Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-03-07 | Page d'accueil | 2018-03-10 »

08 mars 2018

Margaux Simone : interview pour l'EP Platine.

margaux simone, platine, philippe bruguière, margaux bruguière, platine, interview, mandor

Auteure, compositrice et interprète, Margaux Simone sort un nouvel EP aux sonorités pop/glamour, voire electro baptisé Platine sur lequel elle a travaillé durant plusieurs années. Révélée en 2010 par les internautes producteurs sur My Major Company, Margaux a pris le temps depuis de peaufiner son univers et d'expérimenter de nouvelles sonorités. Cette année elle est bien décidée à retrouver le chemin de la scène.

Le 21 février dernier, nous nous sommes retrouvés dans un café parisien pour une première mandorisation.

margaux simone, platine, philippe bruguière, margaux bruguière, platine, interview, mandorBiographie (par Arnaud de Vaubicourt) :

Avant même d'avoir écouté sa musique, la sonorité du nom de l'artiste évoque tant de choses : une reine déjà, des icônes musicales, cinématographiques ou littéraires ensuite. Un sentiment hors du temps. Margaux Simone vibre au présent mais résonne du passé. Son présent, parlons-en : un EP évanescent et sensuel, à la pop vaporeuse et visible à l'oreille nue, tant ses chansons sont empreintes d'effluves hollywoodiennes des années 30, de la littérature "lost generation" qui scandait que Paris était une fête.

Mais attention, Margaux Simone, 27 ans, est bel et bien ancrée dans notre époque. Pas de nostalgie ici, juste un écho d'un temps révolu mis au point à la lumière d'aujourd'hui. Après un premier album, Nana, concocté en 2010 grâce à la structure participative MyMajor Company, puis un EP, Rue des Archives (2014), Margaux Simone revient avec une pop climatique et envoutante. Son chant évoque tour à tour Lana Del Rey, Beth Gibbons ou Mina Tindle. Sa musique atmosphérique convoque autant la pop anglosaxonne que le hip hop américain, l'une de ses influences digérées avec une grâce folle. Si Margaux Bruguière, fille du producteur Philippe Bruguière, a opté pour Margaux Simone, c'est en raison de la force évocatrice de ce prénom. De Simone de Beauvoir à Nina Simone, en passant par Simone Weil ou Simone Signoret, la chanteuse originaire de Martigues et élevée le plus clair de son temps dans les studios de son père, a ainsi eu pour dessein de se créer un personnage rendant hommage à ses amours musicales et cinématographiques.

L’EP (par Arnaud de Vaubicourt) :margaux simone, platine, philippe bruguière, margaux bruguière, platine, interview, mandor

La force créative de ce nouvel EP a été instillée par une envie de se recentrer musicalement. De se réinventer. Un besoin de mettre en mouvement ses influences, son amour de la littérature (Margaux Simone est diplômée d'un Master de Littérature et Civilisation américaine) et ainsi de créer un univers mêlant ce qu'elle aurait pu être, ce qu'elle est et ce qu'elle sera... A l'écoute de ses titres, comme "Bikini Queen Icon", "Casino" ou "Mulholland", on imagine volontiers David Lynch et Ernest Hemingway assis dans un cabaret, sirotant un verre dont le contenu resterait un mystère... Margaux Simone inscrit sa pop faussement rétro et vraiment moderne dans un écrin émotionnel résolument intense, où elle évoque avec élégance ses amis, ses amours, et ses voyages intérieurs... Depuis ses débuts en 2010, Margaux Simone, sillonnant les routes de la création musicale, parvient aujourd'hui à projeter un halo de splendeur, entre douce noirceur et lumière vive. Avec ce nouvel EP, elle parvient à toucher l'essentiel. Un ébranlement s'opère dès la première écoute, et fait ainsi surgir Margaux Simone du lot. Comme une commotion musicale que l'on osait à peine espérer...

margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandorInterview :

Tu as passé toute ta jeunesse dans le studio de ton réalisateur de père. Il t’en reste quoi ?

Comme j’étais toujours entourée de musiciens, je trouve normal aujourd’hui d’être artiste. A l’adolescence, je sortais du lycée et j’allais dans le studio de papa. Je me mettais dans un coin, sagement, et je regardais, j’écoutais tout. J’apprenais en fait. Comme je faisais aussi de la musique, de l’alto, des harmonies de voix sans m’en rendre compte, petit à petit, je me suis retrouvée à enregistrer des chœurs pour tel ou tel artiste.

Tu as donc commencé par la musique classique.

Oui, mais je ne me retrouvais pas trop dans cet univers-là. On ne pouvait pas créer, on devait se contenter de reproduire. Je me suis vite rendu compte que je n’allais pas être douée pour faire ça. Moi, si je faisais du violon, c’était pour faire comme Louise Attaque. Je voulais apprendre à improviser. J’aurais pu faire du jazz, mais ça ne m’intéressait pas à l’époque. Du coup, je me suis mise à la guitare. Et là, révélation, j’ai eu envie de faire des chansons.

Tu racontais quoi à 11 ans ?margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandor

Dans un premier temps, j’écrivais des petits poèmes que je n’arrivais pas à mettre en chansons, mais que j’ai gardés. Sinon, j’écoutais des chansons en anglais et je les traduisais.

A 11 ans, tu parlais anglais ?

Non, j’essayais juste de comprendre de façon instinctive, avec les deux trois mots que je connaissais de l’école. En fait, mes textes ne voulaient rien dire parce que je devinais les choses et ce n’était pas la traduction exacte. Finalement, inconsciemment, je m’inventais des univers et des histoires. J’ai commencé comme ça.

Qui étaient tes premières idoles ?

Alanis Morissette et Sheryl Crow… des nanas à la guitare. Un jour, j’ai vu un disque de Balavoine dans la chambre de mon frère, Sauver l’amour. J’étais hypnotisée par ce disque. Je l’écoutais en boucle. Mes parents en avaient tellement marre de l’entendre qu’ils me l’ont confisqué (rires). La voix aigüe de Balavoine me transperçait. Quand il chantait « Petit homme mort au combat », je pleurais, mais je pleurais.

Daniel Balavoine : "Petit homme mort au combat".

Quand as-tu décidé de faire ce métier ?margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandor

A l’âge de 14 ans, je suis allée voir mon père et je lui ai dit que j’avais quatre chansons. Je lui ai demandé avec vigueur et force de conviction de les enregistrer. Il écoute, il trouve ça mignon, il me prend au sérieux, même s’il trouve ça encore un peu jeune. Quand il avait du temps, il m’enregistrait. Quand on a eu 10 chansons, nous les avons faites écouter à un ami de la famille, parisien, musicien, réalisateur lui aussi. Il trouve ça bien aussi. Il me dit qu’il a trois copains qui viennent de monter une maison de disque dont le principe de financement est participatif.

C’était le début de My Major Company.

Voilà. J’ai signé très vite dans cette maison. Mon premier album est sorti quand j’avais 20 ans. Bon, je ne suis pas très satisfaite de comment se sont déroulées les choses, ou plutôt, comment elles ne sont pas déroulées. Le développement d’artiste n’était pas leur point fort. Mais, je suis quelqu’un de positif. Chaque expérience que j’ai eue fait partie de mon cheminement. C’est grâce à ce cheminement que je suis ce que je suis aujourd’hui. Je ne regrette rien. 

margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandorCe premier disque, tu en penses quoi, quelques années après ?

C’est mon recueil d’adolescente. Ce sont mes premières chansons, alors, il y a une part de naïveté dans mes textes. Mais je ne le renie pas du tout. J’étais en plein cheminement en tant qu’être humain et en tant qu’artiste. Je suis encore fière d’une chanson comme « nana ».

Que s’est-il passé après My Major Company ?

Ça n’a pas été facile. Ila fallu que je me reconstruise un peu. J’habitais encore à Marseille, j’ai sorti l’EP, Rue des Archives. Il n’a pas eu beaucoup d’écho, car je n’avais pas de réseau pour le faire découvrir. Pour moi, ce disque était le disque transitoire entre le premier, Nana, et Platine. Une chanson comme « Downtown » annonçait ce que je voulais faire aujourd’hui. J’y évoque déjà l’Amérique. margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandor

Ton nouveau look de femme fatale, c’est aussi une volonté de  dire que tu n’es plus une petite fille, mais une femme parfaitement assumée ?

Le changement de musique que j’ai effectué m’a fait  ressentir le besoin de changer également de look. Devenir blonde platine, avoir les cheveux plus courts, m’a aidé à incarner mes nouvelles chansons. Je m’assume plus et je suis plus assurée. C’est comme un habit de guerre.

Dans la chanson « Platine », j’ai l’impression que tu dis : vous allez voir ce que vous allez voir.

C’est comme un ego trip dans le rap. Dans cette chanson, je suis comme une boxeuse. C’est une chanson un peu féministe. Je ne veux plus être conventionnelle. Je vais être dans le paysage musical avec mon identité forte.

margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandorLe clip de « Bikini Queen Icon » est signé du chanteur Joseph d’Anvers. 

Joseph à fait la Femis (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son). C’est un artiste global, même si on ne le connait que comme auteur-compositeur-interprète. C’est un copain avec qui j’ai plein de points communs. On adore David Lynch, on a déjà bossé ensemble, alors au moment de faire le clip, je me suis dit que j’avais deux solutions. Soit j’allais voir les gens avec qui tout le monde bosse, des mecs qui font 20 clips par mois, soit j’allais essayer de chercher quelqu’un qui a toujours plein d’idées, mais à qui on ne donne pas trop la parole et qui a les mêmes goûts que toi. J’ai donc pensé à Joseph. Il m’a dit oui après un temps de réflexion.

Clip officiel de "Bikini Queen Icon", signé Joseph d'Anvers. 

Pour en revenir à l’EP Platine, c’est ton père qui l’a réalisé et enregistré. margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandor

Je suis arrivée avec mes chansons en piano voix ou guitare voix. Parfois, j’avais aussi un peu avancé au niveau des arrangements. Avec mon père, nous avons maquetté dans son studio. Après, c’est Lionnel Buzac (photo à droite) qui a réalisé, fait les productions additionnels et mixé. C’est lui qui a apporté la couleur électronique et moderne de l’EP.

EP qui est hyper bien produit. Sur scène, ça va être coton d’être proche du son du disque, non ?

Ça fait une bonne année que je tourne avec ces chansons, je viens à peine de trouver la bonne formule. Elle est assez trip-hop. Là, je suis contente.

Clip de "Platine".

Tu viens de sortir cet EP. Evidemment, c’est pour sortir un album dans pas longtemps ?

Je suis encore dans les retombées de l’EP. Je ne peux pas te dire quand va sortir l’album. Ca dépend de l’entourage, des gens qui se greffent ou non dans le projet… j’espère t’annoncer de bonnes nouvelles bientôt (sourire).

margaux simone, platine, philippe bruguière, margaux bruguière, platine, interview, mandor

Après l'interview, le 21 février 2018.

margaux simone, platine, philippe bruguière, margaux bruguière, platine, interview, mandor

margaux simone,platine,philippe bruguière,margaux bruguière,interview,mandor