Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« David Assaraf : interview pour son premier EP | Page d'accueil | Journée Portes ouvertes à Radio Air Show avec André Torrent »

20 juin 2018

Jacques et Jacques (Vincha et Laurent Lamarca) : interview pour Le sens de la vie

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandorCe projet est fou, fun, frais, bien barré. Il est surtout bien pensé et bien écrit. Il faut dire que Jacques et Jacques ne sont pas des artistes novices. Vincha et Laurent Lamarca (déjà mandorisé en 2013 et aussi un peu là en 2015 lors du 8e prix Centre des Ecritures de la chanson Voix du Sud-Fondation La Poste) ont décidé d’unir leurs voix alors qu’ils viennent d’horizons très différents. Ce qui n’empêche pas une association novatrice est vraiment réussi. Le 8 juin dernier, Jacques et Jacques m’ont donné rendez-vous dans un café de Ménilmontant.

Avant de lire l’interview, voici deux biographies pour le prix d’une.

Biographie officielle (écrite modestement par Laurent Lamarca) :

Vincha et Laurent Lamarca se croisent à Astaffort lors des 38ème rencontres organisées par Voix Du Sud au printemps 2014. Vincha sera très vite subjugué par le talent et l’incroyable charisme de Laurent Lamarca. Il va alors tout faire pour convaincre Laurent de monter un duo ensemble. Et même si aux yeux de Laurent, Vincha est quand même plus un boulet qu’autre chose, multipliant les lacunes et les défauts, il va finalement céder. Car même s’il est un peu simple, Vincha reste tout de même un mec assez sympathique. Ils monteront un répertoire assez vite, non sans l’aide de l’immense créativité de Laurent. Des chansons le plus souvent écrites par Vincha, car il faut bien qu’il apprenne, et le plus souvent composées par Laurent (certainement d’ailleurs la partie la plus intéressante du projet) entre Epoque yéyé et Rap Old School (comme dit Vincha, un peu dépassé par la mode le pauvre). Ce dernier regrettera plus tard d’avoir eu la flemme d’écrire cette bio, et n’aura comme seul recours une triste blague vaseuse sur la mère à Laurent, comme à son habitude…

Note de Mandor : Bon, visiblement, cette première bio un peu avantageuse pour l’un des deux Jacques n’a pas vécu très longtemps… Voici la nouvelle, plus… partageuse.

Biographie officielle (bis) par Jacques:jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

Jacques, la tête pensante du groupe, joue de la guitare et chante. Jacques, l’autre tête pensante du groupe, joue des machines et, quand Jacques chancelle, Jacques chante à sa place. Jacques aime Elvis Presley, Chuck Berry, l’innocence des yéyés, et les gens qui claquent des doigts mais en rythme. Jacques, lui, préfère le hip-hop avec sujet+verbe+complément, et les beats qui font que l’on ondule son corps presque malgré soi. Il se dégage de Jacques une certaine forme de nonchalance très Dutronc - le Jacques évidemment. Il se dégage de Jacques une certaine forme de détachement très Eddy - le Michel bien sûr. Sur scène, Jacques & Jacques sont drôles, bourrés… d’énergie, plus en place que plein d’artistes que la décence nous interdit de nommer ici et, ce qui ne gâte rien, très bien habillés. Leurs compositions pleines d’humour et vides de gros mots chantent le droit d’être vieux et à la retraite le plus tôt possible, l'inutilité de l’écologie, l’amour de l’argent, l’amour de l’amour, l’utilité - ou pas - fondamentale des enfants. Dans la vraie vie, le duo est à la tête du Jacquistan, une entité politique située quelque part entre Woodstock et la Corée du Nord. Un pays d'obédience œcuménique dont la présentatrice TV vedette est « noire, handicapée, juive, et pédé ». Je ne sais pas vous mais moi, en ce qui me concerne, aux prochaines élections, je vote pour Jacques… ou pour Jacques. 

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandorInterview :

Vous vous êtes rencontré aux Rencontres d’Astaffort. Quel souvenir en gardez-vous ?

Laurent : C’était exaltant. On a beaucoup travaillé, mais c’était passionnant d’échanger constamment.

Vincha : Je n’ai jamais fait de colonies de vacances, mais c’est comme ça que j’imagine le truc. C’est intense. Tu fais la connaissance de nouvelles personnes avec lesquelles tu deviens potes très vite. A la fin, tu pleures de devoir les quitter. Pour moi, c’est une colo musique, un rêve de gosse presque.

Une élève des dernières Rencontres, Sarah Johnson, m’a donné une définition presque similaire à la tienne : « les Rencontres d’Astaffort, c’est une colonie de vacances, sans les vacances. »

Vincha : Ha ha ha ! C’est tellement ça.

Laurent : Ce que j’aime aussi, c’est que l’on reçoit du soutien de tout le monde, des encadrants aux élèves. Il n’y a que de la bienveillance là-bas.

Vincha : Tout à fait d’accord. Ça n’arrive jamais ailleurs et autrement de mettre les pieds sous la table trois fois par jour, de commencer des morceaux de musique, d’avoir des gens souriants et bienveillants qui viennent pour relever ce qu’ils aiment dans ton travail. De plus, et là c’est très fort, les egos sont complètement mis de côté. Il n’y a pas d’autre but que de faire un spectacle. Personne ne fait rien pour sa gueule, c’est le collectif avant tout.

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

(Photo : Jean Fauque. Cliché pris dans "la cour de création" des Rencontres d'Astaffort.)

Vous vous êtes très vite « reconnus » là-bas ?

Laurent : Nous sommes devenus assez vite potes. C’est Vincha qui est venu me voir pour me proposer une chanson un peu plus énergique pour le spectacle. C’est ainsi qu’est né Jacques et Jacques finalement. D’ailleurs, la chanson que l’on a chantée s’appelle « Les enfants » et elle figure sur notre album. Dans celle-ci, on se demande si nos vies n’étaient pas meilleures quand on n’avait pas d’enfants. C’est du second degré, bien sûr… comme dans quasiment toutes nos autres chansons.

En tout cas, ça vous a donné envie de faire un groupe.

Vincha : A Paris, on a même pris un studio ensemble et on a continué à écrire des morceaux. Nous sommes ensuite revenus à Astaffort, considérant que c’était dans ce cadre-là qu’on allait être le mieux pour se mettre en immersion et créer. En une semaine, on a trouvé le concept musical, on a fait la moitié de l’album et on a trouvé le nom de notre groupe.

Le karaoklip de "La révolution?"

Le concept de votre album, c’est de découvrir le sens de la vie. Mazette !

Laurent : C’était très ambitieux, d’ailleurs, nous n’y sommes pas parvenus. A la fin du disque, on comprend pourquoi.

La chanson la plus explicative du sens de la vie serait peut-être c’est « Qui c’est qui ? »

Vincha : C’est la dernière chanson écrite. On n’est pas partie dans l’idée de chercher   réellement le sens de la vie, mais on voulait aborder des grandes thématiques, parler de la société frontalement, mais aussi des amis, du pouvoir, de l’écologie, de la révolution...

Avec des angles particuliers.

Laurent : On aime bien s’amuser avec l’ironie et prendre le contre-pied de la réalité.

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

(Photo : Benjamin Pavone)

Il est aussi question des femmes, dans « L’amour? » notamment. Vaste sujet ?

Vincha : Nous concluons ce morceau avec « je t’aime aussi quand t’es là », c’est bien une preuve d’amour, non ?

Laurent : On dit que les femmes se vengeront des hommes un jour et qu’il faut donc en profiter avant ce funeste jour. C’est une chanson super second degré qui, en fait, condamne la place de l’homme dans la société.

Vincha : On « humorise » tous les thèmes abordés, mais on veut être compris quand même. Il faut que les gens qui écoutent les chansons comprennent immédiatement la blague, le sens caché, sinon, on a loupé la chanson.

Karaoklip de "L'écologie?"

Vous êtes tous les deux très complémentaires ?

Laurent : Oui. Vincha trouve souvent les idées de chansons, les façons d’en parler, ensuite, moi je gratte et si je trouve un truc un peu faible on le retravaille.

Vincha : Et musicalement, c’est un peu dans l’autre sens. Notre musique est d’ailleurs très variée car je viens du hip hop et Laurent du rock’n’roll.

Laurent : Mais avec Jacques et Jacques, on est un peu dans les années 60. Le côté yéyé nous plaisait bien, car c’était des chansons naïves.

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

Le son Jacques et Jacques, c’est quoi ?

Vincha : C’est une méthode : un breakbeat, une sub-bass et une guitare électrique.

On s’éclate à écouter un album comme ça… mais à faire ?

Vincha : Tu n’imagines pas.

Laurent : On aimerait bien faire un deuxième disque et on a très envie de le commencer. C’est bien la preuve que c’était un sacré plaisir de bosser ensemble. Vu qu’on est perpétuellement dans l’humour, nous nous sommes fait rire mutuellement.

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

(Photo : Benjamin Pavone)

Il y a des interludes parlés entre chaque chanson, souvent très drôles.

Vincha : Comme dans les albums de rap des années 90, l’absurdité en plus. La prochaine fois, je crois que nous irons encore plus loin.

Il y a trois guests dans votre disque : Hippocampe Fou, Dieu et Jean Fauque, un autre Dieu, mais du texte.

Laurent : On l’a connu à Astaffort, il était intervenant sur l’écriture. Je suis fan de Bashung, alors évidemment, je respecte énormément son travail.

Vincha : Ce que je ne connaissais pas de Jean Fauque, c’était sa drôlerie. Il fait des blagues tout le temps. On n’a donc pas hésité à lui demander une petite participation dans la chanson « La fête? ».

Clip de "Etre un vieux?" Réalisé par Nico & Juan Produit par Chiips et Zamora Label.

Le projet Jacques et Jacques est un projet parallèle à vos propres carrières solos. Que vous apporte-il ?

Vincha : C’est un projet plaisir 100%. Il faut qu’il soit récréatif, amusant, joyeux. On le fait pour souffler, ce qui n’empêche pas beaucoup de travail. On n’a pas envie de se battre pour imposer Jacques et Jacques, on a juste envie de se régaler à incarner ses deux personnages.

Laurent : A la base, avec Jacques et Jacques, on a eu envie de faire de la musique comme on le faisait au bahut. On ne se pose pas question, on doit juste kiffer. On veut être en mode « loisir et bonheur », même si maintenant on a une petite équipe derrière nous et qu’il faut assumer l’existence de Jacques et Jacques.

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

Pendant l'interview (photo : Julien Piraud).

Est-ce que Le sens de la vie est un disque conceptuel ?

Vincha : (Rires) Tout est conceptuel avec Laurent Lamarca. Il a trois passions dans la vie : les guitares électriques, Roland Garros et les concepts.

Laurent : J’aime bien que dans la musique, il y ait des concepts, qu’il y ait des liens partout. Sur mon nouvel album solo, il y a un chiffre fondateur, le 4. Je vais loin là-dedans, alors ça fait marrer Vincha. 

Clip de "Bienvenu au Jacquistan". 

Vous êtes à la tête d’un pays imaginaire, le Jacquistan.

Vincha : C’était un moyen de critiquer la politique au second degré. Comme nous sommes des esprits positifs, on préfère expliquer ce que l’on a envie de faire nous. Le Jacquistan, c’est une manière de parler de ce qui ne nous plait pas en parlant de ce qui nous plait en fait. Au lieu de dire, je suis contre le racisme, contre l’homophobie et contre toutes les intolérances, nous préférons faire présenter le JT du Jacquistan par une femme noire, handicapée, juive, homosexuelle avec un accent marseillais. On est pas mal… on a résolu beaucoup de problèmes en un personnage.

Est-ce que votre message final est : « il faut profiter de la vie, car elle peut ne pas durer » ?

Vincha : Il y a ça et il y a aussi pouvoir rire des choses graves ou sérieuses.

Laurent : La vie ne sert pas à grand-chose, on se contente de la traverser d’une belle manière.

Après le sens de la vie, on peut aller plus loin ?

Laurent : On peut aller ailleurs. 

jacques et jacques,vincha,laurent lamarca,le sens de la vie,interview,mandor

Après l'interview... (ça se voit que l'on fait semblant d'être en situation? #actorsstudio)

(Photo : Julien Piraud)

Écrire un commentaire