Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Francofolies de La Rochelle : Interview de Chevalrex | Page d'accueil | Francofolies de La Rochelle : interview de Suzane »

13 juillet 2018

Francofolies de La Rochelle : interview Chaton

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandor

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandorJ’ai connu Chaton quand il ne s’appelait pas encore ainsi. Il a longtemps travaillé dans la musique sous le nom de Siméo, puis comme compositeur et producteur pour des gros noms de la variété (Jenifer, Yannick Noah, Amel Bent, Natasha St-Pier….). Ensuite, la débandade. Problèmes de santé, déceptions professionnelles, crise de panique. Il a ressenti le besoin de refaire des choses pour lui. Il a décidé de travailler des sons et de hanter des textes pour raconter sa vie, ses rêves, ses désillusions, son mal-être et sa solitude, sans se mentir. Des chansons très personnelles, autobiographiques, mais qu’il est parvenu à rendre universelles. Possible est un disque réunissant des tranches de vies douces-amères et indolentes, chantées à l’autotune sur fond dub. C’est simple, insolite et curieusement cohérent. De la chanson française de qualité autotunée sur une prod dub, personne ne l’avait fait avant. Chapeau l’artiste ! Chaton s'est produit aujourd'hui sur la scène du port… l'occasion d'une rencontre pour évoquer les Francos et son album.

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandorInterview :

C’est ta première venue aux Francos ?

Oui, et c’est curieux. Même en tant que professionnel de la musique, auteur et compositeur, c’est la première fois que je viens. Je crois que c’était le seul festival où je ne suis jamais allé et je ne sais pas pourquoi. Le fait de venir ici directement en tant qu’interprète, ça a une petite magie en fait. Je n’ai  pas souillé ma venue ici avec d’autres choses, d’autres souvenirs… je suis complètement pur des Francos.

Tu as fait un concert tout à l’heure sur la scène du port. Il s’est bien passé ?

L’accueil a été génial. Je vais faire un autre concert au Chapitô des Francos. Il fait beau, l’ambiance est belle, on mange bien, on voit des concerts très intéressants, on rencontre plein de copains parce que tout le métier est là. Je suis heureux.

Clip de "Poésies".

J’ai lu quelque part que tu es le chainon manquant entre Souchon en PNL.

C’est un compliment, je les adore. Je suis même extrêmement fans des deux. Ça me va donc très bien.

Tes textes sont terribles de tristesse, de doutes, d'errance, de désenchantement, de grisaille urbaine, d'honnêteté. Ils sont parfois impudiques, mais je sais que tu l’assumes parfaitement.

C’est parce que j’ai écrit les chansons de cet album sans savoir qu’elles sortiraient un jour, du coup, je n’ai eu aucun frein. Je les ai écrites vraiment pour moi, je suis donc absolument impudique dedans. Le paradoxe aujourd’hui, c’est que, du coup, en interview, je n’aime pas expliquer mes chansons parce que je suis timide et pudique en vrai. Et puis, j’estime que tout est dit dans mes textes. Ce que je raconte est clair, premier degré et autobiographique. Qu’ajouter de plus ?

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandor

(Photo : Antoine Monegier)

Tu abats les cloisons entre le hip hop, l’electro, la chanson et le dub.

Ce sont toutes les musiques de j’aime. Je fais partie de cette génération où on a moins de cloisons entre les musiques parce qu’on peut la consommer plus facilement avec internet, parce qu’il y a moins de cases et de castes et enfin  parce que le monde est de plus en plus ouvert.

Clip de "J'attends en bas".

Tu aimes beaucoup les punchlines, mais sous anxiolytiques.

C’est ma culture hip hop… et les anxiolytiques, c’est ceux que je prends le soir.

Le succès de ton album t’a étonné ?

Complètement. J’ai fait ce disque dans ma chambre, aujourd’hui, je suis aux Francofolies même pas  un an après l’avoir fini. Je l’ai mixé et enregistré tout seul, je me suis écouté à 100%, j’ai été honnête avec ce que j’avais envie de dire. Le fait qu’il y ait des gens qui l’apprécient ou qui le détestent, bref, qui ont un avis là-dessus, je trouve ça complètement incroyable.

Tu as passé 10 ans à travailler avec d’autres artistes dans le domaine de la variété, tu connais tous les tralalalas de ce métier, aujourd’hui, tu te retrouves de l’autre côté, ça t’amuse tout ça ?

Je connais la majeure partie des acteurs de ce métier. Ils savent d’où je viens, ils savent pourquoi je suis là aujourd’hui, je pense qu’il y a une forme de respect.

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandor

Cet après-midi, à La Rochelle, après l'interview…

Écrire un commentaire