Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nour : interview pour son album Après l'orage | Page d'accueil | Frédéric Quinonéro : interview pour deux biographies sur Goldman et Hallyday »

26 février 2018

Olivier Niaudot : interview pour La demande en tatouage.

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandor

Olivier Niaudot est professeur de musique vers Nevers (sa ville d’origine), pianiste depuis 25 ans et désormais chanteur. Il a tenté le pari audacieux de produire un album à textes assez noirs sur des mélodies romantiques. « La Demande en Tatouage est un journal intime évoquant l'amour, la séparation, les déchirures », explique-t-il, « sur lequel de nombreux musiciens exceptionnels m'ont fait l'honneur de m'accompagner, telle que la violoniste Anaïs Laffon  ».

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandorIl est vrai que ce premier disque tourne autour de l’absence, le regret et le fantasme amoureux, mais on se plonge avec délice dans la douce souffrance d’Olivier Niaudot, qui n’est pas si éloignée de celle qu’on a tous pu connaitre un jour…

Nous nous sommes retrouvés le 15 février dernier dans un bar de la capitale.

Le disque (argumentaire officiel… pour une fois, très court):

Des mélodies, des textes, une voix en délicatesse, une guitare, une basse, des percussions, un batteur, une vielle à roue, un accordéoniste, un violon pleurant ses mots, des notes de piano qui touchent. Un édifice sensible et un semblant d'épaule qui s'offre à vous.

Ici, ce qu'en pense le quotidien de la chanson Nos enchanteurs.

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandor

Iolivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandornterview :

Cette attirance pour la musique a commencé au collège, c’est ça ?

C’est grâce à un professeur de musique qui m’a fait aimer le piano. A 9 ans, j’inventais déjà mes petites mélodies. J’ai appris en inventant, c’est plus  tard que j’ai eu les bases techniques.

L’idée de devenir chanteur est arrivé comment ?

Ça commence à 14 ans. Ça passe par le théâtre, la danse et plusieurs disciplines artistiques. Ensuite, j’ai accompagné au piano d’autres artistes. A un moment donné, on se demande si on n’a pas soi-même des choses à raconter.

Avoir deux métiers, prof et chanteur, c’est idéal ?

Je ne sais pas. Etre prof me permet de faire plein de choses et de ne pas avoir peur des lendemains qui ne chanteraient pas et, en même temps, ça me bloque toute initiative parce que je ne peux pas quitter mon boulot du jour au lendemain pour travailler, enregistrer mon album ou partir en concert. C’est donc sécurisant, mais ça rend mon temps passé à la chanson limité.

Quelques extraits du disque La demande en tatouage.

Tu as pris des cours de chant ?olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandor

J’ai fait une fac de musicologie à Tours. J’ai une bonne base de musique jazz et classique dans ma formation pianistique, mais j’ai vite quitté les études conservatoire pour faire quelque chose à ma sauce.

Quelles sont tes références en matière de chanson française sont quelles sortes d’artistes ?

Michel Berger, Véronique Sanson, Barbara, Brel, Sheller… à part Sanson, ce ne sont pas des artistes qui ont une identité vocale très affirmées, comme Balavoine  par exemple. Ce sont des bidouilleurs de musique qui ont des mélodies exceptionnelles et qui font passer quelque chose à travers leur émotion plus qu’à travers leur technique.

Pour toi, c’est quoi une bonne chanson ?

Il y a autant de manière d’écouter que de temps, d’époque et d’âge, mais je crois qu’une bonne chanson, c’est un bon texte servi par une bonne mélodie.

Extrait du concert du 08 novembre 2015 à Nevers, "Va". Chant et musique: Olivier Niaudot. Violon: Anaïs Laffon. Filmé par Laurent Adien

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandorCe qui est étonnant dans tes chansons, c’est que tu dis des choses très fortes, mais mine de rien, à l’instar d’un Souchon qui excelle en la matière.

« Mine de rien », ça me va bien. J’ai une manière d’écrire un peu détournée, un peu poétique dans ce qu’il pourrait y avoir d’un peu bleu, d’un peu sucré. En même temps, j’arrive à dire ce que je veux  sans le dire vraiment frontalement. Je trouve que c’est compliqué de révéler son intimité de manière abrupte, donc je tourne un peu autour du pot. La musique me permet de rendre le propos un peu plus profond,  inquiétant et angoissant même. Ce n’est pas un album très positif, je te l’accorde.

J’ai lu un article qui expliquait que parfois ta musique évoquait l’ambiance des musiques de films de Tim Burton.

Ce sont mes références. Je suis baigné dans ses films.

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandor

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandorTout le monde peut se reconnaitre dans tes chansons.

Et pourtant, je l’ai fait pour moi. C’est un album égocentrique (rires). Mais, franchement, c’était une auto-thérapie. J’ai vécu une séparation et il fallait que ça sorte. J’étais très déprimé et j’ai écrit cet album en cinq jours. Les mélodies sont arrivées rapidement, les textes aussi. Mes tripes sont sorties d’un coup. Je ne savais pas ce que j’allais faire de tout ça plus tard.

Et il y a eu la rencontre avec la violoniste Anaïs Laffon.

Je faisais la première partie d’un concert. Elle était là et je lui ai demandé si elle voulait bien participer à mes chansons. Grâce à elle, l’album est né parce que c’était la parfaite rencontre pour mettre en forme les chansons que j’avais faites. Elle est dans les 12 titres.

Tu es passé par Ulule pour financer ton disque.

J’ai d’abord tout enregistré à la maison. J’ai rencontré des gens, comme Arthur H, qui m’ont conseillé de me lancer parce qu’ils trouvaient que ça marchait. Après, il me fallait de l’argent pour l’édition et la production, car je suis producteur, auteur, compositeur, celui qui a fait la photo, qui a écrit le livret… Ulule m’a permis de payer un peu les musiciens et tous ceux qui ont contribué à ce disque.

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandor

Quand as-tu tenu pour la première fois ce disque physiquement, ça t’a fait quelque chose ?

Oui. C’était impressionnant.

Je sais qu’auprès de ses proches, tant qu’on n’a pas fait de disque, on n’est pas chanteur. Te sens-tu désormais légitime?

J’étais content d’avoir fait cet album, car il me ressemble. A la limite, après, je me suis dit que le vendre n’était même plus le problème. C’était juste important pour moi, à 40 ans et 25 ans de musique, de concrétiser cet album, de faire quelque chose pour moi et pas pour les autres. C’est vrai que cela me légitimise au niveau de mes élèves, de mon métier, de mes proches…

Clip de "Le tourment".

Quand tu chantes ces chansons-là aujourd’hui, avec le recul et la souffrance en moins, c’est mieux ouolivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandor moins bien ?

Mieux, évidemment. Je trouve ça assez génial de les chanter aujourd’hui parce que je peux les ressortir autrement. J’ai de la joie à interpréter des chansons tristes, maintenant que ça va. Ça passe même mieux, c’est moins plaintif, ça révèle autre chose. Ce sont finalement des chansons très universelles : se faire quitter, traverser la vie avec des obstacles… tout cela sans se complaire de cette situation-là.

Quand tu es bien, tu parviens à écrire ?

(Rires) Non, je n’écris plus une ligne. Je caricature un peu. J’ai quelques idées. Je vais faire des concerts et ça va me permettre de me remettre en lien avec des musiciens. Je songe à changer un peu de style. Approcher un peu l’electro-mélancolique, comme le font si sublimement Pierre Lapointe ou Arthur H.

Le clip de "Dis-moi que c'est ton frère". 

olivier niaudot,la demande en tatouage,interview,mandor

Après l'interview, le 15 février 2018.

Commentaires

En admiration pour Olivier, mon neveu, qui s'est "construit' seul , beaucoup d'amour , évidemment je suis fan, fière de lui et je l'aime

Écrit par : NIAUDOT | 27 février 2018

En admiration pour Olivier, mon neveu, qui s'est "construit' seul , beaucoup d'amour , évidemment je suis fan, fière de lui et je l'aime

Écrit par : NIAUDOT | 27 février 2018

bravo!à olivier!d'avoir donner court à sa passion. Amitiés

Écrit par : Leymarie Alain | 30 mars 2018

bravo!à olivier!d'avoir donner court à sa passion. Amitiés

Écrit par : Leymarie Alain | 30 mars 2018

Super Olivier, magnifique, un véritable artiste

Écrit par : NIAUDOT | 31 mars 2018

Super Olivier, magnifique, un véritable artiste

Écrit par : NIAUDOT | 31 mars 2018

Écrire un commentaire