Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Soan : interview pour 10 ans de cavale. | Page d'accueil | Anaïs Delva : interview pour Obsidienne »

16 mai 2019

Julien Jouanneau : interview pour Le voyage de Ludwig

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

(Photo : Pascal Mary)

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor(Photo de droite: Pascal Mary) Julien Jouanneau est un écrivain très doué que je suis depuis 11 ans déjà. Je l’ai déjà mandorisé là en 2008, là en 2014 et là en 2016 (ce n’est pas pour rien, j’ai une haute estime pour son écriture et son imagination). Dans Le voyage de Ludwig qui se situe sous l’occupation, il emprunte la voix et le regard d’un chien pour raconter son périple le long de la voie ferrée à travers l’Europe, pour retrouver sa maîtresse Hannah, une jeune fille juive déportée. Cet animal pur et innocent se trouve confronté à la période de notre histoire la plus sombre et perfide. Il faudra qu’il se sorte de bien des péripéties. Il y a de l’action et de vrais moments d’émotion. Ce livre est un morceau de bravoure au sens propre comme au figuré.

-Interview sur RTL à écouter là.

-Interview et analyse du livre sur WEBTVCULTURE.

Le 16 avril dernier, j’ai donné rendez-vous à Julien Jouanneau dans un bar de la capitale pour évoquer ce roman que j’estime important.

4eme de couverture :julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Ludwig est un compagnon parfait. Affectueux. Le rayon de soleil de sa maîtresse Hannah dans leur quotidien assombri par l’Occupation. Le jour où elle est jetée dans un wagon à bestiaux en partance vers une destination inconnue, Ludwig se lance à la poursuite du train. Sans jamais s’arrêter, sans jamais quitter les rails. L’espoir de retrouver Hannah lui fait traverser une France ravagée par les ténèbres, exsangue et suffocante. Une terre où les menaces surgissent le long du chemin de fer, où la sauvagerie rôde. Pris au piège des parfums de la guerre, épuisé et meurtri, Ludwig court entre les deux bras d’acier. Sa fidélité bravera les enfers.

À travers le regard de Ludwig se dessine sous nos yeux le paysage de la France occupée, où le bien et le mal sont à la fois l’œuvre des hommes et celle des bêtes.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandorInterview :
Le Voyage de Ludwig est autant un roman initiatique qu’un formidable roman d’aventure ! Il y a tout dedans. Une vraie odyssée littéraire.

J’ai fait en sorte que ce livre respecte le chemin classique du roman d’aventures, tous ses codes qui nous agrippent. Une quête, des ennemis, des apprentissages, des révélations, de la terreur, du bonheur, de la poésie, de la philosophie, des rêves, des cauchemars, des sentiments, des péripéties… et une fin qui doit renverser les lecteurs. Le héros, innocent au début et confronté à la disparition de sa princesse, décide de courir le long de cette voie ferrée pour la chercher coûte que coûte. Il rencontre un mentor, affronte un ennemi tout-puissant, exactement comme dans toute épopée littéraire. On retrouve ces codes dans L’Odyssée d’Homère, Le Seigneur des anneaux et même Star Wars...

C’est un roman initiatico-philisophico-guerrier. Il m’a fait aussi penser à la nouvelle de Joseph Conrad, Le cœur des ténèbres, et aussi au film Stand by me. Pourquoi avoir pris comme héros un chien ?

Je souhaitais plonger le héros le plus pur dans la période la plus obscure. C'est passionnant au niveau littéraire! Le chien s’est imposé. Au début des années 2000, j'avais visionné un film d'archives en noir et blanc émouvant, sur lequel on voit le quai de Westerbork aux Pays-Bas, au moment de la déportation de juifs. Là, pendant quelques secondes, un chien vagabonde. A qui appartient-il? Que cherche-t-il? Son histoire possible était à raconter. J'ai souvent écrit aussi sur les chiens et les animaux, en me mettant même dans leur peau, depuis le début de ma carrière de journaliste au Progrès, au Monde Interactif, à Paris Match ou L’Express.

On est aussi comme dans un jeu vidéo. Le chien Ludwig acquiert des compétences. (Photo ci -dessous : Bernard Lehut)julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Tu as complètement raison. Le long de ce chemin de fer, il acquiert des compétences de combat, de pensée, de lecture, de souvenir… c’est un personnage qui évolue et auquel les lecteurs peuvent vraiment s'identifier, même ceux qui ne sont pas fanas de chiens. Ludwig doit progresser, réussir des épreuves mentales et physiques. Il traverse tant de péripéties qu'elles ne peuvent que le forger!

Au fur et à mesure, c’est un bouclier...

Quand tu as tout perdu, tu n’as plus rien à perdre. Et seul l'espoir te guide.

Tu as écrit ce livre facilement ?

J’y suis allé petit bout par petit bout. Je notais même parfois sur mon téléphone pour ne pas oublier certaines "fulgurances". Après il est difficile de quantifier, avec les relectures, les corrections, les doutes…

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Julien Jouanneau, lors d'un récent salon du livre.

Je verrais bien ce livre transposé au cinéma.

Le scénario est prêt (rires).

A la fin de ton livre, il y a de nombreuses notes permettant de légitimer les actes de Ludwig.

Pour expliquer que les compétences de ce chien sont basées sur de vraies études. Le chapitre sur l’école de chiens savants nazis peut par exemple sembler loufoque, mais il est inspiré d’un article du Telegraph de mai 2011 consacré au livre Amazing Dogs de Jan Bondeson, qui évoque les chiens les plus intelligents de l’Histoire. Ludwig qui apprend des mots ne relève pas de la science-fiction. Un chien capable d’écrire un prénom, de visualiser des odorats ou de parcourir des milliers de kilomètres pour retrouver ses maîtres non plus. Je relie ces actes et d’autres à des articles réels sur ces questions. Je pense qu'il était important de faire cela pour donner de la crédibilité à ce héros canin exceptionnel.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Après l'interview, le 16 avril 2019 au Pachyderme.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Les commentaires sont fermés.