Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Serge Utgé-Royo : interview pour La longue mémoire... | Page d'accueil | Les Louanges : interview pour La nuit est une panthère »

14 avril 2019

Florent Vollant : interview pour Mishta Meshkenu

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandor

(Photos : Jean-Charles Labarre)

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandorAuteur-compositeur-interprète (reconnu du public et des médias aussi bien que des communautés autochtones et non-autochtones) et lauréat du prix du jury européen SODEC/Bourse Rideau en février 2018, Florent Vollant est venu présenter le 18 mars dernier aux Trois Baudets son 6e album Mishta Meshkenu (paru au Canada le 28 septembre 2018), salué par la critique et très apprécié du public.

Un folk délicat chanté en innu, des harmonies étincelantes et des mélodies fines, Mishta Meshkenu (que vous pouvez découvrir ici) c’est aussi une incursion au cœur des ambiances de la culture des Premières Nations avec un son folk, country et même tex-mex. Ses textes visent notamment à partager le vécu des communautés ainsi que la volonté de sauvegarde culturelle historique et linguistique. Complètement inconnu en France, j’ai profité de son passage éclair parisien pour rencontrer Florent Vollant, artiste mythique dans son pays.

Biographie officielle : florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandor

Auteur, compositeur et interprète d’origine innue, né au Labrador,Florent Vollant, grandit sur la réserve Maliotenam, à l’est de Sept-Îles. Il amorce sa carrière musicale dans le milieu des années quatre-vingt et contribue alors à la création du Festival Innu Nikamu qui, depuis 1984, réunit annuellement de nombreux musiciens et chanteurs des diverses nations amérindiennes. Avec un autre jeune Innu, Claude McKenzie, il forme le duo Kashtin, premier groupe autochtone du Québec à être reconnu à l’échelle internationale au milieu des années 90.

Véritable icône innue, représentant réputé de la culture innue et des communautés des Premières Nations, son parcours exceptionnel lui valent de nombreuses distinctions prestigieuses, tant pour son engagement auprès des jeunes artistes autochtones, et la défense/préservation de la culture innue, que pour sa production discographique.

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandor

(Photo : Jean-Charles Labarre)

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandorInterview :

La langue innue reste difficilement en vie. Pourquoi ?

Parce qu’il y a de plus en plus de jeunes de chez nous qui délaissent cette langue et cette culture. C’est une culture de territoire, de montagnes, d’immensité, de grands lacs, de rivières, d’animaux… Les jeunes quittent de plus en plus notre territoire. Moi, je veux tenir vivante cette culture le plus possible.

Votre disque m’a fait partir dans ces fameux territoires que je ne connais pourtant pas sans être pour autant trop dépaysé. C’est une curieuse sensation.

Parce que je fais du country, du folk un peu bluesy… ma musique est tout à fait accessible à tout le monde.

Mais moins la langue. florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandor

Si, parce que je crois à la langue du cœur. Avec ce que je transmets, je suis convaincu qu’on peut comprendre mes propos. Je suis sur la route pour chanter depuis l’âge de 18 ans et souvent pour me produire devant des personnes qui ne parlent pas innu. J’ai développé une capacité de transmission et de « raconter ». Sur scène je raconte ce que je chante.

Et vous chantez quoi principalement ?

Le territoire, mes parents, la résilience, la communauté Innue… et le tout avec beaucoup de compassion et de fraternité.

Clip de "Mes blues passent pu dans porte", l'une des deux chansons interprétées en français.

Il y a beaucoup de spiritualité aussi.

Nous n’avons pas une religion, mais plusieurs croyances basées sur l’entraide et le partage.

J’ai entendu dire que la religion catholique s’était imposée chez vous.

Oui, mais nous avons des rituels traditionnels qui n’ont rien à voir. On a l’esprit des animaux avec nous.

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandor

(Photo : Jean-Charles Labarre)

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandorPour vous, la nature et l’écologie sont des sujets essentiels.

Nos grands-parents ont vécu de chasse et de pêche. Il n’y avait pas autre chose à manger que le caribou, le saumon, le lièvre, la perdrix… Enfant, j’ai grandi avec cette nourriture-là. Les choses ont changé aujourd’hui parce que des gens sont venus nous imposer leur religion, leur langue, leur mode de vie, leur culture. On a perdu beaucoup au contact des premiers arrivants. Notre territoire est occupé par de grosses compagnies minières, il y aussi des gros barrages hydro-électriques, donc notre culture est confronté à ces gros projets. Nous sommes en lutte constante pour la survie et pour défendre notre territoire très sollicité.

Vous, Florent, vous faites partie de l’imagerie du Québec.

C’est vrai. J’ai reçu beaucoup de prix et de reconnaissances officielles. Je crois qu’avec Claude McKenzie et notre duo Kashtin on a fait des choses biens. Nous avons chanté notre coin de pays dans notre langue à travers la planète, pour faire connaitre notre attachement à la culture Innu. À la fin des années 1980, notre chanson "E Uassiuian" (« Mon enfance ») a fait le tour du monde. Depuis quelques années, nous faisons carrière chacun de notre côté.

Clip de Kashtin, "E Uassiuian".

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandorVous avez reçu récemment la médaille d’or du Lieutenant-gouverneur du Québec. C’est une très haute distinction.

Au cours de mon parcours, on a reconnu mon travail. Je n’ai évidemment rien demandé.

Dites-moi les principaux prix qui vous ont touché.

J’ai peur que cela fasse prétentieux de dérouler tout ça… En 1994 déjà, j’ai été nommé « Artiste pour la paix » pour ma défense de la nature et des rivières québécoises. Mais plus récemment, en mai 2017, j’ai reçu le titre de Compagnon des arts et des lettres du Québec, importante distinction accordée par le CALQ. J’ai été récompensé des prix du « Meilleur Artiste » et du « Meilleur Album » pour Puamuna au Gala Teweikan, l’automne suivant. L’année dernière, j’ai été lauréat du Prix du jury européen SODEC-Bourse Rideau et, en juin dernier, j’ai reçu la prestigieuse Médaille dont vous venez de me parler.

Lancement de l'album Retrouvailles de Gilles Vigneault. 15 avril 2010 à l'Auberge Saint-Gabriel.

Alors qu’au Québec, tout le monde vous connait, en France, ce n’est pas le cas. Ça vous fait bizarre deflorent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandor devoir vous présenter et repartir à zéro ?

Personne ne me connait ici et c’est très bien comme ça. Je fais de la musique et je veux rester l’esprit libre. Je viens ici parce que j’aime faire de la musique. Je viens ici parce qu’on me propose une salle. Je viens ici parce que c’est le début d’une tournée française, puis francophone. Je propose un voyage, une histoire et c’est tout ce qui m’importe. J’ai juste besoin de rencontrer un nouveau public. La notoriété n’a que peu d’importance.

Vous ne dites jamais le mot carrière. Pourquoi ?

Je n’ai pas ça dans mon esprit. Je suis un nomade qui a la chance de faire de la musique et que la musique amène un peu partout. Je suis la musique. La musique chez nous est une médecine. La musique traditionnelle soigne. Alors, maintenant, je gagne ma vie à faire chanter, à faire danser, à faire rêver les gens… je suis heureux de cela. C’est mon privilège.

EPK de l'album Mishta Meshkenu. A voir absolument, car très complémentaire de ma mandorisation. J'ai ôté de mon interview personnelle les nombreux propos  communs qu'il tient sur cette vidéo pour qu'il n'y ait pas de redondance. 

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandorEst-ce que dans votre musique il y a quelque chose de l’ordre du chamanisme ?

(Long silence.) Chez nous, la musique, c’est une prière. Les ainés m’ont fait comprendre que quand tu chantes et que tu fais danser les gens, tu as un pouvoir. Tu es un rassembleur. Chez nous, les rassembleurs sont respectés. Il y a un esprit qui m’anime, c’est ça que je veux transmettre.

Pourquoi faites-vous ce métier, au fond ?

Ce n’est pas ce que j’aurais voulu faire. Sans aucune prétention, la musique m’a choisi. C’est devenu ma vie. Ce n’est pas tant que je sois si talentueux, c’est que j’aime ça plus que les autres. Ça fait presque 50 ans que je suis sur la route et je veux à chaque fois faire du bien aux gens qui viennent me voir.

Comment trouvez-vous le monde d’aujourd’hui ?

C’est le chaos. Mais dans mes chansons, je veux parler d’espoir. S’il n’y a plus d’espoir, il n’y a plus de musique. Je place beaucoup d’espoir dans les prochaines générations. J’ai beaucoup d’espoir quand je les vois marcher pour la planète. J’ai beaucoup d’espoir quand les jeunes s’ouvrent et ils s’ouvrent de plus en plus. Ce sont eux que je veux nourrir d’espoir et que je veux inspirer.

florent vollant,mishta meshkenu,interview,quebec,innu,mandor

Le 18 mars 2019, aux Trois Baudets, après l'interview. 

Les commentaires sont fermés.