Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cyril Adda : interview pour son premier album L'îlot | Page d'accueil | Valentin Vander : interview pour l'album Mon étrangère »

24 février 2020

22H22 : interview pour l'EP Tout tremble et rien ne bouge

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandor

(De gauche à droite, Yves et Pierre Le Coz)

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandorL’un est commissaire de police judiciaire (il a même été chef de la section opérationnelle de la BRI de Paris, la fameuse Brigade de recherche et d'intervention, communément appelée l’antigang), l’autre est prof de gym dans une ZEP (mais un prof à la Pennac, un prof qu’on n'oublie pas, un prof qui fait des films de danses avec ses élèves). Malgré leurs vies trépidantes, les frères Pierre et Yves Le Coz s’adonnent à la musique la nuit. Et pas en dilettante… ils le font sérieusement et passionnément. Ils jouent d’ailleurs très régulièrement au Café Quartier, rue de Charonne, leur fief (on y revient dans l’interview). Après un premier album il y a 6 ans, voici un nouvel EP, Tout tremble et rien ne bouge, contenant 6 titres avec aux arrangements Fred Jacquemin et au mix et à la production, Philippe Avril. De la très bonne variété à l'ancienne, mais moderne (ce qui n'est pas nécessairement paradoxal). Bijou.

Avec les frères Le Coz, nous nous sommes retrouvés dans une brasserie parisienne pour une première mandorisation…

Leur page Facebook officielle.

Pour écouter l’EP.

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandor

Biographie officielle (mais légèrement écourtée) :

L’un compose, écrit et interprète, nourri aux plus grands de la chanson française. Il fait de la scène depuis toujours. Quand il commence un concert en plein air avec vingt copains dans le public, il finit avec trois cent personnes galvanisées. Un mec de scène. L’autre crée des images qui ressemblent à la vie ou plutôt, il crée une vie qui donne de belles images. A eux deux, ils forment le groupe 22H22.

Après des années à s’inspirer mutuellement, ils font se répondre leurs créations qui signent un univers ultra singulier. Le premier a le crâne rasé, l’autre a les cheveux en pétard. Complémentaires on vous a dit. Et frère en plus de ça. Ça ne s’invente pas !

22H22 c’est un concentré de vie, de leurs vies et de celles des autres, de ces vies sans ligne droite. De l’amour, de l’intime, de l’humanité, de la mélancolie et de l’espoir, de la gravité et de la joie. Les créations de 22H22 sont libres et gavées d’amour, leur ton décalé et leur poésie urbaine. Sur scène et dans leurs vidéos, leur énergie et leur sincérité vous explosent à la gueule. Les paroles vous saisissent, les mélodies ne vous lâchent pas. Le terrain de jeux de 22H22 est la scène, la vraie, la généreuse, celle qui vous prend et vous fait tout oublier.

Ils ont suffisamment vécu pour ne faire que ce qu’ils aiment. Leur amour est contagieux et donne envie de rester dans leurs chansons, de vivre dans leurs images.

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandor

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandorInterview :

Comment votre histoire avec la musique a commencé ?

Pierre : La musique a toujours fait partie de ma vie, depuis tout petit. On a grandi entre le XXe et le XIe arrondissement de Paris. Pour te la faire courte, Yves et moi sommes devenus amis avec deux frangins kabyles qui tiennent un bar, le Café Quartier. On y joue depuis 15 ans avec guitare, basse, batterie.

Mais que fait Yves ?

Pierre : Comme toujours, il apporte des images, il projette des films, il habille la scène avec des lumières. Au départ, c’était mon projet, mais il est vite devenu indissociable de ma musique, tant sur scène que sur disque. C’est également lui qui fait les pochettes de disques, les affiches, les flyers, les clips…

Clip de "Tout tremble et rien ne bouge" filmé par Benoit Grimont.

Vous avez joué dans ce bar avec plein de musiciens différents, mais il y a 6 ans, il y a eu un tournant.

Pierre : Parce qu’il apprécie mon travail, je rencontre Philippe Avril, ingénieur du son du Studio Ferber. Nous avons très vite décidé de travailler ensemble dans la durée. Depuis ce temps, son apport est primordial, d’autant que le studio, ce n’est pas du tout mon truc. Pour moi, une chanson est faite pour être chantée sur scène et faire vibrer le public.

Ce qui est dingue, c’est que grâce à Philippe Avril, vous faites des concerts démentiels dans votre bar du XIe avec un son impeccable et des musiciens qui tournent avec les plus grands chanteurs français… C’est unique !

Pierre : C’est un truc de fou ! On a à la batterie Fred Jacquemin (Lavilliers, Sardou, Fugain, Sanseverino… et des grands noms du jazz), le guitariste Marco Papazian qui vient de finir la tournée de Renaud et le bassiste Vincent Perrot (Laurent Voulzy, Sylvie Vartan et Véronique Sanson…) et bien d’autres du même acabit.

Yves : Tous les gens qui viennent ressortent en ne croyant pas ce qu’ils viennent de voir. C’est le luxe total dans la cave d’un bar qui peut contenir une trentaine de personnes.

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandor

Pourquoi ces grands musiciens acceptent-ils de jouer avec vous ? Vous n’êtes pas connus et vous jouez dans un bar.

Yves : J’espère que c’est parce qu’ils croient au projet. Et puis, ils savent qu’ils jouent entre bons musiciens. Ils se sont donnés le mot. Il y a un endroit bizarre où il faut jouer (rires).

Pierre : Pour nous depuis quelques années, chaque concert, c’est la Coupe du Monde. On joue maintenant en ayant conscience que nous ne sommes pas des imposteurs. Pendant longtemps, nous nous sommes excusés de faire de la musique.

Clip de "Au clair de la lune".

Vous parliez du Studio Ferber tout à l’heure. Dans votre jeunesse, vous habitiez à côté. Et Higelin aussi. Je sais que Pierre l’a rencontré tout minot.

Pierre : Oui, j’avais 10 ans. Un jour j’ai frappé chez lui. Il m’a permis d’entrer. Quatre fois, je lui ai chanté des chansons que j’avais écrites.

Parlons de vos parents. Ils sont très importants par rapport aux choix de vos vies.

Pierre : Nous sommes fils de militants communistes, intellectuels. A la maison, les journaux que l’on trouvait étaient Télérama, Politis… Nos parents sont très élitistes.

Yves : Ils estiment que si tu n’es pas Mozart ou Picasso, il ne faut pas emmerder le monde avec sa vie artistique. Pour eux, ton rôle dans la vie, c’est de changer le monde.

Petite pression quand même, donc…

Yves : Nous avons fait nos métiers respectifs en ayant ça dans la tête, en essayant de les faire évoluer à notre façon. Quant à la musique, on prend notre temps pour y parvenir.

Pierre : Nous, on veut faire le Zénith un jour.

Yves : Je suis fan de musique depuis toujours, entre chansons françaises, un peu de variété et beaucoup de rock. Je sais que les chansons de Pierre sont de très bonnes chansons. Ma mission, c’est de les défendre et de l’accompagner.

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandor

(Pierre Le Coz, à Tarbes, au Pic d'Or 2014. Photo : Not)

Pierre, je t’ai vu au Pic d’Or en 2014, l’année du sacre de Radio Elvis. Tu chantais sous le nom de Le Coz.

Pierre : J’avais signé un premier album chez Discograph sous mon vrai nom. Au Pic d’Or, j’étais en plein divorce et je n’avais pas la tête à faire un tremplin. Je suis arrivé en demi-finale. Je me souviens avoir discuté avec Stéphanie Berrebi de FrancoFans. Je l’avais félicité pour son journal. Ce qu’ils font pour la chanson française me rendait admiratif. L’énergie qu’ils ont à la défendre, c’est du vrai militantisme, du vrai combat politique artistique.

Ce que j’aime dans la musique de 22h22, ce sont les mélodies. Elles sont imparables.

Yves : Pierre en a plein. Il est extrêmement doué pour ça.

Je crois savoir, Pierre, que tu as beaucoup écouté de la variété française.

Pierre : J’ai mon jardin secret : Berger, Sanson et Goldman.

Yves : Avec Pierre, on a en point commun Higelin, Renaud, Souchon, Aubert et Téléphone.

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandor

Pendant l'interview.

Pierre, j’aime beaucoup ta voix. Parfois, elle est un peu raillée. Tu la travailles ?

Pierre : Je prends des cours avec un coach pour masquer tous mes défauts. En live, j’ai tendance à tout envoyer. J’apprends à maîtriser ma voix.

A l’époque où tu étais le chef de la BRI, que pensait ton équipe en te voyant danser et chanter sur des chansons d’amour ?

Pierre : Déjà quand tu arrives en tant que chef dans des services avec des gens aussi pointus et aussi forts, tu as un problème de légitimité. Mais si en plus, des membres de l’équipe t’ont vu dans ta vie d’artiste, ce n’est pas toujours évident (rires).

L’écriture pour toi, Pierre, c’est facile ?

Pierre : De moins en moins. J’arrive à un moment de ma vie où je n’arrive pas à trouver l’angle pour le raconter. Je me suis séparé de la mère de mes enfants. Je me suis remarié et je suis merveilleusement heureux. J’ai désormais une approche beaucoup moins naïve de l’amour, du coup, écrire quelque chose là-dessus, j’ai encore un peu de mal. Je n’ai pas trouvé la bonne dimension…

Yves : Mais quand ça va sortir, ça va faire mal.

pierre le coz,yves le cos,22h22,interview,tout tremble et rien ne bouge,mandor

Après l'interview.

Commentaires

JTBCOMJTMLALILALA.Pour le père Lachaise on verra +tard!

Écrit par : ATL | 28 février 2020

Les commentaires sont fermés.