Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2021-10 | Page d'accueil | 2021-12 »

09 novembre 2021

Jean-Michel Fontaine : interview pour Le dictionnaire illustré des chansons de Jean-Jacques Goldman

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Le dictionnaire illustré des chansons de Jean-Jacques Goldman vient de sortir. En le lisant, un constat s’impose. Qui peut raconter au mieux les chansons de Goldman que le principal intéressé ? Ainsi, deux passionnés du chanteur (toujours numéro un dans le cœur des français), Alexandre Fievée et Jean-Michel Fontaine ont rassemblé une somme d’informations passionnantes et la plupart du temps, rares.

Pour en parler, j’ai rencontré l’un des deux auteurs, Jean-Michel Fontaine, le 11 octobre dernier (jour des 70 ans de Jean-Jacques Goldman), en terrasse d’un bar parisien.

Argumentaire de presse :

Pour fêter les 40 ans du premier succès de Jean-Jacques Goldman – Il suffira d’un signe – les auteurs ont choisi de rendre hommage à l’œuvre de l’artiste en racontant l’histoire de ses chansons.
Cette histoire est racontée par Jean-Jacques Goldman à travers 700 citations issues de plus de 400 archives papier, radio et télé.

103 chansons interprétées par l’artiste sont traitées dans cet ouvrage:

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Chaque chanson est illustrée par une photographie de Claude Gassian, qui collabore avec Jean-Jacques Goldman depuis 1985.
 
Marc Lumbroso (éditeur) et Erick Benzi (arrangeur), personnalités incontournables de la « famille » musicale de Jean-Jacques Goldman, apportent leur éclairage à travers des anecdotes liées à la naissance des chansons.

Les auteurs :

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandorAlexandre Fievée est avocat.
Le dictionnaire illustré des chansons de Jean-Jacques Goldman est le troisième livre consacré à l’artiste, après Fredericks Goldman Jones – De l’intérieur (Gründ, 2018) et Sur ses traces (Gründ, 2016).jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor
Il est également l’auteur du livre Coluche – Agitateur social (Gründ, 2020).

Jean-Michel Fontaine est directeur marketing d’une grande agence de marketing digital en Suisse.
Depuis 1997, il se consacre à Parler d’sa vie, le site web le plus complet consacré à Jean‑Jacques Goldman.
Ce dictionnaire est son premier livre.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandorInterview :

Pour moi tu es la référence sur tout ce qui concerne Jean-Jacques Goldman et ce, grâce à ton site Parler d’sa vie, dont tu t’occupes depuis 1997.

A 13 ans, lorsque j’ai découvert le clip de « Je marche seul » (juin 1985), ça a été un révélateur. Cette chanson a fait résonner en moi une situation de solitude que je ressentais. Ensuite, je me suis intéressé aux chansons antécédentes de Goldman et j’y ai entendu mon intimité. Il y a une phrase d’« Envole-moi » qui a changé ma vie c’est « à coup de livres, je franchirai tous ces murs ». Pour moi, fils d’ouvrier, c’était un signe… sans faire de jeu de mot avec un autre titre. Quand j’ai découvert Internet en décembre 1995, j’ai cherché ce qu’il y avait sur Goldman et je me suis aperçu qu’il n’y avait rien. Pendant 6 mois, je suis allé voir tous les sites de chanteurs, j’ai noté ce que j’aimais, ce que je n’aimais pas et surtout ce que j’aurais aimé trouver. Finalement, Parler d’sa vie est le site sur Jean-Jacques Goldman que j’aurais rêvé consulter à l’époque.

Ce qui était important pour toi, c’était le sens des chansons.

Très rapidement, j’ai mis en ligne ce qui a servi de base à ce livre. J’ai expliqué ce qu’a voulu dire Goldman dans ses chansons à travers ses propos dans la presse, à la radio ou à la télé.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Jean-Jacques Goldman et Jean-Michel Fontaine (Summum de Grenoble, 24 avril 1998).

Les citations du livre sont donc tirées en majorité de ton site.

Oui, mais Alexandre Fievée en avait aussi quelques-unes. Et j’ai aussi relu le livre de Fred Hidalgo sur Goldman, Confidentiel. C’est une des sources principales du livre. Avec Alexandre Fievée, on a fait une partie de ping-pong. S’il n’avait pas été là, il y aurait eu le double de citations. Il a su me convaincre du non intérêt de certaines, mais pas toujours car, pour moi, il y en avait des essentielles. Et pour lui, c’était la même chose. Nous avons lutté tous les deux pour imposer nos points de vue. Au final, je crois que nous avons trouvé le bon équilibre.

Je crois savoir que les deux pages sur « Tu manques » sont les plus importantes de ce livre. Pourquoi ?

Jean-Jacques a dit à deux reprises pour qui cette chanson était destinée. Ça a été l’occasion de traiter l’importance de son père. C’était essentiel d’évoquer cela.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Il y a 15 chansons où vous n’avez rien trouvé.

Sur 118 chansons, ce n’est pas beaucoup.

Qui a eu l’idée de ce livre ?

Alexandre Fievée. Il voulait faire ce livre avec moi, mais au début je n’étais pas très chaud. Je m’étais dit que si je devais écrire un livre sur Goldman, ce serait en mon nom propre. Et puis, j’ai fini par accepter parce que je connaissais le travail qu’il avait fait pour ses deux livres précédents sur ce même artiste. Nous avons convenu qu’il n’y aurait que des citations de Goldman, agrémentées de photos de Claude Gassian.

Gassian, la classe !

J’ai été super fier qu’il accepte rapidement. Quand on a fait notre première séance de travail avec lui, Alexandre et les gens de chez Gründ, il a été très à l’écoute. Il se demandait ce qu’il pouvait apporter comme photos que l’on ne connaissent pas déjà. Je lui ai répondu que nous ne voulions pas uniquement des clichés de Jean-Jacques, mais d’autres qui pourraient illustrer ses chansons. Pour « Des vies », la photo de l’immeuble prise dans je ne sais pas quel pays, est hyper parlante. Et derrière cela, j’espère que l’immeuble est encore debout et la femme que l’on voit, encore vivante. En règle générale, je trouve incroyable le pouvoir de suggestion de Claude Gassian, à travers ses photos.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Quand tu as eu le livre entre les mains, il y a eu de l’émotion ?

Déjà quand je l’ai eu en PDF pour les dernières corrections, c’était émouvant, mais quand je suis allé à Paris signer les premiers exemplaires pour les journalistes, ça m’a fait quelque chose. C’est un livre massif de 1 kilo 600 grammes sur du très beau papier. C’est un très bel objet dont je suis fier. Ça rend tangible tout ce que je fais depuis 36 ans. Il y a désormais une trace réelle et concrète de tout ce que j’ai écrit et archivé concernant Jean-Jacques Goldman pendant toutes ces années.

Avec Alexandre, vous rétablissez aussi certaines vérités.

Tu as raison. Par exemple, j’en avais marre d’entendre que « Tu manques », « Puisque tu pars » ou « Ton autre chemin » parlent du demi-frère de Jean-Jacques, Pierre Goldman. Non, il n’a jamais écrit sur lui. Parfois même, quand je cite Jean-Jacques Goldman, certains persistent à trouver des ambiguïtés. Non, il n’y a pas d’ambigüités !

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Goldman connait l’existence de cet ouvrage ?

Je pense. S’il pouvait me donner un retour sur ce livre, je conserverais cela très précieusement pour moi.

Tu regrettes qu’il ait arrêté sa carrière si tôt ?

Je suis partagé. Bien sûr, j’aurais aimé entendre de nouvelles chansons, mais au fond, il est préférable qu’il ait arrêté avant l’album de trop. 

Comment expliques-tu qu’il soit toujours le chanteur numéro 1 des français.

Je pense que c’est justement parce qu’il est absent. Ce qu’il a fait pour les Enfoirés y est aussi pour beaucoup. Les gens ont de la sympathie pour lui parce qu’il a écrit des chansons qui parlent à tout le monde. En fait, je connais très peu de personnes qui ne l’aiment pas.

Quels sont tes projets « livresques » ?

Dans mon idéal absolu, j’aimerais écrire 6 livres qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. Chacun consacré à un sujet qui est important dans ma vie… mais je ne t’en parlerai pas aujourd’hui.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Pendant l'interview... (photo : Alexandre Fievée)

Avec ce livre, ta crédibilité « goldmanienne » va te permettre d’écrire un tome 2.

Effectivement, j’aimerais sortir un livre sur les 178 chansons qu’il a écrit pour une soixantaine d’interprètes. La boucle serait ainsi bouclée.

Tu interviewerais les artistes tels que Patrick Fiori, Patricia Kaas, Céline Dion ou autre Julie Zenatti ?

J’ai deux axes. Soit refaire un travail d’archiviste, soit rencontrer ceux qui ont eu la chance d’avoir des chansons de Goldman dans leur répertoire. Je pense que le deuxième axe serait le plus intéressant.

Tu es très BCBG comme garçon.

(Rires). C’est une formule que j’ai inventée. Je suis très Balavoine, Cabrel, Berger, Goldman.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Le 11 octobre 2021 (photo : Alexandre Fievée).

05 novembre 2021

Stéphane Mondino : interview pour Sous les abat-jours du soleil

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interviewStéphane Mondino sort son sixième album, Sous les abat-jours du soleil. Tout simplement de la bonne variété comme on en fait beaucoup moins. Cet artiste est l’un de mes préférés. Je le suis et le soutiens depuis son premier album en 2004 (lire ses deux dernières mandorisations : En 2017 et en 2012).

J’ai rencontré une nouvelle fois Stéphane Mondino le 2 novembre 2021, quelques jours avant son concert aux Trois Baudets.

Sa page Facebook officielle.

Son site officiel.

Pour écouter l’album Sous les abat-jours du soleil.

Mini biographie officielle :

Né le 6 juin 1975 à Aubervilliers (93). Originaire d'une famille Italienne et Picarde. Fan de Daniel Balavoine, quitte les cours à 16 ans pour se consacrer à la musique.

Il participe aux Rencontres d'Astaffort en mars 2002 et se fait repérer par Francis Cabrel qui le signe sur son label Cargo. Deux albums naitront de cette collaboration : St-Lazare (2004) et Roll over (2007).

Mondino trace sa route avec plusieurs albums entre labels indépendants et autoproduction. Il reçoit de l'UNAC et la SACEM le prix du meilleur album autoproduit en 2013 pour l'album 1975 réalisé par Michel Françoise.

Il réalise également plusieurs clips pour divers artistes.

Son dernier album Sous les abat-jours du soleil, réalisé par Romain Roussoulière, est sorti le 1 octobre 2021.

Argumentaire de presse :stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

D’amour, il en est profondément question dans le nouvel album de Stéphane Mondino, tant le thème s’écrit en fil rouge de sous les abat-jours du soleil. Avec ce titre, le chanteur appuie d’ailleurs l’interrupteur d’une lumière tamisée qui va éclairer une exploration aussi intime que protéiforme. Déclaration d’amour limpide, la chanson d’ouverture éponyme ouvre ainsi les voies d’un registre beaucoup plus large : la violence dans le couple, la paternité, les rencontres virtuelles, la trace du temps, une histoire d’amour dans l’Histoire de la déportation, la fausse couche aussi... Même Uma Thurman, petit ovni au milieu de tout ça, parvient finalement à se raccrocher au fil conducteur sous les contours fantasmés de l’image de l’actrice américaine.

Album proche du cœur, sous les abat-jours du soleil marque aussi le souhait de Stéphane Mondino de « revenir à la chanson ».

Couleur bleu électrique, les chansons flottent comme les méduses, symbole gracieux des tentacules de l’amour, qui se baladent sur la pochette de l’album. Prêt pour la piqure ?

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interviewInterview :

A l’inverse de tes albums précédents, c’est au piano plutôt qu’à la guitare que tu as composé la majorité des morceaux.

C’est en effet assez nouveau pour moi. L’objectif était d’abord que les chansons puissent fonctionner autour d’un piano-voix.

Dans ce 6e album, tu retournes aux fondamentaux : la chanson.

Tout est parti d'une soirée en tournée sur le dernier album (Les rêves de Babylone). J'ai fait écouter à Romain Roussoulière une maquette, c'était la chanson « Sous les abat-jours du soleil ». Il a complètement craqué sur elle. J'ai enchainé en lui disant que j'aurais beaucoup aimé qu'il réalise l'album suivant, avec ce titre comme phare. Je n'avais pas de volonté pop, rock, folk mais l'envie de retrouver mes racines : la chanson française, avec la réalisation d'un jeune musicien de 27 ans. L'album est un voyage parfois mélancolique, dans l'intimité humaine. 

Je sais que lorsque tu commences un album, il faut que tu aies d’abord le titre, en l’occurrence, cette fois-ci, Sous les abat-jours du soleil.

Avoir un titre me met une ambiance et un concept qui peuvent parfois dévier. Mais, j’ai vraiment besoin d’avoir une base. Après il y a parfois des chansons qui s’imposent et qui n’ont rien à voir avec la direction que je comptais prendre. C’est la magie de la création.

Toutes les chansons qui composent ce nouveau disque sont-elles récentes ?

Cet album a été écrit sur plusieurs décennies. J’ai toujours 300 chansons d’avance. Si je pouvais, je ferais bien deux albums par an.

Je sais que dans tes textes, tu fais attention autant au sens qu’au son des mots.

Parfois le son me donne le sens. Je me dis rarement : « Tiens, je vais écrire une chanson sur tel thème ». C’est souvent l’inconscient qui parle. Je ne maîtrise pas toujours tout.

Dans « Orages », tu évoques la déportation, mais on ne le comprend pas forcément si on n’a pas lu le dossier de presse. En règle générale, il y a dans tes chansons plusieurs niveaux de lecture.

Parfois, les gens passent à côté de l’histoire que j’ai voulu raconter, mais finalement, ça me va. S’il y a un sens pour eux, je prends. Je n’aime pas les chansons trop frontales, celles qui expriment une histoire au premier degré.

En 2017, tu as eu une petite fille. Tu parles d’elle dans « Petit royaume ».

La chanson dit : « Neuf mois avant toi, j’étais roi d’un petit royaume, mon ego ». Je ne suis plus autocentré. Il y a plus important que moi et mes angoisses sont démultipliées. Tu ne dors plus de la même façon quand tu as un enfant.

Il y a aussi « Baby Blues ».

C’est une chanson miroir à « Petit royaume ». C’est une histoire de fausse-couche. Là encore, je ne peux pas en parler en utilisant le terme « fausse-couche ». C’est laid comme mot dans une chanson. De plus, quand un sujet me touche, je n’ai pas envie de l’aborder de manière pathos, je préfère poétiser le sujet.

Tu acceptes désormais d’être considéré comme un chanteur de variété.

A 45 ans, j’assume plus mes goûts qu’à 25. Mes potes de jeunesse écoutaient Nirvana, je ne pouvais pas dire que j’écoutais Berger et Balavoine. Pourtant un mec comme Balavoine s’est beaucoup battu pour ne pas avoir l’image d’un chanteur de « variétoche ». Il disait qu’il ne faisait pas du Sardou et c’était vrai. Il sortait de scène en sueur, comme un chanteur de rock.

A chaque fois que tu sors un album, je ne cesse de te dire que je ne comprends pas que tu ne fasses pas partie des chanteurs populaires d’aujourd’hui.

Ce que tu me dis là, je l’ai entendu une centaine de fois. Aujourd’hui, je me fais une raison, mais des gens comme Charles Talar m’ont fait beaucoup de mal pour des raisons que je ne vais pas expliquer. Pour résumer, certains ont cru en moi, mais ceux qui auraient dû m’élever m’ont plutôt descendu.

Je pense que tu n’as pas fait beaucoup de concessions.

Si des gens intelligents m’avaient parlé avec bienveillance, j’aurais suivi leurs conseils.

Tu as produit et financé ton nouveau disque et ton concert aux Trois Baudets toi-même.

Oui, mais je ne le ferai plus seul. Si personne ne s’intéresse à mon projet, je vais certainement arrêter de m’investir de cette manière. Je ne pourrai jamais arrêter de chanter, mais si les choses n'évoluent pas comme je le souhaite, je continuerai mes concerts de reprises et mes hommages à Daniel Balavoine. Je vis pour la musique. 

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

Avec Stéphane Mondino, le 2 novembre 2021, après l'interview. 

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview