Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Manon Tanguy : interview pour Parmi les crocodiles | Page d'accueil | Laura Cahen, OUEST et Martin Luminet : interview pour Le Mégaphone Tour »

03 février 2017

Klo Pelgag : interview pour la sortie L'étoile Thoracique

9.jpg

6.jpgDe retour trois ans après le succès de son premier album L’alchimie des Monstres qui lui a valu maintes récompenses et une large reconnaissance au Canada et en France (sacrée Révélation de l’année au Gala de l’ADISQ 2014, en plus des Prix Barbara 2015 en France, Révélation chanson Radio-Canada 2014-15, Grand Prix de la francophonie de l’Académie Charles Cros 2014, Prix Miroir Célébration de la langue française au Festival d’été de Québec 2013…etc.), Klô Pelgag revient avec un nouveau disque toujours aussi créatif et surprenant, L’étoile Thoracique (sortie aujourd’hui). Elle profite des treize nouveaux titres, pour continuer son exploration d’une pop francophone ultra originale qui puise dans l’électro, le rock, et la musique contemporaine. Nous voilà de nouveau transporté dans un monde féérique qui embrasse différents thèmes comme l'amour, la liberté et la désillusion. La jeune femme sera en concert le 8 février au Café de la Danse à Paris. Elle est passée à l’agence le 12 décembre dernier pour sa deuxième mandorisation (la première est à lire ici).

Biographie officielle :15267773_1342101759156306_8289284588388489532_n.png

Trois ans après L'Alchimie des Monstres loué par la critique et le public, l'artiste québécoise Klô Pelgag revient avec L'Etoile Thoracique, nouvel album à l'originalité totale : une fresque surréaliste pleine de fougue et aux arrangements détonants qui propulse la pop de Klô Pelgag dans un monde créatif inédit.

Avec L'Etoile Thoracique, Klô Pelgag nous parle de la terre, des étoiles, du ciel et d'amour aussi. La musique inclassable de cette jeune artiste est une histoire de passion et de sensibilité. Tout au long des treize titres de l'album, Klô Pelgag ne ménage pas ses envolées vocales, sa folie et son imagination débordante. A la fois inspirée par la liberté, les fruits, les légumes, les grandes tragédies, les fleurs et les herbes, Klô Pelgag s’impose comme une sibylline bouffée d’air frais dans le paysage musical francophone. Dès son entrée en scène, il y a quelques cinq années, l’auteure-compositrice-interprète est devenue l’une des voix les plus probantes et singulières de sa génération. Portant sur son dos un univers chargé de chansons, de baroque, et d’absurde, la demoiselle séduit et déstabilise en déployant une musique finement concoctée et qui braque les feux sur un désir instinctif de la créatrice à confronter ses propres fins. En témoignent les 13 titres qui s’emboîtent sur L’Étoile Thoracique, fresque déliée sur laquelle l’artiste se donne des airs de concerto aux contours arachnéens.

Sa démesure n’a d’égal que la beauté et la poésie qui, au final, se déploient sous notre regard dans une fresque musicale, à mi-chemin entre la fanfare et la symphonie. Et c’est dans tout cet espace, cette zone obscure que la fougue et les délires de Klô Pelgag prennent tout leur sens.

3.jpg

(Photo : Etienne Dufresne)

2.jpgInterview :

Depuis la dernière fois que nous nous sommes vus, il y a deux ans, il s’est passé beaucoup de choses pour toi.

Après la sortie de L’alchimie des Monstres, j’ai fait 230 spectacles ici et au Québec. C’était difficile à ce moment-là d’écrire, mais ça me manquait énormément. Déjà que c’est difficile d’écrire et d’être en connexion avec soi-même dans le calme, alors, en pleine tournée... Mais j’avais tellement besoin d’être dans la création que, finalement, l’album est arrivé assez rapidement.

Tu places la musique au même niveau que les textes ?

Les deux ont autant d’importance. Dans ce deuxième album, je laisse encore plus de place à l’instrumental. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, par rapport au premier disque, les musiques sont plus dépouillées au niveau des arrangements.

Tu as l’impression d’avoir beaucoup évolué entre les deux albums ?

J’ose espérer. Dire que j’ai progressé serait prétentieux, mais disons que mon objectif est de m’améliorer d’album en album.

Le doute doit être là pour ne pas se laisser aller à la facilité ?

Je pense que oui. On n’est moins dans la réinvention et le dépassement de soi si on est sûr de son talent. Je ne dis pas qu’il faut être stressé en permanence, mais il faut rester méfiant par rapport à ses capacités. Il ne faut jamais s’endormir sur ses lauriers intellectuellement et créativement.

.

Clip de "Samedi soir à la violence", tiré de l'album L'étoile Thoracite

Tu chantes des histoires graves, mais on ne s’en rend pas compte tout de suite.5.jpg

La musique amène souvent un autre aspect aux mots. S’il y avait une musique plus lourde derrière, le texte prendrait un autre sens. Les deux s’influencent. J’aime quand les contraires s’alimentent.

Derrière ta folie, on décèle beaucoup de tristesses.

L’être humain est complexe. On n’est pas juste la joie ou la tristesse, on est plein de sentiments, plein de contradictions.

Que représente la scène pour toi ?

Sur scène, j’aime m’éclater, j’aime avoir du plaisir, j’aime surprendre, j’aime me surprendre aussi… Je parle beaucoup au public, mais je ne fais jamais les mêmes blagues et les mêmes interventions. Tous les soirs, j’improvise selon la salle, le public, mon humeur… ça me garde en vie. C’est hyper exigeant d’être en réaction totale avec une salle. Mais c’est de l’art vivant. J’ai besoin que tout change de soir en soir, sinon, ce métier me serait insupportable.

Les musiciens doivent te suivre…

Oui, mais ils aiment ça. Enfin, c’est ce qu’ils me disent (rires). Quand ils rient aux blagues, ils ne font pas semblant. Ils ne savent jamais ce que je vais faire… Parfois, je vais quand même très loin, mais comme ça amuse tout le monde, je continue le lendemain.

Clip de "Les ferrofluides-fleurs", tiré de l'album L'étoile Thoracique.

T4.jpgu portes des costumes délirants… te déguiser est-il un moyen de ne pas te montrer telle que tu es ?

Je n’aime pas me montrer comme je suis dans la vie, mais cela ne veut pas dire que je ne suis pas moi. En règle général, je n’aime pas faire la promotion de moi-même, alors j’emploie des subterfuges visuels…

Il y a deux Klo Pelgag ?

Non. Je me sens très cohérente avec moi sur scène. Tout ce que je dis, je le pense. Sur scène, c’est moi, mais x10.

Tu montes sur scène, comme tu monterais sur un ring ?

Toujours. Quand je joue à Montréal, le public est déjà acquis, j’aime ça, mais il ne faut pas que je me sente trop bien, sinon, je ne suis pas au maximum de mes capacités. Il faut que je me sente en danger. Par exemple, en France, il m’arrive de jouer en province, dans des centres culturels ou personne ne me connait. Là, je dois tout donner pour convaincre. Si un public est mort, je me dois de le ranimer. J’aime bien faire face à ça.

15400465_10154794646863674_7723279078248248664_n.jpg

Pendant l'interview 1.

Tu fais ce métier pour la scène ?1.jpg

Non, je fais ce métier pour la création. J’aime écrire, mettre en musique mes textes, les enregistrer sur un disque et ensuite, faire des spectacles. C’est un tout.

Arrives-tu à canaliser ton univers si complexe et luxuriant.

Ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas tout que mes textes ne veulent rien dire.

Je n’ai jamais dit ça !

Naturellement, je sais où je ne veux pas aller, dans le n’importe quoi par exemple. J’ai toujours une idée très précise de ce que je veux exprimer, de ce que j’aime et de ce que je veux faire. J’essaie de ne pas trop contrôler, car le contrôle est l’ennemi de la spontanéité.

15355639_10154794645798674_1761817585517763362_n.jpg

Pendant l'interview 2.

unspecified.jpgC’est fou, comme tu fais l’unanimité artistique.

Je ne pense pas plaire à tout le monde, mais je n’ai jamais eu de mauvaises critiques d’albums de la part des professionnels. On critique parfois mon comportement. Mon attitude n’est pas toujours comprise. Certaines personnes, quand ils m’entendent parler à la télévision, me prennent pour une dingue.

Ce que tu n’es pas !

Assurément (rires).

Aimes-tu la notoriété ?

Tout ce qui m’intéresse, c’est de jouer dans une salle et qu’il y ait du monde qui apprécie. Je n’ai pas d’autres ambitions. Autant je suis excentrique sur scène, autant dans la rue, je n’aime pas que l’on me reconnaisse et que l’on se retourne sur mon passage.

15317967_10154794647323674_6583714363764443783_n.jpg

Après  l'interview, le 12 décembre 2017.

15965587_1394668223899659_6684292912480244479_n.jpg

Les commentaires sont fermés.