Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2019-07-07 | Page d'accueil | 2019-07-09 »

08 juillet 2019

Arnaud Dudek : interview pour Laisser une trace

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

(Photo : Baudouin)

Dans son 6e roman, Laisser des traces (son premier livre chez Anne Carrière), Arnaud Dudek nous charme et nous étonne encore une fois.

A travers le regard d’un maire d’une ville fictive (mais tellement réelle), l’auteur s’interroge et interroge le lecteur sur l’action politique au sens noble et moins noble du terme, sur l’inutilité de certaines actions menées, sur l’intérêt d’être le premier édile de la ville si c’est pour perdre son âme... Tout cela évoqué sans cruauté, mais avec lucidité et (oui, oui) tendresse. C’est bien là l’exploit d’Arnaud Dudek : trouver un sujet qui pourrait éventuellement sembler rébarbatif (la vie d’une mairie, quoi !), et le rendre humain, terriblement humain. Passionnant, terriblement passionnant. Je pourrais dire aussi que j’ai beaucoup appris sur les rouages parfois complexes d’une municipalité, mais j’aurais peur d’être trop réducteur (et pourtant, c’est sacrément intéressant).

J’ai déjà mandorisé Arnaud Dudek en 2013 pour son deuxième livre Les Fuyants, en 2015 pour son troisième, Une plage au pôle Nord et pour son cinquième, Tant bien que mal l’année dernière, tous chez Alma Editeur.

Le 3 juillet dernier, il m’a donné rendez-vous près de La Bibliothèque François Mitterrand pour une nouvelle conversation.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeArgumentaire de presse :

Mais qui est donc Emma Nizan, cette jeune femme qui cherche à rencontrer le maire fraîchement élu de Nevilly ? On ne le sait pas, puisque Maxime Ronet s’efforce, bien malgré lui, de reporter ce rendez-vous. Une fois, deux fois, trois fois… Le jeune Ronet espère faire de la politique autrement, il veut bouger les lignes, être disponible pour chacun de ses administrés… Mais la gestion quotidienne de sa commune de 59 629 habitants et de 86 millions d’euros de dépenses annuelles de fonctionnement va lui faire perdre de vue la raison de son engagement. La rencontre ratée avec Emma Nizan vient le rappeler à l’ordre…

Dans le style qui le caractérise depuis son premier roman (Rester Sage, Alma 2012) – chapitres aussi courts que ses phrases – et avec la légèreté de celui qui ne se prend pas au sérieux, Arnaud Dudek aborde des sujets au plus près du quotidien, et raconte les gens ordinaires avec tendresse et bienveillance par petites touches, le sourire en coin.

L’auteur : arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Arnaud Dudek vit et travaille à Paris. Selon des sources concordantes, ce garçon discret serait né à Nancy, en 1979. Dans ses nouvelles (pour la revue littéraire Les Refusés ou pour Décapage) et dans ses romans (la plupart publiés chez Alma), il raconte les gens ordinaires avec humour et tendresse. Son premier roman, Rester sage (2012) a fait partie de la sélection finale du Goncourt du premier roman et a été adapté au théâtre par la Compagnie Oculus. Le second, Les fuyants (2013), a été sélectionné pour le prix des lycéens et apprentis de Bourgogne. Le troisième, Une plage au pôle Nord (2015) est traduit en allemand. Viennent ensuite Les vérités provisoires (2017) et Tant bien que mal (2018). Laisser des traces (2019) est son 6e roman.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeInterview :

Laisser des traces n’est pas un roman aussi « dudekien » que d’habitude.

Justement, il était temps que je sorte de ma zone de confort au profit d’une nouvelle méthode de travail. J’avais envie de changer de mes personnages d’hommes habituels : les doux rêveurs, les antihéros et les gens cabossés. Là, j’emprunte une autre voie en consacrant un livre à une personnalité plus forte. Pour se faire, j’ai décidé de creuser l’échelon local de la politique.

Dans la littérature ou dans les séries, les maires sont souvent arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmecaricaturés.

Oui, je sais bien. Don Camillon contre Peppone par exemple. Les maires sont souvent en arrière-plan ou en sujets humoristiques, comme dans la série de TF1 Père et maire. Dans les séries dites « sérieuses », on est toujours sous les ors de la République. C’est de la politique fiction au niveau présidentielle… Du coup, mettre en avant un maire me paraissait intéressant à raconter. J’ai essayé d’être le plus réaliste possible sans être trop lié par le quotidien.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeCa a impliqué que tu te documentes.

Je me suis documenté avec des revues spécialisées comme « Le courrier des maires » et « Edile ». J’ai regardé aussi pas mal de documentaires. J’ai obtenu des rendez-vous avec des élus. J’ai interrogé quelques maires par mails et en ai rencontré plusieurs en face à face, dont un député qui m’a consacré pas mal de temps.

Tu n’as pas été victime de langue de bois ?

Pour éviter le vernis politique, j’ai posé quelques questions naïves et ça m’a permis d’avoir des réponses sincères. J’ai réussi à obtenir quelques confessions sur le pourquoi du comment de l’engagement et sur l’organisation d’une mairie.

T’es-tu servi des réseaux sociaux ?

Oui, parce qu’il y a beaucoup d’élus qui sont connectés. Il y un compte Twitter qui est pas mal suivi, Petit maire. Il est moins présent sur le réseau en ce moment, mais il racontait le quotidien d’une mairie rurale. J'ai appris beaucoup.

Après, tu as fait le tri des informations emmagasinées ?

C’est exactement ça. Je n’avais pas vocation à écrire un documentaire, mais il fallait poser l’action et raconter une histoire. C’était la deuxième étape et pas forcément la plus facile. L’angle de l’engagement me paraissait intéressant. Pourquoi fait-on de la politique ? Quelle trace veut-on laisser dans le quotidien des gens ? Là, comme on est sur l’échelon local : crèches, aides au quotidien, relogements, migrants… avec un budget souvent limité et le poids de l’intercommunalité qui s’ajoute à cela, fort décrié par de nombreux maires.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Tu portes ce projet en toi depuis quand même quelques années, je crois.

J’ai toujours été passionné par la politique. Même gamin, je suivais les débats et les émissions politiques.

C’est peut-être une question d’éducation ?

Mes parents non jamais été militants, même si le vote a toujours été très important. Ni eux, ni moi n’ont séché une élection. Le devoir démocratique a toujours été important dans la famille.

Plutôt une famille de gauche ?

Oui, mais déçue par le socialisme d’aujourd’hui, cela va sans dire.

Tu as même tâté du syndicalisme étudiant quand tu étais à la Fac.

Oui, mais ça n’a pas duré très longtemps. La façon dont les choses étaient faites ne m’a pas convaincu. On était déjà dans du bourrage d’urnes. J’ai assisté à de la triche, ça m’a vite dégoûté.

Donc, c’est un sujet qui te tenait à cœur depuis longtemps.

Oui, d’ailleurs, il y a toujours eu un fond politique dans mes romans, mais ça n’a jamais pris le premier plan.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

En lisant ton livre, je me suis dit qu’un maire avait beaucoup d'actes de présences obligatoires et peu intéressants.

A partir du moment où on franchit une certaine taille de commune, la représentation prend un poids assez important. Un élu m’a dit que c’était une manière de tisser du lien social. D’autres préfèrent avoir les mains dans le cambouis, agir et faire des choses plus constructives que de la représentation. Le maire de mon livre, Maxime Ronet, se demande si ce qui ne l’intéressait pas, ce n’était pas plus la conquête du pouvoir que son exercice. Dans le cadre d’un parachutage, il a pris énormément de plaisir à conquérir.

C’est quoi son parcours ?

Il n’est pas du cru. Au départ, c’est un apparatchik. Il a fait des études autour des sciences politiques. Il a fait ses armes dans les couloirs d’un parti politique. Il a commencé par apporter des cafés, puis rédiger des dossiers et à avoir de plus en plus de poids dans le décisionnel. Petit à petit, il a gravi tous les échelons. Un jour, il est parvenu à se frotter au suffrage universel. C’est un parcours assez classique. Je me suis pas mal inspiré de trentenaires du PS qui ont pu avoir un parcours similaire.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeTu as des noms ?

Des gens comme Boris Vallaud ou Gabriel Attal par exemple, pour les plus jeunes.

En tout cas, je trouve Maxime Ronet plutôt sympathique.

Ça a été toute la difficulté. Il fallait que je trouve un juste milieu entre le requin aux dents longues et la jovialité de cette personne.

Dans les 40 premières pages, il est assez lisse.

On ne peut pas lui trouver d’aspérité, parce que je voulais que le lecteur y mette ce qu’il voulait derrière. Il est aussi un peu charmeur et séducteur, mais c’est normal parce qu’aujourd’hui, on est plus comptable d’une communication que d’un bilan. Il fallait que je trouve cet équilibre entre les fissures qui arrivent petit à petit et ce côté assez jovial et lisse.

Tu écris : « En politique, les ennemis intérieurs sont plus dangereux que les véritables adversaires ».

C’est valable dans tous les milieux à partir du moment où il y a du pouvoir. Dans une mairie, les adjoints ou les vice-présidents veulent devenir calife à la place du calife. L’opposition est parfois plus constructive. Les maires ont souvent plus à craindre de ses alliés que de ses vrais opposants.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Tu n’as pas eu peur d’être un peu chiant en décrivant la vie d’une mairie ?

Complètement. J’ai encore des doutes (sourire). Il fallait du rythme et ne pas verser dans le documentaire.

Ton maire a une secrétaire, Alice Larchet. Un personnage essentiel de ce roman.

Je ne voulais pas être dans la caricature de la secrétaire indispensable, mais elle l'est. Elle est la voix de la sagesse, elle rappelle les rendez-vous, elle surveille si tout se passe bien. Elle est aussi là pour le soutenir quand ça va moins bien.

Je l’aime bien parce qu’elle est normale.

Tu as raison. Je me suis amusé à la construire à petites touches. J’ai voulu qu’elle ne soit pas trop dans l’admiration de son maire ou trop dans l’esprit critique. Mon éditeur, Jean-Baptiste Gendarme, m’a aidé a trouvé la bonne note pour chacun des personnages. Il ne fallait pas qu’elle soit trop minorée, ni trop importante. Je ne voulais tellement pas la représenter comme la candide secrétaire.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Pendant l'interview...

Tu aimes bien ce milieu ?

En tout cas, il est intéressant à observer et à creuser, mais ça ne m’a pas donné envie de me présenter à des élections. Cela dit, ça m’intéresserait d’apporter ma pierre à l’édifice en prolongeant ça avec une œuvre de fiction.

Un jour, il arrive quelque chose à Emma Nizan, une jeune femme qui a demandé rendez-vous maintes fois à Maxine Ronet, sans succès. Et là, l’édile change du jour au lendemain. Son humanité ressort enfin.

Il a tellement privilégié sa carrière et certaines actions par rapport à ses propres rendez-vous à la mairie, qu’après cet évènement, il se remet complètement en question. Ce qui arrive à cette administrée à la moitié du livre vient le rappeler à l’ordre.

Tu l’aimes bien Maxime Ronet ?

Oui, comme tous mes personnages, sinon, je ne vais pas au bout de mes histoires. Il faut que j’ai de l’empathie, que je le comprenne, pour pouvoir le raconter. C’est quelqu’un que j’ai aimé suivre durant ces 200 pages.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Après l'interview, le 3 juillet 2019.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme