Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2019-11-10 | Page d'accueil | 2019-11-22 »

17 novembre 2019

Mathieu Saïkaly : interview pour Quatre murs blancs

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

(Photos : Aline Deschamps)

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorDans le deuxième album de Mathieu Saïkaly, Quatre murs blancs, « l’artiste questionne la place des illusions dans une vie et dans les relations, la recherche de la vérité, la confrontation avec les autres et avec soi-même. Un peu à la manière de tableaux. Son écriture est influencée par le courant impressionniste. Le plus important pour lui est de saisir la subtilité d’une émotion, d’une pensée ou d’une situation, plutôt que de raconter une histoire avec un début, un milieu, une fin. » Voilà ce qu’on apprend du dossier de presse. Le site indiemusic a poussé encore plus loin l’analyse : « L’histoire sous-jacente de Quatre murs blancs est celle d’un isolement volontaire. Celui, concret, de l’artiste face au doute, aux repères de plus en plus indéfinis de la communication grâce à l’art, pouvant rapidement conduire au déséquilibre moral. Mais plus que tout, celui, intérieur, de la solitude propice à la création, tandis que l’on s’éloigne du genre humain pour mieux se confronter à ses propres capacités. » Pas mieux.

L’album (que vous pouvez écouter ici) m’a transporté du début à la fin et m’a fait me questionner sur ma propre existence.

Le 21 octobre, j’ai donné rendez-vous à ce jeune homme qui m’intrigue depuis longtemps et je n’ai pas été déçu du voyage. Il a été souvent intérieur, donc pas toujours facile à décrypter. C’est aussi le charme de mon métier...

Sa page Facebook.

Biographie officielle :mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Mathieu Saïkaly est né le 8 mars 1993 à Avon (77) d’un père libanais et d’une mère française née de parents italiens. Il passe sa jeunesse en région parisienne mais aussi en Chine lors de l’adolescence, avant de revenir en Île-de-France.

C’est à 9 ans qu’il commence la guitare. Dès 2010, Mathieu Saïkaly lance sa chaîne YouTube, MathPlup (cette chaîne aujourd’hui compte plus de 30 000 abonnés). Il y poste des reprises, des compositions et quelques expérimentations musicales.

En 2013, après une licence d’anglais, il décide de « prendre un an pour la musique », en parallèle il continue de prendre des cours d’Art Dramatique au conservatoire du 20e arrondissement.

Sur les conseils de ses amis, il décide de s’inscrire à la Nouvelle Star. Il remporte l’émission en février 2014 et signe chez Polydor / Universal.

D’août 2014 à juin 2015, il participe et conçoit avec l’écrivain Nicolas Rey une chronique hebdomadaire de 10 minutes sur France Inter dans l'émission de Pascale Clark, A'live sous le nom Les Garçons Manqués. Nicolas lit des extraits de textes, de lui-même ou de différents auteurs, et Mathieu Saïkaly chante des extraits de chansons : ils alternent à la manière d’un ping-pong.

En juillet 2016, Mathieu Saïkaly incarne un petit rôle dans le film, Jusqu’à la garde, de Xavier Legrand, sorti en Février 2018.

D’octobre 2014 à février 2017, Les Garçons Manqués interprètent un premier spectacle intitulé Et vivre était sublime. Ce spectacle remporte le Prix du public Avignon Off 2015 dans la catégorie « conte, poésie, lecture ».
Depuis mars 2017, ils jouent un deuxième spectacle des Garçons Manqués, Des Nouvelles De l’Amour.

Il sort son premier album en août 2015 intitulé A Million Particles qui cumule aujourd’hui plus de 4 millions d’écoutes sur Spotify.

En 2016, il quitte Polydor pour fonder son propre label Double Oxalis afin d’enregistrer son nouvel album Quatre Murs Blancs (L’autre Distribution / Idol).

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorLe disque (argumentaire de presse officiel):

Quatre murs blancs est un parcours d’indépendant pour Mathieu Saïkaly. À 23 ans, un an après la sortie de son premier album chez Polydor / Universal, le jeune parisien prend la décision de poursuivre son aventure sur son propre label, Double Oxalis, seul garant de son intégrité artistique. De cet engagement personnel lui vient en composant, l’idée d’un album en deux phases : le premier chapitre sera en français, le second en anglais.

Touche-à-tout insatiable aperçu à la radio, au théâtre (Les garçons manqués avec Nicolas Rey), à la télévision et au cinéma, le doux poète Saïkaly aime à peindre les émotions parfois complexes de l’humain à travers ses propres spectres. Ses douze titres qui touchent aux émotions universelles, traversées de joie, de peur, de doute et de courage en sont la preuve. Transpercé par la question universelle de l’amour autant que par la quête d’une vérité essentielle, Saïkaly se met à nu dans cet exercice courageux et salutaire, à l’instar de sa pochette le dévoilant de dos, au milieu d’une pièce minimaliste, apaisante et minérale.

Ce second album traduit une renaissance, un retour à l'essentiel, la promesse d’un voyage et d’une ouverture non plus vers soi mais au monde. Avec Quatre murs blancs, Saïkaly va de l’avant et vogue vers son futur. Un projet entier, empreint de poésie, de douceur, de sagesse et d’une quête de vérité enfin comblée.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

(Photo : Aline Deschamps)

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorInterview :

Quitter un gros label pour monter le sien plus « discret », c’est un sacré risque, non ?

Au début, il y a le plaisir de l’idée, mais quand tu commences à mettre les mains dans le cambouis, c’est là que tu mesures l’ampleur du projet. C’est du travail qui ne comprend plus uniquement la musique. Il y a aussi beaucoup d’administratifs. De plus, j’ai beaucoup investi dans le label. Je n’ai fait que ça d’ailleurs. Dans 6 mois, je te dirai si j’ai bien fait ou pas (rires).

Ton label s’appelle Double Oxalis. Après quelques recherches, j’ai découvert qu’un Oxalis est une plante qui ressemble à un trèfle. C’est pour te porter bonheur ?

Je ne l’ai pas fait exprès, mais c’est peut-être inconscient.

Ces dernières années, est-ce que l’on peut dire que tu as un peu ramé ?

En 2016, ça a été un peu chaotique chez Polydor. Quand Vincent Bolloré a repris la tête de Vivendi, (Universal appartient à ce grand groupe), il y a eu de nombreux changements d’équipes. Mon directeur artistique, grâce à qui j’avais pu faire mon premier album, a été licencié à ce moment-là. Il était pourtant formidable. Pendant un an, pour moi, ça a été marécageux. Je ne savais plus pourquoi j’étais là. A un moment, on a décidé d’arrêter parce que je ne faisais plus partie de leur « politique ». Même s’il n’y avait pas de problèmes majeurs entre nous, nos états d’esprits n’étaient pas très compatibles.

Clip de "Jeux d'ombres", extrait de l'album Quatre murs blancs

Qu’est ce qui fait l’originalité de tes chansons ?

J’essaie de rester sincère au maximum. Je recherche et explore sans cesse. Je ne reste jamais dans quelque chose qui a déjà été fait. Je ne veux mettre aucune barrière. Juste, je mets à plat ce que je ressens et je construis autour de ça.

Tu veux donc que ça parte toujours de quelque chose qui soit véridique.

Oui, il faut que l’émotion que j’avais à la base ne soit pas amoindrie par le processus de construction de la chanson jusqu’à son aboutissement. Dans ce chemin, il y a plein de pièges dans lequel tu peux tomber. Le passage en studio en est un. J’essaie de conserver l’émotion le plus possible.

Pour cela, il faut savoir s’entourer ?

Il faut bien choisir son entourage professionnel. C’est très important d’avoir une pleine confiance envers les gens avec lesquels tu travailles. Leurs propositions peuvent déclencher quelque chose en moi qui me fasse réfléchir.

Clip de "Je ne me souviens de rien", extrait de l'album Quatre murs blancs

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorIl y a deux visages chez Saïkali ?

J’ai différentes faces dans mon expression artistique. Comme mon projet avec l’écrivain Nicolas Rey, Les Garçons Manqués, le prouve. Je fais des reprises très joyeuses et spontanées et parfois très profondes et intimes. Je prends beaucoup de plaisir à explorer ces deux aspects-là de ma personnalité.

Dans ton disque Quatre murs blancs, c’est la deuxième face qui est mise en avant.

Dans ma vie, il y a eu différents drames qui se sont enchaînés, donc, mes textes ont été largement influencés par ce que je vivais.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Nicolas Rey et Mathieu Saïkaly, Les Garçons Manqués. 

Ce disque est une renaissance ?

Renaissance est le mot juste. C’est vraiment ça. J’ai aperçu un horizon et j’ai décidé de m’en approcher au maximum. Avant je parlais de tout sans vraiment synthétiser ce que je voulais dire. Ca partait dans tous les sens. Dans ce disque, en termes de musique et de texte, j’ai eu moins peur de me montrer et j’ai su comment m’abandonner. Du coup, c’est moi à 100%.

Les chansons ont été écrites de 2016 à fin 2017. Tu es déjà passé à autre chose dans ta tête ?

Je t’avoue que je ne suis plus du tout dans le même état d’esprit, mais c’est facile de me remettre dedans pour la scène ou la promo. Dès que j’en reparle, l’histoire revient et je ne fais pas semblant.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorTu t’es mis à nu, non seulement dans tes textes, mais aussi sur la pochette. Ce n’est pas innocent.

J’avais cette image de moi en tête depuis longtemps et j’ai fini par assumer le truc. Je suis nu et je propose de me mettre à nu dans mes textes. Ça se tient. Dans ce nouveau disque, je m’interroge sur ce qu’est la nature d’une vérité. Quelle la profondeur d’une vérité ? Comment cette profondeur s’exprime ? Peut-elle être pure ? Peut-on détacher la vérité des illusions ? Les zones d’ombres que l’on a en soi, peuvent-elles devenir pures ? J’évoque le cœur humain avec toutes ses contradictions et ses paradoxes.

Ta musique et tes textes sont exigeants, mais abordables. C’est rare.

J’espère même qu’ils sont populaires. S’il y a une vraie recherche, je t’assure qu’on n’a pas besoin d’avoir une culture incroyable pour écouter mes chansons. J’ai fait en sorte de toucher au cœur et à l’âme.

Ta voix n’est pas forcément mise en avant. Elle est presque au même niveau que la musique.

C’est volontaire. En France, culturellement, la voix est mise en avant. Dans la musicalité que j’ai explorée, je voulais qu’elles ne soient pas ensemble. Je ne veux pas que l’on s’attache spécialement aux paroles, mais à l’ensemble de la musique. Quand la compréhension n’est pas directe, c’est l’émotion qui ressort avant tout.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu chantes en français, en anglais et parfois dans les deux langues dans la même chanson.

Je ne suis pas allé chercher les mêmes émotions en anglais qu’en français. Ce sont deux chapitres différents.

Tu parles anglais depuis l’âge de 6 ans.

Mon père est libanais. Ses frères et sœurs sont allés aux Etats-Unis au moment de la guerre, du coup, je parle en anglais à mes cousins qui sont nés là-bas. C’est aussi une langue que j’ai étudié à la fac. La littérature, je l’ai abordé en lisant des livres en anglais. J’ai une passion absolue pour cette langue.

Clip de "Mama oh I swear", extrait de l'album Quatre murs blancs

Mais tu as lu aussi des classiques en français ? mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor (Photo à droite : José Cañavate Comellas)

Oui, évidemment. J’ai lu Camus, Céline, Albert Cohen en français.

Comme Bertrand Belin ou Dominique A, tu n’as pas envie d’écrire un roman ?

C’est marrant que tu me parles de ça, parce que j’en ai parlé récemment à Nicolas Rey. J’ai écrit une nouvelle. C’est quelque chose qui m’intéresse à fond, mais je n’ose pas m’y plonger complètement. Avec une chanson, il faut exprimer beaucoup avec peu de mots, et avec un livre, tu peux passer quatre pages sur un détail. C’est l’exact opposé. J’adore, mais je ne sais pas si j’en serais capable. Il m’arrive d’écrire sans contrainte d’espace, mais il faut que j’y travaille encore.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Après l'interview, le 21 octobre 2019.