Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Fred Rollat (auteur et chanteur de Karpatt) : interview pour Angora | Page d'accueil | Karine Tuil : Prix Landerneau des lecteurs 2016 pour L'insouciance »

20 novembre 2016

Vincent Scalera : interview pour sa web série, En fait...

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandorLéa Camilleri et Vincent Scalera sont les héros d'une toute nouvelle websérie, En Fait. Elle raconte les aléas d'un couple, mais de manière énergique, moderne et décalée. Ils jouent un couple moderne, où amour et passion ne sont pas forcément les maîtres mots. Le couple n’est pas un couple complètement dans la normalité (mais qu’est-ce que la normalité dans un couple ? répondit l’écho). Les personnages sont hauts en couleurs, à l'opposé des clichés des comédies romantiques. J’adore !

Le comédien, scénariste et réalisateur Vincent Scalera, à qui l'on doit ce beau projet, travaille dessus dans les locaux où moi-même je travaille. Donc, je le vois tous les jours. Ayant beaucoup aimé le premier épisode, je ne cesse de l’importuner pour connaître la suite et pour voir les nouveaux épisodes avant tout le monde. L’homme est sympathique, passionné et il bosse comme un fou. C’est simple, je ne l’ai jamais vu ne pas travailler.

Comme j’aime sa série, il y a trois semaines, j’ai soudain ressenti l’irrépressible envie de le mandoriser, ce qu’il a accepté immédiatement.

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

Description de la chaîne qui publie En fait…:

Wooshes est une chaine youtube caritative où chacun des nouveaux abonnés seront reversés à une association humanitaire pour la sauvegarde des fabricants de bretzel.

100% des bénéfices faits sur cette chaine seront également déposés sur un compte offshore aux pays bas dans le but d'acheter une villa avec piscine à ma mère.

Sinon à part ça,  vous pouvez regarder la série En Fait... saison 1 : RDV tous les 15 jours : le jeudi (parce que le jeudi j'ai pas sport du coup je peux uploader mes vidéos, sinon ça voudrait dire qu'il faudrait que j'aille au sport le jeudi et non le mardi pour mettre en ligne les nouveaux épisodes le mardi, puis le vendredi c'est pas possible non plus car j'ai souvent mon pote Kaza qui passe chez moi, le lundi je suis trop crevé du Weekend donc j'ai la flemme, et pour finir le mercredi j'oublie toujours ce que je dois faire).

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandorInterview :

Tu as commencé ta carrière comme comédien, mais aujourd’hui, tu es devenu un vrai couteau Suisse.

J’écris, je joue, je réalise, je produis. J’aime toucher à tout, mais il est vrai que je me passionne de plus en plus à la réalisation, à la mise en scène et à l’acting.

Comment t’es venu l’idée de devenir comédien un jour ?

Quand j’étais petit, j’étais totalement fan de Jean-Claude Van Damme et de Bruce Lee. Je regardais les films d’action avec une envie forte de faire la même chose, du coup, j’ai fait des arts martiaux. J’espérais que cela me serve un jour…

Vers 20 ans, tu t’es rendu compte qu’il fallait te professionnaliser.

Oui, je sentais que c’était un poids pour moi de ne pas être comédien, mais je  n’arrivais pas à franchir le pas, je ne sais pas trop pourquoi. C’est à 23 ans que j’ai finalement fait mon premier casting. Je l’ai parfaitement foiré.

Après t’être rétamé, que se passe-t-il ?

J’étais un peu perdu. En fait, je ne savais pas par où commencer. J’envoyais des lettres, des CV, je n’obtenais pas de réponse. J’en ai eu marre. Je suis parti à Tahiti, puis en Nouvelle-Zélande, puis en Nouvelle-Calédonie. Curieusement, alors que j’étais parti pour m’éloigner de tout ça, c’est à Nouméa, en 2011, que j’ai été casté pour la série de France 2, Foudre. J’ai eu un petit rôle avec les acteurs principaux. C’est comme ça que j’ai commencé le métier.

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

(En 2011, sur le tournage de Foudre pour France 2.)

Tu sympathises avec les gens de l’équipe, dont l’acteur principal David Tournay, le réalisateur et le producteur de la série.

Oui. Comme ils étaient satisfaits de mon travail, ils m’ont conseillé d’aller voir le studio Pygmalion le jour où je me décide de rentrer à Paris. Ce que j’ai fini par faire. J’ai passé des tests, puis ils m’ont intégré. Ils m’ont formé comme comédien.

Que se passe-t-il quand tu sors de là ?

Je fais de la figuration, des silhouettes… mais je trouvais que les choses n’allaient pas assez vite. J’ai créé une boite de production avec des potes. On tournait nos propres courts métrages. Je n’ai jamais aimé attendre que l’on vienne me chercher. Je trouve cette position très inconfortable et elle ne convient pas à mon état d’esprit.

Tu as un profil physique intéressant. Beau et musclé, ça t’a ouvert des portes ?

J’avais des capacités pour la cascade, du coup, ça m’a aidé à décrocher des rôles « physiques » un peu dangereux. J’ai vite tourné dans des séries comme Engrenages ou Braquo. Après on m’a recruté pour faire des films qui montraient par exemple des interventions du GIGN. C’était mon rêve de gosse de faire des films d’action, mais au final, j’estime que je n’avais pas grand-chose à défendre, je voulais des propos, un enjeu…

Demo Vincent Scalera from vincent scalera on Vimeo.

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

Aujourd’hui en 2016, tu viens de créer la série En fait… sur YouTube. vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

J’ai toujours eu l’habitude de travailler à mon compte, de tout gérer, faute de budget conséquent. Donc, je travaille pour le moment avec une équipe réduite, mais efficace. Je fais tout moi-même, mais à long terme, je ne pourrai continuer ainsi, c’est extrêmement compliqué. Je dirige les comédiens, je réalise, je dois me concentrer aussi sur mon propre jeu…

Raconte-moi ce qu’est ta série.

En fait… met en scène un couple au début de leur histoire. Le terme « En fait », c’est la seconde que l’on prend pour réfléchir avant de donner une réponse dans une situation que l’on gère mal. On peut tous péter un plomb dans la tête, mais ce que l’on pense vraiment ne passe pas la bouche parce que socialement, ça ne se fait pas. Du coup, je métaphorise des émotions. On voit ce qu’il se passe dans la tête du couple, on rentre dans leur monde intérieur… mais ce n’est pas la réalité de ce qu’ils disent au final. Je voulais montrer que dans la vie, on met des masques. On ne dit pas jamais la vérité.

La bande annonce de "En fait..."

Quand je regarde En fait…, ce qui me fascine, c’est que j’ai l’impression de regarder un dessin animé de Tex Avery.

Depuis tout petit, je suis fan de dessins animés. Leurs scénarisations est souvent géniales. Je m’en suis inspiré. Quand je veux raconter une histoire que j’ai dans la tête, les images qui arrivent dans ma tête ressemblent à un dessin animé.

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandorTu t’inspires aussi de certains réalisateurs de cinéma.

Oui, comme Guy Ritchie. Arnaques, Crimes et Botanique et Snatch, pour moi, ce sont des chefs d’œuvres ! Il a réinventé la façon de réaliser et je m’en inspire aussi beaucoup. Pour moi, c’est un génie. Tarantino aussi m’a inspiré sur différents points comme la violence, mais la violence ridiculisée. Il y a une scène où je tue ma honte et ma honte me tue, c’est très tarantisnesque.

Je trouve que tu révolutionnes les séries sur YouTube. C’est beaucoup plus énergique et moderne.

Sur Internet on peut faire ce que l’on veut. Je n’ai pas la prétention de dire que je vais révolutionner quoi que ce soit ou que je donne un coup de pied dans la fourmilière, j’ai juste eu envie de faire un truc qui me correspond et qui me plait. Je fais cette série avec amour, c’est pour cela que ce projet me ressemble.

Tu te donnes combien de temps pour estimer que ta série marche ?

Je ne me mets pas la pression avec les objectifs. Il faut au moins 6 mois pour qu’une chaîne commence à décoller. Tant mieux si ça arrive plus vite  avec une vidéo tous les 15 jours. Mais puisqu’il faut que je réponde à ta question, je me laisse un an pour voir si les gens accrochent au concept.

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

Pendant l'interview...

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandorParlons de Léa Camilleri. Comment l’as-tu choisi pour être ton « amoureuse » ?

J’étais auteur pour Le Latte Chaud à l’époque où elle faisait partie de l’équipe. J’ai pu l’observer jouer. Elle a un naturel de jeu que j’apprécie beaucoup. Elle a un côté un peu réservé et drôle en même temps. Dans la série, quand on rentre dans sa tête, il y a un décalage complet entre ce qu’elle est et ce qu’elle joue. Je suis sûr que parfois, quand elle tourne certaines scènes, elle se demande pourquoi elle est là, pourquoi elle a accepté de participer à cette aventure (rires). Depuis qu’elle a dû simuler un orgasme, ça a débloqué beaucoup de choses entre nous. On n’a plus peur de rien.

Comment es-tu sur un plateau ?

J’essaie d’être très cool avec tout le monde et de ne pas transmettre mes angoisses. En tant que chef d’orchestre, il est important de disséminer une bonne ambiance.

Tu t’inspires de ce que tu as vécu toi-même dans cette série ?

Il n’y a pas longtemps, je me suis aperçu que tous mes scénarios étaient des choses qui m’étaient arrivées. J’étais persuadé que c’était juste le fruit de mon imagination… mais non… en fait.

vvincent scalera,léa camilleri,en fait,websérie,interview,mandor

Avec Vincent Scalera, après l'interview.

Pour terminer, voici les quatre premiers épisodes de En fait...

Écrire un commentaire