Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 décembre 2014

Olivier Tallec : interview du Prix Landerneau album jeunesse 2014

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

Olivier Tallec est né en Bretagne en 1970. Après l'École supérieure d 'arts appliqués Duperré, il voyage en Asie, puis au Brésil, à Madagascar, au Chili... puis travaille comme graphiste dans la publicité. Il est aujourd'hui illustrateur pour la presse (Libération, Elle, Les Inrockuptibles) et a signé plus de cinquante albums pour la jeunesse. Olivier Tallec vient de remporter le Prix Landerneau Album Jeunesse 2014. L’occasion était idéale pour le rencontrer.

Il m’a donné rendez-vous dans un café parisien situé à côté de chez lui. Voici le fruit de notre entretien publié dans Le magazine des Espaces Culturels Leclerc daté des mois de décembre 2014/janvier 2015 (plus un bonus mandorien final).

unnamed1.jpg

unnamed2.jpg

unnamed3.jpg

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandorPetit bonus mandorien :

L’idée de faire ce métier est arrivée comment en vous?

J’ai fait des études de graphisme. Ensuite, j’ai travaillé quelques mois dans des agences de com’, mais ça ne me plaisait pas vraiment. Du coup, je suis allé voir des éditeurs avec des dessins, pas forcément « jeunesse » d’ailleurs. C’est Gallimard qui m’a proposé d’illustrer un premier livre, puis plusieurs à la suite. C’est comme ça que j’ai découvert l’illustration jeunesse. Je trouvais que l’on pouvait aborder tous les sujets avec une énorme liberté. Il y a beaucoup de créativité en jeunesse.

On a l’impression que le milieu du livre jeunesse se porte bien. Quid des illustrateurs ?

On ne sentait pas la crise jusqu’à il y a un an ou deux. Aujourd’hui, on commence à percevoir la chose. Sur les ventes et les tirages qui sont moins importants. Et sur les à-valoir aussi (rires).

Quand vous faites du dessin de presse, il faut travailler dans l’urgence. Mais lorsque vous illustrez un album comme Louis 1er, vous avez plus le temps, du coup, n’est-ce pas plus compliqué ?

Ce sont deux façons de travailler différentes. J’adore le dessin de presse parce que, parfois, on a juste deux heures pour trouver une idée. C’est très excitant. Sur un album, on peut creuser un peu plus quand même et approfondir les situations. On passe aussi un peu plus de temps sur les illustrations. On peut se permettre d’être plus méticuleux.

Quand un album est terminé, est-il facile de considérer qu’il est au moins « correct » ?olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

Non, j’ai toujours plein de doutes. Mais, je suis content quand je reçois un nouvel album. J’ai une grande satisfaction à voir l’objet et à savoir qu’il va être lu par plein de gens. Quand je regarde des anciens albums, j’avoue que je suis très critique envers moi. En fait, je ne suis jamais content de moi.

Avez-vous l’impression d’avoir une notoriété conséquente en tant qu’illustrateur?

Vous savez, les gens ne connaissent jamais le nom des illustrateurs. Ils achètent des livres pour les enfants et quand les enfants grandissent, ils ne suivent pas la carrière des créateurs de ces livres, contrairement à ce qu’il se passe en bande dessinée ou en littérature adulte. Moi, je ne suis connu que dans le petit milieu de la jeunesse et de l’édition. Mais ça me va très bien. En jeunesse, il n’y a pas de problème d’ego (rires).

Vous venez de sortir un autre livre, adulte celui-ci et très drôle, à la Sempé et à la Voutch. Je l’ai adoré ! Dans Bonne journée, chaque illustration révèle des scènes décalées, des moments surréalistes, des instants absurdes. Superhéros, lapin, vacancier, écolier, ours, artiste, mouton… des personnages variés s’animent pour faire sourire dans l’esprit du dessin de presse.

Le principe est simple : un dessin qui se veut être amusant et un court dialogue. C'est une démarche qui me tentait depuis longtemps. C'est très anglo-saxon... un humour assez absurde que l'on peut trouver dans le New Yorker, chez Gary Larson ou Glen Baxter. La difficulté, c’est de trouver la même précision dans l’illustration que dans le texte court qui l’accompagne. Je précise enfin que ce sont des dessins qui n’ont jamais été publié ailleurs.

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

Après l'interview, le 13 novembre 2014.

Quelques planches extraites de Bonne Journée.

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

olivier tallec,louis 1er,roi des moutons,prix landerneau album jeunesse 2014,interview,mandor

27 novembre 2014

Nicole Lambert : interview pour les 30 ans des Triplés.

Nicole lambert portrait pensée 1_© Iris de Turckheim.jpg

logo 30 ans.jpegAu fil des années, les Triplés n’ont pas grandi, mais leur bande dessinée est devenue une institution, en France et à l’étranger, dans la presse, l’édition et la télévision. 30 ans que les Triplés amusent les lecteurs du Figaro magazine. On a vu passer l’époque, aussi bien les changements de société, que l’arrivée des nouveautés qui ont changé nos vies : portables (au moins un kilo pour les premiers !) ordinateurs, GPS, et autres. On a vu aussi, comme dans un défilé de mode, passer les tenues de la mère des Triplés, la plus fashion-victim des mamans de Paris. Le 29 octobre dernier, pour un des magazines auquel je collabore, je suis allé à la rencontre de la maman des Triplés, Nicole Lambert, dans son atelier parisien pour évoquer cet anniversaire.

nicole lambert,les triplés,30 ans avec les triplés,le magazine des espaces culturels leclerc,interview

LM62 - P10 - Jeunesse1.jpg

LM62 - P10 - Jeunesse2.jpg

LM62 - P10 - Jeunesse-1.jpg

nicole lambert,les triplés,30 ans avec les triplés,le magazine des espaces culturels leclerc,interview

Nicole Lambert portrait pensée2_© Iris de Turckheim.jpg(Tout petit) bonus mandorien:

Dans l'ouvrage 30 ans… avec les Triplés, vous vous livrez beaucoup. Ça a été compliqué.

Très, parce que je suis plutôt pudique et dans la vie, j’avance masquée. Avec l’intervieweur de ce livre, Charles Dierick, grand spécialiste belge de la bande dessinée, on a parlé très librement et je me suis aperçu que j’évoquais beaucoup de choses personnelles. Je n’ai qu’une trouille, c’est embêter les gens avec ma propre vie. C’est vertigineux de se raconter et d’imaginer un instant que les propos tenus vont passionner la foule.

Prenez-vous parfois des vacances ?

Pas beaucoup. J’aime bien ça, mais je travaille beaucoup trop. Généralement, je commence mes journées à six heures du matin et je finis à dix heures du soir. Depuis le début de la série télévisée, je peux dire que je travaille entre 14 et 16 heures par jour depuis deux ans. Le pire, c’est que personne ne me félicité pour ça, parce que c’est moi qui le souhaite. Mon entourage ne m’encourage pas à tenir ce rythme, bien au contraire.

Avez-vous eu la carrière idéale ?

C’était à peu près ce dont je rêvais au départ.

Quel est le dénominateur commun des gens qui aiment les triplés ?

Ça ne fait aucun doute. Ce sont des gens très gentils.

DSC09534.JPG

Avec Nicole Lambert, dans son atelier, le 29 octobre 2014.

Et la dessinatrice a tenu à dédicacer à ma fille (et son papa) son dernier album...

ded.JPG

18 octobre 2014

Bernard Werber : interview pour La voix de la Terre

65387_259544697501022_75551130_n.jpg

(Photo : Le Point)

11389-650x330-bernard-werber.jpgBernard Werber sort le 3e volume de la trilogie Troisième humanité, La voix de la Terre.

Je l’avais déjà mandorisé pour le premier tome.

Rappelons qu’à l'origine de l'ensemble du projet, il y avait cette question simple (mais finalement très complexe): Quel est le point de vue de la planète TERRE, elle-même, sur le comportement des hommes envers elle?

Selon l’auteur, « la meilleure manière de faire comprendre une autre écologie serait d'imaginer une communication directe avec ce sur lequel nous marchons. Nous aurions ainsi enfin accès à ce que pense la Terre des hommes qui la saupoudre. Pour elle, nous sommes une espèce jeune, envahissante, dépourvue de système d'autorégulation, mais avec d'immenses potentiels dus à la maitrise des technologies, notamment de communication et de voyage dans l'espace ».

Dans ce 3e volume, l'histoire de notre espèce va faire un bond en avant même si ce bond se fera au prix de l'affrontement de menaces venant de l'espace (astéroïde) ou des tensions internes (3e guerre mondiale). Mais n'est-ce pas ainsi que se crée l'Evolution ?

A l’occasion de cette sortie évènement, j’ai posé quelques questions à Bernard Werber, dans un café parisien, le 19 septembre dernier. Voici le fruit de cette interview publié dans Le magazine des Espaces Culturels Leclerc, daté du mois d'octobre 2014 (avec ensuite un bonus mandorien).

001.jpg

Pour ceux qui n’arrivent pas à lire l’intro, comme je ne fournis pas de loupe, la voici en plus lisible.

La saga des micro-humains commencée avec "Troisième humanité" se poursuit sur fond d'apocalypse. Alors qu'une 3e guerre mondiale se profile à l'horizon, Gaïa, la Terre, semble vouloir se rebeller contre ses habitants. Dans la "La Voix de la Terre", on retrouve David Wells (descendant d’Edmond Wells) et Aurore, mais aussi de nouveaux personnages qui vont recréer le lien avec la planète grâce à la mise au point d'une communication par l'entremise des pyramides. Rencontre avec Bernard Werber qui sort son 20e livre en 23 ans de publication.

002.jpg

003.jpg

004.jpg

Bonus mandorien:

Vous souhaitez émerveiller les autres avec ce qui vous émerveille ?

Mettre ma pensée dans quelque chose qui va me survivre, comme des livres, me fascine. Les gens reçoivent cette pensée et elle se met à vivre. Le mot écrivain me semble une réduction de cette activité qui consiste à lancer des idées, à les faire vivre et à les présenter de manière amusante. Je me vois plus comme un raconteur d’histoires et un diffuseur d’idées.

Vous êtes observateur du monde et de la vie des gens, m’avez-vous dit un jour…ce qui nourrit vos romans.

La fonction d’un romancier, c’est de prendre ce qu’il y a autour de lui pour fabriquer un produit qui n’est pas la même chose. Un peu comme les abeilles font avec le pollen pour fabriquer du miel. Moi, j’utilise ce pollen pour en faire mon miel. Le miel, il faut qu’il soit le plus pur possible pour que ce soit le plus agréable possible à consommer. Pour ma part, il y a une jouissance à prendre le pollen et une jouissance à faire le miel. L’extrême jouissance, c’est quand je vois le consommateur satisfait. Tout cela fait partie d’une chaîne où tout prend sa place avec harmonie. Quand je regarde le monde, j’ai la même jouissance et la même gourmandise qu’à une abeille regardant un parterre de fleurs.

C’est quoi être écrivain ?

C’est une passion. Je crois que plus j’ai de plaisir à écrire, plus le lecteur aura de plaisir à lire mes livres. Le livre est un objet de plaisir à fabriquer et à consommer. Il ne doit pas y avoir d’efforts ni à la création, ni à la lecture. Tout ça doit se passer de manière fluide. Il faut que l’écrivain se mette dans un état particulier, qui est peut-être un état de transe dans lequel les choses se font et arrivent toutes seules. S’il y a un effort intellectuel pour séduire le lecteur, là, on est out. Il faut juste arriver à transmettre de l’émotion. Au bout de 20 ans de métier, je n’ai plus la préoccupation de la technique, je n’ai plus que celle de la transmission d’émotions.

Vous arrive-t-il de décrocher ?

Non, l’écriture est pour moi pratiquement une maladie. Je suis tout le temps hanté par mon roman en cours. Je regarde tout ce qu’il se passe autour de moi pour voir si ça peut devenir une scène du livre. Quand je rencontre des amis écrivains, j’ai tendance à leur raconter mon roman pour voir si ça les intéresse. Pareil pour mon entourage.

Vous travaillez tous les jours de huit heures à midi et demie. Vous ne dérogez jamais à cette règle?

Je ne me repose jamais. Mais je trouve le repos dans l’écriture. Quand mes personnages se reposent, je me repose. Pour moi, être écrivain n’est pas un métier, c’est une vie entière.

Avez-vous parfois l’angoisse de la page blanche ?

Non, mais je fais toujours beaucoup de romans avant d’aboutir au bon. Par exemple, j’ai écrit quinze La Voix de la Terre. Chacune des versions faisait 500 pages. Chez moi, l’écriture et les idées viennent facilement, mais les premières versions ne sont jamais bonnes.

Un livre de Bernard Werber est donc le best of de quinze précédents, c’est ça ?

Disons que c’est le meilleur de ce qu’il y avait dans les quinze versions. Il faut être patient. J’ai un débit de dix à quinze pages par jour. Je vois le travail d’écrivain comme un marathon. Il y a un rythme à trouver, une fois que l’on a trouvé ce rythme, on est bien dedans.

Quel est l’objectif d’un auteur ?

Sans hésiter, de plaire aux lecteurs. La fonction d’un bon livre est d’être un divertissement, ce n’est pas d’être une zone expérimentale. Dans chacun de mes romans, il faut une montée dramatique, une structure chronologique et des clins d’œil, comme l’encyclopédie d’Edmond Wells qui revient de livre en livre. Il faut faire de la nouveauté dans la continuité. Mais au fond, la seule question que je me pose, c’est : comment transmettre une prise de conscience sur la planète et comment faire vivre mes personnages ?

DSC09442.JPG

Le 19 septembre 2014, après l'interview...

005.jpg

16 octobre 2014

Philippe de Chauveron : interview pour le DVD de Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu?

philippe de chauveron,qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?,interview,mandor

Voici mon interview du réalisateur Philippe de Chauveron réalisée à l’occasion de la sortie en DVD du film, Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu? et publiée dans Le magazine des espaces culturels Leclerc daté du mois d’octobre 2014.

001.jpg

001c.jpg

001d.jpg

001e.jpg

002.jpg

002c.jpg

002d.jpg

07 octobre 2014

Yseult : interview pour son premier album.

tumblr_n7ozgqOZ7q1rjz92mo3_r1_1280.jpg

10509504_268406386690247_6740427072489106516_n.jpgYseult sortait largement au-dessus du lot lors de la dernière édition de La nouvelle star. Même si elle n'a pas remporté l'émission, elle est arrivée avec son univers et sa façon de chanter hors du commun. Quelques mois après cette saison 10, cette jeune artiste de 19 ans sort déjà son premier album.
Signée chez Polydor, elle s'est bien entourée. D’abord, il y a Da Silva (récemment mandorisé là), un des auteurs les plus sollicités en France. Il s'est chargé de la réalisation. Deux hommes de l'ombre, Fred Fortuny et Pierrick Devin ont produit le projet, des hommes de l'ombre qui ont déjà travaillé avec des groupes comme Lilly Wood and The Prick, Cassius et Phoenix.

Le résultat va en surprendre plus d’un.

Pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois d’octobre 2014), j’ai rencontré la chanteuse de 20 ans dans un bureau de chez Universal.

001.jpg

002.jpg

Clip du premier single de l'album, "La vague".

005.jpg

Nouvelle star 2014, "Lettre à France" de Michel Polnareff.

003.jpg

Teaser du deuxième single, "Pour l'impossible".

IMG_5947.JPG

Après l'interview, sur un balcon d'Universal, le 22 septembre 2014.

11 septembre 2014

Camélia Jordana : interview pour Dans la peau

le magazine des espaces culturels leclerc,camélia jordana,interview,babx,mandor

(Photo : Bérengère Valognes)

Après le succès de son premier album éponyme (150 000 albums vendus) en 2010 et une tournéele magazine des espaces culturels leclerc,camélia jordana,interview,babx,mandor de deux années, Camélia Jordana, aujourd’hui âgée de 22 ans, a su prendre son temps pour revenir. Pour cela, elle s’est entourée de son ami de toujours, BabX, présent presque partout, aux arrangements, à la réalisation, à l'écriture et à la composition de plusieurs titres, et en partenaire de duo sur l'inquiétant A l'aveuglette. Camélia Jordana s'est construit sa famille de chanson, littéraire, exigeante, soudée. Je suis allée à sa rencontre, pour la seconde fois (voir première mandorisation, là), pour évoquer ce nouveau disque qui porte haut la chanson française d’aujourd’hui.

C’est une jeune femme souriante, pas tout à fait détendue, mais très disponible qui m’attendait sur la terrasse de l’Hôtel du Nord, au début du mois de juillet. « A chaque nouvel album, c’est toi le premier à m’interviewer… je suppose que tu me portes chance », me dit-elle, espiègle. Oui, évidemment, c’est grâce à moi.

Clip de "Dans la peau".

Voici donc, le fruit de notre entretien publié dans Le magazine des espaces culturels Leclerc daté du mois de septembre 2014 et sur le site des espaces culturels Leclerc...

LM59 - MUSIQUE-1ss.jpg

le magazine des espaces culturels leclerc,camélia jordana,interview,babx,mandor

le magazine des espaces culturels leclerc,camélia jordana,interview,babx,mandor

le magazine des espaces culturels leclerc,camélia jordana,interview,babx,mandor

le magazine des espaces culturels leclerc,camélia jordana,interview,babx,mandor

Après l'interview, à l'Hôtel du Nord, le 2 juillet 2014.

Pour terminer, voici cinq autres "chansons" tirées de l'album Dans la peau.

En studio, "A l'aveuglette", duo avec Babx.

En studio, "Comment lui dire".

Clip officiel de "Ma gueule".

"Miramar" (audio).

"Brigitte dit vrai" (audio).

09 septembre 2014

David Foenkinos : interview pour Charlotte

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

Autoportraits de Charlotte Salomon.

Prendre une personne ayant existé pour modèle de personnage de roman est un exercice un peu délicat. David Foenkinos a pris ce risque avec Charlotte. Il s’est inspiré de l’autobiographie de Charlotte Salomon, née en 1917 à Berlin et morte à Auschwitz en 1943. J’ai interviewé l’auteur (que je fréquente un peu, professionnellement, voir , , et ) pour Le magazine des Espaces Culturels Leclerc daté du mois de septembre 2014.

david foenkinos, charlotte, interview, mandor, le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos, charlotte, interview, mandor, le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos, charlotte, interview, mandor, le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

david foenkinos,charlotte,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

03 juillet 2014

Jean-François Zygel : interview pour le double DVD La leçon de musique Mozart et La musique classique expliquée aux enfants

zygel.jpg

ZYGEL_PRESSE2.jpgFormidable pédagogue, Jean-François Zygel est avant tout pianiste et compositeur.

Entré très jeune au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, il remporte dix premiers prix dans dix catégories différentes et entre rapidement comme pianiste soliste à Radio-France.

Grand spécialiste de l'accompagnement en ciné-concert de films muets, Zygel est très connu pour ses leçons de musique, prodiguées autour de la musique classique, au Théâtre du Châtelet, il s'est aussi attaqué aux musiques improvisées avec un brio inégalé.

Il a animé sur France 2 l'émission La Boîte à musique, qui se concentrait sur une œuvre, un genre musical ou un artiste, pendant plus d'une heure. Le succès de ces leçons en a permis une diffusion en DVD. Je l’ai interviewé récemment pour Le magazine des espaces culturels Leclerc(daté des mois de juillet et août 2014), justement à l’occasion de la sortie d’un coffret 2CD+DVD exclusivement réservé pour cet enseigne.

img016.jpg

img016h.jpg

img016l.jpg

img016m.jpg

Et pour finir un extrait du DVD La musique classique expliquée aux enfants.

07 juin 2014

Hervé Le Corre : interview du Prix Landerneau Polar 2014

hervé le corre,après la guerre,interview,prix landerneau polar 2014,magazine des espaces culturels leclerc

Après le Prix Landerneau Polar 2012, Caryl Ferey, pour Mapuche et le Prix Landerneau Polar 2013, Paul Colize, pour Un long moment de silence, voici l’interview du lauréat de cette année pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois de juin 2014). Il s’agit d’Hervé Le Corre pour son incroyable et foisonnant roman noir, Après la guerre.

LM57 - P14 - LIVRE.jpg

LM57 - P15 - LIVREjj.jpg

05 juin 2014

La bande à Renaud : interviews et réactions.

LM57 - P09 - MUSIQUEhhhh.jpg

la bande à renaud,interviews,jean-louis aubert; nolwenn leroy,élodie frégé,grand corps malade,coeur de pirate,alain lanty,dominique blanc francardJe suis fan de Renaud depuis l’album Amoureux de Paname en 1975 jusqu’à Putain de camion en 1988. Ensuite, j’ai continué à suivre sa carrière et son œuvre, mais de manière moins enthousiaste. Si j’ai trouvé certains albums assez inégaux, évidemment, il y a toujours eu quelques pépites dedans.

Renaud est un grand. Je rejoins la cohorte de fans qui lui crie : "reviens"!

J’ai eu la chance de le mandoriser en 2006 pour la sortie de son disque Rouge Sang. Un grand moment!

Pour Le magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois de juin 2014), j’ai posé quatre mêmes questions à cinq des artistes ayant participé à cet album hommage : Jean-Louis Aubert, Nolwenn Leroy, Élodie Frégé, Grand Corps Malade et Cœur de Pirate.

Le projet, "La bande à Renaud", on aime où on n'aime pas, mais force est de constater que l’œuvre de ce grand poète chanteur est indémodable et toujours bien présente dans nos cœurs et nos souvenirs.

la bande à renaud,interviews,jean-louis aubert; nolwenn leroy,élodie frégé,grand corps malade,coeur de pirate,alain lanty,dominique blanc francard

LM57 - P08 - MUSIQUEhhhh.jpg

LM57 - P08 - MUSIQUEjjj.jpg

Clip "Dès que la vent soufflera" par toute la bande.

LM57 - P08 - MUSIQUEmmmm.jpg

LM57 - P09 - MUSIQUEjjjjj.jpg

Clip de "Mistral Gagnant" par Cœur de Pirate.

LM57 - P09 - MUSIQUEiiiii.jpg

LM57 - P09 - MUSIQUEmmmmm.jpg

13 mai 2014

Pascal Boniface : interview pour Géopolitique du sport

pascal boniface,géopolitique du sport,interview,le magazine des espaces culturels leclerc

Pascal Boniface est Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et enseignant à l'Institut d'Études européennes de l'Université de Paris 8.

Il dirige également La revue internationale et stratégique et L'Année stratégique. Il a écrit ou dirigé la publication d'une cinquantaine d'ouvrages ayant pour thème les relations internationales, les questions nucléaires et de désarmement, les rapports de force entre les puissances, la politique étrangère française ou l'impact du sport dans les relations internationales, ou encore le conflit du Proche-Orient et ses répercussions en France.

Pascal Boniface publie de nombreux articles dans des revues internationales de géopolitique, intervient régulièrement dans les médias, qu'ils soient nationaux ou internationaux, écrits ou audiovisuels et fait de nombreuses conférences et débats en France et à l’étranger.

Il est éditorialiste pour les quotidiens La Croix (France), La Vanguardia (Espagne), et Al Ittihad (Émirats arabes unis).

Pascal Boniface est membre du Conseil national de l’éthique de la Fédération française de football.

Pour Le Magazine des Espaces Culturelles Leclerc (daté du mois de mai 2014), je l’ai rencontré dans son bureau de l’IRIS, le 16 avril dernier pour évoquer son nouveau livre, La géopolitique du sport.

LM56 - P1hhh4 - LIVRE.jpg

pascal boniface,géopolitique du sport,interview,le magazine des espaces culturels leclerc

pascal boniface,géopolitique du sport,interview,le magazine des espaces culturels leclerc

pascal boniface,géopolitique du sport,interview,le magazine des espaces culturels leclerc

pascal boniface,géopolitique du sport,interview,le magazine des espaces culturels leclerc

pascal boniface,géopolitique du sport,interview,le magazine des espaces culturels leclerc

Après l'interview, le 16 avril 2014, dans son bureau de l'Iris.

06 mai 2014

Patrick Fiori : interview pour ses 20 ans de carrière et l'album Choisir

LM56---P01---COUV.jpg

Première rencontre avec Patrick Fiori, pur et bon chanteur de variété. À l’occasion de ses 20 ans de carrière, je suis allé l’interviewer dans les locaux de sa maison de disque, le 11 avril dernier. C’était son premier jour de promo, il était donc fort enthousiaste et motivé pour parler de son album, Choisir. Voici le fruit de cet entretien pour Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois de mai 2014).

LM56---P07---ZIK.jpg

patrick fiori,choisir,interview,20 ans de carrière,mandor

patrick fiori,choisir,interview,20 ans de carrière,mandor

patrick fiori,choisir,interview,20 ans de carrière,mandor

Clip de "Elles" (Jean-Jacques Goldman).

patrick fiori,choisir,interview,20 ans de carrière,mandor

patrick fiori,choisir,interview,20 ans de carrière,mandor

patrick fiori,choisir,interview,20 ans de carrière,mandor

Après l'interview, le 11 avril 2014, chez Sony Music.

15 avril 2014

Philippe Delerm : interview pour Elle marchait sur un fil

philippe delerm, elle marchait sur un fil

philippe delerm,elle marchait sur un filPhilippe Delerm nous avait habitués à des textes courts, ciselés, à des instantanés de la vie. Avec Elle marchait sur un fil (éd. Seuil), il change de cadre et nous propose un roman long.L’auteur suit le parcours de Marie, quittée par son mari, âgée d'une cinquantaine d'années, attachée de presse dans le milieu littéraire. Elle se réfugie en Bretagne pour se re-figurer sa vie autrement.Elle en profite pour renouer avec une passion ancienne pour le théâtre, s'offrir la liberté de plaquer son travail pour aller au bout de son désir et encaisser l'incompréhension de son fils. Philippe Delerm regarde ses personnages avec beaucoup d'humanité, de compréhension, sans jugement. Il nous offre là une vue plongeante sur les grands moments de vide, de doute, et de rêve qui font une vie d'adultes, mais aussi un regard sur la société, quelques vérités sur le milieu littéraire et le monde du théâtre. Pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc, le 18 mars dernier, nous nous sommes donné rendez-vous en terrasse d’un bar de la capitale. (Ce n’était pas notre première interview…)

philippe delerm, elle marchait sur un fil

philippe delerm, elle marchait sur un fil

philippe delerm, elle marchait sur un fil

philippe delerm,elle marchait sur un filPetit plus mandorien…

Votre fils, Vincent, s’il est chanteur, a aussi un don prononcé du théâtre.

En effet, son spectacle précédent, Memory, était très théâtralisé. Vincent a commencé sa carrière par le théâtre et je suis obligé de constater qu’il a un don de cet art que je n’ai pas.

Puisque c’est l’un des sujets du livre, parlons-en. Votre compagne, Martine, et vous, l’avez-vous incité à faire ce métier ?

Un jour, nous étions en famille et Vincent décide de nous chanter sa première chanson. Il commence à nous la jouer au piano. Avec Martine, on s’est regardé en se disant qu’il avait vraiment quelque chose à dire. Elle et moi sommes deux créateurs, nous nous sommes rendu compte avec un petit vertige et un grand bonheur qu’il avait aussi ce virus-là. On a compris que Vincent ne serait pas heureux s’il n’arrivait pas à mettre en place sa créativité personnelle d’une façon ou d’une autre. On a eu la chance qu’il réussisse tôt dans ce métier, donc notre histoire n’a rien à voir avec celle de Marie. On ne l’a pas incité à se lancer. Il s’est lancé tout seul.

Dans votre roman, vous faites référence avec ironie aux livres qui sortent et qui trouvent leur public grâce à un buzz. Il me semble que vous êtes le premier auteur à avoir philippe delerm,elle marchait sur un filbénéficié d’un buzz littéraire, non ?

Oui, avec La première gorgée de bière, vous avez entièrement raison. Un livre tiré à 2000 exemplaires, sans à-valoir. Le bouche à oreille avait si bien fonctionné qu’il y a eu une première réédition avant même le premier article. Je suis désolé pour la profession, mais les choses se passent aussi autrement que par les médias. En même temps, aujourd’hui, je suis typiquement quelqu’un qui a besoin des médias. Il y a des écrivains comme Christian Signol ou Amélie Nothomb qui n’en ont pas besoin. Ils n’ont pas besoin d’apparaître. Moi si. Je m’en félicite. A chaque livre, je me demande si ça va bien se passer, je me demande comment il va être accueilli. C’est un peu stressant, mais c’est vivant de savoir qu’on a besoin des autres pour exister. Rien n’est jamais gagné pour un auteur comme moi.

Elle marchait sur un fil semble être très favorablement accueilli, non ?

J’ai l’impression aussi. Je stressais pas mal pour le précédent, Je vais passer pour un vieux con, parce que je venais de signer un contrat avec Le Seuil pour cinq livres et c’était le premier. Je tenais beaucoup à ce que cela se passe bien. Au final, j’en ai vendu 80 000 exemplaires. Je ne sais pas si ce livre connaîtra le même succès. C’est le charme de ce métier.

Dans ce roman vous ouvrez un peu les coulisses du monde de l’édition, mais avec parcimonie. À quand un vrai livre sur ce sujet que vous connaissez bien ?

(Rires) Je ferai ça juste avant de disparaitre de la scène… parce qu’il y a beaucoup à dire. Ce serait suicidaire de m’attaquer à un tel sujet au stade où en est ma carrière.

Pour terminer, Jean-Louis Aubert vient de sortir un disque dans lequel il chante des poèmes de Michel Houellebecq. À quand un Vincent Delerm chante Philippe Delerm ?

Vincent n’a pas besoin de mes textes, il sait écrire de belles chansons. Mais, rien n’est impossible, on ne sait jamais. Peut-être un peu plus tard, l’idée n’est pas mauvaise.

09 avril 2014

Kyo : interview pour la sortie de "L'équilibre"

1939971_455178774614675_1864738567_o.jpg

Dans le monde de la musique d'aujourd'hui, en France, le retour de Kyo était considéré comme un évènement. Il y avait les sceptiques (dont je faisais partie) et les « certains-que-ça-allait-cartonner ». La deuxième catégorie peut se réjouir. Kyo est n°1 des ventes digitales et n°2 des ventes physique dès la première semaine de sortie. Un vrai carton.

Kyo n’est pas mon groupe préféré, je suis vieux. Ce n’était pourtant pas la première fois que je les rencontrais dans le cadre de ma vie professionnelle (voir, par exemple, la mandorisation d’Empyr, il y a deux ans… deux des membres du groupe y participaient, dont le chanteur Benoît Poher). Humainement, rien à dire. Les Kyo sont simples, modestes et lucides. Il y a pire.

Rencontre avec les quatre membres de Kyo pour évoquer l'album L'équibre, dans un hôtel parisien, le 21 mars 2014, à l’heure du déjeuner. Voici le fruit de cet entretien, publié dans Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc, daté du mois d’avril 2014.

img716.jpg

img71jj3.jpg

Clip de "L'équilibre".

img713jjjj.jpg

img714jjj.jpg

Clip de "Le Graal".

img714jjj.jpg

img715.jpg

DSC09046.JPG

Après l'interview, le 21 mars 2014, dans le restaurant d'un grand hôtel parisien.

10176157_457445471054672_697970793172411015_n.jpg

05 mars 2014

Prix Landerneau Roman 2014: Hubert Mingarelli pour L'homme qui avait soif

MINGARELLIhubert0214PM-1.jpg

Photo : Philippe Matsas

Travaillant pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc depuis plusieurs années maintenant, je rencontre tous les lauréats du Prix Landerneau, en particulier ceux de la catégorie Roman. (Voici celui de 2012 et celui de 2013.)

Avant tout, petit rappel de ce qu’est ce prix.

img689.jpg

Cette année, le Prix Landerneau 2014 a été attribué à Hubert Mingarelli. Je suis donc allé à sa rencontre, pas très rassuré tant l’homme a la réputation de ne pas aimer les interviews. Mais comme je viens pour le journal initiateur du prix qu’on lui a remis la veille, il accepte avec le sourire de se livrer.

Ce qu’il faut.

Comme dans ses livres, Hubert Mingarelli ne se répand pas. Pas un mot de trop en tout cas, pas de parole inutile…

Voici le fruit de notre conversation.

img690.jpg

img691.jpg

img692.jpg

img693.jpg

9782234074866-X_0.jpgPetit (mais vraiment petit) bonus mandorien:

Un écrivain qui écrit depuis longtemps a-t-il encore besoin d’être rassuré ?

Tous les jours. Un écrivain « normal » n’est jamais tranquille. C’est un peu la difficulté de ce métier-là, on n’est jamais serein finalement.

Vous vivez de votre art. Cela implique que vous n’arrêtez jamais d’écrire ?

Il y a de ça. Mais de toute façon, la question ne se pose pas, car je ne compte pas arrêter. Je ne continue pas à écrire pour gagner ma vie, mais je gagne ma vie en écrivant.

C’est une astreinte d’écrire ?

Écrire pour moi, c’est comme respirer. J’y vais. Je dois le faire. J’ai besoin de travailler. J’ai besoin de faire quelque chose dans la journée. Et c’est une des choses que je sais le mieux faire. Écrire, c’est ma vie.

DSC08808.JPG

Après l'interview le 13 février 2014, dans un hôtel parisien.