Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-07-13 | Page d'accueil | 2018-07-16 »

14 juillet 2018

Francofolies de La Rochelle : interview de Pierre Lapointe

francofolies de la rochelle,pierre lapointe,interview,mandor

Les Francofolies de La Rochelle ont accueilli hier Pierre Lapointe (déjà mandorisé là) au Grand Théâtre de la Coursive hier soir pour son spectacle Les sciences du cœur. Il y parle d’amour, de désamour de beauté et de tristesse. Des textes qui vont droit au cœur et à l’âme, qui nous entraînent dans son univers, sans artifice, sensible et sans pudeur. Une prestation imprégnée d’humanité, de tendresse, de sourires et de rires. Une musique qui nous prend à bras le corps en symbiose avec les mots et les images ; une performance à cœur ouvert, à hauteur d’homme, bien et beau dans sa peau. Une soirée pleine d’émotion (même si je n’aurais pas été contre le fait d'écouter aussi quelques chansons moins tristes).

Ce matin, il m’a livré notamment son sentiment sur ce concert.

francofolies de la rochelle,pierre lapointe,interview,mandor

(Photo : Antoine Monegier du Sorbier)

francofolies de la rochelle,pierre lapointe,interview,mandorInterview :

Ton concert d’hier soir au Grand Théâtre - La Coursive était complet. Tout le monde a apprécié.

C’est parce que c’est un spectacle vivant (rires). Je préconise une espèce de sincérité. Même si elle est un peu fausse, parce que sur scène, c’est toujours faux dans le sens où c’est un espace qui est contrôlé et pas naturel. La scène, ce n’est pas la vraie vie pour moi. Dans ce contexte-là, c’est important de réussir à créer des moments vrais. Ça passe par l’acceptation de la spontanéité des éléments. Parfois, je perds ma concentration, mais je joue avec ça. Je me dis que les gens savent que le spectacle est construit. Je suis pro, mais je ne suis pas un robot, alors j’aime bien être naturel dans un spectacle très construit au millimètre près, mais malléable et vivant.

Tu parles entre les chansons et c’est souvent hilarant. Mais j’ai remarqué que tu le fais de moins en moins.

J’ai décidé de parler un peu moins sur ce spectacle-là, mais de parler à des moments très précis. Je me suis moins étalé que d’habitude.

Clip de "La science du cœur".

Je trouve gonflé qu’il n’y ait que des chansons tristes.

L’humour que je fais dans mes interventions parlées est là pour rééquilibrer, me redonner de l’énergie et pour faire respirer les gens. Sur ce disque-là, j’avais décidé de faire un clin d’œil à la grande tradition de la chanson française et francophone. Cette chanson-là, elle est souvent triste et mélancolique. Je n’ai aucun problème avec ça, je trouve ça beau et je l’assume depuis longtemps.

francofolies de la rochelle,pierre lapointe,interview,mandor

(Photo : Antoine Monegier du Sorbier)

On a l’impression que tu peux tout te permettre, tout expérimenter.

Quand on est artiste, il faut se donner le droit d’être libre. Je me le suis donné. J’ai toujours ouvert un peu plus les valves en m’arrangeant pour que le public comprenne de projet en projet jusqu’où je suis prêt à aller. Il n’y a pas tant de métiers dans le monde où on peut être aussi libre. Ce que je déplore un peu chez la plupart des artistes en ce moment, c’est qu’ils n’ont pas le souhait de briser les frontières, qu’elles soient visuelles ou sonores. Camille le fait, mais elle est presque une exception.

Clip de "Sais-tu vraiment qui tu es".

En France, tu as du mal à obtenir le même succès qu’au Québec.

J’arrive en France avec des projets qui ne sont pas forcément tous faciles à vendre. J’estime que je suis en train de monter un répertoire et une œuvre et que l’on pourra les juger quand je ne serai plus de ce monde. Au Québec, j’ai une certaine notoriété qui s’est installée. D’ailleurs, je pense que c’est un accident que je sois une star comme ça. Avec mon disque La science du cœur, je fais partie des 5 artistes canadiens qui ont été numéro un au Billboard canadien. Je suis le seul canadien francophone depuis Céline Dion, les autres sont Shania Twain, The Weeknd, Arcade Fire et Drake. Moi, je fais l’éloge de la grande tradition de la chanson française avec des sonorités empruntées à la musique contemporaine. Je suis hyper content, mais je le répète, c’est pour moi un accident.

Que représentent les Francos pour toi ?

J’ai eu la chance de vivre de beaux moments ici. A chaque fois, je reçois un accueil généreux de la part du public et des organisateurs. Ce sont aussi des surprises constantes. Je tombe sur des amis à chaque fois que je reviens et ça me fait un bien fou.

francofolies de la rochelle,pierre lapointe,interview,mandor

Après l'interview ce matin en salle de presse.

Francofolies de La Rochelle : interview de Voyou

francofolies de la rochelle,interview,voyou

(Photo : Pierre-Emmanuel Testard)

À tout juste 28 ans, Thibaud Vanhooland, alias Voyou, a le vent en poupe et de beaux jours musicaux devant lui. Découvert via Elephanz, Pegase ou encore Rhum for Pauline, le jeune chanteur se lance en solo & nous révèle son univers éléctro-pop légèrement mélancolique à travers son premier EP, On s’emmène avec toi. Lumineuses et joliment bricolées, ses mélodies ont le chic de vous faire du bien et de rester en tête. Touché.

Je l’ai rencontré cet après-midi au lendemain de ces deux prestations aux Francofolies.

francofolies de la rochelle,interview,voyouBiographie officielle :

Voyou, on l’a découvert sur scène, seul avec sa guitare, ses machines et sa trompette, son instrument de cœur qu’il volait déjà à son père dès 3 ans. Et d’emblée, le sourire enfantin et la drôle de dégaine de ce jeune homme de 28 ans imposent un artiste au charisme hors-norme. C’est qu’il y a du Jacques Tati dans sa douce folie et ce corps un peu trop grand, pas toujours adapté au monde, mais qui s’en imprègne pour prendre son envol et virevolter avec aisance sur scène.

Portant un regard malicieux sur les vicissitudes de son époque, Voyou met la compassion et l’amitié au cœur de sa musique. Avec des mots simples et poétiques et une complète absence de cynisme, il nous raconte des histoires d’aujourd’hui. Des histoires d’amour et d’ennui, d’ailleurs et d’ici.

« Et roulez, roulez pourvu que jamais rien ne vous arrête...» : c’est tout ce qu’on souhaite à Voyou et à sa musique lumineuse et bienveillante car elle résonne déjà comme une évidence rassurante. Et si la vérité sort de la bouche des enfants, elle sort aussi de celles des voyous.

francofolies de la rochelle,interview,voyou

francofolies de la rochelle,interview,voyouInterview :

Tu es déjà venu aux Francos avec Elephanz et tu as participé aux Chantiers des Francos, il y a 5 ans.

Oui, j’étais avec Feu ! Chatterton à l’époque où ils n’avaient sorti qu’un morceau sur YouTube. J’y suis retourné l’année dernière faire des showcases. Cette année, je suis passé au Théâtre Verdière et sur la grande scène, je n’en reviens pas.

Tu te rends compte qu’il se passe quelque chose autour de toi, en ce moment.

Oui, mais j’essaie de rester distant par rapport à ça. Il est difficile de rester naturel. C’est bizarre d’être si sollicité autour de quelque chose que l'on a créé dans sa chambre. C’est appréciable, mais ça peut être dangereux si on se laisse aller aux tourbillons des médias. Il faut être lucide.

Clip de "Tout seul sur ton tandem".

J’aime le fait que tu avoues apprécier les « vieux » chanteurs comme William Sheller ou Michel francofolies de la rochelle,interview,voyouFugain.

J’ai dénigré cette chanson française quand j’étais plus jeune, mais je me rends compte que je m’en suis écarté pour mieux y revenir et pour mieux la comprendre.

Tu fais de la musique pop avec des textes dignes d’intérêt, c’est rare.

Je ne suis pas contre l’idée de faire des textes qui soient ésotériques, un peu moins ancrés dans le réalisme.

Je sais que tu aimes Fishbach, Bagarre, Grand Blanc. Ce sont des artistes qui t’ont permis de penser qu’une musique pop pouvait intégrer des textes intéressants.

C’est drôle, tu n’as cité que des groupes de mon label.

Je ne l’ai pas fait exprès.

Il y a aussi Flavien Berger et La femme qui sont importants pour moi. Ces artistes ont amené un son et des textures très modernes, pas toujours faciles d’accès, et ils ont intégré des paroles en français. Ils déconstruisent complètement les codes de la variété française. Ça fait du bien à tout le monde parce que ça renouvelle le paysage musical francophone. Voir Eddy de Pretto, Juliette Armanet, Radio Elvis ou Fishbach aux Victoires de la Musique, nous les artistes de la nouvelle génération, on se dit qu’il se passe quelque chose.

Son nouveau titre, "Papillon".

francofolies de la rochelle,interview,voyouJ’ai lu que tu faisais « de la pop electronique avec zéro cynisme et beaucoup de tendresse ». Ça te convient comme définition ?

Tout à fait. Le cynisme est à la mode aujourd’hui. Le rap a pris une place super importante dans la scène française. Ce genre musical à une manière de parler beaucoup plus violente, dure, terne, froide, du coup, il y a plein de chanteurs qui font de la pop, mais qui puisent là-dedans. Moi, je suis quelqu’un d’assez heureux dans ma vie, je n’ai donc pas envie de mentir sur ce que je suis ou ressens, ni sur le point de vue que j’ai sur les choses. Les artistes doivent être là aussi pour montrer qu’il y a des choses qui vont bien, contrairement à ce que l’on voit à la télé.

Es-tu optimiste sur l’avenir de la chanson française ?

Oui, carrément. Là, nous sommes dans une phase qui est très prolifique. Ce qu’il se passe aujourd’hui dans la musique ouvre beaucoup de portes, du  coup, l’univers du possible s’agrandit, je trouve ça rassurant.

francofolies de la rochelle,interview,voyou

(Photo : Aurèle Bossan)

Tu revendiques le fait de ne pas raconter tes propres histoires.

Je ne considère pas que ma vie est si intéressante qu’elle mérite que je la raconte. Nos histoires personnelles ressemblent aux histoires personnelles des autres personnes. Elles ont toutes une substance commune et je préfère raconter cette substance  plutôt que raconter les détails qui font que mon histoire est différente de celle des autres.

Comment as-tu vécu ces Francofolies ?

C’est fou, sur la scène Jean-Louis Foulquier, je me suis retrouvé catapulté devant 15 000 personnes. J’ai juste eu l’impression que je viens de courir derrière un tram, que je l’ai loupé, et que j’attends celui d’après. C’est l’aboutissement de deux ans de travail avec le Chantier des Francos.

francofolies de la rochelle,interview,voyou

Pendant l'interview...

Francofolies de La Rochelle : interview de Dimoné

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandor

(Photo : Marc Ginot)

Un univers élégant, poétique et rageur, voilà ce que le jeune groupe rock Kursed apporte aux chansons subtiles de Dimoné (mandorisés là en 2015 et là en 2017), ce dandy du sud (un de mes artistes français préférés) que les Francofolies de La Rochelle accueillent. Un voyage introspectif qu’il ne s’agirait pas de manquer.

Tout à l’heure, Dimoné et le gang Kursed se produiront au Chapitô des Francos et demain sur la scène du port. Deux voyages introspectifs électriques à pas de manquer. Interview entre deux répétions.

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandorDimoné & Kursed par Dimoné :

Le voilà mon gang, Kursed, un groupe, rock, quatre garçons, d’une maturité rare qui jurerait presque du haut de leurs vingt ans. Electrique, toiles noires et cuirs patinés, des adorateurs de mythes sans compte à rendre à Œdipe. Et puis me voilà, moi, rendu pile au milieu, passager en mes chansons pudiquement pas sages. Elles, tendues sur cet isthme de l’existence après 5 disques à les jouer sur scène en duo avec Jean-Christophe Sirven que je vous invite à suivre sur L'Affaire Sirven. Elles, que j’ai déshabillé jusqu’à l’os, amené parfois jusqu’à la limite, et même relooké pour une Carte Noire. Il est venu le temps de me calciner à cette prédiction, à cet inéluctable appel de la tribu, avec mon pédigrée de chanteur nourri d’intranquillité. Ce sera avec Kursed et leur son donnera la couleur à mes nouvelles chansons, sur scène et sur un prochain album à paraître en 2018. 

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandor

(Photo : Christine Cousin)

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandorInterview :

Pourquoi t’es-tu associé au groupe Kursed ?

Avec Jean-Christophe Sirven, on avait pas mal tourné. Nous nous étions enfermés dans une précarité devenue confortable. Notre musique était devenue une recette. Je voulais changer ma façon d’envisager et de jouer la musique. Ce satané confort est pernicieux…

Qui sont les Kursed ?

Ce sont des musiciens de chez moi, de Montpellier, qui sont dans la lignée des White Stripes, Queens of the Stone Age, The Blanck Angels... C’est un groupe déjà constitué et je les ai vus plusieurs fois en concert. A un moment, j’ai compris que je voulais ce groupe de luxe derrière moi. Ils ont une acuité que je n’ai pas et ils m’ont donné envie de faire un assaut électrique avec tout ce que je revendique et qui me fonde dans la culture rock et punk. J’avais aussi de revisiter mes 50 ans, peut-être revisiter un fantasme de jeunesse. Faire de la chanson électrifiée à 3 guitares.

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandor

(Photo : Christine Cousin)

J’ai eu la chance d’entendre trois chansons de ce nouveau projet.

Les textes que tu as entendus sont composés de beaucoup d’ellipses dans le sens, dans les mots qui ne sont pas dits. Musicalement, avec les Kursed, il y a beaucoup de liberté. Jean-Christophe me suivait plus, eux me réapprennent à compter, alors qu’ils sont plus jeunes que moi, les cons.

Tu avais besoin de ça ?

Je pense. J’avais envie de me réveiller de nouveau, de changer de rituel, de ne plus penser à ce qui m’attendais. Avec eux, justement, je ne sais pas ce qui m’attend. J’avais besoin de me repositionner pour reprendre du plaisir à refaire le circuit de la scène, des interviews, du  monde musical de la francophonie. J’ai aussi le désir de surprendre tout le monde.

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandor

(Photo : Dany Lapointe)

Tu t’es lassé de ce que tu faisais ?

J’ai envie d’être le premier sur la brèche. Je me dis que j’ai des carences, donc je travaille. Physiquement, il faut que je m’implique.

Pourquoi les Kursed ont accepté ce projet avec toi ?

Il faudrait que tu leur poses la question, mais, à mon avis, pour le challenge. Et peut-être pour les mêmes raisons que les miennes. Ils ont du talent. Ils ont le sens du son et savent jouer de la musique. Ils sont aussi beaucoup dans la référence, peut-être avaient-ils envie de mettre des mots français dans leur musique et que quelqu’un comme moi les convenaient ? J’espère que notre jolie drague va rendre leur public et le mien curieux.

Tu as l’impression de repartir à zéro ?

J’ai quelques années de métier derrière moi, le fameux zéro n’existe plus. Tu continues ta route, c’est tout. Mes 50 ans ont remué beaucoup de choses en  moi, même dans ma vie personnelle. Tout ce qu’il se passe dans mon existence du moment à du sens. 

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandor

(Photo : Mandor)

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandor

(Photo : Marylène Eytier/Au bon déclic)

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandorAux Francos, tu as passé deux jours avec une chorale adulte. Qu’as-tu fait avec elle ?

Emilie Yakich, des Chantiers des Francos, m’a fait cette proposition d’animer une chorale adulte. On a pioché dans la programmation des artistes de la nouvelle scène, on a rendu un hommage à Higelin et on a puisé dans notre répertoire à nous. On se produit ce soir au Chapitô des Francos à 20h30 et demain à 14h50 sur la scène du port.

Tu as une relation particulière avec les  Francos ?

J’ai fait beaucoup de choses avec eux et je viens souvent. Je ne fais pas que la vedette ici. Je laisse des traces de sel sur mes T-shirts. J’anime des chorales, des ateliers d’écriture et j’interviens dans différents Chantiers. Pour moi, c’est primordial d’avoir des instants latéraux.

francofolies de la rochelle,dimoné,dimoné & les kursed,interview,mandor

Après l'interview, le 14 juillet 2017.