Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Katel : interview pour Mutants Merveilles | Page d'accueil | Jules et le vilain orchestra : interview pour Nos vrais visages »

05 juin 2021

Patxi: interview pour Patxi en basque

172962130_142433134549366_8524723934474394438_n.jpg

DSC_3447.JPGPatxi Garat, 39 ans, est de retour, plus de dix ans après son dernier album solo. Il a sorti le 28 mai dernier, un nouvel album, En basque pour lequel il a retravaillé et traduit des textes de célèbres chansons françaises et de toutes les générations comme « Ne me quitte pas » de Brel, « Allo Maman Bobo » de Souchon ou encore « la Grenade » de Clara Luciani. Il s'agissait pour Patxi de trouver le bon dosage pour séduire un public connaisseur de musique basque mais aussi permettre de faire découvrir cette langue à la France entière. Pari gagné!

Mais qui est Patxi? On le connait surtout pour sa participation à la Star Academy 3 et pour la moitié du premier album de Louane en tant qu’auteur compositeur. N'oublions pas « Tout me ramène à toi » de Roch Voisine ou encore le titre « De l’amour » pour le collectif Urgence Homophobie qui rassemble plus de 70 stars. 

Le 6 mai dernier, je l’ai mandorisé pour la 3e fois (là en 2006 ici, la seconde fois en 2010).

Sa page Facebook officielle.

Pour écouter le disque.

Mini biographie officielle :

Patxi Garat est un auteur, compositeur et interprète français né au Pays Basque en 1981.

Après un passage remarqué dans l’émission Star Academy en 2003, il signe sur le label indépendant Atmosphériques. Patxi y publiera deux albums S’embrasser et Amour Carabine ainsi qu’un EP Quitter la France. En 2013 il intègre la « Troupe à Palmade » en tant que comédien, et joue dans de nombreuses pièces de théâtre issues de cette compagnie ( L’entreprise en 2013, ou Le Miracle en 2017).

A partir de 2014, Patxi se met à écrire pour de nombreux artistes, notamment Louane pour laquelle il signe plusieurs chansons (dont Jour 1).

En 2021, il enregistre un album de reprises de chansons françaises en basque.

L’album par Patxi (photo: Suzanne):suzanne-patxi-jour2-026.jpeg

« Enfant, nous ne parlions que basque à la maison, à l’école, au village. Les seuls mots de français que j’entendais jaillissaient de la télévision ou de la radio. La langue française était une langue étrangère pour moi, la langue de la ville, du dehors. C’est la littérature, la poésie et la chanson qui me l’ont faite aimer et qui m’ont donné envie de devenir auteur et chanteur.

En quelque sorte, Gainsbourg, Souchon, Christophe, Brel, Brassens et tant d’autres, sont devenus mes professeurs. J’ai passé des heures et des heures dans ma chambre, des nuits entières même, à déchiffrer les partitions de guitare, à recopier consciencieusement les textes des chansons dans des cahiers, et à les chanter, à les chanter toujours.

C’est pendant le confinement, dans ce retour à soi, que j’ai commencé inconsciemment à chanter ces chansons -que j’ai toujours aimées, toujours chantées- à les chanter dans ma langue maternelle. Et c’est devenu une évidence. Cet album est un hommage aux chansons qui rythment ma vie, et les chanter en basque est une manière pour moi de les raccrocher à mes racines. »

DSC_3812.JPG

(Photo : Suzanne)

Interview :

Tu as appris la langue française sur le tard, je crois.

Je viens d’un petit village qui s’appelle Sare, à un quart d’heure de Saint-Jean-de-Luz. Jusqu’à 7 ans, nous parlions tous qu’en basque dans la famille et entre copains. A 10 ans, je suis allé dans une école basque, mais nous avions des cours de français. C’est ainsi que j’ai appris la langue.

Ta culture était uniquement basque à l’adolescence ?

Oui, on écoutait du rock basque. A l’époque, il n’y avait pas Internet, ni aucune radio qui ne soit pas basque. La culture populaire française, nous ne l’avions pas à portée. Bien sûr, les Brel, les Gainsbourg et les Souchon arrivaient jusqu’à nous. Mais Biolay et d’autres, je les ai connus bien après, en cherchant à faire ma propre culture.

SUZANNE_PATXI_JOUR1_012.JPG

(Photo : Suzanne)

Tu as commencé à lire de la littérature générale vers 8 ans.

J’ai beaucoup lu. C’était une passion absolue. Je voulais devenir écrivain, mais ça ne s’est pas passé comme ça. J’ai pourtant essayé plein de fois sans jamais tenter d’être publié. J’ai un problème avec ça, mais je suis encore jeune, il n’est pas exclu que j’y parvienne un jour. En tout cas, j’ai toujours eu l’amour des mots et de la langue.

C’est vers 15 ans que tu as décidé d’écrire des chansons.

Ecrire et chanter également. Je crois que ma fibre musicale vient des voyages en voiture avec ma famille. Nous écoutions des cassettes de chansons basques et on chantait tous ensemble. Au pays basque, c’est une tradition de chanter. A chaque repas, à l’église, partout, on n’y coupe pas.

Tu expliques dans ton dossier de presse que c’est pendant le premier confinement que tu as décidé de traduire des standards de la chanson française, d’hier et d’aujourd’hui, en langue basque.

C’est la mort de Christophe qui a tout déclenché. J’ai eu la chance de le côtoyer un peu, d’aller chez lui et de dîner avec lui. Mon acolyte, Benjamin Dantès, (c’est lui qui a enregistré et réalisé dans l’album « Egun 1 » (Jour 1)), était très intime de Christophe. Son départ m’a beaucoup touché. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais naturellement, j’ai pris ma guitare et j’ai chanté « Aline » en basque. C’était un peu comme si ma peine allait rechercher dans mes origines.

Du coup, j’imagine qu’une fois l’idée de faire un album conceptuel de cette nature, le choix des chansons a dû être compliqué.

J’ai choisi les chansons qui ont marqué mon enfance comme celle de Jacques Brel, « Ne me quitte pas » et celle de Gainsbourg qui m’a bouleversé, « Je suis venu te dire que je m’en vais ». Il y en a aussi des plus récentes que j’ai adorées comme « Comment est ta peine » de Benjamin Biolay, « La grenade » de Clara Luciani ou encore « Tout oublier » d’Angèle. Mais c’est « Caravane » de Raphael qui m’a incité à faire de la chanson. J’ai compris que je pouvais aller dans ce terrain-là et chanter moi aussi.

Tu as repris aussi « Jour 1 », l’une des chansons que tu as écrite et composée pour Louane. C’est un clin d’œil ?

Comme c’est un disque qui contient les chansons qui ont marqué ma vie, je ne pouvais pas faire l’impasse sur celle-là. Elle est importante pour ma construction d’auteur compositeur. Pour moi, professionnellement, il y a eu deux moments importants, la Star Ac 3 et le premier album de Louane.

Le 5 juin 2021, en live dans l'émission de Laurent Ruquier, On est en direct.

Avec ce disque, tu penses toucher qui ?

J’espère toucher les basques, mais pas seulement. C’est pour moi une porte d’entrée à la culture basque grâce à des mélodies que tout le monde connait. J’espère que même au fin fond de l’alsace, les gens vont se laisser guider par ma voix et par les paroles dont ils connaissent le sens. Je n’ai pas écrit cet album, mais pourtant, il me ressemble tellement. Je me reconnais dans toutes ces chansons.

Quand tu entends « Jour 1 » quelque part, tu ressens quoi ?

Je ressens un boomerang d’amour. Quand cette chanson passe au supermarché ou à la radio, c’est jubilatoire. Louane a sublimé cette chanson.

La réalisation de ton disque est signé Jean-Christophe Urbain, l’un des deux Innocents. Elle est très épurée.

L’idée était d’enregistrer un album en live. J’ai fait toutes mes voix en une prise. Je voulais un disque très acoustique qui nous ramenait à l’essence des chansons, tout en posant délicatement, avec élégance, la langue basque. Les arrangements de Jean-Christophe sont complexes, mais en fait, elles paraissent simples. Il n’y a pas plus compliqué que de faire simple…

Je sais que cet album est un disque intermédiaire. Le prochain est déjà en gestation ?

Oui, il va s’appeler Biarritz. J’ai hâte de le sortir en 2022.

Tu n’en as pas marre que l’on te parle de la Star Ac’ ?

Non, parce que ça devient culte. Nous ne sommes plus marqués au fer rouge parce que nous avons chacun nos expériences. Les dix premières années, c’était un peu plus lourd à porter, mais aujourd’hui, j’assume totalement parce que j’ai prouvé que j’étais capable d’évoluer positivement dans ce métier.

182520366_10159146564803674_2246955921179038462_n.jpg

Après l'interview, le 6 mai 2021.

Écrire un commentaire