Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Francofolies de La Rochelle : Les siestes acoustiques de Bastien Lallemant | Page d'accueil | Francofolies de La Rochelle : interview de Foé »

12 juillet 2018

Francofolies de La Rochelle : interview Gael Faure

201801230846-full.jpg

(Photo : Charlotte Abramow)

Gael Faure navigue depuis une dizaine d’années avec des chansons pop comme une succession de voyages immobiles intérieurs, qui lui ont permis de mieux regarder le monde. Passé par le Chantier des Francos, Gael nous a fait le plaisir de présenter son nouvel album, Regain, aujourd’hui au Théâtre Verdière.

Rencontre avec la future grande star de la chanson française (déjà mandorisé là en 2013) et aussi là en 2015).

268x0w.jpg

Argumentaire de presse de l’album Regain (un peu écourté) :

Il y a trois ans, on partait avec Gael Faure vers un road-trip contemplatif et un premier album De silences en bascules qui rythmait notre exode. Aujourd’hui à 30 ans, l’esprit et le cœur gonflés de voyages et d’altérité, il savoure ce bel âge rond qui le guide au plus près de la terre et des Hommes. Avec ce nouvel album, Regain, il promène sa folk synthétique et moderne de la terre à la lune, vagabonde avec bravoure sur des incantations tribales et siffle une philanthropie poétique sur de nouveaux sentiers. Parce que lucide, il a naturellement rejoint le mouvement éco-citoyen « Colibris ». C’est d’ailleurs en refermant le livre de Pierre RabhiVers la sobriété heureuse qu’il compose et écrit spontanément la chanson « Colibri ». Voilà un disque que l’on dévore tout cru, qui nous traverse, et nous replace à l’endroit. Regain nous redresse côté cœur et nous ouvre à l’autre. Gael Faure irrigue un chant cultivé par ses pères et les racines d’une folk lumineuse qu’il pigmente d’une miraculeuse modernité et sacre le renouvellement.

chacha-5.jpg

(Photo : Charlotte Abramow)

IMG_4696.JPGInterview :

Un festival, c’est particulier. Les gens ne viennent pas spécialement pour te voir. Tu aimes ça quand même ?

J’aime bien. La découverte, c’est important. Un peu comme un plat qu’on ose prendre dans un menu. Tous les artistes ont juste envie de faire de bons concerts. J’avais fait les Chantiers des Francos il y a six ans et j’étais revenu deux ans plus tard en tant qu’artiste. J’ai une petite histoire à moi avec les Francos. J’adore ce festival. Ici, je me sens comme en famille.

Tu as chanté tout à l’heure quasiment toutes les chansons de ton nouvel album, Regain.

Oui, je chante très peu d’anciennes chansons. Je viens ici pour faire découvrir ce que je fais aujourd’hui. Ça n’a pas eu l’air de déranger le public.

Non, il était même très réceptif. J’ai constaté en te voyant que tu parviens à réunir toutes les générations. Ce que tu chantes parle à tout le monde.

Je trouve ça bien. J’aime quand un monsieur de 70 ans vient me voir pour me dire que mes chansons lui parlent, quand une maman me dit être bouleversée ou quand je vois des gamins danser comme des fous devant la scène ou me demander des autographes. C’est important que tout le monde puisse retrouver quelque chose dans mes chansons. Est-ce que c’est la voix, les compositions, les textes ? Je n’en sais rien.

Clip de "Courbes et lacets".

J’aimerais aborder l’aspect écologique avec toi. Tu en parles dans certaines chansons.

Cette problématique-là est déjà universelle. Sur cet album, j’ai voulu parler le plus naturellement possible des choses qui me touchent, qui m’énervent, qui m’exaspèrent, qui me font plaisir. Ce côté écologiste, humaniste et éco-citoyens, que pouvais-je en faire ? En faire des chansons sans effrayer les gens, ni les saouler. Il faut dire des choses sans dépasser un certain degré. Alain Souchon le fait très bien. Il faut de la dérision, de l’humour, il faut provoquer de la poésie, pourquoi pas faire chialer ?

Il faut un bon dosage ?

Oui, dans mes chansons et dans ma vie aussi. Tout est une question de dosage et c’est beaucoup de travail d’alimenter ce jardin-là de la vie. C’est difficile de s’épanouir, de s’émanciper et en même temps de faire attention aux autres…

GaelFaure8©CharlotteAbramow.jpg

(Photo : Charlotte Abramow)

Pourquoi fais-tu ce métier ?

Je le fais parce que ça me nourrit encore. Je vois ce métier de la bonne manière. Je me dis que mon chemin est celui que je prends, il n’est pas celui des stades. Il est celui de l’artisan qui frappe à la porte des gens pour leur dire bonjour et leur parler vraiment. J’ai l’impression que je suis assez fidèle avec moi-même et mes convictions. Je n’ai pas envie de me travestir. L’honnêteté à toute sa place dans ce métier de la musique.

Ce qui est impressionnant dans ta façon de mener ta carrière, c’est que tu vas lentement, mais sûrement.

Ça fait plaisir d’entendre ça, parce que c’est ce que j’essaie de faire, alors j’aime quand on me le fait remarquer. Cet album m’a permis de me recentrer et de ne pas me presser. Je ne suis qu’un être humain parmi tant d’autres, il faut savoir se détacher de ce métier. Plus je m’éloigne de ses contingences, plus je me sens bien.

"Ereinté" en version live.

A un moment, as-tu eu peur de te perdre ?

Tout le temps. Il est important de se poser les vraies questions. Se perdre, c’est important aussi, sans doute pour mieux se retrouver. Ça aide à la création, j’ai l’impression.

Tu es l’homme le plus heureux quand tu es sur scène ?

Non, je suis l’homme le plus heureux quand je suis dans une rivière ou en forêt. Je reviens des Cévennes et je vais y revenir vite.

GaelFaure_LollWillems5.jpg

(Photo : Loll Willems)

Pour moi, tu es un immense paradoxe. Tu es un homme qui aime la solitude et la nature et tu fais un métier assez impudique où on est obligé de s’exposer.

Tu as raison. C’est un enfer et c’est extraordinaire. Tu as tout dis. J’ai besoin d’être seul et en même temps, j’ai besoin de parler, de m’exposer au public. C’est un beau métier, mais il est éprouvant.

Tu as 13 ans de carrière. Tu t’en rends compte ?

C’est affreux, je ne vois pas ma vie défiler. Je commence à en parler beaucoup pour en avoir conscience. Désormais, je sais qu’il faut que je fasse les choses à fond.

IMG_4695.JPG

Après l'interview...

Écrire un commentaire