Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2022-01-20 | Page d'accueil | 2022-02-14 »

21 janvier 2022

Victoria Sio : interview pour son EP Tout est bon là et pour le film Aline

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

(Photos : Elodie Daguin)

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandorDans le film Aline, on n’entend qu’elle, pourtant Victoria Sio n’apparaît jamais visuellement à l’écran : cette chanteuse lyonnaise a tout simplement prêté sa formidable voix au personnage de Valérie Lemercier, très librement inspiré de Céline Dion (chez Mandor là et ici). Aline est une énorme carte de visite pour elle, mais ses compositions lui tiennent tout autant à cœur. Depuis quelques semaines, pour la promo, Victoria Sio jongle donc entre Aline et son EP, Tout est bon là.

L’occasion était belle pour une première rencontre. Alors qu’elle court un véritable marathon, c’est une Victoria Sio très sympathique, souriante et prolixe que j’ai retrouvée dans un hôtel de la capitale. Comme si la promo commençait, alors qu’il n’en était rien. Impressionnant !

Sa page Facebook officielle.

Son site officiel.

Pour écouter l’EP.

Mini biographie officielle :victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

Victoria Sio, chanteuse française d’origine italienne, se découvre très jeune une passion pour la musique. Découverte dans des projets conceptuels & collectifs (Le Roi Soleil, Les 3 Mousquetaires, générique de la série Heroes) Victoria est aujourd’hui et pour la première fois aux manettes de son propre projet qu’elle compose entièrement en collaboration avec l’artiste Mosimann (réalisateur / compositeur de l’album Mesdames de Grand Corps Malade, récompensé aux Victoires de la Musique). Récemment, elle a donné naissance à son premier EP, Tout est bon là. Avec un mélange de chanson française et d’électro, Victoria Sio apporte un vent de nouveauté sur la scène musicale française et signe le début d’une nouvelle étape dans sa carrière. À la fois percutant et enivrant, on s’immerge dans l’EP comme dans un slow-motion sur le monde qui nous entoure avec les émotions qui en découlent. Cet EP, c’est un cri du cœur sincère, celui d’une fille de 2022.

Parallèlement, elle est choisie pour être la voix chantée du film Aline (sortie mondiale, le 10 novembre dernier). Réalisé par Valérie Lemercier, le film, inspiré de la vie de Céline Dion, a été l’un des événements les plus attendus dans le monde du cinéma de l’année 2021.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

(Photos : Eliott Aubin)

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandorInterview :

Votre double promo, Aline et votre EP, me rappelle Balavoine quand il faisait la promo pour Starmania et son premier album, Le chanteur.

Si je pouvais avoir le petit doigt de pied de la carrière de Balavoine, je trouverais ça pas mal. J’adore ce chanteur. En ce moment, je me sens dans une espèce de schizophrénie. Un jour je mets mes baskets pour mon projet, un autre, je mets mes talons pour aller au Festival de Cannes pour Aline. J’adore ça parce que je ne me cantonne pas à un seul registre et ça me plait de le montrer.

Parlons d’abord de l’EP, Tout est bon là.victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

C’est mon premier vrai disque. Avant celui-ci, j’ai fait des albums, mais ce n’était pas mes compositions. Je chantais les mots et les musiques des autres. Le premier était entièrement composé par André Manoukian. Le deuxième, c’était un atelier d’écriture dans lequel il y avait notamment Tété et Emmanuel Moire… le tout réalisé par Pierre Jaconelli. Pour moi, Tout est bon là est mon premier disque. C’est la vraie naissance de mes bébés. J’ai tout composé et j’ai co-écrit sur certains titres.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandorQuand on entend la BO d’Aline et cet EP, on pourrait croire que ce n’est pas la même chanteuse. Plus précisément, ce n’est pas la même façon de chanter.

Les gens me connaissent avec des projets conceptuels dans lesquels on me demandait de donner de la voix. J’ai joué le jeu parce que ça fait partie de moi, mais je voulais qu’aujourd’hui, on me connaisse dans mon propre registre. Il y a une base de variété française, mais avec quelque chose de plus couillu, sanguin, moins chanté… avec un peu plus de personnalité. C’est un univers mélodieux avec une touche plus electro, ce qui a emmené le réalisateur Mosimann dans ce projet. Dans Aline, c’est vocalement plus technique.

Clip de "De belle à moche".

On sent dans cet EP, une jeune femme au caractère bien trempé. Vous vous montrez enfin tel que vous êtes ?

Quand on est chanteur, on a la possibilité de faire passer des messages ou des sous-lectures discrètes. Je ne suis pas quelqu’un qui a le poing levé. Je ne suis pas revendicatrice, mais j’ai la possibilité d’évoquer des sujets qui me tiennent à cœur, comme dans « Belle à moche ». Cette chanson parle du jugement physique. Je raconte comment, en un claquement de doigts, on peut être désirée dans le regard de l’autre et traitée de sale pute ou connasse, si on ne répond pas positivement aux sollicitations. Toutes les femmes ont vécu cela dans la rue. On devrait tous, femmes et hommes, se libérer de cet impératif de beauté et se moquer du jugement des autres.

Et vous dites quoi dans FMLP (acronyme de Foutez-moi la paix) ?

Cette chanson est née d’une journée pourrie que j’avais passé. Tout le monde m’avait saoulé. J’ai appelé mon amie et auteure Dobriski pour lui raconter cela et elle me répond qu’il en était de même pour elle. Elle a donc décidé d’écrire sur ce sujet que tout le monde a vécu mille et une fois. J’ai reçu beaucoup de message de personnes qui se retrouvaient dans cette chanson. Pour certaines personnes, c’est devenu leur cri du cœur.

Clip de "FMLP".

Dans Gaïa (c’est la Terre en grec), il est donc question d’écologie, mais avec un angle très original.

Gaïa, c’était aussi le nom de ma chienne, qui n’est plus là. A travers ses yeux, je raconte ce que font les humains de la planète. Cette chanson est née un jour où j’ai lancé une balle à ma chienne et qu’elle m’a ramené dans sa gueule quelque chose en plastique. Ça a été le déclic.

Vous faites ce métier depuis l’âge de 11 ans et soudain vous explosez grâce à la bonne fée Valérie Lemercier.

Les projets que j’ai faits ont toujours bien fonctionné. Les comédies musicales Le Roi Soleil, Les Trois Mousquetaires ont été des cartons. La chanson du générique de Heroes a été un gros succès aussi. J’ai eu de la chance, je n’ai jamais participé à aucun bide, mais à chaque fois, la star du projet, c’était le projet. Aujourd’hui, en faisant une analyse sur moi, j’ai compris que je me suis volontairement cachée derrière des projets collectifs parce que je n’étais pas encore prête. Je ne voulais pas être soliste. J’avais peur d’assumer seule un projet, j’avais peur qu’on ne m’aime pas, j’avais peur de l’abandon… A la trentaine, j’ai réalisé qu’il fallait que je franchisse le cap et que je me mette derrière un piano, une guitare, un ordi et que je crée ma propre musique. C’est ce que j’ai fait.

Cover de "Pour que tu m'aimes encore" par Victoria Sio sur RFM.

Et faire la voix de Céline Dion dans Aline, sans réellement faire sa voix, c’était compliqué ?

J’étais bien coachée par Valérie. Elle m’a bien expliqué comment apprivoiser la bête. Nous nous sommes attaquées à un monstre de la musique. Céline Dion est pour moi une des plus grandes chanteuses au monde. Les chansons qu’elle interprète sont dans le cœur des gens depuis des années.

Il ne fallait pas l’imiter.

Non, parce que de toute façon, je ne suis pas imitatrice. Il ne fallait pas trop en faire, mais réussir à l’évoquer. La difficulté principale était de trouver le juste milieu.

Vous chantez 16 chansons de Céline Dion, de son adolescence à aujourd’hui. Là encore, c’est une façon différente d’interpréter.

Il y a effectivement une vraie évolution vocale dans toutes les chansons. A 13 ans, elle a une voix un peu maladroite et nasillarde, elle roule encore les R. En trois mois, ça a été beaucoup de travail, mais je voulais que Valérie soit fière de moi. Parfois, j’ai refait des chansons 20 fois.

Aline. Une voix exceptionnelle avec Victoria Sio (making-of).

Quand vous avez vu le film pour la première fois, ça vous avez fait quoi ?

(Rires). C’était très étrange parce que je m’entendais, mais ce n’était pas mon enveloppe corporelle. Valérie, elle, se voyait, mais ce n’était pas sa voix. On se regardait pendant la projection. C’était très fort parce qu’on avait compris qu’on avait bien travaillé. Mon entourage qui était là aussi était très ému, ça m’a beaucoup rassuré.

Valérie Lemercier vous a mis beaucoup en avant pour ce film.

Elle le fait avec tous les comédiens, mais c’est vrai qu’elle m’a emmené partout. Elle n’était pas obligée de me demander de venir au Festival de Cannes ou sur le canapé de Michel Drucker. C’est une femme généreuse et bienveillante. Je ne cesserai de la remercier. Le coup de projecteur qu’elle me donne grâce à Aline donne un sacré coup de projecteur à mon projet personnel.

Le Live de C à Vous : Valérie Lemercier et Victoria Sio chantent "Je sais pas", le 5 novembre 2021.

Cet EP est, j’imagine, annonciateur d’un album ?

Oui. Il contiendra les 5 titres originaux de l’EP et d’autres sur lesquels je suis en train de travailler en ce moment.

Vous qui avez fait quelques comédies musicales, j’imagine que vous savez que Starmania revient à partir du 8 novembre 2022. Ça vous intéresserait d’y jouer un rôle ?

Oui, je suis au courant. On m’a proposé de participer aux auditions.

Je vous verrais bien dans le rôle de Sadia.

Et bien, ce n’est pas le rôle pour lequel j’ai été pressentie. C’est pour Marie-Jeanne. Céline Dion a chanté « Ziggy », « Les uns contre les autres »… il y a une suite logique. J’ai décliné parce que j’étais en plein Aline et sur mon EP. Je ne voulais pas me perdre.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor(Photo à gauche, Victoria Sio et Maurane à l'Olympia en 2012).

Vous avez une histoire personnelle avec ce rôle de Marie-Jeanne.

Oui. Il a été interprété par Maurane, puis par Réjane Perry qui étaient deux grandes amies à moi. J’ai toujours dit dans mes interviews que si je devais refaire une comédie musicale, ce serait Le Roi Soleil parce que cette expérience m’a marqué, soit Starmania pour rendre hommage à mes amies aujourd’hui disparues.

Maurane était quelqu’un de très sensible.

Moi aussi, je suis une hyper sensible. Un rôle pourrait me vampiriser comme ce fut le cas pour elle avec Marie-Jeanne. Heureusement, je suis bien entourée. Je sais que j’ai mes piliers et que je tracerai quoi qu’il arrive.

C’est difficile d’être une artiste aujourd’hui ?

Je suis contente parce que ça se passe positivement en ce moment. Je me prends des vagues d’amour et ça fait du bien. Quand tu fais ce métier, tu as forcément envie de toucher le cœur des gens, tu as forcément envie d’être connue, mais aussi d’être reconnue pour ton travail. Être artiste est une bataille constante. Les modes musicales changent, il faut donc être sans cesse à la page, voire précurseur. Aujourd’hui, chanter juste ne suffit plus. Il faut une histoire, un background. Il faut être un personnage, être looké, savoir gérer ses réseaux sociaux, son image…

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

Avec Victoria Sio, après l'interview à l'Idol Hôtel.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor