Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Roberdam : interview pour l'album Je rêve donc je suis | Page d'accueil | Marengaux : interview pour son EP L'écorce ou les racines »

26 juillet 2017

Daniel Zanzara : interview pour le premier anniversaire de La passerelle.2

Affiche 1 an.JPG

17861912_646693478848482_6971052166748402952_n.jpgLa passerelle.2 est un lieu de découvertes et de rencontres qui a pour ambition de promouvoir avant tout les bons artistes qui n’ont pas une grande visibilité médiatique. Ce disquaire-café installé au 52, rue Popincourt  dans le 11e à Paris vous permet de découvrir les artistes de la scène indépendante française dans un lieu unique et chaleureux.

Ce lieu vous propose une sélection de CD, de vinyles et de livres et de nombreux événements. Vous pouvez également y déguster des thés aux saveurs délicates, des bières brassées à Paris, des glaces issues de l'agriculture biologique...

J’aime beaucoup La Passerelle.2. Il m’arrive de m’y rendre pour voir des concerts. Et si j’aime beaucoup l'endroit, c’est parce qu’il est tenu par son créateur, Daniel Zanzara, avec la complicité de Mathilde Duhamel, tous deux éminemment sympathiques et accueillants.

La Passerelle.2 célèbre sa première année ce samedi. L'occasion de faire la fête avec les artistes disponibles qui ont enchanté le lieu au cours de l'année écoulée. Ils vont se succéder dès 15 h jusqu’à 23 heures (liste des participants à cet après-midi exceptionnel, plus bas).

Hier, mardi 25 juillet, s’est tenu une après-midi de rencontres avec des artistes pour préparer cet anniversaire. Je m'y suis rendu. J'en ai profité pour interroger le maître de céans, Daniel Zanzara et de dresser un bilan d’une année d’activité.

Interview :IMG_5790.JPG

Pourquoi avoir ouvert ce lieu ?

Pour mettre un sens à mon soutien aux artistes indépendants. Avant, j’allais les voir en concert. J’étais un simple spectateur, mais à force d’établir des relations avec certains, j’ai eu envie de passer à une étape supérieure. Dans ma vie, j’ai eu des circonstances qui m’ont permis de le faire. J’ai décidé d’ouvrir La Passerelle.2.

En une phrase, qu’est-ce que c’est La Passerelle.2 ?

C’est une maison commune pour les artistes indépendants.

Il n’y a que de la musique à l’honneur chez toi ?

Non. Je voulais ouvrir un champ nouveau sur la culture. Ici, il y a aussi des dédicaces de livres, des conférences, des ateliers d’écriture par Jérome Ignatus, des lectures musicales, des réunions à travers lesquelles nous réfléchissons au développement des artistes. C’est un endroit hybride.

Une passerelle, quoi !

Une passerelle.2. Le .2 est très important parce que c’est un  point de rencontres d’artistes. Deux, ça peut-être aussi « d’eux ». .2 parce que c’est un double espace : un café et un disquaire.

C’est un risque financier, non ?

C’est un acte militant. J’ai toujours été un militant dans ma vie. Comme je viens de la comptabilité et de la gestion d’entreprise, j’ai des notions sur la pérennité d’un lieu. J’ai les bases pour réfléchir au développement d’un endroit comme celui-ci. Je n’ai pas fait n’importe quoi. Je reste prudent dans le développement de l’activité.

IMG_5800.JPG

Quelques artistes écoutant Daniel Zanzara, le 24 juillet 2017, à La Passerelle.2

Depuis un an que La Passerelle.2 existe, quel est ton bilan ?

C’est une activité privée, elle est donc fragile. L’équilibre financier est difficile à obtenir. Il faut que je passe à la vitesse supérieure pour améliorer la pérennité du lieu. Je suis content, car j’ai voulu mettre un sens à La Passerelle.2 et j’ai des retours fantastiques des artistes et du public. Ils ont toujours envie de revenir parce qu’ils me disent avoir vécu une expérience particulière.

Ici, on peut boire, manger et écouter des artistes. C’est un bon résumé ?

Oui, mais incomplet. On peut manger et on peut boire, mais avant les concerts. Je fais attention à ce que le public soit attentif aux concerts avec la meilleure écoute possible. Le lieu est petit, alors s’il y avait trop d’interférences, ce serait dommageable à la création artistique.

A l’heure ou le Limonaire et bien d’autres petites salles ont fermé leur porte, toi, tu ouvres un espace dédié à la culture. C’est ça ton acte militant ?

Je dis juste : « même pas peur ! » Je m’inscris dans la filiation de tous ces beaux lieux qui ont fermé. Ça me questionne sur l’existence dans le temps d’une activité. Tout est très éphémères donc, il faut aller vite. Il faut y aller sans réfléchir, il faut faire.

IMG_5801.JPG

Quelques artistes écoutant Daniel Zanzara, le 24 juillet 2017, à La Passerelle.2

Comment sélectionnes-tu les artistes qui se produisent chez toi ?

Je reçois beaucoup de mail d’artistes qui veulent venir jouer à la Passerelle.2. Je demande aux artistes de venir ici. Je veux d’abord qu’ils s’approprient le lieu et ensuite, en discutant, j’essaie de comprendre leur exigence et leur originalité. Je ne programme pas tout le temps la musique que j’aime. Je suis un passeur. Ici, ce n’est pas mon appartement. Cela dit, il y a des artistes que j’adore, qui sont les piliers du lieu et qui m’ont donné envie d’ouvrir cet endroit.

Des noms ?

Le groupe La Bestiole, Karina Duhamel, connue sous le nom de K !, Nathalie Réaux alias Pagan Poetry, Karen Lano, Lou et Lizzy Ling sont vraiment à la base du projet. Après, j’ai découvert d’autres artistes qui sont devenus des grands coups de cœur.

Quand tu refuses quelqu’un, tu n’as pas peur de le blesser ?

Non, parce que refuser un artiste ce n’est pas le nuire. Je lui dis que le projet n’est pas encore prêt et lui propose de revenir dans quelques mois. Je ne ferme jamais la porte.

Les artistes ont l’air d’être heureux de l’existence de La Passerelle.2.

Les artistes ont compris que je n’étais pas là pour ramener la couverture à moi, mais offrir un lieu pour tous. On dit que les artistes sont égocentrés. Moi, je pense qu’ils souffrent surtout d’isolement. Ici, ils peuvent se réunir. La quintessence de leur création, c’est de faire quelque chose pour donner à l’autre. Je tente de faire la même chose.

IMG_5795.JPG

Daniel Zanzara et moi, le 24 juillet 2017.

Pour finir, voici les artistes qui vont se produire ce samedi 29 juillet de 15h à 23h (mais on n’est pas à l’abri que d’autres les rejoignent) :

Aynoa Chris
FERGUS
Magou Samb,
Anne Millioud-Gouverneur
Evie Aurélie Viteau
Marine Williamson
Karen Lano
Patrick Abrial & Jye
Camille Feist
Bénédicte Giordani
Claudio Zaretti
Frédérique Labussiere
Karina Duhamel
Pauline Drand
Pagan Poetry
Marie Lsk
Sébastien Kunz
Rosie Marie
Lembe Lokk
Débora
Jean Peyrelade
Paul Galiana
Yas Yanne Abbad
Caroline Tudyka
Clément NiLem Simounet
Jean Lapierre
Anaïs Mourot
Albert Sellem
La Bestiole (le groupe)
Cat Loris
Laurent Valero

La Passerelle.2

52 rue Popincourt
75011 Paris

Tel : 06 16 35 26 14

Horaires : du mardi au samedi de 10h à 20h

Écrire un commentaire