Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2017-11-15 | Page d'accueil | 2017-12-01 »

22 novembre 2017

Carole Masseport : interview pour l'album A la fin de l'hiver

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandor

(Photo : Bastien Burger)

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandorLe 4 octobre dernier, je suis allé voir une artiste au Divan du  Monde. A la fin du concert, plusieurs amis journalistes me tirent par la manche en me disant que chez Madame Arthur (juste en face), il y a un  autre concert. Ils me promettent que la chanteuse qui s’y produit est vraiment  intéressante « et tu verras, on connait tes goûts, ça va te plaire ! » Soit. Je n’ai eu qu’à faire quatre pas pour découvrir quelques nouvelles chansons de Carole Masseport. Je vois/j’entends donc une jeune femme chanter  avec une voix grave et intense qui me touche immédiatement. Des textes percutants, parfois incisifs sur l’amour, sur l’ambiguïté du bonheur d’aimer, sur l’addiction de la passion...

Quelques jours plus tard, le 30 octobre 2017, Carole Masseport et moi nous retrouvons sur une terrasse de Trocadéro pour une première mandorisation, principalement pour évoquer ce deuxième album, A la fin de l'hiver.

Biographie officielle (par Patrice Demailly):

Sur la pochette légèrement déstructurée d’À la fin de l'hiver, un visage gelé. Celui de Carole Masseport. Cette fille-là n'a pourtant rien d'un glaçon. Chez elle, une humeur souvent printanière, une personnalité solaire et enchanteresse comme la nature intacte. Une fragilité assumée aussi. La richesse de cette dualité, on la retrouve autant au cœur de ses chansons que dans son approche scénique. C'est une audacieuse, touche-à-tout et qui ne supporte pas le sur-place… Et puis les rencontres, évidemment cruciales et majeures, qui l'emmènent sur les planches et à chanter, dans la foulée, au bar de la même salle. Claude Duvivier la signe en édition avant l'arrivée dans les bacs de son premier album auto-produit Blottie en 2006. Projet hybride entre chanson et boucles électroniques, celui-ci  rencontre un succès d'estime (Coup de cœur de l'Académie Charles Cros, soutien de la SACEM, l'ADAMI et la SCPP) à défaut de public. Les radios lui rétorquent que sa démarche est trop avant-gardiste. Mauvais timing. Cinq ans plus tard, la destinée du disque aurait certainement été tout autre.

Cela n'empêche pas Carole Masseport de se produire en bonne compagnie au sein de co-plateaux (Raphaële Lannadère, Claire Diterzi) et surtout par le suite de se lancer dans une aventure à la fois marquante et détonante. La P.O.U.F (entendre par là : Petite Organisation Ultra Féminine) débarque, décomplexée, légèrement provocatrice et le corps volcan. Un trio power punk à l'esthétisme ciblée qui s'amuse des stéréotypes féminins de la société. Derrière le burlesque apparent, ça déménage. Carole prend, elle, les traits d'une diva pouf, une sorte de Jessica Rabbit déglinguée. Elle est à la basse, instrument qu'elle ne quittera plus. La P.O.U.F devient même l'égérie du magazine Causette, les dates se multiplient. Dans le même élan, elle passe par la Formation des formateurs au studio des Variétés. Là-bas, elle rencontre Jean-Jacques Nyssen. Les deux forces vives sont sur la même longueur d'ondes. Sans crier gare, des chansons se dessinent. Tel un pygmalion, Nyssen se penche sur les textes de Carole, structure cette riche matière. Les doutes de la jeune femme volent en éclats. L'écriture prend pour elle des allures de libération. En fin de parcours, plus besoin de béquille. Sous la houlette de Nyssen à la réalisation, quatre EP se glissent sur le chemin.

L’album (par Patrice Demailly):carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandor

Fruit mûri de cette expérience quadricéphale, A la fin de l'hiver n'a ainsi rien d'un bal de débutante. Carole Masseport n'est pas une chanteuse de variété, mais son album est varié, intemporel, ancré dans une vraie dynamique de musiciens. Les sonorités seventies de la basse occupent une place centrale. De ce timbre grave, puissant et caressant, surgit de grandes petites chansons. Frontales, métaphoriques ou se réfugiant sous la forme du conte, elles sentent le vécu. L'amour ? Il est partout, au sens propre comme figuré. Ne pas s'attendre à de la bluette ampoulée. Ici, l'écriture embrasse le rebond des mots et les lectures multiples. L'impuissance dans le non-dit, l'attente (« Au parc », sublime offrande de Céline Ollivier), la sexualité carnivore, une injonction avec des chœurs à la Sting, un sentiment de défiance, une passion déraisonnable, une comptine légère... Carole Masseport a de la suite dans les idées. Intimiste et universel, son disque aux teintes éclatantes convoque une nuée d'émotions distinctes. Ce sont les siennes, ce sont les nôtres.  

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandor

(Photo : Bastien Burger).

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandorL’interview :

Tu es allée dans pas mal de directions artistiques avant de te lancer dans la musique.

Essayer plusieurs disciplines a toujours été un concept chez moi. J’ai trop peur de rater cette vie. J’ai donc tendance à essayer beaucoup de choses, à me laisser guider par les rencontres, à faire, bon an, mal an, confiance à la vie pour m’emmener vers de jolis terrains de jeu. La scène permet de vivre tout un tas d’expériences très fortes. Pour l’instant, je n’ai pas trouvé mieux.

Tu as étudié le chant lyrique.

Ma maman, médecin de son état, est aussi chanteuse lyrique amateur, un peu comédienne, très drôle, un vrai clown. C’est quelqu’un qui avait très envie de faire de la scène, mais qui, par rapport à son expérience personnelle, a ressenti le besoin de faire un métier beaucoup plus stable. Mon père qui est médecin, psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute a, étonnement, une sensibilité artistique extrêmement forte. Il s’en défend d’ailleurs. Je suis certaine que mes parents m’ont donné la fibre artistique.

Clip de "Quand je pense à nous".

En  chanson, tout a commencé sérieusement quand tu as rencontré Claude Duvivier en 2016. Le métier te découvre, te récompense, mais le public ne suit pas.

Le chanteur Gilbert Lafaille, que j’ai rencontré à mes débuts, me répétait que c’est rarement les artistes qui font la première fois des propositions fortes qui en retirent les lauriers. Je ne dis pas que mon premier album, Blottie, était parfait, il avait des défauts, mais j’avais tenté de sortir de la chanson traditionnelle. La profession ne savait pas où me caser.

Toi qui n’as pas forcément écouté les grands de la chanson française quand tu étais plus jeune, comment expliques-tu ton intérêt pour ce genre aujourd’hui ?

Mon intérêt pour la chanson vient du fait que j’avais des choses à dire et à écrire. La forme « chanson française » était la plus adaptée pour m’exprimer.

"Sans ça" (audio).

Beaucoup de chansons de ce deuxième album sont coécrites par Jean-Jacques Nyssen et toi.

Jean-Jacques Nyssen est quelqu’un qui a une démarche pas du tout conventionnelle. Il a un gout pour les textes qui semblent très simples, mais qui ne le sont pas forcément. Il y a dans son travail une recherche de la modernité, tout en assumant complètement un côté loufoque et ringardos. J’apprends beaucoup en travaillant avec lui.

Tu as appris quoi  avec ce nouveau disque ?

J’ai fait des progrès à la basse, au piano aussi. Et je me remets à la guitare. Pour la première fois, j’ai essayé de mettre ma sensibilité d’auteure au service de la chanteuse que je suis.

Cet album est superbement réalisé et il est très varié.

C’est un album d’amis, du coup, je voulais faire travailler un tas de copains artistes qui avaient une sensibilité proche de la mienne, tout en ayant parfois des styles différents. Il y a par exemple de la samba. Avec Jean-Jacques, on était d’accord sur le fait qu’il fallait à chaque chanson son décor, comme si c’était un court-métrage au cinéma. Malgré la variété des musiques, il y a une cohérence grâce à ma voix, aux textes et à la réalisation.

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandor

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandor

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandor

Carole Masseport, le 4 octobre 2017 chez Madame Arthur.

J’aime beaucoup ta voix.

Je ne suis pas trop objective sur mon empreinte vocale. Comme je suis prof de chant, je vois bien que plus on libère les gens, plus ils deviennent originaux et intéressants vocalement.

Tu apprends quand toi-même tu apprends aux autres ?

Oui. C’est par la formulation et les mots que l’on se réapproprie soi-même des notions. Ca développe l’oreille et, du coup, on comprend pas mal de trucs en écoutant les gens. Il y a des choses que je supposais et qui deviennent évident à force de travailler avec des chanteurs.

Les chansons de ce disque sont-elles récentes ?

Oui, assez. Il y en a une qui date un peu, mais les autres sont nouvelles. Ce sont des chansons d’amour. C’est mon truc. L’amour partout. C’est une bonne excuse pour parler d’émotion et de sentiments profonds. Le challenge d’aujourd’hui est de réussir à oser s’exprimer sur des sujets de société, sans blesser personne.

Clip de "Au parc".

Céline Ollivier a écrit « Au parc ». C’est la seule « invitée ».

Elle m’a présenté cette chanson et je l’ai trouvé magnifique. J’avais adoré son album La femme à l’éventail. Je trouve que c’est quelqu’un d’extrêmement subtil, sensible, classe et j’étais très heureuse et flattée qu’elle m’écrive un morceau. C’est agréable d’avoir une amie comme ça dans le métier. Toutes les deux, on est un peu « à côté ». Nous ne sommes pas dans le système. On a la même démarche artistique.

Tu ne regrettes pas de ne pas être en haut de l’affiche ?

Si, je ressens un peu de frustration. Dans mes plus jeunes années, je pouvais ressentir même beaucoup de colère et d’injustice. Aujourd’hui, je me rends compte que la vie est extrêmement dure pour beaucoup de gens. Le fait de ne pas être reconnue à sa juste valeur est un moindre mal à partir du moment où la vie que je mène est la vie que je voulais. J’écris, je compose, je chante. J’accepte les choses telles qu’elles sont. Un peu plus de reconnaissance me ferait plaisir. J’aimerais rencontrer un public plus large parce que c’est pour cela que je fais les choses.

carole masseport jean-jacques nyssen,a la fin de l'hiver,interview,mandor

Le 30 octobre 2017, après l'interview.