Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-03-13 | Page d'accueil | 2018-03-21 »

19 mars 2018

Seemone : interview d'une future grande artiste

seemone,nighbird,interview,mandor

(Photo : Boby)

seemone,nighbird,interview,mandor(Photo à gauche : Phunillb)

Attention ! Talent hors norme à l’horizon ! Seemone n’a que 20 ans, personne ne l’a connait encore et pourtant elle va exploser d’un jour à l’autre. Il ne peut pas en être autrement.

Des nouvelles venues sur la scène musicale pop française, il y en a pléthore. Mais peu ont retenu mon attention aussi radicalement. Une gravité dans  le visage, un timbre très mature, tout aussi surprenant qu’envoûtant. Il émane de ses titres et reprises une grande fraîcheur et une intensité rare.

Le 9 mars dernier, nous nous sommes retrouvés aux Bains Douches pour une première mandorisation. Et  pour être plus précis, il s’agissait de la première interview de sa vie. (Merci à Julien Piraud de l’agence Multimédiaxe pour ce cadeau.)

Biographie officielle : 

seemone,nighbird,interview,mandor

seemone,nighbird,interview,mandor

(Photo : Boby)

seemone,nighbird,interview,mandor

seemone,nighbird,interview,mandor

(Photo : Boby)

seemone,nighbird,interview,mandorInterview :

Vous ne débarquez pas comme ça par hasard. Cela fait trois ans que vous travaillez les chansons que nous sommes en train de découvrir. Mais quel est votre parcours avant votre rencontre avec le ténor Fabrice Mantegna.

Il est particulier. A la base, je n’avais pas envie de faire de la musique, mais du cinéma en tant que comédienne. Mais depuis toute petite, j’ai une malformation vocale qui m’a donné une voix un peu bizarre. Au Cours Florent, avec cette voix complètement cassée, c’était difficile de la porter. Parfois, elle n’était pas audible… c’était compliqué. On m’a donc conseillé de prendre des cours de chant pour l’utiliser au mieux. J’ai pris des cours avec une première prof avec laquelle ça n’avait pas du tout collé. Elle m’avait même traumatisé. Elle me disait carrément que je n’avais pas une voix pour chanter et que je n’étais absolument pas faite pour ça.

Heureusement, une de vos copines avait comme prof de chant, Fabrice Mantegna (photo à droite). seemone,nighbird,interview,mandor

Oui et je trouvais qu’en deux mois, elle faisait des progrès fulgurants, j’ai donc souhaité le rencontrer. Au bout d’un mois de cours il m’a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi je voulais faire du cinéma. Il a trouvé que j’étais faite pour la musique et que ma voix était super jolie. C’était tout ce que j’avais envie d’entendre. Je me suis vite aperçue que j’avais l’oreille musicale. Il faut dire que depuis toute petite je chantais en secret dans ma chambre. Je suis donc tombée dans la musique un peu par hasard, mais un joli hasard.

Et vous avez immédiatement pris goût au chant ?

Ce dont j’étais certaine c’était que j’avais une âme d’artiste. Je ne savais pas trop où aller parce que j’étais très jeune. Ce sont des questions que l’on ne se pose pas forcément quand on est au lycée. Je savais juste que je ne voulais pas faire quelque chose de normal. J’avais besoin de créer. A travers la musique, j’ai trouvé ma voie et ma voix. J’ai fait de ma différence une force. 

Le dernier clip de Seemone, "Que reste-t-il de nous?" 

Votre voix, quand vous me parlez, ne me paraît pas si grave et cassé que cela.

Mais quand j’étais petite fille, ça choquait les gens. Je rentrais chez moi et je disais en pleurant à ma mère « mais pourquoi tu m’as faite avec une voix comme ça ? »

Mais aujourd’hui, franchement, ce n’est pas choquant.

J’ai subi une opération l’année dernière et ça a nettement atténué le problème. J’ai été opérée par un super chirurgien et je suis hyper heureuse parce que ma voix est méconnaissable. C’est fou ! Je me suis endormie, puis je me suis réveillée et j’avais une voix claire. Je ne sais pas comment il a fait. J’ai passé deux semaines sans parler pour cicatriser tout ça. Pour moi, ce chirurgien est un Dieu. Je me suis dit qu’il avait sauvé ma vie.

Après la rencontre avec Fabrice Mantegna, vous décidez de faire des covers sur YouTube.

C’est venu au bout d’un moment. Au début, il me donnait des cours particuliers chez moi et me faisait bosser plein de chansons d’autres artistes que je connaissais de nom mais vers lesquels je ne m’étais jamais penchée sur l’aspect vocal. Je n’avais pas envie de chanter pour « divertir », mais pour capter la même sensation qu’un chanteur peut ressentir au moment où il lâche des notes. Quand une note touche l’artiste, elle touche le public. C'est ça que j'ai voulu apprendre en priorité. On ne peut pas tricher là-dessus.

Cover de la chanson de Matthieu Chédid, "La bonne étoile".

Ne pas « divertir »… c’est rare d’entendre ce discours.

C’est effectivement un peu maladroit comme formule. Disons que je veux surtout faire passer des émotions à travers ma voix.

Vous avez mis longtemps à faire des covers…

Je n’avais pas du tout envie que l’on me filme. J’avais aussi un problème avec mon image. Je suis en train de le régler peu à peu.

Vos parents vous ont soutenu ?

Toujours, mais ils ont souhaité que je passe mon bac d’abord. Je l’ai eu avec la mention « bien ». Il fallait que je les rassure… et que je me rassure.

seemone,nighbird,interview,mandor

Pendant l'interview...

Une fois le bac obtenu, Fabrice Mantegna  a composé une première chanson, « Nightbird », et un auteur, Mehdi Messouci a écrit les paroles. Pourquoi est-elle écrite en anglais ?

C’est mon choix. Il se trouve que j’ai toujours chanté des chansons en anglais et que je suis moins attirée par les chansons en français. Je n’ai pas du tout une culture chanson française. Plus jeune j’écoutais Nina Simone, Amy Winehouse ou encore Selah Sue…

Des chanteuses à voix.

Inconsciemment, j’étais attirée par ce genre de voix-là.

seemone,nighbird,interview,mandor

(Photo : Boby)

Quand on vous a proposé de chanter en français, comment avez-vous réagit ?

Je me suis demandé si j’étais capable de le faire, si ma voix allait bien sonner avec la langue française… en fait, il se trouve que j’ai adoré. Aujourd’hui, je considère que je suis aussi à l’aise dans les deux langues. Mes parents m’ont toujours initié à l’anglais.

Quand on chante en français, il faut que les textes soient bien écrits.

Je suis exigeante au niveau de la qualité d’écriture. Comme je ne suis pas connue, pour l’instant il n’y a pas beaucoup de gens qui veulent écrire pour moi. Mais j’espère que cela va vite changer.

Pour l’instant, tu as deux chansons originales et deux reprises écoutables et visibles sur Youtube et sur quelques plateformes musicales. Il y a d’autres chansons pas encore livrées au public ?

Quatre autres sont enregistrées. Un EP devrait en découler aux alentours d’avril-mai. J’ai envie que ça marche et que je puisse en faire mon métier… Mais même si ça ne plait pas au public et que je ne peux pas vraiment gagner ma vie avec cet art, je veux quand même continuer à faire de la musique. La musique est arrivée dans ma vie au bon moment. Elle m’a fait me découvrir complètement.

Le clip de "Nightbird".

Le clip de « Nightbird » rend hommage à la danseuse et chorégraphe Pina Bausch.

Les danseurs font partie de la compagnie de Pina Bausch. J’ai eu la chance de rencontrer ces gens par Fabrice qui avait travaillé avec eux à Berlin sur des opéras. « Nightbird » allait complètement avec l’esprit de ces danseurs. Visuellement, ça colle parfaitement avec ce qu’il se passe vocalement. J’ai conscience d’avoir de la chance d’arriver tout juste dans ce milieu et de rencontrer déjà des artistes qui ont un talent immense. J’ai été très honorée d’être entourée de gens aussi magnifiques humainement que physiquement. Nous étions sur la même longueur d’ondes. Une parfaite osmose.

C’est quoi l’esprit du projet Seemone ?

Je souhaite mettre en avant le reflet de ma personnalité, mais plus en profondeur que ce que je veux bien voir. En tant qu’artiste, je veux montrer la partie cachée de l’iceberg. Dans la vie, je suis plutôt une fille solaire et joyeuse, je rigole tout le temps, quand il s’agit de musique, je vais chercher des choses encore plus loin en moi. Le projet Seemone est plus mélancolique que ce que je suis dans la réalité. Pour moi, c’est un combat la musique. C’est aller au-delà de ce que je suis.

Cover de la chanson de Matt Simons, "Catch & Release".

Vous écrivez vous-même ?

Pas sur les chansons qui seront sur l’EP, mais je commence à essayer. C’est un autre pas à faire. J’y vais mollo, mais à terme, je veux y parvenir. Je prends mon temps pour parvenir un jour à écrire des choses qui me touchent et qui touchent le public. Il y a tellement d’auteurs talentueux que je ne me sens pas encore à la hauteur.

Qui par exemple ?

Dans la génération actuelle, Ben Mazué écrit des textes qui me bouleversent. J’ai adoré les chansons du premier album de Renan Luce. Grand Corps Malade me donne des frissons. En France, nous avons vraiment le goût du mot.

seemone,nighbird,interview,mandorPar rapport à un artiste déjà existant, quelle serait pour vous la carrière idéale ?

Sans hésitation, celle d’Adele. Quand j’ai commencé à chanter je me disais que je voulais être comme elle. Elle est vraiment mon modèle. C’est une femme extrêmement forte, elle est belle, elle a réussi à s’imposer juste grâce à sa voix. Elle n’a eu besoin d’aucun artifice. Et vocalement parlant, elle est incroyable. A chaque fois que je l’entends, je pleure.

Vous êtes allée la voir à Bercy ?

Oui. En plein concert, il y a eu un ennui technique. Le micro s’est éteint, mais elle a continué toute la chanson. Le micro a repris à quatre mesures de la fin et elle était encore en train de chanter… elle était pile sur la note. Elle a donné des frissons à toute la salle. Je suis hyper émue de parler de ça. Si un jour, j’arrive à avoir une carrière comme ça tout en restant moi-même, ce serait le rêve absolu.

seemone,nighbird,interview,mandor

Seemone (par Mandor).

Comment vivez-vous cette période particulière de début de carrière ? Personne ne vous connait, mais tout le monde va vous découvrir…

Je le vis très bien. Je suis super excitée, mais, je ne suis pas pressée. Je préfère prendre mon temps et sortir quelque chose de juste. Je n’ai qu’une envie, c’est de voir comment ça va se passer, de savoir si le projet va grandir ou pas et si je pourrai aller là où je veux. Cette période est magique.

Rencontrer des journalistes, c’est compliqué ?

Vous êtes le premier, alors, pour le moment, ça va (rires). J’ai la chance d’être assez à l’aise avec ma personne parce que je me suis enfin trouvée. Il y a un an, ça aurait été plus compliqué de parler de moi et de mon projet. J’ai l’impression que j’ai mûrie à travers la musique.

Que pensent vos parents de ce qu’il vous arrive ?

Ils sont très fiers de moi et m’aident beaucoup. Ils ont été très compréhensifs quant à mes besoins d’envol. J’ai les meilleurs parents du monde (émue).

seemone,nighbird,interview,mandor

(Photo : Boby)

Seemone, quelle étrange pseudo...seemone,nighbird,interview,mandor

Je savais que c’était ce qu’il fallait que je choisisse. Simone était mon surnom au lycée. Tout le monde s’appelait par son nom de famille. Simone, c’est un remix de mon nom de famille. Quand j’ai choisi mon pseudo, j’ai un peu modifié, j’ai mis « see » comme « voir » en anglais. J’ai senti qu’il fallait que je fasse cela, mais je ne peux pas vous expliquer pourquoi. C’était instinctif. Et puis le fait que j’écrive Seemone moi-même, c’était super important. C’est une signature, comme j’ai une signature vocale.

Je peux vous dire quelque chose ?

Oui, bien sûr.

Une fois que vous serez repérée par un large public, ce qui va arriver, il faudrait que vous deveniez mystérieuse et rare.

Une fois que je serais un peu connue, donc pas maintenant (rires). Mais effectivement, si les choses tournent bien, ça pourra être pas mal de ne pas trop s’imposer au public.

seemone,nighbird,interview,mandor

Après l'interview, le 9 mars 2018 aux Bains Douches. 

(Photo : Julien Piraud)