Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-07-12 | Page d'accueil | 2018-07-14 »

13 juillet 2018

Francofolies de La Rochelle : interview de Clara Luciani

francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandor

 (@ Manuel Obadia-Wills RVB)

Clara Luciani, avec sa plume délicate et sa voix grave, en a déjà séduit plus d’un. Ancienne membre du groupe La Femme, elle a été entendue en featuring sur Cyborg, le dernier album de Nekfeu, et aperçue en première partie de Benjamin Biolay et des Insus. La scène, tout comme le studio, n’a donc pas de secret pour elle. Ce soir, dans le cadre des Francofolies de La Rochelle, elle se produit au Grand Théâtre de la coursive. Rencontre quelques heures avant sa prestation.

francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandorArgumentaire officiel de l’album Sainte-Victoire :

Jeune. Brune. Voix grave et assurée. Auteure compositrice d'un premier album dont les dix chansons perforent le cœur comme autant de flèches embrasées. Elle a pleuré mais la vie continue. Désormais c'est elle qui mènera l'offensive et dansera jusqu'au bout de la nuit. Son premier EP Monstre d’Amour auréolé de tant de louanges était un indice. Ce premier album en est la preuve. Clara Luciani a un don pour l'écriture, celui de transposer le récit personnel en une valeur universelle. Une écriture qui possède la patine des chanteuses passionnelles avec lesquelles elle a grandi, de Françoise Hardy à Lana Del Rey en passant par Barbara, Blondie ou Nico. Si elle se défend d'être une femme de son époque, elle est pourtant une femme d'aujourd'hui. Après s'être, un temps, glissée dans les pas de ses ainés, Clara Luciani est désormais en marche pour marquer de son empreinte la nouvelle pop française. Une Sainte-Victoire.

francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandor

 (@ Manuel Obadia-Wills RVB)

francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandorInterview :

C’est ta première fois aux Francos ?

Non, j’ai fait mes premières Francos à l’âge de 19 ans avec La Femme. Je chantais au sein du groupe. L’année dernière, j’ai joué sur une petite scène qui s’appelle La Guinguette. C’est donc  ma troisième fois.

Cette année a été celle de la consécration pour toi. Tu as pris le temps d’apprécier ?

Ça fait 6 ans que je suis à Paris et que j’essaie de faire ma place dans la musique. J’ai participé à plein de projets, j’ai fait plein de petits boulots en espérant ce que je vis aujourd’hui. J’apprécie au compte-goutte  tout ce qu’il m’arrive.

Soudain, les choses se sont emballées.

C’est vrai, mais j’attendais tellement ça que j’ai su recevoir ces cadeaux-là. Je ne suis pas du tout blasée.

Clip de "La grenade".

Ton premier EP  était un peu larmoyant, sombre et mélancolique. Ton album, Sainte-Victoire, lui, estfrancofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandor plus ouvert.

Oui, en effet. Il est plus solaire, plus optimiste. J’ai quand même l’impression que les deux disques sont complémentaires. Les deux ont un point commun, ils sont autobiographiques.

Tu as un Olympia en tant que « vedette » le 12 avril 2019. C’est une forme de consécration ?

C’est hyper excitant pour moi. J’ai fait 7 ou 8 premières parties à l’Olympia, ça fait beaucoup. J’ai en fait trois de Bernard Lavilliers, une de Juliette Armanet l’année dernière, une d’HollySiz… J’espérais tellement que les lettres rouges soient à mon nom sur la devanture. Me dire que cette chose-là va se réaliser m’émeut. J’ai appris avec le temps que monter sur scène c’est jouer de la musique, du verbe jouer. Ce doit être quelque chose de léger. Avant j’appréhendais la musique avec beaucoup de gravité, aujourd’hui, j’ai compris que sur scène, on avait le droit aussi de s’amuser.

francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandor

(Photo : Antoine Monegier)

Ça te laisse le temps d’écrire de nouvelles chansons.

Exactement. Là, je suis en plein travail. Je fais le tri dans les textes que j’ai déjà sur mon téléphone en démo. Ça va être un vrai challenge, mais j’ai hâte.

Clip de "La baie".

francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandorHollySiz et Juliette Armanet, ce sont des amies ?

Oui, nous nous côtoyons. Ce sont des femmes que j’admire et que j’aime beaucoup. Elles ont eu la délicatesse de m’inviter à leur Olympia pour me soutenir et m’encourager, j’ai trouvé ça hyper chic. C’est formidable qu’il y ait des chanteuses, des femmes, solidaires entre elles. C’est important.

Ce que tu fais aujourd’hui est clair-obscur.

Il y a deux forces qui se bataillent en moi. Je suis toujours entre le rire ou les larmes, entre le chaud et le froid, entre le clair et l’obscur, entre le léger et le grave. Cette complexité, cette dualité, je crois qu’elle est propre à la nature humaine.

On sent beaucoup de sincérité dans ton album.

J’espère parce que je suis incapable de faire autre chose que ça. Je n’ai pas souhaité prendre un pseudo parce que les chansons étaient trop moi.

"Les fleurs" en live. 

"Eddy" en live.

Tu as hâte de créer de nouvelles chansons ?francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandor

Si j’ai hâte de chanter de nouvelles chansons, je suis loin d’être lassée de celles-ci. Les chansons « Les fleurs », « La dernière fois », « Drôle d’époque », je les ai écrites trois mois avant de sortir l’album, donc elles sont neuves dans mon esprit.

Françoise Hardy est pour toi la grande figure féminine de la chanson française. Pourquoi ?

Je l’aime beaucoup et j’ai eu la joie de la rencontrer dernièrement. Elle est incroyable. Ce qui m’a le plus touché quand je l’ai découverte, c’est sa façon de chanter très droite, très pure, sans chichis. Sa voix est comme une flèche qui traverse très bien le temps. Elle n’a jamais essayé de chanter selon les modes. C’est une ligne directrice que je tente de suivre.

francofolies de la rochelle,interview,clara luciani,sainte-victoire,mandor

La Rochelle, cet après-midi.

Francofolies de La Rochelle : interview de Suzane

Pierre & Florent.jpg

(Photo : Pierre & Florent)

@jupercute.jpgSon nom d'artiste, Suzane, elle l’a emprunté à sa grand-mère maternelle, mais lui a retiré un "n", pour l'esthétique (et sans doute pour qu’on la retrouve plus vite sur Internet). Elle ne compte à son actif que deux titres : « L'Insatisfait » et « La Flemme ». Mais, ces deux titres lui ont permis de vite se faire remarquer par les professionnels. Cette année, elle a déjà joué à l'Olympia et sera sur la grande scène des Francos ce soir. Lors du changement de plateau entre les rappeurs Bigflo & Oli et Lorenzo, Suzane montrera l'étendue de son talent aussi bien musical que chorégraphique.

Rencontre matinale pour parler des Francos et de ses chansons.

Biographie officielle :

unnamed.jpg

suzane,la flemme,insatisfait,interview,mandor

(Photo : Loll Willems)

IMG_4704.JPGInterview :

Tu t’es produite sur la petite scène du port hier. Ça s’est bien passé ?

Oui, les gens étaient très réceptifs, curieux et accueillants. Je ne pensais pas être si vite programmé dans ce festival. Je me voyais là, éventuellement, mais dans quelques années. Je trouve ça impressionnant d’être ici.

Tu mélanges de la musique electro avec de la chanson.

C’est dur de définir des mots sur sa musique. J’aime bien dire que je fais de la chanson à texte sur fond d’electro. C’est le texte qui doit sortir en premier, ensuite la musique trouve sa place. J’ai essayé de trouver un mélange subtil entre les deux.

Clip de "Insatisfait".

Ta bio indique que tu as écrit tes textes lorsque tu étais serveuse dans un restaurant. C’est vrai ?

L’envie d’écrire est arrivée à ce moment-là, donc j’écoutais beaucoup les conversations des gens qui étaient dans le restaurant. Je me suis nourrie de toutes leurs histoires. C’est un lieu  où on voit l’être humain tel qu’il est. Dans sa façon de se comporter, de se tenir, de s’exprimer. Ces gens ne voient pas la serveuse…mais la serveuse, elle, entend tout. Elle devient même une espèce d’éponge. Ma première chanson « L’insatisfait », c’est parce que j’en ai vu beaucoup et que, moi-même, je peux être insatisfaite. Dans cette chanson, j’ai mélangé mes insatisfactions à moi et celles des proches ou celles d’inconnues.

suzane,la flemme,insatisfait,interview,mandor

(Photo : Antoine Monegier du Sorbier)

On ne s’improvise pas chanteuse et musicienne. Tu as pris des cours ?

J’ai découvert la musique d’abord par le corps. J’ai fait de la danse de 5 à 18 ans. Entre temps, j’ai pris des cours de chant, mais juste pour m’amuser. Quant à la musique, j’ai aussi pris quelques cours, mais pas  beaucoup. Je suis un peu naïve dans ma façon de faire, parce que je ne suis pas une grande musicienne. Je fais de la musique simple que j’ai envie d’entendre.

Clip de "La flemme". 

Il y a eu des artistes qui t’on inspiré ?

J’ai écouté tellement de choses que je ne sais même plus par qui je suis influencée. Je peux quand même dire que des artistes comme Brel, Piaf, Barbara, Renaud ont beaucoup compté pour moi. Je les ai écoutés toute ma vie. C’est sur le tard que j’ai écouté de l’electro comme Daft Punk ou Justice. Actuellement, j’écoute beaucoup Orelsan. J’aime sa façon de manier les mots. Il m’inspire beaucoup dans sa façon de raconter les choses de façon très réaliste.

Et Piaf ?

J’aime aussi beaucoup sa façon de chanter. J’ai beaucoup chanté sa chanson « L’accordéoniste » dans la rue.

suzane,la flemme,insatisfait,interview,mandor

(Photo : Loll Willems)

En regardant tes clips et en écoutant ta musique, j’ai pensé aussi à Stromae.

Il a influencé toute une jeune génération. C’est un immense artiste que j’ai aussi beaucoup écouté. Il est possible qu’inconsciemment, il m’ait influencé. Si on pouvait comparer ma musique à la sienne, j’en serais très flattée.

IMG_4702.JPG

Droit dans les yeux. 

De quoi parleras-tu dans ton album à venir ?

Des moments de vie, d’histoires de vie, du quotidien… Je n’écris jamais sur des personnages qui ne sont pas liés à moi. J’ai un troisième titre qui arrive à la rentrée et qui s’appelle « Suzane » où je raconte mon histoire. Chaque personnage est lié aux émotions que je peux ressentir.

Es-tu confiante pour l’avenir ?

C’est dur d’être confiante. J’ai même peur. Mais plus on a peur, plus on a envie.

Tu te produis ce soir sur la grande scène Jean-Louis Foulquier pour deux chansons. Tu as le trac ?

Ça va être un grand moment, mais j’ai ultra peur. J’ai peur surtout de m’évanouir au dernier moment. Chanter devant 14 000 personnes, ce n’est pas tous les jours !

IMG_4703.JPG

Après l'interview, ce matin.

Francofolies de La Rochelle : interview Chaton

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandor

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandorJ’ai connu Chaton quand il ne s’appelait pas encore ainsi. Il a longtemps travaillé dans la musique sous le nom de Siméo, puis comme compositeur et producteur pour des gros noms de la variété (Jenifer, Yannick Noah, Amel Bent, Natasha St-Pier….). Ensuite, la débandade. Problèmes de santé, déceptions professionnelles, crise de panique. Il a ressenti le besoin de refaire des choses pour lui. Il a décidé de travailler des sons et de hanter des textes pour raconter sa vie, ses rêves, ses désillusions, son mal-être et sa solitude, sans se mentir. Des chansons très personnelles, autobiographiques, mais qu’il est parvenu à rendre universelles. Possible est un disque réunissant des tranches de vies douces-amères et indolentes, chantées à l’autotune sur fond dub. C’est simple, insolite et curieusement cohérent. De la chanson française de qualité autotunée sur une prod dub, personne ne l’avait fait avant. Chapeau l’artiste ! Chaton s'est produit aujourd'hui sur la scène du port… l'occasion d'une rencontre pour évoquer les Francos et son album.

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandorInterview :

C’est ta première venue aux Francos ?

Oui, et c’est curieux. Même en tant que professionnel de la musique, auteur et compositeur, c’est la première fois que je viens. Je crois que c’était le seul festival où je ne suis jamais allé et je ne sais pas pourquoi. Le fait de venir ici directement en tant qu’interprète, ça a une petite magie en fait. Je n’ai  pas souillé ma venue ici avec d’autres choses, d’autres souvenirs… je suis complètement pur des Francos.

Tu as fait un concert tout à l’heure sur la scène du port. Il s’est bien passé ?

L’accueil a été génial. Je vais faire un autre concert au Chapitô des Francos. Il fait beau, l’ambiance est belle, on mange bien, on voit des concerts très intéressants, on rencontre plein de copains parce que tout le métier est là. Je suis heureux.

Clip de "Poésies".

J’ai lu quelque part que tu es le chainon manquant entre Souchon en PNL.

C’est un compliment, je les adore. Je suis même extrêmement fans des deux. Ça me va donc très bien.

Tes textes sont terribles de tristesse, de doutes, d'errance, de désenchantement, de grisaille urbaine, d'honnêteté. Ils sont parfois impudiques, mais je sais que tu l’assumes parfaitement.

C’est parce que j’ai écrit les chansons de cet album sans savoir qu’elles sortiraient un jour, du coup, je n’ai eu aucun frein. Je les ai écrites vraiment pour moi, je suis donc absolument impudique dedans. Le paradoxe aujourd’hui, c’est que, du coup, en interview, je n’aime pas expliquer mes chansons parce que je suis timide et pudique en vrai. Et puis, j’estime que tout est dit dans mes textes. Ce que je raconte est clair, premier degré et autobiographique. Qu’ajouter de plus ?

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandor

(Photo : Antoine Monegier)

Tu abats les cloisons entre le hip hop, l’electro, la chanson et le dub.

Ce sont toutes les musiques de j’aime. Je fais partie de cette génération où on a moins de cloisons entre les musiques parce qu’on peut la consommer plus facilement avec internet, parce qu’il y a moins de cases et de castes et enfin  parce que le monde est de plus en plus ouvert.

Clip de "J'attends en bas".

Tu aimes beaucoup les punchlines, mais sous anxiolytiques.

C’est ma culture hip hop… et les anxiolytiques, c’est ceux que je prends le soir.

Le succès de ton album t’a étonné ?

Complètement. J’ai fait ce disque dans ma chambre, aujourd’hui, je suis aux Francofolies même pas  un an après l’avoir fini. Je l’ai mixé et enregistré tout seul, je me suis écouté à 100%, j’ai été honnête avec ce que j’avais envie de dire. Le fait qu’il y ait des gens qui l’apprécient ou qui le détestent, bref, qui ont un avis là-dessus, je trouve ça complètement incroyable.

Tu as passé 10 ans à travailler avec d’autres artistes dans le domaine de la variété, tu connais tous les tralalalas de ce métier, aujourd’hui, tu te retrouves de l’autre côté, ça t’amuse tout ça ?

Je connais la majeure partie des acteurs de ce métier. Ils savent d’où je viens, ils savent pourquoi je suis là aujourd’hui, je pense qu’il y a une forme de respect.

francofolies de la rochelle,interview,chaton,siméo,mandor

Cet après-midi, à La Rochelle, après l'interview…