Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 août 2014

Mascarade : interview de JNEB pour l'EP "Rien n'à foot"

mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandor

Mascarade est un groupe autoproclamé "Hip-hop de Rockers" réunissant  JNEB ("artisan" pluridisciplinaire: musique, écriture, animation 2D) et JB (guitariste de Marcel et son orchestre). Leur "hip-hop de rockers" penche sérieusement du côté rock, voire hard et punk/rock...

J’ai lu quelque part que Mascarade était « le mariage contre nature de Trust et NTM avec comme témoins Les Inconnus et comme prêtre Lemmy Kilmister... ». Pas faux.

mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandorCe qui m’a attiré chez eux, c’est d’abord la qualité des textes, signés JNEB. Une vraie "plume", pleine d'humour et d'une totale autodérision. Ensuite, le son. Gratte saturée en avant, lourds riffs heavy, avec des touches electro, mais raisonnablement.

Juste avant la Coupe de Monde les deux compères de Mascarade ont sorti un Ep dédié au football et à ses travers, Rien n'à foot. Et le résultat n’est pas du tout politiquement correct. JNEB chante des chroniques décalées sur les faits et gestes des adeptes du foot.

J’ai rencontré l’artiste lillois, JNEB, en terrasse d’un bar parisien, alors qu’il était de passage dans la capitale, autant dire que j’ai rencontré un phénomène.

mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandor

Interview :

Nous sommes dans un pays où on ne peut pas mélanger les genres, or, toi, tu as plusieurs activités artistiques…

Pour Mascarade, je compose tous les titres, j’appréhende tous les instruments, je fais les arrangements et les textes. Ensuite, je réalise les clips entièrement seul. Je prends la caméra, je fais les plans, les éclairages, je joue dedans et, quand je rentre chez moi, je m’attelle au montage. Je me débrouille aussi en animation 2D. Pour le groupe, je fais aussi le boulot d’attaché de presse, je m’occupe des réseaux sociaux et des comptes. Il n’y a que le booking que je ne fais pas.

Quand as-tu commencé la musique ?

A l’âge de 14 ans. Je suis autodidacte en tout, je n’ai jamais pris un cours en rien. J’ai toujours voulu apprendre moi-même, même si j‘ai quelques amis qui m’ont donné quelques coups de main et conseils. Je viens des Ardennes, je suis originaire de Charleville-Mézières. J’ai travaillé pendant neuf ans dans un groupe de rock « hétérocklite », Guerka, avec plein de gens qui se sont succédé. Il aura fallu 35 ans pour que je trouve une sorte d’alter ego. J’ai toujours fait de la musique avec un grand M. J’aime tout. La musique du monde, le rock, le punk, le ska, la variété, la musique classique…

Clip de "L'envers du décor".

Pourtant, Mascarade est estampillé groupe de hip-hop.

Nous nous sommes autoétiquetés « hip-hop de rockers ». On s’est filé une étiquette avant qu’on nous en file une qui ne nous corresponde pas vraiment. On s’est tiré une balle dans le pied parce qu’on vient du rock. C’est pour ça qu’on s’appelle Mascarade, parce que les gens qui viennent du rock pourront se dire « c’est quoi cette mascarade ? »

Tu as évidemment fait des projets solos avant Mascarade.

Oui, en 2007, j’ai élaboré un projet qui m’a pris 4 ans. Il s’appelait Idéaux et ébats. C’était un triptyque multimédia (un film, un roman et la BO du film) qui a été diffusé jusqu’en Amérique latine et en Espagne. C’était un projet qui prônait le port du préservatif. La base, c’était religion et sexe. Un an après, je suis revenu avec un album qui s’appelait Tout n’est pas rose, en 2008, sous le pseudo de JNEB, qui est le diminutif de Benjamin, mon prénom.

mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandor

Tu es quelqu’un qui aime le « conceptuel ».

C’est ce qui m’a toujours causé du tort quelque part. Mon leitmotiv a toujours été d’être là où on ne m’attend pas.

Qu’est-ce qui t’anime ?

Créer et composer. J’aime bien être chez moi,  je suis assez casanier. Aujourd’hui, j’ai envie que ça marche un peu, c’est pour ça que je suis retourné faire un peu de scène. Et puis ça m’a resociabilisé. Je suis un peu autiste.

En 2010, tu as sorti un album qui était l’antithèse de celui de 2008.

En 2008, c’était un album très arrangé et plus chiadé. En 2010, l’album était beaucoup plus minimaliste. Même dans la composition, il y a des morceaux que j’ai écrits et composés en trente minutes. L’objectif était de composer dans l’urgence et de ne pas y revenir.

Clip de "Allumez la télé ou j'tue l'chien"

mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandorTa rencontre avec JB s’est passée comment ?

On se connait depuis plus de quinze ans maintenant. J’ai failli être chanteur de Marcel et son Orchestre à l’époque où ils auditionnaient des gens. Avec JB, j’avais de grandes affinités humaines et musicales.

Votre nouveau disque est sorti avant la Coupe du Monde 2014… forcément, je me suis dit que c’était un disque opportuniste. Et j’ai découvert vos clips qui étaient très second degré et intelligents, ce qui m’a donné envie d’écouter l’EP en intégralité.

C’est une bonne chose, alors. Pour moi, les clips ne doivent pas être un pâle succédané des textes. Il faut que ça donne du supplément, voire une complémentarité. Les clips servent à donner une autre vision des choses, d’appuyer ton propos et même de l’étoffer.

Quand tu chantes, on ne peut pas prendre trois mots à la volée, il faut t’écouter en intégralité, sinon, il peut se créer quelques confusions de sens.

Par rapport aux textes, si les gens ne vont pas plus loin que le premier degré, ils pourraient même envisager la possibilité que l’on soit racistes et/ou misogynes, alors que c’est exactement le contraire.

Clip de "Le football c'est violand (feat Ribéry)

Excuse-moi, je reviens sur ce que je te disais tout à l’heure. Est-ce que sortir ce disque mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandoravant la Coupe du Monde n’était pas un brin opportuniste ?

Si, c’est clair. On a voulu surfer sur le ballon, je ne te le cache pas. On s’est donné un coup de main, parce que personne ne nous a aidés. Par contre, nous n’avons pas été opportunistes complètement, sinon, nous aurions sorti juste un one-shot, un hymne pour les bleus, pas un EP avec sept titres. Notre disque n’est ni pro, ni anti foot, c’est les deux parce que les deux ouvertures nous permettaient de prendre des pans humoristiques. On en a trouvé sept.

Tu te situes où dans ce métier ?

J’ai du mal à répondre à ça. Je suis multi-instrumentiste, je compose, j’écris, je réalise, je suis cadreur, monteur, dessinateur…Quand on me demande ce que je fais dans la vie, je réponds artisan multidisciplinaire en essayant d’être là où on ne m’attend pas.

J’ai l’impression que tu as envie de foutre un gros coup de pied dans la fourmilière.

C’est un peu ça. D’ailleurs, je suis content parce que les chroniques que je lis sur nos disques vont dans ce sens. Les journalistes disent que l’on veut sortir des codes et que nous ne sommes surtout pas dans les paillettes. On est dans l’antithèse de la hype. Je vais même plus loin, je veux fournir de la contre-culture.

Clip de "J'aime bien le foot".

mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandorIl y a trois ans, je sais que vous avez été contacté par une grosse maison de disque et que vous n’avez pas voulu vous plier à leurs souhaits. Pourquoi ?

Parce qu’une fois dans leurs locaux, le directeur artistique se disait intéressé, mais nous reprochait de dire beaucoup de gros mots, nous expliquait qu’il y avait trop de grumeaux et que les guitares étaient trop saturées. Il nous demandait de nous calmer et de rentrer un peu dans les rangs. Je n’ai pas envie de porter une barbe, ni de chanter en anglais parce qu’en ce moment, c’est ça qui marche. Nous avons refusé. Je lui ai dit qu’il était hors de question que l’on change. Il cherchait du mainstream, alors que nous sommes alternatifs.

Tu as un avantage, tu as un métier et tu n’attends pas la musique pour vivre.

C’est ce qui fait ma force. J’ai toujours fait ce que j’ai voulu faire, même si je suis rarement content de ce que je fais. Avec JB, c’est la première fois que je suis à peu près satisfait de ce que je produis. L’objectif est de me surprendre moi-même. Si ça plait aux gens, tant mieux ! Je ne te cache pas que je préfèrerais que ça plaise, sinon, je ne serais pas là avec toi pour avoir un peu plus d’expositions (rires).

La Coupe du Monde est terminée, le soufflé est retombé. Qu’advient-il de cet EP footballistique de Mascarade ?

Mais tu n’es pas sans savoir que le football existe toujours. Les différents championnats recommencent. Le foot, il y en a tout le temps.  

"Il paraitrait" en live (juillet 2014).

Vous allez continuer les concerts ?

Tant qu’on nous le demande, bien sûr. Sinon, je t’annonce que l’on a quasiment un album de bouclé. Celui-ci, on va essayer de travailler différemment. Le premier album et l’EP, on les a enregistrés dans l’urgence. Cette fois-ci, on laisse reposer des titres déjà composés il y a quelques mois. On y reviendra plus tard. Avec JB, pour le moment, on a la chance d’être prolifique et de ne pas tourner en rond. Musicalement, il y aura du reggae dance hall, du punk-rock,  du disco… des musiques comme ça. On va essayer de s’entourer un peu plus, parce que l’on sait que nous sommes arrivés à nos limites. Il faut que nous montions d’un cran. Même si je n’attends pas la musique pour vivre, j’aimerais bien que ça marche un peu.

mascarade,jneb,jb,rien à foot,interview,mandor

Avec JNEB, après l'interview, le 7 juillet 2014.

09 août 2014

Guillaume Jan : interview pour Traîne-savane, vingt jours avec David Livingstone

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

(© Gwenn Dubourthoumieu) 

Cela faisait des années que mes amis Bertrand Guillot et François Perrin me demandaient si je connaissais Guillaume Jan, sous le prétexte que nous avions transité tous les deux, un moment, en Guyane. Moi, six ans, lui, un peu moins. Mais bref, je ne connaissais pas cet écrivain que l’on me qualifiait d’« aventurier » ou, au minimum, de « voyageur ». Et donc, un jour, j’ai reçu de sa part Le Cartographe. J’avais parcouru avec passion ce livre de Guillaume Jan, mais comme il était sorti il y avait un moment, j’avais reporté la mandorisation au prochain roman.

Trois ans plus tard, Traîne-Savane est arrivé (publié, lui aussi, dans la très séduisante maison d'édition Intervalles). Joie. L’occasion était belle, le 8 juillet dernier, de le recevoir à l’agence.

J’adore ce genre de type « bourlingueur » avec l’air de ne pas y toucher. À 41 ans, l’homme a déjà cherché de l’or en Guyane (voilà donc ce qu’il faisait là-bas !) et, d’après ce que j’ai lu sur le site de Nova Planet.com, « a essayé d’apprendre la boxe à Cuba ou fut éjecté à coups de pied aux fesses d'un camp d'entraînement pour enfants soldats en Côte d'Ivoire. Un Breton qui a traversé l’Afrique d’est en ouest, en claquettes, en moto ou en pirogue, descendant seul le fleuve Congo (sujet de son premier livre. Qui s'est beaucoup promené en Europe de l’Est. »

Traîne-Savane, est le récit de deux déclarations d’amour à l’Afrique. D’abord la sienne, au fil d’un périple épique qui va l'amener à se marier au Congo, chez les Pygmées, avec une Kinoise rencontrée lors d’un précédent reportage. En parallèle, il retrace l’histoire du Docteur Livingstone, cet explorateur victorien qui cherchait les sources du Nil et s’engageait dans la jungle de manière aléatoire, tout en rêvant à l’émancipation du peuple noir. Un livre exaltant, passionnant et superbement écrit. Chapeau bas !

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor4e de couverture :

Deux amoureux se perdent dans la jungle et rêvent de se marier au prochain village pygmée : Traîne-Savane raconte l’histoire (vraie) de ce mariage romanesque décidé sur un coup de tête, au bout d’une longue errance au cœur de la forêt congolaise. Cent cinquante ans plus tôt, le zélé missionnaire David Livingstone déambulait le long des fleuves d’Afrique centrale, à la recherche d’une terre promise, d’une autoroute du commerce ou de sources miraculeuses. Fantasque et têtu, rêveur et maladroit, l’explorateur menait vaillamment ses combats impossibles jusqu’à ce que Stanley le retrouve sur les berges du lac Tanganyika et lui lance son mythique : « Doctor Livingstone, I presume... » En tressant ces deux parcours picaresques, Guillaume Jan relie le destin de ces Don Quichotte qui, chacun à leur manière, donnent leur cœur au continent noir. Curieusement, aucune biographie solide du Docteur Livingstone n’avait été jusqu’ici établie en langue française.

L’auteur :guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Guillaume Jan est né en 1973. Il a été palefrenier, barman, chercheur d’or, auto-stoppeur, libraire et grand reporter. Il vit aujourd’hui à Paris. Il a publié le récit d’un aventureux vagabondage sur le fleuve Congo (Le Baobab de Stanley, éditions François Bourin, 2009) et un roman de flâneries chaotiques à travers les Balkans (Le Cartographe, Intervalles, 2011). Le 23 avril 2014 : Traîne-Savane figure parmi les finalistes du Prix Nicolas Bouvier 2014.

Quelques critiques :

Jean-Claude Perrier (Livres Hebdo) : « Un roman hélicoïdal, plein d’humour et de fraternité... par l’un des plus brillants écrivains de son genre et de sa génération. »

David Fontaine (Le Canard enchaîné) : « Éclairé par des descriptions souvent enchanteresses, émaillé de scènes drôles qui résument si justement le pays, un récit qui est à la démesure du Congo. »

Julien Blanc-Gras (Magazine A/R) : « Ce livre musarde sur les chemins de la passion et éclaire ce Congo déglingué et envoûtant, drôle et désespérant. Le tout est porté par une plume tendre et ciselée, précise sans être précieuse, dénuée de misérabilisme comme de condescendance. Ce n’est pas un ouvrage sur l’Afrique terni par les habituels clichés du genre. C’est une pépite polie en Afrique par quelqu’un qui lui a donné son cœur. »

François Perrin (TGV Magazine) : « Deux retours pour un aller simple. Deux histoires d’aventures contrariées et de cœurs offerts, nattées, ici, l’une à l’autre dans une alternance de chapitres d’une tendresse revendiquée. »

Grégoire Delacourt : « Dans un style à la fois riche et simple, Guillaume Jan nous embarque dans sa quête. On en ressort plus fort, émerveillé d’avoir essayé d’attraper, le temps d’un livre, un peu de l’ivresse du voyage, de cette troublante nostalgie qui nous fait regretter une époque que l’on n’a pas connue, un peu de cette passion, enfin, qui anime l’écrivain-voyageur. »

Grégoire Leménager (Le Nouvel Observateur) : « Le récit de cette noce insolite aurait suffi à faire un livre sympathique, d’autant que son auteur a l’humour qu’il faut... Mais son Traîne-Savane est aussi une terrible photo du Congo postcolonial... C’est enfin... l’épopée grandiose et pathétique de David Livingstone, le "missionnaire aux semelles de vent" qui arpenta le continent noir en zigzags avec l’espoir d’abolir l’esclavage. Un Don Quichotte en bras de chemise comme on en croise chez Patrick Deville. »

guillaume jan,traîne-savane,interview mandorInterview :

Tous tes voyages se transforment quasiment en livre…

Comme je suis journaliste, la plupart de mes voyages, je les ai faits pour bosser. Mes premiers, ils ne se transformaient pas en livre, mais en reportage écrit pour des magazines.

Tu fais un peu comme Julien Blanc-Gras, finalement (voir sa dernière mandorisation ici) ?

Il a commencé plus tôt que moi. On aime tous les deux voyager, écrire et on n’en revient toujours pas de pouvoir concilier les deux en même temps. Être payé pour le faire et sortir des livres, c’est aussi inattendu que jubilatoire. Le problème des livres, c’est qu’il faut trouver le temps de les écrire.

Vous n’écrivez pas tout à fait de la même façon, Julien et toi. Lui s’amuse un peu plus de ses « aventures ». On est plus dans l’anecdotique.

Julien a un point de vue assez ironique, mais ce qui est impressionnant chez lui, c’est qu’il sait le faire avec douceur. J’aimerais bien faire ça, mais, pour le moment,  j’en suis incapable. J’ai plutôt tendance à avoir tout de suite beaucoup d’empathie envers les gens avec lesquels je traîne.

J’ai quand même l’impression que tu ne t’embarques pas dans des aventures qui ne t’intéressent pas, encore moins avec des gens que tu ne « sens » pas.

Absolument. Du coup, j’ai du mal à avoir de la moquerie parce que je vais vers des gens qui m’attirent. Je ne m’étais jamais formulé la chose comme ça, mais c’est vrai, j’ai tendance à faire uniquement ce qui me plait. Bon, ce n’est pas totalement vrai parce que pour gagner ma  vie, je fais des choses qui ne me plaisent pas forcément. Cela dit, après réflexion,  pas tant que ça. Là, je sors d’un hiver où j’ai galéré financièrement, mais visiblement, j’ai préféré galérer financièrement plutôt que de faire des boulots qui ne me plaisaient pas. C’est risqué parce que j’ai une fille et j’ai l’honneur de t’annoncer que Belange est de nouveau enceinte. Bon, autant te dire que maintenant, c’est fini la rigolade !

Tu parles de Belange. C’est elle l’héroïne de Traîne-Savane puisque tu racontes ton mariage avec elle dans la forêt congolaise, chez les pygmées. C’est un livre d’amour pour ta femme et pour le Congo. Pourquoi avoir pris la décision de vous marier là, alors que ce n’était pas prévu à la base.

À l’origine, je suis parti pour les Inrockuptibles faire un reportage sur un orchestre symphonique à Kinshasa et je suis rentré marié. Le trajet dans la forêt était si compliqué, il y avait tellement d’obstacles à surmonter qu’on a estimé que ça devenait de plus en plus absurde d’aller simplement saluer les pygmées, les prendre en photo et repartir. Il fallait que l’on justifie notre arrivée d’une manière forte et originale. On était deux jeunes gens qui s’aimaient et, comme je le dis dans le livre, je crois que je ne sais pas faire grand-chose d’autre que d’aimer. On n’a donc pas su faire autre chose qu’une preuve d’amour.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Guillaume Jan et Belange... et un militaire congolais.

Il y a beaucoup de détails passionnants sur le Congo dans ton livre. Quand tu voyages, prends-tu des notes systématiquement ?

Oui,  parce que depuis que je suis journaliste, j’ai pris ce travers. Et puis le Congo est tellement riche en histoires et en anecdotes que je n’ai pas pu m’empêcher de prendre des notes. Certaines choses écrites dans le livre n’ont pas été trouvées sur cette route là, mais elles ont été vécues ou vues à d’autres moments. J’ai voulu les insérer parce que c’était très représentatif de l’inventivité, de l’énergie et de la créativité du Congo.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandorTraîne-Savane raconte une deuxième histoire, celle de David Livingstone. Je me suis rendu compte en lisant ton livre que je ne connaissais rien de sa vie.

Comme la plupart des Français. Même moi, je le connaissais mal. Stanley en a fait un héros de la recherche des sources du Nil quand il est rentré de sa rencontre avec Livingstone. À la mort de Livingstone, pas mal de missionnaires ont utilisé sa biographie pour en faire un modèle de l’homme blanc victorieux. Ils ont gommé tout ce qui ne leur convenait pas chez lui dans sa biographie. J’ai l’impression que c’est cette image qui a perduré. Mais, en vrai, comme tout le monde, il avait une face sombre. Il était plein de contradictions.

Du coup, tu as découvert sa vraie face de quelle manière ?

Lors d’un précédent voyage en Afrique, j’étais parti avec une vraie biographie de Livingstone. Je lisais des choses que j’avais du mal à croire, donc j’ai fait quelques recherches plus sérieuses pour découvrir qu’effectivement, il était sans doute mal à l’aise avec la vie. Il n’était bien qu’en Afrique. Il ne savait pas trouver sa place avec les autres blancs, par contre il a su assez bien la trouver avec les indigènes. En fait, il est admirable, mais pas pour les choses auxquelles on pense.

Il avait notamment de gros soucis relationnels avec sa famille proche.

Sa femme meurt alcoolique, il n’a pas vu ses enfants grandir… on ne peut pas dire qu’il était un mari et un père exemplaire.

Tu ne le rends pas très sympathique quand même.guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Je ne voulais pas le rendre antipathique, mais je ne voulais pas faire une biographie où je l’admirais trop. J’ai essayé d’être entre la critique négative et le respect. Je croyais y parvenir à 50 – 50. Toi, tu as l’impression qu’il n’était qu’antipathique ?

Il a été très dur avec sa famille et avec les gens avec lesquels il partait explorer.

Oui, c’est ça. Sinon, il était assez lunaire. Mais, tu sais, il était très dur avec lui aussi. Les blancs qui l’accompagnaient dans ses explorations ne courraient pas derrière la gloire, comme Livingstone. Ils n’avaient pas envie d’endurer les mêmes choses, ils se sont donc parfois révoltés pour le ramener à une certaine réalité. Livingstone, c’était un perfectionniste à l’extrême.

Revenons à toi. Comment as-tu fait le parallèle entre ta vie et celle de Livingstone ?

C’était une lubie. Il n’y a pas de raison précise, si ce n’est qu’on a donné notre cœur à l’Afrique et que nous sommes un peu des Don Quichotte. Si j’ai mis Livingstone dans mon histoire, c’est que j’avais peur d’ennuyer tout le monde en ne parlant que de moi. Je me disais que si la vie de Livingstone me passionnait, elle pouvait passionner d’autres personnes. 

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

En quoi es-tu un Don Quichotte ?

Je suis un idéaliste. Encore à 41 ans, j’ai une certaine forme de naïveté et je suis prêt à continuer à faire beaucoup de choses inutiles du moment que cela m’intéresse.

Et Livingstone ?

Livingstone résistait contre la pensée de son époque. Lui, par exemple, il a cru qu’il pouvait s’opposer à la traite négrière. De son vivant il n’a pas fait grand-chose, mais il a posé des fondations énormes, notamment pour la suppression de cette traite.

Dans tous tes livres, tu racontes ta vie, tes aventures. Est-ce pour laisser une trace écrite de ton passage sur Terre ?

Je pense que dans 200 ans, ce que j’ai écrit n’existera plus. Je crois que je ne sais pas faire autrement et comme ça me plait d’écrire, je le fais. Pour Traîne-Savane, je me suis beaucoup amusé à l’écrire. Je crois que ce qui m’a permis de tenir un rythme assez soutenu, c’est que j’ai alterné un chapitre sur deux mon aventure personnelle et la vie de Livingstone. J’ai écrit dans l’ordre du livre. J’arrivais plus ou moins à tenir le rythme d’une semaine par chapitre. Une semaine je parlais de moi, une semaine je parlais de Livingstone.

Il occupe encore ta pensée ?

Oui. J’ai passé deux mois à enquêter avant l’écriture du livre, parce que je voulais être sûr qu’il y ait de la matière. En cours d’écriture, j’ai continué à apprendre beaucoup de choses. J’ai vraiment appris à l’aimer ce Livingstone.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

De gauche à droite : François Perrin, Bertrand Guillot, Richard Gaitet, Julien Blanc-Gras et Guillaume Jan. (© Marie Planeille).

Tu as beaucoup de potes écrivains, Julien Blanc-Gras, François Perrin, Bertrand Guillot, Richard Gaitet (voir photo ci-dessus), qui forment d’ailleurs une nouvelle école d’écriture, je trouve. Je ne parle même pas de mon idole, Philippe Jaenada, que tu fréquentes aussi. Ils ont lu le livre, j’imagine. Cela te met-il une pression de côtoyer de si brillants auteurs ?

Cette question tombe à point nommé parce que je viens de lire les nouveaux livres de Bertrand Guillot, Sous les couvertures, et de Richard Gaitet, Découvrez Mykonos hors saison, et je les trouve réellement exceptionnels. Le livre de François Perrin, Bois sans soif, m’a aussi épaté. Philippe Jaenada et Julien Blanc-Gras, c’est déjà un cran au-dessus parce que, non seulement on aime leurs livres, mais ils ont une reconnaissance médiatique et populaire qui n’est plus à prouver. Je n’en reviens pas d’avoir ses amis que j’aime en tant qu’amis, mais que j’admire de plus en plus en tant qu’écrivains. Leurs œuvres me placent la barre très haute. C’est une super émulation en fait. Je suis convaincu que l’on va garder cette amitié et que l’on va continuer à s’entraîner les uns les autres à aller vers le mieux.

As-tu une ambition littéraire ?

Ce qui m’intéresse, c’est de pouvoir en vivre, étant donné que c’est beaucoup de travail. J’aimerais bien pouvoir rendre à ma famille le temps que je passe à écrire en leur permettant d’avoir une vie normale. Encore une fois, je préfère aimer ce que je fais qu’avoir du succès, que les choses soient claires. Sinon, ma vraie ambition littéraire est affligeante de banalité : faire passer un bon moment à ceux qui me lisent.

guillaume jan,traîne-savane,interview mandor

Avec Guillaume Jan, à l'issue de l'interview, le 8 juillet 2014.

06 août 2014

Julien Jouanneau : interview pour L'effet postillon et autres poisons quotidiens

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Dans son nouveau livre, L'effet postillon et autres poisons quotidiens (chez Rivages), Julien Jouanneau liste les (petits) tracas et autres poisons qui gangrènent son quotidien. Et la liste est très longue (voir plus bas, dans l’interview).
Vous l'aurez compris, Julien Jouanneau est un râleur. Un vrai de vrai. Je connais cet énergumène depuis des années, je ne suis donc pas surpris qu’il écrive un tel ouvrage.

Et en bon râleur, il force le trait à la moindre occasion, considérant que la source de ses emmerdements vient forcément d'autrui. Si on se dit que certains des « enfers ordinaires » présentés sont observés avec justesse, on ne peut s'empêcher de déceler (souvent) beaucoup de mauvaise foi dans les arguments avancés. Et la mauvaise foi, nous sommes nombreux à la pratiquer et à l’apprécier à sa juste valeur. N’est-ce pas ?

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor4e de couverture :

La vie est belle. Enfin ça, c'était avant. Avant que le Diable ne déclenche l'effet postillon sur Terre. Qui n'a jamais reçu en pleine assiette cette satanée gouttelette de salive, projetée par un voisin de table ? Qui n'a jamais vu ses narines crispées par l'haleine gaz moutarde d'un collègue de bureau ? Qui n'a jamais essayé de retenir le gargouillis inconvenant né d'un repas trop nourri ? Difficile alors pour Dieu de faire avaler au commun des mortels la possibilité du bonheur, tant le chaos habite les détails du quotidien. L'heure est venue de crucifier tous les bâtons mis dans les roues, tous les tracas et poisons du jour, qui ont depuis des lustres réussi à faire en sorte que plus personne ne les remarque. Les repérer et les démasquer, à travers des récits singuliers de désillusions cocasses, s'avère la meilleure manière de les combattre. Pour au final se rassurer : que celui qui n'a jamais été ennuyé, agacé, désabusé, jette la première pierre. Voici l'Évangile selon Saint-Râleur, pèlerinage au royaume des gênes éternelles.

L’auteur :julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Julien Jouanneau est né en 1980. Passionné de cinéma et télévision, il est actuellement chef des infos du site de L'Express. Il a publié quatre livres, dont son premier roman aux éditions du Cygne en 2008, Confessions d'un pigiste.

La revue de presse :

Marine de Tilly - Le Point du 26 juin 2014

Chacun ses tocs, ses manies, ses petits et gros sujets d'énervement et/ou d'écœurement. Dans un réjouissant "emmerdarium" littéraire, Julien Jouanneau lâche les chevaux, c'est le grand déballage. Avec grâce, philosophie, et une sophistication jouissive, il les liste et les dissèque, tous ces trucs qui nous rendent nerveux, pour ne pas dire hystériques, il s'énerve à notre place. Son livre, c'est du Delerm renversé. Après La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, voici "Le premier pas pied nu dans le bac de la piscine et autres poisons majuscules". Tout y est. Tout...
À qui l'offrir ? Aux maniaques, aux psychopathes, aux hypocondriaques. Et aux fans de Stéphane De Groodt, Jouanneau en est un digne disciple.

Roger-Pol Droit - Le Monde du 29 mai 2014

Il y dissèque les catastrophes intimes que déclenchent, dans son quotidien, les négligences foisonnantes des autres, leurs goujateries répétées, leurs kyrielles de sécrétions crasses et d'effluves offensants. À table, il y a toujours un autre pour balancer un postillon dans son Tartare. Dans le métro, quantité d'autres ont mauvaise haleine, fortes aisselles et cheveux gras...
Cette irritation est entretenue par quantité de pièges, habilement dissimulés un peu partout dans le quotidien le plus banal. Cet apéritif paraît innocent et paisible, ce n'est qu'un leurre : les olives dissimulent des noyaux dont on ne sait que faire, une fois évité, de justesse, de s'y casser les dents. Les tomates cerises giclent au-delà de toute attente...
Bref, le monde, selon Jouanneau, est une cascade d'emmerdements dont les autres, et eux seuls sont la cause. Cet enfer des détails qui tuent est assez loin de Dante, on s'en doute. Il fait plutôt songer à quelque ronchonnement schopenhauerien, revu par Groucho Marx et mâtiné de Supercondriaque.

Christophe Barbier - L'Express, mai 2014

Le livre de Julien Jouanneau part avec humour, philosophie et exigence littéraire, à la rencontre des tracas de la vie quotidienne, qui nous énervent tous...
L'enfer, on le sait, c'est les autres. Mais on est toujours l'autre de quelqu'un et, parfois, de soi-même. Ainsi, ceux qui ont "une haleine de caribou ivrogne" ne s'en rendent jamais compte. Ne reculant devant aucune expérience extrême, Julien Jouanneau part à la rencontre des tracas et fracas de la vie en société, jusqu'à en débusquer la forge infernale : le centre de recherches sur l'énervement maximal.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandorInterview :

L’effet postillon et autres poisons quotidiens est déjà ton 5e livre. Cela commence à constituer une petite œuvre. Mais chaque livre et aux antipodes du précédent. Comment expliques-tu cela?

J’aime écrire des choses différentes à chaque fois. Je n’ai pas de ligne directrice. Pour moi, la littérature, c’est la variété. Je vais toujours vers là où on ne m’attend pas.

Moi qui te connais un peu, je trouve que ce livre te va comme un gant. J’ai l’image de toi d’un éternel bougon. Un vrai râleur même.

Je ne voulais pas faire un livre autobiographique, mais quelque part, il doit l’être pas mal. Des livres sur ce qui fait râler, je ne suis pas le premier à en écrire. En revanche, pour me dissocier des autres, je voulais qu’il soit très littéraire. Je voulais que ce soit de belles petites nouvelles, joliment écrites. Stylistiquement, je crois qu’il est d’un meilleur niveau que mes autres livres. Il y a des figures de styles, des jeux de mots, des textes qui pourraient se chanter… bref, je me suis amusé à l’écrire, mais en étant vigilant et exigeant sur ma prose.

Pour écrire ce livre, comment as-tu procédé ?

J’ai observé tout ce qui m’agaçait au quotidien. J’y ai passé de nombreuses heures. Et ça a continué après. Mais on ne sait jamais, il y aura peut-être un tome 2. À partir du moment où j’étais dans la conception du livre, j’ai eu un petit côté autiste. Je scrutais constamment chaque détail de ce qui m’ennuyait.

On se reconnait pas mal dans plein de situations parce que sont des agacements julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandoruniversels.

On vit tous plus ou moins la même chose, alors je suppose que nos agacements sont similaires. Les déjections flottantes  humaines qui voguent paisiblement, la photocopieuse qui ne se laisse pas maîtriser, les olives non dénoyautées, la fragrance de sandwich au poulet industriel dans la climatisation du TGV… j’en passe et des meilleurs. Non, j’en passe et des moins bons.

Tu évoques aussi la pendaison de crémaillère (« un gang bang d'emmerdements »), la bronzette à la plage, les notices de médicament, le convive assis en face de vous au restaurant qui postillonne dans votre assiette, les toilettes publiques, les jours de pluie où il faut éviter les baleines de parapluie pour ne pas finir éborgné, les cheveux gras, les gargouillis gastriques, les supermarchés, les livres de bibliothèque crades et bourrés de bactéries, les mouches, les chocolats visuellement engageants qui cachent en leur sein un alcool au goût immonde… et la piscine.

Oui, parlons en de la piscine, ses vestiaires saturés de l'odeur froide et mouillée de Moon Boots fraîchement retirées, ses types body-buildés plus "luisants que du parquet poncé, bronzé et garni d'un slip léopard interdit de port depuis les années 1980", et qui nagent le crawl, alors que, vous, vous nagez une brasse approximative, ces maîtres-nageurs qui font toujours des gestes indéchiffrables à on ne sait qui dans le bassin… tu vois, la liste est longue.

Il n’est pas exagéré d’affirmer que tu n’es pas un homme très zen.

C’est le moins que l’on puisse dire, mais j’étais pire avant. Aujourd’hui, je me dis qu’il y a des cas plus désespérés que le mien.

Roger-Pol Droit dit dans Le monde des Livres en évoquant ton livre « le monde est une cascade d’emmerdements dont les autres et eux seuls sont la cause ».

Les autres, ce sont les êtres humains et les objets. Je suis un citoyen de l’emmerde.

Tu ne vois que ça toute la journée ?

Oui. Je vois le verre, même pas à moitié vide, mais complètement vide. Ce qui est bien quand tu es comme ça, c’est que tu es toujours surpris de manière positive. Par contre, quand tout va bien, je me demande quand va arriver la prochaine emmerde. Chez moi, le bien-être n’est pas normal. J’admire les gens optimistes. Je suis plus à l’aise pour râler que pour être dans la positive attitude.

On te compare à Stéphane De Groodt. Ça te plait ou ça t’irrite ?

Je ne vois pas en quoi. Il y a quelques jeux de mots, certes, mais j'aimerais davantage arriver au petit orteil de Jean Yanne ou Desproges.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandorPatrice Leconte a fait la préface.

Je le connais parce que je l’ai interviewé souvent et le contact est bien passé. Il avait rigolé à mon premier livre, donc je lui ai soumis celui-là. Et très généreusement, gratuitement, il a accepté d’en faire la préface.

Tu travailles sur un nouveau livre ?

Oui, j’écris un roman positif pour faire plaisir à ma fiancée. Elle trouve que je suis trop négatif. Et aussi, j’avoue que j’ai envie d’en vendre plein à un moment donné pour voir ce que cela fait. Écrire des livres confidentiels n’est pas ma vocation.

julien jouanneau,l'effet postillon et autres poisons quotidiens,interview,mandor

Avec Julien Jouanneau, le 9 juillet 2014, après l'interview.

20 juillet 2014

Ernest : interview pour Les Contes Défaits

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

(Photo : Henri Gander)

Le Strasbourgeois Ernest vient de sortir Les Contes défaits, un premier album envoûtant et plaisant qui nous embarque dans un monde fantasmé où se croisent Andersen, Jules Verne et Tim Burton. Le personnage Ernest incarne le romantisme d’antan, chantre de l’évasion pour mieux s’exprimer dans le rêve et le sublime. Il exalte le mystère et le fantastique.

Le 12 juin dernier, j’ai reçu à l’agence celui qui incarne le personnage : Julien Grayer.

Explication officielle de qui est/sont Ernest ?ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

Ernest et ses complices n’ont pas la prétention d’inventer. C’est sûrement parce que leurs influences majeures sont Andersen et Gainsbourg qu’ils se plaisent à faire cohabiter cynisme et onirisme dans une « chanson française d’autrefois » remise au goût du jour.

Un vieux banjo, un piano désaccordé, quelques instruments de bois sombres, des percussions et des samples se font les ambassadeurs d’un bastringue groovy, grinçant, grincheux, mais aussi raffiné. Tantôt tendre et râleur, tantôt cynique hurleur, Ernest cherche à établir dans ses chansons un dialogue entre les doux épouvantails d’antan et ceux qui hantent les histoires d’aujourd’hui.

Ernest est avant tout le projet musical de deux musiciens-compositeurs strasbourgeois, Patrick Wetterer et Julien Grayer, qui, régulièrement amenés à travailler ensemble ont décidé d’élaborer un répertoire de chansons destiné à leur propre interprétation.

(Note de Mandor: toutes les photos publiées dans cette chronique sont signées Henri Gander, sauf celles prises à l'agence. Merci à lui!)

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandorInterview :

Est-ce vrai que tu as commencé la musique à l’âge de 10 ans?

Suite à une histoire un peu rigolote, j’ai monté mon premier groupe. Quand j’étais gamin, j’avais les cheveux longs et ça ne plaisait pas aux gens du village. Un jour, en 1991, chez mon voisin, j’ai piqué un disque de Guns N’ Roses, Use Your Illusion 1. Je ne connaissais pas du tout, mais je me suis aperçu que ces types avaient également les cheveux longs. Je me suis donc dit que c’était de là que je venais. J’ai appelé mon ami d’enfance, Henri, qui est aujourd’hui le réalisateur de mes clips, et je lui ai annoncé que nous allions créer un groupe de hard rock.

C’est curieux comme transition, parce que tu as été aussi chef de chœurs dans des chorales alsaciennes.

Ca, c’était dix ans plus tard. J’avais vingt ans. Entre temps, je suis passé du hard au rock plus classique, puis au grunge en jouant du Nirvana, Pearl Jam, enfin, les groupes des années 90. Après, au lycée, je suis passé directement au reggae. J’étais très fan de Bob Marley. C’est à vingt-trois ans que je me suis retrouvé à faire de la chanson française.

Toutes ces musiques sont « populaires » et simples à jouer.ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

Ce sont des musiques qui fonctionnent en très peu d’accord. Je pense qu’en général, quand on est adolescent et qu’on débute la musique, on est intrigué, intéressé et très réceptif aux sonorités et aux harmonies que l’on entend dans les constructions des mélodies des groupes de rock. Après, on commence à faire le tour de la question, donc on développe le côté rythme. Ensuite, on en vient à considérer le texte et le champ devient alors beaucoup plus large. Pour ma part, dès que j’ai compris ce que la mélodie pouvait me procurer, je me suis intéressé aux paroles. Là, je suis passé de l’anglais que je ne maitrisais pas du tout, au français, que je maitrise un peu plus.

Tu es fils d’un père pianiste, ça aide ?

Oui, parce qu’il y avait un piano qui trainait chez nous. Très tôt, j’ai donc appris les rudiments. Quand, à douze ans, je suis rentré dans une école de musique, j’ai demandé à mon père quel instrument il fallait que j’apprenne, il m’a répondu qu’il avait besoin d’un saxophoniste. J’ai donc appris sérieusement cet instrument. Et puis après, je suis devenu chanteur un peu par la force des choses. Il n’y en avait pas dans les groupes dans lesquels je jouais.

Avec le groupe Color, tu jouais de la chanson française dite « impressionniste ». Là, tu commençais à te rapprocher de ce que fait aujourd’hui Ernest.

C’est en tout cas le projet que j’ai eu qui ressemble le plus à Ernest. Entre Color et Ernest, j’ai fait des groupes de chansons françaises plus satiriques, délurées et amusantes.

Clip officiel de "L'épouvantail".

Avec Ernest, on sent bien que l’harmonie est primordiale pour toi.

Je travaille souvent avec des jazzeux. Ces musiciens ont bouffé de l’harmonie et du solfège toute leur vie. Cela explique que nos chansons soient arrangées correctement, avec des petites surprises, des trouvailles qui interpellent l’oreille. Les musiciens qui jouent avec Patrick et moi sont pour la plupart de vieux amis. Ce sont des gens de la musique strasbourgeoise.

Ernest est-il ton double schizophrénique ?

Ernest est mon vrai troisième prénom. Je ne suis pas un artiste qui fait cavalier seul. Je travaille avec une bande de potes avec lesquels je suis tout le temps. C’est une vraie équipe, chacun bosse. Ernest, c’est donc un groupe et le nom du personnage.

Personnage que tu incarnes toi. Donc, Ernest, c’est toi.

C’est une partie de moi. C’est moi fantasmé.

Mais, en règle générale, un artiste est de toute manière schizophrène, non ?

Monter sur scène est un métier. Donc déjà, on joue un rôle. Je me permets de faire ou de dire des choses que je ne me permettrais pas dans la vie. Sur scène, je suis capable de me moquer gentiment et de provoquer. Dans la vie, je suis très pudique et respectueux. Ernest, lui, a un côté fleur bleue contrebalancé par une dose de cynisme et d’agressivité.

Ernest en live à l'Illiade en 2012.

(La chanson "Ernest" dans laquelle Julien Grayer explique qui est le personnage qu'il incarne. Lui, donc.)

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandorDans les chansons d’Ernest, on ressent évidemment le cynisme et l’ironie dont tu me parles, mais jamais de la méchanceté.

Non, la méchanceté, c’est une volonté de nuire. Moi, je veux juste heurter le public, le provoquer, pas le faire fuir en le blessant.

Tu t’inspires des contes de Hans Christian Andersen pour écrire tes chansons. As-tu tout lu de lui ?

Oui, dans La Pléiade, s’il te plait. Ses histoires, mais aussi ça vie m’intéressent. Il avait l’air étourdi et mystérieux, un peu comme Érik Satie qui trimballait ses biens dans tout Paris dans une brouette.

Tu te sers de ces contes et tu les transposes dans la réalité d’aujourd’hui, c’est ça ?

C’est ça pour certains titres comme « La petite aux allumettes » et « Les cygnes sauvages ». Curieusement, ces histoires font référence à quelques éléments de ma vie. Mais ils sont bien dissimulés, bien masqués dans le texte.

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

(Photo : Henri Gander)

Il y a différentes strates dans tes chansons. Il faut gratter un peu pour te découvrir ?

Il y a toujours une base de vérité, quelque chose de personnel, dans mes chansons. Des évènements qui me sont arrivés ou des faits qui me turlupinent. Après, je colle des couches dessus. J’ajoute une histoire qui n’a rien à voir avec moi, agrémenté d’humour et de cynisme.

Je vais te poser une question très clichée, mais fais-tu revivre la part d’enfance qui est en toi, voire même en nous tous ?

Ce n’est pas un but, mais une nécessité. On cherche tous l’enfant que l’on était. Quand on est jeune, on cherche à tout découvrir et on considère que tout est magique. L’onirisme, ça va bien avec l’enfance, parce que la féérie est en nous à cette période-là.

Un artiste, un chanteur, c’est souvent un grand enfant, non ?

Un chanteur reste un enfant, parce qu’il n’a pas compris qu’on ne pouvait pas vivre de la musique (rires). Les chanteurs mettent leur tête sur leurs albums, ils sont égoïstes, mégalos… de vrais gamins quoi !

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandorAutre question clichée. Être dans l’imaginaire à un tel niveau, n’est-ce pas une fuite de la réalité ?

Tu as raison. Je fuis souvent la réalité. Je passe beaucoup de temps dans ma tête. Je passe même beaucoup temps à refaire la réalité. Étant notoirement à moitié autiste, je pense que je retranscris ce qu’il passe par ma tête pour en faire des chansons.

Quand tu dis que tu es à moitié autiste, tu parles au premier degré ?

Je parle au premier degré virgule cinq. La chanson, c’est idéal pour que j’en parle, pour soigner certaines choses, pour traduire des éléments qu’on ne comprend pas soi-même, pour prendre le dessus sur certaines situations.

Quand  tu écris, est-ce de l’écriture automatique ?

Non, c’est exactement l’inverse. Tout est très travaillé. C’est difficile de fixer une idée. Une idée, ce n’est pas quelque chose de précis, c’est même souvent quelque chose de très vaste. Chez moi, c’est souvent un sentiment, et il n’y a pas de mot pour décrire un sentiment. J’essaie de construire des histoires en tentant de ne pas trop perdre ce que j’avais dans le ventre quand j’ai ressenti ces choses. Je ne sais pas comment t’expliquer, c’est assez compliqué.

Quand un texte est terminé, le sais-tu immédiatement ?

J’ai l’impression qu’ils ne sont jamais terminés. Il y en a qui sortent d’un coup et je n’ai pas trop envie d’y toucher. Il y en a aussi dont je changerais bien un quatrain toutes les semaines.

Coup de cœur de BFM TV.

Comment travaillez-vous avec Patrick Wetterer ?

Notre fonctionnement est assez sain et cadré. Moi, j’écris des chansons guitare-voix. J’écris une mélodie et des brides de textes. Une fois que j’ai fait deux ou trois chansons, je vais au studio chez Patrick. On commence par maquetter, puis tout enregistrer et après, on retravaille les arrangements et tout ce qui fourmille autour du squelette de la chanson.

Ernest est-il un projet et un personnage fait pour durer ?

Oui, parce que c’est mon projet le plus personnel. J’y raconte des choses qui me touchent profondément. De toute façon, je ne sais rien faire d’autre. Je ne pourrais pas faire un autre métier. Aujourd’hui, il faut que je mange avec la musique. Je vais continuer à m’exprimer en tant qu’artiste.et à écrire des chansons. Ernest, c’est un peu moi. C’est comme ça que mes copains m’appelaient quand j’étais petit. Donc Ernest va continuer à écrire des chansons et à les chanter.

ernest,les contes défaits,julien grayer,interview,mandor

A l'issue de l'interview, le 12 juin 2014, à l'agence.

15 juillet 2014

Eric Briones : interview pour La génération Y et le luxe

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Éric Briones, alias "Darkplanneur", est actuellement le Directeur du Planning Stratégique de l’agence Publicis EtNous (élue Agence de communication Luxe de l’année 2013) et le curateur des événements « Rencontre du Luxe » de M Publicité (régie publicitaire du journal Le Monde). Il est également connu sur la toile, pour être le créateur du blog Darkplanneur (blog référant dans le domaine des tendances et du planning stratégique, depuis 2005). Professeur en communication (chez MBA MCI et Moda Domani Institute), après avoir écrit un ouvrage intitulé Buzz Marketing en 2002, il continue à témoigner de son intérêt pour les thèmes propres à la génération Y, en tenant régulièrement une chronique média, Media Reboot sur Melty, le média référent sur la génération à laquelle il consacre aujourd’hui ce livre.

Voilà pour la version officielle. Pour ma part, Éric Briones est un ami. Je vais répéter ce queeric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper j’expliquais déjà dans ma première mandorisation du monsieur (pour son émission Le cabinet des curiosités) : « Éric Briones est un garçon dont j’apprécie le travail et avec lequel nous nous retrouvons depuis des années à déjeuner. On évoque nos métiers respectifs. Notamment. Nous avons une amitié discrète (dans le sens où nous ne passons pas nos soirées ensemble) et constructive (dans le sens où l’échange et les conseils sont permanents). »

Bref, je crois pouvoir dire que nous nous aimons bien et que le respect l’un pour l’autre est là.

Le 17 juin dernier, Éric Briones est venu à l’agence me parler de son nouveau livre, La génération Y et le luxe, coécrit avec Grégory Casper (conception-rédaction de 8 ans dans les grandes agences parisiennes (missions pour LVMH, PPR, Renault, Lancôme, Henessy, etc.), chroniqueur sur Influencia et intervenant à l'ISCOM Paris).

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperNote de l’éditeur :

« 83 % des 18-30 ans ne trouvent pas choquant d’acheter un produit de luxe en période de crise » selon une étude Meltygroup de 2013.
Déjouant tous les a priori, la génération Y aime et achète du luxe. Mais en retour, elle exige que le luxe se transforme et s’adapte à elle.
Compulsifs et économes, fans et rebelles, classiques, mais aussi modernes, ces nouveaux consommateurs sont cruciaux dans l’avenir des secteurs du luxe, de la mode et de la beauté.
Mais comment les comprendre, les conquérir, les fidéliser ?
Répondre à cette question est tout le projet de ce livre qui s’adresse aux professionnels du luxe, de la mode, de la beauté et aux étudiants.
Chacun y trouvera :

-Un cahier de tendances illustré par de nombreuses études de cas ;
-22 outils stratégiques dédiés ;
-Des résultats d’études exclusives ;
-Une synthèse de 100 interviews.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperInterview :

Ce livre est le fruit de combien d’années de travail ?

Trois ans… avec le sens du collectif. Pour être vraiment connecté, au-delà des études, je me suis doté d’un groupe de vingt Y (Note de Mandor : un Y est un jeune entre 18 et 35 ans). Ce groupe Y a été un gueuloir. Flaubert avait une salle où il gueulait ses phrases et si elles sonnaient juste, il les écrivait. Avec Grégory, nous gueulions nos concepts auprès de ses 20 Y. Si c’était bien, parfait, si c’était nul, ils nous les renvoyaient dans la gueule. Il y a dans ce livre, un sens aigu d’échanges et de participations. À tel point que la troisième partie est un cahier de tendances et que chaque tendance est introduite par un texte signé par les Y. Ce n’est pas un élément marketing, c’était la condition sine qua non pour que l’on soit juste.

Comment est composé ce livre ?

Il y a une première partie qui est une « enquête sociétale ». J’ai mené énormément d’interviews. Il en résulte qu’à chaque fois, les Y ne se retrouvent pas dans les portraits médiatiques que l’on fait d’eux. Ils ne sont pas d’accord avec l’idée qu’ils sont victimes de la crise. Ils ne sont victimes de rien et sont acteurs de tout. Il y a une méfiance de cette génération dès qu’on parle d’elle. Si la génération Y est caricaturée, nous, on la décarécaturise. Les jeunes de cette génération sont des rebelles. Des rebelles avec une cause. Ils rentrent dans le système pour essayer de le détourner à leur propre effet. Il y a un tel désir d’action chez eux qu’ils n’ont aucun problème à créer leur entreprise dans l’univers luxe, mode et beauté. Ils n’attendent plus de travailler chez l’Oréal pour qu’on leur donne tranquillement la place qu’ils méritent, ils vont directement au combat en osant créer leur start-up.  Leur désir d’action est remarquable.

Dans ce livre, j’ai l’impression que tu brosses dans le sens du poil cette génération.

Parce que je les aime. Les concernant, je suis dans un positivisme pratiquement béat et total. Dans la dernière partie du livre, je leur demande presque de prendre le pouvoir dans les maisons de luxe.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Eric Briones au côté notamment d'Alexandre Malsh et de Grégory Casper lors d'une conférence le 23 avril 2014 au Palais de Tokyo pour présenter le livre. 

Un garçon comme Alexandre Malsh (qui offre une page sur Melty.fr à ce livre), entrepreneur français cofondateur et directeur général du groupe média MeltyNetwork, est représentatif de cette génération.

Il y a 4 ans, il n’était pas grand-chose, aujourd’hui, il est à la tête d’un empire et devient l’égal de certains puissants économiques. Il ne se la raconte pas. C’est fondamental  pour  la génération Y. Maintenant, est-ce de l’humilité ou la peur d’un bashing ? Cette génération à la crainte du bashing intégré en eux et ils développent des anticorps qui sont extrêmement intéressants.

Revenons aux interviews, il y en a beaucoup dans ce livre ?

Énormément. Des Y, des pas Y, Jacques Séguéla aussi et plein d’autres. Les interviews  m’ont plus appris que n’importe quelle étude sur la question. Cette génération nous dit : « vous nous caricaturez !». En même temps, elle ne fait rien pour qu’on ne la caricature pas. Ce concept d’invisibilité est subit, mais construit.

Darketing S05E06- "La génération Y et le luxe" avec Eric Briones et Grégory Casper.

Avec Grégory Casper, vous vouliez démontrer quoi en faisant ce livre ?

Nous voulions lever et casser les a priori et les caricatures liés à cette génération. On a démontré que les Y adoraient le luxe.

80 % des Y interrogés pensent qu’il n’est pas choquant d’acheter du luxe, même en période de crise.

Ils n’ont absolument pas ce bon vieux réflexe judéo-chrétien qui honnirait le luxe. Il y a un rapport fusionnel entre le luxe et cette génération. Le luxe ne s’achète pas à crédit. C’est la médaille de cette génération.

La génération Y a une très grande culture générale par rapport à la mode et au luxe.

Autant ils aiment les objets de luxe, autant le mot luxe est devenu un mot marketing qui a perdu de son sens, qui a été détruit par tout ce qu’on a vu dans les années 2000, le luxe bon marché alias la masstige (Note de Mandor : né de la contraction de "mass market" et "prestige", le mot "masstige" désigne une association commerciale entre une enseigne de grande distribution et un nom prestigieux. Appliqué à la mode, ce concept évoque la collaboration d’un créateur avec une marque de prêt-à-porter de grande diffusion.) C’est une véritable arnaque. On a vendu des choses qui n’étaient pas luxe au prix du luxe. Aujourd’hui, cette génération demande au luxe de justifier son prix. On n’est plus dans le mystère. La génération Y remet presque en cause le fait que le luxe doit être cher. Ça met à mal les maisons de luxe.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Eric Briones avec la pornstar Anna Polina.

Tu fais chier le monde du luxe avec ce livre ?

Je ne sais pas si je fais chier le monde du luxe, mais en tout cas, les maisons en redemandent. J’en suis à la deuxième conférence dans un grand groupe. J’en déduis qu’il y a une énorme prise de conscience de leur part. En fait, derrière tout ça, la génération Y aime le luxe, mais ils veulent un nouveau luxe. Un luxe qui a une vision beaucoup plus saine de son prix, un prix moins cher, et une dimension de développement durable qui est fondamentale. Les jeunes d’aujourd’hui veulent associer l’acte d’achat luxe avec quelque chose de très concret : connecter l’achat à un mini projet. C’est un luxe qui devient généreux et qui pourrait éventuellement changer le monde.

La génération Y ne croit absolument pas aux politiques pour changer le monde.

Pour changer le monde, on enlève les politiques de sa vie et on mise sur la carte bleue. C’est effrayant. Du coup les marques doivent sortir du bois, ne plus se planquer et se mettre devant.

C’est donc du marketing.

Le marketing, c’est du bon sens. On va dire que c’est une nouvelle générosité.

Il y a une vidéo inspirée de tes conclusions et tes recherches pour ce livre.

C’est une vidéo collaborative à laquelle j’ai participé. J’ai bien compris que dans la promotion d’un livre comme celui que l’on sort, le marketing est un ghetto. C’est très difficile d’en sortir. Un bouquin marketing est difficile à placer dans les médias, donc, il faut trouver d’autres solutions pour qu’en en parle.

YDOLL, portrait d'une femme Y.

Doll, une jeune artiste, présente ses oeuvres à l’occasion de sa première exposition. Face caméra, des membres de son entourage dressent tour à tour son portrait : la meilleure amie (Kenza Sadoun El Glaoui), le boss (Oxmo Puccino), le psy (Ariel Wizman), le boyfriend (Aurélien Wiik), le pygmalion (Fabrice Brovelli) et le frère (Andrea Picci). Sur ce format de plus de cinq minutes en noir & blanc écrit par Stéphanie Edwards, l'ego prédomine. Seule cette jeune femme permet à son entourage d'exister.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casperPour ce film, tu as travaillé notamment avec ta muse, Anaïs Duquesne, qui est la jeune femme que l’on voit sur la couverture du livre.

J’ai eu l’idée de psychanalyser une jeune femme de sa génération, sans tomber dans des stéréotypes classiques. Je n’ai pas écrit le scénario, j’ai juste placé des éléments. Par contre, j’ai travaillé énormément sur le casting. Il y a beaucoup d’amis de Darkplanneur : Ariel Wisman, dans le rôle du psy qui incarne complètement les autres générations qui ne comprennent rien aux Y. Oxmo Puccino joue aussi un contre rôle. Celui d’un patron un peu con qui ne comprend pas grand-chose non plus. Ceeric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper que j’aime dans ce court-métrage drôle et sarcastique, c’est qu’il est ouvert. Il n’est ni putassier, ni marketing. Concrètement, ce n’est pas viral. 

Quelle sera  la prochaine étape ?

Une bande dessinée. Je veux faire comprendre cette génération par un bouquin marketing, un film, une bande dessinée… finalement par tous les moyens artistiques.

Comment se passe l’accueil du bouquin ?

De manière excellente. Je m’attendais à recevoir des critiques négatives, alors qu’il y  réellement un accueil bienveillant.

eric briones,la génération y et le luxe,interview,grégory casper

Après l'interview, le 17 juin 2014, dans la cour de l'agence.

06 juillet 2014

Moran : interview pour l'album Sans abri

moran,sans abri,interview,mandor

Ce qui m’a touché illico, chez Moran, c’est sa voix. Rauque, chaude, extrêmement présente et légèrement écorchée. 

Cet artiste québécois que je ne connaissais pas m’a impressionné. Il utilise la langue française avec une habileté et une poésie dignes des plus grands auteurs. Ses textes sont sensibles et sa musique a des sonorités particulières. Dans son troisième album, Sans abri, il est beaucoup question d’amour, celui pour sa douce et tendre (Catherine Major, mandorisées, là) et celui pour ses enfants ; mais pas seulement. Moran est un auteur qui mêle sentiment et réflexion. Des sujets parfois difficiles sont abordés : la schizophrénie, le Darfour, les sans-abris… Là où certains en seraient à donner des leçons, Moran ne fait que suggérer des impressions sur ce qui l’anime ou ce qui le trouble, avec pudeur et tact. C’est toute la subtilité et l’intelligence littéraire de Moran. Côté musique, l’album oscille ente folk et chanson ; entre rusticité et délicatesse.

Moran et ses deux musiciens, Thomas Carbou et Sylvain Coulombe, de passage express à Paris, on fait une petite halte à l’agence le 20 mars dernier. Il faisait tellement beau que nous avons fait l'interview dans la cour de l'agence. À la cool...

moran,sans abri,interview,mandorBiographie officielle, un peu raccourcie :

Moran nait en 1974 au Canada dans une campagne profonde. À la maison, la télé et la radio débitent de l’anglais, mais à table, on parle français. Aucun instrument de musique à l’horizon... 18 ans plus tard, il  quitte le nid familial pour la grande ville (Montréal). Le jeune Jean-François Moran se lance dans le théâtre d’impro et toutes sortes de petits boulots, dans la mode, les décors de cinéma, videur de boite de nuit…

Les mots sont depuis toujours la matière première de Moran, grand fan de Léo Ferré et de Bob Dylan qui caresse volontiers l’idée d’un mariage entre le folk américain et la chanson.

En 2000, Il rencontre la rockeuse Angel Forest. Elle lui demande de traduire des chansons en français. Le producteur, André Gagné, est tellement conquis par son écriture et son sens de la musicalité qu’il demande à Moran de réaliser l’album de la jeune chanteuse.

Pour son trentième anniversaire, ses amis lui offrent une guitare. Moran s’enferme une année entière pour apprendre à jouer, chanter, enregistrer. Et en 2005, il gagne son premier concours: « Ma première place des arts ». Un an plus tard, André Gagné produit son premier album  Tabac et Moran se taille rapidement une place de choix sur la scène musicale québécoise (prix Gilles-Vigneault, prix de l’Agence Québec Wallonie Bruxelles pour la Jeunesse, « Coup de foudre » de l’Académie Charles Cros…). Acteur aussi, il tient le premier rôle de « Victoria », un film écrit et réalisé par Anna Karina.

moran,sans abri,interview,mandorArgumentaire de l’album Sans abri :

2 ans après la sortie de Mammifères primé par l’Académie Charles Cros, le songwriter canadien prolonge sa lune de miel entre folk et chanson poétique. Moran, c’est d’abord une voix profonde, des guitares et percussions entêtantes qui servent de canevas à des textes ciselés presque sous le sceau de la confidence, où l’auteur arpente les paysages sombres et accidentés de la vie, de l’amour ou du désir avec une émotion qui touche parfois à l’incandescence. Ce troisième album est le résultat d’un travail de groupe : Moran a composé tous les titres avec Carbou (guitare) et Coulombe (batterie) à l’exception de "Sans Abri" et "Ourse" qui sont l’œuvre de sa compagne Catherine Major. Cet album vous emportera loin, très loin du train-train quotidien.

moran,sans abri,interview,mandor

Interview :

Moran, c’est un groupe où c’est toi tout seul ?

C’est un processus qui s’est fait naturellement en créant l’album Sans abri, un peu religieusement. On a décrété finalement qu’on était un « band ». Nous sommes déjà en train de travailler le prochain album tous les trois.

Justement, tu es venu avec tes musiciens. C’est rassurant d’avoir avec soi  ses amis qui sont aussi ses musiciens?

Je n’ai jamais eu d’autres ambitions que de bien faire mon travail, sans aucun compromis. Je me suis toujours juré de ne jamais être aveuglé par la popularité. Le fait de travailler avec de vrais amis facilite les choses et me permet de garder les pieds sur terre. On se retrouve à trois à créer, à porter le matériel, à être dans les mêmes joies ou les mêmes galères. Plus encore, nous sommes devenus nos propres filtres. Ça m’arrive de débarquer avec des idées que je trouvais géniales et d’être vite remis à ma place, avec diplomatie, par les deux autres.

C’est devenu un mode de vie plus qu’un métier, non ?

Voilà, tout à fait ! On est dans le même bateau et on s’en va vers la même direction. Nous sommes peinards, heureux, quoi qu’il arrive.

Vous écoutez énormément de musique, je suppose, quand vous êtes sur la route.

Oui, ça nous ouvre beaucoup musicalement. Sylvain vient du rock-blues, Thomas du jazz world et moi de la chanson. Du coup, chacun se réinvente en fonction des idées des autres. Cela nous permet d’aller plus loin ou d’aller ailleurs.

Extrait de l'album Sans abri : "Donne".

Le climat de ce nouvel album est plutôt calme, par rapport à Mammifères.

En ce moment, nous sommes fondamentalement zens, cela se transpose dans notre musique.

Dans ce nouvel album, Sans abri, les textes sont moins imagés que dans les précédents.

Ça a été long pour moi de trouver cette espèce de langage qui me permet aujourd’hui de ne fixer dans le temps aucune chanson. Même s’il y a des thèmes précis reconnaissables, ça reste « impressionniste ».

Le texte parfait n’existe pas ?

Il y en a quelques-uns quand même qui frisent la perfection. Un de mes préférés, c’est celui d’Aragon : « Est-ce ainsi que les hommes vivent ». Il y a de tout. Le premier degré, et le centième aussi. « La mémoire et la mer » de Ferré est aussi un chef d’œuvre. Il est difficile de passer après des textes comme ça. Ce sont mes références parce que c’est ce qui m’allume et qui me fait plaisir à lire. Je ne vais pas essayer de faire moins beau. Je ne parviendrais peut-être jamais à ce niveau de texte, mais il faut placer la barre haute et être exigeant envers soi-même.

Tu n’écoutes que des textes « pointus » ?

Non, heureusement. J’aimerais d’ailleurs être capable d’être plus simple, plus premier degré, moi-même. Par exemple, il y a des titres de Noir Désir absolument géniaux. L’album Des visages, des figures est un bijou subtil aux textes parfaits.

Extrait de l'album Sans abri : "Crazy".

Ton disque est un disque qui s’écoute. On ne peut pas se contenter de « l’entendre »…

Dans le processus d’écriture, j’essaie de plus en plus de ramener des passages à un niveau de langage direct. Par rapport aux chansons de l’album Mammifères, j’ai déjà évolué. C’est moins imagé, moins poétique. J’aimerais que mes chansons deviennent des standards de la chanson « comestible ». Je ne veux plus être considéré comme underground. J’essaie de trouver des façons de m’adresser directement aux gens sans négliger la poésie et le style.

Quand on chante des chansons aussi profondes, puissantes et intenses que les tiennes, ça demande beaucoup d’énergie de les interpréter sur scène ?

Oui, mais c’est le but. Cela dit, récemment, pour Radio Canada, j’ai rendu  hommage à Léo Ferré. J’ai interprété quatorze de ses chansons. Quatorze chansons de Léo Ferré, c’est beaucoup plus épuisant que vingt-deux chansons de Moran. J’ai trouvé finalement qu’à côté de lui, j’étais soft.

Extrait de l'album Sans abri : "Mêmes animaux".

Est-on objectif sur son propre travail ?

Je ne pense pas. Tu es un journaliste averti, tu sais que depuis plusieurs années, il y a beaucoup plus de chansons inutiles que de chansons « pratiques ». Il y a énormément de variété. Comme ce n’est pas du tout dans mon tempérament d’aimer la variété et d’avoir envie d’en faire, j’écris des chansons un peu exigeantes en réaction à tout ça. Moi, je prends la parole. Je prétends avoir quelque chose à dire. Il est hors de question que je monte sur scène pour dire que je préfère les voisins aux voisines. La chanson, il faut que ça aille plus loin que ça.

Moi, je pense qu’il faut les deux. Si on ne pouvait écouter que des chansons de Ferré et de Moran, ce serait quand même un peu triste, non ?

Je suis d’accord avec toi. Mais, je te rassure, sur scène, je fais aussi rigoler le public. Il y a souvent des moments de détente et d’humour pour rendre mes chansons comestibles.

J’ai souvent lu que vos concerts, toujours improvisés, étaient extraordinaires.

On travaille les chansons, mais nous ne les fixons jamais. Il n’y a rien d’écrit à l’avance. Je monte sur scène, je discute avec les gens, comme je le fais avec toi actuellement. Ça peut faire une soirée exceptionnelle, comme une soirée merdique. Tout dépend de la réaction des gens et de comment nous, nous sommes sur scène.

Extrait de l'album "Sans abri": Darfour.

Es-tu d’accord, si je dis qu’un artiste est pudique dans la vie et devient complètement impudique sur scène. Il se déshabille complètement.

En tout cas, quand je monte sur scène, je ne joue pas de jeu. Je suis vrai et authentique. De toute façon, je ne pourrais pas tricher parce que mes deux meilleurs amis sont avec moi. Avec eux, il est impossible que je frime.

C’est quoi chanter sur scène pour toi ?

C’est un moyen d’être honnête par rapport à ce qu’on est, par rapport au parcours que l’on a eu. Si tous les soirs, un chanteur raconte la même chose entre les chansons, ça m’emmerde. Ce n’est pas honnête. Il faut faire du théâtre à la place.

moran,sans abri,interview,mandor

À quel autre art pourrais-tu comparer la scène ?

Sans hésitation au cinéma. Quand je regarde un film, ce qui me fait plaisir, c’est que les acteurs soient honnêtes. J’aime bien rire, pleurer, ressentir des émotions, être surpris. J’aime que cela prenne son temps et que soudain, le rythme s’accélère. Et enfin, j’aime que la musique soit bonne. Tous les trois, c’est ce que nous essayons de procurer comme plaisir aux gens qui viennent nous voir.

Une question plus personnelle pour terminer. Tu vis avec Catherine Major, qui est une artiste que j’adore. Quand on est un couple d’artistes, est-ce qu’on essaie d’impressionner son conjoint ?

Sur son dernier disque, Le désert de solitude, je lui ai écrit cinq textes. Sur son prochain, il y en aura cinq autres. Comme elle est ma femme, à chaque fois que je fais un texte pour elle, je n’ai pas envie qu’elle me dise que ça ne lui parle pas. Quand elle m’écrit des musiques, comme elle l’a fait sur l’album Sans abri, je suppose que c’est la même chose pour elle. Je crois pouvoir affirmer que nous sommes très complémentaires.

moran,sans abri,interview,mandor

Pendant l'interview, le 20 mars 2014. Avec Moran, Thomas Carbou et Sylvain Coulombe. 

01 juillet 2014

Jean-Pierre Pasqualini : interview pour Platine, 100 tubes variété française

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Jean-Pierre Pasqualini est une grande figure du journalisme musical en France. Il est le « Monsieur variété française ». Une sorte d’encyclopédie vivante consultée en permanence par les médias en quête d’un spécialiste de ce genre musical. Moi qui ne suis pas le dernier à apprécier la variété française, je m’incline devant lui et son savoir. Depuis quelques années, je le croise, le côtoie même (nous sommes tous les deux membres du jury du Prix Georges Moustaki et du Pic d’Or) et c’est toujours un réel plaisir de partager nos savoirs et opinions respectifs. J’ai un profond respect pour cet homme passionné.

Jean-Pierre Pasqualini est le créateur et rédacteur en chef du magazine Platine (la revue référence en matière de variété d'hier et d'aujourd'hui). Il officie aussi à Télé Melody en tant que présentateur, producteur et responsable des programmes en charge des contenus.

Je le reçois ici pour évoquer une compilation : Platine 100 tubes variété française (vendu à 8000 exemplaires et qui va être relancé cet automne avec un nouveau tirage conséquent).

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorLa compilation :

Platine, fondé en 1992 par le spécialiste et passionné Jean-Pierre Pasqualini, est devenu en 20 ans le magazine n°1 de la variété française. Pour la première fois, et à l'occasion de ses 20 ans d'existence, Platine sort son premier coffret! Puisant au fond de sa mémoire et de ses connaissances Jean-Pierre Pasqualini vous offre une sélection de titres inédits des origines de la variété française, d'Édith Piaf à Françoise Hardy, de Jacques Brel à Claude François, en passant par Serge Gainsbourg, Sheila ou Gilbert Bécaud.

Vous pourrez retrouver ou (re)découvrir des chansons telles que "Les boutons dorés", "Le tourbillon de la vie", "Méditerranée", "Salade de fruits", "Domino", "J'attendrai", "Étoile des neiges", "Ne me quitte pas", "La ballade irlandaise", "Les comédiens", "Cigarettes, whisky et p'tites pépées"... pas toujours interprétées par leurs créateurs.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorInterview :

Qui t’a proposé de sortir cette compilation ?

Depuis des mois, Wagram voulait sortir un projet avec le magazine Platine. De mon côté, je ne voulais pas faire une compilation comme les autres. Je ne souhaitais pas réunir des tubes évidents,  placés là dans le seul souci de vendre beaucoup d’exemplaires. Il a fallu beaucoup de temps pour que le label me dise : « tu fais ce que tu veux !» J’ai donc conçu un coffret, non pas de titres inconnus, mais de tubes oubliés, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

C’était de vrais tubes à l’époque, mais ils n’ont pas affronté les années. C’est ça ?

J’en ai parlé récemment à un ex de Nostalgie, Stéphane Bosc, qui est aujourd’hui directeur des programmes à Lagardère Active Radio International. Il m’a expliqué pourquoi à l’époque, il ne passait pas sur Nostalgie tous les tubes dont je parlais. Simplement parce que ces artistes étaient sur de petits labels qui ne les ont pas réédités en CD. S’ils ne sont pas en CD, ils ne sont pas numérisés. Voilà comment un tube ne rentre pas sur cette radio et passe à la trappe des souvenirs. Dans cette compilation, il y a par exemple des chansons de Mireille et de Jean Nohain que chante Sophie Darel. On n’avait pas de CD, on est donc parti des vinyles. Il y a dans ces cinq disques, pleins de chansons qui n’existaient pas en CD.

Tu rétablis des vérités sur le succès ou non de tel ou tel tube.

Oui,  par exemple, en 1958, sortait « Le poinçonneur des Lilas » de Gainsbourg. Tout le monde est persuadé que ça a été un succès parce que Gainsbourg a eu la chance de traverser le temps et le talent de créer une œuvre remarquable. Mais ce titre n’a pas marché du tout à l’époque de sa sortie. Les Frères Jacques et Jean-Claude Pascal ont donné une première vie à cette chanson. Si tout le monde pense que la version de Gainsbourg a été un succès, c’est que l’histoire l’a magnifié. Il y a plein d’artistes oubliés des années 50 qui, malheureusement, n’ont pas franchi la barre des yéyés, mais qui ont fait des énormes tubes avant cette période musicale.

Si je comprends bien, tu veux les réhabiliter aujourd’hui?

Je pense qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise chanson, il y a des chansons pour chaque moment de la vie. Après, dans chaque style musical, il y a de la merde.  Il y a des chansons pour faire la fête au mariage de la cousine. On peut danser sur « La chenille » de La bande à Basile et quand on a le blues, on peut écouter Léo Ferré. Dans ce disque, il y a des chansons pour toutes les situations.

Le style, la faconde Pasqualini, sur Télé Mélody, c'est ça!

Comment expliques-tu qu’un artiste parvienne à franchir les années et plaire à plusieurs générations et d’autres, pas du tout ?

Il y a des gens qui sont en avance sur leur temps, comme Gainsbourg. Quand tu es en avance sur ton temps, tu as donc un peu de marge parce que le temps te rattrapera moins vite. Il était auteur compositeur à une époque où ce n’était pas essentiel. C’est après mai 68 qu’on a considéré qu’il fallait écrire ses œuvres. Un interprète pur et simple, ce n’était plus crédible. Dans le cinéma, on ne demande pas aux acteurs d’écrire leur film. Je trouve cela injuste.

Dans cette compilation, il y a cinq CD et 100 chansons. Comment as-tu fait la sélection ?

C’est comme Platine, c’est un mélange de passion et de marketing. Je sais que si je fais la couverture avec Olivia Ruiz, ça va mieux marcher que si je fais la couverture avec Lucienne Delyle, pourtant, je préfère Lucienne Delyle.  Là, c’est pareil, je me dis Wagram, il leur faut un minimum de tubes donc je place Nougaro qui chante « Le cinéma » et une autre chanson de Nougaro, « Le jazz et la java », mais interprété par Yves Montand, une version moins connue. Aujourd’hui, dans la nostalgie, on a tendance à prendre la version du créateur, alors que parfois, ce sont les versions chantées par d’autres qui ont mieux marché. En tout cas, il n’y a pas une seule chanson dans ces cinq CD où tu ne connais pas au moins le titre ou l’interprète.

Il n’y a pas deux fois le même artiste ?

Non, sauf s’il est en duo. Je ne voulais pas deux fois la même chanson, ni deux fois le même interprète. Quand l’interprète était un peu « faible » en notoriété, comme Simone Langlois, je choisis une chanson très forte, comme « Ne me quitte pas » qu’elle a interprétée un mois avant Brel. Historiquement, c’est elle la créatrice de cette chanson, Brel le reconnaissait.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Pour Platine (et la Sacem), Monsieur Variété Française organise aussi des interviews croisées d'artistes de la scène française (ici Jeanne Cherhal et Emily Loizeau).

Tu aimes susciter la curiosité. C’est une grande partie de ton travail.

Ce qui est certain, c’est que je n’aime pas enfoncer les portes ouvertes. Quand j’ai créé Platine, j’ai souhaité créer un nouveau titre de presse avec un concept qui n’existait pas. Un journal intelligent sur la variétoche.

Ce que j’aime beaucoup chez toi, c’est que tu assumes tout. Notamment, aimer ce qui pourrait passer pour être ringard.

Je me fous totalement de ce que pensent les autres. J’aime provoquer. J’étais au collège entre 1970 et 1974. C’était les grandes années post-soixante-huitardes. Il ne fallait pas aimer Cloclo. Moi j’adorais et je le disais. Avec mon physique de petit gros, il fallait que je me distingue par quelque chose. Il fallait que j’existe aux yeux des autres pour qu’on arrête de m’appeler Babar. Comme je fais de la psychanalyse aux artistes que j’interviewe, de temps en temps, il est bon de faire la sienne soi-même (rires).

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorDans Platine, je suis impressionné par la longueur de tes interviews d’artistes. C’est très rare dans un journal de « faire » si long.

Je ne vois pas pourquoi je n’écrirais pas tout ce qui est intéressant. C’est complètement kamikaze dans un magazine, j’en ai pleine conscience, mais je m’en moque. J’ai la chance d’avoir quelques milliers de lecteurs qui suivent, qui sont super fidèles, beaucoup sont abonnés. Ils me permettent de continuer le journal à ma guise. À part chez Mandor, les interviews longues, ce n’est pas la tendance sur Internet ou dans les magazines.

Pourquoi as-tu créé Platine ?

A l’époque, j’étais dans le tourisme. J’ai passé beaucoup d’années à ramener des disques français des pays dans lesquels j’allais. J’en ai trouvé dans le monde entier. J’ai eu l’idée de faire un magazine de discographie comme Juke Box magazine, mais en montrant les carrières des Français à l’étranger. Les interviews, c’est ce que je faisais en plus en pensant que ça n’intéresserait personne. Et finalement, tout le monde ne me parlait presque plus que de ça. Les gens n’en avaient rien à foutre des discographies. Les interviews ont pris le dessus sur le reste.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Tu es très franc avec les artistes que tu interviewes. Tu n’hésites pas à les bousculer.

J’ai de la franchise, mais avec beaucoup de tendresse.

Mais quand dans Platine, tu évoques avec Zaz sa supposée homosexualité, ne franchis-tu pas la limite ?jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Pour moi, le sexe fait partie de la vie. Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant.

Tu te permets tout.

Je ne sais pas si je peux, mais je veux tout me permettre. Il y a des gens avec lesquels ça ne s’est pas bien passé. Je pense par exemple à François Feldman. Je lui ai demandé comment il vivait le fait d’avoir été une énorme star pendant quatre ans et être retombé dans l’anonymat,  voire même être considéré comme ringard.

Ce n’est quand même pas très diplomate. Personnellement, je n’aurais pas demandé cela de la même façon.

Je ne suis pas diplomate, je suis psychologue. J’ai aussi une heure de cartonnage sur une cassette avec CharlElie Couture. Il n’a pas du tout aimé mes questions et il m’a répondu violemment. Au bout d’un moment, il m’a mis dehors. C’est vrai que quand tu es un personnage et que tu veux le rester, il n’est pas évident de s’entendre poser des questions un peu indiscrètes. J’ai voulu creuser pour voir ce qu’il y avait derrière, il n’avait pas du tout envie. Il faut que les réponses correspondent au personnage. Dave, par exemple, ressemble à son personnage, je préfère nettement cela.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Dès qu'il faut parler d'un chanteur de variété, Jean-Pierre Pasqualini est au combat.

Quand tu fais une interview, considères-tu que c’est un travail de psy et est-ce que c’est pour ça que tu fais de longs entretiens ?

Je suis comme ça dans mes rapports humains dans n’importe quelle circonstance de ma vie. Je cherche toujours à en savoir plus que ce que l’on me dit. Depuis longtemps, j’ai le défaut de ne pas savoir faire des conversations de salon.

Tu attaques directement. Moi, contrairement à toi, j’ai tendance à « endormir » un peu les artistes avant d’aller là où je veux aller. Ce sont deux méthodes. Toi, tu es plus frontal.

Je suis frontal dans tout ce que je fais. La vie est courte. Nous sommes des poussières dans l’histoire du monde et on a intérêt à ne pas perdre de temps et à prendre du plaisir dans tout ce que l’on fait. C’est un peu handicapant d’être comme ça dans la vie, parce que beaucoup considèrent que je suis inquisiteur, que je fouille trop, que je me mêle de ce qui ne me concerne pas... Pas que dans les interviews, dans la vie aussi.

Croisière Rivages du Monde et Télé Mélody, du 18 au 26 septembre 2014, avec Jean-Pierre Pasqualini.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandorAimes-tu la notoriété ? On voit pas mal ton visage dans Platine, on le voit aussi au dos du disque…

J’ai deux réponses. La première, c’est qu’à la base, je faisais de la radio libre. J’adorais ma voix à la radio. Par contre, quand j’ai commencé la télé, j’ai détesté me voir. Mais, j’ai travaillé avec Karine Le Marchand sur France 3, dans une émission qui s’appelait « Music Musique »,  il y a 15 ans. Un jour, elle m’a dit : « Tu es rédacteur en chef de l’émission, moi je suis présentatrice, mais il faut que tu montres ta gueule, sinon, tu ne seras jamais considéré comme Monsieur Chanson Française. Il y a Sevran, si un jour tu veux exister, il faut que tu sortes du bois. » Je lui ai répondu que je me trouvais gros, que je n’aimais pas mon image et que je n’étais pas fait pour la télé. Elle m’a fait chier longtemps, tant et si bien qu’elle m’a même imposé de faire une rubrique à la fin de l’émission, « J’assume, j’assume pas ». C’est comme ça que j’ai commencé à me montrer.

Mais, j’insiste un peu, dans Platine, on voit beaucoup ton image.

Au début, je ne me suis pas posé la question de savoir si ça me faisait bander ou pas de mettre des photos de moi avec des artistes. Mais si le but était uniquement de frimer, je mettrais uniquement ma gueule avec Michael Bublé, pas forcément mes photos avec Gloria Lasso.

Quand tu es dans une soirée, aimes-tu que l’on te reconnaisse, que l’on vienne vers toi ?

C’est encore plus prétentieux que ça. Ça fait vingt ans que j’essaie de dire que la variété française n’est pas ringarde et quand on me reconnait dans une soirée et qu’on me place bien dans un concert, je me dis que, quelque part, on respecte un peu plus la variété française. Comme personne dans les médias n'a jamais voulu prendre cette place de "Robin des Bois" de la chanson populaire, de porte-parole de la variété française, j'ai pensé que je devais le faire.

Jean-Pierre Pasqualini, seul contre tous (Christophe Conte (Les Inrocks), Marc-Olivier Fogiel et Guy Carlier) pour défendre la tournée "Age Tendre et tête de bois". Pour ça aussi, je l'admire.

En 2014, la variété française est-elle bien représentée ?

Non. Pas du tout. Pour moi, il n’y a pas une bonne nouvelle chanson dans l’année, ni chez les vieux, ni chez les jeunes. C’est quand même catastrophique, une année comme ça.

On dit du bien des nouveaux Obispo et Pagny

Non, non, non. Le dernier Obispo est catastrophique, alors que j’avais adoré « Comment veux-tu que je t’aime » qui était l’inédit de la compilation. Le Pagny, tu as raison, il est pas mal. Moi, cette année, le seul que j’adore est belge. C’est Stromae. Ce n’est pas très original, je sais. Ça, c’est de la bonne variété, parfaitement fédératrice.

D’où te vient ce goût pour la variété française ?

J’ai eu mon premier pickup en 1966, j’avais huit ans. On m’a offert trois 45 tours avec. Un de Cloclo, « Le jouet extraordinaire », un de Monty et un de Nino Ferrer, « Mirza ». Je me souviens que pour moi, le monde a basculé. J’ai immédiatement regardé les pochettes dans tous les sens pour voir qui écrivait les chansons. J’ai toujours aimé les gens de l’ombre.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

As-tu un côté midinette avec les artistes que tu rencontres ?jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

Midinette, je ne sais pas, mais fan, sûrement. Je suis un peu triste que les artistes ne le sentent pas.

C’est de ta faute, tu ne le montres pas.

Je dois dégager un truc très sérieux, très cassant, très ours. Aujourd’hui, j’en suis beaucoup plus conscient qu’avant. Quand Platine est né, je voyais que les attachées de presse se foutaient de ma gueule parce que je faisais un magazine de variété. En 1992, elles se demandaient quel était ce gros ringard qui voulait leur faire croire que la variété était mieux que le rock. Je me suis construit une armure et je n’ai rien voulu montrer de mon côté fan. Fan de metal, à la limite, mais fan de variété, ça faisait double peine (rire). Avec mon magazine, je ne voulais pas passer pour un petit rigolo, un petit fan de chanteuse ringard. J’ai joué à l’homme sérieux. Du coup, on me prend pour un journaliste très distant, qui analyse sans cesse, sans jamais lâcher prise.

C’est quoi pour toi, une bonne chanson ?

J’ai beau être auteur, je rejoins ce que dit Goldman : « On vient à une chanson pour la mélodie, on y reste pour le texte. » Moi, s’il n’y a pas une mélodie, je n’écouterais pas un bon texte. Dans les jeunes artistes d’aujourd’hui, il y en a qui ne savent pas ce qui peut les convenir. Une bonne chanson ne l’est pas pour tout le monde. Certains chanteurs peuvent la porter, la sublimer et d’autres non. Une bonne chanson, ce n’est pas interchangeable, elle doit coller à un interprète.

jean-pierre pasqualini,platine 100 tubes variété française,interview,mandor

21 juin 2014

Thierry de Cara : interview pour The Little Home Tour

JC Marmara-Le Figaro.jpg

(Photo : JC Marmara/Le Figaro)

Quelle initiative originale que ce The Little Home Tour ! Trois ans après un premier ­album, Une vie entière, produit par My Major Company, le chanteur Thierry de Cara crée un concept qui consiste à se produire gratuitement chez les gens. Une ville, un sac à dos avec une barre de fer d'un mètre de long munie d’une minicaméra dirigée vers son visage et une autre dirigée vers le public. Ensuite, il aborde les gens pour être invité le soir même chez l'un des passants où il donnera gratuitement un concert.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandorThierre de Cara est venu à l’agence le 3 décembre dernier pour me parler de ce projet qui en était à son balbutiement. C’était il y a six mois, juste après avoir tourné les deux premiers numéros à Arras et à Lille. Il était convenu que je mette en ligne cette mandorisation, quand lui-même aura mis son premier numéro de The little Home Tour. Voilà qui est fait.

Concept :

The Little Home Tour est une web-série dans laquelle un chanteur-auteur-compositeur, Thierry de Cara, parcourt les villes de France et propose, au hasard de ses rencontres, des home-concerts « chez l’habitant ».

Équipé de ses caméras, ce multi-instrumentiste arrive le matin dans une ville de France et se doit de trouver au cours de sa journée un ou des habitant(s) qui accepteront de l’accueillir à leur domicile pour une soirée. C’est d’un exceptionnel concert privé et improvisé dont fera profiter le jeune chanteur-auteur-compositeur- à ses accueillants.

Biographie officielle de Thierry de Cara :

Né à Marseille, Thierry de Cara est initié au piano classique dès son plus jeune âge. Il thierry de cara,my little home tour,interview,mandors’intéresse très vite à l’écriture de chansons et c’est vers l’âge de 15 ans qu’il s’y essaie pour la première fois.

En 2002, il est sélectionné pour participer à un tremplin d’auteurs-compositeurs-interprètes à l’Olympia, la Rose d’Or, qu’il remporte. A la suite, Mireille Darc lui consacre un portrait d’une vingtaine de minutes lors d’un reportage France 2 intitulé « De l’ombre à la lumière ».

Après un premier single produit par Charles Talar (Cabrel, « Notre-Dame de Paris »…), il signe chez My Major Company et devient le deuxième artiste produit par les internautes en France. Son premier album, enregistré à Londres par le producteur Martin Terefe (Jason Mraz, Cat Stevens, Zaz), sort chez Warner quelques mois plus tard. Ce premier disque est soutenu par les radios (NRJ, Chérie FM). Thierry de Cara devient même l’une des « révélations de la chanson francophone France Bleu ».

Depuis quelques mois, il prépare son deuxième album et a repris le chemin de la scène. Partout, sa pop fraîche et tendre, ses textes pleins d’humour et profonds à la fois sur ses mélodies imparables, enflamment le public.

Voici le teaser de The Little Home Tour.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandorInterview :

Si je comprends bien, la base de ce projet est : « que puis-je inventer d’original pour me faire remarquer ? »

Je ne me suis pas levé un matin en me disant ça. Ça s’est fait un peu de fil en aiguille. Il y a deux ans, un  ami s’est marié. J’étais témoin et il a fallu que quelqu’un fasse un petit film. Comme je suis l’artiste de la bande, je me suis proposé. Pour ce film de mariage, j’ai commencé à faire du montage vidéo. J’en ai bavé pendant un mois et demi, mais le film a plu et moi, j’ai aimé m’en occuper presque de A à Z. Du coup, ça m’a incité à  réaliser le clip de ma chanson « C’est pas mal déjà ». Autour de ce clip, j’ai eu envie de faire des concerts. J’ai donc décidé d’organiser un jeu autour du clip. Le but était de trouver une énigme. Le gagnant remportait un concert de moi chez lui. J’ai fait deux home concerts et j’ai très vite voulu récidiver. Le projet The Little Home Tour est lié à tout ça.

Ce genre d’initiative remonte-t-il le moral quand son premier disque n’a pas marché ?

Oui, c’est certain. Mais si mon disque n’a pas marché, j’ai eu de jolis résultats radios. J’ai quand même fait des choses sympas autour de ce premier album. Mais, bon, je n’ai pas effectué de tournée. C’était mon rêve d’enfant de parvenir à faire mon métier dans les meilleures conditions. Il n’y a pas eu de signature de deuxième album, donc, j’ai dû tout recommencer de zéro. La création, j’adore ça, mais à un moment donné, on a envie de capter l’énergie des gens.

Ton dixième home concert s’est déroulé à Lille et c’est là que l’idée de ce projet à germé dans ta tête.thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

Oui, le lendemain de ma prestation, je me balade dans la grande place de Lille. Des jeunes étudiantes avec une caméra sont venues me poser des questions, souvent saugrenues, voire même complètement barrées. J’ai répondu de manière décalée. Après leur départ, j’ai eu la certitude qu’il fallait que je fasse des choses avec la vidéo. J’ai pensé au concept d’Antoine de Maximy, J’irai dormir chez vous. De fil en aiguille, j’ai regardé sur internet et j’ai acheté le matériel adéquat immédiatement. Il y a eu pas mal d’investissement, mais je savais que le jeu en valait la chandelle. Quand on a une idée dans la vie, il faut foncer.

Ensuite, tu as bossé sur le visuel.

Tout est parti de là pour mon imaginaire. C’est la première fois de ma vie qu’une idée germe et éclot aussi rapidement. Je suis en ce moment dans une espèce d’énergie super positive. Je suis ravi de cette expérience.

Comment as-tu vécu ce premier épisode à Arras ?

C’était deux jours exceptionnels. Je ne pensais pas que ça allait être aussi bien. Il me tarde de repartir. C’est une aventure humaine extraordinaire.

Voici le premier épisode de The Little Home tour (tourné à Arras).

Comme tu es compositeur, évidemment, tu as composé toi-même le générique de The Little Home Tour.

C’est ça qui me plait dans ce projet et qui en fait sa force. Je tout fais moi-même, de A à Z. Tournage, montage, générique…. Le côté « home made » me plait vraiment.

Tu bosses seul, mais par contre, tu vois plein de gens.

J’arrive en solitaire dans les villes et je repars avec plein d’amis le lendemain. Que te dire à part que c’est merveilleux.

Tu ne vas pas échapper aux comparaisons avec Antoine de Maximy.

Je le sais bien, mais ça ne me gêne pas. Je l’aime beaucoup. À la base, j’arrive dans les villes. Je sors de ma voiture, je mets mes caméras, je commence à marcher et je vais où le vent me mène. Je rencontre des gens, je parle de mon projet, je leur montre mon premier album pour les rassurer sur le fait que je suis bien chanteur. À la différence d’Antoine de Maximy, mon but à moi, c’est de faire un concert chez les gens, pas de dormir chez eux. Même si ça m’arrive de le faire quand ils me le proposent, mais ce n’est pas le but.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

La trame, c’est la musique, mais il se passe plein d’autres choses.

À Arras, par exemple, j’ai visité le beffroi à 80 mètres de hauteur et je suis allé dans les Boves (réseau de galeries s’étendant sous toute la ville qui a servi d’abri et de lieu de rassemblement aux troupes alliées, en 1917, dans l’attente d’une offensive décisive : "la Bataille d’Arras") pour visiter les souterrains. À partir du moment où j’ai trouvé l’endroit où je vais faire le concert le soir, j’ai le temps de visiter la ville. Tout cela est filmé et est visible dans le premier épisode.

Au niveau du concert en lui-même, tu chantes combien de temps ?

Une heure, mais on en voit que quelques minutes par épisode. Dans celui d’Arras, on en entend juste une en quasi intégralité.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

A l'agence, il y a des gens mystérieux...

En profites-tu pour vendre tes deux albums ?

Ça m’arrive, mais ce n’est l’endroit pour cela. Si des personnes présentes m’en réclament, évidemment, je leur en vends. Pour moi, c’est déjà un cadeau que les gens m’ouvrent leur porte. C’est énorme d’ouvrir sa porte à quelqu’un, de trouver du public et de se mouiller pour remplir son salon en une après-midi.

Comment se comporte le public présent ?

Ça dépend des soirs. À Arras et à Lille, par exemple, le public était complètement différent. Ils n’avaient pas le même âge et venaient d’univers qui n’avaient rien à voir. Des jeunes ne réagissent pas de la même façon que des cinquantenaires. Ce que je relève, c’est qu’ils sont tous surpris quand je monte la scène. Les gens s’imaginent voir débouler un chanteur avec sa guitare acoustique et point barre. Il y a en fait une vraie scène, un kakemono de deux mètres avec le logo, des néons, un clavier, trois micros sur pied, une grande table de mixage, des guitares… ça devient rapidement une vraie salle de concert chez l’habitant.

1468913_10152402229973056_1848012859_o.jpg

Et quand tu joues, ça se passe comment ?

Ils sont toujours agréablement surpris parce que je donne autant d’énergie là que j’en donnerais dans une vraie salle.

Finis-tu par oublier que tu es dans un appartement ?

Oui. Mais tu sais, un concert dans un appartement est plus difficile que dans une vraie salle. Il faut savoir gérer cette proximité immédiate. Au début, les gens sont dans leur salon en train de me regarder avec curiosité et très vite tout le monde se détend. Ils finissent par oublier ce détail et moi aussi. J’aime que mes concerts soient un évènement où que je me produise. J’ai envie que le public vive un vrai moment, alors je donne tout, même s’il n’y a que huit personnes.

C’est un concept qui te ressemble ?

Oui. Je suis un garçon qui aime beaucoup le contact et parler. Se balader dans la rue, trouver des gens qui veuillent bien accueillir mes concerts chez eux, c’est un vrai challenge, mais ce n’est pas impossible. Je suis quelqu’un qui aime prendre des risques et qui me lance dans ce genre d’initiative sans crainte particulière. C’est vraiment un concept qui me colle à la peau.

thierry de cara,my little home tour,interview,mandor

Pendant l'interview.

Tu as eu pas mal de presse alors que personne n’a encore vu le résultat. Tu l’expliques comment ?

Je ne l’explique pas. Ça arrive peu de fois dans une vie de sentir qu’un projet est le bon. Ça me permet de rester cool et de ne pas paniquer. Depuis que j’ai commencé les tournages, je reprends confiance en l’humain. Je sais que je vais continuer à rencontrer des gens incroyables et qu’il va se passer encore des choses dingues.

Crois-tu en ta bonne étoile ?

Tu veux dire, si je crois que quelque chose me protège et veille sur moi pour m’emmener au bon endroit ?

Par exemple.

Je crois surtout en ma passion pour ce métier. Il faut être obsessionnel pour être un artiste. Ce métier, c’est toute ma vie, toutes mes pensées, depuis toujours.

DSC08587.JPG

Avec Thierry de Cara, le 3 décembre 2013, après l'interview.

16 juin 2014

Roland Brival : interview pour Circonstances aggravantes

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

J’ai rencontré Roland Brival pour la première fois en 1992. Pour RFO Guyane télé, je suis allé l’interviewer lors d’un stage de théâtre et de fabrication de marionnettes (si ma mémoire est bonne) qu’il animait. J’ai un grand respect pour cet artiste martiniquais majeur. Romancier, plasticien, photographe, metteur en scène, auteur-compositeur, interprète. Notamment.

Roland Brival, je le place à côté d’un CharlElie Couture. Même trempe. Un type qui a décidé de ne se donner aucune limite artistique. Barrières explosées. Toujours avec passion et sourire.

Ce que j’aime surtout chez Roland Brival, c’est qu’il maîtrise la valeur du langage, et du mot juste. Chaque phrase, quelle que soit la langue employée, français, créole ou anglais, trouve harmonieusement sa place et son intonation.
 
roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorLes chansons de son nouvel album, Circonstances aggravantes mêlent subtilement le jazz et des rythmiques Caribéennes dans une forme de kréyol jazz qui est sa marque de fabrique. Le tout soutenu par d’excellents musiciens (Rémy Decormeille au piano, Manuel Marches à la contrebasse et Julien Charlet à la batterie). Brival chante la vie, l’amour, la déprime, New York...

Il sera en concert au Sunside, le 19 juin 2014 (vous pouvez réserver dès maintenant, via www.sunset-sunside et bénéficier d'un tarif préférentiel)

J’ai rencontré Roland Brival dans un bar parisien le 29 avril dernier. Passionnant et riche entretien.

Mini bio officielle :

Roland Brival est un artiste polyvalent. Écrivain, plasticien, musicien (chanteur, auteur-compositeur)

Né en Martinique, il a vécu à Londres, New York et à Paris où il a désormais posé ses valises.

15 romans publiés à ce jour chez divers éditeurs parisiens.

6 albums de musique dont le dernier vient de sortir, Circonstances aggravantes.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorInterview :

Circonstances aggravantes est un disque de jazz avec des influences antillaises. Peut-être un peu moins que dans vos précédents.

Les projets naissent d’eux-mêmes. Je fonctionne par rapport à ce qui m’entoure. Aujourd’hui, je vis à Paris. J’ai une relation avec la langue française qui ne cesse de s’approfondir. Du coup, j’ai eu envie de plonger là et de regarder où tout cela m’emmenait. Je suis aussi surpris du résultat que l’auditeur lambda qui va l’écouter.

Pour ce disque, vous avez collaboré de nouveau avec Julien Birot (leader du groupe Wise).

Julien Birot est un producteur artistique avec lequel je travaille depuis quatre albums. Cette fois-ci, je lui ai parlé de mon envie de travailler avec un trio. Je voulais aller plus loin dans la référence d’un travail de trio. Nous avions commencé avec mon précédent album Vol de nuit, mais nous nous étions contentés de frôler les frontières de la pop music tout en restant dans le créneau jazz. Julien m’a proposé de rencontrer un pianiste que je ne connaissais pas, Rémy Decormeille. Quand j’ai écouté les choses qu’il faisait, je me suis aperçu que c’était formidable et que cela correspondait bien à la sensibilité qui était la mienne. On a donc commencé à travailler ensemble.

Vous êtes plasticien, écrivain, musicien, auteur… c’est difficile de définir vos activités et je crois que vous aimez bien ça. Que fait Roland Brival dans la vie ?

C’est un homme qui marche (rires).

Et qui ne regarde jamais en arrière ?

En réalité, les choses de l’arrière, je les mets en avant. Pour moi, le passé c’est l’avenir. J’aime bien inverser le rapport des choses dans le fonctionnement que l’on a avec le temps. Je suis constamment dans l’instant présent. Cela veut dire qu’un projet sur lequel je travaille depuis une année entière peut se retrouver d’une seconde à l’autre complètement modifié parce que l’instant présent m’a dicté cette décision.

C’est donc l’instant présent qui prime ?

Oui, parce que c’est là que l’on vit. On ne vit nulle part ailleurs, alors il faut toujours être à l’écoute des messages que l’on envoie et des retours qui nous sont faits. Je crois que les artistes qui sont capables de s’ancrer dans une trajectoire qui perdure sont forcément des personnes qui sont capables de se remettre complètement en question. Quand on prépare un album, il faut savoir anticiper un an à l’avance l’endroit où les choses vont nous amener. Ce n’est pas toujours évident. Il peut arriver qu’en cours de route, brusquement, se produisent des accidents, parfois même des erreurs. Moi, ça ne me dérange pas. On apprend beaucoup de ses erreurs et de ses accidents de parcours, parce qu’ils nous déstabilisent et nous offrent des solutions auxquelles nous n’aurions jamais pensé avant.

Est-ce que l’on peut dire que vous défendez la tradition de votre pays en la modernisant ?

Oui, bien sûr. Avec mes différentes casquettes, je suis un cas un peu particulier. Je connais un certain nombre d’écrivains qui ne se posent pas la question des traditions musicales. Moi, je suis polyvalent, donc, tout cela m’intéresse. Je pense que le secret de l’écriture est aussi bien derrière un stylo, une bonne concentration et une feuille de papier blanc que derrière les mains d’un tambouyé qui est en train de jouer à la campagne quelque chose qui soudain secoue et vous atteint au plus profond de vous-même. La source d’inspiration est partout et la tradition est un bon pied d’appel.

Clip de "Les mots qui dansent" (extrait de l'album Circonstances aggravantes).

Votre premier single et clip tiré de cet album est « les mots qui dansent ». Ce titre vous va bien, vous qui avez consacré une bonne partie de votre vie aux mots. Vous avez écrit une quinzaine de livres. L’écriture est-elle l’aspect de votre vie artistique le plus important pour vous ?

Les mots, c’est la trajectoire artistique la plus difficile. La musique, même quand on ne sait pas jouer du piano, il suffit que l’on pose ses doigts sur un clavier, il se produit un son et dans le son il y a déjà une émotion. En peinture, si on n’y connait rien, on trace un rouge sur une toile, on la badigeonne, quelque chose déjà se dégage qu’il faut ou non assumer. Mais l’écriture, ça n’a rien à voir. L’écriture n’a aucune générosité dans le processus de communication. Si on ne sait pas lire, on n’a rien. Et pouvoir déclencher des émotions à partir de petits signes inscrits sur une feuille et faire en sorte que quelqu’un se mette à rire ou à pleurer, c’est la plus haute altitude possible dans la trajectoire d’un artiste. Les mots me paraissent fondamentaux. Ils sont le pivot de toute ma démarche.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorEn 1976, vous avez fondé le groupe pluridisciplinaire Bwa Bwa, sorte de laboratoire théâtral dans lequel se mêlaient toutes les disciplines artistiques (théâtre, marionnettes, musique, écriture, peinture…). La troupe a tourné à travers le monde pendant quelques années et à même sorti un album, Voltyijé voltijé mwin ! rencontre musicale entre l'Afrique, la Caraïbe et le blues américain.

On va dire que j’ai monté un laboratoire.

Ce que je veux dire par là, c’est que vous avez passé de nombreuses années à partager. Aujourd’hui, vous me paraissez plus solitaire.

Je viens de la mise en scène du théâtre. C’est quelque chose qui vous emmène dans le compagnonnage. On transmet, on donne, on partage. Ce laboratoire de marionnettes et d’art plastique, je l’avais créé lors d’une période de retour aux Antilles. Je m’y suis installé pendant sept ans. À l’époque, je produisais des pièces où je créais des œuvres d’art. C’était un travail haut de gamme reconnu dans différentes parties du monde et quand je suis arrivé aux Antilles avec ça, j’ai compris que ce n’était ni le lieu, ni l’endroit, ni le rendez-vous.

Il a fallu que vous repreniez tout à zéro ?

Je crois qu’un artiste, ce n’est pas quelqu’un qui se balade avec des fantasmes personnels. C’est quelqu’un qui sert de rencontre et de carrefour entre un peuple et une culture. À partir de là, on écoute ce que les gens ont à dire et ce dont ils ont besoin. On se remplit de ce besoin et on va chercher une réponse dans les endroits où personne n’a l’habitude d’aller, sauf vous. J’ai remis toute ma vision, toute mon expérience professionnelle à zéro et j’ai décidé de partir en compagnie des gens qui m’entouraient  pour créer les bases d’une esthétique et d’un théâtre qui pouvaient correspondre à cette culture caribéenne qui était la mienne. Il a fallu la réinventer.

Ce cycle a duré 7 ans.

Au bout de ce cycle d’un voyage perpétuel à travers le monde est venu le besoin de se replier sur moi-même pour passer à d’autres niveaux de travail. Notamment l’écriture. L’écriture exige un acte solitaire. Elle demande de se replier sur soi-même. C’était pour moi une démarche logique qui correspondait au stade de l’inspiration et de l’expiration. Dans le yoga, quand on fait une chose, il faut aussi faire son contraire pour équilibrer un peu les formes. Donc je suis parti dans une intériorisation des choses et j’essaie maintenant de me déplacer sur un terrain où cette lutte et cette démarche sont plus écoutées, plus entendues.

Clip de "Dear Lili" (extrait de l'album Circonstances aggravantes).

Là, je vous reçois en tant que jazzman, mais vous continuez à travailler d’autres arts, chez vous ?

Pour moi, c’est l’invention du travail à la chaîne dans les usines Ford aux États-Unis qui a produit une forme de sélection et de distribution qui s’est installée dans tous les tissus économiques, mais qui s’est installé aussi au niveau de l’art. Du coup, nous, les artistes, on nous demande d’être au bout d’une chaîne et de serrer le boulon 15 si on a choisi le boulon 15 dès le départ et de passer le reste de sa vie à ne serrer que ce boulon. Moi, je crois que la démarche doit être un peu plus proche de ce que ressent l’individu de manière personnelle. L’autre chose c’est que, quand je vous parle, en même temps je vous écoute, en même temps, je vous vois, donc le cerveau fonctionne dans cette simultanéité. Pourquoi commencer à découper des tranches et commencer à dire : « je ne travaille que dans la musique, donc, je ne fais qu’entendre ». On a appris à fonctionner dans ce registre de spécialisation, notamment en occident, et je pense que c’est une erreur.

Grâce à Internet, c’est clairement en train de bouger.

Oui, et c’est rassurant. Le monde d’Internet et de la nouvelle technologie produisent des artistes polyvalents. Des gens qui se lancent dans la musique sans rien n’y connaître, qui partent dans un délire sur les arts plastiques avec un écran et un crayon sur une programmation. Ça nous ramène à cet essentiel de la polyvalence qui est loin d’être du dilettantisme. C’est au contraire une façon organique d’aborder l’art, une façon de faire en sorte que l’art ne s’écarte jamais de ce qui est sa véritable cause, c'est-à-dire l’homme. Lorsqu’il s’agit de produire une œuvre qui vous ressemble et qui est formatée sur un créneau précis, c'est-à-dire le boulon 15, je crois que là, on s’écarte de ce que l’art doit transmettre et de ce que l’art doit produire dans celui qui est en train d’actionner cette manivelle.

Vous êtes dans un état de jubilation quand vous créez ?

C’est cela que l’on cherche. L’artiste jubile et s’émerveille. La jubilation et l’émerveillement  sont les choses les plus contagieuses au monde, à condition d’avoir reçu ses deux états au départ, soi-même, pour pouvoir transmettre la même chose. L’émerveillement et la jubilation, c’est juste une question d’attitude. Ça n’a rien de très compliqué. Il suffit de faire un pas de côté, par rapport à nos perceptions habituelles quotidiennes et tout devient merveilleux. Dans l’émerveillement, tout ce que je redécouvre m’amène un rapport neuf à la réalité. L’art est supposé servir à ça.

Clip de "New-York Song" (extrait de l'album Circonstances aggravantes).

C’est quoi pour vous le véritable message de l’art ?

C’est qu’il n’y a pas de message. On marche sur un chemin, tout notre équilibre et notre déséquilibre autour de cette marche, c’est le processus de la réponse et c’est cela qui nous alimente.

Vous n’êtes pas un chanteur à message, ce qui ne vous empêche pas de parler de l’état du monde en des termes peu optimistes sur l’avenir. Dans « Ma chère cousine », notamment.

Dans cette chanson, par exemple, il y a quand même de l’humour. Dans « Ma chère cousine », je tourne tout ça en dérision. Je n’ai pas voulu plomber l’ambiance, mais relever les choses et que l’on s’amuse de cette histoire.

Vous êtes un artiste exigeant.

Je cherche à toucher les gens, mais je ne cherche pas à modifier ma démarche artistique pour ça. Un artiste n’est pas là pour faire du merchandising. On essaie juste de faire en sorte de rester disponible, à la portée des gens. Le plus difficile, c’est de pratiquer une forme d’art sans concession, rigoureuse et exigeante et qui, en même temps, garde une trace populaire.

Je reviens aux livres. Que doit provoquer la lecture d’un de vos ouvrages aux lecteurs ?

Quand un lecteur ouvre les pages d’un roman, il se met dans un état de silence. C’est un silence qui correspond à un état de non-bruit. Au moment où il lit la dernière ligne, là, il doit rentrer dans un moment de silence total. Le silence où je l’ai emmené n’a rien à voir avec le silence de départ. C’est un silence qui correspond tout à coup à une chute libre dans la profondeur de soi-même et ou, tout à coup, on s’aperçoit qu’on est beaucoup plus loin que l’on l’imaginait.

Et pour la musique ?

C’est pareil.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorDans cet album, il y a des chansons qui parlent d’amour. C’est difficile d’être original quand on écrit une chanson de cette nature-là ?

Oui. Je crois même que ce sont les chansons les plus compliquées. Comment ne pas tomber dans le romantisme à deux balles ? Il faut constamment renouveler son regard sur la chose. À la limite, une bonne chanson d’amour devrait commencer par « je ne t’aime pas » pour en arriver à l’endroit où on a quelque chose à se dire.

Vous utilisez votre voix parfois même comme un crooner…

Sur un disque, les chansons accompagnent la vie quotidienne des gens. Il faut essayer de penser que, quelque part, ce que l’on dit doit pouvoir se murmurer, doit pouvoir séduire, même au premier degré, doit pouvoir être là dans un rapport affectif. Quand on est chanteur, on murmure à l’oreille des gens. J’aime bien quitter ma voix qui claironne pour, soudain, arriver à un message intime, parce que dans la vie, les moments se succèdent ainsi. Un album qui ne comporterait pas toutes ces altitudes, tous ces paysages émotionnels serait forcément incomplet.

Est-ce facile de travailler avec Roland Brival ?

Les nouveaux qui travaillent avec moi, quand je les repère, je sais qu’ils ont la capacité de cœur. S’ils n’ont pas la technique, ils ont l’attitude. C’est d’abord l’attitude qui m’intéresse. De l’attitude découleront tout le fonctionnement et le processus créatifs.

Votre monde personnel me paraît très secret. On ne sait rien sur vous.

Très peu de gens passent la porte de mon monde. Parce que j’ai besoin d’un espace personnel où je peux gérer tout ça. Mais il n’empêche que les portes sont là. Elles ne sont pas fermées, elles sont visibles.

Voulez-vous dire que vous n’avez pas beaucoup d’amis parce que vous ne laissez pas grand monde s’approcher de votre espace vital ?

Je suis obligé de le reconnaître. Je fonctionne sur un registre qui n’a rien à voir avec celui de la plupart des gens. C’est très particulier. J’ai des codes, des façons d’être et de réfléchir. Quand les gens pleurent, moi je ris. Je suis codé d’une façon qui n’a rien à voir l’éducation d’un individu normal. Je ne peux donc pas laisser entrer n’importe qui chez moi dans ce contexte-là. Quand quelqu’un rentre chez moi, je préfère prévenir qu’il arrive dans un autre univers. Si vous voulez venir, entrez libre. Je dis bien entrez avec EZ à la fin.  

Pour finir avec un énorme cliché… le dernier album est-il toujours le meilleur ?

Je vais vous répondre avec un énorme cliché, moi aussi alors. Le meilleur album, c’est toujours celui que l’on n’a pas fait (rires).

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

Le 29 avril 2014, dans un bar parisien, à l'issue de l'interview.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

12 juin 2014

Fabien Martin : interview pour l'EP Littoral

fabien martin,littoral,interview,mandor

(Photo : Armande Chollat-Namy)

C’est bien simple, pour moi, Fabien Martin est l’un des chanteurs les plus importants de la scène française. Un type qui, mine de rien, dit beaucoup de choses importantes sur la société et sur les tourments intérieurs de chacun. Avec sa douce révolte, ses chansons polies disent des choses lucides et intenses. Fabien Martin est un artiste délicieusement subversif.

Je suis fan de Fabien Martin. C’est une expression que je n’emploie que très rarement. Avant, j’étais fan de Daniel Balavoine, Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel et Alain Souchon, aujourd’hui je suis fan de Fabien Martin, Pierre Lapointe, Alexis HK et Babx.

Et Fabien Martin, après six ans de silence, sort un nouveau disque. Une merveilleuse mise en bouche. Un EP que tout amateur de bonne chanson française se doit de posséder.

Hier, à l’agence, il est passé m’en parler. Et ça m’a rendu heureux.

fabien martin,littoral,interview,mandorBiographie officielle (à peine raccourcie) :

Fabien Martin nous revient, après deux premiers disques, Ever Everest et Comme un seul homme, qui exploraient la chanson française sur des airs de poésie et de cinéma. Six ans qu’on n’avait pas entendu sa voix ni sa musique. Pendant ces quelques années, il a fait d’autres choses, il a gouté d’autres chemins. Il a voyagé, beaucoup, il a fait du cinéma, des rencontres, des enfants. Mais surtout, il a écrit des chansons.
Heureusement, parce que Fabien Martin écrit joli. Il possède sa propre grammaire, sa signature. Une écriture soignée, mais précise, ciselée, mais essentielle. Et heureusement, enfin, parce que Fabien Martin chante bien.

Littoral, l’EP qui vient de sortir, est une sélection, en instantané, de ses dernières productions.fabien martin,littoral,interview,mandor Six titres qui parlent de la vie qui passe, mais pas toujours comme on voudrait. Avec un humour un peu revêche, avec une distance un peu mélancolique, et une mélancolie généreuse, mais pas seulement. Derrière la pudeur se cache une joie fondamentale. Une force, un espoir. Si Fabien a enregistré un peu partout avec ses amis musiciens (dont Mathieu Boogaerts à la batterie), au gré de ses pérégrinations, entre vieux synthés dénichés sur le net, guitares folk et boîtes à rythmes triturées comme il faut, il a ensuite posé ses plates bandes une semaine au mythique studio Davout entre les mains d’Aymeric Letoquart, le mixeur de Murat.

Fabien Martin aime joindre les deux bouts de sa culture - la poésie de Jacques Prévert et les productions de Danger Mouse -, naviguer entre deux eaux, marier les inattendus. Et surtout varier les rythmes ; en effet, après la sortie de ce six titres et une série de concerts, Fabien proposera un prochain album inédit début 2015.

fabien martin,littoral,interview,mandor

(Photo : Armande Chollat-Namy)

fabien martin,littoral,interview,mandorInterview :

Avant-hier, tu as fait ton premier concert en appartement. Ça s’est bien passé ?

C’était un moment très particulier. Les gens avaient l’air ému et plutôt content. Moi aussi j’étais content, car c’était le premier concert avec cette équipe et ce n’était pas simple.  On a joué dans un endroit intime, mais avec un vrai son et pas mal de matériel. Nous avions batterie, claviers, plein de guitares, une séquence, une sono, un ingénieur du son… bref, nous étions dans les mêmes conditions électriques d’un concert. Ce qui est bizarre, c’est la promiscuité avec le public. Il était à 20 cm de nous. C’était plus flippant que je ne me l’imaginais. J’ai mis deux chansons à me détendre, mais j’espère que personne ne l’a remarqué. On a fait des chansons de l’EP, des anciens albums et même du prochain album. On va récidiver dans les mêmes conditions, tellement c’était bien.

Note de Mandor : Prochain concert appartement, le 2 juillet prochain dans un loft du 17e arrondissement de Paris à 20h. Tous les renseignements sur le site de l'artiste : http://www.fabienmartin.fr/ Mais, je vous le dis, il faut réserver obligatoirement, il donne l'adresse exacte + le code dès qu'il reçoit la résa. Tarif : 10€ ou pack place + EP à 15€.

Les nouvelles chansons ont-elles été bien accueillies ?

Je pense qu’il y avait pas mal de personnes du public qui avaient déjà l’EP. J’ai l’impression qu’ils ont saisi ce que j’ai voulu dire dans mes chansons.  Ils ont compris la légèreté et l’humour que je peux apporter à des choses qui peuvent me heurter, m’affecter ou m’énerver. J’aime bien quand les gens qui m’écoutent relèvent la deuxième couche que j’essaie d’intégrer dans mes chansons.

fabien martin,littoral,interview,mandor

Le 10 juin 2014, concert privé en appartement (photo : Annaïk Debono)

Dans ce nouvel EP, il y a six titres qui évoquent, notamment, la vie qui passe. Il y a toujours une distance mélancolique dans tes chansons et une certaine ironie. Te sens-tu désabusé dans ce monde ?

« Désabusé » n’est pas du tout un mot que j’aime. Je ne suis pas un vieux qui a tout vécu et qui n’attend plus rien de la vie. Hier, je parlais avec un copain. Il me disait qu’il était un optimiste malheureux. Moi, c’est l’inverse. Je suis un pessimiste heureux. J’ai beaucoup de joies dans ma vie. Ces dernières années, j’ai vécu beaucoup d’évènements forts. J’ai perdu des gens que j’aimais et j’ai vu des petits bouts naitre et arriver dans ma vie. Je suis passé par plein d’extrêmes comme ça. Cela m’a éveillé totalement. Je suis dans la pleine présence et conscience des choses que je traverse dans ma vie. J’essaie toujours d’avoir l’émerveillement dans les yeux et dans l’âme en regardant les choses autour de moi. Vraiment, je suis tout sauf désabusé.

Extrait de "La croisière s'emmerde".

Je me fais volontairement l’avocat du diable, mais dans «La croisière s’emmerde » etfabien martin,littoral,interview,mandor « J’aime pas », il y a de l’ironie, voire du cynisme, non ?

Je suis désolé de te contredire, mais il faudrait trouver le mot juste. L’époque est cynique et moi, j’essaie de ne pas l’être. Je tente juste d’être sincère et frontal. Je suis premier degré, mais avec des images. Cela dit, je ne vis pas tout ce que je raconte en permanence. Je peux être traversé par des moments que je n’aime pas et ça donne une chanson qui s’appelle « J’aime pas ». Parfois, j’ai la sensation que la vie me dépasse ou qu’elle me laisse un peu de côté, mais ça ne veut pas dire que je passe toute ma journée à ne pas aimer la vie.

Tu chantes l’ironie de l’histoire, de la société et de la vie.

Ce qui m’intéresse ce sont les choses dont on rêvait quand on était enfant, adolescent et finalement la réalité qui s’installe. Des choses belles ou moins belles qu’on n’attendait pas forcément. Dans mes chansons, il faut percer à jour la mélancolie des êtres et les choses qui nous échappent. Je chante le rapport aux autres. Dans la chanson de Trenet, « Y a de la joie », il n’y a justement pas que de la joie.

fabien martin,littoral,interview,mandor

Tu manies à la perfection l’humour noir. Là, j’espère que tu es d’accord.

Oui. Autant rire des choses dures et tragiques. C’est de famille, ça. Cela doit venir de mes origines slaves.

Dans « J’aime pas », tu dis : « non, je n’aime pas mon histoire, je ne sais plus où m’assoir ».

C’est le cas de plein de gens. C’est difficile de trouver sa place, dans la relation avec ses amis, ses parents, ses enfants, son amoureux ou son amoureuse.

Clip de "Le phare".

Tu parles de toi, pour mieux parler des autres ?

J’espère. Je n’ai pas une vie exceptionnelle, j’ai une vie comme tout le monde. En allant au plus profond de moi, j’espère toucher les gens de manière universelle. Je crois que les gens, quand ils sont tristes, les chansons tristes leur font du bien. Ils se disent : « Ça va, je ne suis pas tout seul. C’est cool. »

Justement, quand tu écris une chanson, penses-tu aux gens qui vont l’écouter ?

Ce serait l’idéal. Mais se demander si une chanson peut devenir universelle, se demander comment faire pour que sa chanson touche tout le monde, c’est le meilleur moyen pour qu’elle ne touche personne. Cela dit, je n’ai pas de tubes ou de chansons immortelles à mon actif, je me sens donc mal placé pour donner des conseils ou ériger des règles.

fabien martin,littoral,interview,mandor

Tu dis que tu fais de la « variété mal rasée ».

C’est une musique et des textes qui se veulent accessibles et populaires si possible, mais avec des déstructurations, des éléments inattendus  ou des choses qui ne tournent pas forcément rond. Je fais comme ça et je ne sais pas faire autrement. Mon centre d’intérêt reste la mélodie et ça depuis mon premier album. J’aime quand mes chansons restent dans la tête des gens.

Cela faisait six ans que tu n’avais pas sorti de disque. As-tu l’impression d’avoir évolué depuis ?

En fait, je n’ai jamais arrêté d’écrire et de composer. Juste, je ne faisais rien écouter. Je n’étais pas forcément content du résultat. Entre le deuxième album et l’EP qui vient de sortir, tu as loupé l’évolution progressive.

Dans les textes, par exemple, il me semble que tu es plus dans l’économie des mots.

Tu as raison. Je deviens moins bavard, je synthétise un peu plus les choses.

Clip de "Pas une mouche".

Es-tu un solitaire dans la création ?

Pour l’écriture oui, mais pour la musique, de moins en moins. Il y aura irrémédiablement un moment où je vais vouloir partager. Le moment n’est jamais immédiat. Il faut que cela murisse.

Comment vis-tu la période de ton retour ?

Je suis content, mais je ne suis pas particulièrement rassuré. Je crois beaucoup en ces titres-là que j’ai créés il y a un an et demi. Je trouve que tous les morceaux tiennent la route. Certains titres passent en radio et les critiques semblent, pour le moment, positives. Pour un indépendant comme moi, ça fait chaud au cœur.

Pourquoi sortir un EP au lieu d’un album ?

Avec un EP, on peut très bien raconter une histoire. C’est un vrai support aujourd’hui. Six titres c’est bien, pour des gens qui écoutent ça dans leur voiture ou chez eux. Se taper quarante-cinq minutes d’un même chanteur, je ne sais pas si c’est encore ce qu’on a envie de faire. En vingt minutes, comme un court métrage, on peut bâtir une histoire, un état du lieu de l’histoire. C’est fini l’album de douze titres tous les deux ans. Il faut arrêter avec ça.

fabien martin,littoral,interview,mandor

08 juin 2014

Stéphanie Hochet : interview pour Eloge du chat

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Toulouse, le chat de l'auteure Carole Zalberg. Le livre est dédié à ce regretté matou.

J’ai déjà dit par deux fois, ici, tout le bien que je pensais de l’œuvre de Stéphanie Hochet. Jestéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor l’ai reçu pour Les éphémérides et pour Sang d’encre. Je ne vais donc pas répéter qu’elle est l’une des plus brillantes, insolentes et incisives plume de la littérature française.

Stéphanie Hochet revient avec un essai, un éloge sans concession sur les chats. J’ai commencé ce livre avec appréhension tant l’intérêt du sujet ne me sautait pas aux yeux. Et puis, je me suis fait piéger. Une nouvelle fois. Happé par le style, le ton et le propos. Elle a réussi à me fasciner sur ce petit animal que j’ai toujours su éviter tant je suis allergique à lui. Un exploit !

Le 24 avril dernier Stéphanie Hochet est venue une nouvelle fois à l’agence pour évoquer cet essai superbement écrit et passionnant.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorMot de l’éditeur :

Stéphanie Hochet quitte exceptionnellement le genre du roman pour nous raconter, dans un essai tout littéraire, comment le chat, animal jugé cruel, sournois et hautain est devenu l’un de nos préférés. Véritable dieu pour les Égyptiens, qui lui donnèrent les traits de la déesse de la virginité, Bastet, aussi dangereuse que protectrice, le chat a vu son image évoluer au fil des siècles. En particulier en Occident, où il est passé du statut d’ami des sorcières, banni de la société, à l’utile chasseur de souris, pour finir en potentat domestique, adulé et sublimé dans de nombreuses œuvres d’art. Animal flexible, qui a compris que la souplesse et la ruse étaient plus efficaces que la force, le chat a une position unique : mi-sauvage, mi-domestique, il profite autant de sa liberté naturelle que du confort de nos habitations modernes… À la fois indépendantet séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal,tout comme le rapport que nous entretenonsavec lui. Ne symbolise-t-il pas autant la sensualitéque la mort – Éros et Thanatos –, suscitant ainsiun comportement toujours excessif, que ce soitl’opprobre ou l’idolâtrie ?

Mot de l’auteure : stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

« Je voudrais vous parler d’un personnage omniprésent dans la littérature. Un personnage discret et remarquable, connu de tous et mystérieux; arriviste peut-être, il sait aussi séduire et fasciner. Le chat est ce personnage aux formes multiples, infiniment flexible.

Comment se douter qu’un être si petit, si familier, avait investi les listes des dramatis personae?

Son animalité, les masques variés avec lesquels il se déplace dans les œuvres ne le rendent pas moins prépondérant dans les romans que dans la poésie ou le cinéma.

Prépondérant, mais si délicat à cerner qu’il me fallait en faire un livre. Je n’étais pas au bout de mes découvertes. Se pouvait-il, pour paraphraser Rilke, que je prétendisse connaître les chats avant d’avoir écrit sur eux ?  »

L’auteure :

Stéphanie Hochet est née en 1975. Elle est l’auteure de neuf romans, dont Combat de l’amour et de la faim (Fayard, Prix Lilas 2009), La Distribution des lumières (Flammarion, Prix Thyde Monnier de la SGDL 2010) et Sang d’encre (Editions des Busclats, 2013). Éloge du chat est son premier essai.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorInterview :

L’éloge du chat est ton premier essai. Pourquoi t’es-tu lancée dans cette aventure littéraire ?

Je suis une exploratrice. J’aime découvrir des domaines variés en littérature et "prendre des risques". Prendre des risques littéraires, c’est envisager différentes formes de romans, mais également partir vers des genres qui ne sont plus le roman. Par ailleurs, l’éloge est un genre littéraire qui remonte à l’antiquité, avec ses codes et ses exemples prestigieux (je pense à Lucien de Samosate ou Erasme) c'est un exercice d'admiration exigeant, particulier. On essaie d'être à la hauteur...

Il ne faut pas confondre éloge et hagiographie, si j’en juge ton essai.

Tu as raison. D’entrée de jeu, dans l’avant-propos, j’ai récapitulé un ensemble d’à priori plutôt négatif, en tout cas, une somme de clichés sur le chat, de manière à développer peu à peu les qualités de cet animal. Je ne voulais pas aboutir à une hagiographie, mais je souhaitais que l’on parte de tous ces lieux communs pour arriver vers une démonstration de sa divinité, ce qui n’est déjà pas mal (rires).

On n’écrit pas de la même façon un roman et un essai. Est-ce que ça a été compliqué pour toi de trouver le bon ton ?

En amont, il faut beaucoup travailler quand on commence un essai littéraire. J’ai lu et relu une somme considérable d’ouvrages, notamment des romans où il était question des chats. Le ton est venu naturellement parce que c’est le mien et c’est aussi ce que le chat m’inspire. J’ai bien cerné que le chat était l’animal que l’on avait mille fois décrit et je ne voulais pas du tout en faire quelque chose de mièvre. Je voulais lui rendre sa magnificence. Je souhaitais aussi que mon écriture soit joueuse, comme peut l’être un chat. Je n’ai pas eu à me forcer parce que mon style est déjà comme ça, un peu ironique…

Le chat te ressemble ?

De plus en plus de gens me disent que je ressemble aux chats.

A la fois indépendant et séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal… tu es stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorcomme ça ?

Quand tu me dis tout ça, je me reconnais pas mal. L’indépendance, par exemple, ça me concerne totalement. Je ne supporte pas d’être agrippée à quelque chose ou à quelqu’un ou que l’on m’enferme, même de façon métaphorique. La meilleure façon de me faire fuir, c’est de vouloir m’enfermer. Après, je ne me crois pas cruelle, sauf peut-être dans mon écriture.

Le chat aime le confort que lui offre sa vie près de l’humain, mais reste jaloux de sa liberté. Ça peut expliquer que cet animal nous fascine ?

Le chat est une projection de notre idéal. Les auteurs ont beaucoup parlé du chat, car il est une métaphore de l’artiste : indépendant, mystérieux, énigmatique. On ne refrène pas la liberté d’un chat et, en même temps, il reste un animal lié à nous. Il a besoin d’amour, d’affection et de choses matérielles, comme la nourriture et un certain confort.

Le poète TS Eliot, Maupassant, l’écrivain japonais Natsume Sôseki (et son livre Je suis un chat), Le Chat botté de Charles Perrault, Balzac dans les Peines de cœur d’une chatte anglaise, Baudelaire, Colette, Marcel Aymé et Les Contes du chat perché, Pascal Quignard, Amélie Nothomb dans Le Fait du prince et bien d’autres auteurs font la part belle aux chats. Sais-tu pourquoi ?

Parce qu’ils se reconnaissent en lui, j’imagine. L’image du chat a beaucoup hanté la littérature et cela depuis longtemps. Ce qui est intéressant à savoir, c’est que le chat est arrivé dans le pays qui a inventé l’écriture, l’Égypte. Au moment où on invente l’écriture, le chat apparait. Ce n’est pas un hasard, je pense. C’est mystérieux, en tout cas. Le chat a traversé la littérature comme aucun autre animal.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorIl y a eu beaucoup de livres sur les chats. En quoi ton essai apporte-t-il quelque chose de nouveau sur la question ?

Il y a eu beaucoup de livres sur les chats, certes, mais ce sont des livres sur « Comment nourrir son chaton », sur une expérience personnelle avec son chat, mais je n’ai jamais lu d’essai sur ce sujet. Mon livre, j’ai voulu que ce soit un exercice de plaisir littéraire, que ce soit même une jubilation littéraire pour les lecteurs, ainsi qu’une rencontre avec la littérature et les grands écrivains. (Amusée). Il n’en reste pas moins que la démonstration que le chat est Dieu, il n’y a que moi qui l’aie faite.

Est-ce qu’en écrivant cet essai tu as plus souffert que quand tu écris tes romans ?

Ce n’est pas une question de souffrance. Ce n’est juste pas le même exercice. C’est comme comparer la course de fond et le sprint. C’est simplement beaucoup de travail. D’ailleurs, le terme de travail, je l’utilise beaucoup moins quand j’écris un roman. Moi qui milite pour la professionnalisation du métier d’écrivain, pour autant, il y a une étrangeté à appeler ça « travail ». Il y a une telle liberté, de telles possibilités, un tel rapport à soi et une telle immersion en soi-même que ce terme me parait bien étrange… ça vaut pour tous les métiers artistiques, je crois. Je trouve que le terme travail est beaucoup plus justifié pour l’essai. Je m’appuie sur des textes, c’est une autre forme de rigueur. Pour répondre à ta question précisément, je n’ai pas souffert, car  le sujet est jubilatoire et me convenait parfaitement.

Avais-tu une fascination toi-même pour cet animal ?

J’ai toujours vécu avec des chats. Il y a sept ans, mon chat absolu est mort. Je n’ai pas pu le remplacer, donc aujourd’hui, je n’en ai plus. J’ai de l’admiration pour les chats. Ce que j’aime chez eux, c’est qu’ils nous mettent face à nos frustrations, un peu comme les autres êtres humains. J’ai toujours été une pessimiste, j’ai l’impression que l’autre être humain nous met face à nos frustrations. Chez moi, les moments de complétude avec l’autre sont rares. Le chat n’accepte pas tout de suite la caresse, c’est lui qui décide. Il y a un moment de séduction entre lui et toi. C’est comme une espèce de dialogue amoureux. Parfois, il refuse. Il te dit non. Il s’agace. Il te donne un coup de griffe. Je ne suis pas gâteuse du chat, je le respecte vraiment. C’est un animal exceptionnel.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Après l'interview, le 24 avril 2014.

02 juin 2014

Laurent Balandras : interview pour L'intégrale Nougaro-l'histoire de toutes ses chansons

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Claude Nougaro nous a quittés le 4 mars 2004, il y a dix ans (et à l'occasion de l'anniversaire de sa disparition, j'ai publié une chronique sur ma rencontre avec lui).

Le Toulousain fut un auteur et chanteur pétri de jazz, amoureux des jazzmen et doté d’une mise en place rythmique naturelle qui fit le bonheur de ses accompagnateurs. Il nous laisse tout d’abord la richesse de ses textes qui font aujourd’hui partie de notre patrimoine. De multiples ouvrages et coffrets paraissent pour fêter l'anniversaire de sa disparition, mais l’un d’eux a particulièrement retenu mon attention, celui de Laurent Balandras, L’intégrale Nougaro – l’histoire de toutes ses chansons. L’auteur nous y révèle les coulisses de ces chansons dans lesquelles la force poétique demeure.

Le 25 février dernier, Laurent Balandras est donc passé à l'agence pour répondre à quelques questions...

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorL’argumentaire du livre :

Le plus célèbre des poètes et artistes toulousains, Claude Nougaro, méritait bien une Intégrale à l'occasion des 10 ans de sa disparition. Grand amateur de jazz, de musique latine et africaine, jouant des mots avec la langue française, il s'est appliqué tout au long de sa carrière dans un insolite mariage des genres, à unir chanson française et rythmes.
Laurent Balandras révèle ici la grande et la petite histoire de 400 chansons, avec une érudition étonnante qui fait de ce livre une somme inégalable, recouvrant plus de 40 ans de carrière. Des chansons d'une richesse inépuisable, car Nougaro avait l'habitude d'y livrer beaucoup de lui-même, révélant son intimité au plus près.
Une intégrale passionnante, pour commémorer la disparition d'un géant de la chanson.

L’auteur :

Prix Coup de Cœur de l'Académie Charles Cros 2006 pour les livres, Les manuscrits de Serge Gainsbourg et Les manuscrits de Claude Nougaro.
En 1990 il est le plus jeune candidat reçu au concours de Radio France et devient animateur à Radio France Isère.
De 1996 à 1999 il est en charge de la programmation musicale de la salle du Sentier des Halles.
De 1999 à 2006, il devient directeur artistique d’Universal Music, spécialiste de la chanson française.
En 2004, il fonde avec Baptiste Vignol, le Salon du livre et de la chanson de Randan (Puy-de-Dôme).
En 2007, il monte sa propre société Balandras Editions et s'occupe, entre autres, d'artistes comme Olivia Ruiz, Emma Daumas, Caroline Loeb, les Ogres de Barback, Marie Nimier, les Weeepers Circus...
Il crée également la collection Musik chez Textuel et publie les livres de Zazie, Juliette, Arthur H, Lhasa, Olivia Ruiz…etc.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorInterview :

Tu as déjà écrit sur Claude Nougaro. Qu’apporte ce nouveau livre sur lui ?

Jusqu’à présent, je m’étais plongé dans son processus de création au travers de ses manuscrits et de la publication des textes. Pour celui-ci, l’idée était d’éclairer l’œuvre en essayant de resituer et recontextualiser chaque chanson. J’explique de manière ludique pourquoi telle ou telle chanson a été créée ? De quoi parle-t-elle réellement ? Quel est le lien par rapport à l’ensemble de son œuvre ? Chez Nougaro, il y a deux parties : celle où il est auteur pour d’autres artistes et celle où il est auteur pour lui.

Tu racontes les histoires de près de 400 chansons. C’est une somme d’informations considérable à recueillir, donc une enquête longue et compliquée, non ?

C’est un travail qui n’est jamais fini. Je l’ai commencé il y a dix ans en bossant sur ses manuscrits. Je me suis rendu compte de comment pouvait évoluer un texte entre l’idée et sa fixation. J’ai aussi écouté beaucoup d’interviews dans lesquelles il raconte son processus créatif. Enfin, j’ai interrogé les gens avec ou pour lesquels il a travaillé. Comme tu le dis, c’est vraiment une enquête longue et minutieuse.

Nougaro faisait du jazz, de la musique latine, africaine aussi… quel était le Nougaro que tu préférais ?

Ça dépend des moments. Il y a un Nougaro très sombre, voire complètement noir, qui allait vraiment chercher en lui ses tourments, et celui-là, je l’adore. Il y a aussi un Nougaro plus lumineux qui ne me déplait pas non plus. Mais chez lui, ce n’est pas parce qu’il y a du rythme et que c’est lumineux que les textes sont forcément plus joyeux. Dans son œuvre, il y a des thèmes récurrents qui sont le temps qui passe, le manque de confiance en soi et ses tourments vis-à-vis des femmes. Souvent, il mettait en musique et il tournait en dérision ses complexes et ses problèmes psychologiques.

Peut-on dire que la musique lui a servi de psychothérapie ?laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Oui, sûrement. C’est clair qu’il faisait une véritable introspection. Il y a une partie où il essaie d’être à la hauteur des poètes du 19e siècle qu’il affectionne particulièrement. À cette époque, ses textes étaient plutôt neutres, peu personnels en tout cas. Il a mis une dizaine d’années à trouver son style, mais dès qu’il a commencé à puiser en lui tous ses troubles obsessionnels, il a fini par livrer une œuvre dans laquelle il ne s’épargne rien. C’est amusant parce que tout ce qui faisait sa particularité est devenu universel.

Mais le personnage public était très pudique, non ?

Oui, c’est cela qui est paradoxal, parce que l’auteur était d’une impudeur hallucinante. Toutes ses chansons font réellement écho à ses états d’âme ou à des moments de vies très privées.

Pourquoi avoir passé beaucoup de temps de ta vie à parler de quelqu’un comme Nougaro  et à mettre en avant sa vie et son œuvre ?

Quand on plonge dans l’œuvre de quelqu’un, c’est que ça fait écho en soi, forcément. Quelque part, toute proportion gardée, je me retrouve dans ce gamin complètement déscolarisé qui est sauvé par la musique et par les mots. Évoquer Nougaro a un sens aujourd’hui, parce que nous sommes face à une génération de gamins que l’on dit déphasés par rapport à la lecture et à l’écriture. Je me dis que le fait d’avoir des exemples comme Nougaro, de quelqu’un qui va s’en sortir parce qu’il est curieux et qu’il a le goût des mots, c’est important. Il est un véhicule d’espoir.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorOn a fêté les 10 ans de sa disparition il y a quelques semaines. Est-ce qu’il manque à la chanson française et est-ce qu’il te manque ?

Moi, j’ai l’impression de vivre avec. Il est toujours présent. Les gens que j’aime et que j’admire, écrivains, chanteurs, auteurs, je vis avec eux. Quant à manquer à la chanson française, certainement. Mais il a ouvert la voie à beaucoup d’artistes. Il y a toute une génération d’artistes qui peut écrire en français sur du rythme, ce qui n‘existait pas avant Gainsbourg et Nougaro. Ils ont vraiment ouvert cette brèche-là.

Qui sont pour toi les Nougaro d’aujourd’hui ?

Des gens qui jouent avec le son, le rythme et la langue française, il y en a beaucoup aujourd’hui. Ça peut aller de Stromae à Camille en passant même par Mylène Farmer. Ça peut choquer que je dise cela, mais c’est une artiste qui jette ses états d’âme sur du rythme. Dans la toute jeune génération, quand je vois des gamins comme Bigflo et Oli, avec leur espèce de rythme afro urbain et un vrai souci de l’écriture et de la poésie, je ne peux m’empêcher de penser que ce sont des enfants de Nougaro.

Tu as toujours été un vrai découvreur de talents. Au départ dans des grandes maisons de disque et aujourd’hui pour ta propre société de production. Pourquoi as-tu monté en 2007, Balandras Editions ?

À la base, ce n’était pas du tout volontaire. Quand j’ai quitté Universal en 2005 pour écrire des livres, il se trouve qu’un an après mon départ, les artistes avec lesquels je travaillais m’ont appelé pour me demander de monter ma structure. Je l’ai fait parce que j’avais envie de continuer à travailler avec eux.

Tu fais quoi dans cette société de production?

Je développe deux parties qui sont à la fois l’accompagnement de jeunes talents, mais aussi beaucoup la défense du répertoire. Je travaille avec les familles de Mouloudji, de Bécaud, avec Les Ogres de Barback aussi. J’essaie d’avancer sur des répertoires qui existent et qui ont besoin d’être développés davantage.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Avec Laurent Balandras, le 25 février 2014, à l'issue de l'interview, nous décidons de faire une partie d'un jeu vidéo (et nous sommes sacrément crédibles!)

01 juin 2014

David Carreira : interview pour son début de carrière en France

david carreira,interview

Il y a quelques mois, j’ai rencontré un jeune artiste, superstar au Portugal. La maison de disque française de l’artiste (Warner) m’a incité à le rencontrer en me disant qu’elle misait beaucoup sur lui. Curieux, je suis allé voir sur Internet de qui il s’agissait. Effectivement, David Carreira semblait mettre le public (pas mal féminin, d’ailleurs) en transe, dans son pays. Affirmer que ce qu’il joue et chante est ma tasse de thé serait prendre les habitués de ce blog pour des pignoufes. Il n’en reste pas moins que je m’évertue à ne pas porter d’œillères et à m’intéresser aussi, parfois (mais à dose homéopathique), à des artistes calibrés pour des gens plus jeunes que moi aux goûts peu similaires aux miens. Ici, j’ai déjà ouvert la porte à Tal, Keen V, M Pokora et autres Maître Gims et je n’en suis pas mort.

David Carreira m’a donc reçu dans un grand hôtel parisien. Un jeune artiste souriant, simple, chaleureux, voire drôle parfois (juste un peu trop beau) avec lequel il a été très agréable de converser…

Biographie officielle (Copyright 2014 Music Story François Alvarez) :david carreira,interview

David Carreira est né le 30 juillet 1991 à Dourdan. Il est le fils du chanteur Tony Carreira et le frère de Mickael Carreira, lui aussi artiste. David Carreira se dirige d'abord vers le football et joue dans les catégories de jeunes du Sporting Clube du Portugal. Une blessure lui ferme définitivement la porte du football en 2002. David Carreira s'essaye ensuite avec succès au mannequinat en 2008.

Finalement, le virus familial de la musique le rattrape et David Carreira fait sensation au Portugal en 2011 avec l'album N. 1. Son style actuel de pop Latino mâtinée de dance et de R&B remporte les suffrages et le propulse à la première place des ventes locales avec comme tube le single « Esta noite » avec J-Mi Sissoko. Pour David Carreira, les frontières du Portugal sont bien étriquées et il démontre sa volonté d'internationalisation en invitant Snoop Dogg sur A Força Está em Nós en novembre 2013. Le succès est à nouveau important avec une deuxième place au top lusitanien. C'est avec le rappeur français Dry que David Carreira fait équipe en décembre 2013 pour son premier tube en France avec la chanson « Obrigado la famille ». Il vient de sortir un nouveau titre/clip, « Boom ».

david carreira,interview

david carreira,interviewInterview :

Tu es né à Dourdan, en France et tu es resté quelques années ici jusqu’à l’âge de 10 ans. Pourquoi es-tu reparti dans ton pays ensuite

On est reparti au Portugal à cette époque parce que mon père a commencé à avoir beaucoup de succès là-bas. Au départ, il a commencé à chanter ici, pour les petites communautés portugaises en France, puis l’un de ses titres a fait un carton au Portugal. Les gens voulaient le voir sur place. Il a décidé de revenir dans son pays avec toute sa famille.

Et le fait de revenir en France de temps en temps, ça te fait du bien ?

C’est un peu comme revenir aux origines. Je reviens en France pour produire mes albums portugais. Je suis très attiré par la culture musicale française. Le rap français, la variété et la pop française me touchent beaucoup. J’ai produit le premier album en France avec Tefa.

Mais c’est quoi ta culture de base ?

Je suis très pop française et très rap comme Mc Solaar, Doc Gynéco, Mafia K’1 fry.

Tu me cites des gens qui sont balèzes au niveau de l’écriture. Tu écris toi-même ?

Je suis toujours très actif dans le choix de ce dont je veux parler. Sur mon premier album portugais, j’ai écrit un petit peu, sur le deuxième, beaucoup plus, et sur celui qui va sortir en français, j’essaie d’être présent sur l’écriture de presque tous les titres. Tunisiano m’a donné un sacré coup de main.

Ton premier album portugais est sorti en 2011 et il a bien marché.

J’ai été surpris, car, à la base, je ne voulais pas être chanteur. Je souhaitais devenir comédien. J’ai d’ailleurs tourné dans deux séries au Portugal. Dans la première, il fallait que je chante aussi. J’ai commencé à aimer la musique et à écrire quelques petites chansons grâce à cette aventure télévisuelle. J’étais dans un état d’esprit d’amusement, donc je n’étais pas prêt à tout ce qu’il s’est passé musicalement pour moi. Tout est allé si vite…

Le deuxième album portugais, sorti l’année dernière, avec les participations de Snoop Dogg, Boss AC, Anselmo Ralph, Diana Chaves et la chanteuse française Léa Castel, s’est bien vendu aussi. Snoop Dogg, mazette !

Oui, c’était comme un rêve de môme. Le premier album que j’ai acheté dans ma vie était un album à lui. J’aime bien tout ce qui est symbolique.

A Força Está em Nós (feat. Snoop Dogg)

Sur ton album français, il y aura des featuring internationaux et d’artistes d’ici.

Quand je fais un featuring, c’est principalement pour le plaisir. Dans mon disque français, il y en aura avec des gens très peu connus, mais dont j’aime la sensibilité artistique, dont j’apprécie le travail et qui me permettent d’évoluer. Les featurings, c’est aussi l’idée de partager. Je mets beaucoup de gens dans mon album, des producteurs et des compositeurs, alors que je pourrais plus ou moins tout faire. Je pense qu’en travaillant avec beaucoup de monde, on enrichit ses chansons. J’aime m’entourer de talents et partager nos savoir-faire.

Le marché du disque portugais et le français sont deux marchés complètement différents. Pourquoi aimes-tu passer de l’un à l’autre ?

Parce que je ne fais pas la même chose. Au Portugal, je suis plus hip-hop, funk, soul. Ici, je me lance dans quelque chose de plus punchy, urbain, mais aussi un peu variété. Dans les deux cas, c’est de la pop urbaine, mais vue sous deux angles différents.

Passer du Portugal à la France en permanence, tu le vis comment ?

C’est deux fois plus de travail, mais c’est aussi deux fois plus de fun.

Nouveau clip portugais : ABC (featuring BOSS AC)

L’idée de faire carrière en France te taraudait ?

Oui, mais je ne pensais pas que cela pouvait arriver. Cette aventure dans la musique est récente. Je ne chante que depuis quatre ans. Je tiens à te préciser que je ne vois pas la musique du côté commercial. Je ne veux pas spécialement faire ce que les gens veulent écouter à tout prix. Je veux faire ce que j’aime et peut-être qu’il y aura des gens qui vont apprécier le fruit de mon travail.

Tu ne fais pas de la variété pure, bien que tu aimes beaucoup ce style.

J’aime les Obispo, Goldman et Dion, par exemple, mais je ne fais pas ce genre-là. Peut-être que ma musique est légèrement imprégnée aussi de variété, parce que j’écoute un peu de tout et que j’essaie d’aller chercher dans chaque genre ce qui me plait. Ça devient mon style, mon univers.

Le nouveau clip français de David Carreira, "Boom".

Écrire de beaux textes sur de la musique pop urbaine en France, peu d’artistes y parviennent, je trouve. Relèves-tu le défi ?

Je vais essayer de changer ça alors. Pour moi, la musique pop urbaine doit avoir aussi de beaux textes. Depuis tout petit, je suis très rap littéraire. Je reviens à MC Solaar et Doc Gynéco. Ces gens-là écrivaient de vrais et magnifiques textes. À mon humble avis, je pense que, petit à petit, dans la musique urbaine en France, on avait perdu l’importance du texte. Mais, je trouve aussi que c’est en train de revenir. Dans ce pays, plus que n’importe où, les gens sont très attachés au propos et aux textes et je trouve ça bien. Je t’assure que je fais très attention aux textes. Je lance un appel… Un de mes souhaits serait de faire un duo avec MC Solaar.

david carreira,interviewParlons de ta famille. Outre ton père Tony, super star portugaise,  il y a aussi ton frère Mickaël qui chante et qui est également très populaire.  Ce sont eux qui t’ont donné envie de chanter ?

Non, je t’assure que ce n’est pas ma famille. Par esprit de contradiction, j’ai toujours voulu me démarquer et faire autre chose. Je voulais être joueur de foot. J’ai été en formation dans un club portugais de première division, le Sporting Clube de Portugal, le club où Cristiano Ronaldo a commencé. Bon, j’ai arrêté parce que je me suis blessé et, il faut être honnête, je ne jouais pas assez bien. Du coup, je suis devenu comédien dans des séries portugaises. Et grâce à l’une d’elles qui se passait dans le milieu de la musique, je me suis laissé prendre au jeu.

Mais, je reviens sur les membres de ta famille qui chantent. Malgré tout, tu as vécu dans cet environnement musical intense, ça t’a forcément influencé.

Oui, peut-être…

Il y a de la concurrence aujourd’hui entre ton père et ses deux fils ?

Oui, mais cette concurrence nous amuse.  On en rigole. Il est fréquent que lorsqu’un de nous sort un nouveau disque, il détrône l’autre. On est tous numéro un à chaque fois. On a tous les trois des styles différents, mais on se donne nos opinions entre nous et on essaie de s’aider. Il y a beaucoup de solidarité.

david carreira,interview

(Pendant l'entretien. Photo prise par l'attaché de presse.)

Vous retrouvez-vous parfois tous les trois dans le top portugais ?

Oui, c’est déjà arrivé. C’est un cas unique, je crois, même dans le monde. Trois membres de la même famille qui cartonnent musicalement dans leur pays en faisant, en plus, une musique différente.

Ton père est-il fier de toi ?

J’espère. Enfin, oui, parce qu’il me le dit. Moi, je suis plus timide pour dire ce que je pense à ceux que j’aime. Il attend avec impatience l’album français.

Tu as 22 ans, tu vis ta popularité de manière très classe, je trouve. Comment fait-on pour ne pas péter un câble ?

Il faut être bien entouré. Et ma famille m’a appris à rester humble et lucide sur ce métier. Je sais ce qu’il faut faire et ne pas faire. Rien ne dure toujours… pour le moment, je travaille et je m’amuse, c’est aussi simple que cela.

david carreira,interview

Après l'interview, le 5 décembre 2013.

30 mai 2014

Marcel et son Orchestre : pourquoi le groupe s'arrête!

1011012_10151634525282114_933086970_n.jpg

Marcel et son Orchestre mêle un punk rock aux mélodies entrainantes. Alliant des chansons revendicatives, des chansons à textes festifs, voire des chansons politiques, leur volonté artistique s'exprime dans le triptyque « danse, déconne et dénonce ». Pendant plus de 20 ans, sans se soucier des modes, des codes et des façons, Marcel a trimballé son mauvais esprit, ses riffs et ses refrains convulsifs sur toutes les scènes, de la plus modeste à la plus prestigieuse.

Le groupe emblématique du Nord-Pas-de-Calais, originaire de Boulogne-sur-Mer, a décidé récemment de raccrocher les micros et les instruments.
Les Marcel, ambassadeurs de leur région, restent l'un des groupes les plus populaires de la région.

Franck Vandecasteele, dit Mouloud, le chanteur du groupe est passé à l’agence le 17 février dernier pour m’expliquer, notamment, pourquoi le groupe arrêtait sa carrière en pleine gloire.

MARCEL-ET-SON-ORCHESTRE.jpg

 marcelqmq.jpgInterview :

Doit-on croire à la fin de vie de Marcel et son orchestre ?

La fin de vie est un complot international, ça n’existe pas (rires). Sérieusement, nous nous sommes toujours dit que le jour où on allait se fatiguer, où on allait sentir une lassitude, on arrêterait sans regret. On ne se doit rien, il n’y a aucune obligation. Nous n’étions pas liés contractuellement avec une maison de disque, on ne devait pas d’album à personne, bref, nous avions l’absolue liberté de nous arrêter quand nous le souhaitions.

Il y a peu de groupes français qui ont perduré pendant 20 ans.

Magma ou Ange ont fait davantage, mais pas avec le même line-up. Quand tu regardes Marcel et son orchestre, tu as cinq des sept membres qui ont enregistré tous les albums.

Au niveau des chanteurs, ça a un peu bougé, non ?

Oui, parce que je ne voulais pas être chant lead. On était en binôme devant, j’aimais beaucoup ça et puis un jour, on est revenu à la formule moi en « front ». Si je résume un peu, sur les trois premiers disques, on est deux à chanter, sur les 4 derniers, c’est moi seul.

Le chanteur d’un groupe est toujours considéré comme le leader. Est-ce que cela t’a gêné ?

On en jouait un peu. On disait toujours que Marcel et son Orchestre n’avait pas de leader, mais un Lidl… un leader pas cher (rires). Mais, on a toujours été un collectif, on partageait vraiment les tâches et chacun avait une place aussi importante que celle des autres.

Cela dit, ce ne doit pas être toujours simple…

Justement, c’est ce qui peut précipiter la fin d’un groupe. Dans le milieu artistique, on a tous un certain ego et l’idée de consensus est compliquée. Je pense qu’on a arrêté aussi parce qu’on a remarqué qu’on était plus d’accord. On avait envie de dire la même chose, mais on n’avait plus envie de le dire de la même façon. On y mettait plus le même enthousiasme. Je pense aussi qu’on se connaissait trop. Nous commencions à devenir prévisibles. Pour se protéger, pour ne pas gâcher cette belle histoire, je pense qu’il fallait y mettre un terme.

Teaser du double CD DVD, C'est ma dernière surprise party!!!

Tu regardes souvent le passé ?

Avec Marcel et son Orchestre, on n’a jamais regardé dans le rétroviseur. On a mené cette aventure un peu à la va comme ça vient. Quand on se rappelle qu’on a fait sept albums en vingt ans, deux fois la scène principale des Francos, 3 fois celle des Solidays, 2 fois celles des Vieilles Charrues et que certaines tournées étaient sold out, on se dit que c’était pas mal à vivre. Sauf qu’on a vécu tout ça dans l’instant. On ne s’est jamais posé de questions. Il y a faire et faire savoir… nous, ce qui nous plaisait, c’était de faire et partager.

J’ai l’impression que vous n’aviez rien à faire du star-system. Je me trompe ?

Disons que nous nous sommes construits autour d’une carrière qui nous semblait plus pertinente que le punk rock ou le rock’n’roll.

À Boulogne-sur-Mer, Fabrice et toi, les deux créateurs du groupe, vous avez grandi dans la maison des jeunes de votre quartier.

Je pense que c’est ce qui nous a sauvé la vie. Honnêtement, je suis passé des Rubettes et de Michel Sardou aux textes d’Henri Tachan, de Pierre Vassiliu, de Jean-Roger Caussimon et de Font et Val. Ce sont nos éducateurs qui nous ont fait découvrir tout ça. Leurs textes étaient des textes de rebelles. On s’est dit : « les voilà nos modèles ! »

Tu cites Font et Val qui disaient : « Quand on voit la gueule de la réussite, ça nous donne envie d’échouer. »

Ça nous a fait réfléchir. Quand on a décidé de monter un groupe, on a fait le contraire de ce qu’il fallait faire. On a pris le nom le plus baltringue et handicapant possible. On voulait voir jusqu’ou on pouvait pousser ce handicap dans ce monde du paraître et de la frime. C’est une attitude assez punk au départ, mais nous on ne calculait rien.

Marcel et son Orchestre avec Skip The Use et Mamatth (La Familya) dans "Body Building".

Marcel et son Orchestre a fabriqué son look en prenant le parfait contre-pied de la rock’n’roll attitude, en accumulant les fautes de goût avec une joie jamais dissimulée.

On a voulu voir si on pouvait être considérés comme de grands rockeurs en pantoufles, comme des rebelles en sandalettes… On a joué de ça. Ça nous amusait de travailler là-dessus. 

Tu penses que le public a compris ce que vous souhaitiez prouver ?

Oui, même si une partie du public nous a aussi pris pour des clowns, ce que nous étions aussi un peu, d’ailleurs. Dans notre région, le Pas-de-Calais, il y a une grande tradition de carnaval. Le carnaval, c’est le moment de l’année où tu peux mettre à mal les codes de bonne conduite. Tu vas rire de l’autorité, de l’institution, de la religion, des attitudes vestimentaires, aussi. C’est un exutoire. Je pense que les gens savaient, en venant nous voir, que l’on pouvait sortir du cadre, du rang et qu’on pouvait se libérer. C’était l'une des clés de notre succès.

Quand on a pour référence Caussimon ou Tachan, on n’a pas l’impression, avec un groupe tel que le tien, de faire le contraire de ce qu’on aime ?

On s’est questionné sur le fond et la forme. Fallait-il avoir une forme sérieuse pour dire des choses déconnantes ? Quand un clown veut montrer qu’il n’est pas con, doit-il prendre une forme académique ? Est-ce que pour faire intelligent, il faut faire chiant ?

Vous avez revendiqué le droit d’être multiple, en tout cas.

C’est exactement ça. Nous avons des chansons qui sont exutoires contre la bêtise avec des messages clairs, compulsifs, frontaux et d’autres, plus écrites,  jolies, soignées. Ces dernières sont prises comme des morceaux mous de Marcel et son Orchestre et non pas comme de belles chansons. Parfois, ça fait un peu chier.

franck vandecasteele,mouloud,marcel et son orchestre,interview,'est ma dernière surprise party!!Vous avez décidé d’arrêter le groupe après la sortie de votre précédent album, Tous les coups sont permis. Tout le monde était d’accord ?

Non, mais c’est de ma faute. J’ai été maladroit sur cette affaire. Je n’ai pas réussi la concertation. J’étais sur la création d’une pièce de théâtre, ensuite nous devions participer à une fête des indignations en soutien aux Roms. Un journaliste qui avait entendu dire que c’était la tournée d’adieu de Marcel m’a fait parler et comme j’avais un peu picolé, j’ai lâché l’affaire devant tout le monde, de manière informelle. Sauf que le lendemain, il a fait la une de La Voix du Nord avec ça. J’étais fou de rage et les copains me sont tombés dessus… et ils avaient raison. On avait émis cette décision, mais on ne l’avait pas acté.

Vous tous, vous avez réfléchi à l’après Marcel ?

Non, personne n’a anticipé, personne n’avait de meilleures opportunités. Nous sommes arrivés au bord de la falaise et nous nous sommes jetés dans l’inconnu. Je ne dis pas qu’on ne va pas se casser la gueule et qu’on ne va pas descendre plusieurs marches, mais en même temps, on aura été honnête jusqu’au bout. Marcel et son Orchestre n’aura jamais triché.

1921245_10152280730958674_1981055383_o.jpg

Pour « fêter » cette fin d’aventure musicale, il y a un double DVD+CD qui est sorti, C’est ma dernière surprise-party. Un best of en public.

C’est tiré de nos deux derniers concerts. On a composé pas loin de cent cinquante chansons et on a joué cinquante titres par soir. Quatre heures de concert à chaque fois. Un marathon hallucinant pour remercier tous les gens qui nous ont soutenus pendant toutes ces années et qui ont porté notre histoire. On l’a dit mille fois, mais c’est le public qui a fait l’histoire de Marcel.

Quand on décide de partir, on est vite regretté, même par des gens qui ne vous suivaient pas particulièrement, non ?

Lors de la dernière tournée, les gens savaient qu’on n’allait pas revenir sur notre décision.  C’est un groupe qui a donné sans compter, particulièrement généreux, intègre dans les combats et les attitudes. Tu ne peux pas lutter contre la société de consommation et être un homme-sandwich de ce système. Pour moi, c’est le point de rupture avec le rock’n’roll. Des mecs qui se disaient engagés, mais étaient habillés par une marque de fringues, je ne comprenais pas. Je voyais tellement de contradictions que je trouvais que notre projet prenait tout son sens. Ça nous permettait de rire de tout ça. Je crois que le rock’n’roll est une musique de droite. Le rock’n’roll, c’est extrêmement conservateur. Il y a les dix commandements du rockeur. Ne pas rire, les lunettes noires, l’attitude, les perfectos… etc. Il y a l’uniforme, tu ne joues pas des codes. On ne rigole pas beaucoup dans le rock’n’roll, on ne rigole pas de soi-même. Nous, on a débarqué en disant que tout ça, c’est du flan. On a donc été reçu comme un chien dans un jeu de quilles.

"Megafun" en live.

Vous avez été heureux pendant toutes ces années ?

Quoi qu’on ait dit de la scène du rock français, on a fait partie d’un mouvement qui a aussi conscientisé une partie des gamins. Moi, la chanson m’a conscientisé. Je dois à Renaud et Lavilliers de m’avoir expliqué ce qu’était l’Apartheid par exemple. Je dois à Pierre Perret de m’avoir éveillé à beaucoup de choses. Je me dis qu’avec cette scène-là, on a fait gueuler des slogans anti fascistes à des jeunes.

969694_578134842219712_1968893327_n.jpgParle-moi du projet Lenine Renaud.

Avec Cyril Delmote, le guitariste des VRP, on avait envie de travailler ensemble. On chante et joue tous les deux. Sur des airs de pas y toucher, nos chansons taillent de tendres ou féroces portraits, racontent la grande aventure du quotidien, la revanche des causes perdues, ricanent des marchands de certitudes, ou encore des fous de Dieu.

Tu ne veux pas sortir quelque chose sous ton vrai nom ?

Je n’y arrive pas. J’ai trop le sens du collectif.  

Et le sens du partage.

Je suis travailleur social de formation. J’ai le défaut de ce métier. J’ai besoin d’être un passeur. Quand je découvre quelque chose, une belle idée, une belle image,  j’ai besoin de faire circuler.

DSC08870.JPG

Avec Franck Vandecasteele, dit Mouloud, après l'interview, le 17 février 2014. 

27 mai 2014

Cantinero : interview pour la sortie de leur premier EP

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Un jour, j’ai reçu un single d’un groupe inconnu (de moi en tout cas), Cantinero, « La roue tourne ». La radio et la télé jouent ce premier titre régulièrement, mais je ne suis jamais chaud pour recevoir un artiste dont je n’ai écouté qu’un morceau. Comme j’ai beaucoup aimé ce titre, je me suis laissé influencer par leur attaché de presse, le redoutable Pierre-Henri Janiec (oui, j’aime citer les attachés de presse.) Leur premier album est prévu pour l’automne 2014, mais leur premier EP sort le 9 juin 2014.

Le 26 février dernier, Karim et Brice sont venus se présenter à l’agence.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton hommeBiographie officielle (un peu raccourcie) :

C'est dans la moiteur des salles de boxe et sur les champs de battle de la scène hip hop que Karim Ebel (chant, textes), a appris l'art de l'esquive et de la remise qui fait mouche.
Sa rencontre avec Brice Chandler (composition, guitares) va donner naissance à Cantinero.

L’histoire du groupe a débuté comme dans un bon Sergio Leone, sous un ciel sans nuage.
Les deux gringos ont longtemps chevauché, depuis leur base dans le désert de l’Est parisien, à la recherche d’une nouvelle frontière musicale où le folk, la country et le rock indé défient en duel la musique du Mexique.

Repéré et produit par David Salsedo (Silmarils, Superbus, Run Fast Records), et signé sur le label Jo &Co, Cantinero mélange poésie urbaine et ambiances cinématiques, où l'on traverse villes fantômes, western moderne, suivant le road trip d'un homme désabusé.

Le tout servi par une voix grave et chaude, reconnaissable entre mille, qui n'est pas sans rappeler la profondeur d'un Everlast et qui deviendra sans doute le signe distinctif de Cantinero dans les années à venir.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Interview :

Vous venez chacun d’un univers différent. Tu viens d’où Karim ?

Karim : J’ai fait du rap avant de connaître Brice, notamment dans un groupe qui s’appelle Neochrome. C’était un groupe du genre Les sages poètes de la rue. Ce n’était pas revendicatif, mais nous faisions très attention aux textes. Je suis allé vers le rap parce que c’était plus simple pour moi. À la base, je ne suis pas musicien.

Et toi, Brice?

Brice : Je viens du folk. Mais j’ai fait beaucoup de musique classique. Sur certains de nos titres, ça s’entend un tout petit peu.

L’idée de vous allier est venue comment ?

Brice : Nous avions des amis communs qui faisaient de la musique. À force de discuter « son » ensemble, on nous a conseillé de nous rencontrer, comme ça, tout à fait naturellement.

Karim : Nous nous sommes tout de suite bien entendus. On  s’est vu un an avant de travailler ensemble. On écoutait plein de musique ensemble.

Et un jour, vous avez décidé de monter un projet sérieux ?

Karim : C’est arrivé comme ça. On a fait une chanson, Sad Mariachi, un morceau assez épique avec des trompettes mexicaines. Et ça nous a donné envie d’aller plus loin.

Venir de deux univers différents permet des échanges fructueux ?

Brice : Oui, c’est très intéressant. Parfois, on fait aussi quelques concessions.

Karim : Brice prodigue de bons conseils. Quand je lui propose un texte, il me donne toujours son avis. J’écris l’intégralité des paroles, mais si Brice n’est pas d’accord, on ne le fait pas. Pareil pour la musique. Si je ne sens pas un truc, on l’arrête tout de suite.

Comment vous vivez ce projet ? J’ai l’impression que vous êtes zen…

Karim : C’est tout à fait ça. Enfin du stress, il nous arrive d’en avoir. Là, on est bien reçu, c’est pour ça que l’on te parait à l’aise.

Brice : On fait nos chansons et on essaie de se faire plaisir.

Clip officiel de "La roue tourne".

Votre premier single « La roue tourne » commence à bien fonctionner. On l’entend pas mal en radio et on voit le clip à la télé. Comment vit-on un début de carrière ?

Brice : Avec plein d’espoir. Nous sommes contents que notre musique arrive aux oreilles d’un plus large public.

Karim : C’est vrai que de s’entendre à la radio, c’est très bizarre.

Brice : J’imagine que ça l’est plus pour toi parce que c’est ta voix qu’on entend.

Le clip de « La roue tourne » à été conçu en Californie.

Karim : On a eu beaucoup de chance. Brice connaissait bien la région, moi, je l’ai découverte. Pour un premier clip, tourner dans le désert, c’était une sacrée chance.

Nous vous découvrons, mais quelle va être la suite de vos aventures ?

Brice : On veut jouer le plus possible. Ce n’est pas facile de trouver des dates. Nous n’avons pas encore de tourneur. On ne veut pas aller trop vite. Nous voulons faire des petites scènes pour débuter. Des endroits intimistes pour apprendre à sentir les gens. Nous ne sommes pas contre les premières parties d’artistes.

Nouveau single (sorti aujourd'hui), "Je suis ton homme".

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton hommeIl y a dans votre musique des influences « americana ».

Karim : Il y aura dans notre album, des titres à la Tom Waits, des morceaux un peu épiques à la Morricone. Il y a aura aussi un peu de rocks. On n’a pas de cahier des charges. Nous allons toujours là où l’inspiration nous porte.

Tes textes parleront de quoi Karim ?

Karim : En tant qu’ancien rappeur, je n’ai pas pu m’empêcher de faire de l’ego trip. Il y aura des chansons sur le temps qui passe. J’aime bien les gens comme Everlast ou Johnny Cash. Ils viennent de la rue et ont des trucs à dire. J’ai du mal à écrire des textes joyeux. C’est toujours un peu désabusé.

Brice : « La roue tourne », on a l’impression que c’est notre chanson la plus positive de l’album, bien qu’elle soit finalement assez mélancolique.

Ce que tu écris est-il au premier degré ?

Karim : Non, j’utilise beaucoup la métaphore. Je regarde énormément de DVD, c’est donc souvent le ciné qui me donne envie d’écrire et qui m’influence beaucoup. Je prends l’écriture très au sérieux. Je ne me sentirais pas de chanter des textes qui n’ont pas vraiment de sens.

Cover de la chanson des Brigitte, "Battez-vous".

Quand on forme un duo, veut-on impressionner l’autre ?

Karim : Bien sûr. Si je sens un doute sur un texte venant de Brice, ça me blesse un peu. Mon amour propre est touché.

Brice : Moi pareil, quand Karim n’aime pas une de mes compos, il y a 24 heures de « bouderie ». Et puis après on finit toujours par comprendre et constater que l’autre a raison.

Karim : On essaie mutuellement de tirer l’autre vers le haut.

Vous avez été repérés par David Salsedo, d’ailleurs l’ambiance générale de vos chansons n’est pas aux antipodes de son univers.

Karim : Il a découvert Cantinero par MySpace, il y a quelques années. Il est venu nous voir plusieurs fois en concert au Réservoir. Il nous a proposé une première partie au Nouveau Casino à l’époque de la sortie de son disque Wine & Pasta. Ensuite, on lui a fait écouter des maquettes, puis des morceaux plus aboutis. Il a fini par nous proposer de produire le disque. Ça s’est fait vraiment par étape et il s’est beaucoup investi. Ce grand artiste est une référence majeure pour moi.

Vous vous retrouvez sur certains artistes français ?

Brice : Je crois qu’on a en commun Thomas Fersen. Ce que j’aime chez lui c’est qu’il ne te raconte jamais une histoire standard. L’instrumentation derrière part vraiment dans tous les sens. On se rejoint aussi sur MC Solaar et NTM.

Vous allez bientôt sortir un EP ?

Oui, le 9 juin prochain et un album à l’automne 2014.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Le 26 février 2014, après l'interview...

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme