Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2014

Jean-Michel Ribes et François Bernheim : interview pour le festival Touche française

10362528_10152788419627948_3631769664496727355_n.jpg

12 artistes pour 7 concerts exceptionnels, voilà ce que vous propose le Théâtre du Rond-Point de Jean-Michel Ribes, le 25 et 26 octobre prochain. Au programme du festival Touche française : Dick Annegarn, Babx, Bagarre, Louis Chedid, Jeanne Cherhal, Dawn, Gontard !, Juniore, Patricia Kaas, Maissiat, Milk Coffee & Sugar et William Sheller.

Ce théâtre est celui des auteurs vivants  et comme les auteurs-compositeurs-interprètes en sont, le Rond-Point les accueille cette année avec joie. Avec la complicité artistique de la radio internet PiiAF
et de François Bernheim, le Théâtre du Rond-Point a inventé deux jours de fête où se croisent de grands artistes de la chanson francophoneet de nouvelles voix. Inconnus, découvertes ou références, ceux qui chantent, susurrent, slamment, rappent, composent… viendront dans leur plus simple apparat, « unplugged », partager leurs mots, leurs mélodies et leurs rêves avec vous.

Au programme de ce week-end : quatre concerts en salle Renaud-Barrault, deux premières parties, trois concerts en salle Jean Tardieu, dont une scène découverte, un plateau radio avec PiiAF aux commandes et des artistes en interview, un restaurant et un bar qui vibrent aux sons francophones et proposent une carte spéciale.


Touche française - 7 concerts exceptionnels au... par WebTV_du_Rond-Point

Pour parler de Touche française, j’ai rencontré le 8 octobre dernier (et réellement en exclusivité) les deux protagonistes principaux de ce mini festival, Jean-Michel Ribes, le directeur du théâtre et François Bernheim, auteur-compositeur-réalisateur-chanteur.

(Outre celle de Babx, les vidéos qui ornent cette chronique sont celles des artistes "découvertes" de ce festival.)

ribes.jpgJean-Michel Ribes :

Auteur dramatique, metteur en scène et cinéaste, Jean-Michel Ribes revendique la fantaisie subversive et l’imaginaire, poursuivant un parcours créatif libre, à la frontière des genres. Il dirige le Rond-Point depuis 2002, où il défend l’écriture dramatique d’aujourd’hui. Il est auteur et metteur en scène d’une vingtaine de pièces.

Pour la télévision, il a écrit les deux séries cultes Merci Bernard (1982 à 1984) et Palace (1988 à aujourd’hui).

Pour le cinéma, il écrit et réalise Rien ne va plus (1978), La Galette du Roi (1986), Chacun pour toi (1993), Musée Haut, Musée Bas (2008) et Brèves de comptoir (2014).

François Bernheim :bernheim-infrarouge.jpg

Producteur, compositeur et interprète, François Bernheim a donné naissance à des carrières aussi prestigieuses que celle des Poppys ou de Patricia Kaas. Parmi ses interprètes, figurent Brigitte Bardot, Gérard Lenorman et Serge Reggiani. François Bernheim est aussi le réalisateur du premier disque de Guillaume Depardieu, Post Mortem.

Je reviendrai plus longuement sur la carrière, très riche, de François Bernheim puisqu’il sera mon invité (et en solo) ici-même dans quelques jours.

DSC0948hhh9.JPGInterview :

Pourquoi ce festival, Jean-Michel Ribes ?

Jean-Michel Ribes : Au Rond-Point, on avait envie de prolonger ce que l’on faisait au théâtre, c’est-à-dire, saluer les auteurs vivants. Avec ma collaboratrice, Mélanie Lheureux, la responsable des événements exceptionnels, on a voulu ouvrir une fenêtre sur la chanson francophone, qui est aussi porteuse de textes. J’ai demandé à François Bernheim s’il voulait bien travailler sur ce projet avec nous. A partir de là, on a construit ensemble ces deux jours.

François Bernheim : On a élaboré une programmation qui est digne de l’endroit. L’évènement principal, c’est que ces concerts se passent au Théâtre du Rond-Point.

Avez-vous eu des exigences particulières concernant le casting de ce week-end musical ?

Jean-Michel Ribes : Nous avons voulu que ce soit de la chanson française, qu’elle soit dans la tradition ou pas. Evidemment, moi, j’aime bien quand elle sort de la route.

François Bernheim : Le cahier des charges, c’est que les artistes viennent avec une formation très simple, voire très light.

C’est-à-dire, guitare-voix ou piano-voix maximum.

Jean-Michel Ribes : Nous souhaitions présenter des artistes qui soient interprètes avec de beaux textes et de jolies musiques. L’idée que des personnes connues présentent des artistes francophones qui le sont moins n’est pas novatrice, mais nous trouvions cela essentiel.

Bagarre : clip officiel de Mourir au club.

Moi qui suis dans ce milieu, je vous avoue que je ne connais pas la totalité des artistes présents.

François Bernheim : Nous travaillons en collaboration avec une radio sur le net, PiiAF. Cette radio a pour vocation de découvrir et programmer des gens qui n’auraient pas l’opportunité de l’être de manière classique. Ces artistes ont des contrats avec des maisons de disque ou pas, ils ont des CD ou pas, mais en tout cas, ils font beaucoup de scènes. Nous avons fait une sélection parmi ces jeunes en devenir.

Il y a clairement la volonté de faire découvrir de jeunes artistes.

Jean-Michel Ribes : C’est un festival d’émergence. Louis Chédid, Jeanne Cherhal, William Sheller, Patricia Kaas, Maissiat, Dick Annegarn attirent le public et, en même temps, ce même public va avoir la joie d’accueillir des chanteurs qui vont devenir des gens qui vont occuper les ondes.

François Bernheim, quand vous travailliez chez Barclay, dans les années 70, vous avez découvert Chédid et Sheller. Puis, au début des années 80, vous avez lancé Patricia Kaas… curieusement, ils sont tous présents pendant lors de ce festival.

François Bernheim : Je peux vous dire que c’est un hasard. Certes, je les ai appelés, mais c’est le cœur qui parle avec ces gens-là. Cela dit, il faut que ça marche, alors, je n’appelle pas n’importe qui.

Jean-Michel Ribes, on connait votre rapport à la littérature et au théâtre, mais quel est-il avec la chanson française ?

Jean-Michel Ribes : Comme tous les gens qui chantent très faux, on aime bien entendre le contraire de soi. Jeune, je me souviens être allé à l’Ecluse, voir une longue dame brune qui chantait : Barbara. Elle m’a beaucoup ému. J‘ai eu également la chance de connaître un peu Gainsbourg, les Rita Mitsouko et d’autres comme Philippe Chatel, qui a fait la musique d’un de mes films. Par rebonds et sursauts, j’ai rencontré pas mal de chanteurs. Je suis très sensible à la chanson française, à tel point que, quand je l’écoute, je l’écoute. Je ne peux pas faire autre chose en même temps.

François Bernheim : Quand Jean-Michel parle de chanson française, il n’y a rien de poussiéreux là-dedans. Il est innovateur, c’est même un explorateur. Il le prouve tous les jours au théâtre, mais aussi en permettant cette programmation de chansons assez inédites pour ce qui est du tremplin des révélations.


Babx en Deezer Session : "Lettera" par deezer

Il y a des artistes exigeants dans cette programmation. Babx par exemple.

Jean-Michel Ribes : C’est bien que vous citiez Babx. J’ai rencontré ce jeune chanteur ici quand j’ai organisé la soirée « La culture contre la haine ». Quand j’ai vu Babx, j’ai été immédiatement accroché par lui et j’ai pensé qu’il était impératif qu’il participe à ce festival.

Ce qui est bien, c’est que vous mélangez les styles. Il y a un monde entre Patricia Kaas et Babx.

François Bernheim : Vous allez être étonné de ce qu’elle va faire sur scène. Elle s’est adaptée au concept de ces deux soirées. Elle sera seule sur scène avec deux musiciens. Elle interprétera six chansons qui seront très fortes, car dénudées, voire squelettiques. C’est sa voix avant tout.

Il y aura aussi Jeanne Cherhal.

François Bernheim : Elle sera seule au piano. C’est une prise de risque pour tous les artistes que de chanter ainsi.

Vous parlez de « prise de risque », pour vous Jean-Michel Ribes, c’en est une d’organiser ce festival ?

Jean-Michel Ribes : Cela fait douze ans que ce théâtre est une prise de risques de six heures du matin à six heures du matin, donc, ça ne me change pas beaucoup. Je pense justement qu’une des raisons pour lesquelles nous ne nous sommes pas cassés la gueule, c’est que l’on prend des risques en permanence. Rien ne peut exister sans prise de risques. Quand il n’y a pas de risque, il n’y a pas de mouvement. S’il n’y a pas de mouvement, il n’y a pas de changement. S’il n’y a pas de changement, autant rester chez soi. Toute approche artistique, que ce soit au cinéma, au théâtre, dans la chanson ou la littérature, c’est quand même pour faire bouger les choses.

Dawn, dans une reprise de "Sur un trapèze" initialement interprété par Alain Bashung.

Il y a une notion de « transmission » dans ce projet ?

Jean-Michel Ribes : Non. Il s’agit plus de donner à de jeunes talents la possibilité qu’ils existent.

François Bernheim : C’est aussi un environnement, un décor que tous ces jeunes n’ont pas encore côtoyé. Ils sont plus habitués à jouer dans des bars ou des petites scènes qui ne sont pas forcément folichonnes.

Vous avez vus récemment ces jeunes artistes ?

Jean-Michel Ribes : Oui. Ils ont le trac, évidemment… et c’est bien.

Ce n’est pas la première fois que vous accueillez des chanteurs dans votre théâtre.

Jean-Michel Ribes : C’est vrai. Georges Moustaki, par exemple, a fait quatre concerts ici. Il n’y avait plus aucune place de disponible. Je ne marche qu’au coup de cœur. Ici, on ne fait pas une programmation marketing. On a envie de voir évoluer des gens que l’on aime.

Juniore: clip de "La fin du monde".

Comment vous êtes-vous rencontrés tous les deux?

Jean-Michel Ribes : On a deux enfants ensemble (rires).

François Bernheim : Avec Elisabeth Depardieu, nous avions conçu un spectacle chanté où nous étions tous les deux sur scène. On devait investir l’ancien Bobino deux soirs de suite. Elisabeth, qui connaissait Jean-Michel, lui a demandé de nous mettre en scène. Nous ne savions pas trop comment évoluer sur le plateau et il a accepté de nous aider. Amicalement, vite et bien… et gracieusement, ce qui est suffisamment rare pour être signalé.

Vous pouvez mettre en scène « n’importe qui », Jean-Michel Ribes ?

Jean-Michel Ribes : Je ne peux mettre en scène que des gens que j’admire et que j’aime. Il faut qu’il y ait un échange et une grande confiance les uns envers les autres pour que je puisse les emmener ailleurs que vers eux-mêmes.

Gontard! :"Dans la musique".

Chacun à votre manière, vous défendez la langue française.

François Bernheim : On a suffisamment de gens qui chantent en anglais autour de nous pour que l’on prenne la peine de se pencher un peu plus sur la chanson française avec de beaux mots.

Jean-Michel Ribes : Il y a quelque chose dans la culture anglo-saxonne qui est magnifique, mais qui est aussi dangereuse. Il y a une espèce d’anesthésie de la langue. Il suffit que ce soit anglais pour que l’on n’écoute plus que la musique. Je crois qu’il y a, en France, une langue qui peut être très musicale. Il faut que l’on revienne à cette langue française parce qu’elle a des saveurs que d’autres n’ont pas.

François Bernheim : Moi, je vais plus loin que Jean-Michel. Je pense qu’il y a une vraie colonisation de la langue anglaise sur la création française. A nous de conserver notre identité. Par la culture, c’est un bon moyen de lutter.

Jean-Michel Ribes : Beaucoup de chanteurs français chantent en anglais. Mais, ce problème est également valable pour le cinéma. Je viens de faire le film Brèves de comptoir. C’était limite si on ne me demandait pas de le mettre en scène avec des comédiens anglais. Il y un moment, ça va. Il faut réagir en agissant.

DSC09488.JPG

Avec François Bernheim et Jean-Michel Ribes, le 8 octobre dernier (dans le bureau de Jean-Michel Ribes).

touche-francaise-beau-projet-theatre-rond-poi-L-bkAD3k.jpeg

20 octobre 2014

Garz : interview pour la sortie de Issues

garz,issues,interview,mandor

(Photo : Sacha Lenormand)

Je ne connaissais pas Garz. Pourtant, cela fait un moment qu’il traîne ces guêtres dans le monde musical français. Cela dit, l’homme n’a rien fait pour faciliter les choses puisqu’il a changé de nom à chaque projet. Et il en a eu… Difficile à suivre donc.

Aujourd’hui, Garz (diminutif de Matthieu Garczynski) semblerait être déterminé à se stabiliser. Il sort un album qui s’intitule Issues. La pochette est un labyrinthe. Symboliquement, on comprend qu’il s’agit ici d’évoquer les méandres complexes de la vie et la difficulté de choisir le bon chemin. Ce disque pop (tendance calme) est une auto-analyse, entre sincérité et humour, dans lequel, les quidams que nous sommes, se retrouveront souvent.

Le 16 septembre dernier, l’artiste est passé par l’agence afin de se présenter et évoquer ce subtil album plein de surprises.

(Toutes les photos, hormis celles prises à l'agence, sont signées Sacha Lenormand. Merci à lui.)

garz,issues,interview,mandorBiographie :

Auteur, compositeur et interprète, Garz, vogue depuis la fin des années 80 sur des musiques pop, rock ou new-wave, tandis que son écriture, intime et personnelle, exprime une forte quête d’identité et de sens.

En 2008, il créé sous ce nom une série de EP’s et travaille parallèlement pour le théâtre (compagnies Habaquq, Dodeka…) dont il compose les musiques de scène. Installé en Normandie depuis 2010, il reçoit le soutien d’acteurs culturels locaux (Conseil Général de la Manche, Comité d’aide aux groupes de Caen, Relais Culturel du Pays de la Baie du Mont Saint-Michel, SMAC Le Normandy à Saint-Lô) et se lance dans la réalisation d’un album avec Laurent Beaujour (co-arrangeur et réalisateur). Ensemble ils ont cherché une forme musicale pour chaque chanson et travaillé les arrangements en relation étroite avec les mots et les images des textes pour leur offrir un écrin pop, rock, country, blues, électro ou trip-hop et nous embarquer dans des univers denses, d’une grande intensité. L’album s’écoute alors comme un cheminement de pensées, d’émois et d’expériences.

Le disque :garz,issues,interview,mandor

Avec Issues, son nouvel album, Garz affirme ses thèmes de prédilection et leur trouve une issue/des issues… 

Chacune des dix chansons est une tentative de fuite, cherche, avec sincérité et humour, une échappatoire aux chagrins du jour, aux angoisses des nuits, au temps qui passe, invente une alternative à soi-même et part en quête d’un ailleurs.
Chez Garz la douceur des corps à corps est une réponse à ses questionnements, réponse amoureuse ou sensuelle. La nature aussi est une réponse, belle et chaude avec son peuple d’animaux étranges, ou bien le passé qu’il explore pour comprendre coûte que coûte de quelle étoffe il est fait, et la musique bien sûr dont il s’enivre…

garz,issues,interview,mandorInterview :

Tu es musicien depuis ta tendre enfance ?

Petit, j’ai voulu faire de la trompette, mais mes parents ont préféré que je fasse du hautbois. Plus tard, à 14 ans, j’ai commencé à vouloir composer au piano. J’ai ressenti un fort besoin de m’approprier la musique.

Quand as-tu décidé d’en faire ton métier ?

J’ai fait du droit jusqu’à 24 ans. Mais, c’était plus fort que moi, je sentais que je ne pouvais pas devenir juriste, par exemple. L’idée de me lancer dans un métier normal me terrorisait. J’ai préféré vivre une vie de saltimbanque en choisissant de consacrer ma vie à la musique.

Tes parents t’ont-ils encouragé dans ce sens ?

Disons qu’ils ne m’ont pas empêché. C’est le fait que je souhaite devenir artiste qui n’est pas rassurant pour des parents. Comme ils avaient les moyens de m’aider s’il le fallait, ça s’est bien passé. Cela dit, même aujourd’hui, ils sont encore un peu inquiets.

Clip vidéo réalisé par Alban Van Wassenhove pour la chanson de GARZ "Quelqu'un d'autre (pas moi)" tirée de l'album ISSUES le 7 octobre 2014. Avec GARZ (Matthieu Garczynski)

C’est donc ton premier album sous le nom de Garz.

J’ai sorti un disque en 1998 sous le nom d’Oblomov. Il s’intitulait Rock de chambre. J’assume moyennement ce disque malgré le fait qu’il sa réalisation a été faite dans de bonnes conditions.

Ta carrière en tant que Garz a commencé en 2008.

Oui, mais c’est le prolongement de ce que je faisais avant. J’ai cette espèce de maladie de beaucoup changer de nom. J’ai un gros problème avec ça. Ca me vient d’une quête d’identité de soi-même, de « qu’est-ce qu’on fait de sa vie ? » J’ai toujours eu envie de changer d’identité, mais j’arrive désormais à me contrôler.

garz,issues,interview,mandor

Pendant l'interview.

La quête d’identité est le thème principal de tes nouvelles chansons, notamment dans « Garczynski ».

A travers cette chanson, j’ai essayé de comprendre d’où je venais. Au 19e siècle, la Pologne était occupée par les prussiens et les russes. Les polonais ont dû se battre contre les occupants, dont des membres directs de ma famille. Quand j’avais 7 ans, mes parents m’ont emmené en Pologne et ça m’a marqué. Quand on a un nom comme le mien, on s’interroge sur le passé familial.

De quoi te nourris-tu pour t’inspirer ?

Je me nourris de ce que je vis et ce que ressens. J’essaie de retranscrire dans chaque chanson une émotion différente.

Clip réalisé dans le cadre de Kino Caen 2014 par Denis Levrat sur une idée originale de Matthieu Garczynski (GARZ). Avec Anastasia Parquet. "Vous revoir" est extrait de l'album Issues.

Tu dis que ta musique est de la pop. J’y vois plus de la chanson.

J’ai une prédilection pour la pop, mais pas celle qui est sucrée et commerciale. De toute manière, le mot pop en musique rassemble large. Au fond, moi, ce qui m’importe, c’est la mélodie. Il faut qu’elle porte la chanson et qu’elle fasse passer mes textes plutôt graves de manières plus légères.

Ta première chanson date de 1987. Ca fait donc plus de 25 ans que tu écris. C’est difficile de se renouveler ?

Oui, c’est ça la difficulté principale. Je passe mon temps à écrire et jeter parce que je trouve que ce n’est pas assez original où que j’estime que j’ai déjà fait une chanson de  ce type-là. Je veux changer perpétuellement la forme et le fond. Je passe beaucoup de temps à tenter de résoudre cette problématique.

Malgré tes années de musique et d’expériences individuelles ou collectives, tu n’as pas encore une grande notoriété. Trouves-tu le temps un peu long ?

Je l’ai vécu de manière un peu chaotique jusqu’à il y a trois ans. J’ai compris qu’il fallait que j’arrête de faire les choses à l’arrache et j’ai su m’entourer. J’ai fini par comprendre que les choses ne marcheraient pas si je restais tout seul. Issues est le premier disque pour lequel je me suis donné un peu plus les moyens. J’ai trouvé les financements avant de l’écrire. A la base, je ne voulais plus enregistrer de disque. Me contenter de faire de la scène me suffisait. Dans ma région, la Normandie, on me répondait qu’il me fallait de l’actu. Parce qu’il y a un comité d’aide aux groupes qui existe à Caen, le directeur d’une salle dans laquelle je voulais jouer m’a poussé et aidé à remplir un dossier de subvention. On m’a donc attribué une petite somme d’argent et j’ai pu faire ce disque. J’ai voulu bien le produire, j’ai trouvé un réalisateur compétent et j’ai pris quelqu’un pour la promo.

garz,issues,interview,mandor

(Photo : Sacha Lenormand)

As-tu besoin de notoriété ?

De reconnaissance, plutôt. Je rêve d’avoir un public et de pouvoir partager les choses. Je veux être écouté en fait, ce qui est normal pour un artiste. 

Laurent Beaujour a coréalisé l’album.

C’est quelqu’un du Cargo, à Caen, qui me l’a présenté. Au début, je voulais juste faire un EP, mais le travail avec lui m’a tellement plu qu’on a fait un album. Comme je ne sais pas s’il y en aura d’autres après, j’ai mis tout ce que je suis et tout ce que je sais faire. Ce disque résume tout ce que j’ai pu faire avant, mais en mieux.

Tu te livres franchement dans Issues. Es-tu pudique dans la vie ?

Ca dépend du contexte. Je peux être pudique quand je ne connais pas du tout les gens, mais en privé, je ne le suis pas trop. Je peux même être assez trash (rires). Même sur scène… j’ai fait des cochonneries.

Bien que je ne te connaisse pas dans la vie, je ne te vois pas comme ça.

J’ai deux facettes. Un côté un peu imagé, littéraire, poétique et un côté trash, brut, plus direct. Il m’est arrivé de réunir ses deux aspects de ma personnalité et artistique. Pour ce disque, j’ai choisi la profondeur plutôt que la provocation.

"En dormant", une chanson tirée de l'album Issues et des images de GARZ (aka Matthieu Garczynski).

garz,issues,interview,mandorTu te sens proche de quels artistes ?

Dans ceux d’hier, l’Etienne Daho des années 80. Et dans ceux d’aujourd’hui, j’aime bien Bertrand Belin et principalement son album Hypernuit. Cet album m’a donné envie d’en refaire un. J’aimais bien aussi Les créatures de Philippe Katerine. C’est à la fois, poétique, décalé et élégant. J’aime bien aussi Albin de la Simone.

Tu attends quoi de la sortie de ce disque ?

Je ne sais pas où cela va me mener. J’ai peur de l’après. Est-ce que cela va me permettre de passer un cap, trouver des partenaires, de pouvoir faire un autre disque ? Si, ça n’évolue pas, je n’aurai pas le courage de recommencer.

Le titre de cet album a une signification précise, je suppose.

Je me suis demandé ce que pouvait relier toutes les chansons. Je me suis soudain rendu compte que toutes les chansons parlaient de fuites. Issues m’est venu assez rapidement. C’est un mot concret et en même temps abstrait. Un peu comme je suis et comme sont mes chansons.

garz,issues,interview,mandor

Le 16 septembre 2014, après l'interview.

14 octobre 2014

Catherine Locandro : interview pour L'histoire d'un amour

eho-locandross.jpg

Avec Catherine Locandro, l’amour n’est jamais tout à fait un fleuve tranquille. Mais, il est toujours majestueux, malgré les nombreuses vagues tempétueuses (les sentiments, peut-être…) Dans L’histoire d’un amour, il est question du poids du secret, de l’inégalité de l’oubli entre deux personnes, de l’impossibilité de faire le deuil d’un amour parce que « l’autre » est une célébrité qui ne cesse d’occuper les petits écrans. (Il s’agit de Dalida.)

Catherine Locandro, à l’écriture si délicate et sensible, nous offre un roman émouvant et profond. Qui devrait toucher tout le monde.

Pour sa deuxième mandorisation (la première est à lire ici), l’auteure est passée à l’agence le 15 septembre dernier.

CVT_HISTOIRE-DUN-AMOUR_6607.jpeg4e de couverture :

Au comptoir de l’Alfredo, en face du lycée où il enseigne la philo, Luca lit La Repubblica. Ce matin-là, un article le ramène en 1967 lorsque, figurant pour une émission de variétés de la RAI, il croisa la Chanteuse. S’ensuivit une liaison, aussi ardente que brève, avec cette diva tristement célèbre pour sa tentative de suicide après la mort tragique de son compagnon. Une passion qui fit de Luca un homme à part, à distance du monde. Les révélations de ce journaliste lui offrent la chance de reprendre son existence en main.
Au gré d’évocations romaines – les ruelles bruyantes du Trastevere, la boucherie-triperie de la Via della Scala –, Catherine Locandro nous livre un roman sur la perte amoureuse et le poids des secrets, tout en délicatesse et émotion.

 

10689976_10203183966343678_5106073521590369359_n.jpg

L'auteure : Catherine Locandro est née à Nice en 1973 et vit actuellement à Bruxelles. Elle travaille dans le domaine de l’audiovisuel lorsqu’elle publie son premier roman, Clara la nuit, qui remporte le prix René Fallet en 2005. Cette scénariste – primée en 1997 pour L’Amour est à réinventer, dix histoires d’amour au temps du sida – publie son quatrième roman chez EHO, après Les Anges déçus (2007), Face au Pacifique (2009) et L’Enfant de Calabre (2013).

DSC09414.JPGInterview :

Il faut oser appeler son livre, « L’histoire d’un amour ». Ça peut paraître un peu banal comme titre…

Cela fait référence à la chanson de Dalida, mais j’aimais aussi le côté très simple et direct de cette phrase. Elle dit tout.

C’est l’histoire d’un amour complexe, bref, mais intense entre Dalida et un jeune garçon.

Dalida était une femme qui m’intéressait, pas forcément musicalement, mais humainement. Je trouvais que derrière le côté kitch, paillettes, disco, se cachait quelqu’un de sensible et romanesque. Elle a vécu une série de tragédies dans son existence. Toute sa vie, elle a été poursuivie par la mort et des évènements très sombres. Le contraste entre le côté lumineux de cette femme et la face noire de son existence me touche terriblement. Je trouve que sa vie raconte quelque chose. Et puis, elle est comme moi… d’origine calabraise. Sa part sombre, je l’appelle "sa part calabraise".

"Histoire d'un amour".

Personnellement, j’ai toujours eu l’impression qu'elle n’avait 10552414_947596028590513_4158142782153683274_n.jpgque cette face sombre lorsqu'elle n'était plus en représentation à la télé ou sur scène.

Je ne suis pas une grande spécialiste de Dalida, j’ai simplement lu quelques livres sur elle pour pouvoir écrire cette histoire sans trop trahir la réalité, mais j’ai l’impression qu’elle était en recherche permanente de quelque chose. Peut-être ne savait elle pas elle-même de quoi. En tout cas, elle essayait de comprendre qui elle était et essayait de comprendre le monde qui l’entourait. C’est quelqu’un qui lisait beaucoup, Freud, Jung… elle avait soif de connaissances. Je pense qu’elle avait le regret de ne pas avoir fait d’études. Toute sa vie, elle a cherché à atteindre un niveau intellectuel conséquent. Se remettre en question en permanence, je trouve cela remarquable.

Tu racontes son histoire d’amour entre elle qui a 36 ans et Luca qui n’en avait que 22.

Luca était un garçon d’origine napolitaine issu du milieu populaire romain. Il partageait avec la chanteuse le regret de ne pas avoir fait d’études. C’était un jeune homme rêveur et un peu idéaliste. J’imagine que quand il a croisé cette femme-là, cela a été un choc total.

C’était la confrontation de deux mondes.

Avec elle, il va accéder à un environnement qu’il n’aurait jamais pensé approcher. Cette femme plus âgée que lui et le monde qu’il découvre l’ont complètement bouleversé. Il fonce dans cette histoire parce qu’il est tombé éperdument amoureux d’elle. Quand ils se rencontrent, c’est une femme très abimée, complètement détruite. Son précédent amant italien, que j’appelle « le poète », vient de se suicider et elle-même vient de tenter d’en faire autant. Il pense qu’il peut la comprendre et l’aider, malgré toutes leurs différences.

m_224312218_0.jpg

Luca était courageux. Par exemple, malgré l’interdiction de Dalida, il vient la rejoindre chez elle un soir de Noël, alors que toute sa famille est réunie.

Il l’aimait tellement qu’il pensait que tout ce qui était autour ne comptait pas. Cette connexion qu'il y avait entre eux l’obnubilait et il s’imaginait qu’elle pouvait vaincre tous les obstacles.

Que cherchait Dalida dans cette histoire ?

Je pense qu’elle cherchait quelqu’un à qui parler. En cette période de drames, ses proches étaient très inquiets pour elle et extrêmement protecteurs aussi. Elle devait se sentir isolée. Avec ce garçon, elle a enfin pu parler. D’ailleurs, d’après ce que j’ai pu lire sur cette histoire, c’est que le côté charnel et passionnel n’a pas duré très longtemps pour elle. Elle aimait le voir et discuter avec lui, cela lui suffisait. La fraicheur, la pureté et l’innocence du jeune garçon lui ont fait beaucoup de bien. Je présume qu’elle a eu une vraie affection pour lui.

Dalida 1.jpgElle a compris qu’elle allait lui faire du mal, donc elle a arrêté leur histoire pour ne pas le faire souffrir.

Oui, mais ce n’est pas la seule raison. Il y a eu un évènement peu connu du grand public avec ce jeune garçon qu’on ne va pas révéler ici, mais que je relate dans le livre. Je ne connaissais pas non plus ce fait grave et important, mais je l’ai découvert en lisant un article dans un journal.

Pourquoi raconter cette histoire ?

Je savais que j’avais envie d’écrire autour de Dalida, mais je ne voulais pas faire de biographie. J’ai commencé à chercher et je suis tombée sur l’article italien dont je viens de te parler. Cette histoire très courte a eu des conséquences terribles pour la chanteuse, à cause de ce que je ne veux pas vous dévoiler ici. Elle a décidé de le quitter, mais a insisté pour lui payer ses études.

L'histoire de Luca âgé, c’est la partie inventée du livre ?

J’ai imaginé cet homme, trente ans plus tard, au courant de rien, qui ouvre son journal et qui tombe sur cet article. Il comprend que l’histoire qu’ils ont vécue a compté pour elle. J’ai imaginé la journée qu’il a pu passer après avoir lu cet article.

Il vit encore ce Luca ?

Je ne sais pas. Je n’ai pas voulu faire un travail d’investigation. Je voulais me laisser cette part de liberté. Je me suis basée sur tout ce que je savais du Luca de vingt ans et de leur histoire, ensuite, j’ai inventé le Luca de cinquante ans.

Tu sais qu’il peut tomber sur ton livre…

Oui, ça peut arriver. Ce serait quelque chose de très émouvant pour moi.

Tu le décris comme un homme qui n’a jamais pu vraiment passer à une autre histoire,864011articleDalida.jpg malgré son mariage avec Maria.

J’ai imaginé qu’il avait gardé cette histoire secrète au point de n’en avoir jamais parlé à personne. J’ai poussé la thématique du secret jusqu’au bout, ce qui m’a permis de développer  les conséquences qui en découlent dans une vie et la manière dont cela peut bouleverser un destin.

Le poids du secret est un thème que l’on retrouve dans toute ton œuvre.

Pour un romancier, je trouve que c’est quelque chose de fabuleux. C’est la porte ouverte à beaucoup d’intrigues et de rebondissements.

Autre thème développé : le deuil impossible d'un amour.

Ça m’intéressait d’explorer cette idée-là. Il ouvre sa radio, il entend sa voix. Il regarde la télé, il tombe sur elle… comment peut-on vivre avec l’image permanente de celui ou celle que l’on a aimé ? C’est impossible d’oublier.

Quand elle a chanté la chanson de Pascal Sevran, « Il venait d’avoir 18 ans », elle devait songer à lui, non ?

C’est ce que je me suis dit. Elle devait forcément penser à cette histoire. Et lui a dû se demander si cette chanson était liée à lui ou pas.

"Il venait d'avoir 18 ans".

Tu fais référence au frère de Dalida, Orlando, lors de la fameuse soirée de Noël ou Luca rejoint la famille sans y être invité. Est-il au courant de la sortie de ce livre ?

On ne lui a pas demandé l’autorisation d’écrire cette histoire, en tout cas. Le livre lui a été envoyé. Maintenant, est-ce qu’il l’a lu? Je n’en sais rien. En même temps, je n’ai rien raconté de plus que ce que lui-même a déjà raconté sur cette soirée de Noël.

On sent que tu as de l’empathie pour Dalida.

J’en ai toujours eu, même si mes goûts musicaux ne vont pas vers son œuvre. Dalida est une figure familière, voire familiale, pour moi. On l’écoutait beaucoup à la maison et ses origines calabraises flattaient un peu l’ego de ma famille. J’avais un avis positif sur cette femme et j’avais envie d’en savoir plus. Quand je suis tombée sur cette histoire d’amour, j’y ai vu un moyen de partir de quelque chose d’intime pour aller vers l’universel. Il y a tout : la rencontre, le coup de foudre, la rupture… ça concentre beaucoup de sentiments.

Dans la vie de Dalida, trouves-tu des résonances avec ta propre vie ?

Par certains aspects oui. Cette quête de comprendre les choses et de se dépasser. On a tous vécu des histoires d’amour compliquées et on a tous eu dans la tête des personnes qu’on a eu du mal à oublier.

DSC09416.JPG

Le 15 septembre 2014, après l'interview.

30 septembre 2014

Vincent Brunner : interview pour Platine

vincent brunner,platine,interview,mandor

J’ai travaillé avec Vincent Brunner dans un journal culturel. J’aimais bien le croiser et j’avais beaucoup de respect pour ce qu’il écrivait. Un vrai journaliste rock qui savait de quoi il parlait (ce qui n’est pas systématique). Je suis donc de près ses publications littéraires. Je l’ai déjà mandorisé pour un livre sur Jimi Hendrix. Cette fois-ci, il sort son premier roman. Platine est un livre « jeunesse ». Bien, le jeune que je suis a donc beaucoup apprécie lire ce livre sur la transmission, le travail de deuil, la musique rock, l’amour, l’amitié… notamment.

Le 10 septembre dernier, Vincent est venu me voir à l’agence…

vincent brunner,platine,interview,mandorRésumé :

Eva est en seconde. Elle ne vit que pour la musique, le rock. Un jour, ses grands-parents lui confient un sac de vieux disques vinyles ayant appartenu à son père biologique, décédé juste avant sa naissance. Bouleversée par ces disques, elle est exclue trois jours de son lycée après avoir agressé l'une de ses camarades. Trois jours qui lui permettent de réfléchir et de comprendre que ce père, dont elle partage la passion de la musique, fait bien partie d'elle et qu'elle doit accepter d'en faire le deuil.

L’auteur :vincent brunner,platine,interview,mandor

Vincent Brunner est journaliste, spécialisé dans la musique et la bande dessinée. Il a été chef de rubrique musique des Rolling Stone pendant trois ans et a écrit plusieurs ouvrages sur des chanteurs, notamment En quarantaine, avec/sur Christophe Miossec (Flammarion) et Bob Dylan au-delà du mythe (City).

Il est co-créateur de Tout est vrai (ou presque), diffusé sur Arte tous les soirs à 20h45.

Actuellement, il écrit sur la musique pour divers magazines (VSD, Spray, KR Homestudio, Beachbrother, Snatch).

vincent brunner,platine,interview,mandorInterview :

Ce livre est ton premier roman. Pourquoi un roman jeunesse ?

Concernant Platine, je n’avais pas anticipé le fait qu’il soit dans une collection jeunesse. En fait, j’avais écrit un roman mettant en scène un détective, un peu pastiche. Je l’avais fait lire à Gaëlle Lassée, éditrice chez Flammarion, avec qui on a fait Rock Strips et Sex & Sex & Rock & Roll. Elle l’a passé à une de ces amies, Céline Vial, qui travaille dans la même maison d’édition, mais à la jeunesse. Elle n’a pas pris le roman parce qu’elle considérait qu’il n’était pas pour cette tranche d’âge, mais elle m’a indiqué qu’elle en cherchait, notamment autour de la musique. Alors que je discutais avec elle au téléphone, j’ai trouvé le pitch immédiatement… ensuite, ça m’a demandé deux ans de travail.

Incorrigible que tu es, du coup, dans ce roman, tu leur communiques une certaine culture rock.

Même si je me suis efforcé de mettre aussi des groupes de « mauvais goût ». Eva est une grande fan de My Cheminal Romance, qui n’est pas un groupe jugé noble par la critique, loin de là. J’ai essayé de me mettre à la place d’une jeune fille de 16 ans, même si c’est difficile. Qu’est- ce qu’une gamine peut écouter comme rock’n’roll ?

L’étiquette « roman jeunesse » est parfois lourde à porter. Disons qu’on n’a pas le même public.

Je connais plein d’illustrateurs qui font des albums pour la jeunesse. J’ai lu des livres qui sont sortis dans la collection Tribal, j’ai pu constater que livres pour la jeunesse ne signifient pas puérils, au contraire. Je suis dans une collection qui frise le « jeune adulte ». Joann Sfar a bien démontré que ce n’est pas parce qu’on parle à des enfants qu’il faut les prendre pour des débiles. Comme j’ai choisi la première personne pour raconter, ma peur principale était d’être à 10 000 années-lumière du langage des jeunes d’aujourd’hui.

Est-ce compliqué de se mettre dans la peau d’une jeune ado?

Je me suis lancé dans un jeu de rôle. Ce dialogue intérieur d’Eva n’a pas été la principale difficulté. Dans le travail d’écriture, il y a eu quelques réaménagements par rapports à certains comportements des parents. J’ai eu presque plus de mal à les faire agir et parler de manière crédible. Je m’inquiète sur mon cas, parce que j’ai eu plus de facilité à trouver la voix d’Eva… et, ça ne t’as pas échappé, je n’ai rien d’une jeune fille de 16 ans.

Tu te demandes si tu n’es pas plus un ado qu’un adulte ?vincent brunner,platine,interview,mandor

Je n’ai pas d’enfant. Je dois être plus proche, de par mes goûts et mon mode de vie, d’un ado qu’un adulte.

Ton héroïne, Eva est un peu énervante comme ado, non ?

On me le dit souvent. En même temps, sa mère n’est pas exempte de reproches. Elle est un peu folle. Il n’y a que son beau-père, Richard, qui est normal et gentil. Mais bon, Eva progresse dans le livre.

Toi, tu as aimé tes années lycées ?

Je n’ai pas détesté. J’étais sociable. J’avais une vie et des copains, mais j’avais déjà la musique qui prenait beaucoup de place. Je n’avais pas les goûts de la majorité alors, je m’adonnais à cette passion en solo. J’écoutais bien sûr beaucoup de rock, mais aussi pas mal de rap.

Il est question de vinyles dans le livre.

Je trouvais intéressant ce passage de relais entre deux générations de mélomanes. Aujourd’hui, les gamins ont leur MP3. Ils s’échangent les disques par fichiers ou par clé USB. A l’époque, il y avait une magie avec les vinyles, mais Eva, elle n’en a rien à cirer. Nous, on écoutait les chansons en regardant les paroles et la pochette, aujourd’hui, les gens écoutent une chanson plus qu’un album en intégralité et se foutent de l’emballage.

My Chemical Romance: "Na Na Na".

J’ai vu circuler sur internet une playlist basée sur les références musicales de ton livre.

Ce n’est pas moi qui en suis à l’origine. Ce sont les gens de Shut Up and Play The Books qui ont fait ce travail. Ils ont fait ça de manière exhaustive et c’est génial. Toutes les chansons sont dans mon livre.

Écris-tu en musique ?

Oui, souvent. J’ai écrit Platine souvent le soir et écouter du rock permet de garder une dynamique et de rester dans l’énergie.

Quel plaisir a le journaliste que tu es à écrire un roman ?

Le plaisir de développer des personnages et qu’ils finissent par exister chez les gens. C’est jubilatoire d’avoir son théâtre de marionnettes. En fait, dans ma vie professionnelle actuelle, je suis de moins en moins journaliste et de plus en plus auteur. Je vais essayer d’impulser plus de projets dans la fiction.

Dans ta jeunesse, tu aimais le rock et la BD. C’est formidable, parce que tu en as fait ton métier…

Ce que j’aimerais devenir aussi, c’est scénariste de bande-dessinée. J’essaie de concrétiser.

Tout est vrai (ou presque) : Johnny Cash.

Parle-nous de la pastille d’ARTE dont tu es l’un des trois créateurs avec le réalisateur Udner et Chryde, Tout est vrai (ou presque), qui est diffusée tous les soirs à 20H45.

C’est une biographie en trois minutes de personnalités très connues vu par des petits objets. Je dirige le pool des auteurs. Je coécris avec une petite dizaine d’auteurs les 40 épisodes  et Udner intervient après. C’est une superbe expérience… le rythme est soutenu mais on s’amuse beaucoup.

vincent brunner,platine,interview,mandor

Avec Vincent Brunner, après l'interview, le 10 septembre 2014.

26 septembre 2014

Maladroit : interview pour Old & Poor

maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandorSur ce blog, j’aime varier les plaisirs, aller là où on n’attend pas Mandor. Ainsi, j’accueille les deux chanteurs d’un groupe de punk-rock, MALADROIT. Bien sûr que leur musique n’est pas ma tasse de thé. Mais dans le genre, ce sont deux des meilleurs chanteurs/musiciens. Till Lemoine (chanteur de Guerilla Poubelle) et Olivier Portnoi (chanteur des Dead Pop Club, déjà mandorisé en 2010) ont accepté de prendre une bière avec moi le 28 août dernier, histoire qu’ils me parlent de leur groupe et de leur nouveau disque, Old & Poor.

maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandorBiographie officielle :

Side projet activé par des membres de Guerilla Poubelle, Dead Pop Club, Crossing The Rubicon et Marxmallows, MALADROIT a donné plus de 250 concerts depuis 2009, aussi bien en France, Allemagne, Hollande, Angleterre, Ecosse, Belgique qu'au Canada et aux Etats-Unis. Son pop punk accrocheur, ses solos à un doigt, ses oh oh oh et ses chansons de filles pour les garçons (à moins que cela ne soit l'inverse) lui ont permis de  jouer au Fest à Gainesville en Floride, (festival punk rock de référence), par deux fois au Pouzza Fest à Montreal et de partager la scène avec Dear Landord (US), Murderburgers (Ecosse), Off With Their Heads (US), Dead To Me (US), The Apers (Hollande), Priceduifkes (Belgique), Sainte Catherines (Québec), Against Me! (US), Masked Intruder (US), Brixton Robbers (Québec), Charly Fiasco (Fr), Fortune Cookie Club (Québec) et plein d'autres.maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandor

Le dernier disque de MALADROIT est OLD & POOR

OLD & POOR : Pour fêter les 5 ans de MALADROIT, voilà une compilation CD des tous les titres du groupe éparpillés et jusqu'à présent uniquement disponible en vinyle sur des singles, des splits EP, des compiles, des vidéos de voyage en tapis volant. En bonus un nouveau titre 100% inédit "I Wanna Kill Zombies With You".

maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandorInterview :

Till, tu es l’initiateur du groupe ?

Till : Non, on a décidé la création de ce groupe avec Olivier il y a cinq ans. On déjeunait ensemble au moins une fois par semaine et un jour l’idée nous a traversé l’esprit. C’est parti comme un projet annexe. Tous les membres de Maladroit jouent dans d’autres groupes qui restent leur priorité.

Olivier : Ce qui nous a incités à faire groupe commun, c’est justement l’envie de jouer avec d’autres gens que les « habituels » et de s’essayer à autre chose musicalement. De plus, on avait tous du temps de libre.

Till : Il est vrai que le groupe principal dans lequel je joue, Guerilla Poubelle, était plus en stand-by que d’habitude. Au lieu de faire une centaine de dates par an, on n’en faisait plus que quarante.

Vous vous êtes connus comment les uns les autres ?

Olivier : La musique que l’on joue fait partie d’un petit monde musical. La scène punk, c’est un peu une niche, donc, du coup, quand on va voir des concerts, on rencontre toujours les mêmes personnes. Tout le monde se connait depuis longtemps. On s’est tous vu en sur scène maintes fois.

Le clip le plus Mila Kunis.

Du coup, il n’y a pas un « gros » public pour le genre musical que vous jouez.maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandor

Till : Je trouve qu’il y a suffisamment de gens qui viennent nous voir pour nous permettre de nous éclater sur scène.

Olivier : Si le public de Maladroit est petit, dans plein de villes, il existe quand même, donc ça nous permet de jouer partout. Même s’ils ne sont pas très nombreux, ils sont intéressés par ce que l’on fait.

Aujourd’hui, Maladroit est plus connu que vos groupes respectifs ?

Till : Ca dépend desquels.

Dead Pop Club et Guerilla Poubelle par exemple, dont vous êtes les deux chanteurs…

Till : Dead Pop Club et Guerilla Poubelle sont largement plus connus que Maladroit. Ils sont plus anciens et surtout, ils sont connus des gens qui écoutent du punk rock.

Olivier : Je ne suis pas sûr que les gens qui écoutent Maladroit connaissent Dead Pop Club. Le public de Maladroit est nettement plus jeune.

Till : J’ai vu des jeunes qui sont venus pour te parler de Dead Pop Club.

Olivier : Guerilla Poubelle est hors catégorie puisqu’il est l’un des plus gros groupes de punk rock français depuis quelques années. Il ramène vraiment beaucoup plus de monde que nous. Ce n’est pas comparable. Till revient justement d’une tournée nord-américaine de cinq semaines avec Guerilla Poubelle. Ça lui arrive souvent de revenir d’une longue série de concerts avec Guerilla et d’enchaîner sur d’autres dates avec Maladroit. Parfois, il jongle.

Le clip le plus iPhone.

maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandorTill, quand tu passes d’un groupe à l’autre, tu t’y retrouves vite ?

Till : Ce n’est pas comme coucher avec ta femme et dire le nom de ta maîtresse. Tu sais très bien là où tu es.

Olivier : Moi, je trouve ça même super plaisant. Ça ne m’était jamais arrivé de passer d’un groupe à l’autre et je trouve ça assez fun de switcher. Ça change complètement. Ce ne sont pas les mêmes personnes et ce n’est pas la même dynamique musicale, mais c’est agréable.

Till : En général, en tournée, tu passes 30 minutes par jour à faire de la musique, les 23h30 qui restent, tu les passes avec les gens avec qui tu es en tournée.

Olivier : Assis dans un camion, assis près des loges ou assis dans un bar.

Till : C’est ce temps « vide » entre les concerts qui est cool à occuper avec des potes.

Avec Maladroit, vous chantez en français et en anglais. Moi qui connais bien Olivier, je suis surpris de l’entendre chanter dans la langue de Molière.

Olivier : Pour la petite histoire, la première fois que j’ai chanté en français, c’était sur le deuxième album de Guerilla Poubelle. J’étais curieux de le faire parce que je commençais à bien connaître Till et nous nous entendions bien. C’est con à dire, mais ce n’était pas facile pour moi, alors que le français est ma langue natale. Ayant grandi en Californie, ce n’est simplement pas ma culture musicale de départ. Tu ne chantes pas de la même façon en anglais qu’en français. En anglais, c’est plus naturel pour moi. De plus, je suis incapable d’écrire un seul texte en français.

Pour toi, Till, pas de souci, parce qu’avec Guerilla Poubelle, ce ne sont que des textes en français.

Je suis à l’aise dans les deux langues. Dans Maladroit, on chante beaucoup plus en anglais. C’est le style du cahier des charges que nous nous sommes imposés qui veut ça.

Le clip le plus touristique et tapis volant.

C’était quoi votre cahier des charges, précisément ?

Till : Faire un truc à deux chanteurs. Toutes les chansons sont chantées à deux. Musicalement, on voulait faire des trucs pop punk à l’ancienne, genre les Screeching Weezel, Queers et les Ramones ou plus récemment Dear Landlord, Off With Their Heads, Teenage BottleRocket. On se revendique de cette école-là.

Olivier : Nous jouons une musique assez simple, très instinctive, souvent composée assez vite et qui a une idée principale. Les morceaux sont très courts, pas plus de deux minutes, donc la mélodie doit être simple et efficace. Une idée, une mélodie, un morceau… c’est notre credo.

Till : On est instinctif et on adore écrire des chansons très vite.

Ça veut dire que les textes n’ont pas grandes importances ?

Till : Non, mais il faut que ce soit une évidence. Si au bout d’un quart d’heure, elle ne fonctionne pas, c’est que n’est pas une bonne chanson.

maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandor

Jean-Louis Murat, que j’ai interviewé ce matin, m’a dit que lui, si au bout de quatre heures la chanson ne marchait pas, il l’abandonnait. Vous, c’est quinze minutes…

Olivier : Till est particulièrement rapide. Moi, je mets une heure de plus (rires).

Till : C’est tellement infini le nombre de chansons que tu peux écrire, le nombre d’idées que tu peux avoir…

Olivier : Avec Maladroit, nous n’avons aucune prétention musicale ou textuelle, mais ce n’est pas pour ça que c’est bâclé. 

Till : On ne se prend pas au sérieux, mais on fait les choses sérieusement.

Vous n’avez pas l’air de vous prendre la tête en tout cas.

Till : Il manquerait plus qu’on s’emmerde. Maladroit, c’est notre groupe d’à côté, donc on ne veut en tirer que du plaisir.

Olivier : Avec nos groupes principaux, on va mettre plus de temps à faire nos morceaux et à faire des disques. On se pose beaucoup plus de questions. Maladroit, on l’aborde de façon plus fun et légère.

Till : Il y a trois chansons sur notre premier 45 tours. A la base, il y en avait seize. On en a jeté treize pour ne garder que les meilleures.

Le clip le plus Natalie Portman et acoustique.

Votre nouveau disque Old & Poor réunit tous vos 45 tours.maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandor

Till : Il y a aussi des inédits et des raretés que l’on ne trouvait que sur des compils.

Olivier : C’était bien de les réunir parce que tout le monde n’a pas de platine vinyle et n’achète pas forcément des 45 tours.

Till : Et les vieux disques de Maladroit sont épuisés.

Vous ne faites que des 45 tours, jamais  de CD single ?

Till : On ne fait que du vinyle pour les petits formats. C’est un choix.

J’adore vos clips. Ils sont tous originaux.

Olivier : Ce n’est même pas calculé. Ce sont souvent des clips improvisés.

Till : Quand on a l’idée, on est souvent tous ensemble, alors on le fait immédiatement avec les moyens du bord. Si on ne le fait pas tout de suite, on ne le fait jamais.

Olivier : Finalement, c’est aussi rapide que la composition de nos morceaux.

On les achète où vos disques ?

Olivier : A la fin des concerts et sur internet. Till s’occupe d’un label qui s’appelle Guerilla Asso et qui existe depuis plus de onze ans. Ce CD de Maladroit est la 136e sortie du label.

Le clip le plus on attend un membre de Maladroit qui n'arrive pas.

Vous avez fait pas mal de concerts à l’étranger ?

Till : On a joué au Canada, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Autriche, en Angleterre, en Hollande et en Belgique…

Olivier : Je suis surpris de la facilité que l’on a, pour un petit groupe comme le nôtre, d’aller à l’étranger.

Till : Avec Maladroit, nous sommes dans une scène qui est relativement internationale, contrairement à Dead Pop Club, même si vous chantez en anglais.

Olivier : A l’étranger, ce qui les intéresse chez nous, ce n’est justement pas nos chansons en anglais. Ils préfèrent les chansons en français, ça les fait beaucoup plus marrer. Aux Etats-Unis, Maladroit à un côté « exotique ». La plupart du public américain n’a jamais entendu quelqu’un chanter en français.

Till : Je vais plus loin, la plupart du temps, c’est même la première fois qu’ils voient un groupe français.

maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandor

La scène punk rock en France, ça représente combien de groupes en France?

Olivier : C’est une scène underground, un peu sous-terraine. C’est difficile de quantifier.

Till : Des groupes qui tournent comme nous, il y en a des centaines. C’est très vivace.

Olivier : C’est ce qui m’avait plu dans le punk rock au début. Le côté immédiat. Tu es près de chez toi, tu peux aller dans un bar, une petite salle de spectacle, et tu vois un groupe. Les types sont comme toi et, du coup, ça te donne envie de faire la même chose. Il y a un côté « proximité » très différent des groupes de rock « classiques » qui jouent dans de vraies salles, de vrais réseaux.

C’est rare un groupe avec deux chanteurs. Il y a une rivalité ou une émulation ?

Olivier : On fait partie d’une scène où c’est assez courant.

Till : On est dans le partage. Et on sait rapidement quelle partie est idéale pour l’un ou l’autre.

Olivier : Il n’y a aucune compétition entre nous.

Till : A la fin du concert, je n’ai pas l’impression d’avoir chanté. J’ai l’impression d’avoir fait les chœurs, alors qu’on a chanté à l’identique. Juste, on s’appuie l’un sur l’autre.

Olivier : Il y a vraiment une émulation. On se tire mutuellement vers le haut. Ou le bas, c’est à voir (rires).

maladroit,dead pop club,guerilla poubelle,till lemoine,olivier portnoi,interview,mandor

Après l'interview, avec Till Lemoine (à gauche) et Olivier Portnoi (à droite), le 28 août 2014.

18 septembre 2014

Richard Gaitet : interview pour Découvrez Mykonos hors saison

Gabriel Robinson - crédit photo Blaise Arnold.jpg

(Photo : Blaise Arnold)

Crédit photo  Marie Planeille.jpgSon émission Nova book box est le juke-box littéraire de Radio Nova. « Une machine à lire qui balance des morceaux de littérature aussi variés, exigeants et inattendus que la playlist musicale de la station… » Du lundi au jeudi, de 22h à minuit, Richard Gaitet feuillète essais, romans, recueils de poèmes, BD et autres curiosités.

Il n’est pas qu’un excellent journaliste/animateur radio, il est également l’auteur de deux livres : Les heures pâles parues aux éditions Intervalles en septembre 2013 (sous le pseudonyme de Gabriel Robinson) et plus récemment, fidèle au même éditeur, Découvrez Mykonos hors saison.

Et c’est cette facette-là de sa vie professionnelle qui m’intéresse.

Richard Gaitet fait aussi parti d’un groupe de jeunes écrivains qui sont amis et qui se réunissent souvent. François Perrin, Bertrand Guillot, Guillaume Jan, Julien Blanc-Gras et Richard ne souhaitent pas former un groupe, ni une école, mais ils se trouvent des affinités littéraires et amicales. Et ils gèrent le Prix de la Page 111. Tous de bons vivants et de bons écrivains. Les noms importants de la littérature de demain. A mon avis.

Le 19 août dernier, Richard Gaitet est venu à l’agence pour une très longue interview.

4e de couverture : 10311744_1503058649917993_602074592184149403_n.jpg

Mykonos, en Grèce.

Attirant chaque année près de 400 000 visiteurs, ce petit port paisible des Cyclades devient de mai à septembre un Eden touristique généreux en plaisirs universels (soleil, danse, fête, feta). Mais en mars ? Y-a-t-il seulement un club ouvert après minuit ?

Au hasard d’errances alcoolisées dans des rues blanches et désertes, deux pieds nickelés vont provoquer les dieux sans le savoir...

Entre fantaisie et comédie, cette épopée éthylique endiablée convoque aussi bien l’humour grand-guignolesque d’Hunter S. Thompson que l’art du mystère de la série Lost.

richard gaitet,gabriel robinson,découvrez myonos hors saison,les heures pâles,nova,nova book box,interview

Critiques :

Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine :

 « Un pamphlet hilarant contre l’illusion hédoniste (...) Le passé pèse lourd, la crise économique n’en finit pas, seule la poésie nous venge de nos malheurs... et c’est ainsi qu’un séjour raté en mer Egée peut donner un petit bijou d’humour et de concision. »

Grazia :

« Un récit drôlissime (...) L’important quand on rate quelque chose, c’est de le faire en beauté. »

Libération :

« Un premier roman haletant où le lecteur aura toutes les peines du monde à démêler le vrai du faux et les visions d’ivrogne des véritables phénomènes surnaturels. » Sara Guillaume,

Daniel Fattore :

« Un anti-guide touristique (...) Amusant et plein de faconde hyperbolique (...) Atypique et rafraîchissant. »

François Perrin, TGV Magazine :

« Entre farce et thriller ésotérique, une passerelle est lancée. »

Zèbre vengeur - crédit photo  Julien Goetz.jpg

Interview :

Raconte-moi ton parcours professionnel depuis que tu es arrivé à Paris.

Je suis arrivé en janvier 2004 à Paris pour travailler à Technikart. Ça a commencé par un stage de six mois qui s’est transformé en job de pigiste pendant deux ans et demi. Parallèlement, j’ai rencontré la journaliste qui a monté Standard, Magali Aubert. J’ai écrit deux papiers, puis elle m’a proposé de codiriger la rédaction. On a repensé ce trimestriel de culture et mode ensemble. Je me suis arrêté l’année dernière, mais j’ai fait ça pendant huit ans et demi. C’est le magazine à travers lequel s'est consolidée mon amitié pour François Perrin, Julien Blanc-Gras, Bertrand Guillot et Guillaume Jan. A Standard, j’ai compris mon rapport à l’information. Ça m’a aidé à me cultiver et à continuer à me nourrir de livres, de disques et de films. Comment bien en parler, aller en profondeur dans des dossiers thématiques ou de longues interviews… c’était une belle et très agréable éducation à l’information.

Pendant ce temps-là, tu as été aussi veilleur de nuit dans un hôtel deux étoiles du côté de la Madeleine.

Très peu de temps après, j’ai bossé à TPS Star. J’étais la « speakerine » de cette chaîne. Je présentais le film du soir pendant une minute trente. J’avais 100 % carte blanche. Je pouvais expliquer que le film n’était pas bien, mais qu’à un moment, il y avait une scène qui valait le coup.

Ensuite, tu as écrit deux ans pour le journal des abonnés de Canal+.

C’était très confortable parce que cela me demandait une semaine de travail par mois pour dire que le casting des films programmés était en béton armé et que la réalisation était virtuose. Ensuite, j’avais trois semaines avec un salaire assez confortable pour faire Standard.

Puis il y a l’aventure Nova...

Au printemps 2011, je reçois un coup de fil de cette radio qui cherchait de nouvelles voix masculines. Plusieurs personnes chez eux lisaient Standard et, par ailleurs, ils avaient eu vent de mon côté « cabot ». On m'a proposé de chroniquer des films. J’en ai fait quatre qui sont bien passées à l’antenne. Je suis ensuite parti avec eux couvrir le Festival de Cannes. Au retour, le directeur des programmes m’a dit qu’il avait bien aimé ce que j’avais fait. Il m’a proposé de lui suggérer de nouvelles idées d'émissions. Je lui ai soumis une dizaine de concepts qui ont tous été refusés. Et puis, un week-end à l'antenne, j'ai commencé à faire des parallèles entre la littérature et la musique. Si je dois désannoncer une chanson qui parle de rupture, est-ce que, dans ma bibliothèque, il y a une scène de rupture d'un livre que j’aime et dont je pourrais lire un paragraphe ou deux ? Après réflexion, le directeur des programmes m’a proposé d’animer du lundi au jeudi, de 22 heures à minuit, une sorte de "juke-box littéraire", qui est devenu la "Nova Book Box".

baf129ed9329e3c0d83c3889448ae919.jpg

C’est une sacrée belle école !

Je n'ai aucune obligation de suivre et de commenter l’actualité littéraire. Il faut que ce soit « le grand mix de Nova » adapté à la littérature, c’est-à-dire à toutes les époques,à tous les pays et à tous les styles, à partir du moment où ce que je lis à l'antenne correspond à Nova. Cette émission m’apporte un enrichissement extraordinaire. C’est une éducation personnelle et une formation intellectuelle permanente. Je poursuis ce que l’école ne m’a pas apporté à travers les films, les disques et les rencontres.

Te moques-tu parfois de certains auteurs ?

Non. Nous sommes dans une période de surproduction culturelle, il y a trop d’œuvres qui sortent. Quand il y a un livre-phénomène dont tout le monde parle qui me tombe des mains, je peux éventuellement en parler en des termes peu flatteurs, mais très rapidement, j’incite les auditeurs à lire autre chose. Les critiques négatives restent anecdotiques dans mon travail à Nova.

Quand on parle de livres tousles jours, qu’on est critique littéraire, est-ce que l’on flippe d’écrire et de publier des livres soi-même ?

Je ne suis pas critique littéraire. J’ai trop d’admiration pour ce travail. L'un des journalistes historiques de Nova, Rémy Kolpa Kopoul, grand passeur de musiques du monde, se définit comme « connexionneur ». Il établit des connexions entre les styles et les époques, entre autres. J’aime bien cette manière d’envisager son travail. Moi, je fais aussi des passerelles ou des collisions entre la musique et la littérature. J’aime lire des textes issus de « L’Anthologie de la subversion carabinée » de l’entarteur Noël Godin sur un instrumental hip hop de Talib Kweli, par exemple, ou essayer de déclamer en musique l’éloge funèbre d’un morpion par Théophile Gautier. Quand il y a un texte difficile, je m’amuse à trouver un moyen de le faire entendre de manière plus accessible. Mon travail est très ludique.

969356_1386939588196567_1189811420_n.jpgMais ça ne répond pas à ma question. Écrire soi-même quand on parle des livres au quotidien, ça met de la pression ?

L’accouchement de mon premier livre, Les Heures pâles, a été long et un peu compliqué, alors, je n’ai pas eu le temps de penser à d’éventuelles comparaisons ou à des jugements. Ça m’est venu quinze jours avant et quinze jours après la sortie.

Tu as mis presque six ans à l’écrire parce que c’est une histoire à 90 % autobiographique.

C’est l’histoire de ma famille et, principalement, celle de mes parents. Il m’a donc fallu un temps fou pour m’autoriser à écrire dessus. J’ai senti qu’il y allait avoir une vertu cathartique, que ça allait me permettre d’aller mieux en creusant dans l’introspection et en acceptant cette histoire de double vie de mon père. Je me suis interrogé sur le fait qu’écrire sur ce sujet était une trahison envers mes parents. Et puis, j’ai compris que j’avais le droit de raconter notre histoire. Le livre est centré sur les personnages inspirés de mes parents, certes, mais il fallait que je trouve la bonne distance et le bon ton. Avec les années et les différentes versions, je crois y être parvenu. Ce livre a mis du temps à sortir pour de multiples  raisons que je n’ai pas envie de raconter, mais du coup, la trouille d’être jugé par mes confrères n’était que secondaire.

Je crois que tu as fait lire le manuscrit à tes parents avant qu’il ne soit publié.

Oui, je voulais en parler avec eux. Ils ne se sont pas opposés à sa publication et j’ai trouvé que c’était une merveilleuse preuve d’amour de leur part.

Tu n’épargnes pas ta maman dans ce livre.

Ni plus ni moins que les autres personnes qui ont inspiré les protagonistes de cette histoire...A aucun moment je n’ai souhaité que ce livre soit un règlement de comptes. Si la colère est présente, ce n’est pas ce qui anime mon écriture. J’ai surtout voulu comprendre comment une histoire d’amour pouvait s’organiser ainsi.

Revenons sur ce qu’a fait ton père.richard gaitet,gabriel robinson,découvrez myonos hors saison,les heures pâles,nova,nova book box,interview

Il a choisi pendant dix-huit ans de ne pas dire qu’il avait quelqu’un d’autre dans sa vie avec qui il a eu un enfant. De son côté, sa femme, ma mère, a fermé probablement les yeux là-dessus. Mais pourquoi ? Que préserve-t-on en ne disant rien comme ça ? J’ai considéré que l’œuvre en elle-même valait le coup uniquement si je restituais la vérité des sentiments qui m’animaient quand je les regardais tous les deux, y compris dans les sentiments qui étaient désagréables. J’ai l’impression que les œuvres d’art qui nous marquent, ce sont celles où l’auteur s’est vraiment mis en jeu. L’idéal artistique, c’est d’y aller à 100 %.

S’interroger sur ses parents, c’est tenter de se retrouver soi-même ?

J’ai exprimé exactement comment j’ai ressenti la situation. Comment je voyais mes parents avec le positif et le négatif.J’ai voulu aller au cœur même de la vérité des choses. Ça vaut le coup de prendre un stylo pour raconter les moments heureux et ceux qui le sont moins. On se déleste de poids que l’on traîne sur son dos. Ils m’ont élevé dans la tendresse et la confiance. Je le répète, c’était de bons parents et je ne les changerais pour rien au monde, mais ils ont fait des choix que je ne comprends pas et qui ont des conséquences sur la personne que je suis aujourd’hui. Au fond, je m’interroge sur qui sont ces parents qui m’ont élevé.

Ce livre a-t-il déclenché des choses dans ta famille ?

Ce serait prétentieux de ma part de supposer que ça a arrangé les choses, mais ça a fait circuler de la parole. Ça me paraît fondamental.

levin.jpgJ’ai trouvé une certaine forme de sagesse et de philosophie dans ce livre.

Si c’est vrai, c’est magnifique. J’ai trouvé le ton de mon livre en lisant John Fante, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est encadré de deux de ses citations tirées du Vin de la jeunesse. Dans ce livre, il arrive à parler de son enfance misérable d’immigré italo-américain, fils de prolo. Cinq dans une petite maison, pas de chauffage, le père volage, la mère qui gueule. Il arrive à raconter ça avec un humour, un détachement, une vérité impressionnants. Ce n’est jamais pathos alors qu’il parle quand même de gens qui crèvent la dalle. J’ai voulu tout dire sur mon histoire familiale complexe, en gardant l’humour, en restant près des sensations, avec de la lumière.

Tout est une question de dosage dans l’écriture ?

Pour créer la vérité dans les sentiments, dans les situations et dans les dialogues, ce n’est que du dosage. Quel mot enlèves-tu ou ajoutes-tu ? Jusqu’où vas-tu avec les palettes d’émotions ? Est-ce que je dois être drôle, un peu, beaucoup, ou triste, un peu, beaucoup…

IMGP1071.JPG

Tu viens de sortir un livre complètement différent. Un livre de voyage-fantaisie surréaliste, Découvrez Mykonos hors saison.

Je précise que j’ai écrit Mykonos pendant que j’écrivais Les Heures pâles. Je me suis mis à raconter cette histoire en 2009, en revenant d’une semaine à  Mykonos, en mars, avec un pote. On a vécu grosso modo ce qui arrive aux deux protagonistes dans le livre. On pensait s’amuser beaucoup, rire, danser, s’éclater… mais tout était fermé à cette période-là. Il faisait mauvais en plus. Réflexe journalistique, j’ai décidé de poser des questions aux habitants, comme le patron de l’hôtel et celui du bar. Tous les lieux, les personnages évoqués, les propos tenus par les uns et par les autres sont vrais. J’étais tellement impatient de partager cette expérience et nos aventures rocambolesques que j’ai écrit ce petit livre en trois semaines. Je voulais juste le faire lire à mes potes pour les amuser. Puis, quand même, je me suis dit que cette histoire vécue était attrayante et assez drôle. J’avais envie d’un contraste. Le publier me permettrait de sortir de ce premier livre un peu lourd et élargir le spectre des possibles en racontant d’autres types d’histoires. De fil en aiguille, je corrige un peu le texte et je l’ai proposé à Armand de Saint Sauveur, mon éditeur. Il l’a accepté et l’a publié neuf mois après Les Heures pâles.Passer d’un drame familial à une comédie insulaire, je trouvais le contraste intéressant. Ces deux livres mélangés, c’est un peu ce que j’aimerais faire dans ma vie d’auteur.

Dans ce livre rythmé, il ne se passe pas grand-chose et pourtant, il se passe plein de trucs.

Je raconte comment on passe à côté de quelque chose et comment on espère que quelque chose va arriver.

IMGP1055.JPG

Tu as réellement pissé sur une église ?

Oui. Je n’en pouvais plus. J’avais trop bu.

Contrairement à ce qui arrive à tes héros, les dieux ne t’ont pas puni pour ce sacrilège.

 Pas encore, mais peut-être que la malédiction va s’abattre sur moi dans les jours prochains.

Tu crois en ces choses-là ?

Non, je suis agnostique.Je ne me reconnais dans aucune religion et dans aucun texte liturgique, mais je trouverais trop triste qu’il n’y ait que nous. J’aime bien supposer qu’il y a une couche supérieure qui nous échappe complètement. J’aime aussi l’idée que tout n’est pas qu’une succession de hasards et de coïncidences. C’est une hypothèse qui me plaît.

richard gaitet,gabriel robinson,découvrez myonos hors saison,les heures pâles,nova,nova book box,interviewTu te diriges vers où dans la littérature ?

Ça fait deux ans que je travaille sur un roman d’aventures maritimes, à la Jules Verne. Je raconte la première traversée transatlantique d’un jeune matelot belge, à notre époque, entre Anvers et Buenos Aires. Cette traversée va mal tourner. Il va être amené malgré lui à déjouer un complot international jusqu’en Antarctique. Je suis à peu près à la moitié du livre et je me demande si je vais arriver à mes fins (rires). Je sais où je vais. J’ai la structure en tête, je vois les enjeux, les motifs, le thème, mais comme c’est 100 % fictionnel, je peine un peu. Je n’ai jamais mis les pieds sur un cargo, je ne suis jamais allé en Antarctique, je ne connais rien à la mer. Je me documente donc beaucoup. Je restitue des sentiments que je connais au narrateur. Je mets un peu de moi chez lui pour alimenter le personnage. Il y a de la pantalonnade type Mykonos et progressivement, il y a un sous-texte entre le héros et sa famille qui noircit un peu l’ensemble. J’en suis à me demander si cela peut cohabiter. Je réfléchis là-dessus.Dans un livre, peut-il y avoir vraiment des scènes comiques et vraiment des scènes dramatiques ? Je me demande si je ne vais pas devoir faire des choix assez tranchés. En gros, j’aimerais écrire du Jules Verne en rigolo. Très légèrement scientifique et beaucoup humoristique et sexué.

Sexué ?

Ça m’étonne beaucoup, mais il n’y a pas de couilles dans Jules Verne. Cela dit, ça s’explique. Son éditeur lui demandait de fournir des romans très souvent et il souhaitait les vendre au plus grand nombre. Pour toucher toutes les tranches d’âge et en particulier les adolescents, au nom des bonnes mœurs, il n’y avait pas de scènes de sexe. Ce qui reste étonnant... dans un livre d'aventure.

10560580_10152267820862199_660024691227486248_o.jpg

De gauche à droite : Richard Gaitet, Julien Blanc-Gras, Guillaume Jan, Bertrand Guillot et François Perrin. (Photographie : Marie Planeille)

Bon, on va parler de la bande que tu formes avec Bertrand Guillot, François Perrin, Guillaume Jan et Julien Blanc-Gras. Vous avez créé une école ?

Quand j’ai dit à Julien que je te voyais aujourd’hui, on a réfléchi. On s’est demandé quels étaient les points communs entre nous cinq. On a trouvé plusieurs choses. Déjà, il y a l’humour. Dans des livres aussi différents que Paradis avant liquidation de Julien et Bois sans soif de François, des livres qui n’ont rien à voir dans leur propos, il y a la couleur humoristique qui est intégrée. Il y a aussi toujours, en toile de fond, une vigilance à ne pas apparaître comme des donneur de leçons. On restitue un voyage au Congo, l’intérieur d’un bar, Mykonos vide, mais sans avoir l’air de dire que notre avis est plus important que les autres. Il y a également, il faut savoir le reconnaître, l’alcool comme moteur narratif éventuel, et une sérieuse parenté avec Philippe Jaenada qui est notre maître à tous. Notre grand samouraï. Nous tous, à des degrés divers, on se réclame de lui.

J’ajoute que je trouve cette bande d’une grande humanité.

C’est pour ça que je suis heureux de les avoir choisis comme copains et que ce soit réciproque. Depuis que je suis ami avec eux, je suis content de constater à quel point ils sont attentifs aux autres. Ils savent écouter et regarder. Il n’y a aucune compétition entre nous, juste une émulation. Moi je retiens des leçons des avancées des autres.

Pourquoi ne voulez-vous pas officialiser votre bande ?

Que des gens très renseignés comme toi se penchent dessus, essaient de trouver des points de convergence entre nous est déjà extraordinaire. Nous, on n’y a pas réfléchi. Je suis toujours un peu méfiant sur le côté : « Regardez comme notre mouvement qui n’en est pas un est original et brillant. » Mieux vaut continuer à écrire des livres et à être attentifs envers les uns et les autres, ainsi qu'au monde qui nous entoure.

DSC09384.JPG

Après l'interview, le 19 août 2014.

13 septembre 2014

Gaëlle Vignaux : interview pour J'aime tes ex

gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandor

(Photo : Sand Mulas)

Gaëlle Vignaux observe le quotidien du haut de son mètre 54. Elle cueille les peurs, les bonheurs et les banalités, puis en fait des chansons. Drôles ou acerbes ou poétiques, parfois tout ça à la fois. Cela fait deux ans que je la croise. En concert ou dans des tremplins. Ce charmant petit bout de femme a beaucoup de talent.

Elle sera du 17 au 27 septembre aux Rencontres d’Astaffort (parrain: Alexis HK) et le 03 octobre à l’Espace Christian Dente  (ACP – La Manufacture Chanson – 75) en trio. (Première partie : Cyril Adda).

Son troisième album, J’aime tes ex, est sorti en mai dernier, une mandorisation s’imposait…

gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandorBiographie officielle:

Le jour ou Gaëlle peut enfin s’acheter ses propres disques, au revoir Michel Jonasz ou Piaf qui l’ont bercée, elle se jette sur Slayer et Metallica. A ses 1m54, elle cesse de grandir mais laisse pousser ses cheveux.

Et puis, le drame se produit. Lors d’un concert de Sépultura, elle balance sa tête d’arrière en avant, comme tout le monde dans la salle, et se cogne à  son voisin d’en face qui faisait la même chose. Le lendemain, on lui découvre un pou. Le surlendemain, elle a les cheveux courts. Sa veste en jean dégueux (des années de travail !!!) recouverte d’écussons ne la sauvera pas de l’exclusion, lente mais certaine, de ce qui était devenue sa famille musicale d’adoption. S’en suit une boulimie de découvertes. Des chants Inuits à  Allain Leprest, en passant par les Pixies, Bowie ou Dvorjak…leurs disques cohabitent dans une harmonie confuse et délicieuse.

Afin de constater ce qui subsiste de ces multiples aventures musicales, elle entre aux Ateliers Chansons de Paris. Au cours de ces deux années, elle abandonne l’idée d’appartenir à  un style en particulier, se fabrique une plume, et fait de belles rencontres dont Gaspard Lanuit qui compose sur ses premiers textes (Gaëlle…avec 2 L – premier album autoproduit en partenariat avec la SACEM).

En 2006, Clément Petit (violoncelliste) intègre le projet en tant que musicien, puis arrangeur (Cité Thorez – second album). Leur complicité les mènera à co-composer “J’aime tes ex”, qui sortira en mai 2014.

Argumentaire de J’aime tes ex :

De ses deux ailes, Gaëlle a gardé sa plus belle plume pour ce troisième album.gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandor
Et c’est portée par ses musiciens qu’elle explore une chanson plus dense, moins minimaliste.
Clément Petit, violoncelliste, co-compositeur, arrangeur et réalisateur de l’album l’a invitée à oser…

Oser des chansons qui, pour la plupart, ont pris vie à l’écoute des compositions.
Des musiques qui, à elles seules, ont parfois suggéré l’idée même de textes « cousus sur les mesures ».
On peut, face à une page blanche, s’interdire mille et un sujets. Mais quand une musique
vous le suggère violemment, l’exercice n’en est que plus délicieux.

A oser des arrangements plus étoffés tout en préservant  l’intimité des mots.
Des partitions ciselées, mais toujours au service de la dérision, de l’humour, du doux chagrin.
Des cuivres aux sonorités second line, comme un pied de nez à la thanatophobie, comme on danse aux funérailles à la Nouvelle Orléans.
Une batterie aux airs de cuisine, préparée par le chef du Tremens Delirium.
Un quatuor à cordes très masculin sous les talons d’une Mini miss ratée.

Et puis, à oser inviter d’autres artistes…Nicolas Jules et Presque Oui.

gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandorInterview :

Es-tu issue d’une famille d’artistes ?

Pas du tout. Mon papa de cœur, avec lequel j’ai vécu, travaillait à la SACEM. Il écoutait tellement de musique à son travail que, du coup, à la maison, il n’en mettait pas beaucoup. Et s’il en écoutait, c’était de la variété de cette époque. Julien Clerc, Michel Jonasz… des gens comme ça. Sinon, dans ma famille, il n’y a qu’une personne qui chantait, c’était mon papi. Il chantait pour lui, mais tout le temps. C’était son moyen d’expression.  Dès qu’il se passait quelque chose dans la vie, il trouvait une chanson qui illustrait le propos. Parfois, c’était énervant.

Tu es une chanteuse dont l’importance des textes est primordiale. Ecoutais-tu des chanteurs dits « à texte » justement.

J’ai découvert des textes profonds et intéressants quand je suis rentré aux ACP la Manufacture Chanson. Nous avions des ateliers d’écriture dans lesquels nous nous retrouvions confrontés à des textes superbes. C’est ainsi que j’ai découvert par exemple Allain Leprest.

C’est lui qui t’a donné envie d’écrire de beaux textes ?

Lui et d’autres. Mais, je n’ai jamais eu envie de l’imiter. Allain Leprest à une écriture particulière et incomparable. C’est difficile de le copier, c’est même impossible. Il y a des choses que j’adore manger, mais que je n’ai pas envie de cuisiner. Il parvient à mettre aux mots des sensations ou des émotions d’une forte intensité. Il a une facilité extraordinaire.

Quand tu écris, penses-tu à tel ou tel artiste en te demandant : « Qu’aurait-il écris à ma place ? », « est-ce que je suis de son niveau ? »gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandor

Non, surtout pas. J’essaie de trouver l’image, la métaphore la plus juste et naturelle qui soit, avec mon langage. J’essaie que ce ne soit pas trop éloigné de la façon dont je parle et que ce soit assez lisible pour tout le monde.

Finalement, tu estimes faire de la chanson « populaire » ?

Je veux surtout que mes chansons soient comprises par un grand nombre, sans pour autant céder à la facilité.

Dans ton répertoire, il y a des chansons qui se comprennent au premier degré et parfois, il faut un peu gratter la première couche pour découvrir toutes les subtilités.

Oui, c’est le jeu.  Au lycée, j’adorais les interprétations de textes qu’on nous donnait à faire. Je trouvais génial cette liberté de pouvoir interpréter à notre façon ce qu’écrivait quelqu’un d’autre.  Dans un texte, on peut dire beaucoup de choses, mais c’est mieux quand on garde un peu de pudeur. Je laisse pas mal de portes ouvertes pour permettre à celui qui écoute de ressentir ce que je chante avec son propre vécu.

Tu écris soit des chansons drôles, soit des chansons un peu mélancoliques ou  émouvantes. J’imagine que ce sont deux aspects importants de ta personnalité ?

J’ai l’impression d’être comme ça. Je peux pleurer vite, mais de joie ou de tristesse. Vraiment pour un rien. Je suis une chialeuse. Paradoxalement, parfois, j’écris une chanson triste et, finalement, on la trouve drôle. C’est le cas de « La moche » par exemple. En général, les gens rient quand je la chante.

Gaëlle Vignaux en live (Pic d'Or 2014) chante "La moche".

« La moche », c’est du vécu. Quand on te regarde, tout porte à croire que non.

Oui, c’était moi quand j’étais plus jeune. J’étais bouboule jusqu’à la fac. Il y a des situations que je chante dans la chanson que j’ai effleurée dans ma propre vie.

Tu ne racontes que des histoires vécues ou vues dans ton entourage ?

Je crois que mon activité préférée, c’est d’être dans un endroit où il y a énormément de monde et d’observer. Puis, éventuellement, de raconter dans des chansons.

Le monde que tu racontes n’est pas un monde toujours joli…

Je ne suis pas très optimiste. J’adore la vie, c’est d’ailleurs pour ça que j’ai super peur de la mort. J’ai un peu de mal à me laisser aller au bonheur et cela se ressent dans les chansons que j’écris. Je crois au bonheur, il est bien là, mais il est souvent au bout d’un chemin difficile. Il n’est pas donné comme ça.

J’ai l’impression que tu aimes bien mettre des coups de pied dans la fourmilière.

J’ai du mal à réagir du tac au tac dans une conversation. Dans un débat, j’ai toujours peur de dire des choses que je pourrais regretter. La chanson me permet de me poser et de dire ce que je pense après réflexions, de façon assumée, une bonne fois pour toute.

Gaëlle Vignaux en dui avec Nicolas Jules, "Notre ombre".

gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandorIl y a un duo avec Nicolas Jules, « Notre ombre ». Je n’ai jamais su si c’était une chanson négative ou positive sur le couple.

Les deux. Ce n’est pas du vécu chez moi, mais c’est de l’observation de couples d’amis. Je les trouvais fusionnels et ça me paraissait génial. En vérité, il en découlait qu’ils n’étaient plus eux-mêmes. Ils se sont oubliés. Je crois, moi, qu’il faut garder une part d’indépendance.

A la fin de cette chanson, tu dis « nous ne sommes plus que l’ombre de nous-même ».

Disons qu’il faut faire attention quand on est en couple. Moi, le jour où on tentera d’écraser ma personnalité, ça se passera moyennement (rires).

A ce propos, il me semble que tu as une sacrée personnalité.

Je fais vraiment tout pour être une personne agréable, mais je crois que je suis un peu une chieuse quand même.

gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandor

(Photo : Sand Mulas)

Il y a un duo avec Presque Oui. Tu aimes chanter en duo, dis donc.

Sur les deux précédents albums, il n’y a aucun duo, alors que j’avais très envie d’en faire. Mais, je suis trop timide. Là, j’ai osé, parce qu’on s’est dit, avec Clément Petit, qu’il fallait qu’on se fasse plaisir sur cet album. J’aime l’univers des deux personnes qui chantent avec moi sur mon disque et en plus, ils sont très humains.

Tu as reçu quelques prix pour cet album. C’est important, ce genre d’encouragement ?

Oui, j’ai besoin d’encouragement. Je suis passé d’un album guitare-violoncelle-voix à un album où nous sommes douze, avec des cuivres, un quatuor à cordes… j’avais hâte d’avoir le retour des gens qui avaient écouté les précédents. L’encouragement, pour moi, c’est plus par rapport à la programmation en concert. C’est ça que j’attends et là, ça devient plus compliqué.

As-tu l’impression que d’album en album, tu fais des progrès ?

Je sens que je gagne en maturité et en écriture. Mais comme c’est toujours moi qui raconte, le caractère et la façon de voir les choses restent les mêmes. Il y aura toujours ce petit côté, « je vais vous raconter un truc qui pique un peu, mais en mettant de l’humour dedans » ou «  je vais vous raconter un truc drôle, mais on ne va pas se marrer tout le temps ». La vie est faite ainsi, de toute façon.

gaëlle vignaux,j'aime tes ex,interview,mandor

Après l'interview...

04 septembre 2014

Archimède : interview pour Arcadie

archimède,arcadie,interview

(Photo : Valérie Archeno)

archimède,arcadie,interviewLes deux premiers albums d’Archimède ont largement été plébiscités : deux nominations aux Victoires de la Musique, des clips totalisant 2 millions de vues ; plus de 200 dates de concerts... Il faut dire que ce groupe est très doué. Des textes français servis de mélodies à l'anglaise, le duo ne s'interdit rien. Nico (chant) et Fred Boisnard (guitares) se sont isolés pour construire ce troisième projet. De la trentaine de maquettes qui en a résulté, onze titres seulement ont été retenus. Le meilleur du meilleur. Cette nouvelle aventure est marquée par la collaboration avec A.L.B.E.R.T, trois musiciens et réalisateurs connus pour leur travail avec Arthur H, Jean Louis Aubert ou encore Alain Souchon. Leur collaboration a permis d’élargir la palette des sons et des thèmes abordés. Archimède 2014 devrait conquérir un public encore plus large. C’est tout le bien (mérité) qu’on leur souhaite.

Le 26 juin dernier, je suis allé à la rencontre de Fred et Nico Boisnard dans les locaux de leur maison de disque, Sony.

Interview :archimède,arcadie,interview

Après votre précédent album Trafalgar, je trouve qu’Arcadie est, lui aussi, très bien reçu par la presse musicale et généraliste.

Nico : Nous aimons les mélodies, mais nous avons un attachement très fort aux textes. Quand les journaux disent que l’on raconte vraiment des choses fortes et que ça les touche, ce sont des retours sur le travail que l’on a fourni qui sont importants.

Avez-vous l’impression de faire des progrès d’album en album ?

Fred : Musicalement, oui. Moi, j’ai beaucoup appris entre le premier disque de 2009 et celui-ci, principalement dans le jeu de guitare et dans ce que l’on peut insuffler dans certaines mélodies. On apprend et on se pose des questions que l’on ne se posait pas forcément avant. Nous tentons d’abandonner ce que l’on a l’impression de faire depuis toujours.

Il faut éliminer les réflexes ?

Fred : Oui, sans perdre la spontanéité et la naïveté non plus. C’est hyper important de sortir une mélodie et de se dire que le premier jet est réussi. Sans intellectualiser, il faut faire en sorte que ce premier jet soit magnifié.

Nico : C’est la même chose pour les textes. Je n’aurais pas réussi à écrire un « Dis-le nous » ou « Le grand jour » sur les deux premiers albums. Quand on évoque des sujets douloureux, il faut avoir un peu de pratique et avoir progressé dans le cheminement de la langue. Il faut savoir évoquer un sujet sans que ce soit de manière frontale. C’est bien d’utiliser les chemins de traverse.

Premier clip tiré de l'album Arcadie, "Julia".

Pour « Le grand jour » qui parle d’un enfant malade à Necker, c’est pourtant frontal.

Fred : Non, c’est juste la dernière phrase qui est frontale. Sans elle, on ne saisit pas le sens de la chanson.

Nico : Dans le texte, je joue avec un champ lexical et tout passe par des images. Il fallait trouver un angle fort pour parler des enfants malades. L’angle en question, c’est le jour où le clown leur rend visite. Il s’agit de leur lueur hebdomadaire.

Pourquoi avoir écrit cette chanson ?

Fred : Cette chanson a été écrite quand on a perdu un pote de notre âge, il y a presque deux ans. Ça a fait resurgir des émotions relatives à notre adolescence où mon frère avait perdu un copain. J’avais 13 ans et je me souviens que je trouvais horrible d’être hospitalisé en long séjour.

Nico : J’exorcise aussi peut-être la hantise de vivre la chose. Mes enfants ont eu des petits ennuis de santé à leur naissance. Ça me touche donc beaucoup.

Dans « Dis-le-nous », vous racontez l’annonce de l’homosexualité en milieu rural.

Nico : C’est une chanson hyper sincère qui s’adresse à un proche qui est homosexuel et qui ne le dit pas. On vient d’un département, la Mayenne, où ce n’est pas aisé de s’annoncer comme tel.

Mine de rien, il y a beaucoup de chansons où on se fait piéger. On croit écouter une histoire et on comprend sur un mot que ce n’est pas du tout ça.

Nico : On donne souvent les clefs du thème de la chanson aux deux tiers. Une bonne chanson, c’est aussi créer un suspens. Il ne faut pas être bas de plafonds. A ce niveau-là, dans cet album, je trouve qu’on a muri.

Chez vous, la création doit-elle être ludique ?

Fred : Dans cet album, on a mis beaucoup de nos émotions dans les musiques et dans les textes. On se sent concernés dans tout ce qui est dit. Mais, il faut aussi s’amuser pour ne pas tout dévoiler à la première écoute. On aime que l’auditeur soit concentré à la première écoute pour comprendre le thème de la chanson. Les fois suivantes, il peut se laisser aller à une écoute plus intuitive.

archimède,arcadie,interview

Beaucoup d'articles très positifs pour cet album...

Tous les deux, vous travaillez indépendamment. Vous n’êtes jamais ensemble.

Fred : J’ai besoin de m’enfermer. Je suis dans une petite pièce, huit heures par jour avec un ordinateur, un clavier et une guitare. C’est de l’acharnement.

Nico : Moi non. Les idées viennent quand je me promène. Je ne peux pas me mettre derrière un bureau pour écrire un texte. Je suis tout le contraire de mon frère. Soit ça vient, soit ça ne vient pas.

Parlons de la chanson la plus rock « Allons enfants ». Nico, ça te gène si je dis que tu chantes un peu comme Bertrand Cantat époque Noir Désir ?

Nico : J’ai la même scansion. En écrivant la chanson, je me suis rendu compte qu’elle devenait efficace en terme de sens à partir du moment où je hachais la langue et où on se plaçait dans un registre de rythmique et de métrique très saccadé.

Fred : On a essayé de contrebalancer dans la prod avec des guitares un peu « japonaises » avec des effets un peu « plastiques ». On n’a pas voulu la grosse guitare distordue.

Nico : Nous ne sommes pas issus de ce genre-là musical. On est plus dans une pop mélodique. Les Français qu’on aime, c’est Renaud, Dutronc, Polnareff ou Nino Ferrer. Si on ne nomme pas Noir Désir dans nos influences, il n’empêche qu’on les a beaucoup écoutés et qu’on les admire.

Ça Fly Away (live at RTL2)

Abordons le thème de la chanson « Ça fly away ». Même s’il y a beaucoup de seconds degrés, vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère. Vous critiquez les artistes français qui chantent en anglais.

Nico : C’est une chanson à charge, je l’avoue. On ne peut pas faire dans la demi-mesure quand on écrit sur ce thème-là.

Fred : On rencontre beaucoup de groupes français qui chantent en anglais dans les festivals.

Nico : Je le répète, une chanson doit être à charge. Il faut qu’elle aille au fond du sujet. Après, en interview, on modère le propos. Nous ne sommes pas des patriotes écervelés. Nous ne sommes pas contre les groupes français qui chantent en anglais. On surligne la chose, c’est tout. Il ne faut pas prendre cette chanson comme quelque chose de revanchard. C’est un tacle sur le mode de la joke.

Fred : Ce qui est amusant, c’est qu’on pourrait nous reprocher de faire une production complètement anglaise sur cette chanson. Il y a de nombreux clins d’œil à la musique anglaise. On contrebalance ainsi sur ce que l’on balance. Il faut se calmer, ce n’est qu’une chanson ironique.

archimède,arcadie,interview

Vous avez travaillé avec le collectif A.L.B.E.R.T. Il faut parfois changer d’équipe ?

Fred : Il faut surtout parfois se poser des questions. Les deux premiers albums ont été très bien réalisés par Philippe Paradis. Dans ce troisième album, on a juste ouvert les oreilles sur ce qui peut se faire ailleurs. On a un style bien à nous. Il faut chercher des sonorités différentes. J’ai tapé à la porte de ces gens-là parce que je me suis dit que c’était bien de glaner vers des claviers un peu à l’ancienne. On a fait des essais et ça a été concluant immédiatement. Ils ont apporté autre chose à Archimède.

Nico : Ce sont des magiciens du son. Nous sommes arrivés avec les compositions et l’écriture terminées. Ils ont filé une grosse claque à certaines de nos maquettes,  sur les arrangements et la production, mais nous restions les seuls maîtres à bord de l’œuvre.

Chez vous, il n’y a jamais de chansons anodines. C’est à la fois gai dans les musiques et sombre dans les textes.

Nico : Comme Dutronc et Ferrer, on parle de la société avec un petit rictus au bord des lèvres. Dans nos chansons, il y a plus de fond qu’il n’y parait.

Fred : On est dans cette filiation-là. On aime bien le télescopage entre le fond et la forme.

Nico : L’illustration parfaite de cette idée-là étant la chanson « Toi qui peines au bureau ». On a une chanson hawaïenne, chaloupée, à base de ukulélé et en même temps, c’est une carte postale d’un actionnaire à ses ouailles. Nous avons donc une chanson engagée dans le fond et très dégagée pour la forme. Quand nous trouvons un équilibre comme ça, nous sommes ravis.

archimède,arcadie,interview

Avec les Archimède à l'issue de l'interview... selfie (avec perche discrète) le 26 juin 2014.

03 septembre 2014

Jennifer Murzeau : interview pour la sortie d'Il bouge encore

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

Auteure à suivre ! C’est ce que je fais d’ailleurs depuis deux ans. J’ai découvert Jennifer Murzeau avec son premier roman, Les grimaces (voir sa première mandorisation). Elle y croquait avec humour et férocité le monde de la télévision et, plus généralement le monde de l’entreprise, impitoyable et cruel…

Si elle a traité le thème de l’aliénation dans la sphère professionnelle, avec son deuxième roman, Il bouge encore, elle est allée plus loin dans l’exploration de ce thème, mais dans la sphère privée cette fois. Elle a essayé de démêler les mécanismes qui conduisent à des vies qui défilent, glissent, sans que la pensée, la contemplation, le calme n’aient une place digne de ce nom. Par ailleurs, elle s’intéresse depuis plusieurs années aux dérives du néolibéralisme, aux conséquences qu’elles ont sur l’homme (et l’environnement)...

Je sentais que Jennifer Murzeau allait progresser, qu’elle pouvait pousser plus intensément ses analyses et ses préoccupations.

Elle est venue à l'agence pour la seconde fois, le 14 août dernier, pour me présenter son deuxième livre.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorLe mot de l’éditeur :

Antoine tombe de très haut quand on lui apprend qu'il est renvoyé de son entreprise. Il tombe d'encore plus haut à la réaction de Mélanie, sa compagne. Celle qu'il croyait être son alliée peine à cacher son désarroi, son mépris progressif pour cet homme en qui elle avait placé tous ses espoirs de revanche sociale : la maison, le bébé, le confort existentiel... Antoine va s'inventer une vie affairée pour mieux sombrer dans l'inaction et la solitude, vivre dans le mensonge et la mystification. Progressivement, il va renoncer aux autres, au monde, à lui-même. De toute façon, ses amis sont trop occupés à leur réussite personnelle, sa famille est si loin... Il décroche. Sa vie de certitudes s'effondre doucement. Libéré des contraintes sociales et des désirs conditionnés qui sont une prison, il va petit à petit considérer sa situation d'un nouvel œil. Et, qui sait ? commencerjennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor sa mue.

Jennifer Murzeau analyse la dérive d'un homme et le naufrage d'un couple de façon crue et chirurgicale. Elle dresse le tableau d'une époque ou la réflexion et les questionnements sont des actes de résistance.

L’auteure :

Jennifer Murzeau est née en 1984. Elle a été journaliste pour France 2, Direct 8 et France Culture et collabore aujourd'hui aux rubriques « société » des magazines Stylist, Glamour et Néon. Elle a publié un premier roman, Les Grimaces, chez Léo Scheer en 2012.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorInterview :

Comme dans Les grimaces, tu reviens ici avec des considérations sur le monde de l’entreprise.

Ça fait partie des grands systèmes coercitifs que connait l’époque. Je pense que le monde de l’entreprise est très cruel et surtout, très conditionnant. Il apprend à être un soldat, à subir des choses qui ne sont pas forcément très morales, à devenir un peu cynique. Ce monde est assez représentatif de l’époque. On conditionne les êtres et la révolte devient de moins en moins possible. On peut s’y croire obligé d’accepter son sort, comme on peut se croire obligé d’accepter la société telle qu’elle est. Le monde de l’entreprise oblige à l’abnégation.

Comme tu n’aimes pas le monde de l’entreprise, tu es en freelance. Tu es donc fidèle à tes convictions ?

Je suis seule chez moi et les gens que je fréquente professionnellement, c’est uniquement pour le meilleur, entre guillemets.  On se voit épisodiquement et c’est toujours une forme d’émulation. J’aime bien retrouver des gens dans le cadre d’une conférence de rédaction, par exemple. Quand j’étais dans le monde de l’entreprise, j’appréciais moins. Je me suis taillé une vie plus précaire financièrement, mais plus chouette existentiellement.

Ce que tu racontes dans Il bouge encore est en complète cohésion avec tes valeurs jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorpersonnelles.

J’exprime quelques convictions personnelles très fortes. Ce que l’on mange, par exemple, est une de mes vraies préoccupations. Je me suis beaucoup rencardée sur la question. J’ai vu de nombreux documentaires et lu beaucoup d’ouvrages sur ce sujet. Je me suis aussi documentée sur les dérives du néolibéralisme. J’ai compris comment tout cela est un système très bien huilé pour que chacun d’entre nous devienne un consommateur qui ne se pose pas trop de questions. Dès que l’on commence à gratter un peu, c’est moche. C’est moche humainement et d’un point de vue environnemental. Les conséquences sont très graves. Mon livre n’est rien d’autre que l’histoire de l’éveil existentiel d’un homme. Cet éveil passe aussi par une prise de conscience du monde dans lequel il vit.

Avant de passer à cet éveil, Antoine, ton héros, passe par une phase de déchéance. Il commence par un goût fort prononcé pour l’alcool.

Antoine a recours à l’ivresse comme une béquille, mais je ne dirais pas qu’il sombre dans l’alcoolisme. Il a vraiment le plaisir absolu de l’ivresse. Il y a une forme d’élévation spirituelle quand il boit. Sa vie devient un peu plus poétique.

Il y a dans ce livre beaucoup de sujets graves abordés. Veux-tu faire bouger les consciences ?

J’aimerais bien que ça titille, que ça chatouille, que ça gratouille et que ça encourage un certain nombre de remises en question. Je ne suis qu’une auteure et je n’ai pas la prétention de révolutionner la pensée, loin de là. Moi-même, je tâtonne. Dans ce livre, j’ai exprimé des prises de conscience personnelles. Aujourd’hui, au quotidien, je suis une consommatrice qui fait super gaffe. J’ai l’impression que le salut de l’époque ne pourra pas venir de décisions politiques et encore moins de celles des lobbys. Il y a une vraie force individuelle qui doit être prise très au sérieux. Je crois à l’éveil des consciences individuelles. Si chacun commence à se poser des questions, ce monde foutraque qui court à sa perte sera obligé de se requestionner entièrement et donc, de changer. Si je peux insuffler l’idée que c’est chouette de ne jamais cesser de se poser des questions, même si ça demande une rigueur assez importante parce qu’on n’a pas toujours le temps, l’énergie,  parce que la vie file vite, parce qu’on a toujours des contraintes familiales, sociales, professionnelles, ça me convient. Il faut garder toujours un petit coin pour la réflexion et pour l’esprit critique par rapport à sa vie et à son  couple. Il y a beaucoup d’automatismes qui très vite régissent des existences entières.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandorJ’ai l’impression que l’amour n’est pas un sujet pour le couple que forment Mélanie et Antoine.

Ils sont ensemble. Ils sont reconnus socialement comme étant un couple. L’amour, finalement, ils ne s’en inquiètent pas. L’important c’est qu’ils existent comme une entité. Il y a de l’alcool, il y a des rituels sociaux qui font que l’on s’agite, on s’étourdit. Tout devient très rodé.  Il n’y aucune communion spirituelle entre eux. Ils vivent juste l’un à côté de l’autre. Le grain de sable dans le mécanisme qu’est le licenciement d’Antoine va ébranler cette petite vie bien réglée. La dissonance se fait jour.

Que représente le couple pour toi, en vrai ?

J’ai toujours été hyper vigilante. J’accorde une importance immense au couple. C’est un moteur qui est inouï dans une vie. C’est une équipe, quelque chose qui permet de braver l’existence et ses difficultés, qui permet de se motiver mutuellement.

Mélanie n’est pas une femme très sympathique.

Parce qu’elle refuse la remise en question. Elle a une forme de revanche existentielle à prendre. Cela dit, ce n’est pas une excuse parce qu’on a tous des casseroles au cul. L’idée, c’est de s’en défaire, de ne pas reproduire et surtout de ne pas en faire des excuses. Elle n’a peut-être pas eu les ressources émotionnelles et cognitives pour faire face à tout ça. Elle a décidé de se cacher les yeux comme une enfant et d’avancer avec des carottes comme la petite promotion au boulot, le couple qui fait bien sur le papier, l’enfant éventuel à venir… ce sont des codes très établis qui ne sont pas forcément très intelligents à l’épreuve du réel.

Plus le livre avance, plus on sent une dissonance entre Antoine et Mélanie.

Lui s’éveille peu à peu et elle reste complètement dans le même trip. Elle refuse même toutes les issues intellectuelles qu’il lui propose.

Quand on évoque les questions liées à l’écologie, il y a toujours une angoisse assez généralisée.

Les gens se sentent souvent mis en cause personnellement quand on parle d’écologie. Les questions qui y sont liées sont encore très souvent assimilées à des discours anxiogènes et culpabilisants. On  a beaucoup à gagner à voir se répandre un discours plus constructif. Il existe déjà et plein de gens biens le portent, comme la documentariste Olivia Mokiejewski. Il faudrait qu’on fasse en sorte que les gens comprennent qu’il y un sens à tout cela, et que ce n’est pas chiant à faire.

Tu expliques dans ton livre qu’on est tous responsables de ce qui arrive à la planète.

On est tous collabos d’un système. Il faut voir dans quelle mesure on peut tenter de s’en dégager et de proposer autre chose.

Y a-t-il une démarche politique dans ton livre ?

Oui, même s’il ne s’agit pas d’un pamphlet antilibéral. Ce n’est pas un livre théorique. Et puis ma démarche est avant tout littéraire. J’ai mené un travail d’écrivain en livrant la trajectoire d’un personnage, il se trouve que ça mène à l’évocation de sujets qui me tiennent à cœur. Des sujets qui peuvent faire peur, alors pour tâcher d’être percutante, j’ai misé sur une identification forte du lecteur, et sur une littérarité étudiée. Antoine n’est pas un activiste des droits de l’homme, juste un type lambda qui découvre grâce à Internet des documentaires qui l’incitent à se poser des questions sur le rôle qu’il joue dans ce vaste monde, en tant que consommateur pour commencer. Dans ce livre, on accède à l’intimité la plus triviale et la plus obscène et, en même temps, à des prises de conscience très larges. Parler de leur déliquescence personnelle, c’est parler de la déliquescence d’une époque.

Interview du site de la FNAC, enregistré par FnacTV le 3 juillet 2014 aux éditions Robert Laffont, à Paris. Captation : Lena Besson et Pierre-François Cordonnier. Montage : Pierre-François Cordonnier.

Selon toi, la société est-elle très malade ?

Oui, mais on peut dire que de tout temps, ça n’a jamais été facile et même qu’il y a eu des époques beaucoup plus violentes que la nôtre. C’est certainement vrai, mais il se trouve que je connais celle-ci et que j’en suis témoin. A plein d’égards, je trouve cette époque effrayante. Le règne de l’argent a créé des abus ahurissants. L’exploitation de l’homme par l’homme, l’exploitation de la nature, ça atteint des proportions grotesques. J’ai l’impression que l’humanité se suicide. On ne se rend pas compte que tout ce qu’il se passe aujourd’hui peut avoir des conséquences désastreuses. L’époque laisse trop peu de place à la réflexion.

Pourquoi écris-tu toujours sur l’aliénation ?

J’aime bien essayer de comprendre les mécanismes qui mènent à une forme d’aliénation qui fait que l’on devient des êtres très malléables.

N’as-tu pas eu peur d’écrire un livre anxiogène ?

Non, je ne crois pas qu’il le soit. Certains lecteurs m’ont dit que j’étais dure, que je ne caressais pas dans le sens du poil, mais ça ne leur avait pas déplu ! Ça me flatte quand on me dit ça, parce que la littérature, c’est aussi fait pour secouer. Ce qui est important dans ce livre, c’est qu’au-delà du fait que mes constats sont relativement négatifs sur l’état de la société et sur l’état de ce couple, il demeure une lueur très optimiste. J’ai quand même une certaine foi dans l’homme et dans les prises de conscience des gens. Et puis il y a dans ce que j’écris, l’idée de la liberté. Antoine retrouve la liberté et la liberté, on peut en faire des choses exceptionnelles. On retrouve son libre arbitre et on se défait de l’aliénation dont on était devenu le jouet. Il bouge encore est un livre anti fatalisme.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

Avec Jennifer Murzeau, après l'interview, le 14 août 2014.

Edit : Le 16 septembre dernier s'est tenue une rencontre dédicace de Jennifer Murzeau à la Librairie de Paris de la place Clichy. C'est avec plaisir que j'ai animé cette soirée devant une quarantaine de personnes. Voici quelques photos de l'évènement.

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel).

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Manuel Sanchez)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Filipe Vilas-Boas)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

jennifer murzeau,il bouge encore,interview,mandor

(Photo : Douglas Cabel)

01 septembre 2014

Pierre Faa (Peppermoon): interview pour Gingko Biloba et Prismes

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

© Wenpeng Lu. Pierre Faa devant une œuvre éphémère de Pierre Roy-Camille.

Pierre Faa écrit sur les autres, écrit aussi pour les autres, interviewe la planète chanson pour des magazines, réalise des pochettes de disques pour d’autres artistes, a fondé Peppermoon (duo pop élégant), et sort des albums sous son propre nom.

Pierre Faa mérite l’admiration de tous. Il a la mienne.

Pierre Faa m’impressionne, car il a l'intelligence, la culture et l'expérience d'un homme qui connaît la chanson, et de l’intérieur.

Étrange mosaïque sonore, tantôt acoustique, électro, lo-fi, lyrique ou intimiste, l’œuvre de cet artiste unique (et malheureusement encore trop méconnu) me touche, comme il devrait toucher un public féru de chansons pop élégantes et troublantes.

Homme sans emphase, sans théâtre. C’est rare. J’apprécie sa présence. Et j’ai aimé le recevoir à l’agence le 18 août dernier pour évoquer ses deux nouvelles sorties de disque : son deuxième album personnel, Gingko Biloba et le nouveau Peppermoon, Prismes.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorCe que Pierre Faa dit de lui et de son nouvel album, Ginkgo Biloba :

Suis un chanteur à voix douce, pas envahissant, plutôt rêveur… qui entend avoir le droit de partager cet univers-là, même s'il n'est pas le plus fédérateur du monde. Question de principe !

Comme le premier, ce deuxième album a pris son temps. Dans un contexte différent puisque je l'ai produit moi-même. Depuis que j'ai réalisé le premier Peppermoon en 2009, je n'ai pas cessé de travailler sur des chansons, et ça s'entend : il y a des textures sonores, des voyages, des rencontres qui sont passés par là.

Travailler avec Jay Alansky, avec Erica Buettner, Elsa Kopf, Iris de Peppermoon et Emmapierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor Solal (ordre alphabétique) est à chaque fois un apprentissage. Sans fin. Il faut aller chercher des sons, des émotions différentes. Chacun vous apporte sa vision, ses richesses, ses fêlures aussi. Au plaisir du partage, je substitue cette fois le plaisir d'explorer en quasi solitaire, tout de même rejoint par quelques amis musiciens de passage : quelques guitares de Benoît Pillon et Christophe Héry, quelques percussions de Philippe Istria, quelques insectes électroniques semés par Yamori Kota... et une ou deux surprises...

Ceux qui me suivent sur scène connaissent certaines chansons, polies au fil des concerts (Parisienne, Ginkgo Biloba, La mer, la nuit) et deux autres créées par Buzy (Nébuleuse, Un mot pour ça), que je reprends dans des arrangements très différents. Il fallait que je les rassemble, un jour ou l'autre. C'est fait.

Je chante toujours feutré parce que c'est ce que j'aime entendre. Mais je crois pouvoir dire qu'il y a plus de nerf et de corps dans certains morceaux, des rythmiques autour desquelles je peux enrouler mes volutes.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorInterview :

Je suis content de te recevoir, Pierre.

Je tiens à te remercier d’avoir passé du temps avec ma musique. Je ne pars jamais du principe que c’est un acquis ou un dû. Quand je réécoute mes chansons, je n’entends que les petits défauts, ce qui m’incite à vouloir être meilleur la fois suivante.

Un artiste n’est jamais objectif sur son propre travail. Es-tu d’accord ?

Il y a ceux qui sont fans d’eux-mêmes et il y a ceux qui, au contraire, se battent la coulpe. Pour ma part, j’espère juste pouvoir mesurer la part de progrès que je fais sur le son ou sur les textes. Je me dis que je peux éventuellement présenter mon travail et ne pas en avoir honte, parce que j’ai été au maximum de ce que je pouvais produire. En sachant que mes possibilités d’aujourd’hui sont, j’espère, moindres que celles de demain. Si on ne veut pas se présenter avec une marge de vulnérabilité et de choses critiquables, il ne faut pas faire ce métier.

Tu es également journaliste musical. Tu rencontres donc beaucoup d’artistes. Parfois, ce sont des chanteurs de variétés. Nous nous sommes croisés chez Patrick Bruel. C’est marrant parce que ce genre de chanteur est aux antipodes de ce que tu fais comme travail musical.

Je ne vais jamais interviewer un artiste en tant qu’artiste, mais en tant que simple journaliste. D’ailleurs, je ne suis pas persuadé que Bruel et d’autres artistes sachent que je fais moi-même des chansons. Je ne me mets jamais en avant et je ne viens surtout pas pour parler de moi. Il est arrivé ponctuellement qu’au fil des années, il y ait des relations amicales qui se tissent avec tel ou tel artiste, alors, à ce moment-là, ça vient dans la conversation.


Pierre Faa : "Le nombre ne valide rien" (le 26 août 2014) par Europe1fr

Frédéric Taddéi : "Pierre Faa, vous êtes peut-être le chanteur le plus humble que j'ai recu jusqu'à présent au Europe 1 Social Club..."

Toi qui es un artiste exigeant, quand tu interviewes un chanteur qui interprète des pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor« bluettes », tu n’as pas envie de leur faire des remarques ?

Je suis exigeant pour moi-même. On a tous nos idées de ce qu’est l’endroit où on veut arriver avec une chanson, l’endroit où on voudrait emmener les gens. Ce ne sont pas les mêmes que ceux de certains autres artistes, même très doués comme Albin de la Simone ou Bertrand Belin. Nous avons chacun notre royaume secret et enfantin et je ne me permettrais jamais de critiquer celui d’un autre. De toute manière, les comparaisons n’ont pas lieu d’être. Je suis toujours épaté par le talent des autres. Il y a des talents très divers que je n’ai pas et quand je les vois chez les autres je sais les reconnaître. Faire de grandes chansons populaires qui attirent des gens dans les stades, je n’ai pas cette capacité-là.

Tu parles de royaume propre à chaque artiste, peux-tu me décrire le tien ?

Il est toujours en rapport avec l’enfance. Il y a toujours des rêveries d’enfance dans mes chansons. Ce sont des années où on a le temps de rêver. J’ai grandi dans des endroits où on s’ennuyait ferme. A posteriori, ce n’est pas si mal.

Tu as fait de la musique très vite dans ta jeunesse ?

Non, je n’ai pas été immédiatement dans l’action. Mes tous premiers souvenirs sont musicaux. À même pas un an, je me souviens avoir entendu Jacques Loussier Trio à la radio,  dans un décor très précis : un appartement dans lequel mon père et ma mère ne sont pas restés longtemps. La première fois que j’ai entendue « Comment te dire adieu » qu’interprétait Françoise Hardy est un souvenir marquant également. « La ballade de Johnny Jane » aussi. Quand j’étais petit, je voulais faire Jane Birkin comme métier.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorTu es fan d’elle ?

Parmi les premiers disques que j’ai achetés, il y a ceux de Jane dans les années 70.

Comme Gainsbourg l’a fait avec Jane Birkin et bien d’autres, toi aussi, tu travailles avec beaucoup de femmes ?

S’il y a quelque chose qui est comparable avec Gainsbourg, sans que cela soit présomptueux, c’est que l’on doit avoir une sensibilité féminine. On a plus de facilité à se connecter au pôle féminin.

Tu es à l’origine des albums d’Emma Solal, Elsa Kopf et quelques autres que, personnellement, je ne connaissais pas.

Ce n’est pas une posture de travailler avec des artistes femmes inconnues. Il y a tellement d’intermédiaires pour toucher un artiste réputé que ça m’épuise d’avance. En France, il y a des gens avec lesquels je trouverais intéressant de faire un jour un texte ou une musique. Pour les joindre, il faut remuer ciel et terre, je n’en ai pas envie. Je préfère donc aller à une forme de naturel, de simplicité. Travailler avec des gens qui ne se posent pas 36 000 questions.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

Peppermoon (Iris et Pierre).

Tu n’es pas très connu en France pour ton travail perso ou pour ton groupe Peppermoon, contrairement à certains autres endroits, comme l’Asie.

Pour Peppermoon seulement. Le nouveau disque est sorti d’abord en Corée et ensuite à Taïwan. L’Europe était ensuite le gouffre qui avalait ce qu’on avait durement gagné en Asie. Ici, tout coûte une fortune. Quand on gagne des yuans en chine et qu’ensuite on dépense des euros, on ne va pas loin.

Ça veut dire que dans ces pays là Peppermoon a une notoriété conséquence ?

Nous ne sommes pas des artistes grand public, « mainstream », et nous ne sommes pas pour autant des inconnus. Mais, réunir quelques centaines de personnes en Chine, il n’y a pas de quoi se vanter non plus. Il y a quand même une affection particulière autour de la façon dont j’aime prendre les voix, de façon assez proche, avec une certaine délicatesse. Mes chansons sont bien perçues là-bas parce qu’elles correspondent à ce que les Asiatiques se représentent de la chanson française, de l’héritage de Jane Birkin, de Françoise Hardy, mais aussi plus récemment de Keren Ann et de Carla Bruni.

Qu’aiment-ils chez Peppermoon ?

Peppermoon, c’est du macaron musical. Nous sommes une boite de macaron Ladurée pour les oreilles. On fait quelque chose qui ne fait pas peur s’apparence, qui a un côté mignon, mais qui a une saveur qui n’est pas celle d’usine.

Tu regrettes ta situation en France ?

Oui, mais comme on était très occupé là-bas, ça nous a pris du temps et il y a certainement des efforts que je n’ai pas faits ici pendant ce temps. J’ai le projet de refaire un petit paquet de chansons de mon répertoire en piano-violoncelle. Il y en a certaines d’entre elles dont je continue à me dire qu’au fil des années, elles peuvent toucher un certain public. J’ai parfois l’impression de ne pas avoir pris le bon chemin. Et puis, j’ai beaucoup appris entre le son du premier album et celui d’aujourd’hui. Je n’ai pas arrêté de faire de la musique, de voyager, de voir des gens différents et, j’espère, de progresser. Je me suis énormément nourri d’apports extérieurs.

"Basse, batterie guitare", written & produced by Pierre Faa, taken from the album "Ginkgo Biloba" (2014)

(Première diffusion officielle du clip, chez Mandor. Merci à Pierre Faa de sa confiance!)

Es-tu curieux de ce que font les autres ?

Bien sûr. Je continue à acheter beaucoup de musique et à lire intensément. J’ai toujours envie d’explorer.

En écoutant tes textes, je sens aussi une nourriture spirituelle.

Il faut savoir que j’étais un drôle d’enfant qui faisait de l’astrologie. Depuis l’âge de neuf ans, je suis tombé là-dedans comme Obélix dans la potion magique. J’ai étudié cette science et je sais faire des thèmes. Ça te confronte à une part de mystère et d’étrange. J’ai toujours aimé la science-fiction et le fantastique. J’aime bien tout ce qui repousse les limites et tout ce qui nous ramène à une forme d’humilité par rapport à des forces et des mystères qui nous dépassent. Le mysticisme en fait partie. Je suis donc plus sensible aux manifestations made in Asia de ce sentiment-là. J’ai été très tôt en contact avec le Tao Te King ou Le Vrai Classique du vide parfait de Lie-tseu, deux grands jalons de la pensée d’Extrême-Orient. Le Shintoïsme m’intéresse beaucoup. J’en ai été imprégné.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

(photo © Dior Sa - live in Seoul with Peppermoon, 2013)

Écris-tu différemment quand tu écris pour toi ou pour Peppermoon ?

Pas pendant la création. Disons que ce que je fais pour Peppermoon, c’est plutôt bleu ciel et ce que je fais pour moi, c’est plutôt bleu nuit. Mais généralement, quand j’écris, je ne sais jamais à qui le texte sera adressé. C’est après que je décide à quelle voix ira le mieux la chanson. Je me mets au piano et je regarde ce qui tombe. Il n’y a jamais de projet au départ, tout est instinctif.

Tu parles comme si tu n’étais pas responsable de ton inspiration.

Disons que je perds un peu le contrôle à un moment. S’oublier, se perdre dans une suite d’accords, si ça ne m’arrive pas quand j’essaie de le faire, alors je ne peux pas prétendre que ça fasse rêver les gens ensuite. Il y a dans la création certains aspects de la méditation, mais je ne cherche pas à faire le vide dans mon esprit quand je compose. Au contraire, on appelle des images, on appelle une espèce d’effervescence.

Pourquoi n’écris-tu que pour les femmes ?

J’aimerais bien travailler avec un interprète masculin qui serait plus extraverti que moi et plus « chanteur » au sens traditionnel du terme. Pas un chanteur diseur comme moi.

C’est ce que tu penses de toi ?

Je ne suis pas un prince de la technique vocale.

Étienne Daho non plus, et pourtant…

Que l’on soit Daho, Sheller, Chamfort, ce qui est important, c’est de faire bien ce que l’on propose. C’est comme un peintre qui veut faire une toile en utilisant du gris et du bleu, on ne va pas forcément lui demander pourquoi il n’a pas mis de rouge et de jaune. À partir du moment où tu as choisi une certaine façon de présenter ta création et ta vision du monde.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

(Kyoto - 2014)

Tes « chanteuses » ont des voix très différentes.

J’ai été très chanceux, j’ai pu exprimer des facettes très différentes. Donc aujourd’hui, j’aimerais avoir cette même complicité avec un jeune chanteur qui serait moins intériorisé que moi et qui serait moins émotif pour la scène. Je fais des mélodies pas faciles, c’est ça le pire. Si je faisais des musiques linéaires, ce serait plus simple à chanter. Pour moi, chanter mes chansons sur scène, c’est une conquête.

Je sais que tu aimes la difficulté dans la création de chanson.

Ça me rappelle la chanson de Sheller, « Un endroit pour vivre ». À un moment, il dit : « J’aimerais faire quelque chose, pas forcément facile. » Il a raison, pourquoi faudrait-il que tout soit forcément facile ?

Pourtant, parfois, tu as des mélodies simples, mais terriblement efficaces.

Si je ne vais pas toujours musicalement vers la simplicité, par contre, je n’ai pas peur de la simplicité mélodique. J’ai observé parfois chez certains artistes français, presque une peur et une sorte de snobisme autour des mélodies trop évidentes.  Il y a au moins un endroit, un moment, dans une proposition artistique, qui est directement compréhensible. Elle peut être dans l’interprétation ou dans la façon de balancer un texte. Ce n’est pas toujours cérébral à tous les étages. Il y a toujours un endroit où c’est physique. C’est important qu’à un moment, ça se connecte au plexus solaire. S’il y a toujours des métaphores dans mes chansons, je fais en sorte qu’il y ait toujours un endroit où les gens puissent passer sans difficulté.

Pierre Faa - je n'attends rien from pierre faa on Vimeo. Premier extrait de l'album Gingko Biloba.

Il y a une chanson qui s’intitule « Je n’attends rien ». C’est pour ça que tu es un solitaire dans la création ?

Oui, je fais tout moi-même sauf la guitare. Je ne suis pas bon avec cet instrument. Je le regrette d’ailleurs. Mais si je fais tout tout seul, c’est aussi par défaut. Quand j’ai commencé Peppermoon avec Iris, je cherchais quelqu’un pour produire l’album. J’ai rencontré quelques personnes qui étaient éventuellement intéressées, mais à chaque fois, venait sur la table la question du financement. À cette époque-là, il n’y avait pas d’Ulule ou autres, j’étais pris au piège. Je n’avais pas les sommes qu’ils me demandaient, je me suis donc retrouvé à faire les choses moi-même. Au départ, j’en ai beaucoup souffert, car je ne me considérais pas du tout comme arrangeur. J’étais très mal à l’aise avec les machines, j’ai donc réellement appris.

Aujourd’hui, tu y trouves du plaisir ?

Oui. Ça m’a pris trois ans pour que je commence à apprécier ce travail.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorSur ton premier album, tu as travaillé avec Jay Alanski. Ce n’est pas rien.

J’ai adoré ma collaboration avec lui. D’ailleurs j’ai fait une chanson qui l’évoque dans mon deuxième album, « Song for Jay ». Je voulais lui dire que j’aurais aimé que notre travail ensemble soit plus aimé. Je veux me mettre de côté. Jay m’a donné énormément. De son temps, de son énergie, de son affection. Il faut apprécier les gens, pour passer des mois sur des chansons de quelqu’un d’autre. Il n’a pas souvent été juste arrangeur pour un album, donc vraiment, il m’a fait un cadeau très généreux. J’ai été hyper touché et je continue à l’être.

Il t’a appris beaucoup ?

Bien sûr. Il m’a appris la liberté sonore. J’avais des idées reçues sur la façon de faire les choses, sur comment ça doit sonner… Il m’a expliqué parfois le contraire de ce dont j’étais certain et ça a marché à chaque fois. Pour ce qui est de bousculer les idées reçues. Il m’a permis de pousser mon sens de l’exploration.

Il a écouté ton nouvel album ?

Oui, il y a des choses qu’il aime beaucoup et il y a des choses avec lesquelles il est moins en phase. C’est normal.

Avec ton album solo, je considère que tu n’es pas à l’abri d’un succès tellement je le trouve excellent.

À force d’avoir du mal à m’intégrer au système du disque en France, j’en ai développé une notion du succès très différente. Si cela t’arrive à vingt ans, tu vends des disques et tout va bien. Tu es un peu sur un tapis volant. Tu te laisses porter, les choses sont faciles et tu ne vois pas forcément la suite. Donc, le succès est à l’extérieur. Moi, ma vision du succès, je l’ai intériorisée. Mon succès, c’est mon progrès.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

Avec Pierre Faa, après l'interview, le 18 août 2014.

Pour terminer, sachez que Pierre Faa sera en concert en double plateau avec Sarah Jeanne Ziegler le vendredi 26 septembre à 20h00 à La Dame de Canton, à Paris.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

29 août 2014

Manon Tanguy : interview pour Somniloque

manon tanguy,somniloque,interview,mandor

La délicate Manon Tanguy est une artiste à part. Ce qu’elle chante, personne ne le chante. Son timbre de voix unique, un peu fragile, qui interprète des chansons graves, intenses, drôles, impertinentes, voire licencieuses, parfois. Un visage de gamine, des chansons d’adultes. J’adore. Je la suis depuis trois ans maintenant (lire ici, sa précédente mandorisation).

Elle vient de sortir un premier album, Somniloque qui aligne des chansons qui n’épargnent personne et qui m’incitent à penser qu’il faut se méfier des visages angéliques…

J’espère que la jeune femme ne tardera pas à trouver son public.

manon tanguy,somniloque,interview,mandorBiographie officielle :

Manon, auteure-compositrice, raconte ses histoires, à sa manière... Toute une galerie de personnages souvent décalés.

Une rencontre improbable un jour de décembre 2009 et le charme fait le reste... Elle enregistre 2 titres avec Laurent Duflanc, bassiste et guitariste pour l’occasion, sur une compil locale. Puis les choses s'accélèrent.

Manon  livre le 14 février 2011 un CD 6 titres prometteur Untel a dit ça, enregistré chez Philippe Henry (Liz et Jeanne Cherhal, Orange Blossom...).

En mai 2011, elle sera récompensée par le Prix de la Sacem aux Beaux débuts, organisé par l'association Chant' Appart, avec le soutien du chanteur Jehan.

La formation s'étoffera pendant l'été avec l'arrivée d'une violoniste.

Retour en studio, pour enregistrer 6 titres qui sortiront en février 2012, Faux semblants. Manon est en finale des tremplins de Face & Si, Couvre Feu, Eté Cigale, Poupet, France Ô Folies 2012. Deux concerts complets à Paris (Sentier des Halles et ACP Manufacture Chanson).

manon tanguy,somniloque,interview,mandor

En janvier 2013, Manon devient Manon Tanguy.

Repérage du Chantier des Francos, demi-finaliste du Prix Georges Moustaki, Prix Mozaïc Le Mans Cité Chanson, Prix ACP Manufacture Chanson et Prix de la Musique et de la Sacem au Pic d'Or de Tarbes, Prix Pause Guitare et 1er Prix du Jury aux Rencontres Matthieu-Côte en 2013 !

Dans le courant de l'été, Yannis Quillaud, multi-instrumentiste, remplace Jenny Galvao. manon tanguy,somniloque,interview,mandorDésormais trio avec guitare, piano, ukulélé, basse, métallophone...

1ères parties de Mina Tindle, Amélie les Crayons, Laurent Voulzy, Sansévérino, Dominique A, Thomas Fersen, Nicolas Jules, Olivia Ruiz, Mathilde Forget, Ben Mazué, C2C, Jeanne Plante...

Après une tournée de 20 dates en Italie (du Nord à la Sicile) du 24 janvier au 15 février 2014, Manon Tanguy sort son 1er album Somniloque le 17 mars 2014, 11 titres dont un duo avec Askehoug.

(Pour contacter Manon Tanguy, il faut s’adresser au Comptoir Musical (Eddy Bonin) : 09.50.64.22.07/06.81.14.19.77 ou lecomptoirmusical@gmail.com).

manon tanguy,somniloque,interview,mandorInterview :

Je t’avais reçu pour le premier EP Faux semblants. Que s’est-il passé entre cette sortie et ce premier album ?

J’ai grandi depuis et je sais plus vers quoi je veux aller. J’ai fait aussi pas mal de premières parties, ce qui a contribué à me donner encore plus de goût à ce métier. L’arrivée de Yannis a ajouté quelque chose de supplémentaire à l’atmosphère de mes chansons.

Dans cet album, on retrouve certains morceaux issus des EP précédents tels Les improbables, Trois petits points ou encore Faux semblants, agrémentés de plus d'instruments et avec des arrangements plus travaillés. Tu me disais que dans un premier EP on se cherche. T’es-tu trouvée avec cet album ?

Disons qu’il y a des choses qui deviennent plus automatiques pour moi qu’avant, du coup je peux mieux me concentrer et maîtriser plus intensément l’expérience du studio et de la scène. Maintenant, te dire comment je sens que j’évolue, c’est un peu compliqué.

Morceau acoustique de Manon Tanguy, "Les Improbables", enregistré dans les locaux de la radio SUN à Nantes, le jeudi 10 Avril 2014.
© Avril 2014 www.lesonunique.com (Vidéo)

Tu as fait beaucoup de concerts et de tremplins depuis ton EP Faux semblants, as-tu l’impression de progresser ?manon tanguy,somniloque,interview,mandor

Ça dépend des jours. Il y a des jours où je suis malade, comme aujourd’hui, où je vois tout en noir et d’autres jours où je m’aperçois du chemin parcouru. En tout cas, je sais qu’il y a encore beaucoup de travail et je devine sur quel point il faut que j’insiste. J’ai manqué pas mal d’occasions à cause de différentes choses, mais l’année prochaine, on va essayer d’améliorer tout ça. Je suis persuadée que l’on va avancer plus rapidement. Je suis très optimiste sur l’avenir.

Quand on me parle de toi, c’est toujours de manière positive. Tu sens qu’il se passe quelque chose autour de ta personne ?

Je ne sais pas. Parfois, j’ai peur que l’on me mente. Que l’on me dise que ce que je fais est bien juste pour me faire plaisir, du coup, je passe peut-être à côté de critiques qui me permettraient éventuellement de progresser. En fait, pour être sincère, je ne sais pas trop comment je suis perçue.

"Somniloque", 1er clip extrait du 1er album, Somniloque (2014)
Production : Le Comptoir Musical / Réalisation : Yannis Quillaud

Somniloquer, c’est parler quand on dort. C’est ton cas. Est-ce le fruit de tes paroles nocturnes qui deviennent des chansons ?

Somniloque, c’est exactement ça. Après, c’est plus une approche psychanalytique qui permet de répondre à deux questions. Que se cache-t-il derrière chaque rêve ? Où est-ce que je veux en venir ? En fait, la lecture d’un rêve, je la retrouve beaucoup dans la lecture d’une chanson. Avec le recul et les années qui passent, je regarde mes textes différemment. Le rêve, c’est quelque chose qui m’attire beaucoup, j’ai l’impression que c’est comme un exutoire, mais finalement, une chanson pourrait l’être tout autant.

Toutes tes chansons proviennent de tes rêves ?

Non, mais sur le moment, j’ai l’impression qu’elles s’écrivent malgré moi. C’est moins vrai aujourd’hui, mais ça l’a beaucoup été. Avec le recul, je me rends compte que c’est vraiment l’inconscient qui s’exprime. C’est assez impressionnant. Aujourd’hui, j’ai une lecture très différente de textes que j’ai écrits il y a un ou deux ans. C’est assez bluffant de constater que je suis passée à côté de choses très évidentes.

Manon Tanguy "L'incendiaire" extrait de l'album "Somniloque".
Clip : Production Le Comptoir Musical et Smac

As-tu envie parfois que le conscient corrige un peu l’inconscient ?

Je ne corrige pas souvent. Il m’arrive de revenir sur des termes que je trouve maladroits, mais rarement. J’estime qu’il y a un peu de potentiel dans chaque phrase et après, je vois ce qu’on en fera avec l’équipe qui travaille avec moi.

Tes histoires sont souvent surréalistes. Il n’y a pas beaucoup de gens normaux dans tes chansons, il me semble?

Tu trouves ? Je crois que tu te trompes. Je chante un peu le quotidien. Juste, les personnages sont contrastés, mais rien de plus. Ce que je raconte est très réaliste, mais c’est du réalisme déguisé. Ça permet de ne pas réfléchir sur certains aspects…

Les histoires sont parfois cruelles, tu ne peux pas dire le contraire.

Elles sont un peu cyniques, pas cruelles. Dans la vie, moi, je suis juste un peu  moqueuse. L’humour permet de dire certaines de choses.

Les 2 premières semaines de la tournée italienne...
Musique : Manon Tanguy "Les eaux claires" extrait de l'album "Somniloque" (Le Comptoir Musical 2014)

Tu es partie en tournée en Italie. Vingt dates en l’espace de vingt-quatre jours.

C’était génial comme expérience. J’ai trouvé assez magique de rencontrer une culture différente de la nôtre dans un contexte économique assez troublant. Il y a là-bas une générosité magnifique. Ce qui était amusant, c’était de tester la musicalité de mes chansons, que ce soit instrumentalement ou textuellement. On a eu un super accueil. J’en suis revenue beaucoup plus riche.

Tu fais quoi en ce moment artistiquement ?

Nous sommes en création de nouveaux morceaux, donc ça fait du bien. On essaie de jouer le plus possible. On aimerait bien s’exporter au Canada. Nous voulons faire vivre le projet au maximum et s’exprimer le plus et le mieux possible.

manon tanguy,somniloque,interview,mandor

Manon Tanguy avec ses deux musiciens, Laurent et Yannis, le 21 mars 2014.

26 août 2014

Annabelle et Grégory Mouloudji : 20e anniversaire de la disparition de Marcel Mouloudji

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandor

Marcel Mouloudji n’est plus de ce monde depuis vingt ans.

Quelle place occupe-t-il dans la mémoire collective?

On se souvient de lui comme de l'interprète de « Comme un p’tit coquelicot ».  Mais ce grand artiste ne peut pas se résumer à cette chanson. Nous devrions nous souvenir de ses talents d’acteur Les disparus de Saint-Agil de Christian-JaqueNous sommes tous des assassinsd’André Cayatte…), de ses tours de chant consacrés à Boris Vian ou Jacques Prévert au Vieux-Colombier…

Mais il est vrai qu’on avait oublié le peintre, le producteur et éditeur qui lança notamment la carrière de Graeme Allwright, l’homme de convictions qui chantait dans les usines et participa notamment à un gala de soutien à la gauche chilienne, l’auteur d’Enrico, un ouvrage de mémoire, écrit alors qu’il avait tout juste 20 ans, couronné par le Prix de la Pléiade ou encore le pacifiste qui interpréta pour la première fois « Le déserteur » en 1954, le jour même de la chute de Diên Biên Phu.

Deux actualités viennent de sortir pour se remémorer l’homme important que fut Marcel Mouloudji. Un disque, Hommage à Mouloudji – En souvenir des souvenirs et un livre, Mouloudji, athée ô grâce à Dieu. Un travail auquel s’est attelé ses deux enfants, Annabelle et Grégory (avec la complicité artistique précieuse de Laurent Balandras).

Le 26 juin dernier, j’ai eu la chance de les recevoir tous les deux (résidant désormais aux États-Unis, Grégory était de passage éclair en France).

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandor

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandorLe livre : Mouloudji, athée ô grâce à Dieu  (Editions Carpentier).

Deux enfants, deux familles, qui portent le nom d’un absent dont ils entendent parler bien plus qu’ils ne le voient.
Annabelle et Grégory racontent dans cet ouvrage leur Mouloudji, leur papa.
Annabelle s’adresse à lui pour trouver des réponses aux questions qu’elle était trop jeune pour lui poser.
Grégory, à l’image de son père, nous fait revivre des séquences du film de sa vie.
À travers des documents exclusifs, ils tracent un portrait intime de leur père, loin de la biographie officielle que le lecteur pourra trouver dans d’autres ouvrages.
Suivons-les dans ce livre atypique dont le personnage central tutoie la poésie et se révèle
comme l’une des figures majeures des arts du XXe.

Le disque : Hommage à Mouloudji - En souvenir des souvenirs... (Discograph)

Si le 14 juin 2014 marque les 20 ans de la disparition de Marcel Mouloudji, il demeure à annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandorjamais présent dans l’inconscient collectif grâce à tous les standards qu’il a créés de sa voix de velours, de sa gouaille révoltée et de son jeu d’interprète passionné. Ses enfants, Annabelle et Grégory Mouloudji, nous font redécouvrir la qualité de son répertoire à travers, chose inédite, un album hommage.

Sous la direction artistique de Laurent Balandras et avec Fréderic Lo à la réalisation et aux arrangements, une poignée d’artistes fascinés par Mouloudji (comme Louis Chedid, Christian Olivier (des Têtes Raides), Alain Chamfort, Daphné ou encore Jil Caplan) donnent une nouvelle vie à ses grands succès incontournables que sont "Comme un p'tit coquelicot", "un jour tu verras" et "Le déserteur", ou à des titres des années 68/72 tels que "L'un à l'autre étranger" ou "Enfin tu me viendras" dont la relecture souligne leur caractère intemporel.

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandorInterview :

Votre père est parti il y a vingt ans. Le temps est-il passé vite ?

Annabelle : Oui. Je n’en reviens pas. C’est passé à la vitesse de la lumière. J’ai complètement perdu la notion du temps par rapport à cet évènement.

Grégory : Moi, j’ai un assez bon rapport au temps, me semble-t-il. Évidemment, quand on se retourne, on se dit que ça fait déjà longtemps que notre père n’est plus là.

Pour fêter cette date anniversaire, un livre et un disque viennent de sortir. C’était primordial pour vous de marquer le coup ?

Annabelle : J’avoue que j’en avais très envie. On en a parlé tous les deux et (regardant son frère), tu n’étais pas contre.

"Comme un p'tit coquelicot". (1951)

Laurent Balandras vous a aidé à mettre en forme ces deux projets.

Grégory : En fait, c’est presque lui qui est l’initiateur de tout ça. Qu’Annabelle et moi, nous en ayons parlé, c’est une chose, mais lui nous a aidés à concrétiser tout ça.

Je vous expliquais en off que j’ai entendu toute ma jeunesse votre papa, parce que ma maman en était très fan. Il fait donc partie de ma vie depuis toujours. Mais, j’ai remarqué que beaucoup ne savent pas qui il est et principalement les jeunes d’aujourd’hui.

Annabelle : Comme vous, je me suis aperçue que le nom de mon père ne faisait écho à rien à pas mal de monde. Les trentenaires ne le connaissent pas, c’est donc la fin d’un cycle. Ça fait partie de l’autre siècle. C’est pour cela que ces deux projets m’ont excitée. Je voulais faire en sorte que les gens le découvrent ou le redécouvrent.

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandor

Quand il a fallu se replonger dans les archives pour préparer le livre, vous avez vécu cela de manière différente tous les deux ?

Annabelle : Moi, j’ai très bien vécu la chose. Si cela avait été douloureux,  je ne l’aurais pas fait. C’était même plutôt agréable de me replonger dans les archives familiales, d’effectuer toutes ses recherches, de rencontrer des gens qui l’ont bien connu et qui m’en ont parlé avec beaucoup de tendresse… Quand on croise des personnes qui nous racontent des anecdotes sur lui  qu’on ne connaissait pas, c’est toujours intéressant. Moi, je n’ai jamais été très proche de lui, dans le sens où ce n’est pas quelqu’un qui parlait beaucoup. De plus, j’étais trop jeune pour discuter de choses sérieuses et importantes de la vie avec lui… En fait, on n’a parlé de rien. Donc, entendre les autres parler de lui, j’adore.

Vous, Grégory, vous le connaissiez un peu mieux. Vous êtes même partie en tournée ensemble.

Grégory : Par rapport à ce que vient de dire Annabelle, j’ai l’avantage d’avoir sept ans de plus qu’elle. Quand j’avais quinze ans, elle en avait huit, forcément, on ne vit pas les mêmes choses. Comme j’ai grandi au Portugal, j’avais soif de connaître mon père que je voyais une fois ou deux par an. Quand je suis revenu en France, je ne me suis pas posé la question de savoir si je pouvais le connaître ou non, je me suis imposé sans lui laisser le choix. J’avais les clefs de son appartement à Paris, j’allais et venais comme je le souhaitais. Il ne faisait pas d’effort pour me recevoir, mais en même temps, il ne me fermait pas la porte.

"La complainte de la butte" (1955).

Laurent Baladras dit de votre père qu’il « engendrait des chansons, des livres, des films, des tableaux et deux enfants avec la même inconscience ». Vous n’émettez aucun bémol avec cette affirmation ?

Annabelle : C’est plutôt juste. Il était spontané dans ses choix et ses démarches. Il ne se prenait pas vraiment la tête.

Grégory : Il faut resituer le contexte. C’est un homme qui s’est marié très jeune. Il n’a plus vécu avec sa femme au bout de douze ans, mais il est resté marié avec elle vingt-cinq ans. C’est un homme qui n’a pas fait d’enfant avec sa femme légitime, mais qui en a fait avec des jeunes femmes.

Précisons que vous n’avez pas la même maman. D’ailleurs, j’aime bien le fait que vous rendiez hommage à vos mères respectives au début du livre.

Grégory : On écrit un livre sur un personnage qui se trouve être notre père. Mais ce n’était qu’un homme, il a bien fallu qu’il y ait des femmes pour faire les enfants que nous sommes. Nous trouvions normal de restituer leur part de réalité. Pas seulement par rapport à la célébrité et à la gloire d’un homme.

"Un jour tu verras" (1967).

Grégory, vous n’êtes pas toujours tendre avec lui. Vous dites qu’il était narcissique, qu’il avait des oursins dans les poches quand il s’agissait de vous aider financièrement, qu’il n’avait pas peur de vous laisser être le témoin de quelques-unes de ses liaisons…

Grégory : Ce dernier point m’était réservé. Je crois qu’il a épargné Annabelle de ça. Je dois avouer que j’ai connu une succession de maîtresses. Je ne savais pas qui elles étaient réellement. Si j’étais en sa présence, il ne me cachait pas sa vie intime. annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandor

Annabelle, il me semble que vous êtes plus indulgente avec lui ?

Annabelle : Non, je ne crois pas. Cela dit, j’avais écrit un livre il y a quelques années, La p’tite coquelicot. Je racontais les choses un peu différemment et je réglais mes comptes. Le temps a passé, je n’ai plus envie de m’épancher de nouveau sur ce que j’ai déjà dit.

Grégory : Pour ma part, quand je décris certains aspects de la personnalité de mon père, c’est parce que je décris le personnage le plus exactement possible. Je ne vais pas raconter qu’il était pécuniairement généreux, alors qu’il manquait toujours un franc pour faire dix francs, sauf si c’était pour son bon plaisir. Je n’ai pas voulu l’agrandir, ni l’amoindrir, j’ai juste voulu le décrire tel qu’il était. Et puis, sincèrement, il y a des choses dont j’ai été témoin et que  je n’évoque pas dans un livre.

Marcel Mouloudji interprète Boris Vian : "Le Conscrit" (Allons enfants) (1952).

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandorVotre père a connu Jacques Prévert, Boris Vian, Charles Dullin, Jean-Louis Barrault, Louis Jouvet,Sartre, Colette, les surréalistes André Breton, Raymond Queneau, Robert Desnos, Marcel Duhamel (le fondateur de la Série Noire de Gallimard). Il a fait parti de la vie artistique du 20e siècle. Vous étiez impressionné par cela, ou pas ?

Annabelle : Moi je suis toujours très impressionnée par tout ce qu’il a fait et par les gens qu’il a connus. Quand je regarde ce qu’il a réalisé, j’ai l’impression de n’avoir rien fait moi-même. Depuis que je me suis replongée dans sa vie artistique pour les besoins de ce livre, il m’impressionne encore plus.

Grégory : Avec son frère André, dès leur adolescence, ils ont été acceptés et adoptés par les plus grands. Cette part de sa vie est absolument miraculeuse.

Vous êtes fière de lui Annabelle?

Annabelle : Fière n’est pas le mot. Je me dis juste que j’ai de la chance d’avoir eu un papa comme lui. Un homme qui a créé beaucoup de belles choses. En plus, tous les enfants n’ont pas l’occasion de connaître le passé de leur père. C’est génial d’avoir un papa qui a écrit sa vie. Mes racines sont à ma disposition, finalement. C’est un luxe.

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandor

Le 14 juin 1989, ma première rencontre professionnelle avec Annabelle Mouloudji.

Vous deux, Annabelle et Grégory, quand vous vous voyiez, vous parlez de votre père ?

Annabelle : Oui, tout le temps.

Grégory : Vous savez, avec tout l’amour qu’on peut lui porter, il était quand même problématique. C’est normal qu’on passe notre temps à essayer de le décrypter.

Annabelle : C’est marrant que vous posiez cette question, je n’avais pas remarqué que l’on parlait de lui constamment depuis que Grégory et moi nous connaissons.

Grégory : En dehors du fait que cet homme est notre père, il y a un phénomène auquel il a été difficile d’échapper, c’est la célébrité. La célébrité, ce n’est pas lui, c’est la célébrité. La célébrité, c’est très particulier quand ce n’est pas la sienne propre. Nous, c’est par ricochet.

Annabelle, la première fois que je vous ai interviewée, c’était en 1989, pour la sortie de votre single qui a plutôt bien marché, « Fuis Lawrence d’Arabie » (voir photo plus haut). Vous avez eu votre heure de gloire personnelle.

Annabelle : Oui, il a fallu que je trouve ma place en tant que fille de. Mais, ce n’est pas pour cela que j’ai tenté une incursion dans la musique. J’aimais vraiment cela.

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandor

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandorParlons de l’album à présent. Ce qui est bien, c’est que vous participez tous les deux. Annabelle en chantant et Grégory en lisant un texte. Comment avez-vous décidé du casting ?

Annabelle : C’est Frédéric Lo qui réalise l’album. J’avais beaucoup aimé ses productions avec Daniel Darc. Il a tout de suite compris les impératifs budgétaires et de planning. Avec Grégory et Frédéric, nous avions envie d’artistes confirmés comme Chédid et Chamfort, mais aussi d’artistes venant d’autres univers, peut-être plus « underground », tels que Christian Olivier des Têtes Raides et Melissmell. On voulait un disque inattendu. Il y a aussi Jil Caplan que j’ai toujours appréciée. Je suis très fière que Daphné soit également dans ce projet. J’avais craqué sur son disque Bleu Venise. Pour moi, c’est une Melody Gardot française. Enfin, il fallait qu’humainement parlant tout se passe bien, que les ego soient au repos et que tout soit fluide et naturel.

De nombreux extraits de l'album hommage à Mouloudji.

Pourquoi avez-vous monté Les productions Mouloudji tous les deux?

Annabelle : Pour ne pas nous contenter de ce livre et de ce disque. On veut faire renaitre les chansons de notre père en travaillant sur d’autres projets.

Qu’est-ce que vous avez pris de votre papa et l’un et l’autre ?

Annabelle : J’ai beaucoup de mal à répondre à cette question. Ce qui est sûr, c’est que j’ai son côté angoissé, voire tourmenté parfois.

Grégory : La nature m’a donné un grain de voix proche de la sienne. Sans le vouloir, mon père m’a donné une curiosité de son histoire. C’était un homme simple, humble et émouvant. S’il avait des défauts, il avait surtout de grandes qualités humaines. Il passait aussi bien à l’Olympia que dans un champ à Trifouilly-Les-Oies en se donnant le même mal pour chanter. D’ailleurs, je ne l’ai jamais vu aussi bon sur scène que quand il était en danger. Je suis très admiratif de mon père, mais pas pour son côté gloriole… pour son humilité.

annabelle mouloudji,grégory mouloudji,marcel mouloudji,athée!ô grâce à dieux,hommage à mouloudji - en souvenir des souvenirs...,interview,mandor

Avec Grégory et Annabelle Mouloudji, après l'interview, le 26 juin 2014.

24 août 2014

Sarah Olivier : interview pour Pink Galina

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

sarah olivier,pink galina,interview,mandor« Sarah Olivier est une diva, une diva excentrique, une pin'up baudelairienne. C'est une tornade de voix, une giboulée de folie, un incendie sur scène... une nature, un feu bouillonnant! » N’en jetez plus, la coupe est pleine ! Voilà, en tout cas, quelques exemples d'articles de presse. Quand on lit ça, c’est sûr, on a envie de s’intéresser à son travail… et de faire sa connaissance.

C’est ce que j’ai fait. Dans ses chansons, elle parle de prostitution, de suicide, d'amour, de lycanthropie, d'alcool, de mélancolie, de sexe toujours avec une autodérision étonnante, un humour décapant et une sensualité envoûtante.

J’apprends aussi qu’elle « s'inspire autant de jeux respiratoires Inuits que de la chanson à gouaille, que du vieux blues ou du punk des années 80 ». D'une rare liberté, sa voix est puissante et maîtrisée, elle couvre plusieurs octaves et passe de graves inquiétants aux aigus purs et mystiques du chant grégorien.

Le 3 juin dernier, la chanteuse est venue à l’agence évoquer son album Pink Galina… et bien d’autres choses.

Argumentaire de l’album :

Pink Galina est le premier opus de Sarah Olivier. Elle compose, écrit, et interprète avec la sarah olivier,pink galina,interview,mandorparticipation de ses amis de toujours: Babx au piano et Roland Topor pour le texte de « Bloody Mary ». Stephen Harrison et Brad Scott à la contrebasse, la voix de Fantazio sur « Panique »,  Nico Duportal à la guitare, Jo Doherty et Michel Schick aux saxophones, Relu Merisan au cymbalum, Élisabeth Keledjian à la batterie. Sarah navigue entre rock, blues, punk, indus et chanson réaliste.

L’écriture de Sarah Olivier est une fantaisie absolue et délicieuse où la vie et la mort se mêlent dans une sorte de transe. Quant à sa voix, elle se fait tour à tour hypnotique sur « Ophélie », tendrement mélancolique dans « Matin d’été »,  canaille pour « Voleuse » et rageusement drôle sur « Miss Coquette ». La poésie est partout, même dans ses mots les plus crus. Les paroles reflètent un monde merveilleux où se dessine une vision pourtant très réelle, bestiaire fantastique entre loups qui s’entrechoquent, mollusques volants, ailes de visons et poulette en perdition. Mais tout à ses divagations, cet album n’en dégage pas moins une étonnante sérénité. Et si sur scène Sarah Olivier force le respect tout en assumant un sex-appeal déluré, elle défend sur cet album les mêmes valeurs qui l’ont toujours accompagnée: féminité, indépendance et liberté. 

Elle a collaboré à la réalisation de l’album auprès de Bob Coke, producteur et ingénieur du son pour Ben Harper, Noir Désir, Bashung, Black Crows... Pink Galina est un bijou à écouter et à voir. Olivier.O.Oliver a dessiné de très belles encres de chine pour chacun des morceaux, juste avant sa disparition.

sarah olivier,pink galina,interview,mandorInterview :

Tu as vécu dans un environnement particulièrement propice à un épanouissement artistique.

Mon père, Olivier O. Olivier, était artiste peintre. Il faisait partie du groupe « Panique » avec notamment Topor, mon parrain, et Fernando Arrabal, qui m’a offert mon premier nounours. Toute cette clique-là était tout le temps fourrée à la maison. Je les considérais comme mes tontons.

Et ta maman, elle faisait quoi ?

Elle était galeriste dans ce milieu de l’art contemporain.

Donc chez toi, tout était lié à l’art.

On écoutait beaucoup de musique, on sortait au théâtre. Nos amis étaient des poètes, des comédiens, des musiciens, des metteurs en scène, des illustrateurs, des chroniqueurs et j’en passe. On peut dire que j’ai baigné là-dedans. J’aurais pu me destiner à une carrière d’art graphique ou d’art plastique, mais ce n’était pas mon truc. Depuis toute petite, j’ai été attirée par le chant, la musique et le théâtre.

J’ai lu que tu avais commencée à chanter à l’âge de quatre ans.

J’ai fait le conservatoire. J’ai joué dans des spectacles avec des troupes de toutes sortes. J’ai l’impression que j’ai toujours été sur scène. D’une manière ou d’une autre, je me démerdais toujours pour trouver une place quelque part.

Tu te cherchais ?

Non, c’était une curiosité et une dévoration de tout. Je voulais tout faire et être partout. Je ne voulais pas me cantonner à la musique, je suis allée dans tous les sens.

Extrait du concert du 12 février 2014 à L'Atelier à Spectacle de Vernouillet (28). Avec Sarah Olivier, Stephen Harrison, Joseph Doherty et Elisabeth Keledjian.

J’imagine que tes parents t’ont soutenu ?

De toute façon, je ne crois pas qu’ils auraient pu m’imaginer en rat de laboratoire (rires). Je pense qu’ils n’auraient pas compris que je ne parte pas dans une direction artistique.

sarah olivier,pink galina,interview,mandorTu étais proche de ton père ?

Beaucoup. J’étais aussi très proche de son univers et de la façon dont il créait. J’ai d’ailleurs beaucoup posé pour lui.

Est-ce que, quand on a des parents dans l’art, cela met une pression dans son propre cheminement et développement artistique ?

Un petit peu. On veut leur faire plaisir parce que ce sont des êtres qui sont dans l’excellence et qui sont eux-mêmes entourés de gens extraordinaires. Il faut être quand même un peu à la hauteur parce que, dès qu’on est médiocre, on nous le fait sentir. Un jour, j’avais fait un dessin dont j’étais super fière. Je l’ai montré à mon père et il m’a dit avec beaucoup de tendresse et de franchise : « non, il ne faut pas que tu poursuives dans cette voie-là ». Ça ne m’a pas traumatisé, mais ça a calmé mes ardeurs aux dessins. Dans ma famille, il faut être bon dans ce que l’on fait.

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

Parle-nous de ta rencontre avec ton contrebassiste, Stephan Harrison.

Si je ne l’avais pas rencontré, je n’aurais pas fait cet album. Il est l’élément déclencheur de mon retour à la musique après dix ans d’absence. Les textes étaient déjà écrits et l’univers commençait à se mettre en place, mais lui est quand même le déclic qui m’a permis d’aller au bout de ce projet. Il y a entre nous une circulation d’énergie et une complicité incroyable. C’est jubilatoire de rencontrer son alter ego  professionnel. On nous compare souvent à Laurel et Hardy parce que sur scène, on a un rapport un peu comique de dominant dominé qui s’inverse.

Tes spectacles sont de vrais shows.

Je mouille ma chemise. Sur scène, je ne m’imagine pas du tout comme je peux être dans la vie. Je ne suis pas assez intéressante pour ça. Et puis, je n’ai pas envie de chanter ma vie, d’interpréter des chroniques de la petite Parisienne trentenaire. J’ai envie de transcender un personnage et d’être dans une expression surréaliste et onirique. Je travaille donc mon personnage de diva très excentrique.

J’adore rencontrer des artistes parce qu’ils sont différents de ce que l’on voit d’eux sur scène. C’est bizarre, parfois.

Heureusement, sinon, tu n’auras pas pu faire l’interview. Ça aurait été insupportable pour toi (rires).

Au New Morning à Paris le 5 juin 2013 pour la sortie de l'album Pink Galina. Réalisation: Extermitent Production.

Quand tu montes sur scène, tu te métamorphoses en diva immédiatement ou il te faut une préparation psychologique un peu avant ?

Un peu des deux. Il y a quelque chose de très naturel et spontané qui m’envahit, mais en même temps, il y a toujours un petit moment où je souhaite être seule pour « m’en(lady)r ». Ça se passe, notamment, quand je me maquille, que je prépare les accessoires ou que je mets mes costumes de scène.

Monter sur scène te provoque quoi ?

C’est le rêve absolu. Sans prétention, j’ai vraiment l’impression d’être née pour ça. Quand on arrive à faire ce pour quoi on pense qu’on est missionné sur Terre, on rentre dans une grande plénitude intérieure.

Tu te sens missionnée sur Terre pour divertir les gens?

Je suis plein de démons et de brèches, alors si je me sens investie d’une mission, elle n’est pas du tout divine. Je me sens vraiment un tube d’air traversé par des ondes.

Cette mission viendrait d’où, alors ?

Je ne sais pas. Du cosmos ? Plus sérieusement, c’est une image pour dire que je me sens « passeuse » de quelque chose. Ma carcasse a le don de transmettre, par ma voix et mon jeu, l’émotion. Je me sens l’héritière de plein de gens qui étaient là avant. Je tente de m’inscrire dans une certaine continuité.

"Miss coquette", extrait du concert de Sarah Olivier en duo avec Stephen Harrison le 19 mars 2013 à la Maroquinerie (Paris) en première partie de Sanseverino.

Tu te sens héritière de qui ?

De Nina Hagen par exemple, ou de cette mouvance de femmes punk rock. Mais ça peut être de la poésie médiévale de Hildegarde de Bingen. Je me sens proche aussi de Diamanda Galás et même de Simone de Beauvoir, voire George Sand, Anaïs Nin ou Colette. J’aime les femmes qui expriment des choses qui peuvent déranger.

Il y a des thèmes plutôt graves dans tes chansons : la prostitution, l’alcool, la drogue, le suicide…

On est tous les jours confronté à la vie, la mort, la joie, la peine, le deuil, la naissance. J’ai un peu l’âme slave. Dès qu’il se passe quelque chose dans ma vie, je vais faire la fête, m’arsouiller à la vodka. Quand je vis un truc très fort, j’ai besoin de le transcender, de le sortir de moi. J’ai des rituels pour cela. Je suis aussi touchée par les choses euphoriques de la vie que par les choses sordides et macabres, parce que je les ressens très fortement. Je ne me voile jamais la face, je sais bien que la vie n’est pas toute rose, mais encore une fois, je transcende ce qui me bouleverse.

Dans la chanson française, as-tu l’impression d’appartenir à une famille ?

Non, mais par contre, je me sens des liens très forts avec certains artistes comme Babx ou Fantazio.

Babx, tu le connais depuis longtemps ?

Oui, je l’ai connu quand il était jeunot. Je faisais partie de l’école de sa maman, Martina Catella. Elle était ma prof de chant. Babx est comme moi, il a baigné dans l’art toute sa vie. Je me sens très proche de lui.

Et si je compare ton travail à celui de Claire Diterzi ou de Camille ?

J’aime beaucoup ce qu’elles font, mais je ne me sens pas du tout de la même famille. On a toujours tendance à comparer les uns avec les autres, ça rassure un peu les gens. Moi plus on me met dans les bacs d’objet musical non identifié, mieux je me sens.  

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

Tu écris de quelle manière ? Travaillée ou à l’instinct ?

Les deux. Certains textes sont très instinctifs, spontanés, voire automatiques. D’autres sont très travaillés. Je peux mettre des milliards d’années à me prendre la tête pour trouver la bonne phrase ou simplement le bon mot.

Tu n’aimes pas la facilité ?

C’est exactement ça. Je n’aime pas le confort dans ce métier. Généralement, quand tu sens qu’il y a un truc qui marche, tu as tendance à l’étirer. Moi, j’évite. Sur scène, c’est pareil. Dès que je suis dans quelque chose qui est agréable, « paf »,  je casse et j’essaie d’aller ailleurs.

À la sortie de ton album, il y a plus d’un an maintenant, tu n’as reçu que des critiques dithyrambiques.

Je suis très heureuse. Il ne m’est arrivé que de belles choses. J’ai reçu pas mal de prix, les salles, même si elles ne sont pas très grandes, sont toujours remplies, les critiques sont très bonnes... Je gravis les échelons bien tranquillement et ça, ça me plait. Le deuxième album est quasiment prêt. Nous l’enregistrons en décembre. Tout cela est très euphorisant pour moi, tout en restant lucide et calme.

Peux-tu nous en dire plus sur ce prochain album ?

Je pense qu’il sera différent de Pink Galina, mais dans une certaine continuité. Ce qui est sûr, c’est que ce sera plus rock et qu’il y aura un son de groupe beaucoup plus tenu, du début à la fin. Mais il y aura quand même des surprises, des cassures, des choses qui perturbent. Je ne peux pas m’empêcher de surprendre.

Le 10octobre 2013 @ Canal 93 Bobigny (avec David Lafore, Sarah Olivier et Fantazio)
Sarah Olivier en quartet avec Stephen Harrison, Élisabeth Keledjian et Joseph Doherty.

Comment est ton rapport avec le public?

Je pense qu’un public doit se dompter. Et chaque public est un étalon particulier. Parfois j’arrive à le maîtriser, parfois non. Parfois, j’ai envie que ce soit eux qui me maîtrisent. Chaque soir est différent. Tout dépend dans quelle énergie tu es et dans quel état d’esprit sont les gens qui viennent te voir. J’aime être dans  l’instinct quand j’arrive sur scène et agir en conséquence.

Cette année, tu as fait partie des dix artistes qui ont reçu « le coup de cœur de l’Académie Charles Cros ».

J’en suis flattée, c’est une sorte d’encouragement, mais ça ne change pas grand-chose au succès d’un artiste. Ce qui ne m’empêche pas d’être ravie.

J’ai l’impression que tu n’as pas un ego surdimensionné.

Je pense que j’en ai un parce que je suis totalement exhibitionniste. Avec mon disque et mon spectacle, je suis au contraire dans un egotrip total. En même temps, je ne me prends pas au sérieux, j’ai envie de rigoler. J’essaie de canaliser cet ego surdimensionné pour l’emmener à quelque chose de drôle et le métamorphoser en autodérision.

sarah olivier,pink galina,interview,mandor

Avec Sarah Olivier, après l'interview, le 3 juin 2014.

22 août 2014

Mountain Men : interview pour Mountain Men chante Georges Brassens

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor

Le duo Mountain Men est composé de l'harmoniciste Ian Giddey dit « Barefoot Iano » et du guitariste Mathieu Guillou dit « Mr. Mat ».

Ces deux performeurs atypiques jouent, ou se jouent du blues, pour en faire une matière musicale surréaliste. Ils se sont imposés comme un groupe de scène incontournable lors de spectacles où le groove répond à l’humour, où la virtuosité côtoie la simplicité, où la puissance se marie à la finesse, pour le plaisir de tous.

De passage à Paris, le 3 juin dernier, le duo est passé par l’agence pour une mandorisation en règle. Je n’ai pas été déçu du voyage. Mr. Mat et Mr. Iano sont deux trublions qui savent se raconter… à leur manière.

Biographie officielle (mais légèrement raccourcie) :

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorEn 2009, la sortie de Spring Time Coming avait fait sensation dans le monde du blues international. Avec ce premier album, le duo est nominé 2 fois aux Awards de la Blues Foundation de Memphis, reçoit le prix spécial du célèbre Cognac Blues Passion Festival et promène son spectacle aux quatre coins du globe.

En France, aussi, le succès est spectaculaire. Vendre plus de 15 000 albums de nos jours  est déjà une performance, mais le faire sans soutien médiatique relève de l’exploit. Un exploit réalisé grâce à la vox populi et construit au fil de plus de 300 concerts donnés par le duo. Il faut dire qu’en concert la communion entre les Mountain Men et leur public est impressionnante.

Portés par la voix enivrante de Mr Mat ou par les envolées de l’harmonica de Mr Iano,  le groove et l’émotion vont de pair pendant tout le concert. Le charisme tout aussi décalé qu’incontestable de ces deux personnages nous guide tout au long du spectacle, entre rires et frissons, énergie festive et ferveur communicative.mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor

Hope est le deuxième album du groupe. Si les racines blues du duo sont indiscutablement présentes à chaque instant c’est bien au-delà que nous transportent les 13 titres de l’album. Blues ? Rock ? Pop folk ? Peu importe les étiquettes, ici on parle de musique, de vraie bonne musique!

En attendant la sortie de leur nouvel album studio début 2015, Mountain Men s’offre une parenthèse et un hommage à Georges Brassens à travers un album live Mountain Men chante Brassens enregistré lors de leur concert à Saint-Malo.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorInterview :

Vous vous êtes connus dans un bar où Ian se produisait, c’est ça ?

Ian : Oui, à la fin de la soirée, j’ai demandé si quelqu’un voulait jouer avec moi.

Mat : C’était dans le bar situé à 500 mètres de chez moi. Il y a un morceau du zinc qui est à moi, tellement je suis un habitué (rires). Pas mal de potes présents ce soir-là m’ont incité à monter sur scène avec lui. Nous étions si bien qu’on a joué près de deux heures. On a compris qu’il se passait un vrai truc entre nous. On a eu un vrai coup de foudre musical. Nous ne nous sommes pas revus pendant quelques semaines et un jour, on s’est enfermé dans un home studio d’un ami à Ian et on a enregistré notre tout premier CD, aujourd’hui introuvable.

Vous habitiez loin l’un de l’autre ?

Ian : Non, à trente bornes. Et un jour, j’ai revu Mat par hasard, parce qu’il est venu faire un boulot d’artisan chez mon voisin. C’est le destin.

Mat : Oui, c’est vrai. À l’époque, à Grenoble, mon métier consistait à laver des poubelles au karcher. Un jour, j’ai bossé à côté de chez Ian, nous nous sommes donc revus. C’est à ce moment qu’on a repris contact.

La reprise de la chanson de Nirvana, "Smells Like Teen Spirit. Un extrait de Hope (clip vidéo réalisé par Balkan).

Vous cherchiez l’un et l’autre un alter ego musical?

Mat : Pour ma part, avant Mountain Men, j’ai toujours eu en moi le désir secret de faire de la musique et d’en vivre. À 17 ans, j’ai eu un premier groupe dans lequel nous faisions du rock. Et puis, il m’arrivait aussi de faire des soirées Brassens dans des bars. Quand j’ai rencontré Ian, tout s’est réalisé naturellement, sans qu’on y réfléchisse vraiment.

Ian : Quand j’ai emmené Mat en studio, j’ai immédiatement compris qu’il fallait que l’on bosse ensemble sérieusement. Moi, j’ai mon histoire de duo avec des chanteurs guitaristes, j’ai appartenu à des groupes, j’ai joué aussi en solo… et je sais reconnaître les vrais chanteurs. Et Mat en est un.

Mat : Pour moi, le vrai déclic, c’est quand on a participé au tremplin, « Blues sur Seine ». On a fait un super concert, on a eu des retours élogieux et on a pratiquement remporté tous les prix.

Extraits "live" de quelques titres de l'album Hope.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorÇa doit donner confiance. On doit se dire qu’on est sur le bon chemin, non ?

Mat : Oui, mais au même moment, en 2007, Ian a appris qu’il partait en tournée pour cent dates avec Riké, de Sinsemilia. Ca s’est mal goupillé parce que, du coup, en 2007, nous n’avons quasiment pas joué ensemble. Juste six dates. En 2008, on a enregistré Springt Time Coming. Il est sorti en 2009 et sans aucune promo, on s’est retrouvé « meilleure vente blues jazz en France ». À la fin de cette année, nous avons participé au festival de blues de Cognac et on apprend là-bas que nous sommes la révélation française de l’année dans le blues. Ensuite, on nous annonce que nous sommes sélectionnés pour représenter la France à un grand festival de blues à Memphis. Là, le projet commençait vraiment à prendre sens.

Vous n’avez pas évolué avec le même son dans les oreilles. Ian est plutôt Folk, Mat plutôt rock, voire hard rock.

Ian : De plus, on n’a pas la même façon d’écouter la musique. Mat, a une espèce de mémoire auditive extraordinaire. On peut lui jouer un air une fois, il est capable de le reproduire immédiatement à la guitare et de chanter les textes sans se tromper. Je n’ai jamais vu ça.

Mat : Ma mémoire ne marche jamais aussi bien que pour ça. Moi, je suis un vrai boulimique de musique. J’ingurgite tout et je peux le ressortir sans difficulté.

Ian : Moi, j’écoute de moins en moins de musique. Je ne me sens jamais aussi bien que dans le silence. Dans le silence, il y a toutes les musiques.

"Egotistical", extrait de l'album Hope.

J’ai l’impression en vous voyant qu’il y a une fusion entre vous.

Mat : Oui, par exemple, on a de moins en moins besoin de parler pour se comprendre. Sur scène, nous avons les mêmes idées en même temps. On est toujours très exactement sur la même longueur d’onde. Pour en arriver là, il y a le travail et la rigueur, mais aussi une part de magie.

Ian : En français, on m’a dit que ça s’appelait « complémentarité ». Nous sommes plus complémentaires que complices.

Il faut une dose d’amitié pour former un duo qui tient et qui se tient ? 

Mat : Oui, même s’il nous arrive d’avoir quelques prises de bec. On a tous les deux de forts caractères.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorParlons de cet album Mountain Men chante Georges Brassens. Pour Mat, c’est un retour aux sources de chanter cet artiste, mais pour toi Ian, que signifiait Georges Brassens ?

Ian : Je ne le connaissais pas, à part de nom. Je n’avais aucune idée de ce qu’il pouvait chanter. Le soir où on a enregistré cet album en live, j’ai juste suivi mon chanteur guitariste. Je découvrais presque les chansons et c’est la première fois que je jouais les morceaux.

Mat : On était en plein milieu de la tournée Hope et on a fait cette soirée Brassens, chez des potes à Saint-Malo, un peu de manière impromptue. Et pourtant ce soir-là, on a joué trois heures dix, sous un chapiteau devant 450 personnes au taquet du début à la fin. On a décidé d’enregistrer ce live, deux heures avant le concert. Le lendemain, Yann, le patron de Radio Sing Sing nous a appelés presque en pleurant d’émotion parce qu’il venait de réécouter l’enregistrement. On a donc décidé de le sortir en disque.

"Les copains d'abord" par Mountain Men (vidéo réalisée par Balkan. Enregistrée le 19 Mars 2014 à l'Odyssée à Eybens - 38).

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorCe qui est « dangereux » quand on s’attaque à ce genre de projet, c’est que les puristes de l’artiste repris sont parfois des acharnés intolérants.

Mat : Moi, la seule crainte que j’ai eue, c’est que l’on considère que je l’ai massacré, alors que j’ai voulu être à la hauteur du personnage. Ce n’est peut-être pas parfait, mais on a fait ce concert comme on avait envie de le faire, avec notre sensibilité et notre façon de jouer de la musique. Mais, je te jure qu’on a vécu un moment très fort émotionnellement. Brassens, c’est un pan entier de ma vie. Comme je te le disais tout à l’heure, j’ai commencé les concerts en jouant son répertoire. C’est un pilier pour moi et son ombre plane toujours au-dessus de  ma tête, quoi que je fasse musicalement. Sans faire de la psychologie de comptoir, chez Brassens, je suis allé chercher la tendresse que je n’ai pas eue dans ma jeunesse.

Ian, comme tu es australien, comprends-tu toutes les subtilités de la langue de Brassens ?

Ian : Ce n’est pas si subtil que ça. Je trouve qu’il est quand même assez brut. Pourtant Georges est une légende en Australie. On en parle tout le temps.

OK ! Tu te fous de ma gueule.

Ian : Bon, en vrai, je suis moins touché que Mat. Je ne comprends pas toutes les subtilités dans tu parles, parce que c’est justement trop subtil pour moi. Mais Mat m’en a expliqué certaines.

Mat : Je lui ai expliqué le sens de chaque chanson.

En tout cas, vous donnez à ces chansons beaucoup de pêche et c’est sacrément agréable.mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor Vous vous êtes vraiment approprié son répertoire.

Mat : Il y a beaucoup de gens qui m’ont dit qu’il redécouvrait Brassens grâce à nous et il n’y a rien qui puisse me faire plus plaisir. Il y a même des gens qui estiment que Brassens est assez monocorde et monotone quand il chante et que c’est ennuyeux. Je ne suis pas d’accord avec ça, mais on a voulu rendre sa musique plus « festive », avec de gros guillemets. Nous, on veut faire découvrir l’œuvre de Brassens d’une autre manière.

Le prochain album est en route. En quelle langue sera-t-il ?

Mat : En français et en anglais. Un peu plus en anglais parce que la racine de Mountain Men reste l’anglais.

Pourquoi d’ailleurs ?

Mat : D’abord parce que c’est la langue de Ian et aussi que chanter en français m’impressionne. J’ai écouté toute ma vie Brel, Ferré, Brassens, Piaf, Fréhel, ça a de quoi te donner des complexes. L’écriture des chansons qu’ils interprètent est une telle broderie que lorsque tu passes derrière, tu te dis très vite que c’est nul.

Mat, est-ce qu’il y a des chanteurs français encore vivants qui trouvent grâce à tes yeux aujourd’hui ?

Mat : Oui, ils ne sont pas nombreux, mais il y a Maxime Le Forestier, Renaud, Batlik, Loïc Lantoine… et j’ai envie de citer un artiste récemment disparu, Allain Leprest.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor

Avec les Mountain Men, après l'interview, le 3 juin dernier.

16 août 2014

André Fernandez : interview pour l'album Les doutes