Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Carine Achard : interview pour La Traversée | Page d'accueil | Hiver Pool : interview pour Turbulences »

23 avril 2018

Franck Calderon et Hervé de Moras : interview pour Là où rien ne meurt

franck caldéron, hervé de moras, là où rien ne meurt, robert laffont, interview, mandor

Note des auteurs :

« Michel de Moras, le papa de l’un des auteurs, Hervé de Moras, est décédé le 18 décembre 2001. Son cercueil a été emporté 8 mois plus tard dans les inondations qui ont frappé la région nîmoise. Peu de temps avant, un astronome japonais pensait avoir repéré dans le ciel une trace de la comète Biela 3D, disparue depuis presque 150 ans. Ces histoires vraies nous ont inspiré ce roman. Tout le reste n’est que pure fiction. »

J’ai déjà mandorisé Franck Calderon et Hervé de Moras il y a deux ans, à la sortie de leur premier roman La prétendue innocence des fleurs. A chaque fois, c’est un exercice extrêmement difficile pour moi d’évoquer leur ouvrage du moment. Je les apprécie humainement et intellectuellement. Je trouve que ces deux auteurs apportent un souffle nouveau dans le monde du thriller. Ils y ajoutent des ingrédients comme le romantisme et le surnaturel « contrôlé » qui apportent beaucoup à leurs intrigues policières. Mais voilà, tous les trois, nous sommes amis d’enfance. Donc, l’idée que je ne sois pas objectif, que je fais de la publicité à mes potes de jeunesse peut très vite prendre le pas sur mon intégrité professionnelle.

Il n’en est rien.

Depuis 30 ans que j’officie dans ce métier, j’ai croisé du monde. Pas mal d’artistes sont devenus des amis, d’autres pas. Pas mal de copains sont devenus des artistes, d’autres pas. Je ne parle jamais des projets qui ne m’intéressent pas ou que je ne trouve pas au minimum honorables. Mais voilà, Calderon et de Moras ont un putain de talent pour écrire des romans qui nous emportent intelligemment, qui nous font réfléchir, qui exposent des théories originales et malignes.

Bref, avant de lire l’interview que j’ai réalisée d’eux, j’ai écrit un article pour Le Magazine des Loisirs Culturels Auchan. Il explique le roman (et ce que j'en pense).

Dans l’interview, je n’ai pas souhaité revenir sur le livre en lui-même. Peur de spoiler. Peur d’en dire trop.

Même en dire le minimum est déjà trop pour un roman de ce type.

franck caldéron, hervé de moras, là où rien ne meurt, robert laffont, interview, mandor

franck caldéron, hervé de moras, là où rien ne meurt, robert laffont, interview, mandor

franck caldéron,hervé de moras,là où rien ne meurt,robert laffont,interview,mandorInterview :

Est-ce que ce livre a été plus facile à écrire que le premier ?

Hervé de Moras : Quand certaines difficultés se posaient, nous savions où trouver des solutions. Dans la manière de fonctionner, on a tout de suite repris des automatismes qui étaient restés en sommeil pendant les deux années qui ont séparé La prétendue innocence des fleurs et Là où rien ne meurt.

Franck Calderon : On avait bien rodé certains mécanismes dans le premier livre, du coup, ils se sont imposés à nous dans le deuxième. En tout cas, on a essayé d’être le plus exigeant possible.

Dans quel genre littéraire peut-on placer votre livre ?

Hervé de Moras : On reste dans le même genre que le premier, un thriller avec une forte composante sentimentale. Dans Là où rien ne meurt, nous avons ajouté un peu d’ésotérisme. On parle un peu d’alchimie, on a l’impression parfois de flirter avec le fantastique.

Franck Calderon : C’est une grande aventure humaine, une grande aventure sentimentale… avec du drame. On évoque des thématiques qui sont empreintes d’un peu de mysticisme. Elles font partie de l’histoire et sont très concrètes. L’alchimie a existé. Pour nous, c’est une métaphore du parcours initiatique et, en même temps, ça a été une science qui a été pratiquée par des gens très sérieux, pas seulement par des farfelus, comme on pourrait l’imaginer. Tout ça teinte le livre de choses mystérieuses. Cette part de mystère, Hervé et moi voulons l’avoir dans tous nos romans.

Teaser du roman.

Au bout de deux romans, je trouve qu’il y a déjà un style Calderon-De Moras. franck caldéron,hervé de moras,là où rien ne meurt,robert laffont,interview,mandor

Hervé de Moras : C’est lié à cette volonté d’avoir non seulement une histoire policière, une énigme à résoudre et un propos qui est développé tout au long du roman. Dans Là où rien ne meurt, c’est l’éternité, dans La prétendue innocence des fleurs, c’était le pardon.

Tout est allé vite pour vous. Vous avez trouvé immédiatement un éditeur, Scrinéo, pour La prétendue innocence des fleurs et un autre, Robert Laffont, pour Là où rien ne meurt.

Hervé de Moras : C’est bien d’être édité, mais je suis plus concentré sur la qualité de ce que l’on fait. J’ai conscience de la chance que nous avons, dire le contraire serait faire injure à ceux qui ne trouvent pas d’éditeur.

Franck Calderon : On ne se pose pas les questions dans ces termes-là. On écrit en essayant de faire du mieux que l’on peut, après, cela ne nous appartient plus. On a été contents d’avoir été chez Scrinéo parce que c’est une maison qui nous a beaucoup plu et on a vécu ensemble une formidable aventure. Mais on est aussi hyper content aujourd’hui d’être chez Robert Laffont avec notre éditeur, Glenn Tavennec. On se réjouit de ce qui nous arrive, mais on garde la tête froide. On pense déjà au roman suivant et nous souhaitons qu’il soit encore meilleur que le précédent.

franck caldéron,hervé de moras,là où rien ne meurt,robert laffont,interview,mandorL’écriture de Là où rien ne meurt a été très prenant pour vous deux. Quand le manuscrit a été rendu, il y a eu une sorte de vide dans vos vies ?

Franck Calderon : Nous n’étions pas dans une pression, mais plus dans une émulation. L’écriture pour moi n’est pas un plaisir, c’est un besoin. Si ce n’est qu’un désir, tu t’essouffles et tu ne vas pas au bout.

Hervé de Moras : Ça me fait penser à l’inertie. Le plus difficile, c’est de mettre en mouvement quelque chose. Une fois que tu es lancé, tu es entrainé par ce mouvement. Plus l’histoire est avancée, plus on a envie qu’elle avance encore plus. Vers la fin, il y a même un phénomène d’emballement. Ça devient extrêmement jouissif quand tes personnages parlent presque tout seul, quand l’intrigue se développe presque malgré nous. C’est passionnant.

franck caldéron,hervé de moras,là où rien ne meurt,robert laffont,interview,mandor

Pendant l'interview chez Franck Calderon...

Et donc, il y a bien un manque à l’issue de l’écriture et des corrections. franck caldéron,hervé de moras,là où rien ne meurt,robert laffont,interview,mandor

Hervé de Moras : Personnellement, j’ai ressenti une sorte de blues. Un trou d’air qui finalement se comble par tout ce qu’il faut faire après autour du roman. La sortie, la promo, les salons du livre…

Franck Calderon : Moi, je n’ai pas de blues. J’ai le plaisir du travail accompli le mieux possible. Ça laisse aussi l’espace pour partir vers de nouvelles aventures. C’est un peu comme quand on rentre d’un voyage et que l’on commence à préparer le suivant.

Hervé de Moras : Ce manque que j’ai eu s’est traduit par une réflexion immédiate sur le troisième roman. Tout de suite, Franck et moi en avons beaucoup parlé.

Franck Calderon : Si nous n’écrivons pas tant que l’on n’a pas l’histoire, c’est tout de même l’enclenchement du processus du prochain livre.

Hervé de Moras : Dans notre façon de fonctionner, ce qui précède un roman, c’est un vrai travail de recherche. Recherche du thème, des personnages, de l’intrigue… et des recherches historiques. Dans nos deux livres, il y a un gros travail de documentation.  Je précise que dans la partie fictionnelle, nous cherchons à ce que tout soit crédible. Nous ne sommes pas dans le fantastique, mais nous aimons bien flirter avec. On veut que le lecteur s’interroge sur « comment nous allons retomber sur nos pieds sans décevoir ? »

Il y a effectivement beaucoup d’intrigues et de rebondissements.

Hervé de Moras : Quand on a bien posé un décor, quand on sait vraiment où on va, on n’a pas besoin de se poser 1000 questions pour savoir comment nous allons résoudre quelque chose qui parait absolument incroyable aux lecteurs. Nous nous savons très bien que nous avons une clef valide pour expliquer quelque chose qui, de l’angle où le lecteur le perçoit, peut paraître à la limite du surnaturel.

franck caldéron, hervé de moras, là où rien ne meurt, robert laffont, interview, mandor

Le 22 avril 2018, avec Hervé de Moras et Franck Caldéron. 

franck caldéron,hervé de moras,là où rien ne meurt,robert laffont,interview,mandor

Les commentaires sont fermés.