Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2014

Jean-Christophe Rufin de l'Académie française: interview pour Le collier rouge

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie françaiseAnnée du centenaire de la Première Guerre mondiale oblige, c’est avec un roman sur l’après-guerre que Jean-Christophe Rufin fait son retour.Un jour, un ancien poilu anarchiste et antimilitariste décide de décorer son chien de sa médaille militaire. En 1919, cet acte est considéré comme un signe de rébellion. Dans Le collier rouge, l’Académicien Jean-Christophe Rufin met en lumière trois destins qui se croisent : celui d’un ancien héros de la guerre (notre poilu anarchiste), retenu prisonnier au fond d’une caserne, celui de son chien, posté devant la porte, qui aboie jour et nuit, et celui d’une femme qui attend et espère, non loin de là. Ce livre aussi réjouissant qu’émouvant interroge sur la loyauté et la fidélité.

Le 27 février dernier, je suis allé à la rencontre de Jean-Christophe Rufin dans un bureau de chez Gallimard pour une heure d’interview.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie françaiseInterview :

Le collier rouge est un roman très court. Est-ce que c’est un « entre deux livres » ou chaque livre a autant d’importance ?

Le poids, pour le poisson, c’est important… pour les livres, on peut considérer qu’il n’est pas proportionnel à l’intérêt qu’on peut lui trouver. Ce livre est petit en volume, mais c’est un livre complet parce qu’il a été longuement porté et il traite de sujets importants qui me touchent profondément. Il est dense et à beaucoup de niveaux de lecture. Il a pris cette forme courte parce qu’il n’y avait aucune raison que j’en mette plus. Pour moi, Le collier rouge a autant d’importance que les autres.

Je crois savoir que vous avez écrit ce livre dans des conditions particulières.

Contrairement à d’habitude, je ne savais pas vraiment où j’allais. Je n’ai pas fait de plan. Je voyais devant moi s’ouvrir des portes les unes après les autres au bout de chaque chapitre. La rédaction du livre s’est faite très vite, de façon à vivre l’aventure comme si j’étais dedans, presque en temps réel.

Vous aviez hâte d’en sortir ?

Oui, parce qu’à un moment, on ne sait plus trop comment on va s’en tirer. C’est même un peu angoissant. J’ai une amie romancière canadienne qui dit : « il n’y a qu’une seule intrigue dans tous les livres, c’est comment l’auteur va se sortir de la panade dont il s’est mis ». Moi, pour Le collier rouge, je n’ai pas toujours tout maitrisé. Par exemple, la dimension sur tout le mouvement ouvrier de l’époque, je ne l’avais pas prévue.

Ce livre terminé, avez-vous eu le sentiment du devoir accompli ?

Généralement, tant que j’écris, je suis guidé par une boussole assez précise. Je n’ai aucun doute de rien. Mais une fois que le livre est fini, c’est le contraire. Je me dis que ce que je viens d’écrire est nul. Dès qu’on arrive au stade où il vit sa vie, où il est publié, où il appartient aux autres, où il est lu par des critiques, puis par des lecteurs, je panique, parce que j’ai pris de la distance… je ne suis plus dedans. Après, c’est le succès ou l’échec qui finit par vous rassurer ou vous démoraliser.

Ça fait 15 ans que vous faites ce métier. Vous habituez-vous à la sortie d’un livre ?

Non. D’ailleurs quand je vois les jeunes qui démarrent, qui ont un grand succès avec un livre et qui deviennent immédiatement sûrs d’eux, j’ai envie de leur dire de se calmer. Tout se joue sur la durée. Une carrière d’écrivain, c’est une course de fond. C’est long, il faut donc accepter l’idée qu’il y a des hauts, des bas, des succès et des échecs. Moi, j’ai fait un livre d’anticipation qui n’a pas marché auprès de mon public initial, Globalia. Les jeunes ont plutôt apprécié, mais mon public habituel a bloqué. Cela dit, j’essaie de ne jamais faire la même chose. J’aime bien l’idée de ne pas être là où l'on m’attend. Je n’aime pas être enfermé, je suis claustrophobe.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

Écrire un livre sur la Première Guerre Mondiale quand on fête ses 100 ans, est-ce de l’opportunisme ?

J’avais envie d’écrire sur la guerre de 14 depuis très longtemps. Le grand-père qui m’a élevé a fait cette guerre. J’ai beaucoup de souvenirs liés à elle comme dans beaucoup de familles françaises. J’ai écrit le livre sans me rappeler que c’était le centenaire. Quand je m’en suis rendu compte, j’ai été très gêné parce que je ne voulais pas que les gens pensent que c’était un livre de circonstance. Du coup, j’ai même pensé attendre pour le publier plus tard. À cause du succès de mon livre sur Compostelle, Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi, on n’a pas pu sortir le livre avant. Pour moi, cette date est plutôt un inconvénient. Ça m’ennuie de rajouter un document de plus sur cette guerre.

Dans votre roman, la guerre n’est abordée que de façon extérieure. Est-ce un roman sur « comment on s’en sort après avoir vécu ça » ?

Ce livre ne célèbre pas de guerre, encore moins une victoire puisque je considère qu’il n’y a pas eu de victoire. C’est une guerre de vaincus de tous les côtés. Ce livre est très en marge des autres ouvrages sur le sujet. Le collier rouge est plus un livre sur « qu’aurait-il fallu faire pour éviter la guerre ? » L’univers de la guerre est un univers animal, d’où la comparaison avec le chien. Il faut dépasser le sentiment animal d’attaquer l’autre pour défendre les siens. C’est respectable, mais c’est une impasse. Je veux faire prendre conscience que ce qu’ont vécu ces soldats n’était pas humain, mais animal. Le chien est au centre de la vision que je voudrais donner de cette guerre.

Tous vos personnages ont cessé d’être obtus après la guerre.

C’est une guerre qui a transformé profondément tout le monde. Tous ceux qui l’ont vécue ont perdu toutes leurs certitudes. Il y a eu beaucoup de croisements sociaux et intellectuels. Les tranchées, c’était des lieux de mélange. Des lieux où l’aristocrate pouvait rencontrer l’ouvrier ou le paysan et vivre la même chose : le danger et la mort.

Votre héros ne fait rien pour s’en sortir parce qu’il a des convictions et qu’il s’y tient.

Le juge veut faire sortir le prisonnier de prison, mais ce dernier veut y rester. Il veut affirmer haut et fort ses convictions sur la guerre. On comprendra aussi que derrière les actes de l’ancien soldat, derrière ses décisions, il y a une femme. Il n’ose pas l’aborder pour lui demander des explications sur son comportement… et pour éviter ça, il va s’enfermer dans quelque chose de spectaculaire où il va se donner le beau rôle. Mais au fond, c’est un appel pour elle. Il veut renouer avec elle sans oser le faire.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

Le chien nous apprend beaucoup sur l’homme dans ce livre. C’est un peu lui le héros du roman ?

Je le pense. J’adore ce chien. À travers lui, j’ai voulu rendre hommage aux dizaines de milliers d’animaux qui se sont retrouvées dans les tranchées. C’est un phénomène très peu connu.

On les utilisait pour déminer, pour chasser les rats… ils avaient une réelle utilité.

Il y a ceux qui étaient là parce qu’ils avaient suivi leur maître. Ceux-là, les poilus les utilisaient directement en fonction des problèmes qu’il pouvait y avoir dans les tranchées. Mais, il y avait aussi des chiens acheminés par l’état major pour une utilisation vraiment militaire. Il y avait aussi des pigeons qui ont bien servi pendant cette guerre. Saviez-vous que des pigeons ont  réussi à faire passer des messages à travers les lignes et qu’ils ont été décorés après la guerre ?

Vous ne trouvez pas cela ridicule ?

Vous savez, les pigeons, c’était le Facebook de l’époque, la communication ultime. C’est comme les chiens… aujourd’hui, on utilise des robots pour déminer. On a une vision archaïque des choses aujourd’hui. Après cette guerre, ce que je trouve très touchant, c’est l’attendrissement de ces hommes pour la souffrance animale.

Dans ce livre, y a-t-il un personnage qui vous ressemble ?

On doit mettre de soi dans chaque personnage. Pour décrire le travail de chaque auteur, on peut dire que c’est une autobiographie éclatée, une autobiographie sous forme de fragments. Les éclats sont présents dans tous les personnages et dans toutes les situations. Mettre de soi dans tous les personnages, c’est ce qui les rend vivants.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

Vous êtes membres de l’Académie française. Est-ce que cela met de la pression quand on écrit ?

L’Académie est l’institution la plus ancienne de la nation. Elle a été créée sous la monarchie et elle n’existe que par ceux qui la font vivre, c'est-à-dire nous, les quarante académiciens. Pour la faire vivre, chaque génération reprend le flambeau et porte ce défi. Il faut être vivant, faire preuve d’initiative, être très présent. Je me réjouis quand Hélène Carrère d’Encausse, Éric Orsenna, Max Gallo et Jean-Marie Rouart publient des livres. Nous ne sommes pas tenus au succès et au génie en permanence, mais on fait ce que l'on peut. Nous sommes là, bien décidés à faire bouger cette Académie.

Vous avez eu plusieurs vies et vous avez été décorés de nombreuses fois. Récemment, vous avez reçu l’insigne d’Officier de la Légion d’honneur. Savez-vous pourquoi vous avez reçu cette récompense ?

Je l’ai eue au titre des affaires étrangères et de la francophonie. En tant qu’ambassadeur, j’ai travaillé pour le pays dans des conditions pas toujours faciles. J’accepte que l’on m’honore parce que j’ai un profond respect pour les institutions et la nation. Mais, je ne veux pas que ces décorations me transforment en statut. Il faut rester vivant et actif. C’est pour ça que j’écris beaucoup et que j’essaie d’être à la hauteur.

jean-christophe rufin,le collier rouge,interview,mandor,académie française

A l'issue de l'entretien, chez Gallimard, le 27 février 2014.

03 avril 2014

Dyne : interview pour son EP "A la tombée des nues"

dyne,à la tombée des nues,interview,mandor

(© Hélène Kérisit)

Voilà une artiste encore inconnue dont j’aime la voix (elle est capable, avec une dextérité étonnante, de descendre dans les graves comme de monter dans les aigus), les textes et les compositions. Pianiste hors pair, Dyne chante et joue avec une sorte d’urgence qui ne peut pas laisser indifférent. Une bonne raison pour s’y intéresser et lui offrir ici un peu de visibilité. Pour le moment, il n'existe encore aucun clip, juste des captations lors de Tremplins ou lors de prestations dans de petites salles.Quand j’ai reçu la chanteuse à l’agence, le 18 décembre dernier, j’ai été très étonné par ses propos. Elle tient un discours inédit pas piqué des hannetons, mais intéressant. J’aime être surpris quand un artiste me parle et là... je n’ai pas été déçu.

dyne,à la tombée des nues,interview,mandorBiographie officielle, à propos de l’EP 6 titres, A la tombée des nues.

Ça parle d’amour. Comme pas mal d’autres avant elle.
Ça parle avec pas grand-chose, un piano, une voix, une contrebasse, parfois une guitare. Ça suffit à évoquer les rêves et les espoirs, les désillusions aussi. Ça parle de quelques-uns sans jamais vraiment les dire et c’est ce qui touche, l’émotion brute et fragile qui s’immisce entre les lignes des notes. Des parcelles de classique, jazz, latino, variété, des parcelles de gens, de vécus, de cœur que Dyne livre sur un plateau d’argent à qui veut l’écouter.

Car Dyne c’est ce mélange d’une intimité si étrange qu’elle en reste ouverte à chacun, là, sous vos oreilles, c’est son émoi qui bat au rythme de ses songes, aux rythmes saccadés, brisés par l’effet de surprise que peut prendre la tournure des vers. En musique, rien ne se répète vraiment, Dyne se joue du piano sur les sentiments… avec sincérité. C’est un mot d’ordre et de droiture, c’est bien sa vie qu’elle met en jeu dans ses textes. Au service d’une mélancolie qui empoigne avec douceur, des mélodies qui n’ont pas de refrain, dont on se souvient pourtant.

Et s’il fallait trouver un but à la démarche, il serait dans l’instant. Creuser dans les silences comme on creuse sa bulle, une brèche dans le temps où l’auditoire est pris d’une même chaleur, partager l’émotion d’un être qui se donne sans carapace l’espace d’une chanson.

Pour en savoir plus sur son actu, suivez sa page Facebook.

dyne,à la tombée des nues,interview,mandor

(© Hélène Kérisit)

dyne,à la tombée des nues,interview,mandorInterview :

Tu as un cursus d’arts appliqués. À la base, tu voulais devenir mangaka (auteur de manga)

Oui, j’ai suivi cette voie jusqu’à mon bac, puis j’ai tenté de faire un BTS de design de mode avant de changer d'orientation une nouvelle fois et faire une licence de musicologie. Je voulais raconter des histoires.

Dans le dessin, tu aimes quoi ?

Les gens. Dans le dessin et le design, j’aime croquer les gens. Mais, plus généralement, depuis toute petite, j’écris des romans, des livres dont tu es le héros et je raconte les gens.

Tu ne te contentes donc pas d’un art.

Et je vais même te dire que la forme d’art dans laquelle je suis le moins à l’aise, c’est la chanson. La poésie d’une chanson est extrêmement difficile à trouver. C’est compliqué d’amener des situations, des contextes, des surprises avec des mots épurés. La poésie, les paroles de chansons, ce sont des éclats de surprises.

Comment en es-tu venue à décider de chanter ?

J’ai commencé à composer à l’âge de huit ans. J’aimais inventer. Je me suis mise à écrire des chansons quand je suis tombée amoureuse, à l’âge de douze ans. J’aimais écrire des déclarations. J’ai commencé à chanter parce qu’il fallait bien que quelqu’un interprète le fruit de mon travail d’auteure-compositrice. À cette époque, je n’avais pas spécialement envie d’être sous les projecteurs. Même aujourd’hui, ce qui me plait le plus, c’est inventer.

"Si tu l'as pas compris", version live en 2013.

Tes chansons sont compliquées dans leur structure. Tu ne te contentes pas de trois dyne,à la tombée des nues,interview,mandoraccords…

Elles ne sont pas évidentes à jouer et chanter en même temps, en effet. Je ne fais pas forcément des chansons que l’on a envie de fredonner. Je prends le chant et le texte avec la musique. C’est comme si c’était une voix qui faisait partie de la musique.

C’est rare de créer une chanson texte plus musique en même temps. 

Chez moi, tout vient ensemble. Mais, c’est aussi une volonté. Comme je ne me sens pas la plus douée en la matière, je préfère créer de la manière la plus sincère possible. Donc, je compose et écris uniquement quand ça vient. Il me faut l’inspiration ou une volonté profonde de sortir quelque chose. Quand l’inspiration vient, elle se matérialise en un jet. Et après, je ne retouche pas. J’accepte ce que j’écris sans rien changer parce que c’est venu de mon cœur. Je ne juge pas ce que je fais, sinon je me prends trop la tête.

C’est de l’écriture instinctive ?

Complètement instinctive. C’est même de l’écriture inconsciente. Encore une fois, j’écris des chansons, ensuite, je vois ce que j’ai créé. Il y a des artistes qui ont une intention et qui vont la créer. Moi, je crée et après je vois l’intention que j’ai mise en avant. Il m’arrive de découvrir des phases de ma vie.

Musicalement, c’est pareil ?

Quasiment. Je lis la musique à peu près, mais je ne connais ni les accords, ni les gammes. Rien n’est prémédité. C’est pour cela que mes chansons sont parfois imparfaites. Par contre, elles sont le reflet exact de ce que je suis.

Je trouve ta voix exceptionnelle.

Le problème de la voix, c’est qu’elle fait partie de ton physique, donc, tu peux l’abimer. Et c’est quelque chose qui ne se remplace pas. J’ai donc pris quelques cours avec un professeur incroyable.

Tu t’amuses bien avec elle.

J’ai une voix plutôt « jazz ». J’arrive à sortir des timbres différents.

dyne,à la tombée des nues,interview,mandor

As-tu des modèles dans la chanson ?

Je commence tout juste à m’intéresser à la chanson française. Je sais que je vais choquer beaucoup de personnes, mais ça m’a répugnée pendant un moment. Je ne trouvais pas ça bon. J’avais du mal avec les textes et je trouvais la musique pauvre. Alors que non, en fait, évidemment. Mais les premières chansons qui sont arrivées à moi ne m’ont pas marquées. Ça ne m’a pas donné envie de chercher. Même Brassens et Brel, ça ne m’a rien procuré. Par contre, un jour, je suis tombée sur Barbara et je me suis sentie assez proche d’elle.

Tu as fait une fac de musicologie. Tu devrais être ouverte aussi à la chanson, non ?dyne,à la tombée des nues,interview,mandor

C’est d’ailleurs là que j’ai un peu changé d’avis, car il y a avait un cours de chanson française. Par la force des choses, ça m’a amenée à découvrir ce monde-là. Ça m’a davantage intéressée quand j’ai compris les contextes, ce qu’il y a derrière les chansons, les thèmes d’une œuvre…  Mais quand même, j’ai du mal avec les chanteurs morts. Je préfère aller vers le vivant. Je sais que je peux encore être surprise par eux.

Et dans les « vivants », alors, tu apprécies qui ?

J’adore Nicolas Jules par exemple. Ses textes m’ont vraiment étonnée. La chanson, ce n’est pas là où on va trouver la plus grande musique. Moi, je suis très musicale, j’aime le rythme, le groove…

C’est l’hôpital qui se moque de la charité… on ne peut pas dire que ton EP soit hyper groove.

C’est paradoxal, je sais, mais ce que je fais, je ne l’écouterais pas. Ce n’est pas un truc vers lequel je me tournerais. C’est de la chanson. Mais, c’est ce qui sort de moi, je n’y peux rien. Par contre, je t’avoue qu’en ce moment, il y a des nouvelles chansons qui m’arrivent. Elles sont plus « punchy » et plus jazz.

dyne,à la tombée des nues,interview,mandor

Qu’est-ce que ça t’apporte de chanter ?

J’ai besoin de m’exprimer au plus juste, de sortir des choses qui me touchent. J’ai remarqué que je pouvais faire de la musique pendant des heures et que je ne m’ennuyais jamais. C’est ça qui m’a poussée à persister dans cette voie. C’est toujours une source de curiosité et d’approfondissement. Mes autres activités, au bout d’un moment, ça pouvait devenir une corvée.

As-tu envie de devenir chanteuse musicienne professionnelle?

Ce n’est pas forcément une envie. C’est un besoin mêlé à un devoir.

Un devoir ?

C’est un devoir que je ressens en moi. Je pense que chacun à son utilité sur Terre et est doué pour quelque chose. Il a donc le devoir de le partager avec les autres. Je sens en tout cas qu’il y a quelque chose dans l’expression que je dois développer.

Je reviens au terme « devoir ». C’est amusant parce que pendant longtemps, je pensais que les artistes avaient pour mission de divertir, faire réfléchir ou sensibiliser. Tu penses quoi du terme « mission » ?

Je n’ose pas l’utiliser parce qu’il est très fort. Le problème du monde dans lequel on vit, c’est que l’on met des valeurs sur la société, mais tout le monde est « à part » et chaque mission est importante. La mission de l’artiste a un rapport avec les autres. Elle est un exemple, un regard et un véhicule.

dyne,à la tombée des nues,interview,mandor

Te sens-tu parfois habitée ? Quand tu es sur scène par exemple.

Parfois, je suis tellement partie que j’oublie ce que je fais. Il faut que je parvienne à un équilibre entre la concentration et l’abandon.

Il faut s’abandonner ?

En s’abandonnant, pour ma part, c’est là où je parviens à me connecter aux autres. Plus je m’abandonne, plus les gens me disent que je suis avec eux.

J’ai lu que quand tu écrivais une chanson, tu pensais toujours à une personne. Est-ce toujours le cas ?

Beaucoup moins. J’évolue. Maintenant, un texte peut me venir par rapport à un mot que j’entends. Par exemple, j’ai une chanson récente qui s’appelle « Girouette ». Je suis partie de ce mot. Maintenant que le texte est terminé, je sais à qui s’adresse cette chanson. Je me découvre à partir de mes inspirations.

"Girouette" en concert privé en région aixoise en février 2014. A la contrebasse Renaud Duret.

Est-ce que tu trouves que ta carrière est longue à aboutir ?

En ce moment, je suis découragée. Je continue parce que j’en ai le devoir… et c’est ça qui me permet de tenir.

Te sens-tu différente des autres ?

Tous les gens sont différents, tous les gens sont similaires.

Ton discours est très original. Aucun autre artiste n’ose vraiment l’aborder.

C'est difficile d'en parler ouvertement, il faut pouvoir assumer un tel discours. Ça peut être assimilé à beaucoup de choses. Je ne veux pas être considérée comme quelqu’un d’illuminé, par exemple. Quand tu tiens des propos aussi francs dans une direction, tu sais que ça ne va pas correspondre à plein d’autres directions et de modes de pensée. Je prends le risque. Je veux être la plus sincère possible. Dans mes chansons et dans ma vie.

dyne,à la tombée des nues,interview,mandor

Une selfie avec Dyne et mes deux stagiaires de 13 ans, présentes ce jour-là pendant l'interview.

29 mars 2014

Danakil : interview express pour Entre les lignes

danakil,entre les lignes,interview,mandor

danakil,entre les lignes,interview,mandorDanakil est depuis plus de dix ans l'un des fers de lance du reggae français. Le succès de ce combo ne doit rien au hasard tant il a su faire siennes les inspirations et les influences musicales jamaïcaines en leur ajoutant ce que les textes de chanson française ont de meilleur. Leur quatrième album, Entre les lignes propose une fois de plus, des textes engagés et conscients parlant de l'actualité comme peu sont capables de le faire.

Conversation, le mois dernier, avec Das aka Mathieu Dassieu, saxophoniste, compositeur, manager et coach du groupe.

Interview:

Êtes-vous nombreux à faire partie de la scène française reggae française ?

Nous sommes une ribambelle de groupes à arpenter les routes de France avec cette musique qui est pourtant boycottée par la plupart des grands médias. Nous avons très peu de visibilité médiatique, mais sur la route, dans les salles de concert, il y a un vrai engouement.

Il y a beaucoup de clichés autour des groupes de reggae. Lesquels entendez-vous le plus souvent ?

On réduit le reggae à des textes faibles, qui ne sont que dans la dénonciation et l’anti système. Le reggae est un vrai mouvement qui compte beaucoup d’amateurs qui savent que ce n’est pas que ça. Nous prônons aussi la pensée positive.

Clip de "Hypocrites".

Danakil est un groupe engagé et conscient à l’écriture très poétique. Vous faites attention à écrire de cette manière ?

Nous savons que nous n’avons pas le droit à l’erreur. Nous sommes conscients de nous être adonnés à quelques facilités dans le passé. Aujourd’hui, il faut faire attention aux styles des textes pour ne pas nuire à notre mouvement. L’écriture et les messages que l’ont fait passer sont primordiaux. Il faut tourner les choses le mieux possible.

Vous dénoncez dans vos chansons, mais vous ne franchissez pas la frontière de la démagogie. C’est compliqué ?

On compose tous ensemble, mais c’est Balik, notre chanteur, qui écrit les textes. Il puise son inspiration dans les faits d'actualité qu'il dénonce avec poésie et détermination. Les autres membres ne s’interdisent pas de faire des remarques s'ils estiment que c’est mal tourné ou que telle partie a plus sa place à tel endroit. On est dix à réfléchir dessus, donc, on ne laisse pas passer grand-chose qui ne serait pas honorable. Du coup, on assume à 100% ce qui est écrit et chanté par Balik. Nous ne sommes pas uniquement dans la revendication. Nous faisons aussi des chansons légères qui ne sont pas prises de tête. Il faut aussi savoir se laisser aller et être positif.

Clip de "Le rêve".

Les membres du groupe se connaissent depuis près de 15 ans, vous avez 10 ans de carrière, vous sortez un quatrième album… est-il compliqué de se renouveler ?

Quand on s’est rencontré, on était un groupe de lycéen. Nous avions 18 ans. Nous sommes arrivés à la professionnalisation de notre métier de musicien très progressivement. Chaque album a marqué une progression musicale du groupe. Aujourd’hui, nous avons 30 ans et je trouve que nous ne sommes jamais allés aussi loin de la production d’un album. Entre les lignes est l’album le mieux produit et dont les arrangements sont les plus fouillés.

Il y a des guests dans votre album. C’est le plaisir de partager avec d’autres musiciens avant tout ?

Dans cet album, on a choisi des featurings affectifs. Ce n’est pas le feat avec les Twinkles Brothers qui va nous permettre de vendre 50 000 albums de plus. C’est juste la volonté de travailler avec des gens qu’on écoute depuis qu’on est mômes. Pareil pour Groundation. On a partagé la route avec eux pendant une année, on a donc noué des liens humains avec eux. Ils font vraiment l’unanimité au sein de Danakil. Ce sont des musiciens exceptionnels qui sont de vraies sources d’inspiration pour nous. Il y a aussi Ky-Mani Marley, une vraie référence ultime en reggae pour nous. On l’écoutait quand nous étions jeunes et le fait de jouer avec lui dans un album à nous nous montre que les choses avancent. 

danakil,entre les lignes,interview,mandor

27 mars 2014

Zachary Richard : interview pour Le fou

zachary richard,le fou,interview,mandor

Avec Le Fou, son 20e album, le "Roi du Cajun" Zachary Richard, créateur du tube Travailler, c’est trop dur, renoue avec le public français. Comme à ses débuts, cet écologiste, empreint de spiritualité, défend avec ferveur le français de Louisiane, sur le groove ensoleillé et chantant de sa région natale…

Le grand retour de Zachary Richard en France est donc un évènement! Après cinq ans d’absence, il foule à nouveau ce territoire. Entre ce défenseur hors pair de la musique louisianaise et l’Hexagone, s’établit pourtant une histoire longue, tumultueuse et passionnelle: de celle qui dure.

Rencontre, dans les locaux de TV5 Monde, le 6 mars dernier, avec un musicien amoureux de la langue de ses ancêtres.

zachary richard,le fou,interview,mandorBiographie officielle (extrait) :

Francophone militant, écologiste engagé, poète, chanteur, auteur et compositeur, la musique de Zachary Richard est très enracinée dans sa Louisiane natale. Inspirées par la multitude de styles musicaux de la région, ses chansons dépassent, cependant, les limites d’aucun genre.  Fortes en poésie et riches en atmosphère, elles appartiennent à un univers unique et passionné.

En octobre 2012, Zachary Richard lance le 20e album de sa carrière. Retournant aux racines, Le Fou est imprégné des rythmes et des sons de la Louisiane. C’est un album simple, mais riche en sentiment et émotion.  Les thèmes de résistance (« Laisse le vent souffler ») de séparation (« La chanson des migrateurs ») et de crise identitaire (« Orignal » ou « Caribou ») sont toujours présents, mais l’album est épicé par plusieurs chansons inspirées par la Louisiane comme seul Zachary sait le faire (« Clif’s Zydeco », « Sweet Sweet », « Crevasse Crevasse », « Bee de la manche »). La chanson titre parle de la marée noire de 2010, de quoi, selon l’auteur, devenir fou. 

- le Québec n’est pas TRÈS exportateur

Ce nouvel album reflète la sensibilité et  l’engagement de cet auteur-compositeur difficile à définir dont la carrière nous charme et nous bouscule depuis quarante ans. 

zachary richard,le fou,interview,mandorInterview :

Vous êtes venu il y a cinq ans… cette fois-ci, y a-t-il une différence ?

Oui. Je trouve que les gens sont plus sympathiques. C’est quand même très stressant la vie parisienne, c’est bruyant également, on est toujours bousculé dans tous les sens. En revanche, peut-être que les gens cherchent ici à trouver une sympathie entre eux pour que ce stress puisse être apprivoisé.

Vous avez reçu hier le Prix du Cercle Richelieu-Senghor (remis à "une personnalité dont l'action a contribué de façon exceptionnelle au rayonnement international de la langue française"). Ça vous a touché un tel prix ?

On fait d’abord de la musique parce qu’on aime ça, mais quand on est reconnu, c’est toujours très flatteur. Ce prix, en particulier, me touche parce que Léopold Sédar Senghor est quelqu’un que j’admire et qui est admirable dans sa vision de la francophonie. Cette diversité multi-ethnique, multi-culturelle et multi-raciale, qui était la vision de Senghor est quelque chose qui me bouleverse profondément.

Clip de "Laisse les vent souffler" extrait de l'album Le fou.

Pourquoi défendez-vous la langue française depuis toujours ?zachary richard,le fou,interview,mandor

Parce que je l’aime. Si je revendique la possibilité de s’exprimer en français en Louisiane, c’est parce que cela m’est cher. Il y a deux choses qui me touchent beaucoup en Louisiane : l’environnement naturel et la culture cajun française. Il se trouve que les deux sont menacés, c’est donc normal et naturel pour moi de vouloir venir en aide à l’un et à l’autre. J’ai pris conscience du monde en 1968, dans des États-Unis qui étaient déchirés par la guerre du Vietnam. Moi, j’étais du côté des résistants et donc, ma vision du monde, ma vision musicale et ma vision poétique ont été forgées dans le creuset de 1968. J’ai commencé à composer des chansons, fortement inspirées par des gens comme Bob Dylan ou Neil Young. J’ai commencé à écrire de la poésie inspirée par Gary Snyder et Léonard Cohen… J’ai eu la chance de voir la société à travers les lunettes de cette période-là fort tourmentée et de m’imaginer qu’on pouvait améliorer les choses.

Il y a dans la tradition américaine des chanteurs engagés, c’est pour cela que vous l’êtes vous aussi ?

Je ne suis pas un chanteur engagé, mais je suis assez fier de penser que des choses que je fais ou des chansons que j’écris peuvent avoir une influence positive sur la société. De pouvoir transmettre notre héritage français en Louisiane est extraordinaire. Je refuse la notion qu’on nous l’arrache face à la culture américaine, rouleau compresseur assimilatrice… je résiste.

Le plus grand succès de Zachary Richard, "Travailler, c'est trop dur".

zachary richard,le fou,interview,mandorVous chantez des chansons pour qu’il y ait un impact sur la vie des gens ?

J’écris des chansons, avant tout, pour m’exprimer. Il se trouve que j’exprime plein de choses. J’ai des chansons frivoles, voire ridicules. Ce n’est pas volontaire. Je prends mes chansons comme elles viennent. J’ai les antennes sorties et j’attends que la muse vienne me visiter. Je n’ai jamais écrit une chanson volontairement, je ne me suis jamais considéré non plus comme un prédicateur qui donne des leçons. Je veux juste véhiculer de l’émotion et une pensée que je souhaite subtile et positive. Il se trouve qu’à travers les centaines de chansons que j’ai composées, il y en a qui s’adresse à la conscience collective.

Quand vous dites que vous attendez la muse, caricaturez-vous un peu ?

Non, pas du tout. Je suis très indiscipliné, donc, par la force des choses, j’attends l’inspiration. Mais, il se trouve que je n’ai pas à attendre très longtemps. La vie d’un être humain est pleine d’émotion,  de belles choses, de lumière et de noirceur, donc forcément, ça va surgir un jour. Pour la musique, c’est plus simple, j’entends des mélodies tout le temps. Depuis l’âge de huit ans, ma tête est chargée de mélodies et de musiques. Où que je sois et dans n’importe quelle circonstance je peux entendre la musique des anges.

Être auteur compositeur, est-ce un métier fascinant pour vous ?

Il y a à la fois, le rythme, le son, le son des mots et aussi le sens. J’essaie toujours de dire des choses qui ont du sens et qui vont pouvoir transmettre une émotion ou une pensée de la façon la plus élégante. D’avoir quelque chose à dire vient de l’inconscient et du brouillard, mais elle vient aussi de mon expérience. Sur mes treize nouvelles chansons, je raconte ma vie et uniquement à travers le prisme de choses qui me préoccupent, qui me touchent, qui me font chier ou qui m’exaltent. Ça passe par des processus spirituels, magiques ou mystiques, je n’en sais rien, je m’en fous. Je ne veux même pas tenter d’analyser, j’ai trop peur de perdre mon « modjo ».

Quand vous avez cette matière brute, est-ce jubilatoire pour vous de la travailler ?

La chanson, c’est de l’artisanat. Tout bon artisan a du plaisir à faire son métier. J’ai une satisfaction à bien travailler.

Zacharie Richard, Francis Cabrel et Alain Souchon interprètent "Jolie Louise".

En France, il y a des grands de la chanson qui vous vouent une admiration sans bornes.zachary richard,le fou,interview,mandor Francis Cabrel, Alain Souchon, Julien Clerc par exemple. Mais le grand public ne vous connait pas… je ne le comprends pas.

Ça ne m’ennuie plus, parce qu’il y a des explications à ce phénomène. Je n’ai jamais été très présent sur le territoire français. Je suis très connu au Québec, mais le Québec n’est pas très exportateur de culture, à part Céline Dion, Isabelle Boulay et Lara Fabian… Ma relation avec le territoire français a été un peu « polluée » par une vision nord-américaine. J’étais frustré de ne pas être accueilli à bras ouverts par ce pays parce que je tenais le flambeau de la langue française en Louisiane. J’ai fini par comprendre qu’on ne peut pas imposer la vision ou les préjugés d’une culture sur une autre. J’ai enfin compris que ce n’était pas au public de venir vers moi, mais c’était à moi d’aller vers le public. A partir de là, j’ai commencé à apprécier mes séjours en France.

Cet album s’appelle Le fou. Il reprend le titre d’une chanson sur un Fou de Bassan. Mais, plus généralement, faut-il avoir un grain de folie pour être artiste ?

Je suis mal placé pour répondre, mais je pense qu’on l’est tous un peu. La carrière artistique est très difficile parce qu’on est très vulnérable. On arrive, on ouvre son cœur et les gens peuvent te cracher dessus aussi bien qu’ils peuvent t’embrasser. C’est compliqué de gérer tout ça.

C’est le prix à payer pour exercer ce métier ?

On est à la fois chaman, prêtre, chanteur, guérisseur et « divertisseur ». Parmi nous, il y en a qui sont très adulés, car ils apportent beaucoup de bonheur. Véhiculer du bonheur, ça rend parfois fou parce qu’il y a des histoires d’ego à canaliser. Votre question est difficile parce que moi-même je m’interroge sur ce sujet. Baudelaire prétendait qu’il fallait plonger dans la folie pour créer de l’art, mais moi, je prétends qu’il faut surtout être ouvert à la vie. Les émotions, les passions sont la matière brute de la chanson. Il faut savoir gérer ça pour ne pas aller à la perdition.

zachary richard,le fou,interview,mandor

Après l'interview, le 6 mars 2014.

23 mars 2014

Franck Monnet : interview pour Waimarama

franck monnet,waimarama,interview,mandor

Franck Monnet a choisi de vivre aux antipodes de Paris, dans un petit bout de terre face à l'océan pacifique. Après huit ans de silence, cet orfèvre d'une pop raffinée, présente son nouveau disque, Waimarama. Réalisé par Edith Fambuena (Daho, Higelin, Bashung…), Waimarama frappe par la précision et l'intimité de ses climats, inscrivant Franck Monnet au coeur de la scène d'aujourd'hui ; libre, décomplexée, vagabonde et touchante.

Je l’ai rencontré à l’Hôtel du Nord pour une interview, le 28 février dernier. Je dois dire que j’étais ravi de rencontrer cet artiste majeur de la chanson française (d’autant plus que c’était la première fois).

franck monnet,waimarama,interview,mandorBiographie officielle (largement raccourcie) :

Après huit ans d’absence, celui qu’on a surnommé « le dentellier de la pop » brise le silence. Évidemment, il serait pratique de présenter ce nouvel album de Franck Monnet avec cette formule à l’emporte-pièce : « le meilleur chanteur français de Nouvelle-Zélande », puisqu’il a choisi d’y vivre. Franck Monnet est un auteur-compositeur-interprète accompli, il est un parolier adoubé, notamment par Vanessa Paradis ou Claire Diterzi. On les comprend. D’autant qu’avec le temps, son écriture ne cesse de gagner en limpidité. Waimarama, le titre du disque, est le nom d’un petit paradis face à l’océan pacifique. Musicalement, cet album s’inscrit sous le signe du dépouillement, qui n’a jamais été synonyme d’austérité : des cuivres et des cordes viennent ponctuellement habiller ses mélodies ciselées d’une main d’artisan. Orfèvre d’une pop raffinée, il est de ceux qui savent faire le pont entre le souci du texte et celui du son.

Les chansons qui composent Waimarama ont été écrites et pré-produites entre Paris etfranck monnet,waimarama,interview,mandor Paekakariki : une période de transition qui a vu le chanteur à la fois devenir père et sortir de son dandysme parisien pour s’établir en Nouvelle-Zélande. Elle a été endeuillée par la disparition de la chanteuse Lhasa, à laquelle le titre « Les Faons » est dédié. La suite de l’enregistrement a eu lieu en petit comité à Paris et au studio de la Fabrique, à Saint-Rémy de Provence, en 2013. Edith Fambuena l’a réalisé (Alain Bashung, Etienne Daho, Jacques Higelin...). Elle a eu la mission délicate de draper les chansons sans qu’elles aient l’air trop habillées. Elle est responsable du climat, des profondeurs de son, des samples discrets. Enfin, quatre chanteuses sont venues lui donner la réplique : Pauline Croze et Camelia Jordana pour deux duos, Jeanne Added aux choeurs, rejointe parfois par Lisa Tomlins, chanteuse māori. Franck Monnet est un chanteur discret. Trop, peut-être. Mais qui passe un cap avec Waimarama. Le cap d’une carrière singulière qui va forcément le mener dans la lumière.

franck monnet,waimarama,interview,mandor

(Photo : Julien Mignot)

Interview :

S’exiler en Nouvelle Zélande tant de temps… Ressens-tu une attente de la part de ton public ?

Je ne me suis pas du tout posé la question de savoir si on m’attendait. J’ai fait mes trucs dans mon coin. J’espérais que ceux qui aimaient bien mes disques précédents seraient contents de me revoir.

Ce départ et cet arrêt brutal ont étonné tout le monde, en tout cas.

Il fallait que je m’arrête. Ca m’avait pris du temps de faire le répertoire de mes quatre premiers albums. Je n’ai jamais été rapide contrairement à ce qu’on aurait pu croire. Quand j’ai fini Malidor et le conte pour enfants, Quand on arrive à Malidor, un livre CD  sorti chez Actes-Sud, j’ai compris que j’étais à la fin d’un cycle et qu’il fallait que je recommence à zéro.

franck monnet,waimarama,interview,mandorIl s’est passé huit ans entre ton précédent album, Malidor et celui-ci, Waimarama. As-tu eu peur que plus personne ne se souvienne de toi ?

Non,  j’espérais juste que les gens qui m’avaient été fidèles jusqu’à présent allaient avoir la curiosité d’écouter mes nouvelles chansons. Ceux qui se sont approchés de moi lors de la première partie de ma carrière ne se sont pas approchés de moi parce que j’étais connu. Parce que, justement, je n’étais pas connu. Ils étaient là pour des raisons profondes, donc aujourd’hui ils sont toujours là. Je n’ai jamais eu de cour de toute façon. Je n’étais pas ce genre de chanteur-là.

Il y a un manque à un moment ?

Par rapport au métier, ça me manquait sans me manquer. Je faisais mes chansons pour les autres et puis voilà. C’est Paris et mes amis qui me manquaient beaucoup. Moi, j’aime bien la ville. Il y a une densité qui me plait. Je vis à Paekakariki, un village où tout le monde se connait. C’est très chaleureux et très agréable, vraiment. J’ai une vie très douce, mais je te le répète, la France me manque souvent.

Que fais-tu là-bas ?

Je me réfugie pas mal dans la lecture. Je lis beaucoup de littérature du 19e et du 20e siècle. Avec la femme qui partage ma vie, on aime bien aussi regarder les films français. Par exemple, on s’est refait un cycle Jacques Demy récemment. On se souvient qu’on est d’ici.

On se voit là pour la promo de ton nouveau disque. Aimes-tu parler de ton œuvre ?

J’aime bien. Parfois, j’en parle un peu trop d’ailleurs. C’est marrant, on me croit discret, alors que je suis bavard sur ce que je fais. J’aime bien discuter du contenu des chansons, par exemple.

Et bien, c’est tout à fait ce que je ne vais pas faire aujourd’hui, parce que personnellement, je considère qu’il est inutile de faire des explications de textes de chansons qui se suffisent à elles-mêmes.

Tu as raison. Mais moi je crois qu’il y a des chansons qui se prêtent à des discussions et d’autres qui ne s’y prêtent pas. Les chansons énigmatiques, je n’ai pas envie d’en parler, alors que celles qui sont explicites, il me semble que l’on peut avoir envie de développer le sujet évoqué.

Malidor était plus nerveux que Waimarama. C’était beaucoup guitare, basse, batterie…franck monnet,waimarama,interview,mandor

Oui, c’est vrai. J’aime beaucoup Malidor, même s’il était un peu morbide quand même. Le concept de Malidor est né en 2001. J’avais créé un monde gothique  et très urbain, où tu ne pouvais t’échapper que dans les rêves. Je sais que les chansons que j’avais rassemblées pour faire cet album étaient très noires.

Parlons de ce nouveau disque. J’adore « Sans John », la chanson hommage à John Lennon dans laquelle tu te présentes.

C’est une chanson sur un type qui raconte sa vie avec la perspective de la mort de son idole. Ca décrit aussi une génération. Je vois bien dans les chansons des gens de mon âge, même des gens comme Eminem ou Kurt Cobain, une empreinte considérable, avouée ou pas, de l’œuvre de John Lennon. Je vais te donner un scoop. Dans la première version, je disais John Lennon à chaque couplet. Un ami m’a dit que je devrais dire son nom seulement à la fin. Je l’ai écouté et effectivement, la chanson est plus forte ainsi.

John Lennon est-il ta référence absolue ?

Non. Les dernières années, j’ai plus écouté Radiohead que les Beatles. J’écoute aussi beaucoup de musique classique et baroque.

Et chez les français ?

Je ne vais pas être original. D’abord les « classiques » : Brassens, Brel, Barbara, dont je suis très gourmand encore aujourd’hui. Je suis aussi très attentif à ce que fait Souchon, Julien Clerc. Je suis également très fan de Michel Fugain quand il était avec son Big Bazar. En fait, j’aime bien écouter de la variété.

franck monnet,waimarama,interview,mandor

Pendant l'interview.

Ta voix n’est pas aux antipodes de celles de Souchon et de Jipé des Innocents dans Waimarama.

Jipé, c’est un artiste important pour moi. Quand j’étais étudiant, les Innocents cartonnaient déjà. Je les écoutais en sachant parfaitement que c’était le genre de famille musicale dont je me sentais proche. Il y a aussi les Rita Mitsouko qui m’ont beaucoup marqué.

Pauline Croze participe à ton album sur « Quelqu’un ». Il y a aussi Camélia Jordana sur « Plus rien à me mettre ».

J’ai rencontré Pauline Croze en 2003, juste avant que ça n’explose pour elle. J’étais juré du Chorus des Hauts-de-Seine. J’ai vu arriver cette gamine avec sa guitare. Elle a chanté « T’es beau » et ça a été un choc. La gifle. Je suis allé la voir et on a beaucoup parlé. A l’époque, elle m’avait demandé des chansons, mais je ne suis jamais parvenu à lui en faire.

Tu es beaucoup demandé par les autres artistes.

Je suis toujours assez pessimiste sur l’intérêt que je peux susciter. Mais, je pense que c’est une bonne attitude. Quand on sort un disque, il y a plein de gens qui te disent que ce que tu fais est extraordinaire et tout le monde veut faire des trucs avec toi. En fait, il faut se méfier de ça. Il y a le buzz et il y a la réalité de ce que l’on peut réaliser avec d’autres artistes.

Clip de "Différents".

franck monnet,waimarama,interview,mandorC’est Edith Fambuena qui a réalisé ton album. Cette rencontre ne m’étonne pas.

Ca a été une vraie belle rencontre, en tout cas. Je lui ai dit que j’étais impressionné par sa carrière et les disques de références qu’elle a réalisées. Fantaisie Militaire de Bashung, c’est un monument, une merveille absolue. Edith est une immense artiste et je suis très content d’avoir fait ce disque avec elle. On s’est très bien entendu. Une fois que je suis en studio, je suis plutôt très docile avec le réalisateur du disque.

Tu es un peu aux ordres ?

Oui, limite. Quand j’arrive en studio, mes chansons sont déjà très structurées et posées. A moins que je tombe sur des gens qui me proposent des choses qui me paraissent incohérentes ou un peu trop « au petit bonheur », je peux aller assez loin. Avec Matthieu Chédid, j’étais allé assez loin pour le suivre. Avec Sébastien Martel et Vincent Segal aussi, cela dit.

Ca permet de sortir de ses propres chemins.

C’est l’intérêt de travailler avec d’autres personnes.

Avec Edith Fambuena, on reste proche de ton univers.

Parce que les chansons étaient déjà arrangées. La pré-production était très avancée. J’y ai passé pas mal de temps. Elle, elle a retravaillé le climat des chansons pour que tout cela soit homogène.

Dans ton album, il y a quelques chansons sur le pays dans lequel tu habites désormais.

Oui, par exemple « Anorak » est une chanson qui est inspirée du village où on est. Quand je dis « la maison est froide, les nuits d’hiver… », je parle du bois qu’il faut rentrer… je peux te montrer des photos. Le garage, il est plein de bois pour l’hiver et je peux te dire que c’est absolument indispensable. Les maisons ne sont pas isolées et la température descend à 4°. Dans « Paris », je parle aussi d’éloignement. Mais, « Waimarama » est évidemment la chanson la plus parlante sur ma vie en Nouvelle-Zélande. Mon disque n’est pas spécifiquement néo-zélandais. C’est un album sur un garçon qui est en train de faire le passage. J’ai encore mon passeport accroché.

Clip de "Waimarama".

franck monnet,waimarama,interview,mandorDans « Les faons », tu rends hommage à Lhasa. Son décès t’a remué. 

Bien sûr. C’est une chanson pas du tout larmoyante, mais il y a beaucoup de peine derrière. J’ai d’excellents souvenirs avec elle à Montréal. Et la chanson que nous avons chanté ensemble, « Fiancés », était très importante pour moi. Son décès a consterné tout le monde. Une fois, je l’ai rencontrée par hasard, dans la rue à Paris, elle avait manifesté beaucoup d’enthousiasme par rapport à ce que je faisais à l’époque. C’était, à chaque fois, très encourageant de la voir.

As-tu besoin que l’on t’encourage ?

Comme tout le monde. Ca m’a fait plaisir de retrouver tôt Ou tard pour ça. Tu es loin et tu es tout seul à juger tes chansons et puis un jour on te dit qu’elles sont intéressantes. Tu es content.

Tu t’étais séparé de tôt Ou tard…

Deux fois, même. (Il se met à chanter du Claude François) Ca s’en va et ça revient…

Waimarama est un album magique. Plus tu l’écoutes, plus tu l’aimes. 

C’est la preuve qu’il est très réussi (rires). Je déconne à peine. Il est plus léger que Malidor, il est aussi assez court, ramassé, mais dense. Il y a une première écoute qui incite à penser que ce nouveau disque est plus pop et joyeux, et une écoute plus approfondie où on comprend ce qu’il y a derrière tout ça. J’ai eu une nécessité de faire un auto portrait et de me présenter. L’individu que je suis dans la société et dans sa génération.

Les avis sur cet album sont dithyrambiques. Ca te rassure ?

Je ne sais pas si ça me rassure. (Un long silence). Je reste prudent. Ce métier est très instable et c’est ce qui fait sa beauté en fait. Je ne sais pas si j’ai envie d’être rassuré.

franck monnet,waimarama,interview,mandor

Après l'interview, le 28 février 2014, à l'Hôtel du Nord.

(Merci à Patrick Swirc et Julien Mignot pour les photos professionnelles).

(Merci à Amélie Mousset pour les photos lors de l'interview).

22 mars 2014

Guillaume Gallienne : interview pour le sortie en dvd et BluRay de "Les garçons et Guillaume, à table !"

1913485_288380871310360_2021901683_o.jpg

DSC08773.JPGA l'occasion de la sortie du DVD Les garçons et Guillaume, à table ! (le 20 mars 2014), l'auteur, acteur et réalisateur Guillaume Gallienne s'est livré à moi (devant trois caméras) lors d'une interview. C’était le 31 janvier dernier dans un salon de chez Gaumont. Quelques minutes avant l'enregistrement, il venait d'apprendre qu'il était nommé 10 fois pour les César 2014, c'est dire s'il était de bonne humeur.

Né dans une famille aisée, Guillaume Gallienne grandi entouré de frères virils. Amateur de monarques, l’enfant n’a d’yeux que pour le piano et la culture. Personne ne le comprend, ni son père pour qui ilguillaume gallienne,dvd,bluray,les garçons et guillaume,à table !,interview,mandor est un cas social, ni sa mère qui l’a toujours considéré comme une fille.

Tiré de sa pièce de théâtre à succès, le sociétaire de la Comédie Française se raconte sans fard dans ce premier film irrésistible. Avec un rare sens de la finesse, dans le jeu comme dans l’écriture, précise et caustique, il livre un résultat réjouissant.

Au final, grâce à ce film, Guillaume Gallienne a remporté cinq Césars en 2014 : meilleur film, meilleur acteur, meilleur premier film, meilleur montage et meilleure adaptation.

(Voir l'interview dans son contexte original).

DSC08772.JPG

Après l'interview, le 31 janvier 2014.

15 mars 2014

Caryl Ferey : interview pour la sortie en poche de Mapuche et en DVD de Zulu

original_5ecd0b4b979a46b4b7caad7d358632bb3d778566(1).jpg

Le 23 janvier, dans un café de la capitale, j’ai interviewé de nouveau Caryl Ferey pour la sortie en poche de Mapuche. Ce livre sorti en version grand format il y a deux ans était déjà la « raison » de notre première mandorisation. C’est la première fois que je rencontre un écrivain pour parler d’un même livre en si peu de temps…

Que fait-on à ce moment-là ? On trouve de nouveaux angles.

Avant de lire l’interview, voici ma chronique publiée de Le magazine des Espaces Culturels Leclerc daté du mois de février 2014.

img701.jpg

S08_Livre_Detail_Article_Caryl_Ferey02.jpgInterview :

Est-ce que la sortie d’un de ses livres en version poche est un événement dans la vie d’un écrivain ?

Oui, et pour plusieurs raisons. Quand mes premiers livres sont sortis quelques années plus tard en poche, j’ai eu la possibilité de retravailler le texte. C’est ce que j’avais fait par exemple pour Haka. Quand je l’ai relu avant sa ressortie cinq ans après, j’ai eu des crises d’urticaire tellement je trouvais certaines scènes complètement loupées, on aurait dit des feuilletons de TF1. J’ai donc bossé de nouveau tout ce qui n’allait pas cinq ans après. C’est une deuxième chance pour des livres, pas inaboutis, mais pas complètement réussis. La version poche, c’est toujours la version qui reste, alors autant qu’elle soit la plus parfaite.

Un poche dure plus longtemps qu’un grand format.

Oui, un poche, c’est notre retraite. Un auteur n’a pas de retraite, alors avec les poches, on peut en vendre toujours 20 ans après. Il ne faut pas se leurrer, les auteurs aiment ce format aussi pour cela.

Et les gens achètent plus de poches que de grands formats. Vous vous en rendez compte ?

Et comment ! La crise, l’écrivain la ressent. En signature, j’ai rencontré plein de gens me dire, Mapuche, je l’achèterai en poche parce que je n’ai plus de tune. Je comprends parfaitement, c’est trois fois moins cher… et je sais ce que c’est d’avoir des problèmes d’argent.

Il y a eu deux ans entre la sortie en grand format de Mapuche et la version poche. L’avez-vous retravaillé ?

Non parce que je trouve que Mapuche, tout comme Zulu, sont mes deux bouquins les plus aboutis. Qu’ils plaisent ou pas, moi, je trouve qu’ils sont bien comme ils sont.

Mapuche, dans sa version grand format, s’est-il bien vendu ?mapuche-caryl-ferey-9782070130764.gif

Il est sorti dans la pire période que l’on puisse imaginer, c'est-à-dire entre les deux tours des élections présidentielles. Les ventes de livres chutent de 30% et, en plus, nous étions en pleine crise. Mapuche s’est vendu à 80 000 exemplaires. Pour faire une comparaison, Zulu s’était vendu à 50 000 exemplaires.Mapuche est mon plus grand succès. Il m’a fallu un an après l’avoir terminé pour en faire mon deuil. Je n’ai jamais été marqué comme ça par un livre.

Vous êtes donc auteur de best-seller !

Je n’aime pas ce terme. C’est souvent péjoratif. Pour beaucoup,  un best-seller, c’est une merde. Dans notre milieu, on n’aime pas employer ce terme.

Quel est votre but d’écrivain ?

C’est de progresser dans l’écriture. Je sais que je viens de loin. Paradoxalement, pour moi, c’est toujours compliqué d’écrire un livre.

Vous écrivez quoi en ce moment ?
Un roman qui se passe au Chili. Ce n’est pas la suite de Mapuche parce que le Chili n’est pas l’Argentine, même s’ils sont voisins et que leur histoire est commune. Pour l’instant, il est en chantier. On espère le sortir en 2016. Je sors un roman tous les quatre ans.

Bande annonce de Zulu.

1459288_10201730897289191_500140520_n.jpgParlons de l’adaptation au cinéma de votre livre Zulu, qui sort en DVD le 18 avril prochain. Vous avez apprécié le travail du réalisateur Jérôme Salle et des comédiens, Orlando Bloom et Forest Whitaker, je crois.

Quand Jérôme Salle a pris le projet, il ne connaissait pas l’Afrique du Sud. Nous nous sommes donc rencontrés et on a tout de suite sympathisé. C’est quelqu’un d’intelligent, accessible, humble… le courant est passé immédiatement. Je lui ai dit qu’il n’avait pas besoin de se faire suer pour le repérage, parce que je l’avais déjà fait. Il est allé sur place et il m’appelait pour que je lui dise où était tel ou tel bar. On était assez complice, du coup, la production m’a invité sur le tournage et là, pour moi, c’était magique. Quand Orlando Bloom m’a vu arriver, il m’a dit : « C’est toi l’auteur ? Mais c’est le rôle de ma vie ! Ça fait des années que j’attendais un rôle comme ça. » Je me suis retourné pour vérifier si c’était bien à moi qu’il parlait. Il y avait une ambiance géniale. Bloom et Whitaker sont des stars qui ne se prennent pas pour des stars. Comme moi je suis breton et que j’aime les rapports simples, j’ai beaucoup apprécié ces deux personnalités.

Pour Mapuche, y a-t-il une option sérieuse pour le cinéma?

Oui. Je suis en train d’écrire ma quatrième version du scénario. Il y a déjà un producteur et un réalisateur. Maintenant, il faut trouver un financement. Comme Zulu n’a pas bien marché, on a fait 300 000 entrées au lieu des 600 000 espérées, ça calme les investisseurs. On essaie de trouver des financements sud-américains pour parvenir à nos fins.

IMG_3602.JPG

Le poing levé, c'est celui de Caryl Ferey... après l'interview, le 23 janvier 2014.

10 mars 2014

Amel Bent : interview pour Instinct

amel bent,instinct,interview,mandor

Amel Bent, j’avoue, est une artiste que j’apprécie. Bien sûr, ce n’est pas ma musique de référence et je ne passe pas ma journée à l’écouter (c’est le moins que je puisse dire), mais j’aime beaucoup sa voix et aussi sa personnalité. Franche, directe et sans complexe. C’est rare dans le métier. Amel Bent est donc passée ici régulièrement (en 2007 , en 2008 ici et encore , en 2011). Je l’accueille une nouvelle fois à l’occasion de la sortie de son nouvel album Instinct.

Avant de lire l’interview qu’elle m’a accordée dans un bar parisien le 27 février dernier, voici ma chronique sur ce nouvel opus publiée dans Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois de février et mars 2014).

amel bent,instinct,interview,mandor

 

amel bent,instinct,interview,mandorInterview :

Vous avez dix ans de carrière et cinq disques au compteur. Un disque tous les deux ans, c’est le rythme idéal ?

C’est le rythme qui me permet de prendre assez de recul entre deux albums et deux tournées. J’en ai besoin pour me ressourcer.

Votre précédent album était profondément varié, celui-ci est un disque plus énergique à tendance R’nB.

Grâce à ma participation à « Danse avec les stars », j’ai pu montrer d’autres facettes de ma personnalité. Cette émission m'a aidé dans le sens où je me suis rendu compte qu'il y avait une différence entre faire sa star et faire le show. Ce sont deux choses vraiment complètement différentes. J'ai appris à m'octroyer le droit de faire du show, tout en restant la personne que je suis. Pour ce disque, j’avais envie de m’éclater et de complètement me libérer. Donc, nous avons écrit des chansons sur lesquelles je pouvais me laisser aller. Je veux donner beaucoup plus à mon public, tout en gardant ma patte Amel Bent. Avant, j’étais trop timide. Et puis, je ne suis pas une photo. Je ne veux pas jaunir. Il faut évoluer d’album en album, mais en restant soi.

Clip de "Regarde-nous".

Dans la chanson « Regarde-nous » ou « Instinct », vous chantez différemment. Vous en rendez-vous compte ?

J’avais une énergie complètement différente, cela doit influer sur la façon d’interpréter. J’ai dû parfois remuscler la voix tant il fallait que j’aille dans des directions vocales inhabituelles pour moi. Par contre, dans les ballades « En silence» et « Les temps qui courent », je chante plus posément. Je trouve que cet album est le plus équilibré de tous.

« Les temps qui courent » est une chanson très forte.

C’est celle qui me bouleverse le plus de toutes mes chansons. Quand j’interprète ce titre sur scène, je ne peux pas m’empêcher de pleurer. Dans un album dans lequel il y a de nouvelles choses très pêchues et originales, je trouve curieux d’être attachée aussi fortement à la chanson qui est certainement la plus mélancolique de mon répertoire. On ne se refait pas.

Il paraît que pendant l’enregistrement de vos albums, vous avez toujours la même équipe, le même studio, le même micro. Pourquoi ?

Depuis mon premier album, effectivement, j’ai le même micro. Il a été fait pour moi, pour ma tessiture de voix. Il capte toutes mes harmoniques. Je ne peux pas chanter dans un autre micro. Ce n’est pas du fétichisme, c’est technique. Quand je fais de la scène, c’est la même chose, j’ai le même ingénieur du son depuis ma première tournée.

"En silence", version acoustique.

C’est rassurant de travailler avec des gens qui vous connaissent ?

Ce sont surtout des gens qui m’aiment. Volodia, mon réalisateur, c’est un bonheur de travailler avec lui. C’est quelqu’un qui a un fort caractère et une personnalité pas très facile. Il ne s’entend pas avec tout le monde, mais lui et moi, ça a fonctionné immédiatement. C’est inexplicable, mais c’est comme ça. Il a compris tout de suite ce dont j’avais besoin et nous n’avons pas besoin de nous parler pour nous comprendre.

Cherchez-vous un tube aussi fort et durable que « Ma philosophie », quand vous concevez un album ?

Non, pas du tout. Je veux faire des chansons qui me plaisent. Quand j’ai débuté, j’ai imposé « Ma philosophie» comme premier single. J’avais 18 ans, je n’avais aucune notion de ce qu’était un tube, mais je trouvais que c’était la chanson qui me parlait le plus et je voulais que les gens l’entendent. Depuis le début de ma carrière, de toute façon, quand il y a un tube, c’est un accident. Pareil pour «Où je vais ». Personne ne souhaitait voir ce titre en premier single d’un album. J’ai insisté, le titre a cartonné. C’est un métier où il faut imposer ses convictions.

amel bent,instinct,interview,mandor

Avez-vous peur que le succès s’en aille ?

Pas du tout. Là, je suis en tournée, il y a du monde partout. Je suis reconnaissante d’être à dix ans de carrière et de sortir un cinquième album. Aujourd’hui, je veux durer et garder ce succès, au moins d’estime, que j’ai. Je ne suis plus une petite nouvelle, mais je ne suis pas non plus une grande dame de la chanson française confirmée. Je suis entre les deux.

Amel Bent, justement, en tournée, ça donne quoi ?

Les concerts se découpent en trois parties. “Danse Avec Les Stars” m'a vraiment donné envie de créer des ambiances différentes, d'ajouter de la danse, du show, de changer de tenues... On a beaucoup taffé en termes de lumières par exemple. Et au final, on propose trois tableaux complètement différents. Le premier, je suis un peu en lionne, avec mes danseuses, on fait les morceaux ambiance tribale, un peu africains, tout ça. Dans les thèmes, c'est ambiance warrior. Et on revisite tous les albums. Le deuxième tableau, c'est tout en noir et blanc, c'est acoustique, j'ai la grande robe, Aurélien et son piano qui sont devant, et on reprend les morceaux mélancoliques. Et la troisième partie, c'est celle un peu festive, où je reviens encore en dansant, plein de couleurs, plus pop. Et tout ça dure une heure trente.

amel bent,instinct,interview,mandor

Selfie de et avec Amel Bent après l'interview, le 27 février 2014.

07 mars 2014

Pierre Bellanger : interview pour La souveraineté numérique

pierre bellanger,la souveraineté numérique,interview,mandor

Dans La souveraineté numérique, Pierre Bellanger, fondateur et président de Skyrock, explique comment Internet est contrôlé par les Américains et pourquoi cela va mettre un terme à notre économie. Il explique que « la grande dépression que nous connaissons depuis cinq ans n'est qu'un modeste épisode en comparaison du cataclysme qui s'annonce ». L’expert d’Internet donne ses alternatives pour éviter cela.

Je suis allé à sa rencontre, le 21 janvier dernier, dans son bureau de Skyrock, pour tenter d’en savoir plus.

1507-1.jpg4e de couverture :

« La mondialisation a dévasté nos classes populaires.
L’Internet va dévorer nos classes moyennes.

La grande dépression que nous connaissons depuis cinq ans
n’est qu’un modeste épisode en comparaison du cataclysme qui s’annonce.
La France et l’Europe n’ont aucune maîtrise sur cette révolution.
L’Internet et ses services sont contrôlés par les Américains.
L’Internet siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété intellectuelle, notre prospérité, notre fiscalité, notre souveraineté.

Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme
à notre modèle social et économique.

Y a-t-il pour nous une alternative ?
Oui.

L’ambition de ce travail est de nous en donner la chance. »


La souveraineté numérique, de Pierre Bellanger par editionsstock

L’auteur :

Pierre Bellanger est le fondateur et président de Skyrock. Entrepreneur et expert d’Internet, il est à l’origine de skyrock.com, premier réseau social français.

DSC08761.JPG

DSC08763hh.JPGInterview :

Pourquoi pousser un cri d’alarme maintenant ?

Depuis des années, nous savons que des informations sont recueillies sur nos comportements et servent de contrepartie aux services gratuits que nous utilisons sur Internet. Quand un service est gratuit, c’est que son utilisateur est le produit. L’affaire Snowden (Edward Snowden, ancien employé du renseignement américain) a révélé au grand public l’espionnage massif dont sont victimes les particuliers comme les entreprises. Cette divulgation a mis en conscience du grand nombre notre vulnérabilité. Nous assistons actuellement à une prise de conscience collective comme il y a pu avoir jadis sur les virus informatiques, sur les OGM, sur les colorants alimentaires ou sur les ondes électromagnétiques des antennes de mobiles. Ce livre arrive au moment où ces questions demandent des réponses.

Vous, vous réfléchissez sur la question de la souveraineté numérique longtemps.

Avec Skyrock, je suis à la tête d’une des principales entreprises d’Internet en France, donc on est au cœur de ces préoccupations pour nos utilisateurs. C’est notre slogan « Ici T Libre ! », sur  skyrock.com, les utilisateurs sont propriétaires de leurs données, peuvent les effacer, peuvent avoir des identités choisies et multiples, bref ils sont libres. La valeur économique migre de la société vers les réseaux et des réseaux vers les réseaux de services qui en deviennent les nouveaux acteurs dominants.

Et principalement aux États-Unis. Ce pays est l’ennemi numéro un ?

L’ennemi numéro un, c’est nous-mêmes. Ce que je mets en avant dans le livre, ce n’est pas une critique des États-Unis. L’espionnage est pratiqué dans tous les pays, l’ambition industrielle concerne le monde entier. En revanche, ce sont nos carences que je mets en avant. Face à une dynamique extraordinaire, on ne peut pas rester sans réagir. Que ce soit les États-Unis ou n’importe quel autre pays à l’origine de cette dynamique, la problématique, elle est chez nous, pas chez eux.

Vous faites le constat suivant : confrontée à la révolution de l’Internet, la France a renoncé à maîtriser son destin sur les réseaux informatiques. La France a livré sa souveraineté numérique sans débat ni combat. Comment expliquer cette passivité ?

On a toujours eu vis-à-vis d’Internet une réaction affective. Au début, de peur, ensuite, de candeur. On a de la parano et de la naïveté, mais rarement de la raison. Raisonnons, ayons du bon sens et de la rigueur. Et regardons ce phénomène dans ce qu’il est dans la réalité et pas simplement d’un point de vue de l’affect.

Perd-on la notion de prudence ?

L’Internet, c’est un moyen de liberté pour nous tous, d’émancipation, d’accès à l’information, d’accès aux autres. Cette liberté-là, il ne faut absolument pas la perdre ni la remettre en question, simplement, il ne faut pas la payer de notre liberté.

pierre bellanger,la souveraineté numérique,interview,mandor

C’est un livre sur le monde tel que nous le connaissons et qui va bientôt disparaitre. On est tous en danger économique et donc, du coup, social, voire sociétal.

L’Internet ne vient pas à côté du monde que nous connaissons, il le remplace. Si Internet remplace le monde que nous connaissons, qu’est-ce que cela signifie pour nous, dans nos vies quotidiennes, pour nos enfants, pour notre métier ? Dans ce livre, je prends l’exemple de nombreux secteurs : l’automobile, la banque, l’agroalimentaire, l’assurance, le transport, l’industrie, etc. Et je m’interroge sur un point : si Internet remplace cela, qu’est-ce que cela signifie pour vous ? 

Vous imaginez de nombreux petits scénarios de ce qu’il va se passer d’ici deux ou trois ans.

Je suis à la lisière de ce qu’il se passe aujourd’hui. Ce n’est pas de la science-fiction, c’est notre réalité proche. Il y a un danger, mais le fait d’en prendre conscience est positif.  La dernière phrase du livre c’est : le réseau est notre chance. On est en danger si on ne se rend pas compte qu’il y a un danger. C’est cela la souveraineté numérique : une maitrise de nos vies, la maitrise de notre destin sur les réseaux informatiques.

Quelle était votre ambition en écrivant ce livre ? Que tout le monde se rallie à votre cause ?pierre bellanger,la souveraineté numérique,interview,mandor

L’ambition, c’est d’être un levier de conscience. J’ai été auditionné au Sénat récemment sur ce sujet et je propose des éléments de législation. Que ce soient des industriels ou de simples citoyens, chacun à son échelle peut réagir, peut se poser des questions, peut interroger ses élus. Je propose que l’on devienne propriétaire de ses données personnelles. Aujourd’hui, vous chantez une chanson, elle est protégée. Par contre, toutes les données numériques qui sont captées n’ont aucune protection. La trace numérique qu’on laisse sur le réseau doit être la propriété de la personne qui en est à l’origine, car c’est une extension de la personne, une extension de son être.

Donnez-moi un exemple.

L’ensemble des données recueillies sur vous constitue une sorte de double numérique dont vous n’avez ni la connaissance, ni la maîtrise, ni la propriété. Par ces informations,  il est possible de connaître vos habitudes, vos dépenses, vos ennuis de santé, votre vie tout court. On sait grâce à votre double numérique que vous avez un chien parce que vous avez échangé ou posté sa photo sur le réseau. Demain, vous voulez louer un appartement, sachez que le propriétaire peut faire appel à une société pour savoir quelles sont vos habitudes. S’il ne veut pas d’animal, vous n’aurez pas l’appartement. C’est valable pour la location d’appartement, pour un emprunt, un contrat d’assurance, un emploi. Le double numérique joue ainsi un rôle majeur dans votre vie. Et vous n’avez aucune maitrise sur ce processus parce que vous n’êtes pas propriétaire de vos données et que donc vous n’en contrôlez pas l’usage.

Et donc, il faut légiférer ?

Oui, il faut créer un nouveau droit de propriété : la propriété des données informatiques personnelles. Par ailleurs, toute captation, conservation et usage de données en provenance de citoyens européens doit avoir lieu sur le territoire européen. Cela implique la localisation des serveurs à la source des données. Enfin l’exportation de données informatiques personnelles hors de la communauté européenne doit être réglementée et taxée.

pierre bellanger,la souveraineté numérique,interview,mandorVous proposez dans votre livre 12 priorités plan Réseau. On ne va pas les donner ici, mais pouvez-vous nous donner quelques points importants ?

Outre le cadre législatif, il nous faut un réseau de services (moteur de recherche, commerce électronique, carnet d’adresses, calendrier, carte, navigateur, etc..) associé à un système d’exploitation (le logiciel qui pilote les machines) autour duquel s’organisera la mise en réseau des différents secteurs de notre économie. Une telle entreprise investie dans les logiciels, les réseaux et les terminaux s’appelle un résogiciel. Il faut un acteur majeur français et européen. Il ne s’agit pas bien entendu de remplacer les services américains que nous utilisons tous les jours, mais d’apporter un choix aux utilisateurs et de faire mieux respecter leurs droits et leurs libertés.

Qui vous écoute ?

Chacun est concerné. Il n’y a pas un plan social aujourd’hui que l’on ne puisse pas de près ou de loin rapprocher de notre retard numérique. La crise économique actuelle va apparaître de plus en plus comme une crise numérique. Quel programme politique peut-il encore s’ancrer dans le siècle précédent et faire l’impasse sur la révolution des réseaux numériques ? Notre vie quotidienne, nos emplois, l’éducation des enfants, notre santé, la garantie des retraites, tout cela est en cause. Celui qui lit « La souveraineté numérique » accroît ses chances de s’en sortir. Voilà qui m’écoute.

Est-ce qu’il faut faire la révolution ?

La révolution est en cours à nos dépens. À nous d’être lucides, de motiver nos élus et de reprendre collectivement notre souveraineté numérique.

Quelqu’un lit se livre et décide d’agir, que peut-il faire concrètement ?

Chacun a le pouvoir du réseau au bout de son clavier et de son écran. Et rien n’arrête les bonnes idées.

DSC08764.JPG

Après l'interview, le 21 janvier 2014.

04 mars 2014

Romain Monnery : interview pour Le saut du requin

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandor

Toutes les histoires d’amour sont des questions sans réponse : où commence l’indifférence ? CDD ou CDI ? Comment se dire adieu ? Quel rapport entre le yéti et le point G ? Est-ce que ronfler, c’est tromper ? Deux garçons, une fille, combien de possibilités ? Sur fond d’Internet et de chansons populaires, Le Saut du requin explore le fonctionnement d’un couple moderne perdu entre non-dits et pas chassé. Bref, ceci n’est pas une comédie romantique, mais ça y ressemble.

Ainsi est résumé ce livre drôle, parfois excessif, mais qui fait réfléchir sur la vie à deux.

J’ai reçu son auteur, Romain Monnery, à l’agence le 22 janvier dernier. Un jeune homme qui n’est pas précisément fan de l’exercice de l’interview, mais qui si plie avec le sourire…

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandorMot de l’éditeur :

« Internet n’avait rien arrangé. L’amour – si tant est que ce truc avait un jour existé – était devenu un jeu de hasard dont on avait perdu le mode d’emploi. Sans foi. Ni loi. On y jouait en ligne, à tâtons, à plusieurs, sans réfléchir, vaille que vaille, pour un résultat chaque jour un peu plus incertain. »
Méline, fille simple qui ne se prend pas au sérieux, et Ziggy, artiste multiface un brin prétentieux, forment un couple atypique. Après un an d’une histoire en dents de scie, Méline aimerait bien que la relation évolue. Mais Ziggy n’est pas du genre à accepter les compromis. La collègue de Méline, et néanmoins amie, a une solution : elle lui suggère d’aller voir ailleurs, pourquoi pas du côté de Fabrice, leur collègue. Un garçon qui n’est pas vraiment Brad Pitt, mais puisque Méline n’est pas Angelina Jolie non plus, tout va bien.
Le saut du requin, expression bien connue des amateurs de séries, décrit ce moment de chute d’audience dans une série à succès où les scénaristes créent une situation absurde pour en relancer l’intérêt. C'est exactement ce qui se passe dans toute relation amoureuse sur le déclin. Garanti sans requin ni marteau, ce roman explore le fonctionnement d’un couple moderne perdu entre non-dits et pas chassés, jusqu’à ce que les choses de la vie le rattrapent.

L’auteur :

Romain Monnery est né en 1980. Il participe à la revue littéraire Décapage. Après Libre, seul et assoupi, adapté au cinéma, voici son deuxième roman.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandor

Interview :

Ziggy, ton héros, a tous les défauts du monde.

C’est un peu une compilation de tout ce qu’il ne faut pas être. Dans la vraie vie, je n’ai jamais rencontré des gens aussi hauts en couleur que lui. Être comme il se montre est difficilement conciliable avec nos vies sociales.

Il est ton double maléfique ?

C’est tout à fait ça. Il est le contraire de ce que je suis. Il est outrancier dans tous ses raisonnements et ses comportements. Dans la littérature, j’aime ce genre de personnage, exagéré et excessif. Par exemple, Ignatus dans La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole. C’est le genre de héros qui me fait mourir de rire.

Effectivement, on peut mettre en parallèle ton Ziggy et Ignatus.

Ignatus est plus intellectuel. Il a un ego plus grand que le ventre et ça rend son intégration sociale un peu compliquée. Ziggy, c’est plus dans les relations amoureuses qu’il a un sérieux problème. Cela dit, je tiens à préciser que je ne compare pas mon roman à La conjuration des imbéciles. C’est un chef d’œuvre, ce serait très prétentieux de ma part.

Ton livre est souvent drôle, excessif, et très second degré.

J’ai du mal à faire autrement, sinon, je ressens un sentiment d’imposture. J’ai essayé d’écrire sérieusement et quand je me relis, je constate que je ne suis pas fait pour ça. Je ne parviens à rien de bon quand j’écris au premier degré.

Tu es aussi sarcastique et ironique.

Mon but était d’écrire une farce avec des figures imposées sur les couples version trentenaires d’aujourd’hui. Pour traiter ce sujet, le mécanisme caricatural et humoristique était celui qui me convenait le mieux. Je voulais aussi écrire un truc un peu hybride entre sitcom et livre.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandor

En écrivant de cette manière, n’as-tu pas peur de ne pas être pris au sérieux par les amateurs de littérature ?

Ça me traverse l’esprit, mais je suis résigné. Il n’y a aucune chance pour que je sois pris au sérieux avec un livre comme celui-ci. Mon premier livre, je l’ai écrit juste pour qu’il plaise à mes potes qui, à la base, ne lisent pratiquement pas. J’ai donc intégré en format littéraire des tics de langage et des codes de la télévision, principalement des séries.

J’ai lu que tu préférais les séries télévisées à La Grande Librairie. Est-ce vrai ?

Il faut que je me méfie. Dans les premières interviews que je donnais, je répondais souvent en faisant du second degré. Malheureusement, ça a toujours été pris comme du premier degré. J’ai dit ça un jour, mais c’est faux. J’aime aussi beaucoup La Grande Librairie.

Tu viens d’un milieu où on ne lisait pas beaucoup, je crois.

La culture à la maison, c’était plus la télé, en effet. J’ai commencé à vraiment lire à l’âge de 20 ans. Étant jeune, je lisais beaucoup, après j’ai arrêté pour le foot et le skate, des trucs comme ça. Un jour, par hasard, je me suis remis à lire des livres d’horreur et de frissons, comme Stephen King. À l’époque, je ne comprenais pas qu’on lise des romans sérieux.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandorA un moment, tu as découvert Bret Easton Ellis.

Oui, au Gibert Joseph de Lyon. Un jour, ils ont inversé les rayons. Les thrillers ont laissé la place à la littérature dite « normale ». Je suis tombé sur la 4e de couverture de Moins que zéro. Ça me renvoyait à ce que je vivais à l’époque en tant qu’étudiant. Je me retrouvais dans le côté perte de repères, vide existentiel. Moi, j’étais un peu entre les sous doués et Houellebecq. Bref, lire Bret Easton Ellis a été une révélation. Puis, je me suis intéressé à Douglas Coupland et à ce genre d’auteurs.

Ensuite, tu es passé à la nouvelle génération des auteurs français, c’est ça ?

Oui. Philippe Jaenada, Virginie Despentes, Michel Houellebecq ou Grégoire Bouillier. Je ne savais pas qu’on pouvait faire rentrer le réel de la vie quotidienne dans les livres, sans ennuyer les lecteurs.

Quand as-tu pris la décision d’écrire toi aussi ?

J’ai un pote qui m’a un peu initié à l’écriture et qui écrivait beaucoup de nouvelles. Nous avons eu le projet d’écrire un jour un recueil de nouvelles sur la désinvolture. Nous ne l’avons pas écrit. Par contre, j’ai découvert les blogs. C’était magique, il y avait une liberté totale d’écriture et de ton. J’écrivais comme je parlais et ça m’a vraiment décomplexé. Après, je me suis pris au jeu, je me suis beaucoup entraîné… comme un sportif.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandor

Tu écrivais quoi dans ce blog qui s’appelait « Un salon pour deux »?

C’était le point de départ du premier livre. Je vivais en colocation. On était à deux dans un salon et il n’y avait pas beaucoup d’intimité. Mon blog, c’était mon exutoire. Je m’échappais un peu en racontant ce que je vivais, mais en grossissant pas mal les traits. J’ai repris des extraits du blog, je les ai remaniés et j’en ai fait mon premier roman.

Parle-moi de Jean-Baptiste Gendarme, le rédacteur en chef de la revue littéraire Décapage. Il a fait beaucoup pour toi ?

Il a pris la barre du bateau et m’a indiqué où aller. Il a beaucoup coupé. Au moins la moitié. Moi, j’étais dans le côté situation, gag, situation, gag… je ne savais pas construire une intrigue littéraire. Jean-Baptiste m’a beaucoup appris.

Que réponds-tu quand on te demande ce que tu fais dans la vie ?

Je me décompose. Je ne sais jamais quoi répondre. J’ai un vrai problème avec le « small talk » (conversation qui se fait sur un ton léger, informel)en société. Parler de tout, de rien, de soi… je ne sais pas faire. Quand je réponds « je ne fais rien », ça met les gens mal à l’aise. Quand je dis que je suis journaliste, les gens te demandent où et là, tu réponds « nulle part », ça rend aussi les gens mal à l’aise. Je reste évasif, mais je ne dis surtout pas que j’écris des livres.

Pourquoi ?

J’ai un sentiment d’imposture en permanence.

Tu ne te sens pas légitime ?

Je ne me sentirai jamais légitime. C’est une question d’éducation et d’origine sociale. Quand je me retrouve dans des salons du livre ou des endroits de ce genre, je suis toujours gêné. Moi, j’ai l’impression d’écrire des comédies, des petites blagues.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandor

 J’ai l’impression que tu ne veux jamais te prendre au sérieux. Ai-je tort de penser ça ?

Non. Je suis mal à l’aise avec le côté solennel et sérieux. Du coup, ça me joue des tours à tous les niveaux, car je ne sais jamais comment me positionner par rapport aux gens. Je fais du second degré en permanence et beaucoup de personnes le prennent au premier. Ça ne facilite pas les rapports humains. Une de mes idoles est Jacques Dutronc. Il se sert du second degré pour communiquer parce qu’il est timide…

Je sais que tu n’as pas fait beaucoup de promo pour le premier livre. Là, tu te fais violence ?

Quand je répondais aux interviews, j’essayais d’être drôle, mais je ne l’étais pas du tout parce que  le journaliste et moi étions dans un complet décalage. Quand je relisais mes propos, je voyais bien que le résultat était nul. En fait, je ne sais jamais ce que les gens attendent de moi. Je suis hyper vite sur la défensive ou j’en fais dix fois trop…

Tu me parlais de Jacques Dutronc il y a un instant. Pour toi, le couple idéal, c’est celui romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandorqu’il forme avec Françoise Hardy. C’est vrai ?

Ça reste de la théorie, parce que j’imagine que ça n’a pas été facile pour Françoise Hardy. Ça fascine toujours les couples comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, mais en pratique, je ne suis pas certain que ce ne soit pas extrêmement compliqué. Il faut être soit très fort, soit pas amoureux.

Ziggy ne croit pas en l’amour. C’est une génération désillusionnée sur ce sujet ?

Je crois que c’était pareil il y a 30 ans. Les hommes avaient aussi peur de s’engager.

Internet n’arrange rien, j’imagine.

Internet crée une dépendance aux autres. Une dépendance que le couple ne suffit plus à combler. C’est un peu un ménage à trois imposé : moi, toi et tous les autres. Tu as l’émetteur, le récepteur, et par internet, tous les gens qui font office de parasites. Cela implique une mise en scène de soi et du couple. J’ai l’impression que c’est un vrai frein aux relations amoureuses. Au moindre souci, on est tenté de regarder ailleurs. Les barrières sont tombées et l’intimité du couple a presque disparu.

Et toi, dans ta vie, tu gères bien tout ça ?

(Rires) Je ne gère rien du tout. Mais, franchement, j’ai un peu une phobie des réseaux sociaux. Je suis sur Facebook, mais pas de manière active. J’ai très peur du regard des autres, alors les réseaux sociaux, c’est hyper intimidant pour moi.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandor

Tu n’écris pas tout à fait de manière classique. Il y a même un style inédit.

Il faut essayer d’écrire des livres avec l’écriture d’aujourd’hui. Moi, je fais rentrer les smileys, les SMS, les hashtags. J’ai essayé de retranscrire une réalité dans le format écrit. Les gens lisent de moins en moins, je tente de me mettre au niveau des attentes et des exigences. Mon objectif était d’intéresser les gens qui n’ont pas l’habitude de lire, au risque de déplaire à ceux qui n’aiment que les « hussards ».

Je sens que tu n’es pas à l’aise pour parler de toi, mais pourtant tu as des activités qui ont pour conséquence d’amener la lumière vers ta personne…

C’est justement le fruit d’une impuissance à communiquer. Je ne suis pas à l’aise à l’oral, j’ai un esprit un peu sinueux, alors pour moi, l’écriture, c’est un peu une fuite, une façon de m’exprimer sécurisante et un moyen de surmonter mes angoisses. Je me cache clairement derrière mes personnages. C’est une façon de détourner sa timidité.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandorParle-nous de l’adaptation au cinéma de ton premier livre, Libre, seul et assoupi.

Les producteurs ont posé une option peu de temps après la sortie. Dans 98% des cas, ce genre d’option n’aboutit pas. Moi, j’ai juste rencontré les gens de Gaumont au début et je n’ai plus jamais eu de nouvelles jusqu’au jour où ils ont poursuivi l’option six mois de plus. Un jour, j’ai appris dans les médias que le film se faisait.

Tu n’as pas eu le droit de regard sur l’adaptation ?

Pas du tout. Je suis arrivé après la bataille. Le tournage avait romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandorcommencé. Là, on m’a donné le scénario. J’ai échangé trois mots avec le réalisateur, mais c’est tout. C’est vraiment leur projet de A à Z.

Tu l’as vu terminé ?

Oui. Ça fait très bizarre. Il y a un peu de moi et un peu du réalisateur, Benjamin Guedj, qui, d’après ce que j’ai compris, a vécu des situations similaires aux miennes. Sinon, je me suis bien marré. Il y a Félix Moati qui est absolument génial. Baptiste Lecaplain aussi est intéressant. Il est à contre-emploi. Quand tu le vois sur scène ou sur les plateaux, c’est une boule d’énergie. Là, il est sur la réserve, un peu mélancolique. Il a la joie triste.

romain monnery,le saut du requin,libre,seul et assoupi,interview,mandor

Après l'interview, le 22 janvier 2014.

25 février 2014

Christian Olivier (Têtes Raides) : interview pour Les Terriens

christian olivier,les têtes raides,les terriens,interviews,mandor

Lorsque l'on s'intéresse à la poésie et la chanson française engagée, il est impossible de ne pas évoquer les Têtes Raides. Les Terriens raconte qui nous sommes, avec nos qualités et nos travers universels. Rencontre avec la « tête pensante » du groupe, à La Niche (son antre), le 6 janvier dernier.

(Précédente mandorisation de Christian Olivier, ici).

Avant de lire l'interview, je vous propose ma mini chronique sur ce nouvel album, paru dans Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc, daté du mois de février 2014.

 

christian olivier,les têtes raides,les terriens,interviews,mandor

 

christian olivier,les têtes raides,les terriens,interviews,mandorInterview :

Vous sortez sensiblement un album tous les deux ans depuis 1988.

Nous sommes constants, mais nous avons toujours des choses à dire. Si on n’avait plus rien à dire, nous ferions autre chose. Il faut avoir de la matière pour raconter des histoires, mais il faut aussi avoir la flamme et l’envie de continuer. Une chanson peut être écrite en deux jours ou en six mois. Nous, on raconte toujours des histoires qui vont dans les profondeurs, tant au niveau du sens que de la forme. Têtes Raides, c’est plein de styles mélangés. De la chanson au rock par exemple. On ne se met aucun frein. Souvent, le rythme et la mélodie viennent au moment où j’écris le texte.

Ce sont les textes qui rythment la chanson ?

Un peu des deux. Sur Les Terriens, il y a eu au moins quatre titres qui sont partis de la musique. On a eu la volonté de travailler sur un son assez nouveau pour nous. On a pris un autre chemin. Par rapport à l’album précédent où il y avait un travail sur les cordes, violons, violoncelles et les cuivres, là on est sur un son et une rythmique plus électriques. On a trois guitares électriques. Si je dois schématiser, je dis que c’est un album blues rock. C’est même parfois rockabilly, par exemple dans « Moderato » et « Les Terriens ». Autant dire que Brian Setzer (ex leader des Stray Cats) est passé nous voir.

Teaser n°2.

Chantez-vous différemment selon la matière sonore que vous utilisez ?

Obligatoirement. Il y a un mouvement qui se fait naturellement. Je n’arrive pas à forcer dans le chant. Pour moi, il est l’aboutissement entre la matière sonore et l’harmonie. Au bout d’un moment, le chant se place tout seul. J’ai une manière de chanter un peu brute ou, disons... naturelle. Je la travaille et la cherche, mais je ne fais jamais d’effet. J’essaie de rester sur le ressenti et le sens. Je me demande constamment ce que cela peut procurer comme émotion. La voix, pour moi, c’est un instrument et une matière sonore. Selon l’harmonie, je vais toujours chercher la profondeur et l’émotion tout au fond de moi.

Selon les chansons, on ne chante pas de la même façon ?

Non, ça bouge. C’est un vrai instrument de musique. L’interprétation et la tonalité vont être différentes.

Vous êtes dans l’instinctif ?

Oui, mais on peut prendre du temps. Quand on rentre dans l’album, on est proche de ce que l’on aimerait avoir, mais pour aller un peu plus loin, le chemin peut être compliqué parce que l’on peut se perdre.

Teaser n°4.

Dans « Moderato » et « La Tache », vous évoquez le retour du fascisme en France. L’actualité abonde dans votre sens, non ?

Oui, et nous le déplorons. L’histoire nous amène à penser qu’il faut toujours rester sur ses gardes. Ce qui est le plus choquant, c’est l’histoire qui se répète et même qui s’aggrave parfois. L’histoire devrait servir à ne pas faire deux fois les mêmes conneries.

La chanson « Les Terriens » parle aussi du genre humain. Par contre, vous ne dites pas s’ils sont bons ou vauriens…

Les vauriens sont parfois de bons terriens, vous savez. Mes chansons, contrairement à ce que l’on pourrait penser, sont toujours positives. Les gens ont pu penser que non, mais si. Même si je ne chante pas des choses toujours drôles, il y a toujours une grosse lumière au bout.

christian olivier,les têtes raides,les terriens,interviews,mandor

Vous êtes bien, vous, parmi les Terriens ?

Je suis bien parce que j’ai réussi à faire avancer un univers et que j’arrive à faire bouger des choses à mon niveau. Je suis bien, mais c’est un combat de tous les jours. Je n’apprends à personne que la vie est un combat perpétuel.

N’êtes vous jamais tenté d’aborder des thèmes un peu plus légers ?

Je ne choisis pas. Je ne suis pas quelqu’un qui construit les choses en essayant d’édulcorer, même si parfois il y a de l’humour. Quand j’évoque l’amour, je ne peux pas faire dans la légèreté, car c’est toujours compliqué. Je suis toujours dans la recherche d’une certaine beauté et d’une certaine grâce. 

Teaser n°5.

Travaillez-vous encore votre voix ?

Je la travaille quand j’écris des morceaux, quand je suis en train de répéter. Naguère, j’ai fait un an de cours de chant classique qui m’avait donné les bases fondamentales. La respiration, le ventre... pour moi le chant vient de là. Que l’on soit fatigué ou pas, il faut pouvoir chanter.

Êtes-vous satisfait de cet album maintenant qu’il est terminé et qu’il est bientôt à la disposition du public ?

Je suis super heureux de cet album. Dès que j’entends la première chanson, je trouve qu’il y a quelque chose de nouveau dedans. J’ai pris beaucoup de plaisir à l’enregistrer et surtout, je suis heureux du son nouveau qu’il contient.

christian olivier,les têtes raides,les terriens,interviews,mandor

C’est quoi les Têtes Raides ?

Dans tout disque des Têtes Raides, il y a la musique, le texte, le sens et puis l’histoire humaine qui est là. L’album s’est enregistré en studio en live. C’est un animal à plusieurs têtes. On joue des chansons très lentes, mais à l’énergie toujours très forte. Dans nos textes, il y a des couches, des strates à gratter pour comprendre tout.

Il y a une chanson en anglais. Pourquoi ?

Généralement, les chansons en anglais sortent comme ça. Je suis très mauvais en anglais, mais en même temps, je suis très bon. L’un des premiers textes que j’ai écrit en anglais, c’est « Lesson number six ». L’anglais a un côté musical que le français n’a pas.

Il y a des thèmes majeurs dans votre œuvre.

J’écris beaucoup sur l’absence, l’attente et l’oubli. Dans mon écriture, il y a plusieurs niveaux. Quand je raconte une histoire, j’aime bien quand il y a une autre histoire qui est en train de se jouer. J’aime bien les couches et les strates.

christian olivier,les têtes raides,les terriens,interviews,mandor

Après l'interview, le 6 janvier 2014.

christian olivier,les têtes raides,les terriens,interviews,mandor

22 février 2014

Elisa Tovati : interview pour Cabine 23

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandorCabine 23, le nouveau disque/projet d’Élisa Tovati nous emmène direction Irkoutsk en Sibérie pendant18 chansons et 56 minutes. Une expédition musicale au départ de Paris. On suit une jeune femme qui part sans laisser d'adresse, à la recherche de ses origines et de surprises. Un retour à l'essentiel salvateur.

On visite Venise, Vienne, Athènes, Istanbul, ou Moscou... Élisa Tovati réalise même quelques-uns de ses fantasmes à travers ce personnage installé dans la Cabine 23, voiture 3 : rencontres, flirts, découvertes et révision des langues étrangères.

Un carnet de voyage signé Bertrand Soulier (l’homme providence) et Pierre-Dominique Burgaud à qui l'on doit les deux Soldat Rose. Les frères Souchon ou Élodie Frégé ont également collaboré.

J’ai rencontré Élisa Tovati (déjà mandorisée pour son précédent album) le 18 décembre dernier, dans un bar « select » de la capitale. En résulte un riche et long entretien dans lequel la chanteuse se dévoile beaucoup.

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandorInterview :

Quand l’album précédent a très bien marché, du coup, on entre dans la phase de création avec un peu plus de pressions ?

C’est l’inverse ! Moi ça m’a détendue ! Parce que je savais que si  Le syndrome de Peter Pan  n’avait pas marché, je n’aurais probablement pas eu la chance de faire un autre album. Le marché étant si difficile, ça aurait été compliqué de trouver des producteurs et  maisons de  disques qui veuillent investir de l’argent. Le fait d’avoir rencontré un vrai succès populaire sur cet album me donnait la possibilité immédiate de continuer à faire de la musique et un autre album, donc j’étais déjà ravie. En plus, du coup on m’a fait encore plus confiance. On m’a laissée tranquille, dans mon petit coin. On m’a laissé trouver où j’avais envie de m’en aller, comment j’avais envie de raconter des histoires aux gens, donc en fait, on a fait quelque chose d‘assez rigolo.

Excuse-moi, mais pourquoi dis-tu toujours « on » ?

Parce que je travaille avec Bertrand Soulier en binôme. Donc on crée, on pense, on réfléchit, on fantasme, on écrit, on va jusqu’au bout du bout tous les deux ensemble.  On a fini par trouver l’idée de cet album après des jours de réflexions et c’est devenu comme une évidence. On a donné rendez-vous aux producteurs quand tout a été terminé. Je suis arrivé avec les chansons, mais aussi une pochette, un livret, un univers, un synopsis. Je voulais qu’ils comprennent tout… et donc ils ont été assez scotchés. Ils étaient très étonnés, très heureux de voir à quel point on était allé loin.

Clip de "Eye Liner".

Je me souviens que pour l’album précédent, déjà avec Bertrand, vous vous étiez isolés tous les deux en vase clos. Avez-vous fait la même chose pour Cabine 23

Oui sauf que, dès qu’on a commencé à avoir des textes, on a voulu élargir notre cercle avec d’autres compositeurs. Parfois, on avait un texte qu’on donnait à un ou deux compositeurs différents. Nous voulions voir quelle était la chanson qui ressortirait le mieux par rapport à notre concept. C’était très compliqué parce qu’à  la fin, on savait que c’était un puzzle où les chansons devraient s’imbriquer selon un ordre précis, selon l’ordre du voyage. Il ne fallait pas raconter la même chose, sur tous les textes qu’on voulait exploiter. On voulait évoquer mes origines, parler des autres, du voyage, de cet Orient-Express mythique, parler d’histoires d’amour, d’amitié, du devoir de mémoire.

Vaste programme !

Oui, du coup, on a écrit beaucoup de chansons, presque quarante, je crois. Ensuite,  il y a des chansons qui se sont éliminées toutes seules.  Les moins bonnes s’effaçaient jusqu’à ce que le puzzle soit construit le mieux possible.

Quels sont les autres auteurs principaux ?elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

Bertrand Soulier  était l’auteur principal, ensuite, il y certains textes où il s’est fait aider par Pierre-Dominique Burgaud. Il a fini par faire partie de la boucle. Il s’intéressait énormément. On lui donnait des nouvelles du projet tous les jours. Il y a aussi Élodie Frégé, l’une de mes  meilleures amies. Je lui ai expliqué que c’était un album un peu comme un film musical sur l’Orient-Express, le train, l’histoire d’une fille qui voyage d’ouest en est, etc. Et donc elle m’a proposé «  Au train où vont les choses » et je l’ai acceptée. Elle avait parfaitement compris ce que nous voulions.

Et concernant les compositeurs ?

J’ai tout de suite fait appel aux frères Souchon, Pierre et Ours, que j’adore ! Toutes mes rencontres sont aussi importantes humainement que qualitativement. Pierre et Ours, je pourrais passer des jours, des mois, des  années à travailler avec eux tellement ils me font du bien et tellement c’est agréable.

Tu ne peux travailler qu’avec des gens positifs ?

Je ne peux absolument pas travailler dans un univers hostile, dans des tensions ou dans l’urgence. Il faut que ce soit de vrais moments intenses, de vraies récréations où le moment est suspendu. Tous mes compositeurs sont des gens avec lesquels humainement, il y a beaucoup d’atomes crochus et qui ont beaucoup de talent. Il me faut les deux.

Duo avec Brice Conrad : "Tout le temps".

Très honnêtement en tant que journaliste, quand j’ai vu arriver ton disque, je me suis dit : « Oh mince ! Un album concept ! » Puis, j’ai écouté. Et je l’ai trouvé très beau, aussi bien musicalement que textuellement. Il y a vraiment des chansons qui chamboulent.

J’ai l’impression que dans cet album, pour une fois, il y a la tête et les jambes. C’est un album que j’achèterais bien volontiers. Parce que dans les albums, qu’est-ce que j’aime ? J’aime que les textes soient intelligents. J’aime que la musique me fasse voyager. J’aime apprendre des choses sur les artistes.

Et qu’est-ce que tu n’aimes pas ?

Je déteste les textes qui sont futiles, où tu ne comprends jamais rien, mystérieux, abstraits et tout ça. J’ai vraiment besoin que ce soit des minis scénarios, qu’un disque raconte quelque chose.  

Cabine 23, c’est ton disque le plus personnel ?

C’est une évidence. En plus, j’avais très envie de montrer une image plus glamour et moins bohème. Dans ce disque, je regroupe tout.  Il y a la comédienne, il y a la chanteuse , il y a l’être humain. Je dis effectivement des choses très personnelles que l’on comprend ou que l’on ne comprend pas d’ailleurs. Il y a plusieurs tiroirs sur certaines chansons. J’avais vraiment envie de présenter aux gens quelque chose de consistant que je serais fière de montrer à mes enfants dans quelques années.

Les chansons ont un ordre évidemment pensé parce qu’il y a le parcours du voyage. C’était une difficulté supplémentaire ? 

Oui, parce que tu ne pouvais pas avoir cinq chansons en France et aucune en Russie, il fallait que tout soit équilibré. Donc, il y a eu des choix pas évidents à faire de temps en temps. 

Extrait de "Je voyage".

Je reviens à Bertrand Soulier qui est un auteur-compositeur-interprète que j’aime beaucoup. Ça s’imposait que tu travailles de nouveau avec lui ?

On est très proche, d’abord. C’est comme une histoire d’amour. J’ai appris à vraiment bien le connaître. Il sait où sont mes qualités où sont mes défauts. Il connait ma famille, mes enfants. Il a partagé énormément de choses avec moi. Étant donné que j’aime avoir des albums très personnels, c’est essentiel. Retravailler avec lui a été un  gain de temps énorme. C’est un peu comme si tu dois reprendre un psy, toute la démarche à faire pour en trouver un nouveau est fatigante. Rien que pour ça je reste avec le mien ! (rires). Sans plaisanter, Bertrand a un talent monstre et  moi, j’ai besoin de travailler avec des gens qui n’ont pas d’égo et qui savent accepter quand on leur dit « non, je n’aime pas, ça ce n’est pas pour moi, il faut transformer ça… »  J’ai eu des tonnes d’expériences avec des gens qui étaient tellement chiants ! Tous les jours je me dis : « Quelle chance j’ai eue de rencontrer Bertrand !» Il m’aide sur tous les plans et quoi que je lui demande.

Qui a eu l’idée de ce concept de voyage ?

Moi. Il y  a plein de raisons qui ont fait que c’était évident. D’abord j’ai été conçue dans un train, donc quand j’ai raconté ça à Bertrand, ça l’a bien fait rire. C’était un train qui faisait Paris-Saint Raphaël. Ensuite le train a toujours eu une importance énorme pour moi. Toute ma famille a pris des trains de la mort pendant  la Deuxième Guerre mondiale et elle n’est jamais revenue. Donc le train, c’est quelque chose qui est lourd de significations pour moi. Troisième chose, plus légère, j’aime le train, car je suis une fille extrêmement  speed et que nous sommes dans un monde où on ne prend le temps de rien. Quand tu es dans un train, tu prends le temps de voir les paysages qui défilent, de voir les gens qu’il y a autour de toi par exemple.  

Ça devenait essentiel de parler de tes origines ?

Oui, je ressentais le besoin de me montrer telle que je suis. Moitié nord, moitié sud. Je voulais expliquer ce qu’il s’était passé dans ma famille, pourquoi je suis comme je suis. Je n’ai pas eu de famille à part mes parents. Je veux mériter le fait d’être moi ici, alors que d’autres n’ont pas eu la chance d’être là. Tu sais, les gens qui sont très gais, alors que ce sont des gens qui travaillent jusqu’au soir, des gens qui ont peur du vide et qui remplissent de nombreuses pages, ce n’est pas pour rien.

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

Est-ce que cet album est aussi pour « remettre les pendules à l’heure » ? Pour que l’on sache qui se cache derrière la toujours souriante Élisa Tovati ?

Quand tu es comédienne, tu passes ton temps à brouiller les pistes. Tu joues des rôles de pute, d’infirmière, de moche. Franchement, je n’ai jamais eu envie de prouver quoi que ce soit à quiconque. Dans la vie de tous les jours, je suis une fille pleine d’énergie, très souriante et qui essaye d’avoir beaucoup de respect pour les autres, d’être très bien élevée. Après les gens jugent ou pas, mais je suis comme ça et j’ai mes raisons de l’être. C’est vrai que de temps en temps, c’est bien de divulguer quelques secrets profonds.

Tout à l’heure, tu as employé le mot « psy » et c’est vrai que quand on parle de soi dans ses chansons, qu’on fait référence à sa  famille, qu’on exprime ce qu’il y a au fond de soi… ça permet d’aller mieux ?

Si tu t’exprimes dans la vie, si tu dis les choses, si tu ne les gardes pas pour toi, normalement,  tu n’as  pas besoin d’aller voir qui que ce soit pour parler. Parfois, il y a des choses à l’intérieur de soi qui sont difficiles à exprimer. Moi j’ai appris qu’on a dit que je m’appelais Tovati, car je n’assumais pas ma religion et mes origines. Ça m'a beaucoup choquée, parce qu’une petite fille d’ancien déporté, je te jure qu’elle a l’étoile gravée dans le corps. Tovati, c’est une coquille qui date de nombreuses années, j’avais 16 ans. J'étais annoncée ainsi pour un concert espagnol. Les organisateurs ont confondu Touati avec Tovati. C’est juste ça. Rien à voir avec le fait que je me cache et que je n’assume pas et tout ça …

Je trouve que Cabine 23 est un disque culotté.

À travers cet album, on ressent beaucoup de choses. De la solitude, un peu d’amusement avec les hommes, évidemment du glamour et un côté un peu mystérieux. On ne peut pas utiliser n’importe quel mot dans n’importe quel album et cet album-là nous permettait quelques audaces, quelques textes un peu désuets, quelques jeux de mots un peu rigolos, voilà, des choses un peu plus culottées, comme tu le dis.  

C’est la gravité dans la légèreté.

Voilà.

C’est un petit peu ta marque de fabrique, je l’ai remarqué depuis le début de ta carrière. Je trouve que c’est vraiment un très bel album. Il faut gratter et c’est ça qui est  intéressant. Comme tu l’as dit tout à l’heure il y a des gens qui comprennent des choses et d’autres qui ne comprennent pas. 

Et d’ailleurs, c’est vraiment très étonnant parce que j’ai commencé un peu la promo et si tu savais, à l’intérieur, ce que ça me fait d’en parler. J’ai l’impression de naviguer en permanence, c’est-à-dire que des tonnes de fois je me retiens, je suis sur le point de pleurer. C’est idiot, mais c’est tellement personnel, ça remue tellement de choses à l’intérieur de moi que je suis vraiment prise par l’émotion. Je me dis : « Tu ne vas pas pleurer devant le journaliste quand même ! »

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

À ce point-là ?

Ce n’est pas un album que je sors pour vendre du disque. Je demande aux journalistes : « Je vous en supplie, prenez cinquante minutes pour écouter cet album d’un bout à l’autre sans vous arrêter et vous me comprendrez. Ne volez pas deux-trois chansons comme ça, des bouts de chansons  n’importe comment, prenez le temps de rentrer dans mon univers ». C’est le seul truc que je veux avant que l’on m’interviewe. C’est comme pour un film. S’il y a un mec qui fait une interview et qui n’a regardé que deux-trois scènes du film, j’ai envie de dire : « Mais regardez le film d’un bout à l’autre. Vous serez surpris, étonnés ou vous détesterez, mais au moins, vous vous ferez votre opinion ! »

Ce qui est bien dans tes chansons, c’est que c’est un mélange d’Histoire avec un grand « H » et l’histoire avec un petit « h ». C’est personnel et universel et c’est assez fort d’arriver à ce bon compromis. J’ai raison de dire ça ? 

Oui, tu as totalement raison de dire ça. Il y a des chansons comme « Les langues étrangères » ou « S’embrasser » qui sont des petites choses un peu sucrées et tu as des chansons plus graves comme « La mémoire », « Pitchipoï » ou « Tout le temps ».

Même si c’est grave, ce n’est pas plombant. Je me suis dit qu’il y avait surement une volonté de ne pas faire un album comme ça.

Tu as raison, ce n’est pas plombant. Par exemple, la chanson préférée de mes enfants, c’est « Pitchipoï » parce que la sonorité est rigolote. « Je t’emmène à Pitchipoï, ma petite mémoire cowboy » qui fait bien rire mon fils. En fait, c’est de très loin la chanson la plus dramatique de cet album. C’est la chanson la plus grave. Celle que j’ai mis le plus de temps à chanter. C’est une chanson à double tiroir. Pitchipoï, c’est juste Auschwitz. Pitchipoï c’est le nom que donnaient les gens à la destination finale de ces trains de la mort. 

Extrait de "Pitchipoï".

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandorÀ la fin de « Pitchipoï », on entend des hommes qui chantent. Ça m’a touché, alors que je n’ai pas compris ce qu’ils chantaient.

Le Kaddish, c’est la prière des morts. Moi j’ai presque 180 personnes de ma famille qui sont mortes dans les camps, donc à la fin, il y a la prière des morts. Je vais te dire très sincèrement, ma mère quand elle l’a écoutée j’ai mis deux heures et demie à la récupérer après. Quand tu entends les paroles : « c’est un conte de fer, un chemin de fée, peut-être qu’on trouvera le Golem, on retrouvera tous les gens qu’on aime, c’est des histoires qu’on dit dans le noir aux enfants… », si tu sais de quoi on parle, forcément, ça n’a pas la même signification. 

« La mémoire » aussi est une chanson très forte.

C’est une chanson qui est, elle aussi, plus profonde qu’il n’y parait. Je ne pouvais pas traverser ces pays sans aborder des sujets forts et difficiles. Mon disque n’est pas un film d’Alexandre Arcady !

Est-ce que ce disque a remué beaucoup de choses en toi ? 

Je me suis beaucoup battue pour qu’il existe et pour qu’il soit à la hauteur. J’ai eu l’impression que rien n’a été facile. En fait j’ai eu l’impression d’être sur une piste d’athlétisme et d’avoir des haies à sauter. Mais dès que j’en sautais une, il fallait se concentrer sur celle d’après pour ne pas chuter et pour ne pas les faire tomber. Encore aujourd’hui, j’ai cette impression. J’ai la conviction qu’il faut emmener jusqu’au bout ce projet parce qu’il le mérite. Et à la fois c’est dur. Tu vois il faut convaincre les gens, il faut être là, derrière tout le temps.

Et ta maison de disque ne te dit pas : « elle est chiante, maintenant » ? 

Non, elle trouve ça fantastique, parce que les gens qui y travaillent n’ont jamais vu quelqu’un qui s’implique autant dans tout, qui va acheter les fringues, qui coud pour les musiciens… Ils trouvent ça dingue, quoi !

As-tu peur que ce disque ne soit pas compris et qu’il ne trouve pas son public ?

Est-ce que l’album va avoir du succès ou pas.  Je n’en sais rien et ça ne sera pas en rapport avec sa qualité. Maintenant ce qui est génial c’est vraiment d’avoir quelque chose dans la tête et de le réaliser d’un bout à l’autre. C’est ça qui est fantastique. 

Est-ce l’album de ta vie ? 

Je ne pense pas. Tu sais c’est toujours le dernier album que tu estimes le plus.

Mais tu n’es jamais allée aussi loin. Là ce n’est plus qu’Élisa Tovati, c’est la famille, le passé… 

Je n’ai pas du tout envie de penser au prochain album parce que j’ai déjà tout à faire avec celui-là, mais à un moment donné, j’ai un peu le tournis en me disant : « Mon Dieu, après un album comme ça on fait quoi ? » Ce n’est pas que je trouve qu’il est bon et qu’il n’y a pas mieux à faire, pas du tout, mais j’ai donné tellement de choses personnelles qu’après, il va vraiment falloir que je me secoue pour retrouver des bonnes idées et avoir surtout un projet qui me donne autant envie de me lever le matin. Je venais d’accoucher quand j’ai commencé cet album. J’ai fait beaucoup de sacrifices professionnels puisque j’ai refusé des tonnes de films et des sacrifices personnels puisque j’ai dû faire des choix entre mon bébé et le projet. Donc si tu veux, j’ai eu l’impression d’avoir sacrifié beaucoup de choses pour ce projet.

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

Pour toi, quelle est la chanson la plus importante ?

Pour des raisons différentes, j’aime beaucoup  « La petite Tour Eiffel ». J’aime beaucoup l’ambiance de cette chanson et j’aime la poésie du texte. J’aime cette chanson parce que l’héroïne de mes chansons est au bout du voyage et qu’elle se rend compte que finalement Paris lui manque. C’est un sentiment que j’ai beaucoup eu à des moments de ma vie ou j’étais loin de Paris. J’aime beaucoup « Pitchipoï » parce que je suis fière de l’avoir faite et qu’elle existe dans l’album. « S’embrasser », je pense que c’est une chanson élégante donc j’adore la chanter. « Au départ, Paris », aussi est important pour moi. Je rêvais d’avoir une chanson qui parle à la fois de mes origines grâce à la musique et qui lance aussi bien le projet.

Tes parents ont-ils été touchés ?

J’ai toujours peur de les décevoir. Mais ils sont très fiers de ce disque. Ils sont fiers, ils l’écoutent, ils le montrent, ils suivent ce que je fais. Il y a des chansons qui ont été plus dures à entendre que d’autres. Et il y a aussi des chansons qui ont suscité des réactions. Ma mère a eu le double effet sur Pitchipoï. Au début, c’était choquant pour elle. Elle n’a pas pu aller jusqu’au bout de la chanson, donc elle a arrêté. Elle était en colère et a commencé à s’énerver. Et puis elle a réécouté la chanson d’un bout à l’autre et elle a pleuré. Elle a fini par me remercier.

Pourquoi cette réaction ?

C’est un peu comme si quelqu’un meurt. Tu n’oses pas toucher pas à ses affaires, ni à sa chambre. Il y a quelque chose d’un peu sacré. Et puis, il y a quelqu’un de bienveillant de ta famille qui se dit : « mais pour qu’elle puisse avancer, il faut faire place nette ». Cette personne met tout dans un carton et tout d’un coup, la chambre est vidée et nettoyée. Tu as envie de foutre une paire de baffes à la personne en disant « mais pourquoi t’as enlevé mes souvenirs ?» et à la fois tu as envie de lui dire : «  Merci, parce que je n’aurais pas eu le courage de le faire ». Donc c’est un peu ça. Tu vois, c’est un petit mélange. J’ai quand même marché sur des œufs. Il y a un mot que j’ai été obligée d’enlever. C’était une demande très ferme.

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

Avais-tu prévenu ta famille que tu étais sur un tel projet ?

On en parlait comme ça, mais j’ai été très secrète sur cet album. Je n’en parlais pas à mon compagnon, ni à mes producteurs. Je n’ai rien fait écouter, car j’avais peur de la réaction des gens. Je ne voulais pas me laisser distraire, ni me laisser influencer. J’avais envie qu’ils prennent le projet comme il était. C’était à prendre ou à laisser.

Un train, de toute manière, ça ne fait pas des demi-tours facilement. 

C’est ça. Le train était en route et il fallait le laisser arriver à la gare pour le présenter.

Tu te sens mieux maintenant que ce disque est fait ?

Oui, ce disque est une lourde responsabilité et je l’ai fait. J’ai besoin de me coucher le soir en me disant que dans la journée j’ai fait des choses utiles et que j’ai appris des choses par rapport au matin. J’ai besoin d’avancer. J’ai besoin d’être sur le chemin, vraiment. C’est le chemin, la route, le voyage. C’est vraiment un truc qui est très fort en moi. Que ce soit des sillons tortueux ou droits, il faut que j’avance parce que j’ai le devoir d’avancer.

elisa tovati,bertrand soulier,cabine 23,interview,mandor

Avec Élisa Tovati le 18 janvier 2013.

21 février 2014

Claire Favan : interview pour Apnée noire

claire favan,apnée noire,interview,mandor

Attention ! Apnée noire est un livre dangereux. Une fois ouvert, vous ne pouvez plus le refermer. Dans ce troisième thriller, Claire Favan met en scène deux enquêteurs qui reviennent sur une affaire mal jugée un an plus tôt. Cet inspecteur et cette agent du FBI (une femme magnifique) se retrouvent à collaborer suite à une scène de crime "déjà vue". Leur duo est loin d'être calme et serein... mais nous assistons, médusés, à leur rapprochement.

Cette auteure nous entraine dans l’univers d’un tueur en série avec pudeur et intelligence.

Mais ce roman est bien plus que cela. IL FAUT LE LIRE ABSOLUMENT!

Le 15 janvier dernier, j'ai reçu pour la seconde fois Claire Favan, à l’agence (la première, c'était pour ce recueil collectif).

claire favan,apnée noire,interview,mandorRésumé :

« Vêtue d’un pyjama en satin écru, la jeune femme repose dans une baignoire remplie, en position de foetus inversé. Ses mains et ses chevilles sont étroitement liées derrière son dos et elle flotte encore avec un soupçon de grâce. » A Columbia, sur la côte est des États-Unis, c’est la scène macabre que découvre le lieutenant Sandino. Officier intègre, c’est aussi un homme brisé depuis la disparition de sa famille. Pour mener cette enquête, il doit collaborer avec Megan Halliwell, l’agent du FBI qui a permis l’année précédente l’arrestation de Vernon Chester, un tueur psychopathe qui vient d’être exécuté. Très vite pourtant, il apparaît que ce dernier meurtre présente des ressemblances troublantes avec les crimes commis par Chester. Comment est-ce possible ? Tandis que Megan n’ose imaginer le pire, une erreur judiciaire, Sandino se concentre sur certaines incohérences. De discordes en silences la relation des deux policiers évolue, alors que chaque jour le tueur semble se rapprocher d’eux, omniprésent et insaisissable…

L’auteure :

Claire Favan a déjà publié deux thrillers : Le tueur intime (Points seuil, 2010) qui a obtenu le Prix VSD du polar et Le tueur de l’ombre (2011).

claire favan,apnée noire,interview,mandor

claire favan,apnée noire,interview,mandorInterview :

Avant tes trois livres publiés, tu en as écrit des dizaines, je te cite, « impubliables ».

Je dis "impubliables" parce que c’est un tout autre style et je n’ai aucune intention un jour de les faire paraître. J’écrivais pour mon propre plaisir, « pour mon ordinateur », comme disaient mes proches. Un jour, ces derniers m’ont poussée à tenter l’expérience.

Tu écrivais quoi à cette époque ?

Je me faisais la main sur des intrigues historiques, des histoires un peu sentimentales.

J’ai lu que tu écrivais beaucoup, étant plus jeune, pour fuir la réalité et pour oublier le divorce de tes parents…

Effectivement, écrire a été une soupape. J’écrivais pour accentuer cet effet que je cherchais déjà dans la lecture. Accéder à une part de rêve et à des choses qui ne faisaient pas partie de ma vie de tous les jours… Petit à petit, je me suis fait mon style, jusqu’au jour où le rêve est devenu réalité.

Tu es passée à la littérature noire de quelle manière ?

Parce que je ne lisais que ça. Un jour, je me suis demandé pourquoi je ne faisais pas un alliage entre ce que j’aime lire et le fait d’écrire. Quand j’écrivais des livres historiques, je trouvais ça très compliqué parce qu’il faut s’exprimer avec un langage différent. D’un seul coup, écrire des romans contemporains, ça devenait beaucoup plus facile.

Tu lisais quoi précisément ?claire favan,apnée noire,interview,mandor

Je suis très Stephen King. Je pense toujours à ma mère qui, un jour, a refermé un livre en disant : « C’est génial ! C’est l’histoire d’un tueur en série. Je n’avais jamais lu un livre comme ça ! ». Ce jour-là, elle m’a donné une deuxième naissance.

Tout le monde s’accorde à dire que tu as une parfaite technique de ce genre littéraire là.

Pourtant, je n’ai aucune méthode. Je suis autodidacte. J’écris pour me faire plaisir. Je sais quels livres me font plaisir en tant que lectrice, donc le minimum que je puisse faire, c’est d’essayer de rentrer dans les codes des romans noirs… en sachant que je ne les connais pourtant pas. C’est instinctif.

Tu n’as pas lu Ecrire un livre en 10 leçons ?

(Rires)  Non, j’ai lu Ecrire un livre pour les nuls.

Tes deux premiers romans sont plus violents que celui-ci.

Dans mon premier livre, je voulais répondre à mes questions de lectrice. Le côté psychologique me passionne et je voulais qu’on comprenne pourquoi et comment on devient un tueur en série. Will Edward, mon tueur en série des deux premiers romans, est violent et pervers. J’ai d’abord décrit son traumatisme à lui et je l’ai transcrit sur ses victimes, façon miroir.

Pourquoi une jeune femme comme toi écrit des choses si noires ?

Ce n’est peut-être pas dans l’ordre des choses, mais je suis ainsi. Si tu me colles une autobiographie dans les mains, je pleure. La réalité en livre ne m’intéresse absolument pas. Je ne veux pas le quotidien, je veux du rêve.

Pourquoi Apnée noire est il moins violent que tes deux précédents livres ?

Je ne suis pas tueuse en série, donc jouer dans la surenchère, très peu pour moi.  Je ne me voyais pas écrire un degré au-dessus de mes deux premiers romans, sinon, c’était le carnage absolu. Dans mon dernier livre, le tueur est différent, je m’ajuste à lui.

claire favan,apnée noire,interview,mandorLe très médiatique libraire, Gérard Collard a décrété à la télé que tu étais la polardeuse à suivre absolument en 2013.

Avant lui, il y a eu François Paf, un de mes lecteurs qui a décidé qu’il fallait que Gérard Collard lise le livre. Et il a fait des pieds et des mains pour qu'il en soit ainsi. Sans lui, le livre ne serait probablement jamais arrivé jusqu’à ses yeux. Le fait qu’il parle de mes deux premiers livres à la télé de cette façon, je ne m’y attendais pas du tout. Ça a été une merveilleuse surprise.

Ça a boosté les ventes ?

Oui. Il a un impact énorme. C’est le dieu des auteurs (rires). Cela dit, il ne faut pas s’emballer. On repart à zéro avec chaque livre et il faut toujours faire ses preuves. Rien n’est jamais gagné. Je me fais plaisir et j’essaie de faire plaisir aux autres.

Tu es analyste financier, donc tu gagnes ta vie autrement qu’avec la littérature. Ça permet de rester zen ?

C’est une indépendance d’esprit. J’ai juste le trac de la perception du livre. Je sais ce que j’ai voulu dire, mais je ne sais pas comment les gens vont le percevoir.

Pour balader le lecteur, c’est compliqué ?

Non, parce que je sais où je vais dès le départ, donc je peux emprunter de fausses pistes. Au départ, j’ai une idée de base. Soit elle passe et ça veut dire qu’elle n’était pas viable, soit elle reste et elle est complétée par plein d’autres idées qui deviennent des scènes et les principaux ressorts de mon intrigue. Je connais ma scène d’intro, je connais ma scène finale, je sais par où je passe.

claire favan,apnée noire,interview,mandor

claire favan,apnée noire,interview,mandorTu m’as dit en off que, quand tu étais la Claire Favan écrivain, tu ne te comportais pas exactement comme la Claire Favan analyste financier.

Dans ma vraie vie, je ne fume pas. Claire Favan fume. Je ne me maquille pas. Claire Favan oui.

Oh ! Le beau cas de schizophrénie ! Tu m’inquiètes.

(Rires) Physiquement, je n’ai pas tout à fait les mêmes caractéristiques. Mince ! Je n’aurais pas dû le dire ! Tout le monde va avoir peur. Claire Favan n’existe pas tout le temps. La majeure partie du temps, je suis moi, avec sa part de vie secrète.

Le plus dur, dans un thriller, c’est de ne pas louper la fin ?

La fin d’Apnée noire a changé parce que je devais toujours la justifier à mes premiers lecteurs. Donc, je ne trouvais pas ça normal. Si on doit expliquer une fin, c’est qu’elle n’est pas bonne. Soudain, mon éditeur m’a donné un conseil et cela a débloqué la situation. Bingo ! Je suis partie sur autre chose et, du coup, je n’ai plus besoin de la justifier.

claire favan,apnée noire,interview,mandor

Tu écris en ce moment ton 4e livre officiel et un autre pas publiable. Explique-moi pourquoi tu écris aussi des livres non publiables. Ça me travaille.

C’est pour faire plaisir à mon ordinateur, je te dis…  j’ai besoin de beaucoup écrire. Plus sérieusement, la parution d’Apnée noire a été compliquée éditorialement parlant, du coup, j’ai eu beaucoup de phases de doute et d’incertitude. J’ai donc écrit ce fameux roman qui ne sera pas publié pour me prouver que le plaisir d’écrire était encore là. C’était une soupape. Il n’y avait plus aucune pression de nulle part et en un mois, je l’avais écrit. Mais, je tiens à dire que ma vie privée et mon quotidien sont prioritaires par rapport à l’écriture.

Que penses-tu de la communauté des gens qui écrit de la littérature « noire » ?

Sincèrement, j’ai rencontré des gens formidables dans ce milieu. Nous ne sommes pas forcément des amis, mais quand on se voit, c’est avec beaucoup de plaisir. On rigole bien et il y a des vrais partages d’expériences.

Tu ne te vois plus vivre sans cette deuxième vie d’auteure, je présume ?

Sincèrement, pendant ma période de doute, avant la parution d’Apnée noire, je me disais que si quelque chose comme ça, qui vient après la vie de tous les jours, faisait plus de mal que de bien, j’étais prête à l’abandonner. Au moment où j’étais prête à abandonner, les choses se sont débouclées. Aujourd’hui, j’ai compris que c’était comme ça. On écrit et il y a toujours des hauts et des bas. Ce n’est pas linéaire.

claire favan,apnée noire,interview,mandor

12 février 2014

Da Silva : interview pour Villa Rosa

da silva, villa rosa, café de la danse

Ça fait un moment que je suis la carrière de Da Silva. Depuis son premier opus, en fait. J’ai chroniqué bon nombre de ses albums pour différents journaux. Mais, je n’ai jamais eu l’opportunité de le rencontrer. Voilà qui est fait. Et bien fait. L’homme est sympathique, disert et dit ce qu'il pense.

Il est passé à l’agence quelques jours avant son concert au Café de la Danse, le 12 février 2014.

Avant de lire le fruit de notre conversation, je vous propose ma chronique de son nouveau disque, Villa Rosa, publiée dans Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc, datée du mois de février.

da silva,villa rosa,café de la danse

da silva,villa rosa,café de la danseInterview :

Sur ce nouveau disque, l'ambiance est moins minimaliste. Mais ce changement avait déjà commencé avec l’album précédent « La distance », non ?

Il y a un truc qui est assez étonnant. C’est mon 5e album, j’ai fait près de 400 dates et très honnêtement, j’ai toujours fait la même chose. En tout cas, je dis toujours la même chose. C’est le propre d’un artiste, on a quelques obsessions, on n’arrive pas à s’en défaire.

Quelles sont les tiennes ?

Le deuil, la mort, la joie, la vie, le rapport à l’autre, les sentiments amoureux… des problèmes existentiels. Je me pose toujours les mêmes questions dans mes chansons, mais je change ma façon de le dire. Je creuse mon sillon.

Mais la musique varie d’album en album.

Je suis en perpétuelle recherche. J’ai commencé avec un disque très dépouillé, Décembre en été, enregistré en guitare-voix avec notamment le titre « L’indécision ». Les deux albums suivants, De beaux jours à venir et La tendresse des fous, avec Joseph Racaille aux cordes, aux vents et aux cuivres, étaient plus orchestrés. Pour le quatrième album, La distance, je suis passé à un format plus pop avec des basses, batteries et claviers. D’un seul coup, avec ce 5e disque, les gens te disent « c’est plus enjoué ». C’est juste plus orchestré. J’ai enrobé un peu le poivre dans un bonbon. J’ai réussi à tromper l’ennemi.

Qui est l’ennemi ?

Moi. J’ai réussi à m’étonner de mon propre travail. J’ai réussi à me renouveler. Un artiste qui ne se renouvelle pas, il est mort.

da silva,villa rosa,café de la danse

C’est vrai que tous les artistes parlent de la même chose ? 

Ce qui différencie un artiste d’un autre, c’est le style. Cela dit, on ne raconte pas tous la même chose. Il y a des chanteurs engagés, des chanteurs sentimentaux, des chanteurs romantiques, d’autres qui sont très crus… Moi, dans mon écriture, j’emploie des métaphores. J’essaie aussi de mettre un peu de distance entre le sentiment et le ressenti, avec un peu de pudeur.

Tu es chanteur de quoi, toi ?

C’est très dur de le définir. J’ai très peu de recul sur moi. C’est comme quand on me demande mes influences, j’ai beaucoup de mal à répondre. L’influence, ça travaille dans ton dos. C’est inconscient. Ce qui est inspirant pour moi, c’est une photo. J’aime bien quand l’image est arrêtée. Ça me permet de fantasmer. Je me demande ce qu’il s’est passé avant et qu’est ce qu’il s’est passé après. Tout m’est permis sur une image arrêtée. Ça me fait chier les clips !

Pourtant, tu en as fait quatorze et déjà trois pour ce 5e album.

(Rires). Ne te moque pas ! J’aime les images arrêtées, je te dis.

Clip de "Villa Rosa" extrait de l'album Villa Rosa.

J’ai l’image de toi d’un artiste qui ne fait aucune concession.                      

Je fais zéro concession. On ne va pas me faire faire la tartignolle à la télé, tu vois. Je viens du punk rock, quand j’ai commencé j’avais 17 ans. Aujourd’hui, j’ai 38 ans. J’ai passé 21 ans de ma vie à essayer de m’aimer un peu, à essayer d’aimer les autres, à essayer d’être un mec « bien », de ne pas être un salaud. À travers tout ça, j’ai une seule liberté et elle a canalisé toute ma vie et mon esprit. C’est la musique. Et jamais un producteur ne m’a imposé quelque chose. Le reste, c’est de l’intelligence. Quand on me dit qu’il faut que j’aille faire une séance photo avec machin, une interview avec truc, je dis toujours oui. Moi, je considère que je ne fais pas de promo. Je vais rencontrer un mec, on va discuter ou pas, ça va être super ou ça va être nul. Je ne suis jamais en représentation. Je ne m’habille pas de façon exceptionnelle, je ressemble au voisin d’à côté, je fais 1m60, je suis chauve, il n’y a rien à dire sur moi de transcendant. Je ne joue pas au chanteur beau gosse ! Moi, je ne pense qu’à la musique et je sais que si je perds la main là-dessus, ma vie s’écroule.

Pourquoi es-tu parti de chez tôt Ou tard ?

Un label, c’est un deal que tu signes à deux. On te propose un contrat, tu viens avec ton avocat et tu signes ou pas. Quand tu signes un contrat, tu es content et quand tu n’es plus content, tu t’en vas. Je devais leur rendre un album et j’ai refusé. Je me suis tiré au quatrième album. Je dois te dire que je ne me suis pas fait que des copains.

da silva,villa rosa,café de la danse

Il faut que tu te sentes bien tout le temps avec les gens qui t’entourent professionnellement ?

C’est la moindre des choses. Mais, en général, j’ai du mal à me sentir bien. J’arrive à dire « je me suis senti bien »,  « j’ai été bien » ou « j’étais bien », mais il est très difficile pour moi de ressentir le bien-être au présent.

Tu n’arrives pas à profiter des moments intenses que tu vis ?

Je n’arrive pas à synthétiser le plaisir dans l’instant. Je donne. Je peine à recevoir.

Mais ton pessimisme légendaire se transforme peu à peu en optimisme, non ?

Quand j’ai eu conscience de la vie, très tôt, je me suis dit que tout ça n’irait pas loin. Je le sentais comme ça. Je trouvais que la vie était un bordel, un véritable chaos. C’est bien après que je me suis dit que la vie, c’était quand même bien. Aujourd’hui, je suis satisfait de celle que je mène. J’ai une fille, ça, c’est le plus important. Et aussi, j’ai fait cinq albums, je suis toujours là, il y a encore des gens qui ont encore envie de venir me voir en concert et ils sont heureux quand ils viennent.

Clip de "Le coureur de fond" extrait de l'album Villa Rosa.

Tu fais le plus beau métier du monde ?

Je ne le conseillerais pas à tout le monde. Mais j’ai toujours rêvé de faire ce métier et aujourd’hui j’y suis. Qui peut s’enorgueillir de faire le métier dont il a rêvé gamin ? C’est une petite victoire sur la vie, non ?

Tu as donc le sentiment d’avoir réussi ta vie ?

Réussir sa vie, ce n’est pas que ça. Réussir sa vie, c’est ce que tu as réussi à apporter aux autres, ce que tu as réussi à faire passer comme message. Chaque jour, j’essaie d’apporter un peu de bonne humeur autour de moi. Tu vois, quand je suis arrivé tout à l’heure, j’ai déconné pour que l’ambiance soit cool directement et que les choses se passent bien.

Ce comportement est-il naturel ou te fais-tu violence ?

Je ne sais pas si c’est naturel, mais c’est une philosophie de vie. Je ne veux pas emmerder les gens. Je ne dis jamais « je veux », mais « il serait souhaitable ».

da silva,villa rosa,café de la danse

C’est marrant parce que je m’aperçois que tu es plutôt hyperactif depuis que tu es là et pourtant tes chansons sont souvent calmes. Je ne parle pas de celles de tes deux derniers albums…

J’aime bien ce petit livre de Stig Dagerman, « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier ». Quand j’ai lu ce bouquin, je me suis dit que ma musique devait avoir la fonction de faire du bien et de consoler. Ce que je dis dans mes chansons est très dur, mais ça rassure quand même. Tu te dis qu’il y a pire que ce que l’on vit soi-même. Je fais de la musique qui console.

Elle console les gens, mais te console-t-elle aussi ?

Oui, un peu. Elle me réconcilie avec moi, avec la vie, avec ce qui nous passe entre les doigts, avec ce que l’on rate, avec ce que l’on réussit et ce que l’on ne réussira plus. J’ai décidé de ne pas vivre comme un légume. J’ai décidé d’avoir conscience d’être vivant.

Quand tu fais quelque chose qui est nase, tu le reconnais ?

On ne peut pas faire bien tout le temps. Moi, je fais du mal aux gens, souvent. Mais oui, je le reconnais, je leur dis pardon.

Faut-il mentir parfois ?

Oui… mais bien. Il faut bien mentir. Connais-tu la différence entre la sincérité et la franchise ?

Non.

La franchise c’est l’idée de dire tout ce que tu penses. La sincérité, c’est de penser tout ce que tu dis. Là, ça prend son sens parce que tu réfléchis avant de dire quelque chose. Moi, la franchise, je n’en ai rien à foutre, mais j’adore la sincérité. Bon, après tout le monde se réclame de la sincérité, c’est très noble. Personne ne se réclame d’être une ordure, alors qu’on est constitué de 50% de ça.

Ah bon ?

L’homme a des vices. Il est poussé par la facilité. Il faut toujours lutter pour retrouver un peu de noblesse, d’élégance et d’humanité.

LSDR #4 - Da Silva - Un jour peut être extrait de "Villa Rosa" from Tomat'Prod on Vimeo.

da silva,villa rosa,café de la danseLa scène, pour toi, c’est quoi ?

Il faut créer un spectacle, revisiter et réorchestrer toutes les chansons, aller les chercher dans cinq répertoires, proposer des inédits. Il faut soigner son entrée, soigner sa sortie, et au milieu être captivant. Il faut être aimé, il faut se faire aimer et il faut aimer. Un artiste, il devient beau quand il sort de scène, que la salle est debout, que les gens tapent dans les mains et qu’ils ne veulent pas qu’il parte.

Ça fait du bien a l’ego ?

Oui, les applaudissements sincères flattent l’ego. C’est une sorte d’adrénaline dont il est difficile de rester insensible.

C’est aussi une satisfaction par rapport à tes parents ?

Mon père est ouvrier et ma mère femme de ménage. Mon père voulait que je devienne soit médecin, soit avocat même s’il n’a jamais été ni chez l’un, ni chez l’autre. Ma mère voulait juste que je ne fasse pas les ménages parce que c’est galère. Après mon père, constatant mon taux d’absentéisme à l’école, s’est contenté de vouloir que je devienne ouvrier à l’usine. A 17 ans, je leur ai dit que je voulais devenir Garcimore, parce que j’étais fan de ce magicien qui loupait toujours ses tours, tu imagines le tableau.

J’ai l’impression que tu ne sacralises personne.

Je ne suis fan de personne. J’ai trop écouté de musique pour ne m’attacher qu’à un groupe ou à un chanteur. Et puis, plus généralement, je t’accorde à toi autant de crédit que si je parlais au barman du coin, je suis désolé de te dire ça, mais c’est vrai.

Ça ne me dérange pas. Je ne me sens pas plus important.

Je ne sacralise personne, de fait, cela agit comme un miroir. Je ne peux pas avoir le melon.

Tu écris beaucoup pour d’autres artistes. Tu es très sollicité ?

Oui et, à chaque fois, je le prends comme un compliment. Ce que j’aime bien c’est poser mon regard sur quelqu’un, c’est fantasmer. On me fait un brief sur la personne à qui je dois écrire des chansons. Quand je travaille pour Claire Denamur ou Mélanie Pain qui font des albums de chansons exigeantes et qualitatives ou pour une chanteuse de variété pop comme Jenifer, quand elles m’appellent, j’ai le brief. Mon envie est de leur dessiner une robe qui leur va bien.

da silva,villa rosa,café de la danse

(Photo : Guillaume Depagne)

Par rapport à ton répertoire, j’avais l’image de toi d’un type un peu dark. En fait, tu es tout le contraire.

Je n’ai jamais été un mec désagréable ou « dark » comme tu dis. Mais, tu sais, il n’y a jamais plus triste qu’un clown et donc, vice versa.

Parfois ça cache des choses !

Il faut bien rendre la vie meilleure qu’elle n’est, non ?

Pour cet album, tu as travaillé avec deux réalisateurs. C’était plus confortable pour toi ?

Non, ce n’est pas plus confortable. J’ai fait des maquettes guitares, voix, basses, guitares, batteries et j’ai confié mes maquettes à deux de mes musiciens qui sont aussi deux amis. C’est difficile de faire un cumul des mandats plus explosif. C’était pimenté. Il y a la fête, l’amour que tu as pour les gens, leur projection qu’ils ont de ta musique, la projection que toi tu en as. Nous nous connaissons très bien et parfois, nous n’avons pas eu la même vision des titres. Personne n’a rien lâché. Ça a explosé, mais cela a fait exactement l’album que je voulais et l’album qu’ils voulaient. On a réussi à ne pas faire de compromis. Personne n’a tort ou raison, il y a juste des visions différentes. Au lieu d’empiler les visions et faire des compromis, on peut aussi se désaxer et regarder les choses de façons différentes et trouver un arrangement qui soit transversal. Il faut faire du jus de cerveau, tu ne fais pas un disque en regardant pousser les pâquerettes.

da silva,villa rosa,café de la danse

C’est le disque que tu voulais faire ?

Il est fidèle à mon évolution musicale et textuelle. Il y a tout ce que je voulais. Il y a des titres pop, comme « La tasse », avec un orchestre de cinquante cordes et juste un son de batterie.

Cinquante musiciens! Tu n’as pas eu peur de perdre ta chanson, ou en tout cas la réalisation de ta chanson ?

Pendant très longtemps, j’enregistrais mes disques chez moi et je jouais tous les instruments. Je pensais que lorsque tu faisais jouer les instruments par d’autres musiciens, ça diluait le propos de ta chanson. Dans la musique, il y a le temps fort et le temps faible. On a tous une rythmique intérieur, un groove à soi, un battement,  une pulsation. Je me disais que si quelqu’un mettait sa pulsation dans ma pulsation le château allait s’effondrer par le centre. J’ai compris qu’il n’en était rien et qu’il fallait que j’aille rechercher dans les ressources des gens. J’ai ouvert la vanne, maintenant ça déborde (rires). Le prochain album, ça va chier.

Le prochain sera hyper orchestré ?

J’ai très envie de faire un album uniquement avec un orchestre.

Un best of en version symphonique ?

Un best of, c’est un peu embêtant étant donné que je ne sais pas ce qui est best et ce qui est of chez moi !

da silva,villa rosa,café de la danse

Après l'interview, le 5 février 2014.

11 février 2014

Nilda Fernandez : interview pour Basta Ya!

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

Révélé par "Madrid Madrid", puis par « Nos fiançailles » et encore « Mes yeux dans ton regard », Nilda Fernandez a rapidement affiché sa double culture franco-espagnole. Au cours des années, il a exploré des univers musicaux différents qui l'ont emmené du Québec, à la Russie en passant par l'Amérique du Sud. Personnage atypique, il n'a jamais réellement intégré le milieu du show-biz français.

Et c’est pour cela, aussi, que j’apprécie le personnage.

Le 5 février dernier, le troubadour est passé par l’agence pour me parler de son nouvel album et son passage au New Morning

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandorMini biographie officielle :

Nilda Fernandez a toujours tendu à fuir les projecteurs trop violents. Avec sa recherche d’une existence nomade, il passe d’une langue à l’autre et provoque une forte adhésion de la part de ses admirateurs dans les différents pays où il passe. Sa trajectoire revendique en permanence une responsabilité totale de l'artiste face à sa création.

Lucide par rapport à son art et au rôle ambigu que l'artiste peut jouer dans les sociétés contemporaines, il réussit le tour de force d'exister aujourd'hui en s'étant affranchi des limites étrangères à son art et aux aspirations de ceux qui le suivent.

Ce chanteur talentueux, plein d'intégrité artistique, hostile à toute routine, n'en finit pas d'être à la recherche de nouvelles aventures musicales, de nouveaux lieux ou de nouveaux visages qui lui fournissent une riche source d'inspiration pour des chansons merveilleusement originales.

Son dernier album, Basta Ya ! composé puis enregistré dans la pure tradition folk-rock, en témoigne une fois de plus. Pour le vendre, Nilda Fernandez a choisi de s'appuyer uniquement sur son site internet avec un système original. L'acheteur précommande le disque au prix de 6 euros, mais il ne reçoit les chansons qu'une par une, à intervalle irrégulier.

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandorInterview :

On ne peut pas dire « Nilda Fernandez revient ». Vous êtes toujours pas monts et par vaux. Vous passez votre temps à partir et à revenir… c’est une constante.

C’est une technique de vie que j’ai adopté. Aussi dans ma vie personnelle et affective. Je ne veux pas me créer de lassitude et d’usure. L’usure, ça m’a beaucoup préoccupé.

Vous sentez qu’il y a de l’usure en vous ?

Non, mais j’ai senti que cela pouvait arriver. Je pense que lorsqu’on atteint l’usure, c’est trop tard.

C’est bien d’avoir la lucidité de se dire qu’elle est en train d’arriver.

Je crois que tout le monde est capable de cette lucidité. Après, c’est la peur qui fait que l’on ne réagit pas.

Il faut du courage pour partir comme vous l’avez fait, en Russie, à Cuba, par exemple, pour tenter de nouvelles expériences personnelles et musicales.

Si le courage, c’est juste de maîtriser ses peurs, alors oui je suis courageux. La peur c’est une paralysie, le courage, c’est empêcher cette paralysie. C’est donc à la portée de tout le monde.

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandorVous sortez un nouvel album Basta Ya ! Pour se le procurer, il faut aller sur votre site.

Avec des amis, nous avons beaucoup travaillé sur mon site pour qu’il soit aussi une plate forme de téléchargement consacrée à ma musique uniquement. Pour obtenir mes nouvelles chansons, on télécharge ce qui est mis en ligne petit à petit. Celui qui achète dès le départ aura deux chansons directement, puis d’autres au fur et à mesure.

Pourquoi ce procédé ?

On a réfléchi au fait que lancer un album maintenant, comme ça, d’un coup, c’est une forme de galvaudage immédiat. On picore dedans, on prend ci, on prend ça… il n’y a pas vraiment un respect de l’ensemble. Pour moi, chaque chanson à sa raison d’être différente des autres.

Ce n’est pas un peu compliqué pour l’amateur de vos chansons?

Un peu parce que tout le monde est conditionné, de l’acheteur aux médias. C’est super dur de dire « on va faire autrement ». Cet « autrement » à autant de valeur que la démarche habituelle. En réalité, je fais des singles avec un album à la clef.

Ce qui est clair, c’est que vous êtes devenu producteur indépendant et que vous n’êtes plus attaché à l’industrie du disque. Pourquoi êtes-vous sorti de cette industrie ?

Disons que le dernier contrat que j’ai eu dans un gros label, c’était au moment où je suis parti en Russie. J’ai eu un choix à faire. On me demandait de faire un album ou de vivre ma vie en Russie comme il se profilait. Le type qui à l’époque tenait ce label m’a déconseillé de partir parce que ce n’était pas une bonne décision stratégique. Le best of venait de sortir et il m’a dit que « les médias étaient chauds ». Je lui ai demandé ce que cela voulait dire. Cette phrase m’a paru tellement stupide que je n’ai pas hésité une seconde. Je lui ai dit que je ne voulais pas faire l’album qu’il attendait et que je savais que par rapport à mon contrat j’étais en faute. Comme il avait besoin d’économiser sur les avances des artistes qui étaient budgétés, parce qu’il avait perdu du fric avec l’album de Michael Jackson, on a décidé de se séparer d’un accord commun. Ça nous arrangeait tous les deux. Tout ça, c’est du passé, je n’ai aucune rancœur.

Ça vous a fait du bien d’être indépendant ?

Oui. Je me suis servi de l’industrie du disque de manière très opportuniste. Elle m’a servi, mais je n’ai aucun état d’âme là-dessus. Ce n’est pas une fidélité à un individu, ce sont des actionnaires derrière. À un moment, ils étaient intéressants parce qu’ils investissaient réellement. Ce n’étaient pas des philanthropes, mais il y avait des gens avec une certaine fibre. Ils ont disparu peu à peu. Aujourd’hui, l’industrie du disque n’a aucun intérêt. Mais vraiment aucun ! Tous les artistes sont capables de s’en passer et de mener une carrière en dehors des structures.

Avez-vous fait parfois des concessions dans votre carrière ?

J’ai vraiment la fierté de dire que je n’en ai jamais fait, mais avec les conséquences que cela suppose. Quand tu mets le doigt dans le « je fais semblant», il est compliqué d’en sortir.

Vous comparez les artistes à un paysan métayer du moyen-âge. nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

C’est le système des avances. Nous les artistes, on ne sait pas ce que l’on gagne. On nous donne une somme et ensuite, on passe notre temps à rembourser des dettes. C’est une comptabilité de créances. J’ai eu la chance de côtoyer Nougaro (sur la photo, à droite, en compagnie aussi de Georges Moustaki), à Moscou au début des années 2000. Je l’ai fait venir pour le faire connaître au public de là-bas. Il était affecté par le fait qu’il commençait les répétitions avec des musiciens pour préparer sa tournée et qu’il devait déjà de l’argent. Il partait en tournée endetté. Psychologiquement, ce n’est pas rien.

Bon, j'avoue, je me fais plaisir. Je suis fan de Nino Ferrer (mandorisé ici)... le voir chanter "Le sud" avec Nilda Fernandez, c'est un véritable délice.

Ce que j’aime bien chez vous, c’est que vous n’avez pas la langue dans votre poche. C’est rare.

Je suis prudent parfois, parce que je me demande si j’ai raison ou si j’ai le droit d’affirmer des choses qui ne seraient pas totalement juste. Quand je suis convaincu de quelque chose, je ressens le besoin de le dire parce que ça fait du bien. Je ne veux plus être dans le gris et de ménager Pierre ou Paul. Si on n’est pas méchant, on ne sait pas qu’on est bon. Si on n’est pas dur, on ne sait pas qu’on est doux. Pour moi, il y a des choses à dire parce que les gens sont paumés.

Est-ce que vous montrez l’exemple en jetant à la face du monde votre liberté ?

L’artiste se doit de donner l’exemple de quelqu’un qui ne se laisse pas piquer sa liberté et sa liberté de faire.

Êtes-vous plus engagé que lorsque vous avez commencé ?

Dans ce monde-là, bien confus sur le plan des idées et des valeurs, je crois qu’il est bon de glisser quelques messages dans des chansons. J’aime le faire avec discrétion dans être moralisateur.

Le regretté Grégory Lemarchal reprend en 2006, à l'Olympia, l'un des plus grands succès de Nilda Fernandez, "Nos Fiançailles".

Vous n’aimez pas parler de vos textes en interview.

Quand on commence à parler d’un texte, c’est qu’il est raté.

Au New Morning, vous allez jouer l’intégralité de Ya Basta ! ?

Oui, pour la première fois de ma vie, je peux dire que je joue tout mon dernier album. Je vais le mélanger avec des anciens titres…

C’est frustrant de savoir que le public n’attend que des chansons comme « Nos fiançailles » ou « Madrid Madrid » ?

C’est un plaisir parce que c’est la serrure de toutes les autres. J’ai toujours de la reconnaissance pour des chansons qui ont ouvert les portes. Quand je les ai écrites, j’espérais qu’elle me suivrait toute la vie. Je me suis aperçu que quand une chanson atteint quelque chose de profond chez des gens, elle peut accompagner leur vie dans de grands moments. Il y a des gens qui se sont mariés sur « Nos fiançailles ».

Nilda Fernandez "Mes yeux dans ton regard" à Taratata.

Qu’est-ce que c’est être artiste pour vous ?

Je ne sais pas. J’ai plus réfléchi sur la notion de l’art.

Alors, qu’est-ce que l’art ?

C’est ce qui ne sert à rien et qui n’a aucune utilité. On ne peut pas l’utiliser pour autre chose que ce qu’il est. C’est quelque chose d’indispensable, mais qui est irrécupérable. L’art sert à se rendre compte qu’on est humain et à absorber des émotions et des sentiments. Il ne sert à rien d’autre. J’en veux beaucoup à ceux qui le détournent pour en faire de l’utilitaire.

Comment vivez-vous la célébrité ? Est-ce facile de garder la tête froide ?

Oui, c’est parfois difficile. Il est facile de se prendre pour ce que tu n’es pas. Si tu te regardes que dans le regard des autres, tu es perdu. Si tu ne t’aimes pas, tu vas chercher dans les yeux des autres leur amour pour t’aider à t’aimer toi.

Vous aimez-vous ?

Oui.

"Sinfanai Retu"

Vous aimez ce que vous êtes devenu ?

Oui. Je ne veux pas mettre de bémol à ce constat, ça voudrait dire qu’on n’arrive jamais à rien. S’aimer c’est le contraire d’être narcissique. Je ne suis pas narcissique. Narcisse, ce n’est pas quelqu’un qui s’aime, c’est quelqu’un qui cherche son image en permanence et pour qui les autres n’existent pas. S’aimer, c’est aussi accepter que l’autre ait le droit de s’aimer.

Et s’accepter avec ses propres défauts.

Et accepter de se dire que ses défauts sont des débordements de qualités. Le défaut, c’est une qualité qui va trop loin.

Menez-vous la vie dont vous aviez rêvé enfant ?

Oui. Quand j’étais gamin, je me rêvais à l’arrière des tramways. À Barcelone, quand j’étais petit, je voyais le mec qui recevait les billets. Ils discutaient avec tout le monde, il était tranquille, tout le monde le payait (non, parce que je croyais que l’argent était pour lui). Les rêves de l’enfance sont les projections de l’avenir et moi je me projetais comme receveur de billets dans le tram, mais aussi comme voyageur. J’ai commencé à découvrir qu’il existait une rue devant chez moi, qu’il existait d’autres rues autour de la mienne, qu’il existait une ville dans laquelle était incluse ma rue et les rues avoisinantes et petit à petit, le monde s’élargit. Et l’enfant que j’étais se demandait « ça va jusqu’où ? » J’ai très vite eu envie de voir autre chose pour corriger ma vision des choses et du monde.

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor

Après l'interview le 5 février 2014.

Cadeau bonus:

Amusons-nous un peu... voici une photo des mêmes protagonistes, il y a 20 ans, à 10 jours près (le 1er février 1994, à Top Music à Strasbourg).

Personne n'a changé, je sais. 

nilda fernandez,basta ya,interview new morning,mandor