Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2021-09 | Page d'accueil

05 octobre 2021

Eric Fouassier : interview pour Le bureau des affaires occultes

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Éric Fouassier est le frère d’un ami, lui aussi auteur, Luc-Michel Fouassier (je les avais d’ailleurs réunis tous les deux pour une mandorisation commune). J’ai appris à connaître Éric de salon du livre en salon du livre et d’interview en interview… Il a sorti juste avant l’été un roman historique mêlant politique, science, ésotérisme, le tout dans un Paris remarquablement décrit. Dans Le bureau des affaires occultes, Éric Fouassier nous embarque dans les grandes découvertes de la science et de la médecine. On peut même affirmer que ce roman est une source riche d’information sur les avancées médicales du XIXe siècle.

Pour évoquer ce livre en passe de devenir best-seller, Éric Fouassier m’a donné rendez-vous sur la terrasse d’une brasserie parisienne.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor4e de couverture :

Automne 1830, dans un Paris fiévreux encore sous le choc des Journées révolutionnaires de juillet, le gouvernement de Louis-Philippe, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.
Valentin Verne, jeune inspecteur du service des mœurs, est muté à la brigade de Sûreté fondée quelques années plus tôt par le fameux Vidocq. Il doit élucider une série de morts étranges susceptible de déstabiliser le régime.
Car la science qui progresse, mêlée à l’ésotérisme alors en vogue, inspire un nouveau type de criminalité. Féru de chimie et de médecine, cultivant un goût pour le mystérieux et l’irrationnel, Valentin Verne sait en décrypter les codes. Nommé par le préfet à la tête du « bureau des affaires occultes », un service spécial chargé de traquer ces malfaiteurs modernes, il va donner la preuve de ses extraordinaires compétences.eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor
Mais qui est vraiment ce policier solitaire, obsédé par la traque d’un criminel insaisissable connu sous le seul surnom du Vicaire ?
Qui se cache derrière ce visage angélique où perce parfois une férocité déroutante ?
Qui est le chasseur, qui est le gibier ?

Dans la lignée des grands détectives de l’Histoire, de Vidocq à Lecoq en passant par Nicolas le Floch, un nouveau héros est né.

Prix Maison de la Presse 2021

"LE roman historique de l'année. Vous ne le lâcherez pas.Gérard Collard - Le magazine de la santé

L’auteur : 

Après un doctorat en pharmacie puis un autre en droit, Éric Fouassier s’est spécialisé dans l’histoire de la médecine, qu’il enseigne à l’université. Passionné d’énigmes et de codes secrets, il est l’auteur de romans historiques. Le bureau des affaires occultes est le premier opus d’une série policière au héros récurrent : Valentin Verne.

Son site officiel.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandorInterview :

Tu as changé de maison d’édition. Tu es désormais chez Albin Michel. Ça change beaucoup de choses pour toi ?

Albin Michel a une sacrée force de frappe promotionnelle, ce n’est pas négligeable. Et puis, dès que je suis arrivé dans cette maison, j’ai senti un grand enthousiasme autour de mon livre. De plus, j’ai désormais une agente littéraire, Isabelle Laffont. Je l’ai connue quand elle était éditeur conseil chez JC Lattès, ma précédente maison (voir mandorisation là).

Je verrais bien ton nouveau livre, Le bureau des affaires occultes, en série sur Netflix ou sur une autre plateforme.

C’est marrant que tu dises ça parce que mes fils et leurs copains m’ont fait la réflexion suivante : « Génial ! On dirait une série Netflix ! » Moi, je t’avoue que je n’étais pas trop consommateur de séries sur les plateformes, mais du coup, je me suis mis à en regarder quelques-unes. Pas de séries policières, plutôt du fantastique. Ça m’a influencé dans mes écrits sur l’ambiance d’une grande ville du 19e siècle. Je voulais que dans mon roman, le Paris de 1930 devienne un personnage.

Tu es très fort pour captiver le lecteur. Un véritable « page turner ».

Par rapport à mes précédents polars historiques qui étaient plus « classiques », là, j’ai voulu greffer une intrigue qui soit beaucoup plus moderne, beaucoup plus en rapport avec celles des séries actuelles. Pour moi, Le bureau des affaires occultes n’est pas un roman policier historique, c’est plus un thriller historique.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Photo par un lecteur d'Eric Fouassier.

Pourquoi as-tu commencé à écrire des polars historiques ?

D’abord parce qu’à partir du moment où j’ai écrit ce genre littéraire, j’ai pu accéder à des maisons d’édition plus importantes. J’ai toujours aimé l’histoire et je me suis dit que ça allait me permettre de capitaliser sur mes compétences. A la fois l’histoire de la médecine et de la pharmacie. Je rappelle qu’au 19e siècle, un pharmacien est un homme de science. C’est dans les arrière-boutiques des officines que se sont faites les grandes découvertes en chimie. Mais ils ne se contentaient pas de cela. Par exemple, à la campagne, ce sont eux qui s’occupaient des feux d’artifice. Ce sont eux aussi qui sont intervenus au début de la photographie parce que c’était des problèmes de chimie. Ils étaient vraiment des touches à tout. Pour moi, écrire sur eux était une façon d’avoir une certaine légitimité puisque je suis spécialiste en la question (note de Mandor : Éric Fouassier donne notamment des cours de droit pharmaceutique à l’Université). J’ai remarqué qu’habituellement, lorsqu’il y a des personnages d’apothicaire dans des romans historiques, il y a des approximations. 

Même si tu es spécialiste de l’histoire de la médecine et de la pharmacie, as-tu tout de même appris des choses en écrivant cet ouvrage ?

Bien sûr ! En tant qu’auteur, j’apprends toujours pendant l’écriture d’un livre. Je passe au moins six mois à me documenter sur la période que je vais traiter. Egalement quand certains de mes personnages ont vraiment existé. Je fais en sorte qu’ils soient le plus proche de la réalité et je ne vais pas leur faire faire des choses qu’ils n’auraient jamais réalisé en leur temps.

C’est pour ça que ton public est très fidèle ? Ils savent la véracité systématique de ce que tu racontes ?

Sans doute. Certains lecteurs de polars historiques veulent apprendre l’histoire de manière ludique. Apprendre des choses sur le passé en se distrayant, quoi de plus agréable ?

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandorTu t’es inspiré de quoi pour créer ton bureau des affaires occultes ?

D’une série assez désuète sortie en 1970 sur la deuxième chaîne de l’ORTF, La brigade des maléfices. Elle m’avait marqué quand j’étais petit. Ça racontait l’histoire de l'inspecteur Paumier, chef de la brigade des maléfices chargé à la préfecture de police de Paris d'enquêter sur les affaires les plus insolites que la science policière échouait à résoudre. Avec Albert, son fidèle second, il poursuivait les malfaiteurs les plus inattendus : vampires, fées, fantômes et même une incarnation du diable. 

Qui est ton premier lecteur ?

Une première lectrice. Mon épouse. Elle ne s’attarde pas à la construction de l’intrigue, mais va corriger de petits détails.

Tu as écrit ce roman en combien de temps ?

Huit mois, sans compter le travail préparatoire.

Tu as reçu pour ce thriller historique le prix de La Maison de la Presse. J’imagine que tu es heureux…

Comme tu ne peux pas t’imaginer. Au début, le jury composé d’une trentaine de libraires de La Maison de la Presse avait sélectionné quatre-vingt-dix livres. Ensuite, il y a eu un écrémage pour n’en retenir que treize, puis six. Mon éditeur savait que mon roman avait soulevé beaucoup d’enthousiasme, mais rien n’était joué.

Ce qui est bien avec ce prix, c’est qu’il ne peut pas y avoir de triche. Pas d’accointances possibles avec les uns ou les autres puisque le jury est composé de beaucoup de libraires de toute la France.

Oui, ce sont de vrais lecteurs incorruptibles. Du coup, quand on gagne, on est fier.

Où étais-tu l’après-midi de la délibération ?

Comme je suis professeur d’université, j’y donnais des cours avec mon téléphone coupé parce que je présidais un jury de sélection pour un concours de Maître de conférences. Au milieu de l’après-midi, je constate que mon portable vibre sans cesse, mais je ne peux toujours pas décrocher. Je me disais que si j’avais perdu, ça ne se bousculerait pas pour m’appeler. Quand j’ai fini ce que j’avais à faire, j’ai vérifié les messages et c’était donc la bonne nouvelle.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Quand on a déjà quatorze livres à son actif, on doit être content d’avoir enfin un encouragement des professionnels, non ?

Je suis content pour moi, mais aussi pour les gens qui m’ont fait confiance, comme Isabelle Laffont et les gens de chez Albin Michel. Plus intimement, je suis aussi content pour mon frère, Luc-Michel, que tueric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor connais bien. Quand on avait 18-20 ans, on écrivait déjà. Je nous revois faire un petit film avec nos manuscrits pour essayer d’envoyer ça aux éditeurs afin de potentialiser le fait que deux jeunes frères écrivent… Luc-Michel est un super auteur. Il écrit des choses très différentes de moi et moins populaires, mais j’espère que je pourrai lui ouvrir des portes. Il mérite. Pour moi, il est un vrai écrivain. Pour Luc, l’histoire est un prétexte au style. J’ai adoré et j’ai été impressionné par son dernier roman Les pantoufles (mandorisation ici), mais l’histoire tient sur un timbre-poste. Moi, je suis plus romancier. Je mets le style au service de l’histoire. Quand on en parle entre nous, on aime bien cette différence écrivain/romancier. Finalement, tout cela est sans importance pour le lecteur.

Je sais qu’à la maison, les livres chez vous, c’était sacré.

C’était génial ! Nos parents, de très grands lecteurs, nous ont fait un cadeau exceptionnel en nous initiant très tôt à la lecture. Nous savions que si nous avions envie d’un livre, ils nous l’achèteraient.

Le nom de ton héros, Valentin Verne, n’est pas choisi au hasard, je présume.

Valentin, en référence au commissaire Paul Valentin dans les Brigades du Tigre et Verne, pour rendre hommage à Jules Verne. 

S’il n’y avait pas une obligation de fidéliser ton lectorat et de rassurer les professionnels, idéalement, tu aimerais écrire quoi d’autres ?

Je vais te répondre clairement. Ce serait un cycle de quatre ans : Un thriller historique, un polar contemporain, un roman littéraire catégorie « blanche » comme Luc-Michel et un recueil de nouvelles. Là, je serais le plus heureux des hommes.

Là, tu es plutôt parti pour sortir un Valentin Verne par an pendant un moment ?

Ça peut s’envisager ainsi, en effet, mais si le deuxième fonctionne aussi bien que le premier.

Aujourd’hui, tu te sens plus professeur d’université ou romancier ?

Honnêtement, ça commence à pencher vers romancier, même si j’ai encore six ans à donner des cours à l’Université.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Après l'interview, avec Eric Fouassier le 26 mai 2021 au café Le Rostand.