Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Francofolies de La Rochelle : interview Chaton | Page d'accueil | Francofolies de La Rochelle : interview de Clara Luciani »

13 juillet 2018

Francofolies de La Rochelle : interview de Suzane

Pierre & Florent.jpg

(Photo : Pierre & Florent)

@jupercute.jpgSon nom d'artiste, Suzane, elle l’a emprunté à sa grand-mère maternelle, mais lui a retiré un "n", pour l'esthétique (et sans doute pour qu’on la retrouve plus vite sur Internet). Elle ne compte à son actif que deux titres : « L'Insatisfait » et « La Flemme ». Mais, ces deux titres lui ont permis de vite se faire remarquer par les professionnels. Cette année, elle a déjà joué à l'Olympia et sera sur la grande scène des Francos ce soir. Lors du changement de plateau entre les rappeurs Bigflo & Oli et Lorenzo, Suzane montrera l'étendue de son talent aussi bien musical que chorégraphique.

Rencontre matinale pour parler des Francos et de ses chansons.

Biographie officielle :

unnamed.jpg

suzane,la flemme,insatisfait,interview,mandor

(Photo : Loll Willems)

IMG_4704.JPGInterview :

Tu t’es produite sur la petite scène du port hier. Ça s’est bien passé ?

Oui, les gens étaient très réceptifs, curieux et accueillants. Je ne pensais pas être si vite programmé dans ce festival. Je me voyais là, éventuellement, mais dans quelques années. Je trouve ça impressionnant d’être ici.

Tu mélanges de la musique electro avec de la chanson.

C’est dur de définir des mots sur sa musique. J’aime bien dire que je fais de la chanson à texte sur fond d’electro. C’est le texte qui doit sortir en premier, ensuite la musique trouve sa place. J’ai essayé de trouver un mélange subtil entre les deux.

Clip de "Insatisfait".

Ta bio indique que tu as écrit tes textes lorsque tu étais serveuse dans un restaurant. C’est vrai ?

L’envie d’écrire est arrivée à ce moment-là, donc j’écoutais beaucoup les conversations des gens qui étaient dans le restaurant. Je me suis nourrie de toutes leurs histoires. C’est un lieu  où on voit l’être humain tel qu’il est. Dans sa façon de se comporter, de se tenir, de s’exprimer. Ces gens ne voient pas la serveuse…mais la serveuse, elle, entend tout. Elle devient même une espèce d’éponge. Ma première chanson « L’insatisfait », c’est parce que j’en ai vu beaucoup et que, moi-même, je peux être insatisfaite. Dans cette chanson, j’ai mélangé mes insatisfactions à moi et celles des proches ou celles d’inconnues.

suzane,la flemme,insatisfait,interview,mandor

(Photo : Antoine Monegier du Sorbier)

On ne s’improvise pas chanteuse et musicienne. Tu as pris des cours ?

J’ai découvert la musique d’abord par le corps. J’ai fait de la danse de 5 à 18 ans. Entre temps, j’ai pris des cours de chant, mais juste pour m’amuser. Quant à la musique, j’ai aussi pris quelques cours, mais pas  beaucoup. Je suis un peu naïve dans ma façon de faire, parce que je ne suis pas une grande musicienne. Je fais de la musique simple que j’ai envie d’entendre.

Clip de "La flemme". 

Il y a eu des artistes qui t’on inspiré ?

J’ai écouté tellement de choses que je ne sais même plus par qui je suis influencée. Je peux quand même dire que des artistes comme Brel, Piaf, Barbara, Renaud ont beaucoup compté pour moi. Je les ai écoutés toute ma vie. C’est sur le tard que j’ai écouté de l’electro comme Daft Punk ou Justice. Actuellement, j’écoute beaucoup Orelsan. J’aime sa façon de manier les mots. Il m’inspire beaucoup dans sa façon de raconter les choses de façon très réaliste.

Et Piaf ?

J’aime aussi beaucoup sa façon de chanter. J’ai beaucoup chanté sa chanson « L’accordéoniste » dans la rue.

suzane,la flemme,insatisfait,interview,mandor

(Photo : Loll Willems)

En regardant tes clips et en écoutant ta musique, j’ai pensé aussi à Stromae.

Il a influencé toute une jeune génération. C’est un immense artiste que j’ai aussi beaucoup écouté. Il est possible qu’inconsciemment, il m’ait influencé. Si on pouvait comparer ma musique à la sienne, j’en serais très flattée.

IMG_4702.JPG

Droit dans les yeux. 

De quoi parleras-tu dans ton album à venir ?

Des moments de vie, d’histoires de vie, du quotidien… Je n’écris jamais sur des personnages qui ne sont pas liés à moi. J’ai un troisième titre qui arrive à la rentrée et qui s’appelle « Suzane » où je raconte mon histoire. Chaque personnage est lié aux émotions que je peux ressentir.

Es-tu confiante pour l’avenir ?

C’est dur d’être confiante. J’ai même peur. Mais plus on a peur, plus on a envie.

Tu te produis ce soir sur la grande scène Jean-Louis Foulquier pour deux chansons. Tu as le trac ?

Ça va être un grand moment, mais j’ai ultra peur. J’ai peur surtout de m’évanouir au dernier moment. Chanter devant 14 000 personnes, ce n’est pas tous les jours !

IMG_4703.JPG

Après l'interview, ce matin.

Écrire un commentaire