Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2019-05-03 | Page d'accueil | 2019-05-07 »

04 mai 2019

Chimène Badi : interview pour son nouvel album

50323414_10155673774850356_7011686642188550144_n.jpg

IMG_1314.jpgAprès avoir sillonné la France aux côtés de Julie Zenatti avec la tournée Méditerranéennes, Chimène Badi (déjà mandorisée là) revient avec treize nouvelles chansons avec Chimène, probablement son meilleur album, dans les bacs depuis le 19 avril 2019. Ce disque a été introduit avec le titre « Là-haut » lors de Destination Eurovision en janvier 2019. La chanteuse n'a pas remporté le concours sur France 2 mais elle a retrouvé l'envie de chanter après des mois un peu compliqués. Le 6 mars dernier, j'ai été convié au studio Labomatic pour écouter en avant-première 6 nouvelles chansons de Chimène Badi (et pour l'interviewer ensuite).

Argumentaire de presse officiel :57314232_10155846358945356_8691193101747748864_n (2).jpg

« Là-haut » est arrivé comme un cadeau. C’est l’été. Chimène est loin de la musique et près de la vie quand on l’appelle dans le Sud pour lui proposer de participer à « Destination Eurovision ». Elle a sa condition : trouver LA chanson qui va faire chavirer son cœur. De retour en studio, Chimène découvre des titres écrits par Corson. Chimène est transportée.  « Là-haut » dit tout ce qu’elle est, moderne et enflammé. Co-écrit avec Yseult et Yacine Azeggagh, composé par Boban Apostolov, « Là-haut » est pour Chimène, comme un appel à poursuivre le chemin vers le mieux, vers le bien. Retrouver l’envie d’un nouvel album, de remonter sur scène. « Qui peut nous dire qui nous sommes ? Rien ni personne ». Chimène en a fini d’écouter ceux qui veulent lui dicter qui elle doit être. Elle revient désormais avec un nouvel album intitulé Chimène tout simplement, disponible dès à présent. Vous pouvez l'écouter là.

56520048_1071968596337298_5601566119186923520_n (2).jpg

IMG_9355 (2).JPGInterview :

Peut-on dire que c’est une nouvelle Chimène Badi que nous retrouvons dans cet album ?

J’avais envie d’évoluer dans ma manière de chanter, de poser mes mots, de gérer mon vibrato et ma puissance vocale de manière différente... C’était presque un défi de transformer ma manière un peu « old school » de chanter pour l’emmener dans un style plus actuel.

Musicalement aussi, c’est plus moderne, non ?

En décembre dernier, j’ai participé à un séminaire avec tout plein de compositeurs, de mélodistes et d’auteurs. Au détour de différentes conversations avec les uns et les autres, certaines chansons sont nées.

Clip de "Là-haut".

La chanson « Là-haut » sonne différemment de ce que vous avez l’habitude de faire.47366370_10155595543620356_6132849995994365952_n.jpg

Oui, même si la signature vocale est là. J’ai calmé mon vibrato et, comme je viens de vous le préciser, je voulais proposer quelque chose de nouveau.

Votre précédent album de 2015, « Au-delà des mots », était un album très personnel.

C’est un disque dans lequel j’ai voulu régler des choses. Je ne sais pas si je suis allée dans la bonne direction. Je ne sais pas non plus si j’avais les bonnes personnes à côté de moi. En tout cas, le public et moi ne nous sommes pas retrouvés. Dans ma jeune carrière, c’est le seul album qui a eu un triste destin (rires). Il n’a pas du tout fonctionné. Ce premier échec est arrivé tard, c’est donc troublant, voire déstabilisant. Je me suis posée des tas de questions. J’ai sans doute fait cet album alors que ce n’était pas le moment…

unnamed (3).jpg

49317228_10155655811060356_2763775819632345088_n.jpgCe nouveau disque éponyme est donc important pour vous, je suppose…

L’enregistrement et tout ce que je fais autour de cet album, c’est comme une première fois. Pendant 5 ans, j’étais dans le flou, un peu perdue et du coup, j’apprécie tout ce qui m’arrive de positif. J’ai mis toute ma personne et j’ai oublié le monde extérieur. Je suis dans ma bulle et je n’ai absolument pas envie d’en sortir. J’ai hâte que le public découvre ce disque, car je suis convaincue qu’il a quelque chose de particulier.

Vos nouvelles chansons sont d’une efficacité folle.

Tant mieux parce que, quand on a des retours positifs, ça fait du bien. Tout est lié aux histoires personnelles que j’ai voulu raconter et à mes ressentis. C’est flippant de ne pas savoir comment un nouvel album va être accueilli. Il faut que je sorte de ma bulle pour aller défendre le disque. Là, j’étais bien… même si j’ai suivi mon instinct autour de ces chansons, ce n’est pas le même travail de faire la promotion.

49833990_10155658802765356_5692023464790065152_n.jpg

Il y a des textes féministes, comme « Devient reine » par exemple.50818483_10155670567170356_2948312778881892352_n.jpg

Plutôt féminins que féministes. Dans cette chanson, j’explique qu’il faut prendre conscience de soi, de la femme que l’on est et de ce que l’on peut faire et véhiculer. Il faut oublier que l’on ne peut être qu’une épouse, une maman, une sœur ou une fille, mais une femme tout simplement. Cette chanson est importante pour moi parce que j’ai réalisé cela il y peu de temps. J’ai pris conscience qu’il fallait que je prenne soin de moi, que je m’écoute et que je comprenne que je n’étais pas qu’une artiste… que j’existe en tant que moi. Je ne veux plus être enchainée et n’être là uniquement pour les autres. Je veux désormais exister pour moi.

Dans « Ailleurs », j’ai l’impression que vous évoquez un pervers narcissique.

C’est exactement ça. Je parle d’un homme qui arrive à faire en sorte que celle avec qui il est n’est rien. C’est inspiré de mon parcours, mais je sais que je ne suis pas la seule à qui c’est arrivé. C’est un thème qui touche beaucoup de gens et plus que l’on ne croit. L’emprise que cette personne avait sur moi, elle ne l’a plus. Aujourd’hui, j’ai acquis une certaine force et j’espère que cette chanson va en donner à d’autres.

Dans « Ce qui m’anime », vous racontez qui vous êtes.

Je raconte comment je perçois la vie aujourd’hui. Je dis que je suis forte et fragile… ce que j’ai de ma mère et de mon père. Au travers de cette chanson, je dis que ce qui m’anime aujourd’hui, ce qui me fais tenir, ce qui me donne envie de me lever le matin, c’est ce truc lumineux qui est au fond de moi et que je ne parviens pas à expliquer concrètement. Je n’ai plus peur de la vie. En tout cas, elle m’effraie moins. Quoi qu’il arrive dans la vie, j’ai compris que tout peut s’améliorer au bout d’un moment. La vie est compliquée, imprévisible et peut te mettre des tartes hyper violentes quand tu ne t’y attends pas, mais cela permet de rentrer dans la cour des hommes. J’ai compris ça… j’en fais des chansons déguisées.

IMG_9347 (2).JPG

Chimène Badi, Corson et Dominique Blanc-Francard.

56213681_10155818257535356_6682834598495256576_n (2).jpgÇa vient de votre répertoire passé.

Au début de ma carrière, je n’avais rien vécu. J’avais 18 ans. J’ai chanté des histoires d’amour que je n’avais jamais vécu de ma vie. La vie n’est pas que synonyme de tristesse et de douleur. Aujourd’hui, j’ai envie de raconter des histoires autrement. C’est mon droit.

C’est une nouvelle Chimène Badi aujourd’hui ?

Je ne sais pas, mais le sombre est loin. Je suis juste à une période de ma vie où je suis bien, donc, c’est très agréable de défendre un album dans cet état-là.

IMG_9357 (3).JPG

Chimène Badi, son directeur artistique, Corson et Dominique Blanc-Francard.

57187541_10155852062790356_4107308857598935040_n (2).jpg