Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juin 2014

Roland Brival : interview pour Circonstances aggravantes

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

J’ai rencontré Roland Brival pour la première fois en 1992. Pour RFO Guyane télé, je suis allé l’interviewer lors d’un stage de théâtre et de fabrication de marionnettes (si ma mémoire est bonne) qu’il animait. J’ai un grand respect pour cet artiste martiniquais majeur. Romancier, plasticien, photographe, metteur en scène, auteur-compositeur, interprète. Notamment.

Roland Brival, je le place à côté d’un CharlElie Couture. Même trempe. Un type qui a décidé de ne se donner aucune limite artistique. Barrières explosées. Toujours avec passion et sourire.

Ce que j’aime surtout chez Roland Brival, c’est qu’il maîtrise la valeur du langage, et du mot juste. Chaque phrase, quelle que soit la langue employée, français, créole ou anglais, trouve harmonieusement sa place et son intonation.
 
roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorLes chansons de son nouvel album, Circonstances aggravantes mêlent subtilement le jazz et des rythmiques Caribéennes dans une forme de kréyol jazz qui est sa marque de fabrique. Le tout soutenu par d’excellents musiciens (Rémy Decormeille au piano, Manuel Marches à la contrebasse et Julien Charlet à la batterie). Brival chante la vie, l’amour, la déprime, New York...

Il sera en concert au Sunside, le 19 juin 2014 (vous pouvez réserver dès maintenant, via www.sunset-sunside et bénéficier d'un tarif préférentiel)

J’ai rencontré Roland Brival dans un bar parisien le 29 avril dernier. Passionnant et riche entretien.

Mini bio officielle :

Roland Brival est un artiste polyvalent. Écrivain, plasticien, musicien (chanteur, auteur-compositeur)

Né en Martinique, il a vécu à Londres, New York et à Paris où il a désormais posé ses valises.

15 romans publiés à ce jour chez divers éditeurs parisiens.

6 albums de musique dont le dernier vient de sortir, Circonstances aggravantes.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorInterview :

Circonstances aggravantes est un disque de jazz avec des influences antillaises. Peut-être un peu moins que dans vos précédents.

Les projets naissent d’eux-mêmes. Je fonctionne par rapport à ce qui m’entoure. Aujourd’hui, je vis à Paris. J’ai une relation avec la langue française qui ne cesse de s’approfondir. Du coup, j’ai eu envie de plonger là et de regarder où tout cela m’emmenait. Je suis aussi surpris du résultat que l’auditeur lambda qui va l’écouter.

Pour ce disque, vous avez collaboré de nouveau avec Julien Birot (leader du groupe Wise).

Julien Birot est un producteur artistique avec lequel je travaille depuis quatre albums. Cette fois-ci, je lui ai parlé de mon envie de travailler avec un trio. Je voulais aller plus loin dans la référence d’un travail de trio. Nous avions commencé avec mon précédent album Vol de nuit, mais nous nous étions contentés de frôler les frontières de la pop music tout en restant dans le créneau jazz. Julien m’a proposé de rencontrer un pianiste que je ne connaissais pas, Rémy Decormeille. Quand j’ai écouté les choses qu’il faisait, je me suis aperçu que c’était formidable et que cela correspondait bien à la sensibilité qui était la mienne. On a donc commencé à travailler ensemble.

Vous êtes plasticien, écrivain, musicien, auteur… c’est difficile de définir vos activités et je crois que vous aimez bien ça. Que fait Roland Brival dans la vie ?

C’est un homme qui marche (rires).

Et qui ne regarde jamais en arrière ?

En réalité, les choses de l’arrière, je les mets en avant. Pour moi, le passé c’est l’avenir. J’aime bien inverser le rapport des choses dans le fonctionnement que l’on a avec le temps. Je suis constamment dans l’instant présent. Cela veut dire qu’un projet sur lequel je travaille depuis une année entière peut se retrouver d’une seconde à l’autre complètement modifié parce que l’instant présent m’a dicté cette décision.

C’est donc l’instant présent qui prime ?

Oui, parce que c’est là que l’on vit. On ne vit nulle part ailleurs, alors il faut toujours être à l’écoute des messages que l’on envoie et des retours qui nous sont faits. Je crois que les artistes qui sont capables de s’ancrer dans une trajectoire qui perdure sont forcément des personnes qui sont capables de se remettre complètement en question. Quand on prépare un album, il faut savoir anticiper un an à l’avance l’endroit où les choses vont nous amener. Ce n’est pas toujours évident. Il peut arriver qu’en cours de route, brusquement, se produisent des accidents, parfois même des erreurs. Moi, ça ne me dérange pas. On apprend beaucoup de ses erreurs et de ses accidents de parcours, parce qu’ils nous déstabilisent et nous offrent des solutions auxquelles nous n’aurions jamais pensé avant.

Est-ce que l’on peut dire que vous défendez la tradition de votre pays en la modernisant ?

Oui, bien sûr. Avec mes différentes casquettes, je suis un cas un peu particulier. Je connais un certain nombre d’écrivains qui ne se posent pas la question des traditions musicales. Moi, je suis polyvalent, donc, tout cela m’intéresse. Je pense que le secret de l’écriture est aussi bien derrière un stylo, une bonne concentration et une feuille de papier blanc que derrière les mains d’un tambouyé qui est en train de jouer à la campagne quelque chose qui soudain secoue et vous atteint au plus profond de vous-même. La source d’inspiration est partout et la tradition est un bon pied d’appel.

Clip de "Les mots qui dansent" (extrait de l'album Circonstances aggravantes).

Votre premier single et clip tiré de cet album est « les mots qui dansent ». Ce titre vous va bien, vous qui avez consacré une bonne partie de votre vie aux mots. Vous avez écrit une quinzaine de livres. L’écriture est-elle l’aspect de votre vie artistique le plus important pour vous ?

Les mots, c’est la trajectoire artistique la plus difficile. La musique, même quand on ne sait pas jouer du piano, il suffit que l’on pose ses doigts sur un clavier, il se produit un son et dans le son il y a déjà une émotion. En peinture, si on n’y connait rien, on trace un rouge sur une toile, on la badigeonne, quelque chose déjà se dégage qu’il faut ou non assumer. Mais l’écriture, ça n’a rien à voir. L’écriture n’a aucune générosité dans le processus de communication. Si on ne sait pas lire, on n’a rien. Et pouvoir déclencher des émotions à partir de petits signes inscrits sur une feuille et faire en sorte que quelqu’un se mette à rire ou à pleurer, c’est la plus haute altitude possible dans la trajectoire d’un artiste. Les mots me paraissent fondamentaux. Ils sont le pivot de toute ma démarche.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorEn 1976, vous avez fondé le groupe pluridisciplinaire Bwa Bwa, sorte de laboratoire théâtral dans lequel se mêlaient toutes les disciplines artistiques (théâtre, marionnettes, musique, écriture, peinture…). La troupe a tourné à travers le monde pendant quelques années et à même sorti un album, Voltyijé voltijé mwin ! rencontre musicale entre l'Afrique, la Caraïbe et le blues américain.

On va dire que j’ai monté un laboratoire.

Ce que je veux dire par là, c’est que vous avez passé de nombreuses années à partager. Aujourd’hui, vous me paraissez plus solitaire.

Je viens de la mise en scène du théâtre. C’est quelque chose qui vous emmène dans le compagnonnage. On transmet, on donne, on partage. Ce laboratoire de marionnettes et d’art plastique, je l’avais créé lors d’une période de retour aux Antilles. Je m’y suis installé pendant sept ans. À l’époque, je produisais des pièces où je créais des œuvres d’art. C’était un travail haut de gamme reconnu dans différentes parties du monde et quand je suis arrivé aux Antilles avec ça, j’ai compris que ce n’était ni le lieu, ni l’endroit, ni le rendez-vous.

Il a fallu que vous repreniez tout à zéro ?

Je crois qu’un artiste, ce n’est pas quelqu’un qui se balade avec des fantasmes personnels. C’est quelqu’un qui sert de rencontre et de carrefour entre un peuple et une culture. À partir de là, on écoute ce que les gens ont à dire et ce dont ils ont besoin. On se remplit de ce besoin et on va chercher une réponse dans les endroits où personne n’a l’habitude d’aller, sauf vous. J’ai remis toute ma vision, toute mon expérience professionnelle à zéro et j’ai décidé de partir en compagnie des gens qui m’entouraient  pour créer les bases d’une esthétique et d’un théâtre qui pouvaient correspondre à cette culture caribéenne qui était la mienne. Il a fallu la réinventer.

Ce cycle a duré 7 ans.

Au bout de ce cycle d’un voyage perpétuel à travers le monde est venu le besoin de se replier sur moi-même pour passer à d’autres niveaux de travail. Notamment l’écriture. L’écriture exige un acte solitaire. Elle demande de se replier sur soi-même. C’était pour moi une démarche logique qui correspondait au stade de l’inspiration et de l’expiration. Dans le yoga, quand on fait une chose, il faut aussi faire son contraire pour équilibrer un peu les formes. Donc je suis parti dans une intériorisation des choses et j’essaie maintenant de me déplacer sur un terrain où cette lutte et cette démarche sont plus écoutées, plus entendues.

Clip de "Dear Lili" (extrait de l'album Circonstances aggravantes).

Là, je vous reçois en tant que jazzman, mais vous continuez à travailler d’autres arts, chez vous ?

Pour moi, c’est l’invention du travail à la chaîne dans les usines Ford aux États-Unis qui a produit une forme de sélection et de distribution qui s’est installée dans tous les tissus économiques, mais qui s’est installé aussi au niveau de l’art. Du coup, nous, les artistes, on nous demande d’être au bout d’une chaîne et de serrer le boulon 15 si on a choisi le boulon 15 dès le départ et de passer le reste de sa vie à ne serrer que ce boulon. Moi, je crois que la démarche doit être un peu plus proche de ce que ressent l’individu de manière personnelle. L’autre chose c’est que, quand je vous parle, en même temps je vous écoute, en même temps, je vous vois, donc le cerveau fonctionne dans cette simultanéité. Pourquoi commencer à découper des tranches et commencer à dire : « je ne travaille que dans la musique, donc, je ne fais qu’entendre ». On a appris à fonctionner dans ce registre de spécialisation, notamment en occident, et je pense que c’est une erreur.

Grâce à Internet, c’est clairement en train de bouger.

Oui, et c’est rassurant. Le monde d’Internet et de la nouvelle technologie produisent des artistes polyvalents. Des gens qui se lancent dans la musique sans rien n’y connaître, qui partent dans un délire sur les arts plastiques avec un écran et un crayon sur une programmation. Ça nous ramène à cet essentiel de la polyvalence qui est loin d’être du dilettantisme. C’est au contraire une façon organique d’aborder l’art, une façon de faire en sorte que l’art ne s’écarte jamais de ce qui est sa véritable cause, c'est-à-dire l’homme. Lorsqu’il s’agit de produire une œuvre qui vous ressemble et qui est formatée sur un créneau précis, c'est-à-dire le boulon 15, je crois que là, on s’écarte de ce que l’art doit transmettre et de ce que l’art doit produire dans celui qui est en train d’actionner cette manivelle.

Vous êtes dans un état de jubilation quand vous créez ?

C’est cela que l’on cherche. L’artiste jubile et s’émerveille. La jubilation et l’émerveillement  sont les choses les plus contagieuses au monde, à condition d’avoir reçu ses deux états au départ, soi-même, pour pouvoir transmettre la même chose. L’émerveillement et la jubilation, c’est juste une question d’attitude. Ça n’a rien de très compliqué. Il suffit de faire un pas de côté, par rapport à nos perceptions habituelles quotidiennes et tout devient merveilleux. Dans l’émerveillement, tout ce que je redécouvre m’amène un rapport neuf à la réalité. L’art est supposé servir à ça.

Clip de "New-York Song" (extrait de l'album Circonstances aggravantes).

C’est quoi pour vous le véritable message de l’art ?

C’est qu’il n’y a pas de message. On marche sur un chemin, tout notre équilibre et notre déséquilibre autour de cette marche, c’est le processus de la réponse et c’est cela qui nous alimente.

Vous n’êtes pas un chanteur à message, ce qui ne vous empêche pas de parler de l’état du monde en des termes peu optimistes sur l’avenir. Dans « Ma chère cousine », notamment.

Dans cette chanson, par exemple, il y a quand même de l’humour. Dans « Ma chère cousine », je tourne tout ça en dérision. Je n’ai pas voulu plomber l’ambiance, mais relever les choses et que l’on s’amuse de cette histoire.

Vous êtes un artiste exigeant.

Je cherche à toucher les gens, mais je ne cherche pas à modifier ma démarche artistique pour ça. Un artiste n’est pas là pour faire du merchandising. On essaie juste de faire en sorte de rester disponible, à la portée des gens. Le plus difficile, c’est de pratiquer une forme d’art sans concession, rigoureuse et exigeante et qui, en même temps, garde une trace populaire.

Je reviens aux livres. Que doit provoquer la lecture d’un de vos ouvrages aux lecteurs ?

Quand un lecteur ouvre les pages d’un roman, il se met dans un état de silence. C’est un silence qui correspond à un état de non-bruit. Au moment où il lit la dernière ligne, là, il doit rentrer dans un moment de silence total. Le silence où je l’ai emmené n’a rien à voir avec le silence de départ. C’est un silence qui correspond tout à coup à une chute libre dans la profondeur de soi-même et ou, tout à coup, on s’aperçoit qu’on est beaucoup plus loin que l’on l’imaginait.

Et pour la musique ?

C’est pareil.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandorDans cet album, il y a des chansons qui parlent d’amour. C’est difficile d’être original quand on écrit une chanson de cette nature-là ?

Oui. Je crois même que ce sont les chansons les plus compliquées. Comment ne pas tomber dans le romantisme à deux balles ? Il faut constamment renouveler son regard sur la chose. À la limite, une bonne chanson d’amour devrait commencer par « je ne t’aime pas » pour en arriver à l’endroit où on a quelque chose à se dire.

Vous utilisez votre voix parfois même comme un crooner…

Sur un disque, les chansons accompagnent la vie quotidienne des gens. Il faut essayer de penser que, quelque part, ce que l’on dit doit pouvoir se murmurer, doit pouvoir séduire, même au premier degré, doit pouvoir être là dans un rapport affectif. Quand on est chanteur, on murmure à l’oreille des gens. J’aime bien quitter ma voix qui claironne pour, soudain, arriver à un message intime, parce que dans la vie, les moments se succèdent ainsi. Un album qui ne comporterait pas toutes ces altitudes, tous ces paysages émotionnels serait forcément incomplet.

Est-ce facile de travailler avec Roland Brival ?

Les nouveaux qui travaillent avec moi, quand je les repère, je sais qu’ils ont la capacité de cœur. S’ils n’ont pas la technique, ils ont l’attitude. C’est d’abord l’attitude qui m’intéresse. De l’attitude découleront tout le fonctionnement et le processus créatifs.

Votre monde personnel me paraît très secret. On ne sait rien sur vous.

Très peu de gens passent la porte de mon monde. Parce que j’ai besoin d’un espace personnel où je peux gérer tout ça. Mais il n’empêche que les portes sont là. Elles ne sont pas fermées, elles sont visibles.

Voulez-vous dire que vous n’avez pas beaucoup d’amis parce que vous ne laissez pas grand monde s’approcher de votre espace vital ?

Je suis obligé de le reconnaître. Je fonctionne sur un registre qui n’a rien à voir avec celui de la plupart des gens. C’est très particulier. J’ai des codes, des façons d’être et de réfléchir. Quand les gens pleurent, moi je ris. Je suis codé d’une façon qui n’a rien à voir l’éducation d’un individu normal. Je ne peux donc pas laisser entrer n’importe qui chez moi dans ce contexte-là. Quand quelqu’un rentre chez moi, je préfère prévenir qu’il arrive dans un autre univers. Si vous voulez venir, entrez libre. Je dis bien entrez avec EZ à la fin.  

Pour finir avec un énorme cliché… le dernier album est-il toujours le meilleur ?

Je vais vous répondre avec un énorme cliché, moi aussi alors. Le meilleur album, c’est toujours celui que l’on n’a pas fait (rires).

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

Le 29 avril 2014, dans un bar parisien, à l'issue de l'interview.

roland brival,circonstances aggravantes,interview,mandor

12 juin 2014

Fabien Martin : interview pour l'EP Littoral

fabien martin,littoral,interview,mandor

(Photo : Armande Chollat-Namy)

C’est bien simple, pour moi, Fabien Martin est l’un des chanteurs les plus importants de la scène française. Un type qui, mine de rien, dit beaucoup de choses importantes sur la société et sur les tourments intérieurs de chacun. Avec sa douce révolte, ses chansons polies disent des choses lucides et intenses. Fabien Martin est un artiste délicieusement subversif.

Je suis fan de Fabien Martin. C’est une expression que je n’emploie que très rarement. Avant, j’étais fan de Daniel Balavoine, Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel et Alain Souchon, aujourd’hui je suis fan de Fabien Martin, Pierre Lapointe, Alexis HK et Babx.

Et Fabien Martin, après six ans de silence, sort un nouveau disque. Une merveilleuse mise en bouche. Un EP que tout amateur de bonne chanson française se doit de posséder.

Hier, à l’agence, il est passé m’en parler. Et ça m’a rendu heureux.

fabien martin,littoral,interview,mandorBiographie officielle (à peine raccourcie) :

Fabien Martin nous revient, après deux premiers disques, Ever Everest et Comme un seul homme, qui exploraient la chanson française sur des airs de poésie et de cinéma. Six ans qu’on n’avait pas entendu sa voix ni sa musique. Pendant ces quelques années, il a fait d’autres choses, il a gouté d’autres chemins. Il a voyagé, beaucoup, il a fait du cinéma, des rencontres, des enfants. Mais surtout, il a écrit des chansons.
Heureusement, parce que Fabien Martin écrit joli. Il possède sa propre grammaire, sa signature. Une écriture soignée, mais précise, ciselée, mais essentielle. Et heureusement, enfin, parce que Fabien Martin chante bien.

Littoral, l’EP qui vient de sortir, est une sélection, en instantané, de ses dernières productions.fabien martin,littoral,interview,mandor Six titres qui parlent de la vie qui passe, mais pas toujours comme on voudrait. Avec un humour un peu revêche, avec une distance un peu mélancolique, et une mélancolie généreuse, mais pas seulement. Derrière la pudeur se cache une joie fondamentale. Une force, un espoir. Si Fabien a enregistré un peu partout avec ses amis musiciens (dont Mathieu Boogaerts à la batterie), au gré de ses pérégrinations, entre vieux synthés dénichés sur le net, guitares folk et boîtes à rythmes triturées comme il faut, il a ensuite posé ses plates bandes une semaine au mythique studio Davout entre les mains d’Aymeric Letoquart, le mixeur de Murat.

Fabien Martin aime joindre les deux bouts de sa culture - la poésie de Jacques Prévert et les productions de Danger Mouse -, naviguer entre deux eaux, marier les inattendus. Et surtout varier les rythmes ; en effet, après la sortie de ce six titres et une série de concerts, Fabien proposera un prochain album inédit début 2015.

fabien martin,littoral,interview,mandor

(Photo : Armande Chollat-Namy)

fabien martin,littoral,interview,mandorInterview :

Avant-hier, tu as fait ton premier concert en appartement. Ça s’est bien passé ?

C’était un moment très particulier. Les gens avaient l’air ému et plutôt content. Moi aussi j’étais content, car c’était le premier concert avec cette équipe et ce n’était pas simple.  On a joué dans un endroit intime, mais avec un vrai son et pas mal de matériel. Nous avions batterie, claviers, plein de guitares, une séquence, une sono, un ingénieur du son… bref, nous étions dans les mêmes conditions électriques d’un concert. Ce qui est bizarre, c’est la promiscuité avec le public. Il était à 20 cm de nous. C’était plus flippant que je ne me l’imaginais. J’ai mis deux chansons à me détendre, mais j’espère que personne ne l’a remarqué. On a fait des chansons de l’EP, des anciens albums et même du prochain album. On va récidiver dans les mêmes conditions, tellement c’était bien.

Note de Mandor : Prochain concert appartement, le 2 juillet prochain dans un loft du 17e arrondissement de Paris à 20h. Tous les renseignements sur le site de l'artiste : http://www.fabienmartin.fr/ Mais, je vous le dis, il faut réserver obligatoirement, il donne l'adresse exacte + le code dès qu'il reçoit la résa. Tarif : 10€ ou pack place + EP à 15€.

Les nouvelles chansons ont-elles été bien accueillies ?

Je pense qu’il y avait pas mal de personnes du public qui avaient déjà l’EP. J’ai l’impression qu’ils ont saisi ce que j’ai voulu dire dans mes chansons.  Ils ont compris la légèreté et l’humour que je peux apporter à des choses qui peuvent me heurter, m’affecter ou m’énerver. J’aime bien quand les gens qui m’écoutent relèvent la deuxième couche que j’essaie d’intégrer dans mes chansons.

fabien martin,littoral,interview,mandor

Le 10 juin 2014, concert privé en appartement (photo : Annaïk Debono)

Dans ce nouvel EP, il y a six titres qui évoquent, notamment, la vie qui passe. Il y a toujours une distance mélancolique dans tes chansons et une certaine ironie. Te sens-tu désabusé dans ce monde ?

« Désabusé » n’est pas du tout un mot que j’aime. Je ne suis pas un vieux qui a tout vécu et qui n’attend plus rien de la vie. Hier, je parlais avec un copain. Il me disait qu’il était un optimiste malheureux. Moi, c’est l’inverse. Je suis un pessimiste heureux. J’ai beaucoup de joies dans ma vie. Ces dernières années, j’ai vécu beaucoup d’évènements forts. J’ai perdu des gens que j’aimais et j’ai vu des petits bouts naitre et arriver dans ma vie. Je suis passé par plein d’extrêmes comme ça. Cela m’a éveillé totalement. Je suis dans la pleine présence et conscience des choses que je traverse dans ma vie. J’essaie toujours d’avoir l’émerveillement dans les yeux et dans l’âme en regardant les choses autour de moi. Vraiment, je suis tout sauf désabusé.

Extrait de "La croisière s'emmerde".

Je me fais volontairement l’avocat du diable, mais dans «La croisière s’emmerde » etfabien martin,littoral,interview,mandor « J’aime pas », il y a de l’ironie, voire du cynisme, non ?

Je suis désolé de te contredire, mais il faudrait trouver le mot juste. L’époque est cynique et moi, j’essaie de ne pas l’être. Je tente juste d’être sincère et frontal. Je suis premier degré, mais avec des images. Cela dit, je ne vis pas tout ce que je raconte en permanence. Je peux être traversé par des moments que je n’aime pas et ça donne une chanson qui s’appelle « J’aime pas ». Parfois, j’ai la sensation que la vie me dépasse ou qu’elle me laisse un peu de côté, mais ça ne veut pas dire que je passe toute ma journée à ne pas aimer la vie.

Tu chantes l’ironie de l’histoire, de la société et de la vie.

Ce qui m’intéresse ce sont les choses dont on rêvait quand on était enfant, adolescent et finalement la réalité qui s’installe. Des choses belles ou moins belles qu’on n’attendait pas forcément. Dans mes chansons, il faut percer à jour la mélancolie des êtres et les choses qui nous échappent. Je chante le rapport aux autres. Dans la chanson de Trenet, « Y a de la joie », il n’y a justement pas que de la joie.

fabien martin,littoral,interview,mandor

Tu manies à la perfection l’humour noir. Là, j’espère que tu es d’accord.

Oui. Autant rire des choses dures et tragiques. C’est de famille, ça. Cela doit venir de mes origines slaves.

Dans « J’aime pas », tu dis : « non, je n’aime pas mon histoire, je ne sais plus où m’assoir ».

C’est le cas de plein de gens. C’est difficile de trouver sa place, dans la relation avec ses amis, ses parents, ses enfants, son amoureux ou son amoureuse.

Clip de "Le phare".

Tu parles de toi, pour mieux parler des autres ?

J’espère. Je n’ai pas une vie exceptionnelle, j’ai une vie comme tout le monde. En allant au plus profond de moi, j’espère toucher les gens de manière universelle. Je crois que les gens, quand ils sont tristes, les chansons tristes leur font du bien. Ils se disent : « Ça va, je ne suis pas tout seul. C’est cool. »

Justement, quand tu écris une chanson, penses-tu aux gens qui vont l’écouter ?

Ce serait l’idéal. Mais se demander si une chanson peut devenir universelle, se demander comment faire pour que sa chanson touche tout le monde, c’est le meilleur moyen pour qu’elle ne touche personne. Cela dit, je n’ai pas de tubes ou de chansons immortelles à mon actif, je me sens donc mal placé pour donner des conseils ou ériger des règles.

fabien martin,littoral,interview,mandor

Tu dis que tu fais de la « variété mal rasée ».

C’est une musique et des textes qui se veulent accessibles et populaires si possible, mais avec des déstructurations, des éléments inattendus  ou des choses qui ne tournent pas forcément rond. Je fais comme ça et je ne sais pas faire autrement. Mon centre d’intérêt reste la mélodie et ça depuis mon premier album. J’aime quand mes chansons restent dans la tête des gens.

Cela faisait six ans que tu n’avais pas sorti de disque. As-tu l’impression d’avoir évolué depuis ?

En fait, je n’ai jamais arrêté d’écrire et de composer. Juste, je ne faisais rien écouter. Je n’étais pas forcément content du résultat. Entre le deuxième album et l’EP qui vient de sortir, tu as loupé l’évolution progressive.

Dans les textes, par exemple, il me semble que tu es plus dans l’économie des mots.

Tu as raison. Je deviens moins bavard, je synthétise un peu plus les choses.

Clip de "Pas une mouche".

Es-tu un solitaire dans la création ?

Pour l’écriture oui, mais pour la musique, de moins en moins. Il y aura irrémédiablement un moment où je vais vouloir partager. Le moment n’est jamais immédiat. Il faut que cela murisse.

Comment vis-tu la période de ton retour ?

Je suis content, mais je ne suis pas particulièrement rassuré. Je crois beaucoup en ces titres-là que j’ai créés il y a un an et demi. Je trouve que tous les morceaux tiennent la route. Certains titres passent en radio et les critiques semblent, pour le moment, positives. Pour un indépendant comme moi, ça fait chaud au cœur.

Pourquoi sortir un EP au lieu d’un album ?

Avec un EP, on peut très bien raconter une histoire. C’est un vrai support aujourd’hui. Six titres c’est bien, pour des gens qui écoutent ça dans leur voiture ou chez eux. Se taper quarante-cinq minutes d’un même chanteur, je ne sais pas si c’est encore ce qu’on a envie de faire. En vingt minutes, comme un court métrage, on peut bâtir une histoire, un état du lieu de l’histoire. C’est fini l’album de douze titres tous les deux ans. Il faut arrêter avec ça.

fabien martin,littoral,interview,mandor

08 juin 2014

Stéphanie Hochet : interview pour Eloge du chat

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Toulouse, le chat de l'auteure Carole Zalberg. Le livre est dédié à ce regretté matou.

J’ai déjà dit par deux fois, ici, tout le bien que je pensais de l’œuvre de Stéphanie Hochet. Jestéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor l’ai reçu pour Les éphémérides et pour Sang d’encre. Je ne vais donc pas répéter qu’elle est l’une des plus brillantes, insolentes et incisives plume de la littérature française.

Stéphanie Hochet revient avec un essai, un éloge sans concession sur les chats. J’ai commencé ce livre avec appréhension tant l’intérêt du sujet ne me sautait pas aux yeux. Et puis, je me suis fait piéger. Une nouvelle fois. Happé par le style, le ton et le propos. Elle a réussi à me fasciner sur ce petit animal que j’ai toujours su éviter tant je suis allergique à lui. Un exploit !

Le 24 avril dernier Stéphanie Hochet est venue une nouvelle fois à l’agence pour évoquer cet essai superbement écrit et passionnant.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorMot de l’éditeur :

Stéphanie Hochet quitte exceptionnellement le genre du roman pour nous raconter, dans un essai tout littéraire, comment le chat, animal jugé cruel, sournois et hautain est devenu l’un de nos préférés. Véritable dieu pour les Égyptiens, qui lui donnèrent les traits de la déesse de la virginité, Bastet, aussi dangereuse que protectrice, le chat a vu son image évoluer au fil des siècles. En particulier en Occident, où il est passé du statut d’ami des sorcières, banni de la société, à l’utile chasseur de souris, pour finir en potentat domestique, adulé et sublimé dans de nombreuses œuvres d’art. Animal flexible, qui a compris que la souplesse et la ruse étaient plus efficaces que la force, le chat a une position unique : mi-sauvage, mi-domestique, il profite autant de sa liberté naturelle que du confort de nos habitations modernes… À la fois indépendantet séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal,tout comme le rapport que nous entretenonsavec lui. Ne symbolise-t-il pas autant la sensualitéque la mort – Éros et Thanatos –, suscitant ainsiun comportement toujours excessif, que ce soitl’opprobre ou l’idolâtrie ?

Mot de l’auteure : stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

« Je voudrais vous parler d’un personnage omniprésent dans la littérature. Un personnage discret et remarquable, connu de tous et mystérieux; arriviste peut-être, il sait aussi séduire et fasciner. Le chat est ce personnage aux formes multiples, infiniment flexible.

Comment se douter qu’un être si petit, si familier, avait investi les listes des dramatis personae?

Son animalité, les masques variés avec lesquels il se déplace dans les œuvres ne le rendent pas moins prépondérant dans les romans que dans la poésie ou le cinéma.

Prépondérant, mais si délicat à cerner qu’il me fallait en faire un livre. Je n’étais pas au bout de mes découvertes. Se pouvait-il, pour paraphraser Rilke, que je prétendisse connaître les chats avant d’avoir écrit sur eux ?  »

L’auteure :

Stéphanie Hochet est née en 1975. Elle est l’auteure de neuf romans, dont Combat de l’amour et de la faim (Fayard, Prix Lilas 2009), La Distribution des lumières (Flammarion, Prix Thyde Monnier de la SGDL 2010) et Sang d’encre (Editions des Busclats, 2013). Éloge du chat est son premier essai.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorInterview :

L’éloge du chat est ton premier essai. Pourquoi t’es-tu lancée dans cette aventure littéraire ?

Je suis une exploratrice. J’aime découvrir des domaines variés en littérature et "prendre des risques". Prendre des risques littéraires, c’est envisager différentes formes de romans, mais également partir vers des genres qui ne sont plus le roman. Par ailleurs, l’éloge est un genre littéraire qui remonte à l’antiquité, avec ses codes et ses exemples prestigieux (je pense à Lucien de Samosate ou Erasme) c'est un exercice d'admiration exigeant, particulier. On essaie d'être à la hauteur...

Il ne faut pas confondre éloge et hagiographie, si j’en juge ton essai.

Tu as raison. D’entrée de jeu, dans l’avant-propos, j’ai récapitulé un ensemble d’à priori plutôt négatif, en tout cas, une somme de clichés sur le chat, de manière à développer peu à peu les qualités de cet animal. Je ne voulais pas aboutir à une hagiographie, mais je souhaitais que l’on parte de tous ces lieux communs pour arriver vers une démonstration de sa divinité, ce qui n’est déjà pas mal (rires).

On n’écrit pas de la même façon un roman et un essai. Est-ce que ça a été compliqué pour toi de trouver le bon ton ?

En amont, il faut beaucoup travailler quand on commence un essai littéraire. J’ai lu et relu une somme considérable d’ouvrages, notamment des romans où il était question des chats. Le ton est venu naturellement parce que c’est le mien et c’est aussi ce que le chat m’inspire. J’ai bien cerné que le chat était l’animal que l’on avait mille fois décrit et je ne voulais pas du tout en faire quelque chose de mièvre. Je voulais lui rendre sa magnificence. Je souhaitais aussi que mon écriture soit joueuse, comme peut l’être un chat. Je n’ai pas eu à me forcer parce que mon style est déjà comme ça, un peu ironique…

Le chat te ressemble ?

De plus en plus de gens me disent que je ressemble aux chats.

A la fois indépendant et séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal… tu es stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorcomme ça ?

Quand tu me dis tout ça, je me reconnais pas mal. L’indépendance, par exemple, ça me concerne totalement. Je ne supporte pas d’être agrippée à quelque chose ou à quelqu’un ou que l’on m’enferme, même de façon métaphorique. La meilleure façon de me faire fuir, c’est de vouloir m’enfermer. Après, je ne me crois pas cruelle, sauf peut-être dans mon écriture.

Le chat aime le confort que lui offre sa vie près de l’humain, mais reste jaloux de sa liberté. Ça peut expliquer que cet animal nous fascine ?

Le chat est une projection de notre idéal. Les auteurs ont beaucoup parlé du chat, car il est une métaphore de l’artiste : indépendant, mystérieux, énigmatique. On ne refrène pas la liberté d’un chat et, en même temps, il reste un animal lié à nous. Il a besoin d’amour, d’affection et de choses matérielles, comme la nourriture et un certain confort.

Le poète TS Eliot, Maupassant, l’écrivain japonais Natsume Sôseki (et son livre Je suis un chat), Le Chat botté de Charles Perrault, Balzac dans les Peines de cœur d’une chatte anglaise, Baudelaire, Colette, Marcel Aymé et Les Contes du chat perché, Pascal Quignard, Amélie Nothomb dans Le Fait du prince et bien d’autres auteurs font la part belle aux chats. Sais-tu pourquoi ?

Parce qu’ils se reconnaissent en lui, j’imagine. L’image du chat a beaucoup hanté la littérature et cela depuis longtemps. Ce qui est intéressant à savoir, c’est que le chat est arrivé dans le pays qui a inventé l’écriture, l’Égypte. Au moment où on invente l’écriture, le chat apparait. Ce n’est pas un hasard, je pense. C’est mystérieux, en tout cas. Le chat a traversé la littérature comme aucun autre animal.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandorIl y a eu beaucoup de livres sur les chats. En quoi ton essai apporte-t-il quelque chose de nouveau sur la question ?

Il y a eu beaucoup de livres sur les chats, certes, mais ce sont des livres sur « Comment nourrir son chaton », sur une expérience personnelle avec son chat, mais je n’ai jamais lu d’essai sur ce sujet. Mon livre, j’ai voulu que ce soit un exercice de plaisir littéraire, que ce soit même une jubilation littéraire pour les lecteurs, ainsi qu’une rencontre avec la littérature et les grands écrivains. (Amusée). Il n’en reste pas moins que la démonstration que le chat est Dieu, il n’y a que moi qui l’aie faite.

Est-ce qu’en écrivant cet essai tu as plus souffert que quand tu écris tes romans ?

Ce n’est pas une question de souffrance. Ce n’est juste pas le même exercice. C’est comme comparer la course de fond et le sprint. C’est simplement beaucoup de travail. D’ailleurs, le terme de travail, je l’utilise beaucoup moins quand j’écris un roman. Moi qui milite pour la professionnalisation du métier d’écrivain, pour autant, il y a une étrangeté à appeler ça « travail ». Il y a une telle liberté, de telles possibilités, un tel rapport à soi et une telle immersion en soi-même que ce terme me parait bien étrange… ça vaut pour tous les métiers artistiques, je crois. Je trouve que le terme travail est beaucoup plus justifié pour l’essai. Je m’appuie sur des textes, c’est une autre forme de rigueur. Pour répondre à ta question précisément, je n’ai pas souffert, car  le sujet est jubilatoire et me convenait parfaitement.

Avais-tu une fascination toi-même pour cet animal ?

J’ai toujours vécu avec des chats. Il y a sept ans, mon chat absolu est mort. Je n’ai pas pu le remplacer, donc aujourd’hui, je n’en ai plus. J’ai de l’admiration pour les chats. Ce que j’aime chez eux, c’est qu’ils nous mettent face à nos frustrations, un peu comme les autres êtres humains. J’ai toujours été une pessimiste, j’ai l’impression que l’autre être humain nous met face à nos frustrations. Chez moi, les moments de complétude avec l’autre sont rares. Le chat n’accepte pas tout de suite la caresse, c’est lui qui décide. Il y a un moment de séduction entre lui et toi. C’est comme une espèce de dialogue amoureux. Parfois, il refuse. Il te dit non. Il s’agace. Il te donne un coup de griffe. Je ne suis pas gâteuse du chat, je le respecte vraiment. C’est un animal exceptionnel.

stéphanie hochet,éloge du chat,interview,mandor

Après l'interview, le 24 avril 2014.

02 juin 2014

Laurent Balandras : interview pour L'intégrale Nougaro-l'histoire de toutes ses chansons

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Claude Nougaro nous a quittés le 4 mars 2004, il y a dix ans (et à l'occasion de l'anniversaire de sa disparition, j'ai publié une chronique sur ma rencontre avec lui).

Le Toulousain fut un auteur et chanteur pétri de jazz, amoureux des jazzmen et doté d’une mise en place rythmique naturelle qui fit le bonheur de ses accompagnateurs. Il nous laisse tout d’abord la richesse de ses textes qui font aujourd’hui partie de notre patrimoine. De multiples ouvrages et coffrets paraissent pour fêter l'anniversaire de sa disparition, mais l’un d’eux a particulièrement retenu mon attention, celui de Laurent Balandras, L’intégrale Nougaro – l’histoire de toutes ses chansons. L’auteur nous y révèle les coulisses de ces chansons dans lesquelles la force poétique demeure.

Le 25 février dernier, Laurent Balandras est donc passé à l'agence pour répondre à quelques questions...

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorL’argumentaire du livre :

Le plus célèbre des poètes et artistes toulousains, Claude Nougaro, méritait bien une Intégrale à l'occasion des 10 ans de sa disparition. Grand amateur de jazz, de musique latine et africaine, jouant des mots avec la langue française, il s'est appliqué tout au long de sa carrière dans un insolite mariage des genres, à unir chanson française et rythmes.
Laurent Balandras révèle ici la grande et la petite histoire de 400 chansons, avec une érudition étonnante qui fait de ce livre une somme inégalable, recouvrant plus de 40 ans de carrière. Des chansons d'une richesse inépuisable, car Nougaro avait l'habitude d'y livrer beaucoup de lui-même, révélant son intimité au plus près.
Une intégrale passionnante, pour commémorer la disparition d'un géant de la chanson.

L’auteur :

Prix Coup de Cœur de l'Académie Charles Cros 2006 pour les livres, Les manuscrits de Serge Gainsbourg et Les manuscrits de Claude Nougaro.
En 1990 il est le plus jeune candidat reçu au concours de Radio France et devient animateur à Radio France Isère.
De 1996 à 1999 il est en charge de la programmation musicale de la salle du Sentier des Halles.
De 1999 à 2006, il devient directeur artistique d’Universal Music, spécialiste de la chanson française.
En 2004, il fonde avec Baptiste Vignol, le Salon du livre et de la chanson de Randan (Puy-de-Dôme).
En 2007, il monte sa propre société Balandras Editions et s'occupe, entre autres, d'artistes comme Olivia Ruiz, Emma Daumas, Caroline Loeb, les Ogres de Barback, Marie Nimier, les Weeepers Circus...
Il crée également la collection Musik chez Textuel et publie les livres de Zazie, Juliette, Arthur H, Lhasa, Olivia Ruiz…etc.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorInterview :

Tu as déjà écrit sur Claude Nougaro. Qu’apporte ce nouveau livre sur lui ?

Jusqu’à présent, je m’étais plongé dans son processus de création au travers de ses manuscrits et de la publication des textes. Pour celui-ci, l’idée était d’éclairer l’œuvre en essayant de resituer et recontextualiser chaque chanson. J’explique de manière ludique pourquoi telle ou telle chanson a été créée ? De quoi parle-t-elle réellement ? Quel est le lien par rapport à l’ensemble de son œuvre ? Chez Nougaro, il y a deux parties : celle où il est auteur pour d’autres artistes et celle où il est auteur pour lui.

Tu racontes les histoires de près de 400 chansons. C’est une somme d’informations considérable à recueillir, donc une enquête longue et compliquée, non ?

C’est un travail qui n’est jamais fini. Je l’ai commencé il y a dix ans en bossant sur ses manuscrits. Je me suis rendu compte de comment pouvait évoluer un texte entre l’idée et sa fixation. J’ai aussi écouté beaucoup d’interviews dans lesquelles il raconte son processus créatif. Enfin, j’ai interrogé les gens avec ou pour lesquels il a travaillé. Comme tu le dis, c’est vraiment une enquête longue et minutieuse.

Nougaro faisait du jazz, de la musique latine, africaine aussi… quel était le Nougaro que tu préférais ?

Ça dépend des moments. Il y a un Nougaro très sombre, voire complètement noir, qui allait vraiment chercher en lui ses tourments, et celui-là, je l’adore. Il y a aussi un Nougaro plus lumineux qui ne me déplait pas non plus. Mais chez lui, ce n’est pas parce qu’il y a du rythme et que c’est lumineux que les textes sont forcément plus joyeux. Dans son œuvre, il y a des thèmes récurrents qui sont le temps qui passe, le manque de confiance en soi et ses tourments vis-à-vis des femmes. Souvent, il mettait en musique et il tournait en dérision ses complexes et ses problèmes psychologiques.

Peut-on dire que la musique lui a servi de psychothérapie ?laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Oui, sûrement. C’est clair qu’il faisait une véritable introspection. Il y a une partie où il essaie d’être à la hauteur des poètes du 19e siècle qu’il affectionne particulièrement. À cette époque, ses textes étaient plutôt neutres, peu personnels en tout cas. Il a mis une dizaine d’années à trouver son style, mais dès qu’il a commencé à puiser en lui tous ses troubles obsessionnels, il a fini par livrer une œuvre dans laquelle il ne s’épargne rien. C’est amusant parce que tout ce qui faisait sa particularité est devenu universel.

Mais le personnage public était très pudique, non ?

Oui, c’est cela qui est paradoxal, parce que l’auteur était d’une impudeur hallucinante. Toutes ses chansons font réellement écho à ses états d’âme ou à des moments de vies très privées.

Pourquoi avoir passé beaucoup de temps de ta vie à parler de quelqu’un comme Nougaro  et à mettre en avant sa vie et son œuvre ?

Quand on plonge dans l’œuvre de quelqu’un, c’est que ça fait écho en soi, forcément. Quelque part, toute proportion gardée, je me retrouve dans ce gamin complètement déscolarisé qui est sauvé par la musique et par les mots. Évoquer Nougaro a un sens aujourd’hui, parce que nous sommes face à une génération de gamins que l’on dit déphasés par rapport à la lecture et à l’écriture. Je me dis que le fait d’avoir des exemples comme Nougaro, de quelqu’un qui va s’en sortir parce qu’il est curieux et qu’il a le goût des mots, c’est important. Il est un véhicule d’espoir.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandorOn a fêté les 10 ans de sa disparition il y a quelques semaines. Est-ce qu’il manque à la chanson française et est-ce qu’il te manque ?

Moi, j’ai l’impression de vivre avec. Il est toujours présent. Les gens que j’aime et que j’admire, écrivains, chanteurs, auteurs, je vis avec eux. Quant à manquer à la chanson française, certainement. Mais il a ouvert la voie à beaucoup d’artistes. Il y a toute une génération d’artistes qui peut écrire en français sur du rythme, ce qui n‘existait pas avant Gainsbourg et Nougaro. Ils ont vraiment ouvert cette brèche-là.

Qui sont pour toi les Nougaro d’aujourd’hui ?

Des gens qui jouent avec le son, le rythme et la langue française, il y en a beaucoup aujourd’hui. Ça peut aller de Stromae à Camille en passant même par Mylène Farmer. Ça peut choquer que je dise cela, mais c’est une artiste qui jette ses états d’âme sur du rythme. Dans la toute jeune génération, quand je vois des gamins comme Bigflo et Oli, avec leur espèce de rythme afro urbain et un vrai souci de l’écriture et de la poésie, je ne peux m’empêcher de penser que ce sont des enfants de Nougaro.

Tu as toujours été un vrai découvreur de talents. Au départ dans des grandes maisons de disque et aujourd’hui pour ta propre société de production. Pourquoi as-tu monté en 2007, Balandras Editions ?

À la base, ce n’était pas du tout volontaire. Quand j’ai quitté Universal en 2005 pour écrire des livres, il se trouve qu’un an après mon départ, les artistes avec lesquels je travaillais m’ont appelé pour me demander de monter ma structure. Je l’ai fait parce que j’avais envie de continuer à travailler avec eux.

Tu fais quoi dans cette société de production?

Je développe deux parties qui sont à la fois l’accompagnement de jeunes talents, mais aussi beaucoup la défense du répertoire. Je travaille avec les familles de Mouloudji, de Bécaud, avec Les Ogres de Barback aussi. J’essaie d’avancer sur des répertoires qui existent et qui ont besoin d’être développés davantage.

laurent balandras,l'intégrale nougaro,interview,mandor

Avec Laurent Balandras, le 25 février 2014, à l'issue de l'interview, nous décidons de faire une partie d'un jeu vidéo (et nous sommes sacrément crédibles!)

01 juin 2014

David Carreira : interview pour son début de carrière en France

david carreira,interview

Il y a quelques mois, j’ai rencontré un jeune artiste, superstar au Portugal. La maison de disque française de l’artiste (Warner) m’a incité à le rencontrer en me disant qu’elle misait beaucoup sur lui. Curieux, je suis allé voir sur Internet de qui il s’agissait. Effectivement, David Carreira semblait mettre le public (pas mal féminin, d’ailleurs) en transe, dans son pays. Affirmer que ce qu’il joue et chante est ma tasse de thé serait prendre les habitués de ce blog pour des pignoufes. Il n’en reste pas moins que je m’évertue à ne pas porter d’œillères et à m’intéresser aussi, parfois (mais à dose homéopathique), à des artistes calibrés pour des gens plus jeunes que moi aux goûts peu similaires aux miens. Ici, j’ai déjà ouvert la porte à Tal, Keen V, M Pokora et autres Maître Gims et je n’en suis pas mort.

David Carreira m’a donc reçu dans un grand hôtel parisien. Un jeune artiste souriant, simple, chaleureux, voire drôle parfois (juste un peu trop beau) avec lequel il a été très agréable de converser…

Biographie officielle (Copyright 2014 Music Story François Alvarez) :david carreira,interview

David Carreira est né le 30 juillet 1991 à Dourdan. Il est le fils du chanteur Tony Carreira et le frère de Mickael Carreira, lui aussi artiste. David Carreira se dirige d'abord vers le football et joue dans les catégories de jeunes du Sporting Clube du Portugal. Une blessure lui ferme définitivement la porte du football en 2002. David Carreira s'essaye ensuite avec succès au mannequinat en 2008.

Finalement, le virus familial de la musique le rattrape et David Carreira fait sensation au Portugal en 2011 avec l'album N. 1. Son style actuel de pop Latino mâtinée de dance et de R&B remporte les suffrages et le propulse à la première place des ventes locales avec comme tube le single « Esta noite » avec J-Mi Sissoko. Pour David Carreira, les frontières du Portugal sont bien étriquées et il démontre sa volonté d'internationalisation en invitant Snoop Dogg sur A Força Está em Nós en novembre 2013. Le succès est à nouveau important avec une deuxième place au top lusitanien. C'est avec le rappeur français Dry que David Carreira fait équipe en décembre 2013 pour son premier tube en France avec la chanson « Obrigado la famille ». Il vient de sortir un nouveau titre/clip, « Boom ».

david carreira,interview

david carreira,interviewInterview :

Tu es né à Dourdan, en France et tu es resté quelques années ici jusqu’à l’âge de 10 ans. Pourquoi es-tu reparti dans ton pays ensuite

On est reparti au Portugal à cette époque parce que mon père a commencé à avoir beaucoup de succès là-bas. Au départ, il a commencé à chanter ici, pour les petites communautés portugaises en France, puis l’un de ses titres a fait un carton au Portugal. Les gens voulaient le voir sur place. Il a décidé de revenir dans son pays avec toute sa famille.

Et le fait de revenir en France de temps en temps, ça te fait du bien ?

C’est un peu comme revenir aux origines. Je reviens en France pour produire mes albums portugais. Je suis très attiré par la culture musicale française. Le rap français, la variété et la pop française me touchent beaucoup. J’ai produit le premier album en France avec Tefa.

Mais c’est quoi ta culture de base ?

Je suis très pop française et très rap comme Mc Solaar, Doc Gynéco, Mafia K’1 fry.

Tu me cites des gens qui sont balèzes au niveau de l’écriture. Tu écris toi-même ?

Je suis toujours très actif dans le choix de ce dont je veux parler. Sur mon premier album portugais, j’ai écrit un petit peu, sur le deuxième, beaucoup plus, et sur celui qui va sortir en français, j’essaie d’être présent sur l’écriture de presque tous les titres. Tunisiano m’a donné un sacré coup de main.

Ton premier album portugais est sorti en 2011 et il a bien marché.

J’ai été surpris, car, à la base, je ne voulais pas être chanteur. Je souhaitais devenir comédien. J’ai d’ailleurs tourné dans deux séries au Portugal. Dans la première, il fallait que je chante aussi. J’ai commencé à aimer la musique et à écrire quelques petites chansons grâce à cette aventure télévisuelle. J’étais dans un état d’esprit d’amusement, donc je n’étais pas prêt à tout ce qu’il s’est passé musicalement pour moi. Tout est allé si vite…

Le deuxième album portugais, sorti l’année dernière, avec les participations de Snoop Dogg, Boss AC, Anselmo Ralph, Diana Chaves et la chanteuse française Léa Castel, s’est bien vendu aussi. Snoop Dogg, mazette !

Oui, c’était comme un rêve de môme. Le premier album que j’ai acheté dans ma vie était un album à lui. J’aime bien tout ce qui est symbolique.

A Força Está em Nós (feat. Snoop Dogg)

Sur ton album français, il y aura des featuring internationaux et d’artistes d’ici.

Quand je fais un featuring, c’est principalement pour le plaisir. Dans mon disque français, il y en aura avec des gens très peu connus, mais dont j’aime la sensibilité artistique, dont j’apprécie le travail et qui me permettent d’évoluer. Les featurings, c’est aussi l’idée de partager. Je mets beaucoup de gens dans mon album, des producteurs et des compositeurs, alors que je pourrais plus ou moins tout faire. Je pense qu’en travaillant avec beaucoup de monde, on enrichit ses chansons. J’aime m’entourer de talents et partager nos savoir-faire.

Le marché du disque portugais et le français sont deux marchés complètement différents. Pourquoi aimes-tu passer de l’un à l’autre ?

Parce que je ne fais pas la même chose. Au Portugal, je suis plus hip-hop, funk, soul. Ici, je me lance dans quelque chose de plus punchy, urbain, mais aussi un peu variété. Dans les deux cas, c’est de la pop urbaine, mais vue sous deux angles différents.

Passer du Portugal à la France en permanence, tu le vis comment ?

C’est deux fois plus de travail, mais c’est aussi deux fois plus de fun.

Nouveau clip portugais : ABC (featuring BOSS AC)

L’idée de faire carrière en France te taraudait ?

Oui, mais je ne pensais pas que cela pouvait arriver. Cette aventure dans la musique est récente. Je ne chante que depuis quatre ans. Je tiens à te préciser que je ne vois pas la musique du côté commercial. Je ne veux pas spécialement faire ce que les gens veulent écouter à tout prix. Je veux faire ce que j’aime et peut-être qu’il y aura des gens qui vont apprécier le fruit de mon travail.

Tu ne fais pas de la variété pure, bien que tu aimes beaucoup ce style.

J’aime les Obispo, Goldman et Dion, par exemple, mais je ne fais pas ce genre-là. Peut-être que ma musique est légèrement imprégnée aussi de variété, parce que j’écoute un peu de tout et que j’essaie d’aller chercher dans chaque genre ce qui me plait. Ça devient mon style, mon univers.

Le nouveau clip français de David Carreira, "Boom".

Écrire de beaux textes sur de la musique pop urbaine en France, peu d’artistes y parviennent, je trouve. Relèves-tu le défi ?

Je vais essayer de changer ça alors. Pour moi, la musique pop urbaine doit avoir aussi de beaux textes. Depuis tout petit, je suis très rap littéraire. Je reviens à MC Solaar et Doc Gynéco. Ces gens-là écrivaient de vrais et magnifiques textes. À mon humble avis, je pense que, petit à petit, dans la musique urbaine en France, on avait perdu l’importance du texte. Mais, je trouve aussi que c’est en train de revenir. Dans ce pays, plus que n’importe où, les gens sont très attachés au propos et aux textes et je trouve ça bien. Je t’assure que je fais très attention aux textes. Je lance un appel… Un de mes souhaits serait de faire un duo avec MC Solaar.

david carreira,interviewParlons de ta famille. Outre ton père Tony, super star portugaise,  il y a aussi ton frère Mickaël qui chante et qui est également très populaire.  Ce sont eux qui t’ont donné envie de chanter ?

Non, je t’assure que ce n’est pas ma famille. Par esprit de contradiction, j’ai toujours voulu me démarquer et faire autre chose. Je voulais être joueur de foot. J’ai été en formation dans un club portugais de première division, le Sporting Clube de Portugal, le club où Cristiano Ronaldo a commencé. Bon, j’ai arrêté parce que je me suis blessé et, il faut être honnête, je ne jouais pas assez bien. Du coup, je suis devenu comédien dans des séries portugaises. Et grâce à l’une d’elles qui se passait dans le milieu de la musique, je me suis laissé prendre au jeu.

Mais, je reviens sur les membres de ta famille qui chantent. Malgré tout, tu as vécu dans cet environnement musical intense, ça t’a forcément influencé.

Oui, peut-être…

Il y a de la concurrence aujourd’hui entre ton père et ses deux fils ?

Oui, mais cette concurrence nous amuse.  On en rigole. Il est fréquent que lorsqu’un de nous sort un nouveau disque, il détrône l’autre. On est tous numéro un à chaque fois. On a tous les trois des styles différents, mais on se donne nos opinions entre nous et on essaie de s’aider. Il y a beaucoup de solidarité.

david carreira,interview

(Pendant l'entretien. Photo prise par l'attaché de presse.)

Vous retrouvez-vous parfois tous les trois dans le top portugais ?

Oui, c’est déjà arrivé. C’est un cas unique, je crois, même dans le monde. Trois membres de la même famille qui cartonnent musicalement dans leur pays en faisant, en plus, une musique différente.

Ton père est-il fier de toi ?

J’espère. Enfin, oui, parce qu’il me le dit. Moi, je suis plus timide pour dire ce que je pense à ceux que j’aime. Il attend avec impatience l’album français.

Tu as 22 ans, tu vis ta popularité de manière très classe, je trouve. Comment fait-on pour ne pas péter un câble ?

Il faut être bien entouré. Et ma famille m’a appris à rester humble et lucide sur ce métier. Je sais ce qu’il faut faire et ne pas faire. Rien ne dure toujours… pour le moment, je travaille et je m’amuse, c’est aussi simple que cela.

david carreira,interview

Après l'interview, le 5 décembre 2013.

30 mai 2014

Marcel et son Orchestre : pourquoi le groupe s'arrête!

1011012_10151634525282114_933086970_n.jpg

Marcel et son Orchestre mêle un punk rock aux mélodies entrainantes. Alliant des chansons revendicatives, des chansons à textes festifs, voire des chansons politiques, leur volonté artistique s'exprime dans le triptyque « danse, déconne et dénonce ». Pendant plus de 20 ans, sans se soucier des modes, des codes et des façons, Marcel a trimballé son mauvais esprit, ses riffs et ses refrains convulsifs sur toutes les scènes, de la plus modeste à la plus prestigieuse.

Le groupe emblématique du Nord-Pas-de-Calais, originaire de Boulogne-sur-Mer, a décidé récemment de raccrocher les micros et les instruments.
Les Marcel, ambassadeurs de leur région, restent l'un des groupes les plus populaires de la région.

Franck Vandecasteele, dit Mouloud, le chanteur du groupe est passé à l’agence le 17 février dernier pour m’expliquer, notamment, pourquoi le groupe arrêtait sa carrière en pleine gloire.

MARCEL-ET-SON-ORCHESTRE.jpg

 marcelqmq.jpgInterview :

Doit-on croire à la fin de vie de Marcel et son orchestre ?

La fin de vie est un complot international, ça n’existe pas (rires). Sérieusement, nous nous sommes toujours dit que le jour où on allait se fatiguer, où on allait sentir une lassitude, on arrêterait sans regret. On ne se doit rien, il n’y a aucune obligation. Nous n’étions pas liés contractuellement avec une maison de disque, on ne devait pas d’album à personne, bref, nous avions l’absolue liberté de nous arrêter quand nous le souhaitions.

Il y a peu de groupes français qui ont perduré pendant 20 ans.

Magma ou Ange ont fait davantage, mais pas avec le même line-up. Quand tu regardes Marcel et son orchestre, tu as cinq des sept membres qui ont enregistré tous les albums.

Au niveau des chanteurs, ça a un peu bougé, non ?

Oui, parce que je ne voulais pas être chant lead. On était en binôme devant, j’aimais beaucoup ça et puis un jour, on est revenu à la formule moi en « front ». Si je résume un peu, sur les trois premiers disques, on est deux à chanter, sur les 4 derniers, c’est moi seul.

Le chanteur d’un groupe est toujours considéré comme le leader. Est-ce que cela t’a gêné ?

On en jouait un peu. On disait toujours que Marcel et son Orchestre n’avait pas de leader, mais un Lidl… un leader pas cher (rires). Mais, on a toujours été un collectif, on partageait vraiment les tâches et chacun avait une place aussi importante que celle des autres.

Cela dit, ce ne doit pas être toujours simple…

Justement, c’est ce qui peut précipiter la fin d’un groupe. Dans le milieu artistique, on a tous un certain ego et l’idée de consensus est compliquée. Je pense qu’on a arrêté aussi parce qu’on a remarqué qu’on était plus d’accord. On avait envie de dire la même chose, mais on n’avait plus envie de le dire de la même façon. On y mettait plus le même enthousiasme. Je pense aussi qu’on se connaissait trop. Nous commencions à devenir prévisibles. Pour se protéger, pour ne pas gâcher cette belle histoire, je pense qu’il fallait y mettre un terme.

Teaser du double CD DVD, C'est ma dernière surprise party!!!

Tu regardes souvent le passé ?

Avec Marcel et son Orchestre, on n’a jamais regardé dans le rétroviseur. On a mené cette aventure un peu à la va comme ça vient. Quand on se rappelle qu’on a fait sept albums en vingt ans, deux fois la scène principale des Francos, 3 fois celle des Solidays, 2 fois celles des Vieilles Charrues et que certaines tournées étaient sold out, on se dit que c’était pas mal à vivre. Sauf qu’on a vécu tout ça dans l’instant. On ne s’est jamais posé de questions. Il y a faire et faire savoir… nous, ce qui nous plaisait, c’était de faire et partager.

J’ai l’impression que vous n’aviez rien à faire du star-system. Je me trompe ?

Disons que nous nous sommes construits autour d’une carrière qui nous semblait plus pertinente que le punk rock ou le rock’n’roll.

À Boulogne-sur-Mer, Fabrice et toi, les deux créateurs du groupe, vous avez grandi dans la maison des jeunes de votre quartier.

Je pense que c’est ce qui nous a sauvé la vie. Honnêtement, je suis passé des Rubettes et de Michel Sardou aux textes d’Henri Tachan, de Pierre Vassiliu, de Jean-Roger Caussimon et de Font et Val. Ce sont nos éducateurs qui nous ont fait découvrir tout ça. Leurs textes étaient des textes de rebelles. On s’est dit : « les voilà nos modèles ! »

Tu cites Font et Val qui disaient : « Quand on voit la gueule de la réussite, ça nous donne envie d’échouer. »

Ça nous a fait réfléchir. Quand on a décidé de monter un groupe, on a fait le contraire de ce qu’il fallait faire. On a pris le nom le plus baltringue et handicapant possible. On voulait voir jusqu’ou on pouvait pousser ce handicap dans ce monde du paraître et de la frime. C’est une attitude assez punk au départ, mais nous on ne calculait rien.

Marcel et son Orchestre avec Skip The Use et Mamatth (La Familya) dans "Body Building".

Marcel et son Orchestre a fabriqué son look en prenant le parfait contre-pied de la rock’n’roll attitude, en accumulant les fautes de goût avec une joie jamais dissimulée.

On a voulu voir si on pouvait être considérés comme de grands rockeurs en pantoufles, comme des rebelles en sandalettes… On a joué de ça. Ça nous amusait de travailler là-dessus. 

Tu penses que le public a compris ce que vous souhaitiez prouver ?

Oui, même si une partie du public nous a aussi pris pour des clowns, ce que nous étions aussi un peu, d’ailleurs. Dans notre région, le Pas-de-Calais, il y a une grande tradition de carnaval. Le carnaval, c’est le moment de l’année où tu peux mettre à mal les codes de bonne conduite. Tu vas rire de l’autorité, de l’institution, de la religion, des attitudes vestimentaires, aussi. C’est un exutoire. Je pense que les gens savaient, en venant nous voir, que l’on pouvait sortir du cadre, du rang et qu’on pouvait se libérer. C’était l'une des clés de notre succès.

Quand on a pour référence Caussimon ou Tachan, on n’a pas l’impression, avec un groupe tel que le tien, de faire le contraire de ce qu’on aime ?

On s’est questionné sur le fond et la forme. Fallait-il avoir une forme sérieuse pour dire des choses déconnantes ? Quand un clown veut montrer qu’il n’est pas con, doit-il prendre une forme académique ? Est-ce que pour faire intelligent, il faut faire chiant ?

Vous avez revendiqué le droit d’être multiple, en tout cas.

C’est exactement ça. Nous avons des chansons qui sont exutoires contre la bêtise avec des messages clairs, compulsifs, frontaux et d’autres, plus écrites,  jolies, soignées. Ces dernières sont prises comme des morceaux mous de Marcel et son Orchestre et non pas comme de belles chansons. Parfois, ça fait un peu chier.

franck vandecasteele,mouloud,marcel et son orchestre,interview,'est ma dernière surprise party!!Vous avez décidé d’arrêter le groupe après la sortie de votre précédent album, Tous les coups sont permis. Tout le monde était d’accord ?

Non, mais c’est de ma faute. J’ai été maladroit sur cette affaire. Je n’ai pas réussi la concertation. J’étais sur la création d’une pièce de théâtre, ensuite nous devions participer à une fête des indignations en soutien aux Roms. Un journaliste qui avait entendu dire que c’était la tournée d’adieu de Marcel m’a fait parler et comme j’avais un peu picolé, j’ai lâché l’affaire devant tout le monde, de manière informelle. Sauf que le lendemain, il a fait la une de La Voix du Nord avec ça. J’étais fou de rage et les copains me sont tombés dessus… et ils avaient raison. On avait émis cette décision, mais on ne l’avait pas acté.

Vous tous, vous avez réfléchi à l’après Marcel ?

Non, personne n’a anticipé, personne n’avait de meilleures opportunités. Nous sommes arrivés au bord de la falaise et nous nous sommes jetés dans l’inconnu. Je ne dis pas qu’on ne va pas se casser la gueule et qu’on ne va pas descendre plusieurs marches, mais en même temps, on aura été honnête jusqu’au bout. Marcel et son Orchestre n’aura jamais triché.

1921245_10152280730958674_1981055383_o.jpg

Pour « fêter » cette fin d’aventure musicale, il y a un double DVD+CD qui est sorti, C’est ma dernière surprise-party. Un best of en public.

C’est tiré de nos deux derniers concerts. On a composé pas loin de cent cinquante chansons et on a joué cinquante titres par soir. Quatre heures de concert à chaque fois. Un marathon hallucinant pour remercier tous les gens qui nous ont soutenus pendant toutes ces années et qui ont porté notre histoire. On l’a dit mille fois, mais c’est le public qui a fait l’histoire de Marcel.

Quand on décide de partir, on est vite regretté, même par des gens qui ne vous suivaient pas particulièrement, non ?

Lors de la dernière tournée, les gens savaient qu’on n’allait pas revenir sur notre décision.  C’est un groupe qui a donné sans compter, particulièrement généreux, intègre dans les combats et les attitudes. Tu ne peux pas lutter contre la société de consommation et être un homme-sandwich de ce système. Pour moi, c’est le point de rupture avec le rock’n’roll. Des mecs qui se disaient engagés, mais étaient habillés par une marque de fringues, je ne comprenais pas. Je voyais tellement de contradictions que je trouvais que notre projet prenait tout son sens. Ça nous permettait de rire de tout ça. Je crois que le rock’n’roll est une musique de droite. Le rock’n’roll, c’est extrêmement conservateur. Il y a les dix commandements du rockeur. Ne pas rire, les lunettes noires, l’attitude, les perfectos… etc. Il y a l’uniforme, tu ne joues pas des codes. On ne rigole pas beaucoup dans le rock’n’roll, on ne rigole pas de soi-même. Nous, on a débarqué en disant que tout ça, c’est du flan. On a donc été reçu comme un chien dans un jeu de quilles.

"Megafun" en live.

Vous avez été heureux pendant toutes ces années ?

Quoi qu’on ait dit de la scène du rock français, on a fait partie d’un mouvement qui a aussi conscientisé une partie des gamins. Moi, la chanson m’a conscientisé. Je dois à Renaud et Lavilliers de m’avoir expliqué ce qu’était l’Apartheid par exemple. Je dois à Pierre Perret de m’avoir éveillé à beaucoup de choses. Je me dis qu’avec cette scène-là, on a fait gueuler des slogans anti fascistes à des jeunes.

969694_578134842219712_1968893327_n.jpgParle-moi du projet Lenine Renaud.

Avec Cyril Delmote, le guitariste des VRP, on avait envie de travailler ensemble. On chante et joue tous les deux. Sur des airs de pas y toucher, nos chansons taillent de tendres ou féroces portraits, racontent la grande aventure du quotidien, la revanche des causes perdues, ricanent des marchands de certitudes, ou encore des fous de Dieu.

Tu ne veux pas sortir quelque chose sous ton vrai nom ?

Je n’y arrive pas. J’ai trop le sens du collectif.  

Et le sens du partage.

Je suis travailleur social de formation. J’ai le défaut de ce métier. J’ai besoin d’être un passeur. Quand je découvre quelque chose, une belle idée, une belle image,  j’ai besoin de faire circuler.

DSC08870.JPG

Avec Franck Vandecasteele, dit Mouloud, après l'interview, le 17 février 2014. 

27 mai 2014

Cantinero : interview pour la sortie de leur premier EP

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Un jour, j’ai reçu un single d’un groupe inconnu (de moi en tout cas), Cantinero, « La roue tourne ». La radio et la télé jouent ce premier titre régulièrement, mais je ne suis jamais chaud pour recevoir un artiste dont je n’ai écouté qu’un morceau. Comme j’ai beaucoup aimé ce titre, je me suis laissé influencer par leur attaché de presse, le redoutable Pierre-Henri Janiec (oui, j’aime citer les attachés de presse.) Leur premier album est prévu pour l’automne 2014, mais leur premier EP sort le 9 juin 2014.

Le 26 février dernier, Karim et Brice sont venus se présenter à l’agence.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton hommeBiographie officielle (un peu raccourcie) :

C'est dans la moiteur des salles de boxe et sur les champs de battle de la scène hip hop que Karim Ebel (chant, textes), a appris l'art de l'esquive et de la remise qui fait mouche.
Sa rencontre avec Brice Chandler (composition, guitares) va donner naissance à Cantinero.

L’histoire du groupe a débuté comme dans un bon Sergio Leone, sous un ciel sans nuage.
Les deux gringos ont longtemps chevauché, depuis leur base dans le désert de l’Est parisien, à la recherche d’une nouvelle frontière musicale où le folk, la country et le rock indé défient en duel la musique du Mexique.

Repéré et produit par David Salsedo (Silmarils, Superbus, Run Fast Records), et signé sur le label Jo &Co, Cantinero mélange poésie urbaine et ambiances cinématiques, où l'on traverse villes fantômes, western moderne, suivant le road trip d'un homme désabusé.

Le tout servi par une voix grave et chaude, reconnaissable entre mille, qui n'est pas sans rappeler la profondeur d'un Everlast et qui deviendra sans doute le signe distinctif de Cantinero dans les années à venir.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Interview :

Vous venez chacun d’un univers différent. Tu viens d’où Karim ?

Karim : J’ai fait du rap avant de connaître Brice, notamment dans un groupe qui s’appelle Neochrome. C’était un groupe du genre Les sages poètes de la rue. Ce n’était pas revendicatif, mais nous faisions très attention aux textes. Je suis allé vers le rap parce que c’était plus simple pour moi. À la base, je ne suis pas musicien.

Et toi, Brice?

Brice : Je viens du folk. Mais j’ai fait beaucoup de musique classique. Sur certains de nos titres, ça s’entend un tout petit peu.

L’idée de vous allier est venue comment ?

Brice : Nous avions des amis communs qui faisaient de la musique. À force de discuter « son » ensemble, on nous a conseillé de nous rencontrer, comme ça, tout à fait naturellement.

Karim : Nous nous sommes tout de suite bien entendus. On  s’est vu un an avant de travailler ensemble. On écoutait plein de musique ensemble.

Et un jour, vous avez décidé de monter un projet sérieux ?

Karim : C’est arrivé comme ça. On a fait une chanson, Sad Mariachi, un morceau assez épique avec des trompettes mexicaines. Et ça nous a donné envie d’aller plus loin.

Venir de deux univers différents permet des échanges fructueux ?

Brice : Oui, c’est très intéressant. Parfois, on fait aussi quelques concessions.

Karim : Brice prodigue de bons conseils. Quand je lui propose un texte, il me donne toujours son avis. J’écris l’intégralité des paroles, mais si Brice n’est pas d’accord, on ne le fait pas. Pareil pour la musique. Si je ne sens pas un truc, on l’arrête tout de suite.

Comment vous vivez ce projet ? J’ai l’impression que vous êtes zen…

Karim : C’est tout à fait ça. Enfin du stress, il nous arrive d’en avoir. Là, on est bien reçu, c’est pour ça que l’on te parait à l’aise.

Brice : On fait nos chansons et on essaie de se faire plaisir.

Clip officiel de "La roue tourne".

Votre premier single « La roue tourne » commence à bien fonctionner. On l’entend pas mal en radio et on voit le clip à la télé. Comment vit-on un début de carrière ?

Brice : Avec plein d’espoir. Nous sommes contents que notre musique arrive aux oreilles d’un plus large public.

Karim : C’est vrai que de s’entendre à la radio, c’est très bizarre.

Brice : J’imagine que ça l’est plus pour toi parce que c’est ta voix qu’on entend.

Le clip de « La roue tourne » à été conçu en Californie.

Karim : On a eu beaucoup de chance. Brice connaissait bien la région, moi, je l’ai découverte. Pour un premier clip, tourner dans le désert, c’était une sacrée chance.

Nous vous découvrons, mais quelle va être la suite de vos aventures ?

Brice : On veut jouer le plus possible. Ce n’est pas facile de trouver des dates. Nous n’avons pas encore de tourneur. On ne veut pas aller trop vite. Nous voulons faire des petites scènes pour débuter. Des endroits intimistes pour apprendre à sentir les gens. Nous ne sommes pas contre les premières parties d’artistes.

Nouveau single (sorti aujourd'hui), "Je suis ton homme".

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton hommeIl y a dans votre musique des influences « americana ».

Karim : Il y aura dans notre album, des titres à la Tom Waits, des morceaux un peu épiques à la Morricone. Il y a aura aussi un peu de rocks. On n’a pas de cahier des charges. Nous allons toujours là où l’inspiration nous porte.

Tes textes parleront de quoi Karim ?

Karim : En tant qu’ancien rappeur, je n’ai pas pu m’empêcher de faire de l’ego trip. Il y aura des chansons sur le temps qui passe. J’aime bien les gens comme Everlast ou Johnny Cash. Ils viennent de la rue et ont des trucs à dire. J’ai du mal à écrire des textes joyeux. C’est toujours un peu désabusé.

Brice : « La roue tourne », on a l’impression que c’est notre chanson la plus positive de l’album, bien qu’elle soit finalement assez mélancolique.

Ce que tu écris est-il au premier degré ?

Karim : Non, j’utilise beaucoup la métaphore. Je regarde énormément de DVD, c’est donc souvent le ciné qui me donne envie d’écrire et qui m’influence beaucoup. Je prends l’écriture très au sérieux. Je ne me sentirais pas de chanter des textes qui n’ont pas vraiment de sens.

Cover de la chanson des Brigitte, "Battez-vous".

Quand on forme un duo, veut-on impressionner l’autre ?

Karim : Bien sûr. Si je sens un doute sur un texte venant de Brice, ça me blesse un peu. Mon amour propre est touché.

Brice : Moi pareil, quand Karim n’aime pas une de mes compos, il y a 24 heures de « bouderie ». Et puis après on finit toujours par comprendre et constater que l’autre a raison.

Karim : On essaie mutuellement de tirer l’autre vers le haut.

Vous avez été repérés par David Salsedo, d’ailleurs l’ambiance générale de vos chansons n’est pas aux antipodes de son univers.

Karim : Il a découvert Cantinero par MySpace, il y a quelques années. Il est venu nous voir plusieurs fois en concert au Réservoir. Il nous a proposé une première partie au Nouveau Casino à l’époque de la sortie de son disque Wine & Pasta. Ensuite, on lui a fait écouter des maquettes, puis des morceaux plus aboutis. Il a fini par nous proposer de produire le disque. Ça s’est fait vraiment par étape et il s’est beaucoup investi. Ce grand artiste est une référence majeure pour moi.

Vous vous retrouvez sur certains artistes français ?

Brice : Je crois qu’on a en commun Thomas Fersen. Ce que j’aime chez lui c’est qu’il ne te raconte jamais une histoire standard. L’instrumentation derrière part vraiment dans tous les sens. On se rejoint aussi sur MC Solaar et NTM.

Vous allez bientôt sortir un EP ?

Oui, le 9 juin prochain et un album à l’automne 2014.

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

Le 26 février 2014, après l'interview...

cantinero,interview,la roue tourne,je suis ton homme

20 mai 2014

Arthur H : Interview pour L'or d'Eros

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

(Photo : Franck Loriou)

Ce soir et demain, Arthur H (déjà mandorisé là) et le compositeur Nicolas Repac se produisent au 104 (à Paris).  D’abord, ils ont conçu ensemble L'Or Noir, superbe voyage sensoriel autour de la poésie créole contemporaine, d'Aimé Césaire, chantre de la négritude, au contemporain Dany Laferrière en passant par le regretté Édouard Glissant. L'occasion de sonder la part noire de deux musiciens assumant allègrement des identités métisses. Pour L'Or d'Éros, le second volet qui vient de paraître, tous deux rendent hommage aux auteurs les plus libres et les plus sulfureux du XXe siècle. Pour parler de ce projet, Arthur H m’a reçu dans une chambre d’un hôtel de la capitale, le 25 mars dernier.

Argumentaire officiel de ce deuxième volet de la collection Poetika Musika :

Un superbe voyage sensoriel autour de la poésie créole contemporaine. Après « L’Or Noir » consacré à la poésie de la Caraïbe francophone, Arthur H & Nicolas Repac se penchent sur la poésie érotique. Lu, interprété, par Arthur H. Musique Nicolas REPAC.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repacL'Or d'Éros c'est l'émotion du sexe, quand le sexe rentre en résonance avec le coeur et produit de la poésie. Une poésie totalement dégagée des carcans du conditionnement social, un vrai espace de liberté, d'invention et de dévoilement de soi; plus les délices, l'excitation et les labyrinthes d'un jeu sans fin. Nicolas Repac a conçu la musique comme un long film, déchirant parfois, ou tendu, ou tendre, mais toujours voluptueux, oscillant entre les largesses symphoniques et les grooves sexuels-mathématiques. Arthur H, habite chaque mot comme si les écrivains étaient tous des musiciens. Sa voix effleure le chant pour produire une hypnose sensuelle. Tous les deux rendent hommage aux auteurs du 20e siècle les plus libres et les plus sulfureux.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repacInterview :

Présentez-nous cette collection, Poétika Musika, dont vous êtes à l’origine.

C’est une collection qui se propose de colorer les grands classiques de la poésie du XXe siècle avec un filtre musical, spatial et cinématographique. Sans l'aide du chant, il s'agit de retrouver l'ADN musical qui repose dans la cellule poétique, afin de faciliter l'accès à des textes difficiles et de redonner le goût de lire.

Quel est le but de cette collection ?

C’est de mélanger totalement la musique et la poésie et d’avoir une approche musicale de la poésie, mais sans la chanter. Quand on commence, je pose mes voix et Nicolas construit des musiques autour. Lorsque les musiques sont créées, je me recale un peu sur lui.

Vous qui êtes musicien, mettez-vous votre grain de sel dans les compositions de Nicolas Repac ?

Il est totalement maître de la situation, mais je donne souvent mon avis. Mon oreille traîne sans cesse et avec Nicolas, nous conversons.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

(Photo : Yaël Hirsch)

Est-ce votre amour de la littérature qui vous a incité à vous lancer dans ce projet ?

Non, c’est l’amour du cinéma. Je trouve que la poésie, c’est un cinéma pour pauvre. Ce sont des images à l’état brut et sauvage avec le moins de moyens possible et imaginable. Un poème, c’est l’expression la plus dépouillée et la plus désossée possible. Pour tout vous dire, je ne suis pas un grand lecteur, mais je constate que la poésie est très efficace pour créer de la manière la plus directe possible un monde.

C’est quoi la poésie pour vous ?

La poésie, c’est comme le sexe finalement. C’est un monde avec lequel on a une grande intimité et en même temps, qui sera toujours inconnaissable. Je n’ai jamais vu la poésie comme une espèce de fantasmagorie onirique, ni de doux délire pour les gens qui ne sont pas vraiment sur Terre et qui ont besoin de s’échapper de la réalité. Pour moi, c’est absolument le contraire. C’est un outil extrêmement précis pour observer des choses intimes de soi qu’on ne peut pas voir de manière frontale. Souvent, on est obligé d’avoir un regard oblique pour les remarquer, du coup, la poésie peut être pris comme un moyen très technologique pour percer la carapace et aller de l’autre côté. Ça permet de se rendre compte ce qu’est notre vraie présence au monde et notre vraie intimité.

C’est quoi être poète quand on écrit ?

C‘est tout simplement prendre de la liberté avec la langue, avec l’idée de voir l’envers du décor. Ca peut être aussi écrire un texte très cru et très simple sur le réel. En réfléchissant, je peux dire que la poésie est un moyen de faire face au réel, de manière détournée ou très frontale, le plus honnêtement possible.

Comment avez-vous choisi les textes qui figurent sur L’Or d’Éros ?arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

J’ai choisi des textes qui génèrent une émotion très immédiate, qui tout de suite délivrent des images et qui sonnent. Il faut qu’il y ait une musicalité du texte et un rythme évident. La poésie, c’est de la musique visuelle.

Est-ce que parler demande plus de concentration que de chanter ?

On doit tenir son énergie, mais on doit se laisser traverser par elle. C’est plus nourrissant de chanter que de parler, mais finalement, c’est un peu la même chose à la base. Je ne ressens aucune frustration en tout cas. Dans cet exercice de style, j’ai été très influencé par Jean-Louis Trintignant. Je l’ai vu sur scène et j’ai même écrit un poème sur mon album Baba Love pour qu’on le récite ensemble. Il a une prononciation et une articulation démoniaque. J’essaie de lui arriver au moins à la cheville en le copiant au maximum.

Il y a des textes très sexuels et d’autres plus sensuels. L’élaboration de cet album a-t-elle été une question de dosage ?

J’ai pris les textes qui avaient l’émotion, des images et du son, comme je vous le disais précédemment. Des textes très crus, en poésie, je n’en ai pas lu et vu beaucoup. Des textes trop sentimentaux, ça ne m’intéressait pas. Mes deux textes préférés sont pourtant ceux qui mélangent les deux. « La lettre à Nora » de James Joyce et « Mademoiselle mon cœur » de Georges Bataille. Je trouve que le sexe est l’émotion est reliée à une forme de vérité. Quand on fait l’amour, on éprouve une émotion en même temps. Cela me paraît indissociable.

"Lettre à Nora" de James Joyce.

Faire un disque de chansons, c’est plus simple ?

Non, au contraire. On doit inventer un monde, cela implique beaucoup de gens, il y a toujours des choix déments à faire. Moi, quand j’enregistre un disque, je me sens souvent dans une sorte de labyrinthe. Il y a toujours un moment où je me tape la tête contre les murs. Là, on n’a pas à écrire des paroles… en plus elles sont sublimes. Nicolas prend son pied à les accompagner… bref, c’est le projet plaisir ! Il n’y a aucune contrainte artistique et ça devient rare de nos jours.

Lou Doillon interprète avec vous « L’amour » d’André Breton et Paul Eluard.

Sur ce texte, une participation féminine me paraissait naturelle.

Il n’y a pas de textes de femmes. Pourquoi ?

Je n’en ai pas trouvé. Il y avait bien du Duras, mais c’était un peu trop cérébral. Sinon, j’ai trouvé des textes de femmes, mais trop cash par rapport aux aspects positifs et de beauté que nous cherchions.

Avant votre prochain album plus personnel, ce genre de projet vous fait-il du bien ? Est-ce une respiration ?

C’est un vrai ressourcement. Se frotter à ces grands auteurs est toujours positif. C’est une expérience qui m’enrichit beaucoup. Ça me donne envie d’être plus exigeant avec mes propres textes.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

Après l'interview, le 25 mars 2014.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

(Photo : Franck Loriou)

Gilles Paris : interview pour L'été des lucioles

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor

(® David Ignaszewski)

Comme je l’ai expliqué lors de la première mandorisation de Gilles Paris, en tant que journaliste souvent littéraire (depuis des lustres), il était inimaginable de ne pas tomber sur cette personne incontournable du milieu littéraire. J’ai dû passer par lui ou par son bureau de nombreuses fois pour obtenir livres, visuels ou même rendez-vous avec un auteur. Gilles Paris écrivain, c'est un style narratif original, émouvant, drôle et (im)pertinent. Dans chacun de ses romans, il fait parler un enfant de neuf ans. Ce n’est pas anodin. On peut se protéger et dire beaucoup derrière les propos d’un bambin… mine de rien.

Notre relation a d’abord été professionnelle, puis elle est devenue amicale au fil du temps. J’ai décidé de défendre chacun de ses nouveaux romans (la précédente mandorisation), parce qu’à chaque fois, ma part d’enfance est touchée en plein cœur.

Le 26 mars dernier, Gilles Paris est venu une nouvelle fois à l’agence pour évoquer L’été des lucioles, son premier livre aux éditions Héloïse d'Ormesson.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor4e de couverture :

Du haut de ses neuf ans, Victor a quelques certitudes : c’est parce que François, son père, n’ouvre pas son courrier qui s’amoncelle dans un placard que ses parents ne vivent plus ensemble ; c’est parce que Claire et Pilar, ses mamans, adorent regarder des mélos tout en mangeant du pop-corn qu’elles sont heureuses ensemble. Et c’est parce que les adultes n’aiment pas descendre les poubelles au local peint en vert qu’il a rencontré son meilleur ami Gaspard.

En vacances à la résidence du Grand Hôtel du Cap-Martin, Victor partira à l’aventure sur l’étroit chemin des douaniers qui surplombe la côte en compagnie de Gaspard. L’été sera placé sous le signe de l’étrange avec une invasion de lucioles, des pluies sèches et des orages aussi soudains que violents. En guidant les garçons jusqu’aux passages secrets menant aux villas qui bordent le rivage, papillons, baronne et jumeaux feront bien plus que de leur ouvrir la porte des jardins enchantés.

Un voyage au pays de l’enfance qui déborde d’émotion et de tendresse.

L’auteur :

Né à Suresnes en 1959, Gilles Paris travaille depuis plus de vingt ans dans le monde de la communication et de l’événementiel. Il a publié son premier roman, Papa et maman sont morts, en 1991, puis Autobiographie d’une Courgette en 2002. Au pays des kangourous, paru en 2012, a remporté de nombreux prix littéraires, notamment le Prix cœur de France, le Prix roman de la ville d’Aumale, le Prix des lecteurs de la bibliothèque Goncourt, le Prix Folire et en 2013 le Prix plume d’or.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandorInterview :

Je reçois un Gilles Paris qui écrit un livre à la limite du fantastique.

J’avais envie de quelque chose de différent. J’ai peur de me dire un jour qu’on pourrait se lasser que je rentre dans la peau d’un enfant de 9 ans.  Du coup, j’essaie à chaque fois de surprendre, avec des histoires qui sont très différentes les unes des autres, avec des univers qui changent, des narrateurs qui ne se ressemblent pas, même si, en 20 ans, il y a une passerelle entre mes quatre romans.

C’est une langue dans laquelle tu te sens bien ?

Je ne te cache pas que j’ai envie d’y rester. Je trouve que l’époque dans laquelle on vit au quotidien est difficile pour beaucoup de gens, j’avais donc envie d’un livre « bulle », une espèce de parenthèse dans laquelle on puisse s’enfermer le temps d’une lecture. Pour moi, ça l’a été le temps de l’écriture. Ça m’a fait un bien fou. J’ai eu l’impression de m’isoler totalement du monde extérieur qui me paraissait rude. Après avoir traité des thèmes comme la dépression et les maisons d’accueils, je voulais souffler un peu de tout ça. Je souhaitais aller vers quelque chose de plus lumineux. Tous mes romans ont une empreinte à la fois grave et légère. Pour une fois, je voulais qu’avec L’été des lucioles, ce soit plus léger que grave et qu’il y ait plus de lumière que d’ombre.

Il y a la trame habituelle des conflits parentaux et de la séparation.

Des parents qui se séparent et divorcent, c’est d’une banalité totale aujourd’hui dans les familles, mais on ne se rend pas compte ce que cela peut faire sur des enfants, qu’ils soient petits, adolescents ou majeurs. Des parents qui se séparent, c’est comme une vision de l’amour qui se scinde en deux. D’une manière ou d’une autre, même si c’est très banal, l’enfant en ressent quelque chose de très fort.

C’est un roman très moderne. Le petit Victor qui passe ses vacances à Cap Martin les gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandorpasse avec ses deux mamans.

J’ai écrit ce roman bien avant que les lois soient votées et qu’on en parle autant. Je rappelle qu’un enfant de 9 ans ne juge pas, il essaie simplement de comprendre. Il a complètement intégré ses deux mamans comme un soleil dans un ciel bleu. C’est naturel, point final.

Non seulement il accepte sa deuxième « maman », mais, même, il l’adore parce qu’elle s’occupe bien de sa vraie maman, Claire.

Il fallait qu’un adulte veille sur leur mère. Il se trouve que c’est Pilar. De plus, cette dernière fait attention à Victor, mais aussi à sa sœur Alicia. Il lui retourne cet amour qu’elle lui prodigue.

Mine de rien, c’est un livre aussi sur la tolérance.

Dans mes romans, je ne veux jamais imposer quoi que ce soit, rien asséner, ni glisser des messages subliminaux. Laissons-nous le choix de choisir ou d’accepter ce qu’on a envie de faire ou de ne pas faire !

Tu es comme tes narrateurs. Tu as beaucoup de mal à juger les gens.

Je suis comme tout le monde, j’ai des aprioris, mais je suis toujours prêt à trouver des circonstances atténuantes à tout le monde. Mais derrière ces narrateurs de 9 ans, je m’abrite. Je suis très pudique et je me dévoile personnellement très peu. Ça me permet de parler de choses assez importantes et qui me touchent, mais avec la distance nécessaire.

Et plutôt dans un sens positif.

Dans la vie, je suis comme ça. Je ne suis pas rancunier par exemple, mais je n’oublie rien. C’est très rare que je me fâche et que j’en veuille à quelqu’un. Je trouve des excuses aux gens et je passe à autre chose.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandorIl y a un peu de magie dans ton roman.

Victor dit à la fin : « la vie sans magie, c’est juste la vie ». Moi, je trouve qu’il faut ajouter de la magie à la vie. On a chacun une manière très précise d’en mettre. Qu’elle soit fantastique ou qu’elle ne le soit pas, qu’elle soit imaginaire ou qu’elle ne le soit pas. Ce qui arrive à Victor à un moment donné va être extra ordinaire. C’était assez difficile, mais à la fin du livre, je voulais qu’on puisse s’imaginer brièvement qu’au fond, tout cela était de l’ordre du possible.

Victor est un petit garçon courageux.

Il est courageux et pétochard à la fois. Par rapport à Justine, la fille qu’il aime depuis deux étés, il n’a jamais osé lui parler, encore moins lui déclarer sa flamme. Et par ailleurs, il est le plus futé et plus malin que tous mes narrateurs réunis, puisqu’il écrit lui-même le roman qui s’appelle L’été des lucioles. Il a une observation de la vie très différente qu’avait Simon dans Au pays des kangourous ou qu’avait Icare dans Autobiographie d’une courgette. Il absorbe les leçons de la vie en se servant des interrogations et des réponses qu’il se donne à lui-même.

Sa mère est libraire. Elle passe sa vie à lire des romans, c’est peut-être aussi un peu pour ça qu’il écrit ?

Oui, ainsi il veut que sa mère le tienne entre ses mains. Écrire, c’est aussi l’idée de passer encore plus de temps avec sa mère qu’il adore.

Tout cela est bien symbolique.

Oui, mais toujours avec des points de suspension. La symbolique est aussi dans les papillons qui hantent le roman et qui sont le symbole de la métamorphose. Dans le roman, tous les personnages vont se transformer plus ou moins discrètement.

Que représentent pour toi les lucioles ?gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor

Ça représente quelque chose de magique. Elles rejoignent mes thèmes principaux. Une luciole c’est une lumière dans la nuit. On retombe sur l’ombre et la lumière. Il y a quelque chose derrière l’animal d’un peu magique… cette petite lumière qui scintille dans la nuit.

Dans tous tes livres, il y a toujours un peu d’espoir, mais dans celui-là, un peu plus. Est-ce que Gilles Paris va mieux ?

Je ne sais pas si je vais mieux. Quand j’écris, je ne suis plus tout à fait moi. Je ne pense à rien d’autre que mon narrateur. Je deviens lui. C’est un exercice difficile, périlleux et excitant d’entrer dans la peau d’un enfant de 9 ans pendant toute l’écriture d’un roman.

Ton public s’élargit de livre en livre, je trouve.

Peut-être parce que j’écris plus et que je laisse passer moins de temps entre deux livres. C’est compliqué quand tu as publié quatre romans en vingt ans de fidéliser un lectorat. Là, je travaille déjà sur le suivant. Mon rythme d’écriture s’accélère sensiblement. J’espère le publier en janvier 2016.

Il parlera de quoi ?

Mon nouveau héros de 9 ans s’appelle Maxime. C’est un garçon qui va régulièrement faire des lectures dans une maison de retraite. Il égaie la vie des personnes âgées. L’action se passe entièrement à Paris. Je ne t’en dis pas plus.

Le père de Victor s’appelle François. Tu m’as dit que c’était en mon « hommage ». C’est vrai ?

Je te promets que c’est toi. Tu sais, depuis longtemps, en fait, mes romans sont truffés de remerciements à des gens que j’aime. Il y a plusieurs manières de remercier les gens qu’on apprécie pour toutes sortes de raisons. Écrire une note à la fin du livre et remercier les gens, ce que je fais depuis deux livres, ou utiliser des noms et des prénoms des gens que j’aime pour mes personnages. J’ai beaucoup d’affection et d’amitié pour toi depuis notre premier entretien. Évidemment que tu n’es pas la caractéristique du personnage, mais c’était une façon de te remercier.

gilles paris,l'été des lucioles,interview,mandor

 Le 26 mars 2014, après l'interview.

12 mai 2014

Talisco : interview pour la sortie de Run

talisco,jérôme amandi,run,interview

De Talisco, alias Jérôme Amandi, on ne connait pas grand chose. L'homme reste très mystérieux. Le single Your Wish avait déjà fait parler de lui en fin d’année 2013 dans un EP aux influences folk, pop et électro. Dans une semaine (le 19 mai 2014), Talisco sort son premier album, Run, soit onze morceaux d’évasion à la découverte des plaines californiennes. Pour essayer d’en savoir plus sur ce personnage mystérieux et fortement talentueux, je suis allé à sa rencontre, le 17 février 2014, chez Paul Beuscher Paris Bastille.

talisco,jérôme amandi,run,interviewBiographie officielle (mais raccourcie) :

Talisco s’aventure dans de nouvelles contrées musicales. S’enfonçant toujours plus loin dans ses expérimentations électro-folk, toujours ailleurs. Nous l’avions découvert dans les plaines americana et le folk-rock downtown, via son premier EP My Home. Depuis, le brun ténébreux à la voix d’ange a rajouté quelques cartouches à sa six-cordes et pas mal de bornes au compteur. Son premier album s’intitule Run… la course folle d’un écorché́ vif.
Dans ce nouveau road-trip, le songwriter parisien s’est baladé dans des décors somptueux, ces étendues vierges à perte de vue qu’il se plait à mettre en musique. C’est dans son home studio que Talisco s’est enfermé pour accoucher de ce recueil de contes imaginaires. C’est là, sur son établi multi- pistes, qu’il a façonné́ ses pépites, loin des recettes toutes faites et des discours formatés.
Run pourrait être un livre d’images. Talisco chemine dans les grands espaces, ses silences et ses mid-tempo hypnotiques, avant de laisser exploser cordes, beats et chants chorales quand percent enfin les lumières de la ville. Il court, Talisco, traversant les plaines westerns aux dentelles acoustiques et les déserts californiens qu’il troue de lézardes électriques et de réverbes vintage. Les titres défilent, les plans-séquences s’enchainent. L’écriture emprunte au 7ème art, l’auteur noircit des storyboards. Et, en filigrane de ces étonnants courts métrages musicaux, cette impression de chevauchée sauvage.

talisco,jérôme amandi,run,interview

talisco,jérôme amandi,run,interviewInterview :

J’ai cherché des choses sur vous sur Internet et je n’ai rien trouvé qui explique comment vous avez commencé la musique.

C’est normal que vous ne trouviez rien sur Internet. Je suis monsieur tout le monde qui fait juste de la musique. En vrai, j’ai commencé très sérieusement la musique à l’âge de 11 ans. J’ai pris notamment des cours de guitare. J’ai monté mon groupe à l’âge de 13 ans alors que j’étais encore au collège. C’était un groupe de rock et j’étais déjà très à fond. On a arrêté à l’âge de 19 ans. Très honnêtement, ce n’était pas génialissime ce que l’on faisait.

Qu’avez-vous fait ensuite ?

J’ai bossé pour manger. J’étais dans la stratégie de communication pendant quelques années.

Vous qui avez bossé dans l’événementiel et le marketing, ça doit vous servir pour vous faire repérer dans la musique, non ?

Au contraire, c’est un peu déstabilisant. J’étais dans un milieu professionnel où je me devais d’être très carré, alors que dans la musique, il faut au contraire tout lâcher. J’ai été obligé de me détacher de certaines règles commerciales ou marketing qui étaient en moi, bien en place depuis plusieurs années. Vous savez, la seule chose qui compte quand on va voir une maison de disque, c’est d’arriver avec de bons morceaux. Mon personnage n’est absolument pas mis en avant, c’est d’abord ma musique.

"Lovely" (Live @ Microbe studios).

Ne pas montrer sa tête dans les clips et rester un peu mystérieux, c’est aussi une talisco,jérôme amandi,run,interviewméthode pour qu’on s’interroge sur la personne qui est derrière la musique qu’on entend.

Pour moi, c’est juste une direction artistique. Je n’ai pas envie de faire de la pop caricaturale où le personnage est mis en avant. J’existe, certes, mais je veux que ce soit la musique et l’univers musical qui priment.

Avant votre album, vous avez sorti un EP. Avant lui, aviez-vous sorti des disques plus confidentiels ?

Quand je vous dis que j’ai arrêté la musique à l’âge de 19 ans, ce n’est pas vrai. J’ai continué en dilettante. J’ai fait beaucoup d’electro. Je suis un peu bidouilleur, un peu artisanal, et je n’ai jamais cessé de travailler ma musique pour m’amuser. Il y a eu des projets et des collaborations par plaisir. Pour tout vous dire, j’ai repris sérieusement la musique, il n’y a que trois ans.

"Your wish" est la musique de la pub Balzamik.fr

"Your wish" est aussi la musique du teaser du Disquaire Day 2014 qui s'est tenu le samedi 19 avril 2014. Le Disquaire Day vient célébrer les disquaires indépendants de France. C'est plus de 230 boutiques qui ont été, durant une journée, à l'honneur.

C’est fou parce qu’aujourd’hui, c’est quasiment l’explosion pour vous. Merci la pub Balzamik.fr qui a mis en avant « Your wish » ?

Cette pub me permet d’avoir une reconnaissance énorme et subitement. C’est une sorte de conte de fée que je vis en ce moment. Je m’éclate. Après, méfiance, méfiance. L’industrie du disque réserve bien des surprises et rien n’est jamais gagné.

On peut dire qu’il se passe des choses autour de vous… et même à l’international.

J’étais confiant quand j’ai signé dans la maison de disques, parce qu’il n’y avait encore rien de prévu, à part la sortie de l’EP. On était sur une base zéro, alors il n’y avait pas de pression. Avoir une reconnaissance auprès d’un label, pour moi, c’était déjà parfait. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’attente auprès du disque qui va sortir dans quelques jours. Ça me fait un peu flipper.  

Vous restez très lucide, dites donc.

J’ai pas mal de potes qui sont dans la musique et qui ont pris des gadins monumentaux. On ne peut pas s’exciter parce qu’on peut tomber de la falaise. Par contre, je profite de la situation. Ce serait con de passer à côté. Il faut jongler entre l’exaltation et la prudence.

Clip de "Your Wish".

talisco,jérôme amandi,run,interviewComment peut-on définir votre musique ?

Il y a un côté song writer parce que j’écris ma musique à la guitare. Sur l’EP, il y a une énergie un peu pop, folk et même électro. Il y a vraiment trois identités. Sur l’album, j’emmène la musique encore ailleurs. Il y a un côté plus rock et très dense. Puisque vous voulez une définition, je dirais que mon album est un peu rock-électro-indé.

C’est ce que vous écoutez comme musique ?

La musique que je joue n’est pas nécessairement celle que j’écoute. Juste, j’aime ce type d’énergie, dense et positif. J’écoute du rock très indé, de l’electro un peu pointu en passant par de la pop très commerciale. À partir du moment où c’est bon et que ça me parle, je prends.

Si votre musique est qualitative, elle est aussi commerciale. Tous vos titres sont des tubes potentiels, je trouve.

L’album a un côté « efficace ». Il est frontal. Ça démarre, ça s’arrête. Introduction, conclusion. Je n’ai surtout pas la prétention de dire que tous mes morceaux sont des singles, c’est aux autres de le dire ou pas. Pour être honnête, cet album je l’ai composé le plus rapidement possible. C’est presque une technique. Je ne voulais surtout pas réfléchir à ce que je faisais. Peut-être que dans mes prochains albums, je conceptualiserai, mais là, je ne le souhaitais pas. Dès que je passais trop de temps sur un morceau… poubelle ! Cet album s’appelle Run. C’est une métaphore. Dans « run », il y a action, il y a courir, il y a l’évasion, il y a l’aventure. J’ai composé ce disque le plus spontanément possible pour faire passer les émotions les plus sincères.

Trois titres accompagnent ce court métrage d'une dizaine de minutes. Sorrow, Follow me et My Home.

Vous avez un sens de la mélodie assez évident.

Un morceau qui me plait passe d’abord par une mélodie. D’accord, il y a l’énergie et la mélodie. Mais les paroles aussi sont importantes. Elles font partie de l’énergie de la chanson. Tout est très cohérent dans cet album. Quand je dis que je l’ai fait dans l’urgence, ce n’est pas dans l’urgence bâclée. Je bosse, je suis quelqu’un de perfectionniste et j’ai besoin d’aller au bout des choses.

Talisco figure aussi dans la BO du film 3 Days To Kill (sorti le 19 mars dernier). On entend sa chanson au début de cette bande annonce.

Vous me parliez tout à l’heure du côté bidouilleur qui vous caractérise. Ça se ressent surtalisco,jérôme amandi,run,interview l’album… comment allez-vous le reproduire sur scène ?

Je ne retranscrirai pas la même chose. J’aime les concerts qui transpirent, où les choses ne sont pas calculées, où rien n’est figé. Je peux même dire que j’aime l’erreur. Mes concerts ont une tendance rock. C’est indéniablement plus rock et brut que l’album.

Si un jour Talisco a la même notoriété que Daft Punk, par exemple, resterez-vous l’homme que vous êtes aujourd’hui ?

Je ne peux pas penser à ce genre de choses. Ça reste de l’ordre du phantasme… moi, déjà, si ce disque me permet de continuer à jouer de la musique tous les jours, ce sera déjà pas mal.

talisco,jérôme amandi,run,interview

Le 17 février, après l'interview, au milieu des pianos de chez Paul Beuscher Paris Bastille.

talisco,jérôme amandi,run,interview

10 mai 2014

Romain Lateltin (et un peu Théophile Ardy) : interview pour Pas de chichi entre nous

1452321_10202723299667955_368471162_n.jpg

Dans ma première mandorisation de Romain Lateltin (en juillet 2012 pour Le râleur made in France), j’expliquais pourquoi j’aimais cet artiste. Il avait un côté irrévérencieux, ironique, drôle et classe assez impressionnant. L’artiste vient de sortir un nouvel album, Pas de chichi entre nous, dans lequel il se présente sous un autre jour. Tendre, émouvant, nostalgique et profond. Un album très fort, autant mélodiquement que textuellement, qui rend honneur à la belle chanson française.

Le 14 février dernier, Romain Lateltin est venu à l’agence avec sa team presque au complet, dont l’auteur-compositeur-interprète Théophile Ardy (à qui j’ai aussi posé des questions).

Romain Lateltin.jpgArgumentaire officiel de Pas de chichi entre nous:

À contre-courant d'une époque qui associe exigence avec performance, Romain Lateltin préfère application et sincérité. Il nous propose une parenthèse douce et sucrée, un moment de délectation sans chichi, une pause bien méritée pour qui veut retrouver son âme d'enfant.
Le râleur de l'album précédent laisse désormais place au rêveur apaisé qui retrouve, dans le souvenir d'une jeunesse candide, la joie des bonheurs partagés, de la tendresse et des plaisirs simples.
Pas de chichi entre nous vous rappelle qui vous étiez, vous fait aimer qui vous êtes et vous donne le sourire d'être là, à savourer l'existence comme on dévore des bonbons. Un régal, tout bonnement.

e9c07a8ea6415cbefce8189ff2029a8d.jpg

Interview :

Tu as financé ton troisième album par le biais d’un site participatif. Au début, il me semble que tu étais un peu réfractaire à ce système.

Je n’osais pas. C’est toujours gênant de demander de l’argent aux amis, à la famille, aux collègues, aux connaissances… Mais, il faut bien l’avouer, c’est très pratique et surtout, j’ai eu de belles surprises. Des gens que je ne connaissais pas ou des gens que je connaissais très peu ont participé aussi. Parfois de manière conséquence.

C’est réconfortant, rassurant et motivant, non ?

Cela permet d’être serein financièrement et ce n’est pas un détail. Mais, ça te force aussi à proposer autre chose. J’ai sorti par exemple des clés USB, un coffret collector en format vinyle avec des cartes grand-formats…

Tu as gardé la même équipe que d’habitude.

Je travaille quasiment avec les mêmes personnes depuis le début. Notamment Christian Morfin qui réalise tous mes albums. Il évolue, j’évolue, ma voix évolue. Fred Gayot, avec qui j’écris les textes, a lui aussi beaucoup évolué. Je veux dire par là que nous avons tous avancé et progressé depuis le précédent album Râleur made in France.

Clip de "Pas de chichi entre nous".

97da97c82c0ca0ccd52eb2f99d41b1e4.jpgCe nouvel album est plus poétique, moins premier degré.

Je suis content que tu me dises cela. Il est plus poétique, mais aussi plus nostalgique et plus gourmand, il me semble.

Pourquoi fais-tu à chaque fois des albums conceptuels ?

J’aime bien quand il se passe quelque chose du début à la fin.

Pourquoi y a-t-il des instrus ?

Pour créer l’imagination chez ceux qui écoutent. Ce sont des pauses pour qu’ils réfléchissent sur ce qui a été dit entre deux titres. Pour moi, un album, c’est comme un livre, une série, un film, une nouvelle. Je ne conçois pas un disque sans un fil conducteur, sans un début et une fin qui se tiennent.

Ce virage vers l’enfance, ça vient de quoi ?

Je suis devenu papa. Cet album-là en est la conséquence. À force de regarder son enfant, on se rappelle de sa propre enfance. Je me suis projeté de nouveau dans ma jeunesse, dans les relations que j’ai eues avec mes parents. Beaucoup de souvenirs sont remontés à la surface.

As-tu décidé d’aborder le thème de l’enfance très vite ?

Le premier titre que j’ai trouvé pour cet album est « Principes et bienséance ». J’y raconte que je viens d’une famille plutôt traditionnelle dans laquelle on ne disait pas trop « je t’aime ». Tout est parti de cette chanson. Malgré le fait que tous mes albums soient conceptuels, au départ, rien n’est réfléchi. Je me laisse porter par l’inspiration et finalement, les chansons se relient entre elles. 

DSC08815.JPG

Tu n’es pas un solitaire dans la création.

Musicalement, si. Pour les textes, je ne le suis plus depuis Le râleur made in France. Par contre, pour les arrangements, j’aime bien laisser la place aux autres musiciens, tout en sachant ce que je veux quand même.

Je sais que tu as beaucoup d’attachement envers ton album précédent, Le râleur made in France. Cela dit, je trouve Pas de chichi entre nous beaucoup mieux produit, beaucoup plus professionnel.

Tout le monde me le dit, à commencer par mon entourage musical qui est plutôt franc avec moi. Pour le moment, je n’ai eu aucun retour négatif. Peut-être que ceux qui n’aiment pas ne me le disent pas, mais je suis épargné des mauvaises critiques. Je suis mal placé pour dire que cet album est bon, mais je suis fier de lui. On a passé un an à le faire parce que nous sommes des perfectionnistes et des éternels insatisfaits.

Beaucoup d’artistes, entre deux albums, sortent des EP. Pas toi.

Nous, on voulait sortir un vrai album directement. À l’ancienne. En prenant le temps de faire les choses. La chanson « L’art du travail bien fait » semble marquer les gens qui ont écouté cet album… c’est vraiment la philosophie de ce que nous sommes maintenant et de ce que nous faisons avec le label que nous avons monté. Nous essayons d’être le plus en accord avec nous même.  

20140214_163911.jpg

Cet album est une autre facette de toi. Le râleur laisse la place à l’homme tendre.

L’homme tendre était déjà là sur mon tout premier album, A l’intérieur de soi-même. Sur Pas de chichi entre nous, le côté plus tendre, poétique, profond et nostalgique est particulièrement présent, je te l’accorde. En fait, ce nouveau disque, c’est juste l’enfance du râleur. J’ai un côté râleur en vrai, mais j’ai été aussi l’enfant de ce nouvel album.

Une chanson comme « Les dollars » est faussement naïve. En fait, tu dis beaucoup de choses importantes et sociétales dans tes chansons, mine de rien.

Pour faire passer un message, de temps en temps, il faut parvenir à faire croire qu’on est un peu futile ou naïf. Tu as le choix avec mes textes. Soit tu prends tout au premier degré, soit tu grattes un peu et tu vas plus loin. Tous les sujets ont été évoqués dans les chansons. L’enfance, l’amour, la paternité… je n’ai rien inventé. Il faut juste trouver l’angle original pour en parler.

Parle-moi de Théophile Ardy qui est venu avec toi aujourd’hui.

C’est un artiste avec lequel j’ai monté un label, Amstar Prod. On se connait depuis longtemps, on s’est dit qu’on allait se mutualiser, se structurer professionnellement. Du coup, en ce moment, on fait des co-plateaux sur Paris et on envisage de produire d’autres artistes plus tard si le label se porte bien. Pour le moment, nous semons, nous arrosons, mais nous ne savons pas quand ça va pousser. C’est la nature qui fait le reste.

flyer.jpg

Théophile, raconte-moi comment tu as décidé de t’allier avec Romain.DSC08813.JPG

On se connait depuis 10 ans. Nous nous sommes croisés dans des concours, des tremplins, des concerts. Bref, nous nous sommes toujours suivis. Nous prenions souvent l’autre en première partie de nos concerts. Un échange de bon procédé, ou plutôt, une forme d’entraide qui nous plaisait beaucoup. Romain et moi, c’est presque un Pacs artistique. Dernièrement, on a voulu aller un peu plus loin en montant ce label, parce que nous avons la sensation de multiplier le fruit de nos efforts par dix. Tout va beaucoup plus vite. On se complète et on complète nos forces. À la base, j’ai plus de sensibilité scénique et Romain m’a beaucoup apporté de sensibilité à la musique enregistrée. Nous nous sommes échangés nos spécificités.

Théophile, comme Romain est mon invité principal aujourd’hui, peux-tu me dire ce que tu penses de lui professionnellement.

Quand il a enregistré ce dernier album, parfois je passais en studio. Je suis tombé amoureux de ce que j’ai entendu. C’était magique. Il y a un titre qui me tire la larme à chaque écoute, à chaque refrain, c’est la chanson dont il a parlé tout à l’heure, « L’art du travail bien fait ». C’est tout ce que je recherche dans une chanson. L’émotion captée, emprisonnée, qui se libère à chaque fois que tu appuies sur "play". En écoutant cet album, je me suis dit que Romain avait franchi un cran au-dessus. C’est un travail d’orfèvre vraiment très rare.

Théophile, avec votre structure, finalement, vous êtes producteurs  l’un de l’autre.

Oui, du coup, il y a beaucoup d’émulations entre nous. Et tout cela est basé sur l’humain. Romain est un garçon tout à fait charmant et, du coup, c’est facile de travailler avec lui.

Quelles sont vos différences, Théophile ?

On est complémentaire. Moi, je suis un peu rentre-dedans et lui, il est hyper diplomate. On n’a pas la même approche du métier, mais nous convergeons.

ulule.jpgEs-tu d’accord Romain ?

Oui, complètement. J’ai du mal à m’engueuler avec les gens. Les caractères des uns et des autres sont différents, il faut parvenir à s’adapter. Moi, j’aime les gens un peu barjots. Ceux qui m’entourent aujourd’hui le sont tous pour diverses raisons et différemment. Si moi, je suis un peu fade, je n’aime pas traîner avec des gens qui sont ainsi. J’aime bien être bousculé.

Je suis impressionné par ta pochette de disque.

C’est en partie grâce à toi, tu le sais. La dernière fois que je suis venu te voir, tu m’as dit que ce qui t’avait rebuté dans mon précédent disque, c’était la pochette… et tu m’avais incité à faire des efforts de ce côté-là. Ton conseil était constructif et je savais que c’était pour mon bien. Je me rends compte que lorsque les gens achètent le disque, ils sont heureux d’avoir ce bel objet. Je ne me rendais pas compte de cela avant. Tout est important. Le fond et la forme.

20140214_164606.jpg

Chrystèle Lacombe (voir ci-dessous), Théophile Ardy et Romain Lateltin. pendant l'interview.

Booking pour Romain et Théophile:
DES ROULETTES
Contacter Chrystèle Lascombes
clascombes@wanadoo.fr
T : 01 48 99 17 76 / 06 85 83 87 02

09 mai 2014

Miossec : interview pour l'album Ici-bas, ici même

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

Miossec, je suis très amateur. Nous sommes nombreux dans ce cas. C’est ma deuxième mandorisation du monsieur. C’est dans le même hôtel que la maison de disque me donne rendez-vous, le 11 mars dernier. Toujours aussi souriant, disponible et sincère. C’est un vrai plaisir d’interviewer cet artiste-là.

Avant de lire l’entretien, je vous propose ma chronique de son nouvel album, Ici-bas, ici-même, publié dans Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois d’avril 2014).

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandorInterview:

L’année prochaine, vous allez fêter vos vingt ans de carrière. Avez-vous vu le temps passer ?

Non, ça passe à une allure extraordinaire, c’est dingue. Malheureusement, plus tu vieillis, plus ça s’accélère. On a tous un temps imparti, c’est la règle du jeu et je l’accepte.

Êtes-vous inquiet du succès ou non d’un album ?

Ça dépend de la situation dans laquelle on est. Si financièrement on dépend de cet album, il en découle votre vie entière. Si le disque se retrouve rejeté et que personne n’en veut, il faut changer de métier. Je connais plein d'artistes qui vivent ce cas de figure et là, c’est terrible. Pour le moment, moi, j’ai la chance de pouvoir concevoir un disque sans penser au succès commercial et aux radios.

Ici-bas, Ici même est une phrase tirée de la chanson Qui nous aime. Pourquoi l’avoir choisie comme titre de l’album ?

Pour souligner que ce disque est quelque chose de profondément athée et qu’il n’y a absolument rien de spirituel dans ces propos. Il n’y a pas à chercher Dieu, ni le paradis, encore moins le pardon.

Vous avez conçu cet album à trois, avec Albin de la Simone et Jean-Baptiste Brunhes. Étiez-vous le chef de la bande ?

On était tous les trois les chefs de la bande, sans distinction. On avait la possibilité d’intervenir dans le domaine de l’autre. Nous nous sommes bien emmêlés. Rien n’était hiérarchisé et chaque parole entre nous avait son importance.

Vous avez travaillé tous les trois dans l’humanité la plus totale.

Je suis à la recherche de ça dans mon métier de musicien. Quand on m’a proposé de travailler avec Albin, je ne voyais pas ce qu’il pouvait m’apporter. Nous n’avions pas les mêmes goûts musicaux, à priori, mais finalement, on s’est rendu compte que si. Le jazz et la musique black des années 70 par exemple nous ont rapprochés. Quelque chose entre nous est passé.

Clip de "On vient à peine de commencer".

Tout le monde s’accorde à dire qu’Ici-bas, ici même rappelle vos premiers albums.miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor Êtes-vous d’accord ?

Je ne sais jamais quoi répondre à ce genre d’affirmation. J’avais juste envie de tout composer dans mon coin avec une guitare. Je souhaitais que tout se tienne debout. Je suis moins allé dans la virtuosité des choses. Je pense que la simplicité et l’épure permettent d’aller plus droit au cœur. J’avais mon cadre bien déterminé qui imposait l’interdiction de faire des couches, des arrangements superposés. On était peu nombreux à faire cet album, mais j’ai l’impression que tout le monde a donné tout son cœur et ses tripes. C’était beau à voir. La notion d’effort et de travail est très importante. Quand je vois Albin de la Simone travailler, je suis très impressionné. Et il est l’un des rares artistes à se mettre complètement au service de la personne pour laquelle il collabore.

Cet album a été conçu et réalisé très rapidement.

On a fait des stages de trois fois trois journées et trois nuits. Entre les différentes sessions, chacun a fait un chemin. Nous nous sommes aperçu que lorsque les choses se reposent, c’est idéal. A la base, on a procédé ainsi parce que l’agenda d’Albin était très chargé. Ce qui était au départ une contrainte s’est avéré un avantage. Cet artiste, au sens large du terme, est vraiment bluffant.

La chanson  Répondez par oui ou par non  a été coécrit par Sophie Calle et l’écrivain Grégoire Bouillier. Pourquoi cette collaboration ?

On avait travaillé ensemble sur cette chanson avec Sophie et finalement, j’ai trouvé que ce que j’avais écrit n’était pas bon. Parfois, ça me fait du bien de ne pas me retrouver en position d’auteur. Du coup, on devient uniquement musicien et interprète. C’est agréable.

Est-ce qu’au bout de neuf albums, on ne vient pas à bout de ce qu’on a envie de dire ?

Je ne me pose pas ce genre de question tant que l’inspiration est toujours là. D’ailleurs, j’aimerais bien savoir comment une chanson arrive. C’est un mystère…


Miossec - Nos morts en live dans le Grand... par rtl-fr

« Les touristes » et « Nos morts » parlent du même sujet. La mort…

J’ai 50 ans et je vois autour de mois des cancers partout. J’ai perdu dans l’année deux copains de 51 ans. Je suis marqué par ces disparitions.

Si on vous dit que vous avez du talent, vous dites quoi ?

A mon goût, je n’ai rien de suffisamment solide sur mes neuf disques. Je suis toujours en train de travailler dans le but de me prouver que je fais de la qualité. Mais, je ne parviens jamais à me satisfaire.

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

Vous écrivez aussi pour Juliette Gréco, Melody Gardot, Johnny Hallyday ou Nolwenn Leroy, qui sont de formidables interprètes. Vous ne vous interdisez aucune collaboration ?

J’ai aussi travaillé avec Baptiste Trotignon sur son disque de jazz, Song, song, song. On n’est pas là pour s’emmerder. J’adore devoir me confronter à l’écriture quand je dois écrire pour quelqu’un d’autre. C’est une sorte d’obligation d’aller au combat et de devoir se battre avec mes propres armes : des registres de vocabulaire différents. Quand on écrit pour Gréco ou pour Hallyday, on n’utilise pas les mêmes dictionnaires. Il ne faut pas être raide et ne pas avoir un ego trop fort.

Vous habitez dans le Finistère, ça vous aide à ne pas donner trop d’importance à ce métier ?

En tout cas, je ne sais pas si c’est normal de rester chez soi à regarder l’océan (rires). C’était mon fantasme quand j’étais adolescent. Le fait que via la musique, j’arrive à être là sur cette falaise est ma plus grande réussite. Si je ne fais pas de bon boulot avec tout ça, c’est que, vraiment, je suis le roi des cons.

miossec,ici-bas,ici même,interview,mandor

Après l'interview, le 11 mars 2014.

04 mai 2014

Bilan du Salon du Livre de Provins 2014!

salon du livre provins 2014, bilan, interview, mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandorLes 5 et 6 avril dernier, j'ai animé pour la 5e fois consécutive, le Salon du livre de Provins. Ici la première (avec l'invitée d'honneur Simone Veil), là, la deuxième (avec l'invité d’honneur Michel Drucker), enfin la troisième (avec les invités d'honneur Albert Jacquard et Pierre Bellemare), la quatrième (avec les invités d’honneur, Patrick Poivre d’Arvor et Stéphane Bourgouin).

Une centaine d'auteurs interviewée en deux jours...

Je le répète chaque année:

"Le contact avec des auteurs rencontrés sur l’instant et dont il faut tenter de tirer des informations essentielles, quasiment à la chaîne, rentrer dans des univers différents en faisant semblant de connaître l’œuvre des personnes interrogées, en les mettant en avant, en tentant de comprendre leur fonctionnement, c’est un loisir auquel je m’adonne avec un plaisir fou. Même si, je le sais parfaitement superficiel (je n’abhorre rien de plus que d’interroger un écrivain sans avoir lu son livre). Mais ce que j’apprécie, dans ce cas de figure, c’est la performance. L’exercice de style. Le combat. Ce n’est pas désagréable, juste exténuant à l'issue du deuxième jour."

Je remercie ici Jean-Pierre Mangin qui a shooté à tout va pendant ce week-end et m’a suivi dans quasiment toutes mes pérégrinations « interviewgatives ».

Pour les photos, merci aussi à Luc Doyelle. J’ai également puisé allègrement dans celles de Paskal Carlier et Sébastien Mousse m’en a fait parvenir quelques-unes (de Cabu). Qu’ils en soient remerciés.

Évidemment, je tiens aussi à exprimer toute ma gratitude à David Sottiez, son père Jean-Patrick et l'ensemble de l'association Encres Vives qui me font confiance depuis cinq ans. Je suis très sensible à cette fidélité sans failles.

1er jour (5 avril 2014):

Il y avait foule (comme cette photo n'en témoigne pas encore tout à fait).

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Michel Field était là pour signer son nouveau livre Le soldeur et pour présenter tout au long de l'après-midi quatre "Cartes Blanches".

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

J'ai beaucoup d'admiration pour ce journaliste/animateur. Je trouve que c'est l'un des meilleurs intervieweurs en France. Et il est extrêmement sympathique, curieux, révélateur de jeunes talents. (Personnellement, j'adore interviewer un intervieweur. Personne n'est dupe du travail accompli, mais chacun joue le jeu.)

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Allez! Une petite selfie au passage.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

L'une des quatre Cartes Blanches de Michel Field a été consacrée à Sophie Adriansen pour Grace Kelly : d’Hollywood à Monaco, le roman d’une légende (Premium).

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Nicolas Clément et Mathieu Simonet (auteur pour lequel j'ai beaucoup d'admiration. J'y reviendrai ici. Je songe à faire une longue mandorisation de et avec lui.)

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Jean-Louis Vallois et Édouard Louis.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Édouard Louis et Murielle Magellan.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Selfie avec Édouard Louis, l'auteur (un chouia controversé) du très remarquable En finir avec Eddy Bellegueule.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Cabu et Raymond Poulidor. Parfois, on assiste à des rencontres improbables... ce qui fait le sel de ce genre de manifestation.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

C'est la première fois que je rencontrais Cabu, dessinateur de bande dessinée et caricaturiste français de légende. Un honneur pour moi d'interviewer cet artiste-là, fervent lecteur d'Hara Kiri et de Charlie Hebdo que je suis. 

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Raymond Poulidor est dans la place!

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Je n'aurais jamais pensé interviewer Poupou un jour... Dans ce métier, tout n'est pas extrêmement logique, mais c'est justement ce que j'apprécie.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

La souriante et charismatique Maureen Dor.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Virginie Piatti, auteure et illustratrice jeunesse. 

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Deux auteures de polar : Christelle Mercier et Sandra Martineau.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Comme chaque année, le maire de Provins, Christian Jacob, vient visiter le salon du livre de sa ville. Et je lui tend toujours mon micro (et rassurez-vous, mes questions n'ont rien de politique). Ce que j'apprécie de sa part, c'est qu'à chaque fois, il achète lui-même quatre ou cinq livres (qu'il paie).

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

David Boidin, l'un des trois EXquisMen a réussi à faire acheter Les aventures du concierge masqué (ouvrage aux soixante auteurs, dont bibi) à monsieur le maire. Je vous jure que c'est vrai!

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Et l'un des auteurs de ce livre collectif, Luc Doyelle, signe le livre à Christian Jacob. Quand un Provinois écrit à un Provinois...

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Jacques Saussey (récemment mandorisé), quand il est dans un salon, ne cesse de signer et de converser avec des lecteurs. Je ne sais pas comment il fait.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Cela dit, comment résister à ce sourire?

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Johann Étienne.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Parfois, je m'amuse en interviewant. Ici, je prends en photo le responsable de l'espace polar (et grand manitou du site Livresque du noir), Fabien Hérisson, quand il me répond...

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

...ce qui donne ce sublime cliché. (Fabien : de rien.)

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Le journaliste, producteur, réalisateur Serge Moati.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Les deux efficaces responsables de l'espace bandes dessinées.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Pour terminer cette première journée, un pot a été organisé. Ici, je suis avec David Sottiez, membre éminent de l'association Encres Vives (et l'un des principaux organisateurs de ce salon) et mon amie et auteure Sophie Adriansen. A la vôtre!

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

La même Sophie et Sandrine Roudeix.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Moi je l'aime bien ce Raymond...

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Photo de cinq exquis auteurs ayant participé aux Aventures du concierge masqué (que l'on retrouvera plus bas). De gauche à droite: Luc Doyelle, David Boidin (l'eXquisMen en chef), Stéphanie Hérisson Delattre (par ailleurs une des deux libraires du salon) et Sophie Adriansen.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

2e jour (6 avril 2014):

Bernadette Desprès, illustratrice et dessinatrice de Tomtom et Nana.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Francis Huster, de passage (éclair) au salon, mais très disponible.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

A la droite de Francis Huster, son frère Jean-Pierre, auteur lui aussi et scénariste.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Stéphanie Hérisson Delattre, l'une des deux libraires du salon et la responsable de la (fameuse) librairie Egrevilloise.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

 La très talentueuse Caroline Guillot. J'ai beaucoup apprécié sa série Trash Cancan.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Gilbert Sinoué, auteur de nombreux romans à succès tels que Erevan, Le Souffle du jasmin, Le Cri des pierres. Il a obtenu le Prix des libraires 1996 pour Le Livre de Saphir. Il est venu présenter et signer son nouveau roman, La nuit de Maritzburg. Et comme je suis fan de chanson/variété françaises, sachez que ce grand monsieur a écrit des chansons comme "Cette année-là" et "La solitude c'est après" pour Claude François, "Elle danse Marie" pour François Valéry... et plein d'autres chansons pour notamment Sheila, Dalida, Shake, Georges Chakiris (la liste est longue).

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

David Boidin, venu présenter l'ensemble de son œuvre eXquise. Ça ne rigole plus quand on travaille...

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Christel Besnard.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Qui est cet énergumène? Un extra-terrestre? Un chanteur? Un compositeur? Un auteur de chansons? Un auteur de romans? Peut-être bien tout ça à la fois...

(Un indice s'est glissé dans mes mains.)

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Jérôme Attal. Bravo! Vous avez gagné! J'aime beaucoup ce garçon, il est l'un des auteurs les plus mandorisés.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Par contre, Jérôme Attal est parfois (souvent) facétieux. Sa blague préférée quand nous nous retrouvons dans un même salon, c'est de me piquer mon micro et d'annoncer à tout le monde que c'est mon anniversaire. Ce qui n'est jamais vrai. Et généralement, la salle se lève, se marre et applaudit. Et ça me poursuit tout le reste du salon. Merci Jérôme!

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Les organisateurs, réagissant au quart de tour, m'emmènent un gâteau pour fêter l'évènement. Je joue le jeu.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Et je mange le gâteau (sans me faire prier, ni partager, évidemment).

Photo ci-dessus, signé du blagueur Jérôme Attal.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

A 15h00, cinq des soixante auteurs qui ont participé au livre collectif Les aventures du concierge masqué se sont réunis sur la scène principale du salon pour parler de ce beau projet.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Pour débattre de ce livre à la belle histoire, Sophie Adriansen, Stéphanie Hérisson Delattre, David Boidin et Luc Doyelle.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Oui, oui, coucou David!

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Maître Boidin parle...

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Hélène Becquet.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Me voyant passer à côté de lui, mon nouvel ami Raymond Poulidor m'interpelle. Il a presque tout vendu. Il me demande si je veux bien l'aider à trouver acquéreur du dernier livre restant. Je m'installe donc à côté de lui et tente d'attirer le chaland.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Et ça l'amuse.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Allez, un dernier mot Raymond! (Et le livre a trouvé preneur.)

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Jacques Saussey et madame.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

J'aime beaucoup interviewer cet homme-là. Jacques Saussey est un grand auteur de polar, formidablement humain.

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

On est des oufs!!!

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Le mot de la fin, comme chaque année, avec Jean-Patrick Sottiez, de l'association Encres Vives (et maire de Soisy-Bouy).

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

Avant de quitter le salon, nous nous sommes amusés à faire une selfie avec sept auteurs de l'espace polar...
De gauche à droite: Fabien Hérisson, Sébastien Mousse, Johann Etienne, bibi, Jacques Saussey, Bernard Boudeau, Luc Doyelle et David Boidin.
 

salon du livre provins 2014,bilan,interview,mandor

02 mai 2014

Carole Zalberg : interview pour Feu pour feu

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

Carole Zalberg devient une auteure reconnue (enfin) à sa juste valeur. De livre en livre, son œuvre parfaitement cohérente devient de plus en plus forte et sensible avec toujours l’exil et la famille en toile de fond. Son nouveau, court et intense roman, Feu pour feu, vient de sortir. L’occasion d’une nouvelle et belle rencontre (ses autres mandorisations, là), le 26 février dernier à l’agence.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor4e de couverture :

Le récit d’exil d'un père et sa fille, dont les deux voix, mues par une énergie d'entrailles et tissées sur le fil du rasoir, disent l’abîme qui les sépare : la rage urbaine de la jeune Adama face au mutisme résigné de son père, qui voit comme une malédiction la mort arriver par la main de sa fille inculpée pour un incendie dans la cité.

Explications de l’auteure :

"Au départ, il y a ce fait divers qui m’a frappée pour l’écart entre ce que je suppose aussitôt de dérisoire dans le geste et ses conséquences tragiques. Il y a plus de dix ans, des adolescentes avaient incendié les boîtes aux lettres d’un immeuble et le feu s’était propagé aux étages, faisant de nombreuses victimes. Puis il y a l’image au journal télévisé d’un bébé porté au-dessus des flots lors du sauvetage de clandestins à Lampedusa. Cette image me chavire parce que c’est une vie sauvée, mais une vie qui démarre, et je me demande ce qui suivra. Je me dis que ça n’est pas gagné et de là naît le livre : j’imagine que quinze ans plus tard, cette enfant est l’une des incendiaires et qu’entretemps, le silence a œuvré.

Je choisis de faire parler le père, de le faire parler à sa fille alors qu’elle passe une premièrecarole zalberg,feu pour feu,interview,mandor nuit en prison. Par sa voix s’impose assez vite le rapprochement entre les deux feux, le dernier réveillant le premier. Le geste d’Adama est un petit geste. Elle est peut-être une guerrière, une combative au moins, certainement pas une meurtrière. Mais le père n’en sait rien, ne sait que ce qu’il voit : la mort par la main de sa fille ou sa complicité. Je veux le suivre dans ce cheminement.

Je cherche l’essentiel. Mon essentiel. Le point où ce parcours me parle, me remue, me concerne et me permet d’écrire.

Ces trajectoires, bien sûr, on les connaît. D’autant que je me suis imprégnée de témoignages pour ensuite reconstituer une sorte de parcours emblématique. La singularité, je crois, tient au rapport du père et de sa fille, un rapport de peau, tout le temps que dure la fuite. Et aussi au tissage des langues, celle du père, précise, tellement maîtrisée qu’elle n’est que reconstitution du vivant, celle de la fille urgente et explosive, cravachant les mots, fertile, elle."

L’auteure :

Née en 1965, Carole Zalberg vit à Paris. Romancière, elle est notamment l’auteur de Mort et vie de Lili Riviera (2005) et Chez eux (2004), publiés aux éditions Phébus, et de La Mère horizontale (2008) et Et qu’on m’emporte (2009), parus chez Albin Michel. Elle a obtenu le Grand Prix SGDL du Livre Jeunesse pour Le Jour où Lania est partie (Nathan Poche, 2008). Animatrice d’ateliers d’écriture en milieu scolaire et de rencontres littéraires, Carole Zalberg travaille également à des projets en lien avec le cinéma ou le théâtre : À défaut d’Amérique (Actes Sud, 2012) est actuellement en cours d’adaptation pour le cinéma.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandorInterview :

Après ton précédent roman, À défaut d’Amérique, les choses ont changé pour toi.

C’est un ensemble de choses. Mon arrivée chez Actes Sud m’a fait me sentir un peu plus à ma place. Pour cette maison, quand tu accueilles un nouvel auteur, tu mets pas mal d’énergie à le défendre. Actes Sud est vraiment un endroit pour moi. Il y a un ensemble d’éléments qui fait que ça se passe super bien et de mieux en mieux. Je pense que se sentir à la bonne place est primordial. Depuis que je suis chez Actes Sud, je touche plus de lecteurs ou de journalistes susceptibles de s’intéresser à mon travail. Donc ça fait vraiment avancer les choses.

Feu pour feu, lui aussi, est très bien accueilli par les critiques. Ce court roman semble bénéficier d’articles et de réactions tout aussi élogieux.

J’avais peur que ce texte soit réduit à des dimensions qui n’ont rien à voir avec de la littérature comme « à partir d’un fait divers », « un livre sur les jeunes en banlieue »… je suis ravie parce que l’accent a été mis sur la langue de l’écriture.

Tu devrais dire les langues de l’écriture. Il y en a deux : celle du papa et celle de la jeune fille. Celle du père est presque châtiée.

Je n’ai pas voulu imiter une façon de parler ni chez l’un, ni chez l’autre. J’ai préféré surprendre en ayant une langue qu’on n’attendait pas de ce type de personnages. Pour le père, en tout cas, ça se justifie tout à fait parce que je connais beaucoup d’hommes de certaines régions d’Afrique qui parlent ainsi, de façon digne et très posée. Ils ont souvent un rapport à la langue très respectueux.

La langue de sa fille est moins formelle et plus « bouillonnante ». carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

Je voulais absolument ce contraste. Deux extrêmes.

Utilise-t-elle la langue des cités ?

Non, pas vraiment, parce que sinon, elle daterait rapidement. C’est une langue fascinante qui est en mouvement perpétuel, qui s’invente, se réinvente, qui s’approprie toutes sortes d’expressions. Je me suis inspirée de la façon dont la langue des jeunes gens des cités et d’ailleurs évolue. Les choses qui se perdent dans la syntaxe, cette façon de mélanger le vieil argot avec des mots très classiques de la langue française sans qu’ils s’en aperçoivent… Ils recyclent, récupèrent et remixent tout ça à leur sauce. Ça change tout le temps.

Adama, cette jeune fille de 15 ans qui fait des bêtises, est tout de même attachante. Je schématise et raccourcis, mais quand elle comprend qu’il y a des injustices dans le monde, elle pète un câble.

Elle se construit en guerrière. Il y a quelque chose qui se protège et se durcit chez elle. Elle fait le lien avec quelque chose de son passé qu’elle ne connait pas. Pour vivre en ayant l’impression d’être solide, elle se radicalise. Ce n’est pas intellectualisé, c’est vraiment une réaction, mais elle ne veut plus être touchée par la souffrance, par le mal, par ce que le monde peut être.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandorLe père est un homme d’une dignité comme j’en ai vu rarement dans un roman.

Je n’ai pas réfléchi au fait de mettre en scène un héros. Mais, c’est effectivement un héros d’une épopée en concentré. Il n’a survécu aux terribles évènements que je raconte dans mon livre que pour sa fille. S’il est obligé d’admettre qu’elle a brûlé l’immeuble volontairement et qu’elle est passée du côté du mal, il cessera de vivre tout simplement, car il n’y aura plus rien qui le fera avancer.

L’exil est un thème qui te tient à cœur. Là encore, dans Feu pour Feu, tu l’évoques à travers deux faits divers.

Il y a une dizaine d’années, j’ai été marquée par l’incendie d’un immeuble dû à un feu de boites aux lettres, mais sans me dire que j’allais écrire un jour autour de ça. Beaucoup plus récemment, toutes les images que l’on a vues des naufragés de Lampeduza, m’ont beaucoup bouleversée. Ça a fait écho à des choses qui m’ont toujours beaucoup travaillée.

Tu racontes l’exil par le mouvement et par le corps.

Ce qui m’intéressait de raconter c’était comment physiquement ça se passait à ce moment-là. Que se passe-t-il quand un père qui n’est pas programmé physiquement pour s’occuper de son tout petit doit se transformer quasiment en mère ? Qu’est-ce que cela fait au corps, qu’est-ce que ça change dans la relation père/fille ?

Passons à un deuxième livre de toi qui est sorti en même temps que Feu pour feu. Mort etcarole zalberg,feu pour feu,interview,mandor vie de Lili Riviera. C’est la version poche chez Babel/Actes Sud, d’un roman sorti en 2005.

Ce livre raconte la vie de Lili Riviera, ex-star du porno aux excessives courbes sculptées par la chirurgie. Sa mort est l’occasion de dresser le portrait d'une petite fille cachée derrière les attributs monstrueux d'une créature à fantasmes. Ce récit parle avant tout d'un éperdu besoin d'amour jamais comblé. Ce roman est sorti dans sa première publication chez Phoebus. Il n’avait quasiment pas eu de vie parce qu’il est sorti à un moment où il y avait eu de gros soucis dans cette maison. Je suis contente de le revoir surgir, car c’est un livre auquel je tiens.

Actes Sud rapatrie peu à peu l’ensemble de tes textes. J’imagine que tu es ravie.

Plus que ça. C’est agréable de savoir que son œuvre est rassemblée dans et par une maison dans laquelle on se sent chez soi.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

Après l'interview, le 26 février 2014.

28 avril 2014

Gaëlle Perrin-Guillet : interview pour la sortie de Haut-le-choeur

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor

Gaëlle Perrin Guillet est une auteure de polars. Depuis 3 ans, nous nous rencontrons sur des salons du livre que j’anime. Et quand je commence à connaître quelqu’un, j’aime bien savoir ce qu’il écrit. Comme son premier livre à compte d’auteur est publié dans la maison d’édition d’un ami, Marc Louboutin (et Estelle Taburiaux), ma curiosité s’en est trouvée renforcée. J’ai lu Haut-le-chœur… et j’ai été réellement scotché par ce roman noir (et rouge sang).

Le 12 février dernier, la jeune femme (qui habite dans la région de Lyon) est venue me rendre visite à l’agence pour une conversation sur son œuvre et sur sa vie d’auteure.

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor4e de couverture :

Alix Flament, journaliste à Chambéry, travaille sans conviction sur un article relatant les mésaventures sexuelles d’un candidat à l’élection présidentielle française.

Six ans plus tôt, elle était une spécialiste reconnue des affaires criminelles. Jusqu’à ce qu’elle publie un livre d’entretiens avec la pire tueuse en série que le pays ait connu depuis le 19e siècle, ouvrage dont elle ne se remettra pas et qui marquera la fin de sa carrière dans le domaine des faits divers.

L’évasion sanglante d’Éloane Frezet redonne vie aux cauchemars qui la hantent depuis ses dialogues hallucinés avec la meurtrière. Mais seule Alix la connaît suffisamment pour tenter d’aider la police à la traquer.

C’est sans compter que la meurtrière, loin de se terrer, espère bien tenir sa promesse de terminer l’œuvre mortelle qu’elle a dû interrompre lorsqu’elle se trouvait derrière les barreaux…

Mini biographie :

Née en 1975, Gaëlle Perrin-Guillet est secrétaire de mairie le jour et auteure de thriller la nuit. Depuis toujours amatrice de romans noirs, elle s’essaie à l’écriture en 2000 avec un premier roman intitulé Meurtres en négatif que publie les Editions Bellier. Après deux romans auto-publiés (Le Sourire du diable  en 2010 et Au fil des morts en 2011), elle participe à deux recueils des Auteurs du noir face à la différence (en 2012 aux éditions JIGAL puis en 2013 à L’atelier Mosesu). Haut-le-Chœur est son premier roman publié aux Éditions Rouge Sang.

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandorInterview :

Tes deux premiers livres étaient auto-édités. Ce n’est pas toujours bien vu des personnes éditées à compte d’auteur. As-tu un peu souffert de cela, dans les salons du livre par exemple?

Les lecteurs aussi, parfois, me demandaient avec une certaine condescendance dans quelle maison mes livres étaient publiés. C’est une étiquette pénible à porter et qui, en même temps, était super intéressante.

Pourquoi intéressante ?

Parce que ça a été très formateur. C’est le moyen de se confronter aux lecteurs, sinon, le manuscrit reste dans un tiroir. Quand tu es réellement confronté aux lecteurs, tu bénéficies de critiques constructives. Tu as aussi des auteurs qui sont très intelligents et qui viennent te voir pour t’aider. Même des auteurs assez réputés. S’éditer seule pour se faire connaître a été un pari gagné. C’est une expérience à double tranchant que je ne regrette absolument pas.

J’avoue que moi-même j’ai des aprioris sur les auteurs auto-édités, parfois, j’essaie de passer outre, mais c’est compliqué.

Je comprends. Il y a tout et n’importe quoi dans l’auto-édition. Le plus cancre du monde qui va écrire le texte le plus pourri du monde peut sortir son livre, alors, c’est sûr, on ne trouve pas que des chefs d’œuvre. L’auto-édition, finalement, c’est un grand fourre-tout dans lequel, de temps en temps, on peut trouver de belles choses.

Même auto-éditée, j’ai l’impression que tu as très vite fait partie de la « famille » du polar.

J’ai eu de la chance. Mon tout premier salon, je l’ai fait à Saint-Chef, dans l’Isère. J’étais en compagnie de Maxime Gillio, Alexi Aubenque, Marin Ledun, Ayerdhal, Gilles Caillot et Aurélien Molas, notamment. Des grands du polar qui m’ont acceptée tout de suite. Vraiment, j’ai l’impression que ce monde est une grande famille.

Depuis le temps que je fais ce métier, je n’ai pas toujours entendu ça. gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor

Je parle de mon point de vue, je ne peux pas parler pour les autres. Dès la sortie il y a trois ans de mon premier roman en auto-édition, j’ai été acceptée, alors je ne peux pas penser autrement.

En trois ans, tu as sorti douze textes. Tu es prolifique.

Oui, mais ce sont pas mal de nouvelles de nouvelles dans des recueils. En trois ans, il est vrai que j’ai fait un chemin que je n’aurais jamais cru possible. Très étonnamment, je n’ai pas beaucoup galéré.

Comment une jeune femme qui travaille dans une mairie, en Province, qui ne connait personne dans le milieu de l’édition, se met à écrire et tout faire pour y trouver sa place ?

C’est parti d’un roman qui a été publié en 2000 aux éditions Bellier, une micro maison d’édition de Lyon. Ce livre, Meurtres en négatif, n’était pas bon du tout, mais il a été publié. J’ai écrit ça à vingt ans. Après, j’ai décidé de ne plus être publiée dans ces conditions, c’est très prétentieux de ma part, je sais. J’ai souhaité être publiée dans une grosse maison. J’ai essuyé pas mal de refus. Le manuscrit est resté dans le tiroir un long moment. C’est mon mari, un jour, qui m’a suggéré de l’auto-éditer. Au final, ça nous a permis de rembourser l’investissement de base et de décider d’en auto-éditer un second.

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor

Tu n’écris que des romans policiers. Tu lis ce genre depuis toujours ?

Je lis de tout, mais j’ai une préférence pour ce style-là. J’ai commencé à 14 ans avec les livres de Stephen King, comme beaucoup, et aussi ceux de Mary Higgins Clark. Je fais partie d’une génération qui a été et continue à être bercée par les séries américaines. J’ai l’impression qu’on baigne dans un milieu policier constamment.

Suis-tu les codes traditionnels du polar dans tes livres ?

Oui, sur les deux premiers, j’ai suivi les codes des romans policiers américains. D’ailleurs, ils mettaient en scène des personnages américains et l’action se situait aux États-Unis. Ça me paraissait plus facile de commencer ainsi. La mentalité des personnages de ce pays-là est complètement différente de celle d’ici. On peut leur faire faire plus de choses sans que ça ne choque personne. Dans les salons du livre, j’ai rencontré des auteurs français qui, eux, ont des codes complètement différents. Je me suis donc intéressé à leur travail. J’ai eu la confirmation que les lecteurs français voulaient des personnages français auxquels ils pouvaient s’identifier facilement. Je le savais depuis le début, mais je n’avais pas le recul nécessaire, ni la technique… et certainement pas le talent non plus. Il a fallu attendre deux bouquins pour que je me trouve au niveau du style.

Être chez Rouge Sang, une jeune maison, certes, mais belle et prometteuse, as-tu l’impression de changer de statut et que l’on te regarde autrement ?

Oui. C’est peut-être idiot, mais la reconnaissance d’un éditeur est super importante pour quelqu’un qui écrit. Avant, j’avais un problème de légitimité. Aujourd’hui, je peux enfin m’affirmer comme auteure. J’ai l’impression d’être montée d’un étage.

Teaser Haut-le-Cœur.

Tu mets en scène une serial killeuse. Des femmes tueuses en série, c’est rare. Or la tienne est particulièrement gratinée. 

C’est vrai, mais je lui trouve un côté humain. Dans la littérature policière, c’est souvent des hommes qui tuent, j’ai voulu montrer que les femmes sont aussi capables du pire.

Tu décris des scènes de crime très précises.

Je travaille beaucoup avec les livres de Stéphane Bourgoin, le spécialiste des serial-killers.

Dans les polars, généralement, on sait à la fin qui a tué. Dans Haut-le-chœur, on sait tout de suite qui est la méchante.

Oui, on sait qui, mais on ne sait pas pourquoi elle tue comme ça, avec acharnement. Toute l’intrigue réside là-dessus.

Pourquoi as-tu choisi Jean-Luc Bizien pour écrire la préface ?

Ca me tenait à cœur que ce soit lui. Je ne cherche pas le gros vendeur, ni la tête d’affiche, ni le bandeau, je cherche vraiment la relation. Jean-Luc est très important dans ma vie. Il a toujours été là pour moi. Je l’estime énormément en tant qu’homme et en tant qu’auteur. Le fait d’avoir deux trois mots de lui, en plus très originaux et touchants, était symboliquement essentiel.

Il écrit: « Voilà une fille qui vient grandir les rangs des auteurs de thrillers, une fille qui dans un grand éclat de rire va bousculer les règles de ce petit milieu. » Mazette !

Je ne peux pas commenter ça. Mais, ça me touche.

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandorQuand tu écris, as-tu la fin dès le départ ?

Je pensais savoir la fin, mais pas du tout. Elle a été différente de celle que j’ai imaginée au départ. Frédéric Dard disait souvent qu’il courait après ces personnages. Il a raison. Tu cours derrière eux, sans savoir trop où ils vont t’emmener. Alix, la journaliste, avait un certain caractère. Il a pris de l’ampleur sans que je n’y puisse rien. Et l’épilogue de mon livre n’existait pas au départ. Je l’ai ajouté, car il était nécessaire pour que le roman prenne tout son sens.

As-tu mis un peu de toi dans Alix ?

Bien sûr. Pas seulement dans Alix. Dans quasiment tous les personnages. Même chez les hommes… et aussi dans la serial killeuse, Éloane Frezet. À part ça, je ne suis pas du tout schizophrène.

Tu commences à me faire peur Gaëlle !

Oui, je sais. (Rires).

Dans quel état es-tu quand tu écris ?

Je suis coupée du monde et très concentrée. Je travaille dans la cuisine le soir et je n’entends plus rien. Selon la fatigue et l’inspiration, j’écris quatre à cinq heures. Gilles Legardinier m’avait conseillé de m’astreindre à écrire tous les jours, au moins un petit peu. Si on laisse du temps, ça se sent dans le récit au niveau du rythme et de l’écriture.

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor

A l'issue de l'interview, un autre écrivain de polar est venu nous rejoindre pour saluer Gaëlle Perrin-Guillet, l'excellent Dominique Maisons (mandorisé là).

Es-tu déjà sur le prochain roman ?

J’en ai deux en cours. J’en écris toujours un quand je finis le précédent. Quand je manque d’inspiration, ça me permet de basculer d’une histoire à l’autre sans me perdre.

Passes-tu facilement de l’un à l’autre ?

Oui, en tant que schizophrène, ce n’est pas trop compliqué.

Je sais que tu as écrit un « Embaumeur », la série de Sébastien Mousse.

Je me suis régalé, notamment dans les dialogues. C’est passionnant de partir d’un personnage déjà créé, avec sa propre personnalité, et d’en faire ce que tu veux, tout en respectant la bible imposée. Je n’aurais pas eu cette commande, je n’aurais jamais écrit ce genre de livre spontanément. C’était très intéressant à faire, en tout cas, et ça permet de s’améliorer dans l’écriture. C’est un exercice de style.

Tu as l’habitude des exercices de style. Tu as également écrit des histoires érotiques gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandorpour La Musardine.

L’écriture, je la prends vraiment comme un plaisir. Tous les styles d’écriture sont sympas. Je trouve réducteur de se cantonner à un seul genre.

Sens-tu ton écriture évoluer de livre en livre ?

Bien sûr. Elle n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était il y a trois ans. J’ai eu le droit à des critiques hyper constructives qui m’ont permis d’atténuer les défauts que j’avais.

As-tu le trac quand sort un nouveau livre ?

Je suis tétanisée. Surtout pour Haut-le-chœur. C’est mon premier roman édité dans une maison, j’aimerais ne pas décevoir mes éditeurs, Estelle Taburiaux et Marc Louboutin. De toute manière, dès que je sais que quelqu’un a mon livre entre les mains, je suis toujours flippée.

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor

Sais-tu pourquoi tu écris ?

Parce que j’adore ça. C’est un super moyen de véhiculer des idées, de faire travailler l’imaginaire des gens et même de les bousculer un peu. L’écriture est un échange. On n’écrit pas pour soi, on écrit pour être lu.

Écris-tu aussi pour fuir la réalité du quotidien ?

Ça me permet surtout d’exorciser certaines choses. Mais, effectivement, quand j’écris, je suis coupée du monde, c’est donc peut-être un moyen inconscient de me libérer de plein de choses.

Tu es secrétaire de mairie. Est-ce que les gens que tu croises dans le cadre de ce travail savent ce que tu fais ?

De plus en plus. Je suis dans un village de 4000 habitants, alors quand mon bouquin est en tête de gondole de la librairie, ça se remarque. Du coup, on m’attend un peu en tournant sur mes deux métiers. Je n’ai plus le droit à l’erreur ni d’un côté, ni de l’autre.

Es-tu confiante en ton avenir littéraire ?

Je ne le serai jamais. J’ai toujours un énorme doute sur tous mes textes. Mais il vaut mieux ça que le contraire. J’essaie de progresser à chaque roman.

gaëlle perrin-guillet,haut-le-choeur,interview,rouge sang éditions,mandor