Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Louis Arlette : mini biographie à l'occasion de la sortie de son EP A notre gloire | Page d'accueil | Thomas Chaline : interview pour son livre Zaz, le long de la route »

28 septembre 2017

Nesles : Interview pour Permafrost

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

(Photo : Thomas Salva)

Nesles sort demain le disque français le plus intéressant de ces six derniers mois. Permafrost (nom donné aux sols gelés des régions arctiques, parfois appelé « bombe à retardement ».)

Permafrost, produit par Alain Cluzeau, a bénéficié du soutien de  l’Adami, de la SCPP, d’Arcadi, du Studio des Variétés, de Canal 93, et a fait l’objet d’un d’un crowdfunding avec Microcultures. Sous un folk percussif et surpuissant, ce songwriter porte ici très haut la langue française. Derrière le vernis poétique des mots, on décèle avec bonheur un langage particulièrement incisif, énigmatique et métaphorique, le tout dans un univers souvent étrange et hostile. Nesles possède un savoir-faire en matière d’écriture de chansons que beaucoup seraient en droit d’envier.

J’ai invité Nesles chez moi le 24 juillet dernier pour évoquer cet album qui risque bien de devenir un classique de la chanson française.

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandorCe qu’ils en pensent :

"Attention chef d’œuvre en approche !" 
INDIEPOPROCK 

"Des chansons qui vont irradier le paysage musical français et laisser pantois la concurrence." 
SOUL KITCHEN 

"Hype attendue pour le 29 septembre, le nouvel album de Nesles chavire déjà les cœurs de certains. " 
SUN BURNS OUT 

"Permafrost semble se passer de mots ou de critique tant il est percutant, fascinant aux premières écoutes, mémorable aux dernières." 
BREAK MUSICAL 

"Glacial et saisissant." 
SONGAZINE

Argumentaire de presse :florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

Rien ne prépare à Permafrost.

Ni les précédents albums de Nesles, libre électron d’une nouvelle scène francophone. Ni les cinquante années de chanson dont il hérite. Ni la culture pop anglo-saxonne dans laquelle baigne au quotidien son auteur. Rien ne prépare à la première écoute, à cette découverte, à la rencontre qui s’annonce.

Permafrost c’est un monde. Un univers étrange, hostile sans doute pour certains, où se mêlent l’énergie brute du rock, les racines du folk, l’inventivité électronique bien assises sur la posture d’un chanteur en français qui s’assume pleinement. Traversé par des passages instrumentaux décomplexés, des éruptions poétiques presque punk, des hallucinations mythologiques et toujours, une liberté créative sans artifice, ce quatrième album a été réalisé par Alain Cluzeau (Bertand Belin, Olivia Ruiz, Thiéfaine...)

A l’écoute, on succombe, on tombe. Ou on reste aux portes du monde. Rien ne prépare à Permafrost.

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

(Photo : Thomas Salva)

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandorInterview :

Tu viens d’une famille d’artiste, je crois.

Mon grand-père était chef d’orchestre. Il a notamment dirigé les ballets suédois, les Concerts Lamoureux, l’orchestre de la radio de l’ORTF. Je ne l’ai pas connu. Il avait une très grosse différence d’âge avec ma grand-mère. Il est mort bien avant que je naisse. Cela dit, j’ai vécu toute ma vie avec cette figure tutélaire au-dessus de mes épaules et, à la maison, nous n’écoutions que de la musique classique.

J’imagine donc que tu as dû faire le Conservatoire ?

Oui, mais je me suis fait virer au bout de trois ans. Ça me saoulait d’apprendre la clef de fa. Le directeur m’a convoqué et m’a demandé si je n’avais pas honte, avec le grand-père que j’ai eu.

Tu as ensuite travaillé avec un guitariste dans un Conservatoire libre.

Oui, les cours de ce guitariste ont été une vraie révélation pour moi. Il s’est adapté à ce que je savais faire. Il a compris qu’avec deux accords, je pouvais faire plein de morceaux J’ai bossé avec lui pendant près de 3 ans et, c’est là que j’ai acquis mes vraies bases musicales.

Clip de "Mes forêts" réalisé par Thomas Salva, extrait de l'album PERMAFROST (Microcultures Records - 29 septembre 2017)

Tu as rapidement souhaité monter des groupes.

J’ai commencé à monter un groupe punk, « Ordures ménagères ». Evidemment, ça a été la guerre civile avec mes parents.

Sans faire de psychologie de comptoir, c’était un peu une rébellion par rapport à ta famille, non ?

Bien sûr. Aussi une manière de « tuer » le grand-père.

En parallèle, tu faisais de la BD.

Oui, et j’ai même été primé, mais je trouvais que ce milieu était rempli d’ados attardés. Je me suis vite aperçu que pour séduire les filles, ce n’était pas le métier idéal… alors qu’avec une guitare...

Pourquoi as-tu arrêté très vite le punk ?

Je trouvais que c’était un univers assez limité. Mon vrai déclic, c’est quand mon oncle m’a offert des disques de Beatles et des Stones. J’ai découvert le punk lors d’un voyage  en Angleterre. Le punk français, comme les Béruriers noirs, par contre, ça ne me parlait pas du tout. Je trouvais la musique super pauvre et les paroles inintéressantes au possible. Très vite, j’ai quitté cet univers pour monter des groupes plus « pop indé ».

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

(Photo : Matthieu Dufour)

Tu chantais à cette époque-là ?

Non, je n’osais pas encore. Je prenais des chanteuses qui interprétaient mes chansons. Le souci c’est qu’il y avait toujours un musicien du groupe qui tombait amoureuse de la chanteuse. Ca foutait le bordel. Un jour, je me suis collé au chant moi-même.

Parallèlement, tu es rentré à l’Ecole Nationale de la Rue Blanche. 

Oui, j’ai donc arrêté la fac où je faisais des études de littérature anglo-américaine, après la  licence. J’étais certain de ne pas vouloir devenir prof. A ce moment, j’ai aussi complètement arrêté la musique car c’était trop accaparant. J’ai dit au revoir à tous mes groupes, j’ai fait deux ans d’études de théâtre et ensuite, j’ai été lâché dans la rue.

Et là, c’est le chômage direct !

J’avais un agent, mais j’étais au chômage car rien d’intéressant ne venait. Passer des textes de Beckett ou de Shakespeare à dealer de shit dans un sous film policier pour la télé, ce n’était pas ma tasse de thé. J’ai fait ça, j’ai aussi joué Molière sur des tréteaux pour les scolaires, j’ai fait Avignon, le cauchemar absolu… je n’en pouvais plus, j’étais à la limite de péter un câble. Un jour, deux frères musiciens m’appellent pour jouer avec eux. J’ai fini par remonter un groupe assez pop, Aeroclub, pendant près de trois ans.

Pourquoi ce groupe a périclité?

Un jour, on doit enregistrer en studio. Le guitariste ne vient pas parce qu’il a un barbecue avec ses beaux-parents, le bassiste ne s’est pas réveillé et le batteur ne veut pas jouer pour X raisons. Je me demande ce que je fais là. Je perds clairement mon temps. Je décide d’arrêter les groupes et de jouer sous mon nom. Là, on est en 1997.

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

(Photo : Catherine Deylac/Lartsenic Blogzine)

Il y a trois ans, je t’ai vu chanter, Place Vendôme, chez un particulier.

(Rires) Nécessité fait loi. C’est dur et intimidant de chanter chez un particulier. Les conditions ne sont pas réunies pour que le son soit à son paroxysme. Tu n’as pas de lumière et tu apparais cash devant les gens. Comme il fallait que je rode mes morceaux et que mon répertoire ne se prête pas à jouer dans les bars, c’était une solution pour jouer coute que coute. Ce soir dont tu me parles, c’était dans un très bel appartement, alors c’était plutôt sympa. En tout cas, c’était une bonne école même si je préfère être sur une vraie scène.

Aujourd’hui, tu te sens mieux accueilli dans le milieu ?

Le souci que j’avais, c’était celui de la légitimité. Je pensais que sans existence médiatique, on ne pouvait pas se sentir légitime. Je suis un peu revenu de cela. Déjà jeune, je ne me trouvais pas à ma place. Je me sentais plus vieux. Il y a un truc qui clochait dans mon rapport aux autres. Je n’étais jamais sur la même longueur d’onde. Je me suis toujours senti atypique, même si, c’est vrai, nous le sommes tous finalement. Je cherchais beaucoup à prouver des choses, j’étais en colère contre tout. Aujourd’hui, j’ai réglé ces problèmes.

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

(Photo : Catherine Deylac/Lartsenic Blogzine)

Parlons de Permafrost. Peut-on dire que c’est un album conceptuel lié à la nature ? Il est question de bois, de sous-bois, de feuilles…

Non, je crois plutôt que ce sont des obsessions qui sont en moi et qui finissent par sortir. Un album reflète un état d’esprit et une humeur d’un moment. La thématique dont tu me parles est venue très inconsciemment. Je ne veux jamais être cérébral quand je conçois un disque.

Le travail d’Alain Cluzeau est mémorable dans ton album.

Il a fait un travail remarquable. Je l’ai même trouvé très culotté quand, par exemple, il a mis en ouverture le premier titre, « Montagnes vallées revisitées », qui est long. Ça m’a fait très plaisir qu’il assume cela. C’est lui aussi qui a choisi l’ordre des morceaux. C’est un vrai travail qui prend du temps.

On ne peut pas dire que tu sois dans la chanson réaliste.

Ce n’est pas mon truc du tout. Il y a suffisamment de mots et d’images pour exprimer des histoires qu’il serait dommage que je ne les exploite pas. Je refuse d’être trop brut, trop premier degré.

Tu n’aimes pas trop expliquer les textes de tes chansons, et je te comprends.

Parce que j’aime que le public s’approprie mes textes comme il le sent et le ressent. De plus, je n’ai pas forcément les clefs de tout parce qu’il y aussi forcément une part d’inconscient qui s’exprime.

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

Pendant l'interview...

(Photo: Christophe Schouler)

Il y a trois instrus dans ton album… ça devient rare dans la chanson française.

C’était un peu une façon de prendre congés de moi : « Ta gueule maintenant ! » Cela permet de respirer un peu. C’est aussi une façon différente de raconter une histoire. On n’a pas toujours besoin des mots.

Tu m’as dit en off que la musique t’avait sauvé la vie. C’est-à-dire ?

Elle m’a empêché de crever des dizaines de fois.

Le fait d’en faire ou d’en écouter.

Les deux.

Est-ce que tu envisages comme une mission le fait de proposer une œuvre au minimum « honorable » ?

J’essaie juste d’être honnête. Je ne veux pas être dans le dégueulis de sentiments impudiques. Quand j’écris ou compose quelque chose, je veux que tout soit en accord total avec ce que je suis. Je veux que dans quelques années, quand je me retournerai sur ces chansons, je puisse me dire que c’était bien moi à cette époque-là. Des gens comme Bob Dylan ou Nick Cave sont toujours en accord avec eux-mêmes au moment où ils livrent leur message.

Nesles sera en concert aux Trois Baudets, le 17 octobre 2017.

Te considères-tu comme un artisan de la chanson française ?

Non, parce que cela implique que j’ai un savoir-faire. Et je ne sais pas comment on fait une chanson. Bowie disait que quand il commençait une chanson, il ne savait pas du tout ce qu’il allait en faire. Je le rejoins complètement.

Es-tu fier de cet album ?

Oui.

As-tu toujours été fier de l’album qui sort ?

J’étais très fier de Krank et de l’EP, Nu.

Aujourd’hui, ton père pense quoi de ta musique ?

Je suis sur un terrain qui ne le met pas forcément à l’aise, surtout parce que c’était source de conflit entre nous. J’ai appris à accepter ce constat. J’ai arrêté de chercher à tout prix le bon point de la figure paternelle.

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

Pendant l''interview (bis)...

(Photo: Christophe Schouler)

Le fait de ne pas faire de la chanson trop réaliste, n’est-ce pas aussi pour éviter de blesser les gens ?

Certainement. Il y a une forme de violence que j’ai envie d’exprimer. Ça m’excite et ça m’amuse de l’exprimer par différentes figures de style. Il y a une phrase très belle d’Annie Ernaux qui dit qu’il y a deux formes de littérature, celle de représentation et celle de recherche. C’est pareil pour moi en musique. Clairement, je ne suis pas dans la musique de représentation. Il y a une envie de protéger mon entourage de la violence que je peux avoir.

Tu l’exprimes tout de même poétiquement. Ça te fait du bien ?

Oui, ça me fait même bander.

Ah ! Carrément !

Carrément ! Une chanson comme « Une île » est très violente. La difficulté a été de faire en sorte de garder une certaine tenue. Alain Cluzeau m’a beaucoup aidé à cela. Vraiment, il a été un vrai compagnon pour moi. Grace à lui, j’ai pu un peu baisser les armes et livrer des choses que je n’aurais peut-être pas livrées de cette façon.

Aujourd’hui, tu es un homme serein, heureux ?

La paternité m’a sauvé, ça a été un électrochoc. J’ai redécouvert l’amour absolu, que je ne connaissais pas. Ça m’a réconcilié avec la vie. Je suis quelqu’un d’angoissé dans le fond, mais l’angoisse est un moteur chez moi. J’ai appris a accepter que cela faisait partie de moi, je fais donc avec. Et faire avec, ça veut dire aussi en faire des chansons. J’ai un rapport érotique à la création. J’ai une très grosse libido par rapport à ça aussi.

Quand tu as employé le mot « bander » tout à l’heure, ce n’était donc pas innocent.

Ce n’était pas innocent du tout.

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

Après l''interview, le 24 juillet 2017.

(photo: Christophe Schouler)

florent nesles,nesles,permafrost,interview,mandor

Écrire un commentaire