Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Vincent Scalera : interview pour sa web série, En fait... | Page d'accueil | Minou : interview pour l'album Vesperal »

21 novembre 2016

Karine Tuil : Prix Landerneau des lecteurs 2016 pour L'insouciance

karine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

Le jury du Prix Landerneau des lecteurs a décerné sa première récompense de la saison, le mercredi 5 octobre  dernier, à Karine Tuil pour son roman L’Insouciance, paru le 18 août chez Gallimard. Créé en 2008 par Michel-Edouard Leclerc, le prix Landerneau était jusqu'ici décerné par un jury de libraires. Mais, ce nouveau prix Landerneau des lecteurs a fait appel à un jury de 200 lecteurs sélectionnés dans toute la France (présidé par Philippe Claudel, mandorisé ici pour l’occasion), associés aux choix littéraires de 1170 libraires des Espaces culturels de l’enseigne. Le lendemain de la remise du prix, Karine Tuil a répondu à mes questions pour le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois de Novembre 2016). Et hop! Du bonus pour ce blog si passionnant.  

karine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

karine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

karine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

karine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

karine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandorBonus mandorien:

Vous décrivez une société où l'image prédomine, où la communication est reine, où le pouvoir se gagne et se perd en un rien de temps sur le terrain médiatique, où les apparences comptent plus que le mérite. Comment avez-vous enquêté sur tous ces sujets ?

J’ai à la fois lu des documents, des témoignages, vu des films, des documentaires et rencontré des spécialistes du milieu militaire, des soldats, des personnalités du monde économique, mais également des conseillers et des plumes qui ont travaillé avec des présidents de la république. Le monde politique est un monde qui me fascine, j’avais donc envie d’en raconter les coulisses, ce que j’ai fait à travers l’ascension d’un jeune homme politique issu d’une minorité qui devient une valeur montante au lendemain des émeutes de 2005. C’était vraiment dans la continuité du travail que j’avais commencé avec mon précédent roman, L’invention de nos vies.

Vous mettez en scène également le pouvoir de l’attraction sexuelle. La volonté de s’y plier  ou de s’en détacher. Les deux personnages s’interrogent sur l’utilité d’une liaison uniquement portée sur le sexe, même s’il y a de l’amour entre eux.

Je voulais montrer que l’amour et le désir étaient les derniers espaces de la perte de contrôle, les derniers espaces ou les individus devenaient enfin eux-mêmes. On voit Marion et Romain se reconstruire, dans un premier temps par le désir et l’acte sexuel et peu à peu, à travers une véritable histoire d’amour qui se construit malgré le chaos environnant. Les liens affectifs, sentimentaux, permettent à mes personnages de supporter les épreuves auxquelles ils vont être confrontés. 

Peut-on dire que L’insouciance est un roman à clef ? On reconnait des personnalités, mais ce ne sontkarine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor pas vraiment eux…

Les personnages ne sont pas identifiés car j’ai tenu à ce que ce livre reste un roman, mais j’aime beaucoup m’inspirer d’éléments issus de la réalité ou de propos que j’ai entendus. Mêler la fiction et la réalité est extrêmement intéressant du point de vue romanesque ; cela permet d’aborder avec précisions des sujets de société tout en conservant un souffle, une densité, et surtout une liberté que seuls autorisent la fiction.

L’état du monde vous démoralise-t-il ?

Malgré les difficultés, il faut rester combatif. C’est le rôle des écrivains d’être des passeurs, de transmettre leur vision du monde à leurs lecteurs, qu’elle soit optimiste ou pessimiste. Il faut que le livre soit l’espace du questionnement, de la réparation, voire de la consolation.

J’ai lu que ce livre était si précis sur le 21ème siècle qu'il risque d'en devenir un témoignage de référence pour les générations à venir. Je suppose que ce commentaire vous fait plaisir.

Oui, bien sûr.  Quand on écrit, il y a une forme d’inconscience. On écrit sur ses obsessions, mais on ne sait absolument pas où le livre va nous mener, quelle va être la réaction des lecteurs. Il y a un moment où le texte vous échappe. Le livre me permet de circonscrire le territoire de mes propres angoisses, de mes peurs et je suis très touchée quand les gens me disent qu’ils y ont trouvé un écho à leur propre vie, à leurs propres peurs et interrogations.

Skarine tuil,l'insouciance,prix landerneau des lecteurs 2016,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandorelon vous, L’insouciance est-il votre plus grand livre ?

Mon dernier livre est toujours le texte qui est le plus important pour moi, celui qui correspond le mieux à mon projet littéraire. Et puis ce livre est très particulier pour moi parce qu’il aborde des questions qui touchent à la condition humaine.

Avec tout ce qu’il se passe autour de L’insouciance, êtes-vous une auteure heureuse ?

Je suis très heureuse de l’accueil que mon livre a reçu, en effet, mais il faut savoir aussi que le doute fait partie inhérente du travail d’écriture. On crée avec pour seul matériau, le mot. Il y a une vulnérabilité constitutive de l’écrivain qui fait qu’il n’est jamais totalement léger et insouciant. L’écrivain Orhan Pamuk dit d’ailleurs qu’il écrit pour être heureux. En tout cas, être lauréate du prix Landerneau est une très grande chance et je remercie tous ceux qui ont lu et aimé mon livre.

Les commentaires sont fermés.