Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 décembre 2013

François Perrin (et Philippe Jaenada): interview pour Bois sans soif

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor

François Perrin n’est pas mon meilleur ami. Je n’ai d’ailleurs pas de meilleur ami. Mais François Perrin est une personne que je prends beaucoup de plaisir à voir. Un type rare que je vois rarement.

Nous nous connaissons depuis 2006 ou 2007, je ne sais plus bien, mais ce dont je suis certain, c’est que j’ai toujours été impressionné par sa personnalité brillante et par sa façon d’écrire les choses, qui ne l’est pas moins.

Je fais partie d’une petite communauté de personnes qui incite François Perrin à publier un livre depuis longtemps. C’est fait aujourd’hui. Il était temps. Il se pourrait bien que nous l’ayons eu à l’usure…

Si j’affirme que Bois sans soif est un livre sur les barmans, les bars et les personnes qui s’yfrançois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor rendent, c’est que je n’ai rien compris à ce livre.

C’est bien plus que cela. Il s’agit d’un ouvrage poético-philosophique sur l’espèce humaine.

Carrément.

Pour parler de ce livre, le 16 décembre dernier, j’ai demandé à François Perrin de me rejoindre dans un bar (ça tombe bien !) du 10e arrondissement. C’est déjà compliqué d’interviewer un ami, mais quand cet ami fait le même métier que toi, journaliste culturel, ça ne facilite pas la tâche. Disons que la pression était là. (Dans la tête et sur la table).

Cerise sur le gâteau, j’ai demandé à l’un de mes écrivains préférés, Philippe Jaenada, de nous rejoindre une demi-heure après le début de l’entretien (pression supplémentaire).

Hips!

Philippe Jaenada est le préfacier du livre de François Perrin. Mais pas que.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor4e de couverture de Bois sans soif :

« Il m’en avait fallu du temps, avant de comprendre de quel bois j’étais fait, et quel serait son usage le plus approprié. »

Au moment de se choisir un avenir, le narrateur de Bois Sans Soif pousse la porte d’un bar. Et se découvre plus qu’un métier, une vocation. Tout l’attire derrière le zinc : le mystérieux bouton qui ouvre la trappe menant aux boissons, les recettes des cocktails, les manettes délivrant la bière pression…

Ce cockpit le laisse rêveur. Il devient donc barman pour dix ans et réalise bien vite que cette profession est le meilleur poste avancé pour comprendre ses contemporains, pour vivre parmi eux et les écouter en passant inaperçu.

Ce qu’il appelle les superpouvoirs de Barman, des qualités que l’homme derrière le bar développe plus vite que celui accoudé face à lui. Bois Sans Soif fait le récit de ces années de bar, dans un style précis, humain, parfois lyrique.

Comme le souligne Philippe Jaenada dans sa préface, « on s’enivre d’une écriture magnifique, à la fois fluide et forte, toujours en équilibre. On y apprend surtout, avec l’impression distrayante d’observer simplement une maquette, vue d’en haut, un petit bistrot avec des petites personnes dedans, on y apprend surtout ce qu’est la vie sur terre. »

L’auteur :

Riche d'une solide expérience dans la limonade, François Perrin est aujourd'hui journaliste (Ce soir (ou jamais !), Standard, Le nouvel observateur, TGV Magazine...). Bois Sans Soif, paru aux éditions Rue Fromentin, est son premier roman.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandorInterview :

Nous étions quelques-uns à te supplier de publier un livre un jour, tant nous aimions ta plume. Pourquoi t’es-tu lancé dans cette aventure juste aujourd’hui ?

Je ne voulais pas forcer les choses. Je fonctionne énormément sous contrainte, que ce soit pour l’écriture ou pour la plupart de mes autres projets. Là, j’attendais simplement qu’un éditeur me demande de le faire concrètement. De manière très présomptueuse, je ne voulais pas partir moi même en quête d’un éditeur. Je me disais aussi que si ça ne sortait pas, ça ne sortait pas… et que ce n’était pas grave.

Ce texte est-il complètement inédit où tu t’es servi dans des textes antérieurs ?

Il y a des textes que j’ai écrits sur des sujets environnants dans différents blogs. C’était des réflexions générales sur les bars, sur des différents types d’alcool. J’avais donc des textes épars. Je n’avais pas de liants et je ne savais pas si j’avais envie d’en avoir. Au détour d’une discussion en marge d’un salon du livre, le Festival Etonnants Voyageurs, j’ai discuté avec les éditeurs de mon camarade Bertrand Guillot, Jean-Pierre Montal et Marie Barbier. Au fur et à mesure de la conversation, très alcoolisée d’ailleurs, j’ai développé des théories que je n’avais pas développées dans mes différents textes sur le rôle social du barman et son rôle fantasmé, voire sublimé. Pendant cette conversation éthylique généralisée, ils ont trouvé mon discours super.  Un peu plus tard, les effets de l’alcool envolés, ils se sont demandé ce qu’ils pourraient faire d’un livre avec un thème pareil. Ils ont fini par me tester en me demandant de travailler deux chapitres sur une communauté d’origine étrangère parisienne. Moi, j’ai bloqué sur mon idée originale et je leur envoyé un texte sur un bar tenu par un membre de la communauté en question. Ils ont compris et ont laissé tomber leur enquête initiale. Ils m’ont demandé de leur proposer un texte à moi sans garantie d’être publié. J’ai envoyé ce texte et l’éditeur à trouvé ça suffisamment honorable pour être publié. Il y a eu des corrections massives complètement justifiées. J’ai retravaillé l’ensemble.

Cela fait quelques années que je sais que tu écris sur les barmans et sur les bars, mais je françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandorn’avais  aucune idée précise de la façon dont tu allais traiter le sujet. Je ne pensais pas que ça allait être des « Brèves de comptoirs » bis, mais pas un texte si pointu et philosophique sur l’étude de tes contemporains.

Mon livre, si je dois  le synthétiser, est un roman théorique. Il y a une volonté d’écriture réellement littéraire et de l’autre côté, une vraie théorie avec des typologies de bars que l’on découvre grâce au parcours original d’un homme qui est passionné par ce genre d’établissements, leurs fonctionnements et les gens qui s’y réfugient.

Pour toi, un barman est un super héros. Il a plein de pouvoirs que n’a pas le quidam moyen.

J’ai bossé près de 10 ans dans des bars assez différents et je me suis rendu compte d’une chose : parmi tous les métiers que j’ai exercés, je ne me suis jamais senti aussi investi, au sens physique et sensoriel du terme, que derrière un bar. J’avais l’impression d’avoir des pouvoirs hyper sensoriels. La vision périphérique, par exemple, qui permet d’avoir des yeux dans le dos et de tout voir partout en même temps. Il y a aussi l’oreille à pallier qui permet de suivre trois conversations en même temps, tout en prenant une commande sur le côté et en ayant une partie du cerveau concentré sur tout ce qu’il se passe dans la salle. Ces super pouvoirs-là sont des exagérations de choses réelles existantes en termes de sens et de rapport à l’espace et à la physique.

Ton écriture est exigeante, sans concession à la facilité. N’as-tu pas peur de te priver d’une partie d’un éventuel lectorat ?

Peut-être… et sans doute, d’ailleurs. Pour être tout à fait honnête, il y a des gens, au bout de trois pages, ils vont comprendre que ce n’est pas pour eux. Mais depuis toujours j’écris comme ça. Quand j’écrivais sur les blogs on me reprochait d’écrire trop long, mais c’est comme ça que j’écris et c’est comme ça que je suis content de mes textes. Certains étaient énervés par mes digressions, car ils se demandaient si j’allais arriver quelque part. Je ne sais pas écrire autrement. Pour ce livre, en tout cas, j’avais envie d’écrire un texte littéraire. L’enquête journalistique, le « grand roman » avec une écriture exigeante et le livre drôle et pétillant ne se rencontrent jamais habituellement. C’est ce que j’ai tenté de réunir.

Tu es journaliste et critique littéraire… y avait-il de ta part une crainte de ne pas être à la hauteur ?

 Quoi que l’on fasse comme métier, il faut toujours se poser la question de la légitimité. Je maintiens aujourd’hui qu’en tant que critique littéraire, si je ne  me pose pas tout le temps cette question de légitimité, je n’ai pas à faire ce travail. Je ne connais pas tous les livres de la planète, même pas tous ceux de la rentrée littéraire, je sais qu’il y a des gens qui sont plus cultivés que moi, qui sont meilleurs lecteurs que moi, cela dit, j’essaie de faire au mieux et d’être intègre. À partir de là, c’est vrai que si je me lance dans un travail d’écriture, le but du jeu n’est pas de torcher un petit livre et d’attendre d’éventuels retours d’ascenseur.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandorÀ qui s’adresse ce livre ?

La population que j’ai fréquentée dans les bars et à laquelle je rends hommage dans le texte et en remerciement à la fin du livre ne sera pas spécialement les lecteurs les plus intéressés par ce livre et les plus visés. S’ils le lisaient, ils pourraient même trouver inconséquente ma démarche de m’autoriser à raconter ça tranquillement, alors que c’est leur métier et leur vie. Je n’ai pas la même trajectoire qu’eux, donc je suis un coucou dans un nid. J’ai piqué leur place, je raconte tout et après, je me barre. Sinon, je ne sais pas à qui s’adresse ce livre. Je n’ai pas de réponse exacte.

Tu as été barman pendant une période de 10 ans… tu dis que c’est le poste idéal pour observer ses contemporains. Le barman, selon toi, doit être caméléon. Il doit devenir ce que les consommateurs voudraient qu’il soit.

Je ne sais pas si c’est le cas de tous les barmans. Pour moi, et j’ai pratiqué ce métier ainsi, un barman doit être un exécutant idéal. Il est fondamental de pouvoir servir au mieux. Il doit être le majordome idéal. Pour ça, il faut être ce que les gens veulent que l’on soit et presque, au bout d’un moment, réussir à précéder, à deviner ce qu’ils veulent que l’on soit pour l’être. Du coup, c’est une dilution d’identité totale. Par exemple, si quelqu’un veut un abruti derrière le bar pour briller auprès de sa petite amie qui l’accompagne, moi, je veux bien jouer le jeu. Ça ne me dérange pas. Et au contraire, s’il veut un type un peu cultivé, je peux aussi tenir ce rôle. Je ne suis pas du genre à vouloir briller… je préfère lustrer les autres.

Aujourd’hui, quand tu es dans un bar, observes-tu toujours les barmans?

Pendant très longtemps, j’ai regardé les barmans ou les employés de bar de manière très envieuse, ce qui m’a poussé à le devenir moi-même. Il y a des moments, j’avais très envie, métaphoriquement bien sûr, de les assommer et de prendre leur place. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, car j’ai eu mon expérience personnelle dans ce milieu, mais mon œil d’expert sait apprécier ceux qui font bien leur boulot. Être bon ne veut pas dire être servile. Il y a des gens qui sont faits pour ça ou pas. Je le sens immédiatement.

Comment peut-on dire qu’un bar est le meilleur endroit pour étudier ses contemporains, alors que ceux qui s’y trouvent sont souvent dans un état d’ébriété avancée?

D’abord, ils ne boivent pas tous de l’alcool. Et ceux qui en boivent sont-ils tous moins naturels que les personnes sobres. Juste, ils ont un autre masque. J’ai toujours pensé que le bar est le seul endroit dans lequel on peut croiser tout le monde. Je persiste à dire qu’en terme qualitatif et quantitatif, un bar est le meilleur poste du monde pour observer l’être humain.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandorFaut-il être un peu schizophrène pour faire ce métier ?

Non, je ne crois pas. Dans mon cas, je suis bien dans mes baskets, et je ne suis pas dans le questionnement permanent sur moi-même. Je n’ai pas une identité puissante, j’ai juste une identité fluctuante, mais par jeu. Tu vois, toi qui me connais depuis longtemps, tu sais bien que j’adore changé de coiffure de manière parfois radicale, de porter la barbe, de l’enlever… ça fait partie de ce jeu. J’ai toujours un côté monsieur Patate.

Philippe Jaenada arrive à ce moment-là. François est à moitié étonné.

Quelle surprise, Philippe Jaenada, ici ! Bon, tu t’en doutais François ?

François Perrin : la semaine dernière, quand tu m’as imposé le jour, le lieu et l’heure pour ce rendez-vous, pas très loin de chez Philippe, j’y ai pensé. Mais hier, je l’ai vu quand je lui ai dit que je te voyais, il a parfaitement bien joué le rôle du type pas au courant. Et j’ai fini par douter. On parlait du jeu et de la dissimulation, bien joué Philippe !

Pourquoi as-tu choisi Philippe comme préfacier ?

François : C’était une évidence totale. J’ai rencontré Philippe quand j’ai commencé à être critique littéraire et tout de suite, il s’est passé quelque chose entre nous. C’était l’évidence. On est devenu des amis immédiatement. Quand j’ai fait lire mon texte à Philippe, il m’en a fait un retour plutôt enthousiaste. Ce n’était pas du tout dans le but de lui demander de faire une préface, car nous ne savions pas que nous allions en faire une.

Philippe, tu l’as écrit, tu n’aimes pas les préfaces et tu ne vois pas à quoi ça sert.

Philippe Jaenada : Je ne sais effectivement pas à quoi ça sert et je ne suis pas un très bon préfacier. Mais un livre sur les bars écrit par François Perrin, alors que je suis le plus grand spécialiste mondial de ce domaine et que François est mon pote, si ce n’est pas moi qui écris la préface, je meurs…

Tu dis à un moment que tu aimes les bars, les livres et François Perrin, enfin, la notion de François Perrin.

Philippe : En fait, François, c’est vraiment mon super pote, mais je ne voulais pas l’indiquer dans la préface… j’ai minimisé notre amitié. Je suis incapable de dire non à ce type-là, de toute façon. Mais, j’insiste sur le fait que j’ai lu ce livre en baignant dans un sentiment d’aise et de béatitude.

François, tu as profité de votre amitié pour qu’il te préface ton livre ? Ce n’est pas joli, joli…

François : Mais, je suis une énorme crevure, je me sers des gens.

Philippe : Ha ha ! Mais, il ne savait pas que je n’aimais pas les préfaces et que je n’en écrivais jamais.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor

Pendant l'entretien, le 16 décembre 2013.

Tu expliques dans la préface que c’est une sacrée responsabilité d’écrire une préface.

Philippe : Dans le cas présent, j’ai eu peur d’écrire une mauvaise préface. Peut-être est-ce renforcé parce ce que nous sommes amis. Je n’aime pas la notion de préface parce que soit c’est pour conseiller les gens de lire le livre qu’ils ont déjà entre les mains, soit les préfaciers dévoilent le contenu du livre et je ne vois pas l’intérêt. J’ai toujours estimé qu’écrire une préface est inutile, sauf pour se mettre en valeur. Moi, j’ai essayé de ne pas tomber dans ses écueils.  Mais je voudrais insister sur le fait que je suis très fier d’être dans ce livre. Mais vraiment ! Je ne savais pas que mon nom allait être sur la couverture, mais j’en suis très honoré.

Je me suis régalé à lire ta préface Philippe, je t’assure. J’ai souvent ri… l’humour étant l'une de tes marques de fabrique, ça ne m’a pas étonné.

Philippe : Il n’y a aucune prétention dans ce que j’ai écrit, je sais bien que ce n’est pas ma préface qui va faire que les gens vont continuer à tourner les pages. Comme tu l’as remarqué en la lisant, ce n’est pas une synthèse du livre, je dis juste que c’est un super livre et que je l’adore.

Oui, mais à ta manière. Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans le livre ?

Philippe : En dehors du fait que je retrouve un univers que j’aime, c’est le côté symbolique. Quand il décrit les bars et les bistrots, c’est comme s’il décrivait toute une ville ou toute une planète.

Quand François t’a fait lire son manuscrit, n’as-tu pas eu peur d’être déçu ?

Philippe : On a toujours peur de ça quand on a un ami ou quelqu’un qu’on aime bien qui nous fait lire un texte. D’ailleurs, il y a plein de gens que j’aime bien et dont je n’aime pas les livres. Si ma mère écrivait un livre, ce serait nul, ce n’est pas pour autant que je n’aimerais plus pas ma mère. Je dissocie les deux. Mais, là, je t’avoue que j’avais très envie que ce soit bien. J’aurais été emmerdé d’être déçu. Quand tu as été sincère dans un livre, si on te dit « je n’ai pas trop apprécié », c’est comme si on te disait, « je ne t’aime pas trop ». Ça m’aurait embêté d’être obligé de dire ça à François.

T’attendais-tu à un livre comme ça ?

Philippe : Je ne savais pas à quoi m’attendre. Soit à ça, soit à un livre plus léger et rigolard. Tu n’es pas sans savoir que l’écriture de François a deux côtés. Un côté très désinvolte, très léger, quand on s’écrit des mails par exemple et un côté plus travaillé, plus sensible, plus recherché dans ce qu’il écrit de manière plus officielle dans les blogs ou dans les différents magazines auxquels il collabore. Ce que j’admire dans ce livre, en dehors de ce que cela dit, c’est l’absence complète de compromission. Ce n’est pas un livre hyper grand public. La manière dont c’est écrit est très intègre. Je lui ai même dit qu’il y a des moments un peu risqués. Parfois, c’est même ardu, hermétique, alors qu’il aurait pu s’assouplir ou adoucir son texte pour que ça touche plus de gens. Je l’admire aussi pour ça.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor

Tu vas beaucoup dans les bars toi aussi. Fais-tu comme François, observes-tu la « population » qui y règne ?

Philippe : D’abord, je veux souligner que je suis d’accord avec tout ce qu’il a écrit sur les bars et ceux qui s’y trouvent. Tout est vrai. Concernant toute la partie « barman », je suis d’accord avec lui par procuration, parce que je ne l’ai jamais été moi-même. Cela étant, j’ai rencontré ma femme alors qu’elle était serveuse de bar. Mais, je ne sais pas quel regard ceux qui sont derrière le bar portent sur la clientèle. J’en parle souvent avec le patron du bistrot en bas de chez moi. Il me dit que l’énorme différence, c’est que lui ne peut pas partir. Tu dois te taper tout le monde, ceux que tu aimes et ceux que tu n’aimes pas. Par contre, en tant que consommateur, tu te diriges vers ceux que tu souhaites… s’il n’y a personne qui te plait, tu te casses. Je sais que François a un regard juste, sensible et lucide sur ce sujet et j’aurais pu écrire la même chose, mais avec moins de talent bien sûr. Une des choses qui fait que j’ai aimé, ce n’est pas seulement, le style, l’humour ou l’âme de François, c’est aussi que je reconnais tout ce qu’il raconte.

Toi aussi tu dis qu’il n’y a pas meilleur endroit pour connaître l’être humain, « la vie sur Terre » comme tu l’écris dans la préface. Je répète ce que j’ai dit à François, il y a quand même pas mal de personnes alcoolisées.

Philippe : Le type qui est bourré tout le temps n’est sûrement pas représentatif des autres, je te l’accorde. Mais des gens comme toi, moi ou François, qui de temps en temps picolent, ce n’est pas parce que notre état est un peu modifié par l’ivresse qu’on ne peut pas tirer de nos propos des enseignements sur l’espèce humaine. C’est la même chose pour la plupart des gens qui sont dans les bars. Être alcoolisé modifie peut-être les comportements, mais pas forcément les jugements.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor

Extrait de la préface de Philippe Jaenada : "Attention, on n’a pas là le petit livre sur les bistrots, le journal impressionniste du promeneur de comptoir, le vague traité de picologie à l’usage des buveurs de tilleul. Bien loin de là. On a dans les mains, tombé du ciel, le plus complet, le plus précis des manuels de vie en milieu baristique (...) On y apprend surtout, avec l’impression distrayante d’observer simplement une maquette, vue d’en haut, un petit bistrot avec des petites personnes dedans, on y apprend surtout ce qu’est la vie sur terre. Qu’on m’ôte les coudes si j’exagère."
Essayez donc d'ôter ses coudes à l'animal, tiens.

Pourquoi tu te sens bien dans les bars Philippe ?

Philippe : Je vous conseille la lecture de l’ouvrage Bois sans soif et vous comprendrez tout (rire). Sérieusement, j’aime le fait que tu rencontres des gens que tu n’aurais pas rencontrés dans d’autres circonstances. Pour ça, j’aime particulièrement les bars de quartiers. Les bars dans lesquels tu peux t’installer. Le bar en bas de chez moi, par exemple, est devenu mon quartier général depuis des années. Dans les bars que je ne connais pas, je suis uniquement spectateur. Il y a peu d’endroits où tu peux regarder les gens vivre, discuter, se confier et quand ils sont bourrés raconter des trucs très intimes à des inconnus. Dans le métro, tu n’entends personne te raconter « putain ma femme, quelle salope ! Elle m’a trompé ! ». François en parle très bien dans le livre, quand tu as ton bar habituel, celui dans lequel tu te rends tout le temps, non seulement tu es spectateur, mais tu peux aussi intervenir. Dans mon bar, je discute avec des avocats des Prudhommes, avec des plombiers, avec des toxicos, avec des flics, avec des voleurs. Le monde serait parfait si dans la rue on pouvait croiser quelqu’un et lui dire : « Viens ! On va discuter quelques minutes… ». Tu ne peux pas agir comme ça. Dans les bars, si. Avec le côté pratique de pouvoir te barrer quand tu veux et la possibilité de raconter ce que tu veux. Parfois, je m’amuse à faire des confidences super intimes sur ma vie de couple par exemple.

François : Ce que tu ne fais jamais dans les livres… tu es assez secret sur ta vie de couple (rires).

Philippe : (faussement vexé) Tu es drôle aujourd’hui, dis donc.

Écris-tu dans les bars Philippe ?

Philippe : Non, jamais. Je pense que tu écris comme tu as commencé à écrire. Mon père m’a offert un des premiers micro-ordinateurs et j’ai commencé à écrire là-dessus. Aujourd’hui, je ne peux qu’écrire sur ce micro-ordinateur.

Et as-tu déjà chopé des idées de personnages ?

Philippe : Oui, souvent. Les gens dans les bars me servent de personnages secondaires

Et toi François ?

François : Je n’écris jamais dans les bars. Pourtant, la moitié de ce livre, je l’ai écrit dans le bar d’en bas de chez moi. Pas physiquement. J’y ai passé du temps, j’ai médité, réfléchi, carburé au vin blanc notamment, et en rentrant chez moi, j’alignais les lignes tout seul sans difficulté.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandorAs-tu écrit ce livre parfois un peu alcoolisé ?

François : Certains passages ont été écrits sous l’emprise de l’alcool, mais après, je les ai retravaillés. Il y avait des passages illisibles et d’autres que j’ai gardés tels quels. D’ailleurs si on s’arsouille au vin rouge, au vin blanc ou à la bière, on n’écrit pas la même chose et de la même façon.

Tu es d’accord avec ça Philippe ?

Philippe : Je ne suis pas sûr. Je ne sais pas en fait. Moi, il y a longtemps que je n’écris plus bourré. Bukowski, il écrivait toujours bourré, voire ivre mort, mais ça se sent dans certains de ses livres. Avec François, ça ne se voit pas. Peut-être es-tu aussi bizarre quand tu es sobre que quand tu as picolé?

Je voudrais revenir à votre amitié tous les deux. Comment vous êtes-vous connus ?

François : C’était en 2006, j’accompagnais un ami, Fabien Ory, dans un salon du livre. Fabien était un grand fanatique de Philippe Jaenada, que je ne connaissais pas et que n’avais jamais lu. Il me l’a présenté et assez rapidement on a commencé à discuter en picolant. Après nous sommes allés diner avec d’autres personnes et c’était très chaleureux entre nous. Très gentiment, à la fin du diner, Philippe m’a proposé de venir avec lui en taxi pour nous rendre dans son troquet historique, celui dont il parle dans ses livres. On a joué aux cartes toute la nuit.

Philippe : Ce soir là, ivre mort, je me suis effondré d’un tabouret. Il m’a rattrapé sept fois, mais pas la huitième.

Philippe, tu penses quoi de François ?

Philippe : Ces choses-là ne se disent pas… (Il fait le gêné) François est pile le genre de personnage que j’apprécie et que j’aime. J’aime les gens normaux qui ne sont pas trop prudents, trop raisonnables, ni trop rebelles ou trop fous. Tu sais, moi, je fréquente surtout des auteurs, parce que je vis enfermé dans ma grotte avec ma femme. Les seuls moments où je sors, c’est pour aller dans des salons du livre. En fait, je ne sors jamais. Mais j’aime me retrouver avec François. Avec ma femme et mon fils de 13 ans, François est l'une des personnes que je vois le plus au monde. Et en plus j’aime ce qu’il écrit. C’est mon pote quoi !

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor

Avec Philippe Jaenada et François Perrin, après l'interview, le 16 décembre 2013.

Et merci 1000 fois à Philippe Jaenada pour sa participation, lui qui n'aime pas du tout les interviews... Il ne m'a rien demandé, mais je lui fais une petite pub pour son dernier livre.

françois perrin,philippe jaenada,bois sans soif,interview,mandor

23 décembre 2013

DHÖO : interview pour l'album •• SAISON#1

dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

Je connais cet homme depuis longtemps… je ne sais pas s’il souhaite que je dévoile son identité, donc, je ne la dévoile pas. Nous avons fréquenté la même radio à la fin des années 80, celle du chanteur Daniel Guichard, Radio Bocal. Nous avons pris des chemins différents, mais j’aime parfois qu’ils se recroisent.

DHÖO, puisqu’il se fait appeler ainsi depuis quelques années, sort un très joli ouvrage, mettant en scène les deux points du O de son nom. Je ne vous en dis pas plus. Tout est expliqué dans l’interview. Une interview surprenante qu’il faut lire en sachant que nous n’avons pas tous la même perception des choses…

dhÖo,•• saison#1,interview,mandorAuto explication de qui est DHÖO :

On me demande souvent "Mais qui est DHÖO ?" 

Je réponds avec malice : "Vous voulez dire d’où vient-il ?" 

DHÖO, comme son nom l’indique, ambitionne d’apporter sa quote-part de douceur militante à cette planète. Une contribution parmi tant d’autres, certes, mais dans ce domaine, on ne sera jamais trop d’être plusieurs.

Passons au "JE" : mi-artiste, mi-consultant, mi-auteur, mi-journaliste, mi-enseignant, mi-coach, mi-chercheur, mi-jongleur ou acrobate…

Je suis une succession de moitiés que je prends un malin plaisir à combiner pour explorer de nouveaux territoires ou plus humblement, redécouvrir ou cultiver ceux que d’autres ont déjà foulés.

Contrarié par les classifications, j’ai donc inventé le métier de Social Performer ©, habilement déposé à l’INPI pour en affirmer la légitimité. Le matériau du Social Performer est celui des émotions et des relations humaines. Il s’applique, tel un artisan, à les mettre en scène, les sublimer ou parfois,  simplement, à leur rendre leur liberté.

L’idée, c’est de ne pas contribuer au vide ambiant, de s’affranchir des modes communicants dominants, d’offrir une alternative qualitative à un excès d’information et de consommation, à cette soupe crasse factice et nocive ingérée insidieusement jour après jour et que chacun puisse se réapproprier les champs de l'intelligence et de la sensation, avec sincérité et bienveillance. L'idée est un combat.

L’envie, c’est de réinjecter du sens, d’offrir un supplément d’âme pour mieux se reconnecter à soi-même comme aux autres, de faire bouger les lignes, de bousculer les frontières, d’être un empêcheur de penser en rond et de faire confiance en son intelligence intuitive et émotionnelle.

La nourriture, c’est la curiosité, le partage d’autres vies, d’autres expériences, d’autres talents. Remonter les fils avec gourmandise pour que chacun puisse se tisser un habit sur-mesure et à son tour, s’éclaire et conseille l’autre.

dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

DHÖO cherche l’invisible d’autres mondes si proches qu’ils se juxtaposent au nôtre. La lumière est partout… mais à force de vitesse, d’urgence, d’orgueil, de possession, d’excès, on ne la voit pas, plus ou mal.

DHÖO relève avant tout d’une conscience exacerbée du monde et d’une recherche constante d’équilibre, entre contemplation et action.

DHÖO apprend en permanence… au travers d’actions multiples, en expérimentant, en prenant la parole, en encourageant celle des autres, dans leurs différences et leur pertinence.

Puisque les règles l’imposent, il s’agit bien entendu de donner forme à ce propos… avec la conscience que communiquer, produire, induit le risque de polluer, de satisfaire à outrance l’égo alors que la quête est tout autre.

dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

Interview :

Ton personnage, je sais que c’est une philosophie de vie et de travail. Mais au fond, qui est DHÖO ?

À la base, j’avais une agence de communication et je travaillais souvent avec des clients importants. Mais la satisfaction intellectuelle et humaine était insuffisante… j’ai ressenti le besoin de me nourrir d’autre chose que de la recherche systématique de profit. Il y a 10 ans, quand j’ai écrit mon premier roman, Le dernier paquet, j’ai envisagé de prendre ce pseudo, DHÖO, puis je l’ai laissé tomber. Avec ce que j’entreprends aujourd’hui, je l’ai fait renaître de ses cendres.

Ça ne répond pas à ma question. DHÖO, c’est qui ?dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

Je continue mon histoire, alors. J’ai repris du temps pour moi. J’ai pris du temps pour m’immerger dans la lecture. J’ai écrit une pièce qui s’appelle Calligramme. L’histoire d’une femme qui se retrouve enfermée dans un musée et qui va se découvrir elle-même à travers des tableaux. C’est un voyage, une quête existentielle. Je voulais que l’on découvre la peinture, non pas dans sa valeur représentative, mais vraiment dans la sensation et la perception. Ça m’a amené à lire beaucoup d’ouvrages sur l’art, notamment beaucoup de biographies de peintres. C’est une très belle histoire qui sera peut-être montée un jour sur scène. J’envisage même d’en faire un livre illustré. Petit à petit, je me suis reconnecté à plein de choses. Il y a un an et demi, j’ai lu Le manifeste du surréalisme d’André Breton, et là tout m’est paru plus évident. Parfois, j’ai l’impression d’être connecté à tous ces gens-là. Guillaume Apollinaire, Henri Laborit, Francis Picabia, Jung, Bachelard, K.Dick, Bourdieu, Bergson... j’ai l’impression qu’ils sont venus me chercher et que je suis en contact avec eux. Je ne comprends pas toujours tout, mais j’essaye de redonner un sens à cet ensemble. 

Tu ne réponds toujours pas à ma question. On peut dire, en tout cas, que DHÖO  est un être à part.

C’est bien beau de dire qu’on est différent, mais ça ne suffit pas. Donc, j’ai voulu me nourrir en me remettant à lire et en nourrissant ma dimension critique. Avant, ma dimension critique était celle d’un enfant gâté de la publicité.

Tu ne dis plus publicité, d’ailleurs. Tu dis « réclame ».

« Réclame », c’est le vrai premier mot. On est juste là pour que les gens réclament quelque chose. J’aime bien ce mot un peu second degré, un peu galvaudé, désuet. Je trouve que la pub est d’ailleurs très désuète aujourd’hui.

dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

Quel est ton discours de fond ?

Je veux contribuer à ce que chacun puisse se reconnecter à soi et aux autres. Je veux injecter du sens et un supplément d’âme. Aujourd’hui, il y a une vacuité et une urgence permanente, ainsi qu’une accélération du temps. Et surtout, on est très peu centré sur l’essentiel. De ce que l’on est soi et de ce que l’on peut être avec l’autre. Au bout d’un moment, il faut donner l’exemple. Il faut donc se nourrir et s’interroger, ce qui implique parfois de se radicaliser et d’être en rupture par rapport au système de pensée dominant.

Tu ne peux quand même pas t’exclure du système ?

Je refuse parfois certains types de clients. Certains comprennent le sens de ma démarche et me disent : « j’aime bien ta façon de penser, j’aime bien ce que tu peux m’apporter, que peut on faire ensemble ? » J’aime défricher, offrir et co-construire des façons de penser et d’agir alternatives… quels que soient les supports… et avec toute l’humilité nécessaire.  

Tu souhaites redonner un peu de sens et un peu de temps de réflexion ?

Aujourd’hui, on est vraiment dans une ère de la polémique, de la réaction, de l’opinion… mais moi je voudrais savoir ce qu’il se passe quand on se remet à réfléchir. C’est pour ça que j’ai lu d’autres personnes qui sont mieux formées que moi pour le faire. En gros, je suis allé au fond de la mine, j’ai creusé, j’ai découvert plein de pépites que j’ai assemblées. Je suis concepteur à la base, mais mon véritable talent, c’est de syncrétiser  et de synthétiser. Il y a tellement d’informations de toute part aujourd’hui. J’aime pousser les gens à révéler ce qu’ils ont en eux… ce que le système nous empêche parfois de voir et de faire. J’ai accumulé toute une matière et j’ai écrit ma bible en mettant à plat les questions suivantes : qu’est-ce que je suis ? Quel est mon combat ? Quelles sont mes valeurs ? Qu’est-ce que j’ai à défendre ? Qu’est-ce que j’ai envie de changer dans ce monde ? Ça a correspondu à mes petits abrégés et l’aventure des deux points.

dhÖo,•• saison#1,interview,mandorComment sont nés les deux points ?

Je remercie vivement Marc Antoine Mathieu, l’un des plus brillants auteurs de bande dessinée. Il faut à tout prix que tes lecteurs et toi lisiez Dieu en personne. Il raconte comment Dieu agirait s’il arrivait sur Terre aujourd’hui. Comment il serait pris en charge par la société, par les médias, par les juges, par les scientifiques… l’histoire est ultra intelligemment construite et très nourrie. En lisant ça, je me suis fait la réflexion que j’aimerais faire un truc aussi intelligent. L’intelligence, je peux la travailler, mais en revanche, je ne sais pas dessiner. J’ai pensé alors aux deux points qu’il y a au-dessus de DHÖO. Ils ne servaient à rien, alors, je leur ai donné la parole. J’ai commencé à les mettre en place dans un graphisme épuré, afin que tout soit centré sur le propos.

Teaser de •• SAISON#1

Tu t’inspires de la physique quantique dans les aventures des deux points.

Quand tu t’intéresses à cet ensemble de théories physiques, tu commences à percevoir le monde différemment et à comprendre qu’il existe plusieurs strates de réalité. J’ai mis deux points sur un fond blanc et je les fais discuter. Il y a des considérations philosophiques et scientifiques, notamment. Les planches sont épurées, mais je mets parfois une demi-journée à en concevoir une seule. Je vais chercher le mot et la pensée justes. Je veux que chaque planche se suffise à elle-même, mais que, quand tu as fini le bouquin, tu puisses y revenir plusieurs fois, et qu’au bout d’un moment cela ait une incidence sur ta façon de penser. Le lecteur doit se rendre compte qu’il existe d’autres façons de penser que celles que l’on nous impose ou que l’on s’impose insidieusement.

C’est souvent spirituel.

Merci de ne pas avoir dit « drôle ». Tu as choisi le mot juste : spirituel. Il y a dans ce que je fais, une dimension absolue du dieu qui est en nous dans mon travail. Il y a beaucoup de religieux derrière les aventures des deux points. Quand tu t’intéresses à la philosophie, à la physique quantique, la religion n’est jamais très loin.

Tu te sens connecté avec tes deux points ?dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

C’est exactement ça. Je suis en contact avec eux. Je crois beaucoup en la vision du jésuite, chercheur, paléontologue, théologien et philosophe, Pierre Teilhard de Chardin sur la noosphère. Dans les années 50, il a échafaudé une théorie que je trouve judicieuse. Avec le développement de la population numérique, mais aussi avec le développement d’une façon générale, il y aurait des couches de savoir et de connaissance qui vivraient dans une couche atmosphérique qui permettrait de relier les individus et de les connecter les uns aux autres. Ce n’est rien d’autre que ce qu’est le web aujourd’hui. Mais un web qui est un peu perverti. Je pense que ces connexions existent quand tu arrives à penser différemment et à être en pleine conscience des choses. Au bout d’un moment, ces choses peuvent rentrer en contact avec toi. 

dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

Dans ton métier, s’imposer tel qu’on est n’est pas fréquent.

Certains le font, mais nous sommes encore isolés et minoritaires. Le métier de communicant impose d’influencer, voire de manipuler là où il faudrait à mon sens avant tout informer, créer du lien, développer le libre arbitre et faire confiance en la nature humaine de chacun. Il y a encore du travail et ce n’est pas gagné.

Tu te sens plus toi ou plus DHÖO ?

DHÖO, c’est moi, François. DHÖO, c’est un avatar qui est un absolu et un modèle. Il m’évite de rester sur place par rapport à là où je peux être de façon terrestre. DHÖO  me tire et me pousse à la fois.

Existe-t-il des « fans » de DHÖO ?

On ne peut pas dire ça. Il y a quelques personnes qui suivent mon travail, mais le terme « fan » n’est pas le bon. Je ne cherche pas la notoriété. Je cherche la relation qualitative avec des gens qui sont déjà dans un état d’esprit similaire au mien et qui vont s’agréger naturellement.

DHÖO va-t-il exister longtemps ?

Pour le moment, il a beaucoup de choses à faire. Entre autres, il se prépare à monter sur scène.

Il ? Toi, donc ?

Oui. C’est une expérience nouvelle. Je pense avoir pas mal de choses intéressantes à partager. Je me situe à la convergence de différentes activités. Je suis créatif, coach, penseur. Au bout d’un moment, tu en tires des réflexions et tu as envie de les communiquer sous une forme nouvelle. Je ne veux pas faire un spectacle qui dise  « j’ai la vérité, il faut penser comme ça », mais un spectacle qui pousse à re-réfléchir le monde qui nous entoure. J’adore faire des choses que je n’ai jamais faites… et l’important étant de s’amuser, alors autant tester. Le spectacle est écrit. J’ai déjà fait de nombreuses lectures. Je suis passé de 2h45 à 1h15.

As-tu des références en matière d’humoriste ?

Non. Mais le travail de Franck Lepage est une vraie source d’inspiration. C’est un garçon qui bossait dans l’éducation populaire au ministère de la Jeunesse et des Sports. Il fait des conférences intitulées « Incultures ». Ce sont des conférences gesticulées dans lequel il ajoute beaucoup d’humour. Il aborde de façon critique le rôle de la culture et de l’enseignement dans la société.

Inculture(s) 1 - La culture : « L'éducation populaire, monsieur, ils n'en ont pas voulu » ou « Une autre histoire de la culture ». Conférence gesticulée par Franck Lepage de la Scop « Le Pavé » (Coopérative d'éducation populaire). Petits contes politiques et autres récits non autorisés enregistrés le 21 mai 2007 à l'espace Jemmapes de Paris.

Tu veux donc créer un spectacle proche de son travail ?

Je veux faire des conférences gesticulées, mais en ajoutant une dimension émotionnelle. Je souhaite aborder des thèmes comme le temps, le mensonge, l’amour, le bonheur… C’est un spectacle sur la réappropriation. Aujourd’hui, on nous a dépossédés de beaucoup de choses, notamment de l’intelligence. On a peu d’occasions de réfléchir par soi. En général, nos pensées sont liées à ce que l’on peut voir dans notre environnement. Les sondages d’opinion vont forger nos propres opinions. On nous a aussi dépossédés du temps. Il faut se réapproprier la maîtrise du temps. Du temps pour ne rien faire. Du temps pour bien faire les choses. Se réapproprier aussi la sensation. Se reconnecter à soi-même… Je raconte dans ce spectacle qu’on est tous des artistes ou des philosophes en puissance.

En fait, tu délivres la bonne parole ?

Ce n’est pas la bonne parole. C’est une histoire de miroir en fait. Je crée de l’échange. Il y a peut-être un côté évangélisateur, mais je n’ai pas de vérité. Mon but est de révéler la vérité qu’il y a en chacun, qui est souvent le fruit de ce qu’il a vécu, des drames qu’il a pu traverser, de sa situation financière, personnelle ou sentimentale. Il y a une chanson interprétée par Julien Clerc et que j’adore : Utile. Je vais te raconter une anecdote. Un jour je croise l’auteur de cette chanson, Étienne Roda-Gil  par hasard. Je lui remets mon roman tout juste sorti, Le Dernier Paquet. On discute un peu, puis j’allais repartir de peur de déranger… il me retient et me demande une dédicace… moi, jeune auteur insignifiant face au maître… Dans l’anodin, il venait de me donner quelques vérités sur la vie.

Clip de "Utile", interprété par Julien Clerc sur un texte d’Étienne Roda-Gil. 

dhÖo,•• saison#1,interview,mandor

Avec DHÖO, après l'interview, le 2 octobre 2013.

30 novembre 2013

Maxime Chattam : interview pour Autre-Monde 6, Neverland

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

(Photo : agence Anadore)

Il y a deux ans, j’avais déjà interviewé (par téléphone) Maxime Chattam, pour le livre 4 de la série Autre-Monde, Entropia. Je n’étais pas du tout allé au fond des choses. J’étais même déçu de cette conversation sans grand intérêt. Je n’aime pas les « phoners ». Pour réaliser une interviewe honorable, j’ai besoin d’avoir la personne interrogée devant moi. Voir ses yeux. Analyser son comportement. Écouter ses silences. Rebondir sur ses propos. J’ai besoin du contact humain. Pour la sortie du livre 7, Neverland, de cette même série, j'ai rencontré Maxime Chattam, le 21 octobre dernier, dans les locaux de sa maison d’édition, Albin Michel. Entre deux séances de signatures de son service de presse, il m'a accordé une heure de son temps. 

Voici le fruit de cette conversation, publié dans Le magazine des loisirs culturels des magasins Auchan (daté des mois de novembre et décembre 2013).

Ensuite, je vous propose une version longue de cette interview.

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

Intro en version plus lisible:

La série de Maxime Chattam, « Autre-Monde » déjà traduit dans une dizaine de langue, est un véritable succès. Dans ce 6e tome (l'avant dernier), le deuxième Cœur de la Terre a été détruit par l'ennemi et l'Alliance des Trois a explosé. Laissés pour morts et séparés, les trois héros Matt, Ambre et Tobias vont devoir survivre chacun de leur côté. Cette nouvelle aventure prépare le grand final de la saga et l'heure de percer les ultimes secrets d'Autre-Monde se rapproche...

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen kingBonus mandorien :

Je me souviens que lors de notre première interview, vous m’aviez dit qu’Albin Michel était très frileux pour entamer cette série.

J’ai la chance d’avoir une maison d’édition qui écoute ses auteurs. Donc, quand je débarque en disant que j’ai un nouveau projet qui n’a rien à voir, mais qui me tient à cœur, on m’écoute  toujours. Alors que j’écris habituellement des thrillers, quand j’ai expliqué Autre-Monde, j’ai senti un léger scepticisme au point qu’ils m’ont demandé si je ne voulais pas l’écrire sous un pseudonyme. Il y a eu des discussions et au final, c’est sorti sous Maxime Chattam parce que ça fait partie de mon univers et que ça me correspond parfaitement. Aujourd’hui, je suis connu pour des polars un peu noirs et documentés et de temps en temps, pour du fantastique grand public. Un jour, on apprendra aussi que j’aime le fantastique « adulte » qui fait peur. Je ne me m’interdis rien parce qu’avant tout, j’aime écrire, j’aime partager ma passion de l’écriture et mes univers quels qu’ils soient. J’ai besoin de tous ces univers-là, ils font partie de moi, ils me nourrissent et, du coup, quand je me mets devant un cahier de notes ou devant mon écran pour écrire, ce qui vient n’est pas nécessairement calibré dans un genre particulier. Au contraire, ce qui vient, c’est ce que je suis, c'est-à-dire un mélange de plein de choses.

Juste, il faut que vous restiez cohérent dans ce que vous écrivez…

 C’est exactement ça ! Si  je suis parti vers une enquête policière, j’essaie de rester cohérent à cet univers d’enquête policière documentée, stricte, avec une vraie structure narrative complexe.

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen kingLa série Autre-Monde a trouvé immédiatement son public. Dès le premier volet, L’alliance des Trois.

Ça, c’est une vraie surprise. Les deux fois dans ma vie où j’ai fait des changements particuliers, mon roman fantastique, Le 5e Règne, mes romans d’aventures « grand public », un peu à la Tom Sayer, Harry Potter et compagnie, qui est cette série Autre-Monde, les gens suivent. Très honnêtement,  je m’attendais à ce que les gens ne suivent pas. Avec mon éditeur, on avait de longues conversations durant lesquelles on finissait par admettre qu’on allait en vendre beaucoup moins. On avait décidé d’aller au bout de la série, même si elle ne fonctionnait pas. J’en avais besoin.

Et ce besoin d’écrire se traduit de quelle manière ?

C’est mental. Imaginons une semaine où je n’écris pas, ça me démange. J’ai tellement d’idées que ça crée un embouteillage dans la tête… ce qui fait que j’ai du mal à me concentrer sur autre chose dans ma vie. Quand vous êtes au régime pendant 15 jours, à un moment donné, vous avez envie de dévorer une bonne pizza. Et vous le faites parce que vous n’en pouvez plus. Je ne sais pas si mon cerveau sécrète de la dopamine, mais ce n’est pas impossible (rire). Je suis dopé à l’imaginaire et aux choix des mots.

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

Le 21 octobre 2013, jour de signature de ses "services de presse".

Il faut jubiler pour écrire ?

Moi, je dis oui, mais beaucoup d’auteurs parlent de souffrance quand ils écrivent. Parmi ceux-là, certains ont écrit des chefs-d’œuvre. Moi, je ne verrais aucun intérêt à écrire dans la souffrance. Au contraire.

Vous faites très attention à la réalité, l’exactitude des faits que vous écrivez.

Quand je lis un livre, même un roman policier, donc un divertissement, si on me dit que tel produit de la police scientifique permet de relever les traces de sang sans altérer l’ADN, je vais le croire. J’estime qu’il y a une sorte de pacte passé entre le lecteur et l’auteur. Je ne supporte pas un roman dans lequel on me balance des choses comme si c’était de grandes vérités, parfois scientifiques, et que je finis par me rendre compte que ce sont des inventions de l’auteur. J’ai l’impression de m’être fait berner par des mensonges. Je ressens ça comme une trahison. Moi, j’ancre mes récits dans une forme de réalisme. Les lieux que je décris existent, les procédures scientifiques et techniques existent. J’essaie de ne pas faire trop d’erreurs. Par conséquent, il y a un vrai et long travail de préparation en amont.

Dans  la série L’Autre-Monde, en 7 volumes,  il y a beaucoup de personnages, de planètes, de noms compliqués… comment vous y retrouvez-vous ?maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

Pour cette série, j’ai deux cahiers différents. Un cahier pour les personnages, la chronologie de toute l’histoire, les notes principales pour vérifier la cohérence. Et j’ai un deuxième cahier où j’ai tout ce qui est bestiaire, géographie, les peuples, l’univers de mes mondes. J’y fais des petits croquis, des plans… bref, ça me permet de visualiser certaines scènes et de n’oublier aucun détail.

Pour revenir à ce que vous me disiez tout à l’heure… vous continuez à croire beaucoup à l’enfant.

Alors qu’un enfant devient un jour un adulte... Mais je suis convaincu qu’un enfant peut inverser la donne et changer les choses. Pendant longtemps, j’ai pensé qu’on était perdu d’avance. J’étais très misanthropique et très fataliste. Plus je vieillis, plus le temps avance, plus je retrouve un peu d’espoir. Je crois que, s’il y a quelque chose à sauver de l’humanité, c’est l’enfance. La réponse est dans l’éducation, dans la lecture et dans le rêve. C’est pour ça que je suis fier de faire ce métier-là. Plus les enfants liront, plus les adultes liront, plus je serai heureux. Le modeste romancier populaire que je suis, croit qu’écrire peut servir à beaucoup de personnes. Moi, je veux distiller en chacun des notions de respect.

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen kingVous sentez-vous adulte ?

Je me suis longtemps posé la question. Qu’est-ce que c’est qu’être un adulte ? Mon roman Le 5e règne pose la question et apporte un début de réponse. Sinon, oui, depuis quelques années, je suis adulte. J’en ai conscience. Je suis adulte, mais je continue de nourrir le gamin qui est en moi. D’abord parce que ce gamin-là m’a fait rêver pendant longtemps et il n’est pas mort. Il existe encore quelque part. J’ai été très longtemps nostalgique de mon adolescence. Aujourd’hui, j’ai fait la paix avec ça, parce que j’en ai fait le deuil. De temps en temps, j’ai envie de me regarder dans le miroir et de demander au gamin qui est en moi : est-ce que tu es content de ce que tu es devenu ? Est-ce je n’ai pas merdé en chemin ? Est-ce que je ne me suis pas fourvoyé ? J’ai l’impression, pour l’instant, que la réponse est non, mais il faut continuer d’être vigilant. La route est longue.

En plus vous êtes papa.

Oui, mais ceci dit, des papas gamins, j’en connais plein.

Non, mais c’était pour inclure un peu de peopolisation dans cette mandorisation.

(Sourire) Cela dit, fondamentalement, d’être papa me change et m’ouvre les yeux sur des tas de trucs.

Je reviens sur un terme que vous avez employé sur vous-même : je suis un modeste auteur populaire…  Modeste et populaire, ça va ensemble ?

Oui. Je fais de la littérature populaire, c'est-à-dire pour tout le monde. Je n’ai aucune prétention littéraire et je ne milite pas pour avoir le Goncourt un jour. J’écris le mieux possible pour servir le fond de mon livre. Je soigne la forme le mieux possible pour qu’elle corresponde au fond. J’insiste sur ce point. Je fais de la littérature de divertissement que je pense efficace. C’est ce que j’aime lire et ce que j’aime écrire. Avant tout, mon lecteur type, c’est moi. Si je ne me fais pas plaisir pendant l’écriture, je ne publie pas. J’écris jusqu’à ce que ça marche. J’estime être modeste parce que je n’ai pas la prétention de changer le monde et d’être un auteur très pompeux. Ce n’est pas parce que j’ai vendu beaucoup de bouquins que cela fait de moi une référence. Je suis très lucide par rapport à ça.

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

Est-ce que lorsqu’on vend autant que vous permet d’être zen à chaque sortie de nouveau roman ?

J’essaie de ne pas raisonner dans ces termes-là sinon ça me paralyserait dans l’écriture. Si je commence à me dire qu’il faut que j’écrive pour que ça plaise, que je fasse 100 000 lecteurs pour le livre en cours sinon je vais tomber en dessous de ce que je vais faire d’habitude,  il y a un côté tyrannie du succès que je ne veux pas vivre.  Je crois qu’il n’y a rien de pire. Moi, je ne connais pas la page blanche parce que je ne me pose pas la question de la destination. La destination, c’est moi. Je me fais plaisir. C’est une fois que je relis le livre terminé qu’éventuellement je commence à envisager un lecteur type. Quand le livre sort, j’ai une angoisse, mais je ne peux pas y faire grand-chose.

Oui, mais vous y pensez.

Quand un livre sort, je suis déjà en train d’écrire le suivant. C’est le meilleur moyen de penser à autre chose. Je croise juste les doigts pour que ce qui sort de ma cervelle continue à plaire au plus grand nombre. Il ne faut pas se leurrer, quand on publie, on met ses tripes sur la table. Un roman c’est comme un bébé que vous présentez à vos amis. Si les gens vous disent qu’il est moche, qu’il a les oreilles décollées et qu’il louche, ça vous fend le cœur. J’ai écrit 18 bouquins et ce sentiment reste le même à chaque fois.

18 livres, ça commence à constituer une œuvre, non ?

Oui. Parfois, je me demande si je n’écris pas trop vite. Je relisais récemment des interviews de Stephen King et il expliquait qu’à l’époque où ses romans cartonnaient le plus, il publiait trois livres par an. Et des pavés à chaque fois. Je me dis que, finalement, je suis un petit joueur.

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen kingVous continuez de le lire, Stephen King ?

Évidemment. Oui, à tel point que je ne peux pas attendre la traduction française. Stephen King reste la référence absolue d’imaginaire. C’est l’auteur qui m’a ouvert les yeux à la lecture et qui m’a donné envie d’écrire. Il ne s’en doute pas, mais c’est aussi l’auteur qui m’a conseillé dans l’écriture. Quand j’ai commencé l’écriture de nouvelles et de romans et que j’avais des doutes, je me replongeais dans un de ses livres et la situation se débloquait. Le lire répondait à mes questionnements sur la littérature et l’écriture. Rassurez-vous, je ne suis pas en train de dire que j’estime être à son niveau, loin de là, mais ça répondait à des angoisses de jeune auteur.

maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

Maxime Chattam lors de la soirée exceptionnelle avec Stephen King au Grand Rex, le samedi 16 novembre 2013, à Paris.

Vous êtes fans de lui ?

Oui, clairement. Pas fan qui se prosterne, mais fan très admiratif de son œuvre. Je vois sa cohérence et sa qualité… Il a 50 romans à son actif, j’en ai 18. Dans ses 50 romans, il n’y a rien à jeter. C’est dingue à quel point il a maintenu le cap.   

Vous écrivez combien d’heures par jour ?

Moins qu’avant. Avant, j’étais un peu dingo. J’écrivais 7 jours sur 7. Je ne vivais que pour l’écriture. Ça se voyait. Je pesais 25 kilos de plus qu’aujourd’hui. J’étais tellement enfermé dans le fait de juste écrire que je n’étais pas heureux dans ma vie d’homme. A un moment, j’ai juste ouvert les yeux sur le reste du monde. Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre. Quand on est marié et qu’on est papa, on souhaite avoir une vie de famille normale.

Heureusement, l’animatrice Faustine Bollaert, votre femme, est bien occupée.maxime chattam,autre-monde,neverland,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,stephen king

Heureusement, oui. On arrive à ménager nos emplois du temps. Moi, j’écris 5 jours par semaine entre 6 et 10 heures par jour.

Ce sont de bonnes journées !

Et j’avoue que de temps en temps, quand je suis en fin de roman et que ça me démange, ma femme m’embrasse tendrement sur la joue, le samedi matin, et me dit : « Je sens que ça te démange. Lève-toi ! Va écrire ! On se revoit dans l’après-midi, mon amour ».

28 novembre 2013

Arnaud Dudek : interview pour Les fuyants

arnaud dudek,les fuyants,interview,alma

Je devais rencontrer Arnaud Dudek à l’occasion de la sortie de son premier livre Rester sage. Il n’habitait pas à Paris, ça a été compliqué à organiser. J’avais tant aimé le premier que je n’ai pas voulu louper le second… Pour Les fuyants, impossible, donc, de le laisser m’échapper. Nous avons petit-déjeuné ensemble (micro ouvert) le 27 septembre 2013, à la terrasse d’un bar, à proximité de la Gare Montparnasse. Ça caillait sévère, mais l’ambiance était fort chaleureuse.

les-fuyants.jpgNote de l’éditeur :

Dans la famille Hintel quatre hommes décident d’en découdre avec la filiation. Mais l’herbe est-elle vraiment plus verte ailleurs ? Une tragi-comédie tendre et rosse, désopilante à souhait, construite comme un Rubik’s cube.

Jacob, David, Simon et Joseph Hintel n’ont pas vraiment l’esprit de famille chevillé au corps. Les uns après les autres, ils s’évaporent. Adieu famille, moquette et vieillesse : la vie, même ordinaire, est ailleurs. Courage, partons. Les trois premiers fuyants connaîtront des fortunes diverses : Jacob pose ses valises au pays de l’ennui (sidéral), David choisit les contrées éternelles (il avale un insecticide), Simon part en quête de sagesse à marche forcée (en devenant oncle actif à défaut d’être mari ad hoc). Seul le petit dernier, Joseph, hacker farouchement marxiste et amoureux transi, brise la ligne de fuite et les habitudes de la tribu.

Après Rester sage, retenu dans la sélection finale du Goncourt 2012 du premier roman et traduit aux Pays-Bas, Arnaud Dudek propose une nouvelle tragi-comédie. Ici, les personnages voudraient ne pas rester sages mais le demeurent, malgré eux. Enlevée, savamment organisée, sa mini-saga familiale, écrite en phrases courtes qui font mouche, file les chagrins et les drames de la filiation d'une voix rieuse et parfois narquoise.

L’auteur : 

Arnaud Dudek est né en 1979 à Nancy. Après Rester sage (Alma, 2012) sélectionné pour le Prix Goncourt du premier roman, Les fuyants (Alma, 2013) est son second roman.

Sa page Wikipédia.

arnaud dudek,les fuyants,interview,almaInterview :

Tu as commencé à te faire remarquer en publiant dans la revue littéraire Décapage. C’est son directeur, Jean-Baptiste Gendarme, qui t’a repéré, je crois.

C’était en 2003. Décapage existait en format papier noir et blanc, il faisait 20 pages et c’était très mal diffusé. Il n’y avait pas la diffusion par maison d’édition comme aujourd’hui.

Comment as-tu connu Décapage?

Via le site de Philippe Jaenada qui était parrain d’un des numéros. Il avait mis un lien qui amenait vers la page de la revue. J’ai donc envoyé une nouvelle à l’adresse mail indiquée. Pour la première nouvelle, j’ai reçu un mail très administratif de Jean-Baptiste disant que ça ne lui plaisait pas trop, mais que si j’avais d’autres textes, éventuellement, pourquoi pas. Comme j’en avais une quinzaine dans mon panier, dans la foulée, je lui ai envoyé une autre nouvelle. Il n’en a pas été satisfait. Il a fallu que je la retravaille. Décapage, c’est l’école de l’exigence. Pour une revue de l’époque quasiment sans diffusion, Jean-Baptiste avait la même exigence que maintenant. Finalement, j’ai participé à tous les numéros du 23 au 35. J’ai arrêté quand ils ont été repris par La Table Ronde. Les numéros se sont espacés et le gratin littéraire a commencé à grignoter les pages. Il y avait moins de place pour les auteurs du démarrage.

Avant Décapage, écrivais-tu dans le but de te faire publier ?arnaud dudek,les fuyants,interview,alma

J’écrivais surtout dans le but de me faire plaisir avant tout. En fait, j’écris depuis que j’ai 12 ans. Au début dans mon coin et ça a fini par se savoir autour de mon cercle d’amis. Beaucoup m’ont incité à participer au journal du lycée. Ce que j’ai fait. Le proviseur a failli nous interdire de publication tant ma nouvelle était hard. 

Tu étais donc déjà subversif ?

Tout est relatif. Pour un lycée de campagne de la banlieue de Nancy, je l’étais peut-être.

J’ai lu tes deux romans. Si je devais te comparer à un chanteur, ce serait Alain Souchon, mine de rien, l’artiste le plus subversif d’entre tous.

Ah oui ? Ça me plait bien cette réflexion. Je peux comprendre cette comparaison.

arnaud dudek,les fuyants,interview,almaEn 2007, tu sors un recueil de nouvelles, Copenhague, aux éditions Filaplomb.

Un homme m’a contacté via le blog que je tenais avec François Perrin, J’irai cracher sur vos blogs. Cet éditeur franco-belge voulait monter une maison d’édition uniquement dédiée aux nouvelles. C’est sorti tout à fait confidentiellement. C’est d’ailleurs aujourd’hui introuvable.

Ensuite Jean-Baptiste Gendarme t’a mis en contact avec Story Lab quand ils ont monté leur structure d’édition numérique. Et tu as publié un autre recueil de nouvelles, Les vies imperméables.

J’ai fait de l’archéologie dans mon « œuvre » de jeunesse et j’ai compilé toutes mes nouvelles. C’était juste avant mon premier roman Rester Sage.

Bon, avec ce roman, les choses sérieuses commencent… tu passes au format long. 

J’avais fait une première tentative quatre ans auparavant, mais ce n’était pas concluant. Avec le recul, je suis obligé de constater que ça ne ressemblait à rien. En fait, quand tu viens du court, c’est intimidant de s’attaquer au roman. Ce n’est pas le même exercice. Et c’est compliqué de se consacrer à un roman quand tu as une vie professionnelle chargée.

Tu as envoyé le manuscrit de Rester Sage aux éditions Alma, toujours via Jean-Baptiste arnaud dudek,les fuyants,interview,almaGendarme.

Et, à ma grande surprise, ça a fonctionné.

Et ce livre t’a donné une certaine visibilité puisqu’il y a eu pas mal de presses très positives.

Oui, ça a été plutôt bien reçu… je suis allé de surprise en surprise. Un matin, je prends mon train et je me retrouve à la Une du Monde des Livres. Donc, j’ai appelé tout mon répertoire (rires). Bernard Pivot aussi en a parlé plus que positivement. Je suis ravi pour la maison d’édition et je ne te cache pas que je suis ravi aussi pour mon égo. Mais, le plus important, c’est que ça me permet de continuer.

Je trouve ton écriture très originale. Pas du tout linéaire.

Tu as raison. Elle est comme mon esprit : un peu tordue. J’ai beaucoup de mal à avoir du recul sur ça. Qui dit école de la nouvelle, dit patchwork. J’ai donc écrit un puzzle de nouvelles qui cherche la cohérence. Finalement, ça m’a demandé presque plus de travail de cohérence que d’écriture,.

arnaud dudek,les fuyants,interview,almaPlus dans Rester sage que dans ton dernier roman, Les fuyants, il y a un truc que j’aime beaucoup, ce sont les digressions à la Pérec ou à la Jaenada.

Ce roman s’est construit par petits bouts. Je l’ai pas mal repris parce que c’était un texte un peu ancien. Pour des tas de raisons, je me suis coupé dans mon élan. Au bout d’un certain temps, quand on revient sur un texte, on est soi-même un peu perdu. Le fait de créer dans le train, par à-coup, fait que j’ai des idées de personnages qui arrivent subitement. Et qui sortent de ce que je comptais écrire. Il faut que je trouve une autre idée pour les rattacher aux autres… j’ai dû faire des plans pour m’y retrouver. Le jeu avec l’éditeur, c’était de gratter un peu pour gagner en cohérence globale.

Avec ton éditrice, pour te rendre compte si les mots fonctionnent entre eux, tu as relu à haute voix ton roman.

C’est l’école Alma Editeur, l’école Catherine Argand pour être plus précis. Se rendre compte de l’oralité pour des textes très travaillés stylistiquement, c’est primordial.

arnaud dudek,les fuyants,interview,alma

D’après ce que j’ai compris de ton œuvre, c’est que tu parles de la société à travers des « petites vies » de « petites gens ».

C’est la conséquence de ma sensibilité couleur Coca Cola (voir photo ci-dessus). Je lis beaucoup la presse et je suis très sensible à tout ce qui m’entoure. J’ai beaucoup œuvré dans des associations. Ce ne sont pas les histoires qui me font aller vers l’écriture, mais plutôt les personnages. Et je veux intégrer une dimension sociale. J’aime beaucoup le cinéma de Ken Loach par exemple. Je n’écrirais jamais une histoire d’écrivains dans le 16e arrondissement.

Tes personnages masculins sont attachants, mais ne sont jamais reluisants. Disons-le, ils ont beaucoup de défauts.

Ils ne sont pas parfaits. Ils sont faibles.

Tu es parfois très caustique.arnaud dudek,les fuyants,interview,alma

C’est volontaire. Je veux faire passer des choses lourdes sans pathos. J’essaie de déclencher un peu de sourires. Quand tu lis l’histoire de Rester sage, ça donne ça : un pauvre type qui se fait larguer par sa copine, qui perd son travail, qui à 30 ans se pose plein de questions et qui est limite dépressif. Il y a quatre personnages paumés et l’histoire commence par un suicide. Si je n’inclus pas un peu d’ironie et de légèreté, je ne sais pas qui va lire ce roman.

Comment travailles-tu tes romans ?

Pour les deux, j’ai travaillé de la même façon. Je suis un vrai fonctionnaire, c’est horrible. En gros, c’est trois mois d’écriture intensive et après c’est 9 mois de retravail de manuscrit. C’est une question d’affinage et de cohérence.

Tu as été sélectionné dans plein de prix littéraires, dont le fameux Prix Goncourt du premier roman. Tu as même été dans la sélection finale. C’est encourageant, j’imagine.

Les prix littéraires permettent de faire pas mal de rencontres. Je me souviens, pour le Prix Emmanuel Roblès, les nommés se sont retrouvés à Blois. On a bien mangé et on a parlé aux lecteurs de ce prix de lecteurs.

As-tu des auteurs contemporains français que tu aimes particulièrement ?

Je suis Philippe Jaenada depuis toujours. J’aime aussi beaucoup Yves Ravey, que peu de gens connaissent. Un auteur des éditions Minuit qui est absolument confidentiel, malgré ces 15 romans. Ce sont des polars sociaux, un peu à la Manchette, mais encore plus épurés. Il a une écriture que j’aime beaucoup. Une écriture qui va à l’essentiel.

arnaud dudek,les fuyants,interview,alma

Ça fait 10 ans que tu es fonctionnaire à l’éducation nationale…

Je fais beaucoup de ressources humaines. En gros, mon travail consiste à recruter des enseignants et en amont à préparer les campagnes d’emploi. L’autre parti de mon travail est de rencontrer au quotidien les gens qui ont des difficultés de tout ordre : « Mon salaire ne correspond pas à ce que j’attendais », « ma femme vient d’être mutée en Suisse, je travaille toujours à Dijon, quelle solution pouvez-vous m’apporter pour que ma vie soit plus simple ? »… des choses comme ça.

Les fuyants, c’est le roman de la fuite en avant.

Je parle de ce que je connais le mieux finalement. Face à beaucoup de complications de la vie, j’ai tendance à fuir, à me recroqueviller et à éviter les obstacles. C’est d’ailleurs un comportement très masculin. Avec mon premier roman, j’avais l’horizontalité, j’ai décidé de m’attaquer à la verticalité. Dans Rester sage, ce sont deux amis qui sont sur la même ligne, qui ont tous les deux 30 ans. L’un considère qu’il a raté sa vie, l’autre non, pas franchement, mais quand tu la rates un peu, ce n’est pas terrible non plus. La verticalité, c’est passer à la famille, passer à 4 générations et voir s’il y a un gène de la fuite.

arnaud dudek,les fuyants,interview,almaTu as mis un peu d’histoire familiale…

Bien sûr. Il y a de belles fuites dans ma famille proche. Il y a notamment un « je reviens, je vais chercher des cigarettes ! »

Comment a réagi ta famille par rapport à ce roman ?

Mes parents l’ont lu après la sortie. Il y a forcément pas mal d’histoires familiales même si c’est en filigrane. On n’en parle pas trop entre nous. En fait, ils ne m’ont fait aucun reproche.

Te considères-tu comme un écrivain ?

Non, pas encore. Il faut au moins 10 livres pour cela.

Si je dis que tu es le Claude Sautet de la littérature, tu l’acceptes ?

Je raconte des histoires très simples vécues par des gens du quotidien, mais où beaucoup de choses sont dites, mine de rien. C’est l’arrière-plan social que je trouve intéressant dans une histoire. S’il n’y en a pas, je ne vois pas l’intérêt d’écrire.

arnaud dudek,les fuyants,interview,alma

Le 27 septembre, à l'issue de l'interview...

26 novembre 2013

Thomas Gunzig : interview pour Manuel de survie à l'usage des incapables

thomas gunzig, Manuel de survie à l'usage des incapables

Enfin, j’ai rencontré Thomas Gunzig ! Un des écrivains les plus noirs, cinglants et drôles de la littérature francophone. J’ai lu avec jubilation son dernier roman, Manuel de survie à l'usage des incapables, mi-thriller no-futuriste, mi-conte philosophique déjanté. Il y narre avec délectation: la technologie à outrance, l’individualisme triomphant, la violence suburbaine, l’ambition des uns, la suprématie et la morgue des autres. Comme le dit si justement le site Médiapart, un bestiaire des hommes en quelque sorte, indispensable.  

Le 23 septembre dernier, nous nous sommes donné rendez-vous dans le café jouxtant Europe 1. (Merci au passage à son attachée de presse Anne Vaudoyer !)

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapables4e de couverture :

Comment un jeune employé malheureux, un assistant au rayon primeur, un baleinier compatissant et quatre frères, Blanc, Brun, Gris et Noir, quatre jeunes loups aux dents longues surentraînés et prêts à tout pour se faire une place au soleil, se retrouvent-ils liés par la conjonction fortuite d’un attentat frauduleux et d’un licenciement abusif ?
On l'apprendra en suivant avec passion leurs aventures burlesques et noires dans les sinusoïdes étranges du destin, et leurs différentes façons de composer avec les sévères lois du cynisme contemporain.
Sur le chemin, le roman fourmille d’images magnifiques, cocktail d’humour saugrenu et de poésie : « la tristesse pouvait s’installer dans une vie et s'y planter durablement, comme une vis bien serrée avec une couche de rouille par-dessus » ou « il sentait que la vie était une épreuve aussi désagréable qu'une longue angine »...
Des morceaux de bravoure inoubliables, tels la création du monde en tant que supermarché, des références constantes aux contre-cultures cinématographiques, un art du rebondissement tiré des meilleurs feuilletons populaires, une précision jubilatoire, un sens de la narration et un style inoubliables, font de ce roman une vraie réussite.

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapablesL’auteur (par le site du Diable Vauvert):

Thomas Gunzig est né en 1970 à Bruxelles. Il est licencié en Sciences Politiques. En 1994 il remporte le Prix de l'Écrivain Etudiant de la ville de Bruxelles pour Situation instable penchant vers le mois d'août (éditions Jacques Grancher).

En 1996 il devient le lauréat du prix de la RTBF et du Prix Spécial du Jury pour la nouvelle Elle mettait les cafards en boîte lors de la Fureur de Lire.

En 1997, second recueil de nouvelles, Il y avait quelque chose dans le noir qu'on n'avait pas vu (éditions Julliard, J'ai Lu Nouvelle Génération), mises en scène en France et en Belgique.

En mai 1999, troisième recueil de nouvelles, À part moi personne n'est mort (éditions du Castor Astral, J'ai Lu Nouvelle Génération). Il est également l'auteur d'une comédie musicale, Belle à mourir, jouée en 1999 en Belgique.

En 2000 il remporte le prix de la SCAM et réalise de nombreuses fictions pour Radio France. Il publie Bruxelles, Capitale culturelle de l'Europe aux éditions Autrement en 2000 et chez Labor De la terrible et magnifique histoire des créatures les plus moches de l'univers en 2002 et un recueil de nouvelles, Carbowaterstoemp, en 2005.

Son premier roman, Mort d'un parfait bilingue (Au diable Vauvert 2001), s'est vu distingué par les prix Victor Rossel et Club Méditerranée et son recueil de nouvelles, Le Plus Petit Zoo du monde (Au diable Vauvert, 2003), par le Prix des Éditeurs.

Il est lauréat en 2004 du prix de l'Académie Royale de Langue et Littérature Française de Belgique.

Son quatrième roman, 10 000 litres d'horreur pure, est paru en août 2007. En 2009, Assortiment pour une vie meilleure recueille l'intégralité de ses nouvelles parues entre 2004 et 2009. Enfin, en 2010, paraît son cinquième roman, Kuru.

Thomas Gunzig est professeur de littérature à La Cambre. Ses livres sont traduits dans le monde entier.

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapables

Interview :

En quelle année se situe ce roman ? J’ai imaginé que c’était dans une trentaine d’années…

Je le situe dans un présent un peu alternatif. J’ai toujours eu du mal à faire de la vraie science-fiction parce qu’il faut imaginer de la technologie future compliquée. J’ai voulu créer un monde qui ressemble très fort au nôtre, à ceci près qu’il y a des différences notables qui rendent certains personnages /animaux, des êtres avec de super pouvoirs.

Pourquoi avez-vous fait cela ?

Je n’en sais absolument rien. Au début, je voulais situer l’action uniquement dans un grand magasin un peu claustrophobique. Quand je me suis renseigné sur le monde des grands magasins, j’en suis venu à avoir des infos sur l’agroalimentaire. J’ai fini par me dire que j’allais créer un monde où la grande distribution a pris toute la place et où les OGM aussi ont pris toute la place… même dans le corps humain.

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapablesLe monde selon Gunzing n’est pas très réjouissant.

On vit dans un monde terriblement clos. Il faut gagner de l’argent, mais les possibilités d’en gagner ne sont pas infinies. La plupart du temps, nous sommes employés. Nous appartenons à un système pyramidal. On appartient à un directeur, qui appartient à un directeur qui appartient à un directeur…etc. Nous craignons de perdre son boulot, donc nous vivons dans la peur en permanence de ne plus avoir d’argent et d’être au chômage. Nous avons peur aussi de perdre la liberté de disposer de son propre corps et de perdre la liberté de manger des choses qui n’appartiennent pas au système agroalimentaire. Je parle de toutes ces choses dans ce livre.

La vie dans un grand magasin, ça ne doit pas être très loin de ce que vous racontez…

J’ai lu des bouquins de management spécialisés sur la grande distribution, des magazines  spécialisés dans ce domaine, en français et en anglais, à destination des employés et des directeurs de grande distribution. Je me suis régalé, il y a par exemple 3 pages enflammées sur la nouvelle gamme des Tic Tac ou sur les subtilités des fromages à pâte molle de je ne sais pas qui. Il y a de la passion et de l’amour là-dedans. C’est assez génial à lire. J’ai beaucoup discuté également avec le directeur d’un magasin Carrefour. Je suis allé voir pas mal de sites de chat de caissières. J’ai passé près d’un an à récolter toutes sortes d’informations. J’aime donner du corps à ce que j’écris. On peut avoir le meilleur imaginaire du monde, il n’y a rien de mieux que de se documenter pour prendre une orientation inattendue.

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapables

Parler économie, management, grande distribution, agroalimentaire n’est pas très thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapables« sexy ». Vous n’avez jamais eu peur de devenir un peu rébarbatif et d’attaquer un sujet un peu « casse-gueule » ?

Je sentais qu’il y avait quelque chose d’excitant dans cette matière-là. J’avais envie de parler de ce monde de commerciaux, de chefs, de sous-chefs, de sous sous chefs et de super chefs, de peur, de hiérarchie. J’ai adoré m’imprégner du vocabulaire de ce milieu, un peu arrogant, mais qui au fond est creux et ne veut rien dire. Cette société parfois pathétique m’excitait pas mal. Mais, je rassure les gens qui font ce métier, tous les univers ont leurs côtés ridicules. On a tous un côté guignol par moment, quel que soit le job que l’on pratique.

Vous évoquez des sujets sociétaux sur un rythme effréné et de manière délirante.

Parfois, je me dis que je devrais une fois pour toute choisir une option. Sous ce polar, il y a un fond socio-économique. On parle d’amour, un peu de sexe. On est dans le prospectif, mais pas forcément. C’est à la fois drôle et très noir. Mélanger tout ça à pour conséquence que mes livres ne marchent jamais. Enfin, ça marche un peu, mais si je pouvais en vendre 100 000 un jour, ça serait bien. Vous savez, j’ai analysé la rentrée littéraire. Ce qui se vend bien, ce sont les livres dans lesquels on sait ce que l’on va lire. Le dernier Nothomb ou le dernier Werber, on sait où l’on va. Bon, cela étant, je serais incapable d’écrire autre chose que ce que j’écris moi.

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapablesJe vous sens très touché par les ventes éventuelles de votre livre.

Quand un livre vient de sortir, on est super aux abois. J’en ai marre d’avoir d’autres activités pour vivre. Je fais de la radio, je suis un tout petit peu prof, je fais des spectacles, de la photo,  j’écris des scénarios. J’aimerais pouvoir écrire un livre tous les deux ans et pouvoir vivre de ça. Le rêve.

Il en faut peu, pour que ça marche, vous savez.

Il me faut  50 000 euros par an. Ça fait 50 000 livres vendus. J’ai trois enfants et une pension alimentaire… j’ai très mal géré ma vie (rire).

Mais, vous ne pouvez quand même pas écrire des romans, disons « grand public », juste pour en vendre beaucoup et gagner de l’argent.

À une période, j’en avais marre de constater que mes livres ne décollaient pas plus. J’ai décidé d’écrire un livre à la Marc Lévy. Vraiment pour le pognon. Je ne suis pas parvenu à le faire. J’en ai déduit que pour faire du Marc Lévy, il faut être Marc Lévy. Je ne me moquerai plus jamais de Marc Lévy depuis que j’ai essayé de faire comme lui. Je suis péniblement arrivé à écrire cinq pages.

Pourquoi écrivez-vous des livres si précis, si fouillés et si volumineux?

Parce que c’est super excitant. J’adore construire une histoire, inventer des personnages, créer des situations rocambolesques, mais crédibles. Il n’y a rien de plus jubilatoire que de sentir que tous les éléments que l’on a mis en place commencent à s’imbriquer les uns dans les autres correctement. Si on peut partager des émotions, une histoire, faire rire ou pleurer les gens, c’est fantastique.  Avec Manuel de survie à l’usage des incapables, j’ai l’impression d’avoir réussi concrétiser le fruit de mon imagination parfois un peu trop fertile. Les êtres humains sont faits pour communiquer entre eux. La littérature est un bon moyen pour le faire. En fait, si je réfléchis bien, écrire donne un peu un sens à ma vie.

Est-ce que vous êtes un peu déprimé, comme vos personnages?

Mais oui, je suis comme les personnages de mes bouquins. J’ai super peur de tout : perdre ma famille, devenir pauvre, être à la rue… Même les méchants de mes livres, je les aime bien. Je rentre en empathie avec eux. J’aurais du mal à écrire un livre en créant des gens que je méprise, que je déteste et que je ne comprends pas.

Les méchants, on les comprend, car vous expliquez pourquoi ils en sont arrivés à ce thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapablespoint de cruauté.

La morale de ça, c’est qu’on a tous des raisons d’être ce que nous sommes. Il suffit d’un rien dans notre histoire pour que l’on devienne un preneur d’otages au Kenya ou un sympathique journaliste en France.

Dans ce livre, au début, j’ai eu peur de me perdre tant il y avait d’actions et de personnages.

J’avoue, il y a une grosse mise en place de la dramaturgie, mais ensuite, la lecture devient assez simple. On suit les mêmes personnages et on s’y habitue.

Vous pensez déjà au prochain livre ?

Oui. J’ai commencé celui-là il y a 5 ans. Et puis, en même temps, j’ai commencé à faire beaucoup de radio, beaucoup de spectacles et de scénarios. Je me suis donc interrompu pendant 4 ans et j’ai eu l’impression d’avoir perdu un temps de malade. Je ne veux plus revivre ça. J’avais un besoin irrépressible d’écrire un nouveau livre. Je vais me discipliner. J’ai décidé de sortir un livre tous les deux ans.

C’est difficile de se discipliner ?

Oui, très difficile, parce que la vie joue contre vous complètement. Entre mes 3 enfants et tous mes boulots, c’est hyper dur.

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapablesJ’aime des gens comme vous qui font exploser les conventions littéraires.

C’est ce que disait Italo Calvino dans son livre Leçons américaines. Il y a 5 leçons : légèreté, rapidité, exactitude, visibilité, multiplicité. Dans la leçon sur la multiplicité, il explique que les auteurs doivent se mettre des défis qu’ils savent impossibles, inaccessibles, qu’ils doivent multiplier les savoirs. Il fait peu ou prou l'éloge de la pluridisciplinarité, et revient sur la nécessité de la connaissance, mais dans sa dimension tant scientifique que sociale, pour mieux pouvoir percevoir le réel, afin de le retranscrire, via ce qu'il décrit dans son roman. Ce n’est qu’ainsi que la littérature va pouvoir se renouveler.

Est-ce que vous avez l’impression que l’on comprend votre travail ?

Je ne sais pas. Moi, je n’ai comme ambition littéraire que de faire un livre qui emporte le lecteur, qui le fait voyager, qui le fait marrer et qui le distrait. Robert-Louis Stevenson dans son Essai sur l’art de la fiction disait notamment que toute lecture digne de ce nom doit être pénétrante et voluptueuse et qu’elle doit vous arracher à vous-même. Vous devez vous extirper d’un livre l’esprit en feu.

thomas gunzig,manuel de survie à l'usage des incapables

Après l'interview, le 23 septembre 2013.

11 novembre 2013

Agnès Bihl : interview pour 36 heures de la vie d'une femme...

 agnès bihl,36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez),interview,mandor

Réaliste, engagée, poétique, atypique, drôle et corrosive. Une plume acide trempée dans le volcan jamais éteint de la révolte et de l'indignation. Cette femme de son époque, Agnès Bihl nous livre un nouveau projet. Double. Un disque et un livre intitulés 36 heures dans la vie d'une femme (parce que 24 heures, c'est pas assez). Une sorte de journal dans lequel on peut lire de manière jubilatoire une galerie de portraits débordants d'énergie et d'émotions. 14 nouvelles chansons adaptées en prose, de courtes histoires extrêmement bien écrites et enlevées. On connaissait la magnifique auteure de chansons empreintes de poésie, d’humour et de militantisme discret, son premier livre la confirme comme l'une des plumes les plus inventives… dans la littérature également.

Une rencontre avec Agnès Bihl s’imposait. Ce n’était d’ailleurs pas la première. Le 9 octobre, elle est venue à ma rencontre à l’agence.

agnès bihl,36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez),interview,mandorExtrait de sa biographie officielle :

Toujours aussi exigeante dans l’écriture des textes de son nouvel album 36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez), Agnès Bihl nous offre parmi les plus belles chansons de sa carrière. Elle passe aussi pour la première fois la barrière vers l’édition littéraire pour offrir le prolongement de cet album sous forme d’un recueil de nouvelles surprenant qui enrichit formidablement l’écoute de son disque. Lectrice boulimique, elle se nourrit aussi bien de Romain Gary que de Laurent Binet, de Simone de Beauvoir ou de Fred Vargas que de Denis Lehane ou Joyce Carols Aotes et se permet donc dans ses pages de revisiter tous les univers littéraires qu’elle côtoie, quel qu’en soit le genre. D’une scène de comptoir aux pérégrinations d’un médecin serial killer, d’une manifestation hilarante à l’émotion d’une grossesse en forme de déclaration d’amour maternelle, Agnès Bihl explore les facettes de nos contemporain(e)s avec un style aussi rythmé qu’une de ses chansons dont l’air entêtant se fait littérature captivante et émouvante.

agnès bihl,36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez),interview,mandorInterview :

14 nouvelles chansons que l’on retrouve métamorphosées en nouvelles dans un livre. Quel pari fou !

C’est un exercice de style d’écrire une nouvelle autour de chaque chanson. J’ai changé d’angle parce que je ne voulais pas répéter la même chose. Une chanson mélancolique comme « La déprime » devient une nouvelle très drôle dans le recueil. Il y a de grosses différences de narration. « La plus belle, c’est ma mère » est une chanson d’amour adressée à ma mère et dans le livre, c’est le fœtus qui parle quelques jours avant sa naissance.

J’avais bien remarqué que les points de vue et angles changeaient… hormis « Le baiser de la concierge » qui est quasiment identique.

C’est exactement la même parce qu’il s’agit d’une histoire vraie. Pour les autres chansons et nouvelles, j’ai laissé libre cours à mon imagination et à mon vécu, ensuite j’ai trié. Mais là, comme il s’agissait de la rafle du Vel d’Hiv’, j’avais une gêne, une réticence à créer une œuvre de fiction autour de ce douloureux sujet. Cette histoire est lourde de sens, d’horreurs et de souvenirs atroces. C’est une chanson historique, donc, je n’ai pas voulu travestir la réalité ni m’amuser avec l’histoire.

Montage amateur sur "Le baiser de la concierge".

Comment l’idée vous est venue de décliner vos chansons en nouvelles ?

Un peu par hasard. J’avais un trop-plein d’écriture et encore beaucoup de choses à dire sur les chansons que j’avais écrites. J’avais envie de me confronter à l’exercice de la prose, j’avais envie de m’imposer des contraintes et d’aller voir un autre paysage. Celui du livre.

Sortir un livre vous donne-t-il un peu plus le trac que de sortir un nouveau disque ?agnès bihl,36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez),interview,mandor

Un disque, je l’interprète sur scène. Je vois immédiatement les réactions. L’émotion est palpable. Pour un livre, c’est différent. Je ne suis pas derrière l’épaule de chaque personne qui lit, donc je ne peux pas être témoin des réactions des lecteurs.

Comment et pourquoi Don Quichotte a accepté ce projet ?

Ça s’est passé assez simplement. J’ai écrit trois nouvelles complètement différentes, autant dans le fond que dans la forme narrative. Dans l’ordre : « Le baiser de la concierge », « Pleure pas Casanova » et « Toubib or not toubib ». Je les ai envoyées à trois maisons différentes et c’est Stéphanie Chévrier de Don Quichotte qui m’a appelée en premier. Elle m’a dit qu’elle avait été bouleversée par « Le baiser de la concierge » et qu’elle aimait beaucoup les deux autres nouvelles. Elle m’a donc dit qu’elle était intéressée par mon projet. A partir de ce moment-là, j’ai commencé à être très prise par le temps parce que je n’avais pas fini d’écrire les chansons de l’album et le studio était calé.

Le clip de "La sieste crapuleuse".

Il a fallu que vous mettiez les bouchées doubles pour parvenir à finir votre disque et écrire les autres nouvelles dans un temps très court.

Oui, et en plus, mine de rien, j’avais des concerts à faire et un clip à tourner… bref, j’étais charrette en tout. Je déteste travailler dans l’urgence. Je suis une perfectionniste. Je mets du temps à écrire, car je suis très exigeante. Je corrige beaucoup ce que je fais, en chanson et en prose. Quand j’écris, je me sens vraiment artisan. Il faut que le bois soit exactement celui que je souhaite ensuite, il faut que je prenne le temps de graver mes mots dedans… Malgré tout, le projet m’a tant galvanisée que je suis parvenue à tout réaliser dans les temps.

Votre forte personnalité qui passe d’un extrême à l’autre se ressent dans vos chansons et votre livre.

J’ai des humeurs très entières. Quand ça ne va pas, ça ne va vraiment pas, quand ça va bien, je suis euphorique. Je ne connais pas la tiédeur des choses.

agnès bihl,36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez),interview,mandor

Il y a beaucoup de jolies formules dans ce recueil. Presque des slogans.

Je m’intéresse beaucoup aux mots. Je suis un rat de bibliothèque. J’adore les définitions, les formules, les détournements de jeux de mots… dans mes 5 albums, on peut déceler tout cela. J’aime le détournement et fatalement, ça se voit dans ma prose. C’est ma façon d’écrire.

Bon, ce n’est quand même pas la joie la vie d’une femme, par votre prisme…

C’est marrant, ma mère vient de me dire ça. Elle m’a dit : « Ton recueil de nouvelles est vraiment très drôle, mais franchement, ma minette chérie, c’est pas la joie ! ».

Pauvres femmes, quand même !

Pour les mecs non plus, ce n’est pas la joie. Personne n’est épargné et de toute manière, pour qui est-ce la joie à 100% ?

"La plus belle, c'est ma mère", dans Vivement Dimanche, invitée par Guy Bedos.

Vos chansons et vos nouvelles sont, certes drôles, mais souvent pathétiques et graves.

Boris Vian disait que «l’humour est la politesse du désespoir ». Molière disait en latin « corriger les mœurs en provoquant le rire ». Dans les pièces de Guitry, les relations hommes/femmes sont à désespérer, mais c’est très drôle. En tant que public, j’aime énormément cette manière de présenter les choses. En littérature je suis une grande fan de Marcel Aymé, de Romain Gary.

Que des auteurs actuels quoi !

Attendez ! Je lis aussi beaucoup d’auteurs d’aujourd’hui. Je viens de lire Freedom de Jonathan Franzen. C’est un bouquin qui m’a fait sourire à plein d’endroits, rire à d’autres, en même temps, il est pathétique et hyper grave. Il passe au crible la société américaine, la middle class d’aujourd’hui. J’aime ce style. Dire des choses en provoquant toutes les émotions possibles. C’est ce que je m’évertue à faire dans mes chansons et dans mes nouvelles.

Dans la chanson actuelle, vous vous sentez proche de qui ?

Yves Jamait (mandorisés ici) par exemple et Alexis HK (mandorisés là) aussi. J’aime leur humour grinçant qui fait à la fois rire, qui fait aussi se poser des questions et qui fait travailler l’esprit critique des gens.

agnès bihl,36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez),interview,mandor

Ce recueil, c’est comme une excroissance du disque ?

J’ai voulu varier les plaisirs en me bousculant un peu. Au bout de 5 albums, on va dire que je ne suis plus tout à fait débutante dans l’écriture des chansons. Je sais généralement où je vais quand je présente un texte. Le livre n’est pas une excroissance du disque puisque les deux peuvent se déguster indépendamment. Juste, ils se complètent. En y réfléchissant bien, j’ai mis peut-être un peu plus de moi dans le bouquin finalement.

Quand on a déjà enregistré 4 disques, se demande-t-on de quoi on va bien pouvoir parler dans le 5?

J’aime bien avoir des thèmes récurrents, mais il faut que je me renouvelle à l’intérieur de ces thèmes, parce que sinon je m’ennuie et donc, j’ennuie ceux qui m’écoutent. Les angles des chansons drôles, un peu moqueuses que j’écris sur les hommes viennent à moi naturellement. Quand un thème commence à me titiller, c’est qu’il faut qu’il sorte.

Quand on écrit des chansons, puis des nouvelles qui sont publiées, est-ce que ça donne envie de se lancer dans la grande aventure du roman ?

Je ne peux pas vous répondre aujourd’hui, tant je suis essorée. Dans le recueil de nouvelles, il y a certains thèmes qui peuvent être développés en plus long. Franchement, j’y pense sérieusement. Je suppose que je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin.

Vous ne pensez qu’à l’écriture ?

Non, artistiquement, je pense aussi à la scène. En vrai, je pense d’abord à ma fille, à mes potes, à ceux qui m’entourent…

agnès bihl,36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez),interview,mandor

Après l'interview, le 9 octobre 2013.

03 novembre 2013

Salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière 2013 : Bilan et photos

Tract Salon du Livre 2013-1.jpg

C'est la cinquième fois que j'anime le salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière. (Voir là en 2009, ici en 2010, en 2011 et l'année dernière). Toujours aussi fatigant, mais toujours aussi exaltant, dis-je chaque année. Plus de 40 interviews, un quizz littéraire et je ne sais pas combien de kilomètres parcourus...

Cette année, petite révolution, deux rencontres de 45 minutes avec deux auteurs exceptionnels et rares, Jean-Philippe Toussaint et Christian Oster. Aucun des deux n'aime et ne va dans des salons du livre et aucun des deux ne s'est jamais adonné à ce genre d'exercice: parler avec un journaliste en public. Je ne suis donc pas peu fier de ce doublé prestigieux. La troisième prévue (avec Michel Quint) n'a pas eu lieu à cause d'un souci de temps. Je le déplore.

Comme chaque année, je rapporte de ce salon quelques souvenirs photographiques (merci à Philippe Schroeder, à la mairie d'Ozoir-la-Ferrière et à Maryline Martin pour les clichés de cette année...)

Commençons avec un article du Pays Briard publié la veille du salon.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Comme chaque année, le salon commence avec un quizz littéraire (concocté par l'organisateur du salon, Luc-Michel Fouassier, présent sur la photo ci-dessous) auxquels participent le public, mais aussi les auteurs et les éditeurs présents. Cette année, il s'agissait de découvrir les anagrammes d'auteurs mondialement connus. Gros succès ! Nous nous sommes franchement bien amusés !

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Pose naturelle devant l'affiche du salon avec l'un des invités d'honneur, Jean-Philippe Toussaint et l'organisateur de cet évènement littéraire, Luc-Michel Fouassier (qui me fait confiance à chaque fois et depuis de nombreuses années maintenant. Je le remercie une nouvelle fois ici).

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo : Philippe Schroeder)

Jean-Philippe Toussaint est venu présenté Nue, le quatrième et dernier volet de l'ensemble romanesque MARIE MADELEINE MARGUERITE DE MONTALTE, qui retrace quatre saisons de la vie de Marie, créatrice de haute couture et compagne du narrateur : Faire l’amour, hiver (2002) ; Fuir, été (2005) ; La Vérité sur Marie, printemps-été (2009) ; Nue, automne-hiver (2013).

Sa venue était d’autant plus exceptionnelle qu’il était dans les 4 derniers sélectionnés pour devenir le Prix Goncourt 2013 une semaine plus tard (au final, il est arrivé en deuxième position). Comme je le disais en introduction, Jean-Philippe Toussaint ne se rend jamais à aucun salon littéraire. Aucun. Il ne participe à aucune interview publique. Il n’aime pas ça. Cette rencontre a donc été un évènement exceptionnel. 45 minutes que je regrette de ne pas avoir enregistrées. Nous avons parlé de l'ensemble de son œuvre (que je connais parfaitement pour être un lecteur de longue date du monsieur) et de son rapport à l'écriture et la littérature. C'était passionnant.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo: Philippe Schroeder)

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo: Philippe Schroeder)

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

A l'issue de l'interview, le maire de la ville, Jean-François Oneto a remis la médaille de la ville à Jean-Philippe Toussaint.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo : Philippe Schroeder)

Parfois, dans un salon, certains pètent un câble. C'est le cas de mes amis, le docteur/auteur Olivier Kourilsky et Maryline Martin.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Maryline Martin, mandorisée il n'y a pas si longtemps...

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Olivier Kourilsky est médecin, ancien chef du service de néphrologie-dialyse du Centre hospitalier Sud Francilien (Évry). Professeur honoraire au Collège de médecine des Hôpitaux de Paris, il est aujourd'hui, auteur de thrillers.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo : Philippe Schroeder)

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo : Philippe Schroeder)

Luc-Michel Fouassier, Michel Quint, Victoria Bedos, Christine Van de Putte, Simonetta Greggio et Jean-Philippe Toussaint.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Bernard Boudeau, un auteur de thrillers machiavéliques souvent récompensé.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo : Philippe Schroeder)

Les éditions Quadrature, avec notamment, l'un de ses dirigeants, auteur mandorisé, Patrick Dupuis.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Quand un de mes chanteurs préférés, Fabien Martin, me rend visite en compagnie de sa dulcinée, la comédienne Caroline Santini, juste par amitié... ça m'a fait très plaisir. Merci vous deux!

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Le public est venu nombreux...

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Deuxième interview en public. Cette fois-ci, avec Christian Oster (mandorisé là). Comme Jean-Philippe Toussaint, il ne se rend jamais à des salons ni ne répond à des journalistes dans ce genre de contexte. Christian Oster, Prix Médicis 1999 pour Mon grand appartement,  a également publié des romans policiers et de nombreux livres pour enfants (une trentaine de titres à L'École des loisirs). De tout cela et de ses derniers livres nous avons parlé. Je mesure ma chance d’avoir animé cette rencontre.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo : Philippe Schroeder)

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Un public de charme...

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

(Photo : Philippe Schroeder)

Jean-François Oneto, le maire d'Ozoir-la-Ferrière, Victoria Bedos et... Simonetta Greggio pour la remise des prix du concours de nouvelles...

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Jean-François Oneto, Simonetta Greggio et Luc-Michel Fouassier.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Luc-Michel Fouassier, Victoria Bedos, Jean-François Oneto et la gagnante du concours de nouvelles.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

Pour finir, un moment de complicité avec la sculptrice et auteure Hélène Jousse et Jean-Philippe Toussaint.

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

 (Photo : Philippe Schoeder)

salon du livre ozoir-la-ferrière 2013,bilan,photo,jean-philippe toussaint,christian oster

28 octobre 2013

Lilian Auzas : interview pour La voix impitoyable.

730308.jpg

J’ai connu Lilian Auzas lors d’une soirée d’un ami commun, il y a moins de deux ans. Quelques auteurs étaient présents. Je ne sais plus si c’est Stéphanie Hochet ou Myriam Thibault (il est ami des deux) qui m’a incité à m’y intéresser de près. J’ai demandé quel était le sujet de son livre (le premier à l’époque). Il me parle de Leni Riefenstahl… l’égérie d’Adolf Hitler. Je tique un peu. Sujet osé pour un premier roman. Lilian me paraît jeune pour s’intéresser à ce genre de sujet. Et, en toute sincérité, j’ai trouvé intrigant le fait de s’intéresser à ce genre de sulfureuse personne, si proche d’une idéologie de cette nature. Mais soit, je vais lire ce livre.

auzasune.jpg

J’ai lu et j’ai été convaincu. Ce n'est pas une hagiographie, même si l'on sent bien la fascination exercée par le sujet sur son auteur. La question du Mal est complexe. Ça ne me dérange pas de lire des romans qui l’abordent sous un angle si original que celui-ci.

Je n’ai pas mandorisé Lilian Auzas pour ce livre, j’ai attendu le second… qui m’a beaucoup également intéressé. Plus que le premier. La voix impitoyable est un livre abordant le thème de la complicité du peuple allemand et de sa participation, directe ou indirecte, au nazisme. Sujet délicat. Décidément…

Le 29 août dernier, Lilian est venu me rendre visite à l’agence… je lui ai posé toutes les questions que j’avais sur le cœur. Et elles étaient nombreuses.

Electre_978-2-7561-0425-6_9782756104256.jpg4e de couverture de La voix impitoyable :

Qu’a pu faire Hanja Sauber, lorsqu’elle vivait à Berlin pendant la guerre, pour être à ce point rongée par la culpabilité et répéter inlassablement : « Je ne suis pas quelqu’un de bien » ? C’est ce que va tenter de découvrir son jeune voisin et ami, le photographe Gautier Maigné, à partir d’une cassette audio incomplète que lui confie le psychanalyste d’Hanja et d’une lettre que celle-ci lui a confié juste avant de mettre fin à ses jours.
Lilian Auzas reconstitue avec intelligence et subtilité cette période charnière qui a marqué l’histoire européenne du XXe siècle. Dans La Voix impitoyable, il met en lumière le Berlin de la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi celui des années qui ont précédé la chute du mur, puisque le récit se déroule entre Paris et Berlin au début des années 80.

Biographie de l’auteur :

Né le 1er février 1982, Lilian Auzas a grandi non loin de Vienne au sud de Lyon. Son bac littéraire en poche, il suit des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université Lumière Lyon 2. Ses recherches sont assez éclectiques puisqu’il se spécialise d’abord dans les arts africains pour finalement s’intéresser aux arts totalitaires. L’esthétique des corps sous les régimes fascistes et notamment les travaux de la réalisatrice et photographe allemande Leni Riefenstahl (1902-2003) font l’objet de ses recherches. Passionné de cinéma et de littérature, Lilian a officiellement adhéré à l’association CREAM’ en janvier 2008 pour laquelle il rédige divers textes (notices, articles). Lilian a coréalisé un court métrage, Sale Type, sorti en janvier 2009. Depuis sa découverte à l’âge de 14 ans sur Arte de Leni Riefenstahl, son intérêt pour la cinéaste du nazisme ne s’est pas démenti, au point de lui consacrer son premier roman, Riefenstahl, publié en 2012 chez Léo Scheer. Il est également l’auteur de Charlie Fuchs et le monde en marge, un conte pour petits et grands paru en juillet 2013, toujours chez Léo Scheer. La Voix impitoyable est son deuxième roman.

DSC08405.JPGInterview :

Ta passion de l’Allemagne est criante dans ton œuvre.

Le premier évènement qui m’a marqué, c’était la chute du mur de Berlin. J’avais 7 ans. J’ai encore des images très nettes des gens qui cassaient ce mur. Inconsciemment, cela à dû me travailler. Je trouvais ça beau comme évènement…

Tu n’as pas dans ta famille, des secrets de familles qui seraient susceptibles d’expliquer ta passion pour ce pays ?

Non, pas du tout. Aucun lien avec l’Allemagne. Je n’ai pas d’ancêtre allemand, ou alors, je ne suis pas au courant.

Ce mur que l’on casse provoque quoi en ton for intérieur ?

J’étais petit, mais j’avais conscience que c’était un évènement important. Je comprenais aussi images.jpgque c’était un peuple qui voulait accéder à la liberté. Ça m’a marqué. Quand il s’est agi de choisir une langue à l’école, j’ai choisi l’allemand. Je suis tombé amoureux de la langue. Je trouve qu’elle est magnifique. Très vite, je me suis intéressé à la culture allemande. J’ai lu des écrivains de cette nationalité, tout comme j’écoutais de la musique allemande comme Rammstein, Nina Hagen, DAF ou encore Kraftwerk…

Tu ne te sentais pas isolé avec cette passion plutôt rare ?

Beaucoup pendant mon adolescence. Plus j’ai avancé vers l’âge adulte, plus j’ai rencontré des gens qui  partageaient ma passion. Il faut être mature, je suppose, pour aimer cette langue et cette culture. A la base, je pense que c’était par esprit de rébellion. Je n’avais pas envie de faire comme tout le monde. Mais, très vite, je me suis retrouvé subjugué.

On peut s’interroger parce que c’est un pays historiquement très marqué…

Je te rassure, je n’ai aucune fascination malsaine. Par contre, il y a une question qui me hante : comment une culture aussi brillante a pu aller jusque-là ? Je visualise cette période de l’histoire allemande comme un cancer.  Un cancer, ce sont des cellules qui se développent beaucoup trop. C’est un surplus.

Dans La vie impitoyable, c’est cela que tu expliques. Comment tous ces gens ont été aveuglés par cet endoctrinement.

À part les personnes qui se sont investies spontanément et qui ont commis des crimes, je ne veux juger personne. Pour le peuple, tout ceci s’est déroulé de manière passive. Je pense qu’on accepte des choses quand on ne se sent ni concerné, ni touché de près. Un jour, on se réveille et c’est trop tard… on ne peut plus revenir en arrière. La question de chacun est : est-ce que maintenant j’agis ou est-ce que j’attends que ça se passe ?

Moi, ce qui me travaille, c’est ce que j’aurais fait en ce temps-là, dans ce pays-là.

Tu as raison. Avec mon précédent roman, Riefenstahl, je ne me suis pas permis de juger la photographe et réalisatrice proche d’Hitler. Elle s’est impliquée, je comprends que l’on puisse se faire une opinion, mais moi, je ne voulais pas lui taper dessus. Il ya suffisamment de biographies qui s’en occupent.

J’avais lu ce livre avec le sentiment que tu aimais son travail, ce qui se comprend, mais que tu l’aimais bien. J’avoue que je me suis interrogé.quand-on-veut-on-peut.jpg

Je pense qu’elle a une réelle importance dans l’histoire du cinéma et de l’art en général. Bien sûr Le Triomphe de la Volonté est un film atroce, mais il est esthétiquement parfait et efficace. Maintenant, avec le recul, ça devient un devoir de le regarder.

Moi, je trouve que c’est difficile de discerner une œuvre d’une personnalité. Je n’y parviens pas.

Riefenstahl a toujours dit qu’elle avait fait une œuvre d’art, mais, effectivement, il faut un minimum être passionné par son sujet. Je me souviens d’une interview d’elle très contradictoire. Elle y explique lourdement qu’il faut dissocier une œuvre d’art d’une œuvre politique. Pour elle Le Triomphe de la Volonté est un document très objectif. Elle n’a fait que filmer ce qu’il s’est passé sans donner son point de vue. Plus loin, dans la même interview, elle dit qu’elle ne peut travailler que sur un sujet qui lui plait. Forcément, on est obligé de reconnaître que l’idéologie nazie la fascinait. Elle s’est impliquée corps et âme dans le tournage, le montage et la construction de ce film. Si elle me fascine, c’est par le déni qu’elle a du danger de son œuvre. Elle n’a jamais eu une once de regret de l’importance de ses films dans la mécanique de la propagande nazie. Elle n’a jamais dit pardon. Ça me gêne beaucoup.

Elle a inventé une esthétique que l’on voit encore aujourd’hui dans la publicité par exemple.

Pour moi, Riefenstahl n’a rien inventé, mais elle a sublimé l’homme. L’aryen. On le retrouve dans la publicité d’aujourd’hui et même dans les films. Elle a porté une version de l’homme très haut dans l’imaginaire.

Quand tu as sorti ce livre, tu n’as pas eu peur que l’on considère que tu es proche de cette idéologie ?

Si, évidemment. Déjà, avec la couverture, j’ai eu quelques soucis. Mais si on lit le roman correctement, il est impossible de prétendre que j’épouse cette idéologie. Ça fait plus d’un an que l’ouvrage est sorti, je n’ai jamais lu ou entendu quelqu’un qui m’accuse de cela.

1015049_264463113692169_2123573271_o.jpg

Riefensthal, Charlie Fuchs et le monde en marge et La voix impitoyable font partie de ta trilogie totalitaire consacrée à la vénéneuse séduction du mal. Excuse-moi d’insister lourdement, mais tu n’as pas peur d’être catalogué ?

Je ne me suis pas posé la question. Riefenstahl, il fallait réellement que j’écrive sur elle. C’était un besoin. Charlie Fuchs, c’est une parabole sur le système totalitaire, mais avec plusieurs niveaux de lecture. Ça raconte l’histoire d’un manuscrit qui n’a jamais été publié. Les annotations en marge se rebellent et envahissent le conte. Les trois héros ne peuvent pas jouer le conte. Ils sont démunis. Il faut qu’ils écrivent leur propre histoire et qu’ils remettent la frontière  entre le texte et la marge. En même temps, ceux qui sont dans la marge, sont-ils tous mauvais ? C’est un conte sur la tolérance.

En miroir de Riefenstahl, La Voix impitoyable est le deuxième volet d’un diptyque consacré à la Deuxième guerre mondiale, du point de vue non pas des victimes, mais des bourreaux. Là, tu écris sur une femme, cette fois-ci  fictive, Hanja, qui a culpabilisé sur des actes commis durant la Seconde Guerre mondiale.

Ce qu’elle a fait est horrible en soi, mais quand on est jeune et tellement endoctriné, il est simple de comprendre que l’on puisse faire ce qu’elle a fait. Elle a un tel poids de culpabilité qu’on imagine le pire. J’ai fait en sorte qu’on ait envie d’avoir pitié d’elle.

Hanja n’est pas mauvaise, contrairement a ce qu’elle dit d’elle tout le temps.

Dans Riefenstahl, j’ai mis en avant le déni de l’artiste. Hanja, c’est exactement l’inverse. Elle, c’est la culpabilité portée à son paroxysme. Ce sont deux extrêmes.

Après sa mort brutale et inexpliquée, le jeune photographe Gauthier, entre curiosité et appréhension, cherche à percer le secret de son amie. Il te ressemble pas mal ce Gauthier, non ?

Certes, il est passionné par l’Allemagne, il a pas mal de centres d’intérêt commun aux miens, mais nous n’avons pas du tout le même comportement. Mais comme lui, j’aime beaucoup la photo, l’histoire de l’art, j’écoute Nina Hagen et j’aime beaucoup Lou Reed.

La voix impitoyable, c’est quoi ? La propagande nazie ?

C’est emprunté à une épître de Madame de Staël. Pendant la Révolution française, elle parle de la voix impitoyable du peuple. C'est-à-dire que l’on tombe dans un engrenage qui ne s’arrête plus. Je l’applique à la propagande nazie. Le peuple qui suit bêtement comme le mouton de Panurge. La voix impitoyable, c’est aussi la petite voix intérieure qu’on a tous dans la tête : notre conscience. C’est aussi la voix d’un ami qui peut nous orienter. C’est la voix de Nina Hagen  et de Lou Reed, des chansons qu’on écoute et qui nous transportent. C’est tout ça la voix impitoyable.

C’est un livre qui fait réfléchir sur nous-mêmes qui ne sommes tellement pas manichéens…

Pour moi, cette période-là n’est pas toute blanche ou toute noire. Ce n’est pas possible. Je vais peut-être choquer en disant cela, mais même le pire des nazis est un être humain. Il faut accepter cette humanité pour accepter l’horreur. Je n’aime pas l’expression : « c’est inhumain ». Chaque jour, on a la preuve que l’horreur est bien humaine. Au lieu de s’apitoyer, on devrait combattre cet aspect-là de l’humanité.

Tu es fasciné par la complexité de l’âme ?

Peut-être que je sens mes limites et ma faiblesse, je ne sais pas. Peut-être que je ne suis pas à l’abri de tout ça. Je pense que je ne m’impliquerais pas de moi-même dans une idéologie de ce type-là, mais est-ce que j’aurais le courage de la combattre ? J’aurais sans doute la volonté rb001.jpgintellectuelle et intérieure de le faire, mais de là à passer aux actes, il y a un fossé. Est-ce que tout le monde peut être un héros ? Je pense à Hans et Sophie Scholl, ainsi que Christoph Probst, trois étudiants allemands d'une vingtaine d'années qui ont été guillotinés dans la prison de Stadelheim, près de Munich. Leur crime était d'avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d'un mouvement clandestin, «La Rose blanche» (Die Weiße Rose en allemand). Est-ce que moi, à 20 ans, à Munich, j’aurais pu faire ce qu’ils ont fait. Honnêtement, je ne crois pas.

C’est quoi, pour toi, être écrivain ?

Être écrivain, c’est douter, avoir peur, ne jamais être satisfait. Le jour où j’arrêterai de me poser des questions et que je serai sûr de moi, j’arrêterai d’écrire.

Mais, dans ton cas, tu écris des livres qui font réagir et qui sont loin d’être anodins.

Dis donc, là, depuis un moment, j’ai l’impression d’être Hanja dans la scène avec le psychanalyste… (sourire).

DSC08406.JPG

26 octobre 2013

Spécial Les 7 petits nègres, l'exquise nouvelle, saison 2

Couv7PN_W.jpg

 

Edit du 26 octobre 2013:

Le calcul des droits d'auteurs du livre Les 7 petits nègres (L’exquise nouvelle saison 2) va bientôt être clos pour 2013. Or, vous le savez peut-être, mais une partie des bénéfices revient à l’association Les Ptits Courageux, dont je fais partie (pour des raisons expliquées ci-dessous).

Aussi, aujourd’hui, je remets en ligne la chronique sur ce livre (publiée au mois d'avril de cette année). On ne sait jamais. Si cela peut inciter certaines personnes à se le procurer…

En cliquant ici, rien de plus simple...

Bonne lecture !

(Merci à la petite fille atteinte du syndrome de Crouzon qui pose avec le livre en début d'interview et, surtout, merci à ses parents d'avoir accepté que je publie cette photo!)

J’avais déjà évoqué L’exquise nouvelle en septembre 2011 sur ce blog. C’était à l’occasion de la première saison. Pour sa deuxième édition, sur le principe des Exercices de Style de Queneau, c'est la maison In Octavo qui publie cet ouvrage atypique, qui mèle auteurs confirmés et amateurs autour d'un même thème. Ainsi, Les 7 petits nègres entrent en lice. Un formidable et délirant roman policier collectif, dont voici la 4e de couverture (expliquant notamment qu’une partie des bénéfices revient aux P’tits Courageux).

img292.jpg

Le 24 mars 2013, j’ai rencontré l’un des 3 eXquisMen, David Boidin, de passage à Paris lors du Salon du Livre. Nous nous sommes installés dans un coin, et je lui ai posé quelques questions sur ce projet « L’exquise nouvelle » et plus particulièrement sur la deuxième saison.

DSC07336.JPG

Interview:

20130519_11h42h24.JPGPeux-tu me raconter la genèse de cette série L’exquise nouvelle ?

La première exquise nouvelle est une idée de Maxime Gilliot qui est un auteur de polar du nord de la France. En 2010, il a considéré que ça pouvait être rigolo de construire une histoire à partir de statut Facebook. Les statuts Facebook ne pouvaient dépasser à l’époque 420 signes. Il a lancé l’idée, j’ai rebondi dessus et nous nous sommes retrouvés ensemble à organiser un cadavre exquis en utilisant la contrainte des statuts Facebook de l’époque. On s’est retrouvés à 80 participants, à la fois des auteurs réputés, reconnus et puis des gens qui n’avaient jamais écrit, à concevoir une nouvelle unique : la poursuite du tueur à l’andouillette. On a lancé ça, fin août 2010 et ça a duré jusqu’au mois de décembre. On s’amuse, des gens laissent des commentaires, bref, c’est une joyeuse pagaille.

Et très vite, de petits éditeurs vous contactent.

Trois en une semaine, sans que l’on ne fasse aucune démarche. On a accepté l’une d’elles et on s’est lancé dans l’aventure. Pour finir en apothéose, on a demandé aux auteurs de céder leurs droits pour les reverser à une association caritative. Comme Maxime Gillio est associé de façon très personnelle à Écoute ton cœur qui est une association qui aide les enfants autistes à s’insérer par le sport, c’est tout naturellement que nous l’avons choisi.  

Le livre est sorti un an plus tard.

Oui. Et pour pouvoir le promouvoir, nous lançons une saison 2. Ce la nous permet de renouveler l’expérience et passer des cadavres exquis aux exercices de style à la Queneau. On lance le projet d’ailleurs le jour de la commémoration des 35 ans de la mort de Raymond Queneau. Chaque auteur a dû écrire une nouvelle avec plusieurs contraintes : entre 3500 et 5000 signes, avec une même scène de départ pour tout le monde, à la croisée d’Agatha Christie et des frères Grimm.

C’est quoi la scène de départ ?Couv7PN_W.jpg

Une pièce, une table sur laquelle Blanche est morte. Au bout de la table, il y a 7 nains noirs. De l’autre côté de la table il y a Armand Leprince qui dit : l’assassin est dans ces murs. À partir de là, chacun écrit sa nouvelle.

Mais, vous ne vous arrêtez pas là...

On rajoute 3 mots différents par auteur qu’il faut absolument intégrer de façon la plus subtile possible au sein de la nouvelle. Sur le site dédié à cette saison 2, chaque visiteur pouvait essayer de deviner les mots imposés.

Pour cette deuxième saison, une partie des bénéfices reviennent à l’association Les P'tits Courageux. Je suis le responsable communication de cette association et surtout papa d’une fille porteuse d´une facio-craniosténose syndromique, en l’occurrence, le syndrome de Crouzon. Donc, je tiens à vous remercier au nom de tous les membres de l’association de nous avoir choisies.

La première fois que j’ai entendu parler de cette association c’est quand tu m’en as parlé il y a deux ans. J’ai un peu étudié la question et j’ai constaté qu’effectivement, ces jeunes enfants touchés par cette maladie avaient bien besoin d’avoir un peu plus de médiatisation.

Je tiens à préciser, que je ne t’ai rien demandé, mais que j’ai été fort touché que vous, les eXquisMen, preniez cette décision de nous choisir. Bon, je sais que vous êtes en train de préparer la saison 3 et qu’elle sera la dernière. Pourquoi ?

Parce qu’il fallait que le concept soit un évènement, que ce soit exceptionnel. Je ne suis pas persuadé que l’aspect habituel  soit une bonne chose. Aujourd’hui, on a fait la trilogie, on s’est bien amusé, on a fait plaisir et on est fier de ça.

DSC07338.JPG

Voici la préface de Les 7 petits nègres, L'exquise nouvelle saison 2 par Jérôme Commandeur.

img293.jpg

img294.jpg

Pour acheter le livre, c'est là!

Bonus mandorien.

48092_598723280156432_1291276877_n.jpg

Pour compléter cette chronique, je mets en ligne la partie de l’émission "Quartier du talent" sur IDFM que la très sympathique et compétente Mireille Eyermann à  consacré à l’association Les Ptits Courageux en interviewant Héloïse Reichardt-Ogier, la présidente et fondatrice de l’association (par téléphone) et moi-même (en direct dans les studios à Enghien).

C'était le jeudi 4 avril 2012.
podcast

DSC07416.JPG

07 octobre 2013

Julien Blanc-Gras : interview pour Touriste et Paradis [avant liquidation]

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandor

(Photo : Fred Kihn)

Julien Blanc-Gras, je le lis depuis longtemps (depuis son premier roman, en fait). Je le croise parfois (nous avons des amis communs). Il m’arrive même de le mandoriser (enfin, juste une fois avant cette chronique-là). Ce journaliste-auteur est un garçon éminemment sympathique et doué dans ce qu’il entreprend. Il est en train de se faire un nom à la fois dans le journalisme et dans le monde littéraire français.

Cet été, je suis parti en vacances avec ses deux derniers livres, Touriste (en poche) et le plus récent, Paradis [avant liquidation]. Je me suis tout bonnement régalé. Julien Blanc-Gras m’a passionné, amusé, fait éclater de rire parfois et surtout fait voyager.

Le 27 août dernier, il est venu me faire une petite visite à l’agence, dans le but original de répondre à quelques savantes questions. Merci à lui.

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandorDescription de Paradis [avant liquidation].

« Il y a des pays en voie de développement et des espèces en voie de disparition. La république des Kiribati est un pays en voie de disparition. Perdu au milieu de l'océan Pacifique, ce petit paradis semble promis à l’engloutissement par le changement climatique.
J’ai organisé ma vie autour d’une ambition saugrenue, le quadrillage méthodique de la planète. Moteur : toujours voir un pays en plus. Ce qui se profile ici, c’est un pays en moins. Je dois m’y rendre avant qu’il ne soit rayé de la carte. »

Au bord de lagons de carte postale, le journaliste écrivain entraine le lecteur dans ses péripéties cocasses ou dramatiques, narrées avec son écriture élégante, son humour et sa justesse de ton habituel, entre distance et empathie. On rencontre les pêcheurs et les présidents, les missionnaires et les ivrognes, les expatriés et les candidats au départ. Autant de fragments qui composent un tableau de ce paradis en sursis, confronté à un défi sans précédent. Peuplées depuis 3000 ans, les Kiribati devront-elles déménager pour survivre ?

Un éclairage inédit sur cette contrée méconnue, éloignée de la mondialisation et pourtant aux avant-postes de la menace climatique.

Description de Touriste.julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandor

« On compte environ 200 états souverains. On vit à peu près 30000 jours. Si l'on considère l'existence sous un angle mathématico-géographique, on devrait passer 150 jours dans chaque pays. Il faut se rendre à l'évidence. Je dois aller dans tous les pays du monde. Je ne trouverai pas le repos dans l’immobilité.
Untel veut devenir une star, un autre posséder un yacht ou coucher avec des sœurs jumelles. Je veux juste aller à Lusaka. Et à Thimbu. Et à Valparaiso. Certains veulent faire de leur vie une œuvre d’art, je compte en faire un long voyage.
Je n’ai pas l’intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit.
Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d’être futile. De s’adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire.
Le touriste inspire le dédain, j’en suis bien conscient. Ce serait un être mou, au dilettantisme disgracieux. C’est un cliché qui résulte d’une honte de soi, car on est toujours le touriste de quelqu’un. »

Obsédé par les cartes, le narrateur décide de visiter tous les pays du globe. Des favelas colombiennes aux hôtels clubs tunisiens, en passant par les karaokés du Yang-tsé-Kiang, les villages oubliés du Mozambique, les vagues polynésiennes, les plateaux de Bollywood, le tumulte du Proche-Orient et même par la Suisse, ce promeneur globalisé nous guide à travers l’inépuisable diversité des mondes.

Avec ce roman géographique, Julien Blanc-Gras nous propose  une esthétique du voyage simple, aventureux, drôle et intelligent.

L’auteur :

Né en 1976 à Gap, Julien Blanc-Gras est journaliste de profession et voyageur par vocation. Il a publié trois romans au Diable vauvert, Gringoland, qui conte un périple latino-américain, lauréat en 2005 du festival du premier roman de Chambéry et « Talents à découvrir » des librairies Cultura ; Comment devenir un dieu vivant en 2008, une comédie apocalyptique déjantée ; et Touriste, un récit de voyage curieux, surprenant, malicieux.

Il a séjourné aux îles Kiribati à l'automne 2011 pour réaliser son dernier livre, Paradis [avant liquidation].

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandorInterview :

Dans ces deux livres, racontes-tu toujours des histoires vraies ?  

C’est différent d’un livre à l’autre. Touriste est un roman basé sur mes voyages et des histoires que j’ai vécues. Parfois, je modifie un peu le trait, je modifie les personnages. Je me permets un peu de fiction, parce que c’est indiqué sur la couverture : roman. Bon, c’est quand même vrai à 95%. Quant à Paradis [avant liquidation], il s’agit d’un récit. La contrainte que je m’étais donnée était que ce soit plus journalistique. Donc, tout est vrai. Le nom des personnages, les dialogues, les situations.

Au début de Touriste, tu racontes que quand tu étais jeune tu regardais les cartes en te disant que tu allais un jour vérifier si tout était réellement comme ça.

J’ai une passion de la géographie depuis que je suis enfant. J’avais un ballon gonflable avec la carte du monde, mais j’avais surtout la carte du monde affichée à côté de mon lit et je m’endormais en la regardant. Ça me faisait complètement rêver.

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandor

Tu écris: « Je voyageais en cherchant un sens à ma vie, et ça avait marché. J’avais trouvé un sens à ma vie. » Quand as-tu su que tu allais consacrer ta vie au voyage ?

Assez tardivement finalement. Après mes études. À 23 ans, j’ai fait un voyage au Mexique, que je relate dans mon premier roman Gringoland. J’étais parti pour quelques semaines pour voir un copain qui étudiait là-bas et, finalement, je suis resté un an. C’était la découverte du vrai voyage en solitaire en toute liberté. Je suis rentré de ce voyage, je me suis mis à bosser et très rapidement, j’ai compris que j’avais envie de voyager. J’ai donc organisé ma vie professionnelle dans ce sens et avec cette envie-là.

Tu es aujourd’hui payé pour le faire, tu as donc mené à bien l’ambition qui t’animait.

Oui. Maintenant, qu’on ne se méprenne pas. Je passe une grande partie de ma vie en France. Je pars beaucoup, mais je ne suis pas toujours en voyage, comme la lecture des livres pourrait le laisser supposer. Je fais à peu près 10 voyages par an. Parfois, c’est très court. 4 jours pour aller faire une interview ou couvrir un évènement.

Quand tu pars longtemps, tu es content de revenir chez toi à Paris.

Le retour fait partie du plaisir de voyager. On est soucieux de retrouver les proches et les gens qu’on aime. Et puis, on est content de retrouver un peu de confort. Quand tu n’as pas pris de douche chaude depuis deux semaines, tu apprécies la chose,  je t’assure.

Paradis [avant liquidation] est un livre palpitant et souvent drôle. La seule chose que je te reproche, c’est qu’il est très frustrant, car trop court.

Je le prends comme un compliment parce que ça veut dire que je n’ai pas ennuyé mon lecteur et c’est quand même mon souci principal. Je crois que nos temps de concentration ont diminué. Je pense continuer à écrire en format court. C’est une façon de garder l’intérêt du lecteur. De plus, des formats courts, c’est ce que j’ai envie de lire. Dans Paradis [avant liquidation], ce sont des petites séquences qui composent un tableau.

En lisant Touriste, on se dit que tu as de la chance. Tu voyages, c’est un beau métier. Le rêve absolu. Puis soudain, tu vas en Colombie et là, on se dit que ça doit être moins marrant… mais toi, rien ne t’arrête.

Est-ce que rien ne m’arrête ? Je ne sais pas. Pour la Colombie, j’allais voir un ami qui travaillait là-bas. J’essaie de dire que ce n’est pas si dangereux que ça, si tu fais attention. À l’époque, certes, c’était le pays où il y avait le plus d’homicides, mais ce n’est pas non plus un pays en guerre, donc c’était praticable. Si tu ne traînes pas dans les quartiers chauds la nuit, tu t’en sors. Après, quand tu aimes voyager, il ne faut pas être timoré. Et puis, il est bon d’avoir le frisson parfois. Se demander si c’est raisonnable d’aller dans un pays, ça fait aussi partie du plaisir de s’y rendre.

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandor

Tu as besoin d’adrénaline ?

Le voyage, c’est aussi l’adrénaline de la découverte chaque jour d’un nouvel endroit, ce qui ne veut pas nécessairement dire « prise de risque ». Je ne suis ni un casse-cou, ni un aventurier. D’ailleurs, c’est aussi pour ça que j’ai appelé ce bouquin Touriste. C’était une forme d’humilité. Je voulais faire un livre de voyage, je me suis dit que je n’étais pas un explorateur, pas un aventurier, pas correspondant de guerre, alors je suis quoi ? Bon, ben touriste quoi ! Pour moi, le touriste au singulier du titre, c’est le narrateur.

Mais, c’est évidemment un peu ironique Julien.

L’ironie, c’est un peu ma façon de voir et de décrire le monde. Je l’applique aux autres, je l’applique au narrateur et à moi-même.

Tu n’as rien contre les vrais touristes, même si tu en as raillé quelques-uns dans Touriste.

J’ai un peu grossi le trait pour faire des situations que je raconte quelque chose de drôle. Je dis bien que chacun voyage comme il veut. Je n’ai de mépris pour aucune forme de tourisme. Je ne fais jamais la leçon à quiconque. Si monsieur et madame machin veulent aller en club vacances à Djerba pour se reposer le cerveau au soleil, je ne vois pas au nom de quoi je critiquerais ça. Ce n’est évidemment pas mon truc, mais je respecte ce genre de souhait.

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandorTa méthode de découverte quand tu vas dans un pays, c’est le pifomètre. Tu vas quelque part au gré des hasards et des rencontres.

Ça dépend. C’est un mélange d’improvisation et de préparation, en fait. Pour les deux livres, la démarche est différente. Pour Paradis [avant liquidation], je suis parti dans un pays en sachant que j’allais écrire un livre dessus. C’était un acte délibéré, volontaire, prévu. Je savais que c’était un travail compliqué, donc j’ai fait un travail  de journaliste avant de partir. J’ai enquêté, je me suis documenté, j’ai pris des contacts en amont, j’ai pris des rendez-vous. En gros, je suis allé en reportage. Touriste, c’est une compilation des différents voyages que j’ai faits au fil des années. Il y avait des voyages qui étaient à but professionnel, d’autres à but personnel. Quand je voyage tout seul, je pars avec mon sac à dos, un peu à l’improviste. Souvent j’arrive dans un pays, je n’ai pas réservé de chambre d’hôtel pour le soir et puis « on verra bien ». Le côté « on verra bien ce qu’il va se passer » est souvent déclencheur de nombreux évènements.

Ce n’est pas inconséquent, voire dangereux d’agir ainsi ?

Il faut être ouvert à toutes les possibilités en tout cas. Quand je voyage, je veux qu’il m’arrive des trucs, comme ça, accessoirement, je peux les raconter dans des bouquins, et puis surtout les vivre. Il faut avoir envie de découvrir des choses que tu ne connais pas. Le moteur, c’est évidemment la curiosité. C’est un cliché de chez cliché, mais en voyage, tu t’enrichis au contact de l’autre.

Quand tu vis des trucs pas très sympas, je suis sûr que tu te dis « ce n’est pas grave, je vais pouvoir le raconter dans un livre ».

Exactement. Ça m’arrive souvent. Dans le voyage, il y a le plaisir de vivre au premier degré le truc et aussi le plaisir de le raconter. Il y en a qui font une soirée diapo, moi je fais des livres. L’envie de partager avec tes amis ou le lecteur participe beaucoup au fait d’aimer voyager.

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandorTu as souvent écrit des livres burlesques, mais comme ces deux derniers sont ancrés dans la réalité, ils me touchent plus.

Dans Comment devenir un dieu vivant, on voyait bien que c’était fou fou, qu’on n’était plus dans le réel. Il était impossible de s’identifier, de s’imaginer à la place du narrateur. Dans Touriste, si. J’ai reçu pour ce livre des tas de témoignages de personnes qui m’ont dit qu’ils avaient vécu quasiment les mêmes situations, les mêmes aventures. Moi, ça me fait plaisir que le lecteur s’identifie. Je vais rester dans ce genre de livre un long moment parce que ça créé du lien avec les gens. J’écris aussi pour cela.

Parlons du petit dernier, Paradis [avant liquidation]. Ce n’est donc pas du tout la même démarche que pour Touriste.

C’est à peu près la même personne, le même narrateur. Dans Touriste, c’est quelqu’un qui est très proche de moi, dans Paradis [avant liquidation], c’est moi à 100%. Je te le disais tout à l’heure, c’est le même principe de voyage et de découverte, sauf que cette fois-ci, c’est dans un but précis, sérieux, rigoureux et journalistique… mais en ajoutant un style et un ton pour rendre l’enquête littéraire.

Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

J’ai vu passer cette dépêche AFP et j’ai trouvé que c’était complètement dingue. Un pays qui envisage sa propre disparition physique, c’est du jamais vu ! Ça m’a trotté dans la tête et je me suis organisé pour aller dans la République des Kiribati. Ce n’était pas simple. C’est loin, c’est cher, il faut se dégager du temps. Et je ne le regrette pas!

Tu es parti combien de temps ?

Six semaines.

Les habitants étaient un peu méfiants parce qu’ils ont vu passer d’autres journalistes. Ils étaient comment avec toi ?

La plupart m’ont ouvert leur porte très gentiment.

Ils sont « très serviables, mais pas efficaces », je te cite.

Ils mettent du cœur à tenter de te rendre service, mais ils n’y parviennent jamais.

Sur un planisphère, ce pays est à peine visible à l’œil nu. Sa surface terrestre ne couvrejulien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandor même pas celle d’un département français, mais on pourrait faire rentrer l’Inde dans son espace maritime. La République des Kiribati est à la fois un des plus petits et un des plus grands pays. Une aberration géographique à laquelle tu n’as pas pu résister.

Ça a fasciné mon côté malade de la géo. C’est un endroit unique au monde pour toutes les raisons évoquées tout à l’heure. Il était impossible pour moi de faire l’impasse sur ce pays.

Tu dis que choisir de faire cette enquête est un mauvais choix stratégique. Difficile de trouver moins branchés que les Kiribati.

Je pensais vraiment ça. Choisir le changement climatique comme thème de livre n’était à priori pas non plus une idée fédératrice. Ce n’est pas un sujet très sexy. Moi-même, avant de me pencher en détail sur le sujet parce que j’allais le traiter dans ce bouquin, ça ne me passionnait pas des masses. Les thématiques écologiques ne passionnent pas les foules, il faut le reconnaître.

Il y a des moments sérieux et rigoureux et puis parfois, ça part en live, ce qui est plutôt ta marque de fabrique. Il y a un doux mélange des deux.

Moi, j’aime écrire des livres informatifs et plaisants. Je ne veux surtout pas être dans le pédagogique et le pontifiant. Là, le but était de faire un portrait d’un pays.  Donc, pour le comprendre, puisque personne ne le connait, il fallait des données précises. Il faut donner de l’info, donc toute la difficulté de l’exercice était que ce livre ne fasse pas article de journal, essai ou thèse. Dans des chapitres courts, j’ai sélectionné les informations pour qu’elles soient digérables sans être ennuyeuses.

Habituellement, les catastrophes naturelles sont soudaines et violentes. Les Kiribati, eux,  expérimentent la catastrophe au ralenti.

On ne trouve ce phénomène que là-bas. Mine de rien, ce petit pays que personne ne connait à plein de caractéristiques uniques qui font une bonne trame littéraire pour écrire un livre.

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandorTu mets en scène le narrateur et ça, j’adore !

Il faut toujours trouver l’équilibre et la distance que tu prends avec ton sujet. Je me mets en scène quand ça peut être rigolo ou que ça explique les conditions du reportage, donc que ça permet de comprendre aussi le pays.

Est-ce qu’il t’arrive de te demander ce que tu fous là ?

Je me régale du « qu’est-ce que je fous là ? » Plus la situation est incongrue, plus je me dis que c’est absurde d’être là, plus j’ai une jouissance à ça. Encore une fois, je jubile, car je sais que je vais pouvoir écrire des pages intéressantes pour un livre.

Pourrais-tu vivre sans voyage ?

Je ne pourrais absolument pas rester à Paris tout le temps. Je deviendrais fou. J’ai besoin de mon espace, d’horizons nouveaux, de liberté, d’ouverture. J’estime que j’ai une chance folle de pouvoir faire ça, dans d’assez bonnes conditions en plus.

Julien Blanc-Gras, finalement, c’est un écrivain voyageur ?

Ça me va. Je voyage et j’écris des livres de voyage. Je trouve ça cool comme terme. Je lis aussi parfois, « écrivain globe-trotter ». Mais, je me considère avant tout journaliste.

Tu te sens écrivain quand même ?

Oui, par la force des choses. Je publie des livres et les gens m’appellent comme ça. Mes deux métiers de journaliste et d’auteur, plus le temps passe et plus ils se croisent et se rejoignent. Notamment dans Paradis [avant liquidation].

Paradis [avant liquidation] et Touriste ont nettement mieux marché que tes précédents livres…et ils ont obtenu beaucoup de presses,  j’imagine que tu es ravi.

Ça fait super plaisir. Si tu écris, c’est pour être lu. Il ne faut pas faire attention à ça, mais je n’y suis pas insensible.

Je te connais, tu es loin d’avoir un ego surdimensionné, mais est-ce que ça touche l’ego quand même ?

Évidemment. Il faut de l’ego pour écrire, quand même. Juste, il faut trouver l’équilibre délicat entre mégalomanie et humilité.

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandorQuand tu interviewes Bret Easton Ellis, comme tu viens de le faire pour Le Monde (à lire ici), tu te sens encore romancier ?

Pour le coup, je suis dans ma peau de journaliste du Monde qui va interviewer un écrivain. C’est moi qui pose les questions. Je ne mélange pas les genres dans cet exercice.

Il savait que tu écrivais ?

À la fin de l’interview, on a bu un verre, on a diné… c’était un peu plus informel, donc je lui ai dit que j’écrivais des livres. Je crois qu’il n’en avait rien à foutre (rires).

julien blanc-gras,touriste,paradis avant liquidation,interview,mandor

Après l'interview, le 27 août 2013.

A lire, un article très intéressant publié sur le site Rue89, la semaine dernière.

La page Facebook du livre Paradis [avant liquidation].

03 octobre 2013

Gilles Paris : interview pour Autobiographie d'une Courgette (nouvelle édition)

320827_460991600644526_804306018_n.jpg

Gilles Paris est un auteur que j’ai fréquenté de nombreuses années sans savoir qu’il écrivait des livres. Notre relation a d’abord été professionnelle (il est un attaché de presse incontournable dans le milieu littéraire), puis elle est devenue amicale au fil du temps. Il y a un an et demi, je l’ai mandorisé pour Au pays des kangourous. J'ai récidivé avec beaucoup de plaisir à l’occasion de la sortie de la nouvelle édition de son roman « culte » Autobiographie d’une Courgette. C'était le 26 juillet dernier, un jour de canicule...

autobiographie-courgette-1260569-616x0.jpg4e de couverture :

Un nom de cucurbitacée en guise de sobriquet, ça n’est pas banal ! La vie même d’Icare, alias Courgette, neuf ans, n’a rien d’ordinaire : son père est parti faire le tour du monde « avec une poule » ; sa mère n’a d’yeux que pour la télévision, d’intérêt que pour les canettes de bière et d’énergie que pour les raclées qu’elle inflige à son fils. Mais Courgette surmonte ces malheurs sans se plaindre… Jusqu’au jour où, découvrant un revolver, il tue accidentellement sa mère. Le voici placé en foyer. Une tragédie ? Et si, au contraire, ce drame était la condition de rencontres et d’initiations – à l’amitié, à l’amour et au bonheur, tout simplement ?

À travers le regard optimiste de son jeune héros, Gilles Paris restitue le monde de l’enfance dans un récit aussi drôle que poignant.

L’auteur :

Gilles Paris dirige une agence de communication spécialisée dans l'édition. Il est également l'auteur de Papa et maman sont morts (Seuil, 1991) et d'Au pays des kangourous (Éditions Don Quichotte, 2012).

DSC083ll94.JPGInterview :

Autobiographie d’une courgette ressort 11 ans après sa première publication. Ce n’est pas un peu surprenant pour un auteur de savoir que son livre va avoir une deuxième vie ?

Le grand format est paru en 2002 et c’était déjà merveilleux pour moi de savoir que je passais en poche un an après chez J’ai lu, qui a en plus changé la couverture à deux reprises. Il a très bien marché dans cette collection. C’était déjà une aventure inouïe. Et puis un jour, je reçois un appel d’une éditrice de chez Flammarion qui s’appelle Thifaine Pelé et qui dirige la collection « Etonnantissimes ». Elle avait remarqué plusieurs critiques d’Autobiographie d’une Courgette sur des blogs de profs.

Comment expliques-tu que ton roman soit apprécié par tous les publics ?

Je me suis rendu compte que cette langue d’un enfant de 9 ans, qui est semblable à tous mes romans, est accessible à tout âge. Elle est simple, sans la moindre crudité et cruauté. Mais, je revendique le fait d’être au départ un romancier pour adulte. Jusqu’à présent, je n’ai pas écrit un vrai roman « jeunesse », même si ça me travaille un peu l’esprit.

Tu vas donc être étudié dans les écoles, comme un auteur classique.

Quand le grand format était paru, j’avais eu la chance d’avoir eu des extraits d’Autobiographie d’une Courgette dans un manuel Bordas de classe de 3e. Etre étudié en classe, ça a un côté magique.

Tu as participé récemment à un programme qui s’appelle « Lecture pour tous », qui lutte contre l’illettrisme.

Je suis allé à Nice pour rencontrer des classes de CM1, de CM2, des collèges, ainsi que dans des hôpitaux d’enfants malades … Je me suis retrouvé devant des centaines de mômes qui avaient lu mes livres et particulièrement cette version d’Autobiographie d’une Courgette.

Parle-moi de cette version assez originale.

D’abord, elle coute moins cher que la version poche, elle bénéficie de formidables dessins de Charles Berberian. Il y a des jeux, des tests.

Et un avant-propos.

Oui, son auteur décortique mon roman et en fait soudain un roman social. Moi, je ne l’ai jamais vu sous cet angle là quand je l’écrivais. Je prends toujours de la distance, je ne relis jamais mes livres, alors voir quelqu’un qui analyse mon propre roman, la manière dont je travaille, me fait sourire. Je n’ai jamais d’arrière-pensée quand j’écris, ni de volonté de lutter contre quoi que ce soit.

Charles Berberian, c’est la grande classe !img535.jpg

Au départ, il devait faire juste la couverture. Il était même réticent parce qu’il trouvait qu’illustrer un roman était un peu étrange. Un roman est une entité en lui-même et il n’a pas besoin d’illustration pour qu’on puisse le comprendre. Et puis il l’a lu… et pour ma grande chance, il l’a beaucoup aimé. Il a donc fait la couverture et une dizaine de dessins, ce qui n’était pas prévu. Ses dessins sont très poétiques, très justes et collent parfaitement au texte. C’est assez miraculeux.

Puisque le narrateur a toujours 9 ans, quelle différence littéraire y a-t-il entre Au pays des kangourous et Autobiographie d’une Courgette ?

Dans Au pays des kangourous, on était dans un milieu social assez favorisé. Le papa écrit pour les autres et la mère est toujours en voyage et gravit les échelons de la boite pour laquelle elle travaille. Dans Autobiographie d’une Courgette, on est dans un milieu défavorisé. Le héros à une mère alcoolique qui passe son temps à regarder la télévision. Le père est parti, tout ça est un peu misérable. L’enfant ne connait pas l’école, donc, ne connait aucun autre enfant, à part le voisin qui joue avec un cochon. La langue que j’ai utilisée dans Autobiographie d’une Courgette est très différente que pour Au pays des kangourous. Elle peut même déstabiliser. Ce n’est pas un langage poli et bien soigné, je voulais une « voix » d’un môme de la campagne qui n’est jamais allé à l’école. Paradoxalement, le fait qu’il tue sa mère accidentellement, ce qui est un geste absolument atroce, est sa chance. Grâce à ça, il va pouvoir trouver l’amour qui lui a manqué enfant. J’aimais bien ce paradoxe total dans le roman : un début très violent et la forme de résilience et de résurgence qui s’en suit et qui va le sauver.

Il vit des galères, ce petit garçon, mais il ne semble jamais malheureux.

C’est le miracle de l’enfance. Nous, les adultes, quand on vit un drame, on le vit à fond. Moi, j’imagine toujours le pire, comme ça, je ne suis pas déçu. Quand on est enfant, on n’a pas cette notion là du danger. Il ne faut jamais l’oublier, mais un enfant de 9 ans ne juge pas, il cherche à comprendre. J’ai toujours choisi des enfants narrateurs qui ont un sens de l’optimisme rude à toute épreuve. Tous les enfants de mes romans sont des résilients. Tous. Ce sont des enfants qui malgré le drame ou malgré le handicap qui pourrait être le leur à travers ce qu’il traverse restent d’un stoïcisme absolument total, comme si au fond les épreuves n’étaient là que pour les renforcer. Dans la vie, ce ne sont pas les épreuves qui sont importantes, c’est ce qu’on en fait. Les adultes ont plutôt tendance à dramatiser et à compliquer les choses.

Toi, quand tu as des soucis, tu agis en adulte, je le sais, je te connais, mais au fond de toi, je suis sûr que tu as un regard d’enfant face à eux.

Je suis d’accord avec toi. Je crois que j’ai ce point commun avec mes narrateurs. Je suis quelqu’un qui a beaucoup de mal à juger les gens. Je n’ai pas d’à priori sur les gens en général. Il m’est arrivé de me faire avoir à cause de cet état de fait, mais pas tant que ça parce que je sens bien les gens. J’ai une hyper sensibilité envers eux. Je les sens ou je ne les sens pas. Mais je ne juge pas. Quelqu’un qui me ferait un truc pas cool, je ne vais pas tout de suite en faire un ennemi, je vais d’abord essayer de comprendre pourquoi il a fait ça.

auteur.jpg

Le Gilles Paris auteur se comporte-t-il comme le Gilles Paris attaché de presse ?

Ce sont deux personnes différentes. Je m’occupe de beaucoup d’écrivains et beaucoup d’entres eux ne savent pas que je le suis moi-même. Je ne leur dis pas. Il y a plein d’éditeurs avec lesquels je suis sous contrat qui l’ignorent aussi complètement. Dans mon métier, ce qui est très important, c’est d’être le plus discret possible. Ma vie privée, je n’en parle jamais à part à mes amis très proches. Je fais vraiment la différence entre mon métier et la vie privée. Ma place n’est pas dans la vie de mes auteurs. A part 4 ou 5, la plupart des auteurs dont je m’occupe ne sont pas des amis.

L’action du livre se situe notamment dans une maison d’accueil. Tu as enquêté sur ce genre d’établissement ?

Quand ce livre est sorti, à l’époque chez Plon, on éditait un juge pour enfant. Je l’ai rencontré et il a commencé à m’expliquer comment ça se passait quand un enfant tuait sa mère. Il m’a dit trois choses. Premièrement : un enfant qui tue un de ses proches, ne se rend pas toujours compte de ce qu’il a fait tout de suite. Deuxièmement : il est tout de suite prononcé comme un incapable mineur. Troisièmement : il m’a aiguillé vers la fondation Cognac Jay.

Samoreau(pressoirs_du_Roy)1.jpgUne fondation qui crée et développe des établissements de solidarité sociale dans les secteurs sanitaire, médico-social, social et éducatif pour tous les publics.

Oui, c’est exactement ça. Je suis allé voir la directrice des Pressoirs du Roy, établissement qui appartient à la Fondation, et dont je me suis largement inspiré. J’ai dû aller la voir souvent pour gagner sa confiance. Elle m’a présenté aux éducateurs. Ils m’ont énormément aidé à comprendre leurs personnalités très différentes les unes des autres. Chacun avait une manière d’approcher les enfants et j’ai voulu montrer cette diversité à travers différents éducateurs du roman. En tout cas, je n’ai pas voulu faire un livre sur les rouages d’une maison d’accueil, je voulais juste que ce soit crédible.

Est-ce que tu crois que tu changes la vie des gens quand ils te lisent ?

Je ne crois pas. A une exception près. Au salon du livre de Gérard Collard, à Saint-Maur-des-Fossés, une dame est venue me voir dans l’après-midi. Elle m’a dit qu’elle était prof de français et que, quand elle a lu mon livre, elle a décidé de changer sa vie. Elle est devenue éducatrice. C’est dingue ! Je trouve ça sublime.

Je vais te dire la vérité. J’ai commencé Autobiographie d’une Courgette un peu àalbums_2013.12.jpg reculons, un peu comme quand j’ai lu Au Pays des kangourous parce que j’ai un peu de mal avec les narrateurs enfants. Or, à chaque fois, tu réussis à me happer. Je commence tes livres, je ne les lâche plus.

Les émotions de mes enfants, je les vis au moment où je les écris. Si c’est une scène qui va t’émouvoir, tu peux être sûr que je pleure en l’écrivant.

L’histoire de Courgette, ce n’est pas ton histoire, on est d’accord.

Non, moi j’ai eu la chance d’avoir une enfance heureuse. Mes parents étaient ce qu’on appelle des bourgeois moyens. Mon père était architecte, maman ne travaillait pas. J’ai une sœur, Geneviève, qui est artiste et chanteuse. On avait une vie plutôt agréable. On habitait un bel appartement à République.

Bref, ta vie, ce n’était pas Les Misérables.

Peut-être que ça donne la distance nécessaire pour parler d’enfances qui sont moins agréables. La projection de l’autobiographie dans les romans me laisse perplexe. Moi, c’est la partie inconsciente qui m’intéresse. Te rendre compte ultérieurement que tu as écrit une scène qui au fond correspond à quelque chose que tu as vécu il y a longtemps, je trouve ça plus beau que de déverser des choses trop personnelles dans un roman. Par exemple, Au pays des kangourous est un roman beaucoup plus autobiographique et j’ai eu du mal avec ça. Je savais que j’allais mettre des choses de moi, je savais que j’allais devoir parler de choses personnelles.

Sur la dépression, je le rappelle.

Oui et c’était très personnel. C’était quelque chose qui me retenait presque, mais j’ai fini par y aller quand même.

970575_542976902430774_2079286775_n.jpg

Habituellement, tu sors un livre tous les 10 ans… et là, j’entends avec stupeur que tu sors déjà un nouveau livre chez Héloïse d’Ormesson. Que se passe-t-il Gilles ? D’où vient cette frénésie d’écriture ?

Je ne me suis jamais dit en prenant mon petit déjeuner : « Tiens ! Si j’écrivais un livre tous les dix ans ! ». Aujourd’hui, j’ai 54 ans, si je continue à écrire un livre tous les 10 ans, il ne m’en reste pas beaucoup. Or, j’ai encore beaucoup de chose à raconter. Et puis l’accueil d’Au pays des kangourous s’est tellement bien passé que j’ai décidé d’arrêter ce rythme et de passer à la vitesse supérieure. C’est vrai que je me suis lancé dans une frénésie d’écriture. J’ai d’abord écrit des nouvelles, parce que j’adore ça. J’en ai publié plusieurs pour des journaux et pour des sites Internet. Albin Michel m’a aussi demandé d’écrire des textes. Il y en a un qui va être publié à la fin de cette année dans une collection qui s’appelle « Toi mon frère, toi ma sœur ». C’était un texte très autobiographique, du coup, j’ai beaucoup hésité à me lancer dans cette entreprise et je l’ai fait. Encore par le biais d’un enfant de 9 ans. Ca me permettra d’avoir de la distance. Albin Michel m’a demandé de faire la même chose à propos de mon père. Ca sortira l’année prochaine, après mon roman L’été des lucioles, chez Héloïse d’Ormesson.

Ce livre aussi aura un narrateur âgé de 9 ans ?

Ça fait 40 ans que j’écris comme un enfant de 9 ans, je ne vais pas soudain me mettre à écrire comme un adulte. J’ai essayé, ça ne marche pas. Cette langue, je l’ai en moi et j’ai beaucoup de choses à raconter avec. Il faut toujours surprendre le lecteur. Quelque soit le milieu et l’histoire, il faut systématiquement tout changer.

Ce qui est le cas de L’été des lucioles?

Ce sera un roman beaucoup plus léger… en apparence, évidemment, je m’appelle quand même Gilles Paris. Il n’y aura pas trop de fond social derrière, mais une dimension beaucoup plus romanesque. Quand j’ai rendu les premières épreuves à Héloïse d’Ormesson, femme peu expansive et discrète,  et que j’ai attendu son retour, j’avais un peu peur. Au final, ce qu’elle m’en a dit m’a beaucoup touché.

DSC0839jjkj3.JPG

Avec Gilles Paris, à l'issue de l'interview, le 26 juillet 2013.

Bonus : Lire un livre et se retrouver citer en bas de page dans l'avant-propos (ce n'est pas la première fois, certes, mais cela fait toujours bizarre d'être une "source")...

img534.jpg.

24 septembre 2013

Léonora Miano : interview pour La saison de l'ombre

léonora miano,la saison de l'ombre,le magazine des espaces culturels leclerc,interview,mandorL’histoire de ce livre commence grâce à la chanteuse Sandra Nkaké. En septembre 2010, elle remet à Léonora Miano une enquête intitulée La mémoire de capture. C’est sa mère Lucie-Mami Noor Nkaké qui a conçu ce court rapport de mission. Ce traité n’était pas destiné à être lu par un écrivain…

La saison de l'ombre décrit, de l'intérieur, une communauté confrontée à la disparition d'un grand nombre des siens et tout à fait ignorante des opérations de traite ayant déjà commencé depuis un bon moment. Ce roman présente une population devant faire face, du jour au lendemain, à une situation imprévue et incompréhensible. Il permet aussi aux lecteurs de savoir comment on vivait en Afrique centrale/équatoriale avant le choc de la rencontre avec l'Europe.

La saison de l'ombre parle avant tout d'un drame humain et sans manichéisme ni intention de sauver ce qui ne peut l'être.

Pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois de septembre 2013), j’ai rencontré Léonora Miano, (au Fumoir), le 16 août dernier.

img524.jpg

img525.jpg

img526.jpg

Tout petit bonus mandorien:

Vous travaillez toujours sur des questions inhabituelles dans votre œuvre.

J’aime bien travailler sur le non-dit, j’aime bien fréquenter les régions de l’expérience humaine qu’on n’a pas trop envie d’aller voir.

Pourquoi racontez-vous ces histoires-là ?

Parce que je trouve extrêmement troublant et sans doute handicapant pour toute une partie de l’Afrique sub-saharienne de ne pas être très au fait de ce passé. Je trouve très troublant d’ignorer les 500 ans de sa propre histoire. La traite transatlantique, c’est 500 ans d’histoire sub-saharienne. J’ai le sentiment qu’il est difficile de comprendre ce que l’on est devenu aujourd’hui si on ne connait pas cette histoire-là et la manière dont elle a bouleversé la vie dans nos espaces. Il y a une impossibilité de se projeter dans un avenir quelconque si on ne sait pas comment on a été transformé par sa propre histoire. Comme il n’y a pas d’écrits précis sur la question, je pense que c’est aux créateurs de compléter le travail que font les historiens.

léonora miano,la saison de l'ombre,le magazine des espaces culturels leclerc,interview,mandor

Léonora Miano et Mandor le 16 août 2013.

20 septembre 2013

Marc Bélit : interview pour Le philosophe amoureux

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclercMéfiez-vous de l’eau qui dort… Derrière l'homme de culture rigoureux se cache un intellectuel facétieux. Marc Bélit, ancien professeur de philosophie, fondateur du Parvis, la Scène nationale de Tarbes, sort son premier roman, Le philosophe amoureux. On y retrouve un mélange d'humanité, de philosophie, de sentiments amoureux et d'analyse politique. Une fantaisie que ses précédents essais sur la politique culturelle n'avaient pas laissé deviner. J’ai interviewé Marc Bélit pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois de septembre 2013).

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

marc bélit,le philosophe amoureux,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclercLe bonus mandorien:

Descartes est présent dans ce livre, comme une ombre qui passe.

C’est un personnage subliminal. Il est l’équivalent de mon héros, le professeur Granier. Il est cet enseignant qui a parlé avec cette jeune Princesse Palatine. Quand on lit leur correspondance, c’est très troublant.  En même temps, c’est l’homme de la dualité, philosophiquement. Dans ce livre, je fais beaucoup de clins d’œil philosophiques.

Descartes est-il votre philosophe préféré ?

Non. À un moment donné dans le livre, Nadia dit: « Descartes, c’est la France ». C’est une icône. C’est le début de la pensée des « modernes », c’est le cogito, le « je pense », c’est l’idée de ce moment ou l’homme se met au centre de l’univers et organise son univers autour de lui et soumet l’univers à lui-même. Ça, c’est la modernité.

Le professeur est convaincu du pouvoir de la raison sur les passions de l’âme. Un jour, cette thèse bat de l’aile et ça le mine. Comme ça le mine de ne pas savoir si Descartes est mort empoisonné ou d’une pneumonie. Tout ça l’obsède, comme il est obsédé par Nadia. Il oscille entre des sujets profonds et les affres de son cœur.

On enseigne Les passions de l’âme de Descartes parce qu’à un moment donné, il faut arriver à les dominer, à ne pas en être esclave. Mais quel plaisir d’y succomber. C’est tout le déchirement de l’homme. La tête veut une chose, le cœur en veut une autre.

18 septembre 2013

Zep : interview pour Une histoire d'hommes

histoire_d_hommes_03.jpg

Zep quitte une nouvelle fois la cour de l’école et son Titeuf aux 20 millions d’exemplaires561716_0202728272551_web_tete.jpg vendus. Il revient avec Une histoire d'hommes, un album racontant les retrouvailles d’anciens copains, membres d’un même groupe de rock qui a sévi il y a 18 ans. L’un d’eux a réussi. Sandro est devenu une star, les autres galèrent ou ont pris une voie beaucoup plus sage. Ils se retrouvent un week-end invités par la star, refont l’histoire, imaginent ce qu’aurait été le groupe s’il n’avait pas explosé en vol et découvrent une sombre vérité, un secret enfoui qui vont expliquer pas mal de choses sur les uns et les autres. Émotions, tendresse, apparences trompeuses, rien n'est simple quand les quatre amis sont ensemble. Chacun a ses démons, ses petites fautes inavouables. Mais l'amitié est plus forte, et la raison de ces retrouvailles sera d'autant plus violente qu'elle lèvera le voile sur une incroyable histoire. Zep livre là un album splendide et très touchant.

Le 13 septembre dernier, j’ai rencontré Zep au sein même de la jeune maison d’édition consacrée à la BD, Rue de Sèvres.

IMG_1529.JPGInterview :

Vous avez remarqué combien cet album suscite la curiosité ?

Quand on est associé aussi fortement à un personnage comme Titeuf, dès qu’on en sort, ça suscite de l’intérêt. J’ai déjà fait des projets parallèles comme Happy Sex, qui était un livre réservé aux adultes. Comme Titeuf l’est pour les enfants, il a fallu que je me justifie constamment quand j’ai changé mon fusil d’épaule. Alors que c’est le propre d’un artiste, il est censé évoluer. On ne peut pas raconter les mêmes choses à 40, 30 ou 20 ans.

Avec Titeuf, vous aviez déjà évoqué tous les sujets possibles et imaginables, comme le deuil, le secret, mais en version humoristique. Dans cet album, c’est en version plus adulte. C’est compliqué de passer d’un univers à l’autre ?

Non, ce n’est pas compliqué parce que c’était quelque chose que j’avais besoin de faire. Tous ces sujets me touchaient, même les plus graves, mais pour Titeuf,  je les travaillais avec une pirouette humoristique. Ça me permettait de garder une espèce de protection et de mettre une distance sur des choses que je pourrais dire moi. Avec l’âge, j’ai eu envie de sortir du bois. J’ai eu envie de raconter des histoires sans faire le rigolo. J’ai enfin atteint une forme de maturité que je n’avais pas jusque-là. Un album comme Une histoire d’hommes a mis du temps à venir.

Y a-t-il  a eu un déclic pour que vous remarquiez que vous étiez prêt ?zep-carnet-intime.jpg

Le déclic c’était le livre Carnet intime, qui était une compilation de mes carnets de voyage et mon premier livre sans gag.

Mais le public a suivi aussi dans ce registre-là.

Oui, et ce n’était pas gagné d’avance. C’est toujours mieux si le public nous lit.

Vous ne seriez pas allé dans ces directions si les premières tentatives avaient échoué.

C’est encourageant, c’est sûr. Pour Carnet intime, il y a plein de gens qui m’ont dit qu’ils n’étaient pas sensibles à mon travail humoristique, mais qu’avec ce livre, quelque chose les avait touchées. Je m’octroie désormais le droit de jouer dans des registres différents. Quand on est artiste, on nous associe tellement à un personnage, qu’il ne faut pas le mettre en péril.

Mais, dans votre cas, c’est normal. Titeuf vous accompagne quand même depuis 20 ans.

Justement, ça fait du bien de le quitter pour faire autre chose. C’est un truc que ma génération peut faire, qui était un peu plus compliqué pour la génération précédente.  A l’époque de Franquin et d’Uderzo, c’était un jeu risqué. Franquin, quand il a fait ses Idées noires, ça a été la mort de Gaston Lagaffe. Il a mis 10 ans à refaire un Gaston après et ce n’était pas le meilleur. Clairement, il n’avait plus envie de le faire.

titeuf-au-cinema-en-2010-01.jpgVous, vous répétez bien que vous allez faire de nouveaux albums de Titeuf.

C’est vrai. Je conjure peut-être le mauvais sort. Mais, je n’ai pas l’impression d’avoir fait la même chose pendant 20 ans jusqu’à aujourd’hui. L’album de Titeuf que j’ai fait il y a deux ans est complètement différent de celui que j’ai fait  il y a 10 ans ou celui que j’ai fait il y a 20 ans. Je ne me retrouverais pas du tout dans une carrière comme celle de Jim Davis avec Garfield où rien n’a bougé depuis 40 ans. Ce sont les mêmes gags avec les mêmes dessins. C’est une autre démarche, mais je trouve qu’ici, en Europe, on a la possibilité de faire une bande dessinée d’auteur variée.

J’ai lu de la part de critiques qui écrivaient sur Une histoire d’hommes que désormais, ils sentaient qu’il y avait un scénario… ça ne doit pas vous faire plaisir de lire ça. Titeuf, ce n’était pas scénarisé ?

Ils disent cela parce que c’est un long récit. Dans l’idée des gens, s’il y a un long récit, il y a un scénario, si c’est du gag, c’est juste une idée de gag. Il faut avouer que sur une page, il y a une idée et un jet immédiat, alors je peux comprendre ce genre de critique. Cet amalgame ne me vexe pas. 

Dans une histoire d’homme, il n’y a pas beaucoup d’humour, mais il y en a un peu. Il y a même un personnage, Franck, qui me rappelle votre univers habituel.

C’est comme la vie, il n’y a pas que des gens qui sont que drôles ou que tristes. Même dans Titeuf, c’est de l’humour, mais il y a des moments sensibles et touchants. Dans Une histoire d’hommes, ces 4 copains qui ne se sont pas vus depuis 18 ans ont aussi envie de faire les cons, de boire ensemble… c’est assez légitime. Ils se retrouvent dans des circonstances tragiques, il y a plein de secrets qui pèsent sur eux. Ils ont donc tous besoin de se marrer.

Il y a du Titeuf, chez Franck.

C’est marrant ce que vous me dites là parce qu’on me demande souvent si Titeuf va grandir. Et bien, si Titeuf grandissait, potentiellement, il peut être Yvan, pas Franck. Titeuf et Yvan sont deux loosers et ils se prennent des baffes avec les filles.

 

Zep-P2.jpg

Sandro est donc celui qui a réussi. Il est devenu une star du rock français. Quand il fait venir ses anciens camarades, il gère plutôt bien la situation.

On sent quand même qu’il y a chez lui une part de culpabilité, mais en même temps, il a fait sa vie et il ne doit rien aux autres. Et les autres ont fait leur vie, sauf Yvan. Mais Yvan, lui, il a choisi d’attendre.

Si le ton est dans l’ensemble grave, c’est une histoire optimiste ?

La fin est ouverte en tout cas. Malgré toutes les révélations fracassantes de ce livre, dont je ne peux pas parler ici, on peut imaginer que leur vie va reprendre sous de meilleurs auspices.

histoire_d_hommes_06-1.jpg

Dans Une histoire d’hommes, vous ne dessinez pas de la même manière que dans Titeuf. On a l’impression que ce n’est pas le même artiste.

Je n’ai pas le recul nécessaire pour dire ça, mais quand même, comme vous, j’ai l’impression que c’est très différent. Je pense que le dessin d’un dessinateur va s’adapter à ce qu’il a envie de raconter. Bon, ça ne se fait pas non plus en claquant des doigts. J’ai redessiné l’album trois fois en neuf mois. Il y a eu du boulot pour l’acquisition de ce nouveau dessin.

Mais votre trait reste votre trait.

J’ai cette manière de dessiner qui est une forme de ligne claire. Je dessine tout. Je ne suis pas Hugo Pratt qui met un coup de pinceau et c’est une ville. Si je dessine une ville, je dessine toutes les tuiles, les toits, les cheminées (rires).

Vous êtres un méticuleux.

Je suis un méticuleux, un peu obsessionnel et en même temps, je dessine très vite. Il faut sortir de certains automatismes. Mon dessin humour est beaucoup plus précis, beaucoup plus sûr de lui. Pour Une histoire d’hommes, il est un peu plus fragile, mais ça va avec le personnage principal Sandro. 

1558587874.jpgBon, personnellement, je ne peux pas ne pas évoquer Goldman avec vous. Vous êtes quand même celui qui avez réalisé sa dernière pochette. Celle de Chansons pour les pieds.

Oui, et je crois que ce sera vraiment sa dernière pochette. Il me donne de ses nouvelles de temps en temps. Il veut voir grandir ses enfants et je ne suis pas certain qu'il sorte un nouveau disque un jour.

Ce n’est pas une bonne nouvelle que vous me dites là.

(Il sourit)

Il a lu Une histoire d'hommes ?

Oui.  Jean-Jacques m’a d’ailleurs envoyé un petit mot charmant pour me dire qu’il avait aimé. Il m’a parlé du passage ou Yvan annonce la mort de son père à Franck. Quand il dit « Il est mort. Il n’a jamais beaucoup vécu. Je ne suis pas sûr qu’il ait vu la différence ».

DSC08438.JPG

Zep et Mandor après l'interview le 13 septembre 2013.

img509.jpg

09 septembre 2013

Stéphane Haumant : interview pour Le jugement dernier

stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandor

Dans son premier thriller, Le Jugement dernier : l'énigme du Codex Lucis, le journaliste Stéphane Haumant (que les abonnés de Canal+ connaissent bien puisqu’il est le présentateur/producteur de Spéciale Investigation) entraîne le lecteur sur la piste d'un manuscrit Cathare qui annoncerait l'Apocalypse. Il raconte également, avec une plume alerte et précise, l’enquête d’un policier Américain et d’un journaliste Français qui se lancent à la recherche des coupables d’une série d'attentats ayant ensanglanté le Brésil, les États-Unis, puis le Japon.

Un très bon premier roman (1er du longue série ?).

Stéphane Haumant est passé me voir à l’agence le 19 juillet dernier…(Merci à Gilles Paris).

stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandor4e de couverture :

Des bombes sèment la terreur au Brésil, aux États-Unis, au Japon, en Inde. Pas des bombes ordinaires, mais celles du « Jugement dernier », des engins miniaturisés d'une effroyable efficacité ! Qui se cache derrière ces attentats et pourquoi sont-ils commis, causant des milliers de morts ?
Un policier américain et un journaliste français se lancent sur la piste des mystérieux coupables qui ne formulent aucune revendication.
Comment imaginer qu'ils devront remonter à un texte apocalyptique, le Codex Lucis des Cathares, pour identifier la source d'un complot vieux de neuf siècles et posant une question cruciale : l'humanité a-t-elle un avenir ?

L’auteur : 

Grand reporter, journaliste d'investigation, Stéphane Haumant est producteur de l'émission spéciale Investigation sur Canal +. Le Jugement dernier : l'énigme du Codex Lucis est son premier roman.

stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandor

Interview :

En lisant Le jugement dernier, on sent la patte du journaliste qui a fréquenté le terrain pendant des années. On voyage beaucoup dans ce roman.

Pendant une quinzaine d’années, j’ai été reporter donc je suis allé dans la plupart des pays que j’évoque pour y bosser. Je me suis effectivement inspiré de plein de souvenirs et d’anecdotes que j’ai vécues quand je suis allé dans ces pays. Je parle du Japon, du Brésil, de la Russie et de la plupart des pays d’Europe…

Quand on est journaliste, on a un style d’écriture bien particulier. On se doit d’être clair et concis. Dans un roman, il faut ça, plus du style. Le vôtre est-il venu naturellement ?

C’est totalement intuitif et empirique. J’avais une idée d’histoire en tête et je l’ai écrite sans me poser trop de questions. J’ai écrit spontanément dans un style peut-être un peu journalistique et sec, mais moi, ça me convenait bien. Je trouvais même que c’était cohérent avec ce que je voulais faire en termes de rythme et d’efficacité.

stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandorDu coup, il n’y a pas de fioritures. On ne s’ennuie jamais.

Je voulais écrire un livre comme on regarde un film d’action américain, que cela aille vite et rebondisse sans arrêt. Mais, je souhaitais aussi que derrière toute cette énergie, il y ait matière à réflexion. Je ne voulais pas de longues introspections de mes personnages, mais qu’ils n’existent que par ce qu’ils font. À travers ce qu’ils font, on comprend qui ils sont.

C’est un roman d’anticipation, dont l’action se situe dans 25 ans. Le monde que vous avez inventé ressemble tout de même au monde d’aujourd’hui.

Quand j’étais enfant, j’imaginais qu’en l’an 2000, il y aurait des voitures qui volent, que l’on vivrait dans des combinaisons en aluminium et qu’on mangerait des pilules. Finalement, 35 ans après, le monde est assez proche, à part quelques outils technologiques qui ont révolutionné nos vies. Donc je me dis que dans 25 ou 30 ans, la vie ne sera pas forcément très différente d’aujourd’hui et les angoisses des hommes seront probablement les mêmes.

Les questions existentielles de l’Homme restent les mêmes, vous avez raison.

Qu’est-ce que la liberté ? Comment doit-on organiser la société ? Les questions sur la vie, la mort… toutes ces questions n’ont pas changé et seront encore là dans 40 ans.

Je trouve ça intéressant de lire le livre d’un journaliste. Dans ce métier, il faut vérifier ses informations, être rigoureux, ne rien inventer…  alors que lorsque l’on est écrivain, rien de tout cela n’est obligatoire. Au contraire, c’est l’imagination, l’invention, la fantaisie qui priment.

99% de ce que je raconte dans ce livre est authentique. Après, le romancier que je suis a fait rentrer 1% de fantaisie et d’imagination, a tordu un peu le réel à la marge. Mais tordre à la marge permet d’inventer des choses totalement plausibles, qui pourtant n’ont pas existé. Je voulais que le lecteur, à chaque page, se demande si telle ou telle chose est vraie ou pas. J’ai voulu créer un jeu sur le vrai et le faux entre l’actualité et l’histoire.

Vous vous êtes amusé à écrire ?

Honnêtement, je pensais écrire ce livre en 3, 4 mois et ça m’a pris plutôt trois ans. J’ai découvert que le métier d’écrivain était un vrai métier et que c’était difficile. J’ai construit une sorte de puzzle. Ce n’est pas simple un puzzle. On place, on retire, on recommence, on hésite… Tout ça prend du temps, mais  une fois que le puzzle est fini, on est content.

Stéphane Haumant/Dan Brown, même combat ?stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandor

Il y a l’idée d’un grand complot qui régirait le monde. Dan Brown n’est pas le seul à l’avoir imaginé. C’est lui qui a fait le plus gros succès, mais il y a pléthore de livres avant lui et après lui sur ce sujet.

Croyez-vous à un complot mondial ?

Moi, pas du tout. Qu’il y ait des sociétés secrètes qui fassent du lobbying, qui travaillent, qui influencent, ça, il y en a un paquet, dont la plus célèbre est la Franc-maçonnerie. Après, qu’elles dirigent le monde, je n’y crois pas du tout. En revanche, ce qui me frappe, c’est que depuis 10 ou 15 ans, cette croyance-là est devenue une sorte de religion à part entière. À côté du catholicisme, du protestantisme, aujourd’hui il y a la théorie du complot qui mobilise quand même des dizaines de millions de gens. C’est une religion informelle qui n’a pas de gourou, mais qui, quand même, donne à tout un tas de gens, une grille de lecture du monde. Ca m’intéressait d’utiliser cette grille de lecture et de la confronter à d’autres, plus politiques, plus religieuses. Comme plus personne ne croit aux institutions, ni aux hommes politiques, on imagine qu’il y a quelque part des organisations secrètes qui changent le monde.  

Avec votre livre, vous confortez la théorie du complot, non ?

Déjà, on peut se dire que cette histoire se passe dans l’avenir, donc elle ne cherche pas à expliquer le présent.

Mais permettez-moi de vous dire qu’en vous lisant, on oublie un peu que l’action se situe dans 25 ans.

Oui, je sais. Alors, soit on peut se dire que mon livre est la preuve que la théorie du complot est vraie. Un peu comme a fait Dan Brown qui avait donné la clef de l’énigme de l’humanité à travers Jésus et la Bible. J’ai surtout voulu démontrer qu’avec un peu d’imagination et un peu de persuasion, on peut inventer tous les complots que l’on veut. Et qu’avec la théorie du complot, ce qu’il y a de formidable, c’est que l’on peut tout expliquer.

stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandorVous parlez du Trésor des Cathares. Le fameux trésor est en fait  un livre, le Codex Lucis (le livre de la lumière) qui révèle le secret des origines de l’homme. Rien que cela !

Tout ce que j’évoque dans ce livre à ce sujet sont des thèses, des hypothèses. Celles qui existent ne sont pas plus crédibles que celle que je rajoute. L’imaginaire de l’homme se nourrit de ces mystères historiques qu’il tourne dans tous les sens pour essayer de comprendre ce qui se cache en dessous. Je m’en suis servi et je me suis amusé avec.

Vous mettez en scène un journaliste français et un flic du FBI qui enquêtent chacun de leur côté sur la même affaire et qui finiront par se rejoindre. Journaliste et policier, c’est un peu le même métier finalement.

Ce sont les deux faces d’un même métier en tout cas. Les deux enquêtent, les deux cherchent la vérité, mais pas pour les mêmes raisons.Ca m’amusait de les mettre en parallèle parce que ce sont des professions qui se côtoient, mais qui travaillent de façon différente. Le journaliste est sur le terrain, il rencontre des gens. Il fait son enquête un peu au ras des pâquerettes. Le flic, lui, a accès à des documents officiels, des réunions importantes à la Maison Blanche par exemple. Eux aussi sont à deux niveaux de lecture du monde et de collecte d’indices très différents, mais ils vont parvenir au même point d’arrivée. Les journalistes ont une liberté d’action qui fait qu’ils trouvent des choses que les flics ne trouvent pas forcément.

Le flic Balthazar est un peu rentre-dedans quand même. Il n’attend pas toujours les autorisations officielles…

Il y a des gens qui sont mus par une espèce d’énergie qui, dans la quête de la vérité, peut devenir un peu extrême. Sur certaines enquêtes un peu exceptionnelles, on peut aller très loin et donc se bruler les ailes. Cette enquête-là ne pouvait se mener en respectant toutes les règles. Pour un journaliste, c’est un peu une seconde nature de louvoyer avec les règles, c’est plus rare du côté des institutions. Il arrive que des flics ou des juges aussi sortent des cadres et des règles du jeu juridiques parce qu’ils pensent que c’est la seule façon de toucher la vérité après  laquelle ils courent parfois depuis des années.

Vous-même, avez-vous pris beaucoup de risques professionnels ? Je parle d’avant la présentation de Spéciale Investigation ?

Je n’ai jamais été reporter de guerre, donc je me suis très rarement retrouvé dans des situations où ma sécurité physique était en jeu. Après, de ne pas tout à fait respecter les consignes étiquetées par les autorités ici ou là, c’est fréquent et ça fait partie du jeu. Si on veut sortir des infos et avoir un discours qui ne soit pas un discours officiel, on est obligé en permanence de sortir des cadres. Par nature, notre métier exige que nous soyons tous des francs tireurs.

stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandorVous n’êtes aujourd’hui plus sur le terrain. Vous présentez et dirigez Spéciale Investigation… c’est autre chose comme vie.

Je créé une ligne éditoriale. On reçoit beaucoup de projets, il faut en garder 40 par an, les accompagner… En gros, mon équipe et moi choisissons les sujets, on les initie, on peut intervenir en cours de tournage, on aide le journaliste à mettre en forme de la façon la plus efficace, pédagogue, claire et en même temps la plus haletante possible s’il éprouve des difficultés. À la fin, c’est un travail collectif et on essaie de faire accoucher le mieux possible le bébé. Une enquête c’est une matière assez complexe à mettre en forme. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte.

Avec ce livre, vous vous faites interviewer. Soudain, vous êtes de l’autre côté de la barrière…

C’est plus difficile pour moi de parler de mon livre que de parler de l’émission. Parler de l’émission, c’est parler de films faits par d’autres. J’y mets une certaine distance. Je suis à l’aise sur les problématiques liées à mon métier. Parle du livre, c’est parler un peu de soi. C’est moins facile, mais je me lance quand même.

Il y a aura une suite à ce livre?

Oui, je l’écris en ce moment. L’histoire de ce livre se clôt, mais elle peut se rouvrir. J’ai des personnages secondaires qui pourraient avoir des rôles plus importants dans le second.

stéphane haumant,le jugement dernier,interview,mandor