Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-05-29 | Page d'accueil | 2018-06-07 »

03 juin 2018

Vilain Coeur : interview pour l'EP eponyme.

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interview

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interviewSofi et Cris, nous les avions connus au sein du groupe Glasgow. Aujourd’hui, ils effacent tout et ils recommencent sous l’étrange identité de Vilain Cœur. Leur premier EP vient de sortir (produit par Paul Reeve et mixé par Ian Caple, excusez du peu !)

Vilain Cœur… Comme l’explique le dossier de presse, « rapprocher ces deux mots relève presque de l’oxymore. C’est suggérer que la nature humaine contient autant de beauté que de laideur, qu’elle est force et faiblesse à la fois. Les deux ventricules qui forment ce Vilain Cœur ne pouvaient trouver meilleur qualificatif pour baptiser leur projet musical ». Car leurs chansons, recentrées sur leur tandem, ont cette particularité de raconter nos fêlures sur des mélodies irrésistibles et légères.

Leur premier single « A quoi tu joues » a fait près de 140 000 vues et est diffusé sur NRJ Hits, TV5 Monde, CStar et MCM.

Le 20 mai dernier, je leur ai demandé de me rejoindre à l’agence pour m’expliquer notamment ce changement de trajectoire musicale.

Photos (sauf à l'agence): Éric Soudan et Christian Juillard.

Longue interview de Vilain Cœur sur le site Idoles Mag.

Site officiel : https://www.vilaincoeur.com/
Facebook :
https://www.facebook.com/vilaincoeurmusic
Intagram :
https://www.instagram.com/vilaincoeur/
Twitter :
https://twitter.com/VilainCoeur
Youtube :
https://www.youtube.com/channel/UC2IwbSMV5TUUQ7BfIzi2tug

Biographie (officielle) :vilain coeur,sofy,cris,mandor,interview

L’anatomie de ce duo atypique bouscule tous les clichés : Sofi compose et arrange, Cris manie les mots et les interprète. Sur scène, elle est bouillonnante et énergique. Il est sensible et émouvant. Tous deux se complètent pour ne former qu’une seule entité et faire battre ce Vilain Cœur.

Peut-être les avez-vous connus dans une vie musicale antérieure ? Sous un autre nom, ils ont écumé les salles de concert et sorti plusieurs albums. Puis, ils ont souhaité s’affranchir de la vie de groupe et revenir à l’essentiel. De ce renouveau artistique est né un premier EP tout en contrastes et en nuances. Car avec Vilain Cœur, il est interdit de s’interdire... Pourvu que le résultat soit authentique !

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interviewLe disque (argumentaire officiel) :

Sofi et Cris ont produit, trituré et joué avec les sons et les textures. Il émerge de cette liberté des ritournelles décomplexées qui font la part belle aux sons organiques tout autant qu’aux expérimentations électroniques. Pas surprenant donc que ce Vilain Cœur ait fait palpiter celui de Paul Reeve (Muse, Razorlight, Supergrass…) et de Ian Caple (Tindersticks, Tricky, Bashung…) qui se sont impliqués, l’un dans la réalisation et l’autre dans le mixage de ce projet.

Ces cinq morceaux racontent les travers de l’humain sans jamais tomber dans le pathos, transformant des situations de la vie en chansons subtiles et exaltantes. De “Mon absence”, où l’intime d’une disparition s’adresse à chacun d’entre nous, au “Zèbre”, qui croque notre instinct animal : il n’y a jamais de jugement, mais de l’autodérision et beaucoup de lucidité.

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interview

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interviewInterview :

Vous vous êtes rencontrés avec Glasgow ?

Sofi : Nous sommes originaires de Lyon, mais j’ai vécu à Glasgow ou j’ai fait pas mal de musique très rock. En rentrant à Lyon, j’ai cherché à jouer au sein d’une formation. Je suis tombé sur l’annonce de Cris qui avait un groupe appelé Glasgow, j’y ai vu un signe.

Cris : Moi, je voulais absolument travailler avec une fille guitariste. Je me lassais de jouer uniquement avec des mecs. Mon souhait s’est exhaussé.

Ca a « matché » immédiatement ?

Oui, mais juste entre nous deux. Pas avec la totalité du groupe (rires). Les deux autres musiciens du début sont partis, alors, on en a cherché d’autres. Ça fait un moment que nous sommes complices Sofi et moi…

Peut-on affirmer aujord’hui que c’est la fin de Glasgow ? vilain coeur,sofy,cris,mandor,interview

Cris : On n’a pas l’habitude de courir plusieurs lièvres en même temps. Sans l’affirmer de manière ferme et définitive, aujourd’hui, je crois quand même que Glasgow, c’est fini.

Sofi : Le fait de nous être recentrés sur notre duo nous a permis de créer beaucoup plus de chansons qu’à l’accoutumée. On n’a plus besoin de convaincre les autres en palabrant pendant des heures et on ne fait plus du tout de compromis. C’est agréable et libérateur.

Cris : A deux, c’est plus facile d’être disponible qu’à quatre. On a la même motivation pour Vilain Cœur que l’on a eu pour Glasgow, sauf qu’on a plus la contrainte de dépendre d’éléments extérieurs. Pour être très clair, le fait de travailler tous les deux est parti d’un constat très simple. Le batteur que nous avions à l’époque a décidé de vivre de nouvelles aventures, à partir de là, on s’est dit que l’on ferait sans. On a tellement changé de musiciens qu’on en a eus un peu marre. Comme j’ai toujours donné les indications des parties rythmiques aux batteurs, j’ai décidé de m’y coller moi-même Les compositions et les arrangements étaient déjà ceux de Sofi. L’évidence s’est imposé : nous n’avions pas besoin d’autres musiciens.

Clip du "A quoi tu joues?"

Avec Vilain Cœur, vous avez l’impression de redémarrer à zéro ?

Sofi : Oui, très clairement. Il y a une fraicheur qui nous stimule et nous ravie.

Cris : Avec Glasgow, on a fait presque 300 concerts. Les dernières années, on avait l’impression d’être vieillissants. On n’évoluait plus. Devenir un vrai duo, ça nous titillait depuis un moment, mais nous n’étions pas sûre d’en être capable.

Sofi : La décision n’a pas été cash et immédiate. Cela s’est fait petit à petit. On a commencé à rentrer dans les programmations, dans les arrangements électroniques et on s’est rendu compte qu’on y parvenait. C’est là que l’on a pris la décision de faire ce disque à deux.

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interview

Sofi compose et Cris écrit les textes. C’est comme ça que Vilain Cœur fonctionne ?

Cris : Après, rien ne nous empêche d’aller sur le terrain de l’autre discrètement. On parle, on échange, on partage.

Sofi : On se titille même (rires). Parfois, je lui demande d’élaguer un texte, sinon la chanson ferait 10 minutes.

Cris : Il m’arrive d’avoir tendance à écrire des textes un peu alambiqués. Ce nouveau projet m’incite à être plus clair, plus simple, moins dans l’image. C’est la chanson « Le zèbre » qui a initié ce changement et qui m’a libéré dans l’écriture. J’ai senti soudainement que je n’avais plus de contraintes. 

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interview

Glasgow était plus rock que Vilain Cœur. Là, vous êtes plus dans la pop électronique.

Sofi : C’est la forme que nous voulions. C’est la ligne directrice qui nous plait et nous parle… et je crois que l’on peut dire que nous n’avons jamais été aussi sincère dans notre démarche artistique.

Cris : C’est un projet hyper positif et il m’a donné un regain d’énergie. A un moment, très franchement, j’ai pensé abandonner la musique. Tu te frottes à un métier qui est difficile, surchargé, avec des gens qui ne sont pas toujours agréables. Parfois, j’ai été affecté humainement, alors, je n’avais plus envie de continuer. Je le répète, Vilain Cœur m’a reboosté. Il m’a redonné les sensations de mes débuts. Là, on a envie d'être présent pour longtemps.

vilain coeur,sofy,cris,mandor,interview

Le 20 mai 2018, après l'interview.