sauvé par la musique et par les mots. Évoquer Nougaro a un sens aujourd’hui, parce que nous sommes face à une génération de gamins que l’on dit déphasés par rapport à la lecture et à l’écriture. Je me dis que le fait d’avoir des exemples comme Nougaro, de quelqu’un qui va s’en sortir parce qu’il est curieux et qu’il a le goût des mots, c’est important. Il est un véhicule d’espoir.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorOn a fêté les 10 ans de sa disparition il y a quelques semaines. Est-ce qu’il manque à la chanson française et est-ce qu’il te manque ?

Moi, j’ai l’impression de vivre avec. Il est toujours présent. Les gens que j’aime et que j’admire, écrivains, chanteurs, auteurs, je vis avec eux. Quant à manquer à la chanson française, certainement. Mais il a ouvert la voie à beaucoup d’artistes. Il y a toute une génération d’artistes qui peut écrire en français sur du rythme, ce qui n‘existait pas avant Gainsbourg et Nougaro. Ils ont vraiment ouvert cette brèche-là.

Qui sont pour toi les Nougaro d’aujourd’hui ?

Des gens qui jouent avec le son, le rythme et la langue française, il y en a beaucoup aujourd’hui. Ça peut aller de Stromae à Camille en passant même par Mylène Farmer. Ça peut choquer que je dise cela, mais c’est une artiste qui jette ses états d’âme sur du rythme. Dans la toute jeune génération, quand je vois des gamins comme Bigflo et Oli, avec leur espèce de rythme afro urbain et un vrai souci de l’écriture et de la poésie, je ne peux m’empêcher de penser que ce sont des enfants de Nougaro.

Tu as toujours été un vrai découvreur de talents. Au départ dans des grandes maisons de disque et aujourd’hui pour ta propre société de production. Pourquoi as-tu monté en 2007, Balandras Editions ?

À la base, ce n’était pas du tout volontaire. Quand j’ai quitté Universal en 2005 pour écrire des livres, il se trouve qu’un an après mon départ, les artistes avec lesquels je travaillais m’ont appelé pour me demander de monter ma structure. Je l’ai fait parce que j’avais envie de continuer à travailler avec eux.

Tu fais quoi dans cette société de production?

Je développe deux parties qui sont à la fois l’accompagnement de jeunes talents, mais aussi beaucoup la défense du répertoire. Je travaille avec les familles de Mouloudji, de Bécaud, avec Les Ogres de Barback aussi. J’essaie d’avancer sur des répertoires qui existent et qui ont besoin d’être développés davantage.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Avec Laurent Balandras, le 25 février 2014, à l'issue de l'interview, nous décidons de faire une partie d'un jeu vidéo (et nous sommes sacrément crédibles!)

20 mai 2014

Gilles Paris : interview pour L'été des lucioles

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor

(® David Ignaszewski)

Comme je l’ai expliqué lors de la première mandorisation de Gilles Paris, en tant que journaliste souvent littéraire (depuis des lustres), il était inimaginable de ne pas tomber sur cette personne incontournable du milieu littéraire. J’ai dû passer par lui ou par son bureau de nombreuses fois pour obtenir livres, visuels ou même rendez-vous avec un auteur. Gilles Paris écrivain, c'est un style narratif original, émouvant, drôle et (im)pertinent. Dans chacun de ses romans, il fait parler un enfant de neuf ans. Ce n’est pas anodin. On peut se protéger et dire beaucoup derrière les propos d’un bambin… mine de rien.

Notre relation a d’abord été professionnelle, puis elle est devenue amicale au fil du temps. J’ai décidé de défendre chacun de ses nouveaux romans (la précédente mandorisation), parce qu’à chaque fois, ma part d’enfance est touchée en plein cœur.

Le 26 mars dernier, Gilles Paris est venu une nouvelle fois à l’agence pour évoquer L’été des lucioles, son premier livre aux éditions Héloïse d'Ormesson.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor4e de couverture :

Du haut de ses neuf ans, Victor a quelques certitudes : c’est parce que François, son père, n’ouvre pas son courrier qui s’amoncelle dans un placard que ses parents ne vivent plus ensemble ; c’est parce que Claire et Pilar, ses mamans, adorent regarder des mélos tout en mangeant du pop-corn qu’elles sont heureuses ensemble. Et c’est parce que les adultes n’aiment pas descendre les poubelles au local peint en vert qu’il a rencontré son meilleur ami Gaspard.

En vacances à la résidence du Grand Hôtel du Cap-Martin, Victor partira à l’aventure sur l’étroit chemin des douaniers qui surplombe la côte en compagnie de Gaspard. L’été sera placé sous le signe de l’étrange avec une invasion de lucioles, des pluies sèches et des orages aussi soudains que violents. En guidant les garçons jusqu’aux passages secrets menant aux villas qui bordent le rivage, papillons, baronne et jumeaux feront bien plus que de leur ouvrir la porte des jardins enchantés.

Un voyage au pays de l’enfance qui déborde d’émotion et de tendresse.

L’auteur :

Né à Suresnes en 1959, Gilles Paris travaille depuis plus de vingt ans dans le monde de la communication et de l’événementiel. Il a publié son premier roman, Papa et maman sont morts, en 1991, puis Autobiographie d’une Courgette en 2002. Au pays des kangourous, paru en 2012, a remporté de nombreux prix littéraires, notamment le Prix cœur de France, le Prix roman de la ville d’Aumale, le Prix des lecteurs de la bibliothèque Goncourt, le Prix Folire et en 2013 le Prix plume d’or.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandorInterview :

Je reçois un Gilles Paris qui écrit un livre à la limite du fantastique.

J’avais envie de quelque chose de différent. J’ai peur de me dire un jour qu’on pourrait se lasser que je rentre dans la peau d’un enfant de 9 ans.  Du coup, j’essaie à chaque fois de surprendre, avec des histoires qui sont très différentes les unes des autres, avec des univers qui changent, des narrateurs qui ne se ressemblent pas, même si, en 20 ans, il y a une passerelle entre mes quatre romans.

C’est une langue dans laquelle tu te sens bien ?

Je ne te cache pas que j’ai envie d’y rester. Je trouve que l’époque dans laquelle on vit au quotidien est difficile pour beaucoup de gens, j’avais donc envie d’un livre « bulle », une espèce de parenthèse dans laquelle on puisse s’enfermer le temps d’une lecture. Pour moi, ça l’a été le temps de l’écriture. Ça m’a fait un bien fou. J’ai eu l’impression de m’isoler totalement du monde extérieur qui me paraissait rude. Après avoir traité des thèmes comme la dépression et les maisons d’accueils, je voulais souffler un peu de tout ça. Je souhaitais aller vers quelque chose de plus lumineux. Tous mes romans ont une empreinte à la fois grave et légère. Pour une fois, je voulais qu’avec L’été des lucioles, ce soit plus léger que grave et qu’il y ait plus de lumière que d’ombre.

Il y a la trame habituelle des conflits parentaux et de la séparation.

Des parents qui se séparent et divorcent, c’est d’une banalité totale aujourd’hui dans les familles, mais on ne se rend pas compte ce que cela peut faire sur des enfants, qu’ils soient petits, adolescents ou majeurs. Des parents qui se séparent, c’est comme une vision de l’amour qui se scinde en deux. D’une manière ou d’une autre, même si c’est très banal, l’enfant en ressent quelque chose de très fort.

C’est un roman très moderne. Le petit Victor qui passe ses vacances à Cap Martin les gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandorpasse avec ses deux mamans.

J’ai écrit ce roman bien avant que les lois soient votées et qu’on en parle autant. Je rappelle qu’un enfant de 9 ans ne juge pas, il essaie simplement de comprendre. Il a complètement intégré ses deux mamans comme un soleil dans un ciel bleu. C’est naturel, point final.

Non seulement il accepte sa deuxième « maman », mais, même, il l’adore parce qu’elle s’occupe bien de sa vraie maman, Claire.

Il fallait qu’un adulte veille sur leur mère. Il se trouve que c’est Pilar. De plus, cette dernière fait attention à Victor, mais aussi à sa sœur Alicia. Il lui retourne cet amour qu’elle lui prodigue.

Mine de rien, c’est un livre aussi sur la tolérance.

Dans mes romans, je ne veux jamais imposer quoi que ce soit, rien asséner, ni glisser des messages subliminaux. Laissons-nous le choix de choisir ou d’accepter ce qu’on a envie de faire ou de ne pas faire !

Tu es comme tes narrateurs. Tu as beaucoup de mal à juger les gens.

Je suis comme tout le monde, j’ai des aprioris, mais je suis toujours prêt à trouver des circonstances atténuantes à tout le monde. Mais derrière ces narrateurs de 9 ans, je m’abrite. Je suis très pudique et je me dévoile personnellement très peu. Ça me permet de parler de choses assez importantes et qui me touchent, mais avec la distance nécessaire.

Et plutôt dans un sens positif.

Dans la vie, je suis comme ça. Je ne suis pas rancunier par exemple, mais je n’oublie rien. C’est très rare que je me fâche et que j’en veuille à quelqu’un. Je trouve des excuses aux gens et je passe à autre chose.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandorIl y a un peu de magie dans ton roman.

Victor dit à la fin : « la vie sans magie, c’est juste la vie ». Moi, je trouve qu’il faut ajouter de la magie à la vie. On a chacun une manière très précise d’en mettre. Qu’elle soit fantastique ou qu’elle ne le soit pas, qu’elle soit imaginaire ou qu’elle ne le soit pas. Ce qui arrive à Victor à un moment donné va être extra ordinaire. C’était assez difficile, mais à la fin du livre, je voulais qu’on puisse s’imaginer brièvement qu’au fond, tout cela était de l’ordre du possible.

Victor est un petit garçon courageux.

Il est courageux et pétochard à la fois. Par rapport à Justine, la fille qu’il aime depuis deux étés, il n’a jamais osé lui parler, encore moins lui déclarer sa flamme. Et par ailleurs, il est le plus futé et plus malin que tous mes narrateurs réunis, puisqu’il écrit lui-même le roman qui s’appelle L’été des lucioles. Il a une observation de la vie très différente qu’avait Simon dans Au pays des kangourous ou qu’avait Icare dans Autobiographie d’une courgette. Il absorbe les leçons de la vie en se servant des interrogations et des réponses qu’il se donne à lui-même.

Sa mère est libraire. Elle passe sa vie à lire des romans, c’est peut-être aussi un peu pour ça qu’il écrit ?

Oui, ainsi il veut que sa mère le tienne entre ses mains. Écrire, c’est aussi l’idée de passer encore plus de temps avec sa mère qu’il adore.

Tout cela est bien symbolique.

Oui, mais toujours avec des points de suspension. La symbolique est aussi dans les papillons qui hantent le roman et qui sont le symbole de la métamorphose. Dans le roman, tous les personnages vont se transformer plus ou moins discrètement.

Que représentent pour toi les lucioles ?gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor

Ça représente quelque chose de magique. Elles rejoignent mes thèmes principaux. Une luciole c’est une lumière dans la nuit. On retombe sur l’ombre et la lumière. Il y a quelque chose derrière l’animal d’un peu magique… cette petite lumière qui scintille dans la nuit.

Dans tous tes livres, il y a toujours un peu d’espoir, mais dans celui-là, un peu plus. Est-ce que Gilles Paris va mieux ?

Je ne sais pas si je vais mieux. Quand j’écris, je ne suis plus tout à fait moi. Je ne pense à rien d’autre que mon narrateur. Je deviens lui. C’est un exercice difficile, périlleux et excitant d’entrer dans la peau d’un enfant de 9 ans pendant toute l’écriture d’un roman.

Ton public s’élargit de livre en livre, je trouve.

Peut-être parce que j’écris plus et que je laisse passer moins de temps entre deux livres. C’est compliqué quand tu as publié quatre romans en vingt ans de fidéliser un lectorat. Là, je travaille déjà sur le suivant. Mon rythme d’écriture s’accélère sensiblement. J’espère le publier en janvier 2016.

Il parlera de quoi ?

Mon nouveau héros de 9 ans s’appelle Maxime. C’est un garçon qui va régulièrement faire des lectures dans une maison de retraite. Il égaie la vie des personnes âgées. L’action se passe entièrement à Paris. Je ne t’en dis pas plus.

Le père de Victor s’appelle François. Tu m’as dit que c’était en mon « hommage ». C’est vrai ?

Je te promets que c’est toi. Tu sais, depuis longtemps, en fait, mes romans sont truffés de remerciements à des gens que j’aime. Il y a plusieurs manières de remercier les gens qu’on apprécie pour toutes sortes de raisons. Écrire une note à la fin du livre et remercier les gens, ce que je fais depuis deux livres, ou utiliser des noms et des prénoms des gens que j’aime pour mes personnages. J’ai beaucoup d’affection et d’amitié pour toi depuis notre premier entretien. Évidemment que tu n’es pas la caractéristique du personnage, mais c’était une façon de te remercier.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor

 Le 26 mars 2014, après l'interview.