Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Eric Genetet : interview pour Un bonheur sans pitié | Page d'accueil | Les Francofolies de la Rochelle 2019 (2) : interview Gainsbourg for Kids »

11 juillet 2019

Les Francofolies de La Rochelle 2019 (1) : Conférence de presse d'Angèle

angèle,interview,francofolies de la rochelle

(Photo après la conférence de presse: Sébastien Acker)

Les FrancoFolies de La Rochelle 2019, c’est parti ! Pour connaitre la programmation, allez faire un tour ici.

Comme l’année dernière, je vous proposerai au quotidien des interviews d’artistes.

La première, c’est Angèle qui s’est produite hier soir sur la scène Jean-Louis Foulquier. Bon, ce n’est pas une interview en face à face (son succès est tel que les demandes étaient gigantesques), mais une conférence de presse. Un exercice journalistique auquel je n’aime pas m’adonner… sauf quand je n’ai pas le choix. Angèle ne donnera plus d’interviews avant pas mal de temps, elle lève le pied sur la promotion (elle a beaucoup donné depuis un an), il est donc intéressant d’écouter ses propos post silence.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

(Photo après la conférence de presse: Mandor)

Florilège de quelques questions.

Il s’est passé beaucoup de choses pour vous en un an. Comment avez-vous vécu cette année ?

Super bien. Il y a eu plein de rebondissements. Il y a eu la finition de l’album, le mixage, le mastering ensuite l’album est sorti. A la suite de cela il y a eu une grosse phase où j’étais très présente dans les médias et, en parallèle, il y a eu la préparation de la tournée des SMAC et des Zénith. Je n’ai pas arrêté.

Vous êtes une des nouvelles voix de votre génération, comprenez-vous ce qui plait dans vos chansons aux jeunes d’aujourd’hui ?

Peut-être qu’ils se sentent compris ? Comme je parle de moi, je parle de ma génération, donc certaines jeunes se reconnaissent dans mes chansons.

Et personnellement ?

Ça a été très positif et très intense.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier

C’est quoi pour vous, être chanteuse ?

C’est un métier qui demande énormément d’implications à plein de niveau. Ça peut paraitre idiot, mais pour moi, être chanteuse c’est chanter des chansons que j’ai écrites. C’est un réel exutoire de ressentir des choses et de pouvoir ensuite les exprimer en chanson. Dans la vraie vie, j’ai du mal à exprimer ce que je ressens.

L’année dernière vous étiez aux Francos au théâtre Verdière, une salle fermée, cette année c’est la grande scène mythique Jean-Louis Foulquier. Quelle évolution !

Je trouve ça agréable. On parle de mon évolution en me disant « Ça va, tu tiens le coup ? », comme si, vraiment, j’avais un métier très dur. Il ne faut jamais oublier que c’est un métier que j’aime, que j’ai choisi et que je suis très chanceuse d’exercer. Là où ça peut être difficile, c’est la fatigue physique. Elle peut avoir un impact sur la fatigue mentale. Être constamment comme ça, avec des micros autour de moi et des gens qui m’écoutent, ça me donne l’impression de devoir dire uniquement des choses très intelligentes… et je n’ai pas toujours des choses intelligentes à dire. Etre tout le temps sur scène, ça demande d’être tout le temps en forme et je ne suis pas tout le temps en forme. Quand je marche dans la rue, ça impliquerait que je sois tout le temps souriante avec les gens, et je ne le suis pas tout le temps non plus. Le gros succès est un peu déshumanisant. On attend d’un artiste qu’il soit en permanence apte à faire son métier alors qu’on devrait être en représentation uniquement quand on est sur scène.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier.

Il est compliqué de rester un être humain normal ?

Oui, c’est ça qui est le plus dur à gérer. J’essaie de ne pas m’en plaindre parce que mon succès me fait vivre des moments intenses.

Dans votre chanson « Flou », vous vous interrogez sur la notoriété. Est-ce qu’un an plus tard, c’est toujours aussi flou ?

C’est toujours aussi fou, mais un peu moins flou. Il y a plus d’information à intégrer. Je suis mieux entourée qu’il y a un an. Il n’y a autour de moi que des gens bienveillants et agréables, avec qui je peux partager tous ses moments que je traverse.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier

Malgré le succès phénoménal, continuez-vous à vous sentir illégitime ?

J’avance dans la quête de la légitimité. Je crois que je l’ai trouvé, c’est bon. Si j’en suis arrivée là, c’est que j’ai beaucoup travaillé pour. A force de parler de ma famille, ça m’a fait croire que tout ce qui m’arrivait était dû à leur existence et à leur présence. Je réalise aujourd’hui que ce qui m’a vraiment aidé, c’est d’avoir des parents qui m’ont soutenu psychologiquement. Tout est arrivé tellement vite que je n’ai pas eu le temps d’analyser ce qui me tombait dessus.

Pensez-vous déjà à la suite, à votre prochain album ?

Non, je ne pense pas à un prochain album, mais je ne peux pas m’empêcher d’écrire. Il y a encore des trucs qui se passent dans ma vie dont j’ai besoin de parler. C’est comme ça que je procède. Quand des évènements m’arrivent, positifs ou négatifs, quand des questions s’imposent en moi, en général, ça fini en chansons. Je ne sais pas ce que j’en ferai parce que si c’est trop personnel, peut-être que je ne les partagerai pas.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier.

Écrire un commentaire