Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2016-08 | Page d'accueil | 2016-10 »

29 septembre 2016

Hildebrandt : interview pour Les Animals

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Des chansons électro pop dance, certaines hypnotiques, côtoient des ballades aux mélodies d’une redoutable efficacité.  … un brin mélancolique, mais jamais désenchantée, ce premier disque d’Hildebrandt est remarquable. Musicalement et textuellement, une bonne claque dans la fourmilière « chanson française » (il n’est pas le seul en ce moment, mais ils sont tout de même rares à dépoussiérer avec vigueur ce milieu…)

Comme l’indique le dossier de presse : « A chacun de l’écouter, de le vivre, de s’y projeter en imaginant peut-être Les Animals en concept album : comme une longue marche depuis la rupture vers la nouvelle rencontre : la rencontre de son propre corps "animal". Vers la rencontre de soi ! »

Pour ma part, j’ai rencontré Wilfried Hildebrandt dans un bar de la capitale le 13 septembre dernier.

hildebrandt,les animals,interview,mandorBiographie officielle (mais raccourcie) :

Il a longtemps roulé sa bosse un peu planqué derrière une formation dans laquelle il n‘était que Wilfried. Quatre albums à tendance chanson française. Et puis il est passé à l’acte. En solo, après une vie de groupe, comme s’il fallait à un moment de sa vie se dévoiler, assumer ce qui ne vient que de soi. Parce que le temps presse… certainement.

Mais il aura pris son temps. Le temps de construire son monde personnel, de composer en miniature, dans une écriture plus intime, où les mots pèsent moins quand l’espace sonore s’enrichit de couleurs feutrées, de tonalités mineures, de terres sèches et de vapeurs électroniques. Les premières pierres angulaires de son répertoire, « Vos Gueules », « C’est jamais loin », « Déjà », « Coup d’Caillou » et « L’Essentiel à t’apprendre », ont été sculptées avec ses anciens comparses (Nicolas Barbaud et Pierre-Philippe Dangaly). Hildebrandt les a emportées dans son baluchon de voyageur solitaire, et les voici remodelées par les pattes félines de Lucas Thiéfaine et Dominique Ledudal.

Hildebrandt vogue au large, il s'est éloigné des rives de la chanson française et cela s’entend. Parce que les mots ne sont plus chez lui soutenus par la musique mais qu’ils s’insèrent comme une deuxième musique dans le décor orchestral. Comme un acteur se fond dans la scène, Hildebrandt chante dans l’écrin sonore, et il y mène un jeu de rôle avec les instruments au service du tableau final. Là où il n’est souvent question que d’espace, il crée le volume : voilà la force de son album Les Animals.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

hildebrandt,les animals,interview,mandorInterview :

Est-ce que dans ta famille on écoutait beaucoup de musique ?

Mes parents viennent d’un milieu très ouvrier. A la maison, il n’y avait pas énormément de place pour la culture. Nous n’étions penchés ni vers la littérature, ni vers la musique. Ma mère avait gardé quelques 45 tours de l’époque yéyé. Il y a avait aussi une compilation d’Elvis. Ce disque doit être une de mes premières émotions musicales. Mais surtout, un jour, mon cousin a oublié une cassette des Beatles et j’ai passé une grosse partie de mon adolescence à écouter ce groupe. Si je fais de la musique aujourd’hui, c’est parce que, vraiment, j’ai beaucoup écouté les Beatles.

Tu as commencé la musique assez tard.

Effectivement,  j’ai commencé la guitare à 18 ans.

Et tu es venu à la chanson à 20 ans.

Oui, parce que ma chérie d’alors, qui est ma femme aujourd’hui, a grandi dans la chanson. Je me suis mis sérieusement à la chanson, alors que ma culture musicale était plus de la pop. Cela dit, j’avais l’impression de découvrir quelque chose que j’avais ignoré pendant des années. Chanter en Français m’a permis enfin de me raconter. Je me suis rendu compte que la langue française m’autorisait à chanter des choses intimes… et ça m’a donné l’impression d’exister aux yeux des autres.

Quand as-tu décidé d’en faire ton métier ?

Je n’ai pas décidé, cela s’est imposé. A l’époque, il y a une quinzaine d’années, je bossais dans l’éducation nationale, j’étais aide-éducateur. On avait déjà beaucoup d’activités avec mon groupe, Coup d’Marron, et à un moment, on a tous décidé d’arrêter nos activités respectives pour essayer de devenir intermittents du spectacle et de continuer plus activement la musique via ce groupe-là.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Tu as commencé par la chanson française dite « traditionnelle », puis aujourd’hui, tu es revenu à tes premiers amours, la pop. Tu as fait les choses à l’envers.

Je suis toujours à la bourre (rires). Le fait d’approcher la quarantaine fait que j’ai voulu assumer ce pour quoi j’ai voulu faire de la musique quand j’étais plus jeune. Je m’amuse et m’assume plus aujourd’hui qu’hier. J’ai concilié tous mes élans mélancoliques qui font que je suis rêveur depuis que je suis né. En même temps, j’ai des envies de légèreté et de danse. J’ai envie de danser sur scène, de parler de ce que cela évoque. La musique que je joue maintenant me permet de concilier tout ça.

Le fait d’être dans un groupe bride un peu ?

Je ne me sentais pas bridé du tout, je n’avais tout simplement pas conscience de ce que je voulais. Personnellement, je sais que ce qui a changé ma vision des choses dans la vie et dans la musique, c’est la paternité. Le fait d’avoir des enfants fait que je joue ce que je joue aujourd’hui.

Pourquoi avoir quitté le groupe ?

J’ai pris la décision de quitter le groupe et de repartir sous mon nom parce que nous étions arrivés à un stade où on avait encore envie de vivre des choses ensemble, mais pas de la même manière, ni sous le même nom, ni sous la même forme artistique. Comme les choses tournaient beaucoup autour de moi, ça m’a paru naturel de repartir sur une histoire solo. Les autres membres voulant se dédouaner d’une responsabilité de groupe, ils ont accepté de me suivre.

Clip de "J'ai plein de pas".

Encore, une fois, tu as fait les choses à l‘envers. Hildebrandt a commencé par l’enregistrement d’un album… qui n’est pas sorti.

Oui, mais on a retiré quatre chansons de cet album pour en faire un EP il y a trois ans.

Et elles sont de nouveau dans l’album.

Je ne tourne pas les pages facilement. C’est valable aussi dans mes constructions du quotidien, mes amitiés et en amour. J’ai besoin de longueur de temps. J’avais enregistré ces chansons-là, mais je voulais les assumer encore parce que je les aimais et que je ne m’en lassais pas. Et comme l’EP était resté confidentiel, j’ai voulu leur redonner une vie honorable.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Hildebrandt a reçu le Grand Prix Découverte 2016 de l'Académie Charles Cros. I was here. 

On a l’impression que tu prends ton temps pour tout.

Je milite pour les constructions lentes, mais qui durent. Pour moi, il n’y a pas de fulgurances. Quand j’étais petit, je jouais au légo. Là, c’est pareil, j’ajoute une pièce, puis une autre… Comme ça fait longtemps que je construis cet album, j’aimerais qu’il trouve un écho favorable.

Ton album est moderne, si ce n’est novateur. Ça fait du bien.

Ça fait partie de moi et de ma volonté d’aller dans des directions pop moderne. J’ai voulu sortir du carcan inusable de la chanson française, mais je n’avais pas l’ambition de révolutionner la chanson. J’avais vraiment envie de concilier ce qui me touche au quotidien et la vision de ce qui me plait dans la musique.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Tu te sens ancré dans ton époque ?

Oui, parce que je suis sensible à ce qu’il se passe au quotidien et je suis critique et lucide sur ma manière d’accueillir ce qu’il se passe au quotidien. J’enfonce des portes ouvertes, mais il faut être le plus sincère possible.

Tu as fait de nombreux teasers dans lesquels tu apparais mouillé et pas au meilleur de toi.

Il y a beaucoup d’autodérision. J’aime bien paraître beau et moche à la fois. J’aime bien quand le corps est mis dans une situation à laquelle on ne s’attend pas. Qu’il soit déstabilisé, maladroit, adroit, sale, vivant, ou dans la survie, qu’il se démène pour avancer. Le corps dans l’eau est renvoyé à ce qu’il est : un corps animal. C’est pour ça que j’ai appelé cet album Les Animals.

Le clip de "Les Animals".

C’est quoi être un artiste ?

Pour moi, c’est une impression d’exister explosive. Ça me permet d’être dans ma bulle chez moi et d’être plus ouvert avec les autres.

Et c’est quoi faire de l’art ?

C’est une production humaine qui n’a qu’un seul but : être esthétique. Etre artiste, c’est donner de l’esthétique aux gens en espérant que cela leur procure des émotions.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Un artiste est un être à part, j’ose dire « différent ».

J’ai toujours peur d’être prétentieux, alors je tente de rester humble. C’est une question que j’aborde parfois avec mon copain Lescop. Je me pose trop de questions sur l’humilité et lui, ça l’exaspère. On se rejoint sur la fonction de l’artiste. C’est un métier et nous devons l’assumer. Moi, je suis peut-être un peu trop dans la retenue. Être expansif ne fait pas partie de ma personnalité. Mes parents sont des ouvriers complexés, j’ai donc encore ça en moi.

Tu as analysé le fait de vouloir être sous la lumière?

Il y a forcément du narcissisme là-dessous. Je me rends compte que j’ai beaucoup d’ego, alors j’essaie de le canaliser.

L’esthétique a une importance dans ton « œuvre » ?

Avant, je me disais que je ne savais pas faire et que je n’avais pas les moyens. Maintenant, je me rends compte que je sais un peu faire et que même sans beaucoup de moyens, on peut avancer. Avec mon nouveau label AtHome, j’ai plus de moyens.

As-tu besoin de la rencontre avec toutes formes d’arts.

J’aime la pluridisciplinarité, la rencontre entre la musique, le théâtre et la danse. Ces derniers mois, je me suis beaucoup intéressé à tout cela. J’ai besoin de diversité artistique pour avancer.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Pendant l'interview...

Qui aimes-tu dans la chanson française ?

Je suis très admiratif de la carrière de Bashung. Pour ce qu’il a fait au tout début, les risques qu’il a pris pendant des années et ce qu’il a fait à la fin… qui est majestueux. Je suis fasciné par la constance et l’honnêteté d’un Christian Olivier, alors que les derniers concerts de lui que j’ai vu, il y avait peu de monde dans la salle. J’en ai chialé.

Vraiment ?

Oui. J’en ai chialé parce que ça me renvoyait à mes premiers émois devant mes premiers concerts de Têtes Raides. De voir que cette poésie-là, cette honnêteté artistique, cette présence sur scène ne fédéraient plus, ça m’a foutu en colère.

Tu l’as senti touché ?

Non. Il continue son bonhomme de chemin. J’admire ce mec. J’admire son œuvre. Il ne le sait pas, mais si j’ai commencé à faire de la chanson, c’est suite à une rencontre avec Têtes Raides. Une semaine avant d’aller les voir à un concert, on avait monté mon groupe. Cela nous a donné des ailes.

D’autres artistes encore ?

Oui. Imbert Imbert. J’adore ce qu’il dégage, j’adore la mélancolie et la fragilité qu’il cultive. Sans concession. Je reste aussi fan de Miossec.

Je t’ai vu chanter du Bowie. Tu es capable d’avoir une voix de tête, ce que je ne savais pas.

Quand tu chantes du Bowie, tu peux te permettre des choses que tu ne peux pas te permettre dans la chanson française. Pour tous, la chanson française, c’est plus la voix de Brel que celle de Goldman. Les voix aiguës et androgynes amènent quelque chose de plus érotique qui nous éloigne de cet héritage des troubadours qu’on a dans la chanson. Mais, j’ai pour ambition prochaine de concilier la voix de tête sur de la pop française…

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Après l'interview, le 13 septembre 2016.

Bonus : Tous les teasers...

...mouillés.

...et en studio.

27 septembre 2016

Nina Bouraoui : interview pour Beaux rivages

nina bouraoui,beaux rivages,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,mandor

(Photo : Raphaël Devynck Sauvilliers)

Le sujet de la rupture amoureuse et du chagrin d'amour en littérature a été ausculté sous toutes les formes depuis des siècles, et ce, par une multitude d'auteurs. Aborder de nouveau ce sujet sans souffrir de la comparaison, sans ressentir du déjà lu, était une véritable gageure. Dans Beaux rivages, Nina Bouraoui a gagné son pari. On plonge dans les eaux de la souffrance intérieure que chacun de nous a déjà connue. Son écriture lumineuse et subtile nous emporte au tréfonds de l’âme humaine. Nina Bouraoui est venue à l’agence le 23 mars dernier pour nous parler de son livre, de la vie, de l’amour… et de musique. Voici le résultat de cette heure passée ensemble pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois de septembre et octobre 2016) + un bonus mandorien.

nina bouraoui, beaux rivages, interview, le magazine des loisirs culturels auchan, mandor

nina bouraoui, beaux rivages, interview, le magazine des loisirs culturels auchan, mandor

nina bouraoui, beaux rivages, interview, le magazine des loisirs culturels auchan, mandor

nina bouraoui,beaux rivages,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,mandorBonus mandorien:

A. et Adrian habitent loin l’un de l’autre, est-ce aussi une des raisons de la fin de leur histoire ?

Non, je ne pense pas que leur échec vienne de la distance. Ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas dans deux lieux géographiques identiques qu’ils se quittent. Dans cette distance, il y avait un contrat de confiance : on est loin, mais on se fait confiance. C’est un peu la double peine.  Pour l’avoir vécu, un amour à distance c’est difficile. Les trains, les avions, la peur, la frustration de ne pas avoir l’autre tout de suite, près de soi. Si on est bien organisé, ça peut marcher (rires). A. et Adrien ont tenu huit ans en s’aimant comme des fous. Leur rupture vient simplement d’une troisième personne.

Cette troisième personne est d’ailleurs très méchante et Adrian ne veut pas s’en rendre compte.

Elle tient un blog où elle s’adresse par images à la femme abandonnée. Elle va la harceler. De son côté, Adrian ne veut pas mesurer la toxicité de cette femme pour laquelle il abandonne A. Il ne veut pas se dire qu’il l’a quitté pour une femme aussi perverse.

A. ne peut pas s’empêcher d’aller consulter ce blog alors qu’elle sait que cela va la faire souffrir. A l’heure des réseaux sociaux, on n’a pas le droit de ne pas savoir ce que fait l’autre.

On n’a plus le droit à l’oubli, au silence, à l’indifférence… C’est si humain d’être tenté de savoir ce que fait la personne qui est partie, ce qu’elle devient. C’est une addiction masochiste qui fait mal. A. ne peut absolument pas s’en passer. Elle va vivre par le prisme de ce blog, l’autre le sait et va en abuser. D’ailleurs, je tiens à dire que j’ai minimisé les actes de cette femme par rapport à la réalité. Ce qui m’intéressait aussi, c’était de démontrer que les réseaux sociaux, donc l’irréel, sont devenus presque plus fort que le réel. C’est aussi effrayant que subjuguant. Ils ont dématérialisé ce que nous sommes.

Adrian est juste tombé amoureux d’une autre femme. Au fond il n’y peut rien.

On a le droit de tomber amoureux d’une autre personne. C’est la loi de l’amour. Elle fait mal. Elle est cruelle, terrible, mais il faut l’accepter. C’est le jeu. Adrian n’est pas un monstre, j’ai beaucoup de tendresse pour lui. C’est un gentleman un peu bourru. C’est très masculin d’être maladroit.

Quand on a un chagrin d’amour, on est très seul. On est incapable d’avoir une vie sociale.nina bouraoui,beaux rivages,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,mandor

C’est vrai. Et on n’écoute pas les conseils des autres. On dit oui, mais on ne les applique pas. Rien ne peut guérir cette peine et chaque seconde est vouée à la cruauté. Quand on a un chagrin d’amour, on ne pense qu’à ça.

Avez-vous traversé des chagrins d’amour ?

Oui… et des épouvantables. J’étais à terre et j’avais l’impression que le ciel allait s’effondrer. Vous savez, les amoureux éconduits forment une belle communauté.

Votre écriture est extrêmement ciselée, comme toujours.

J’ai essayé d’écrire un livre très lisible, mais quand même poétique. Quand j’écris, je chante en même temps. La musicalité est toujours au centre de mon travail. Je ne dis pas que je suis à la recherche de l’hyper style, mais je suis à la recherche de la vérité dans une forme d’esthétisme pure. Je suis obsédée par la pureté dans l’écriture.

Vous écrivez souvent ?

J’ai des phases de non écriture, mais qui font partie de la phase d’écriture. Mes temps d’écriture durent un mois. Ensuite, il y a quatre ou cinq mois de latence, puis un mois de construction et enfin cinq mois d’écriture intense.

Quand on écrit sur un chagrin d’amour, on n’a pas peur de tomber dans les clichés ?

Oui, j’ai craint de me vautrer dans un romantisme souffreteux ou dans quelque chose de larmoyant. Raconter une rupture amoureuse, c’est le truc le plus banal du monde, alors il fallait que je trouve les mots justes.

nina bouraoui,beaux rivages,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,mandor

Pendant l'interview...

J’aimerais aborder un côté de vous que les gens ne connaissent pas beaucoup. Vous écrivez des chansons pour certains artistes.

J’en suis très fière. C’est fabuleux d’écrire des textes portés par quelqu’un d’autre. Je suis en retrait, je n’existe pas et j’adore ça.

Vous avez écrit pour qui ?

Notamment pour Céline Dion et pour deux de ses albums. J’ai écrit « Immensité », « Celle qui m’a tout appris » et « Les paradis ». En 2012, je l'ai vu chanter à Bercy deux de mes chansons, c’était un truc de fou. J’ai vu 15 000 personnes reprendre « Immensité ».

Clip de "Immensité".

Comment vous êtes-vous retrouvée à écrire pour la plus grande chanteuse du monde ?

Après mon prix Renaudot, j’ai été invitée dans une émission de Guillaume Durand. Jean-Jacques Goldman regardait l’émission. A l’époque, Céline Dion ne cherchait que des auteurs féminins pour son album D’elles. Goldman appelle mon éditeur Jean-Marc Roberts. Il lui demande si j’ai déjà écrit des chansons, Jean-Marc dit oui, alors qu’il savait que je n’en avais jamais écrit. Le chanteur m’a envoyé un fax et j’ai accepté le pari. Du coup, il a écrit à Céline Dion au sujet de mes textes. Pendant un mois, je me suis pris la tête. Je me suis rendu compte que c’était compliqué d’écrire une chanson.

Vous avez écrit pour qui encore ?

« Une  arrière-saison » pour Johnny Hallyday, mais la chanson est restée dans un tiroir. Finalement, c’est Sheila qui l’a interprété. J’ai écrit aussi pour Garou et pour Chimène Badi… et là, je viens d’écrire 6 textes pour un grand chanteur français. Je croise les doigts…

nina bouraoui,beaux rivages,interview,le magazine des loisirs culturels auchan,mandor

Le 23 mars 2016, après l'interview. 

21 septembre 2016

Olympe : interview pour son EP

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandor

Olympe vient d’une émission de télé-crochet. Il y a fait un beau parcours. Puis il est parti en tournée avec ses collègues de l’émission de TF1. Un album de reprises et un album formaté à la « Universal » plus tard, le revoilà enfin avec des chansons qui lui ressemblent vraiment. Son EP (à découvrir ici) touche au cœur et à l’âme. Seul au piano (et quelques violoncelles de-ci de-là), avec une voix exceptionnelle, il nous transporte dans ses histoires (romantiques mais pas neuneus) aussi émouvantes qu’intenses. Emotionnellement parlant, Olympe ne fait pas dans la demi-mesure. Le jeune homme présentera pour la première fois ses titres en solo, le samedi 8 octobre aux Trois Baudets à Paris. Vous seriez bien inspirés d’aller y jeter une oreille.

En attendant, je l’ai mandorisé pour la seconde fois  le 13 septembre dernier (voir la première mandorisation là). Je voulais notamment savoir qui se cachait derrière cette boule d’émotion…

(Merci à son manager Thierry Lecamp)

Bolympe,ep,thierry lecamp,interview,mandoriographie officielle :

L’ancien finaliste de The Voice, saison 2 a grandi depuis l’émission de télévision qui l’a révélé. Après le tourbillon médiatique et des débuts discographiques prometteurs, Olympe a  choisi une nouvelle voie, où plutôt la voie qu’il a toujours voulu prendre, afin de donner à son public ce qu’il lui a offert ces dernières années : une relation à cœur ouvert.

Cet EP sonne donc comme un premier épisode, car désormais Olympe se raconte, sans détour. Marqué par un parcours émotionnel chaotique, il a choisi de livrer derrière son sourire et sa nature enjouée, ses fêlures et ses tourments, comme pour tenter de faire disparaître certaines cicatrices qui restent sensibles… Chanter, pour tourner une page. Avancer pour passer à autre chose.

C’est assis à son piano qu’il a composé les mélodies qui traduisent qui il est réellement. C’est avec Julien Maillet, désormais son auteur, qu’il a choisi les thèmes, lui laissant le choix des mots le plus souvent, précisant parfois de sa plume certaines situations…

Il a invité Yseult sur le titre « Je Cours » comme on partage une quête, retrouvé le pianiste Vincent Lanty (Florent Pagny, Garou, Chef D’Orchestre du spectacle musical Résiste) qui l’avait déjà accompagné sur scène, et rencontré une violoncelliste de rêve : Christelle Heinen (William Sheller). Ensemble, ils ont cherché comment traduire cette sensibilité qui l’habite, souhaité s’inscrire dans le sillon d’une variété élégante, qui va chercher dans le chant et les instruments l’essence même de la sincérité…

Et puis une chanson est arrivée in extremis, après le massacre qui a touché la population homosexuelle d’Orlando ces dernières semaines. Alors, Olympe s’est installé face à un clavier et la livre aujourd’hui dans une première version, à fleur de peau : « Aimer n’est pas un crime. »

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandor

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandorInterview :

Nous nous sommes vus la première fois il y a trois ans, alors que tu étais en plein maelstrom professionnel. Tu sortais de The Voice et on avait l’impression que le monde était à tes pieds. Comment as-tu vécu la période où le succès s’est soudainement calmé ?

J’ai toujours été très lucide. Je savais que ça allait redescendre parce que lorsque l’on passe devant 9 millions de téléspecteurs toutes les semaines et qu’après on est moins médiatisés, l’intérêt s’émousse forcément. Je l’ai bien vécu et pas bien en même temps. Je me disais que j’allais redevenir ce que j’étais et que j’allais retrouver un peu de liberté dans la vie de tous les jours. Et puis parfois, comme on parlait beaucoup moins de moi, je me demandais si j’allais pouvoir continuer à faire de la musique toute ma vie. Le doute prend le pas.

Pendant la période de calme, tu t’es mis à la composition.

Oui, et du coup, je pouvais aussi évoquer des choses qui m’avaient touché pendant mon enfance, mon adolescence et ma vie aujourd’hui. Dans les périodes de doutes, on est plus dans un état d’esprit propice à l’écriture et à la composition.

Tu as eu une enfance, disons compliquée. La musique a tenu un rôle important à ce moment-là, je crois.

A l’âge de cinq ans, j’ai été placé chez mon grand-père avec mon petit frère et ma petite sœur parce que ma mère faisait une dépression quand mon père s’est séparé d’elle. Il était militaire et il a dû partir en Nouvelle Calédonie. Du coup, je n’avais pas trop les repères paternels et maternels. J’étais assez timide et c’est vrai que je n’ai pas très bien vécu mon enfance et mon adolescence. Le collège était une période que je détestais. Je chantais tout le temps. C’était le seul moyen que j’avais pour extérioriser ce que je traversais. Je ne me confiais à personne. C’était la bulle dans laquelle je me sentais bien et où j’aimais me réfugier.

Ton grand-père t’a aidé à faire de la musique.

Un jour, je lui ai dit que j’aimerais bien faire du piano. Il m’a acheté un piano. Ensuite, il m’a inscrit à des cours. Lors du premier cours, ma prof m’a suggéré d’arrêter cet instrument parce que, selon elle, je n’étais pas fait pour ça. Du coup, j’ai appris le piano tout seul. A onze ans, mon grand-père m’a inscrit à un concours de chant sans me prévenir. J’ai accepté d’y participer et j’ai gagné en chantant « D’amour ou d’amitié » de Céline Dion. Après, j’ai été intégré dans une troupe de chanteurs vers Amiens. Je faisais des petits concerts, des cabarets… c’était bien, même si on ne chantait pas ce que l’on voulait. Je suis ensuite parti dans le sud pour participer à un projet musical qui n’a pas eu lieu, du coup, après, je suis revenu à Amiens. Je voulais reprendre des études d’audiovisuel pour créer une boite de montage de clips vidéo. Comme je n’avais pas de contact pour l’alternance, j’ai trouvé un petit job en attendant.

Clip officiel de "Si demain".

C’est à ce moment que tu décides de poser des vidéos sur YouTube.olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandor

Oui et un soir, on m’a contacté pour me demander si je voulais passer une audition. Au début, on ne m’avait pas dit que c’était pour The Voice. Ensuite, tout s’est enchaîné à une vitesse folle.

Tu as enfin vu les paillettes…

Quand tu arrives sur le plateau de The Voice, tu ne comprends pas ce qu’il t’arrive.

Ensuite, tu as sorti un disque de reprises et un disque « original » mais marketé Universal.

J’écrivais et composais déjà, mais on ne m’a pas laissé la possibilité de placer au moins une de mes chansons.

Ce qui est le comble. Là, enfin, tu reviens avec tes propres chansons, entièrement composées par toi et écrites par Julien Maillet.

Ça fait du bien. J’avais des mélodies depuis très longtemps et j’avais l’impression qu’elles n’existaient pour rien. Enfin, j’ai pu les utiliser. Cela dit, c’est aussi stressant. Quand j’ai commencé à faire écouter à mon agent, Thierry Lecamp, et à Julien Maillet mes musiques, j’avais peur qu’ils trouvent cela méga nul. Quand l’EP est sorti, ma deuxième appréhension était les commentaires du public. Pour moi, ce disque est la liberté de pouvoir chanter ce que l’on a envie de chanter, de pouvoir mettre en avant ce qui sort des tripes. C’était salvateur de pouvoir sortir tout ce que je raconte dans ces nouvelles chansons.

Live France Bleu de "Aimer n'est pas un crime". Une chanson écrite à la suite de l'attentat qui a touché la communauté homosexuelle à Orlando.

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandorTu évoques la séparation de tes parents, la disparition de ta grand-mère, tes histoires d’amour… des histoires très personnelles. J’imagine que tu as beaucoup raconté ta vie à Julien Maillet pour qu’il écrive des textes qui te correspondent parfaitement.

Il est venu chez moi à Paris avec une bouteille de vin rouge. Nous nous sommes mis à table, puis nous nous sommes servis un verre et j’ai commencé à lui raconter ma vie. Quand je me livre, je me livre à fond. Je ne fais pas les choses à moitié. Pendant ce temps, il a pris des notes. C’était particulier parce que je ne connaissais pas Julien depuis longtemps. J’espérais qu’il ne me prenne pas pour un taré et que ce que je lui racontais l’inspire. Ça l’a inspiré. Il s’est beaucoup rapproché de ce que je voulais dire. Moi, quand quelque chose me touche trop, je suis incapable de trouver les mots. J’ai toujours peur de ne pas être assez juste.

Ce sont des thèmes qui peuvent toucher beaucoup de personnes.

Si ce ne sont pas leurs histoires personnelles, je m’arrange pour que tout le monde puisse plus ou moins se retrouver dans mes chansons.

Ce sont des textes d’un homme torturé aux multiples blessures. La chanson te permet de tenter de cicatriser?

Pour que j’avance dans la vie, j’ai besoin de tourner les pages. Pour moi, une chanson, c’est une page qui se tourne. De mettre des mots sur mes maux me fait du bien.

Ta musique est très dépouillée. Piano, voix et parfois violoncelle.

Je voulais que l’on soit à l’essence même des mots, que l’on entende bien la mélodie, que mes refrains soient entêtants. Je ne voulais pas surproduire et que l’on entende 50 000 instruments. Ce que j’ai fait est un peu culotté parce que si on part dans l’optique de passer en radio, ce n’est pas la meilleure formule musicale (rires). Je ne voulais pas faire de la musique pour la radio, mais parce que j’aime la musique.

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandor

Toute proportion gardée, si je dis qu’il y a du Sheller en toi, tu en penses quoi ?olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandor

Que c’est un compliment. Il fait partie des artistes français que j’apprécie vraiment. Il y en a peu. J’ajoute Polnareff, Calogero et Zazie et c’est à peu près tout.

Et dans les internationaux ?

J’aime beaucoup Kate Bush, Tori Amos, Adele. Elles ont toutes des voix et des mélodies exceptionnelles. Musicalement et vocalement, il y a toujours des rebondissements dans leurs chansons. Elles n’interprètent pas, elles vivent ce qu’elles chantent.

Tu as une fanbase importante depuis The Voice. Elle te suit sur ce projet ?

Étonnamment, elle préfère même ce que je fais actuellement. Les gens qui m’aimaient depuis le début comprennent que cet EP représente le vrai Olympe. Ils décèlent la sincérité qui émane de toutes ses chansons. Ils disent qu’ils apprécient que je me confie et que je sois dans l’émotion.

Je pense que cet EP te rendra ta légitimité et qu’on arrêtera de te parler de The Voice.

Que Dieu t’entende (rires). The Voice, c’est une super vitrine, ça t’ouvre plein de portes et je ne serais sans doute pas là pour parler avec toi si je n’étais pas passé par cette émission. Le souci est que, quand tu es estampillé The Voice, tout le monde considère que tu n’es qu’une voix et que tu ne peux pas être également auteur et compositeur.

Tu repars donc à zéro.

Oui et c’est très bien. Je redéfinis mon univers.

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandor

Pendant l'interview.

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandorÇa doit être le bon moment pour que les gens te découvrent tel que tu es.

En effet. Peut-être que je n’avais pas encore assez de maturité à l’époque pour sortir les chansons qui figurent sur mon EP.

Tu es toujours dans le doute ?

Oui et heureusement. Si je n’ai pas le doute en moi, je n’arriverais pas à me surpasser.

Continues-tu à écrire et composer, même en période de promo ?

Je suis toujours à fond. J’ai plein d’idées en permanence. J’ai déjà 35 compositions et nous avons le projet de faire un album. Dans le même style que l’EP, avec peut-être un peu plus de cordes.

Pour conclure, qu’as-tu envie de dire ?

Il faut toujours suivre la petite voix qui nous guide à l’intérieur de nous. Il faut s’accrocher et ne jamais baisser les bras.

olympe,ep,thierry lecamp,interview,mandor

Après l'interview, le 13 septembre 2016.

17 septembre 2016

Sophie Adriansen : interview pour Le syndrome de la vitre étoilée

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

Sophie Adriansen est une auteure que je suis depuis un moment (comme en témoigne ses nombreuses mandorisations). Elle écrit des romans, des livres pour enfants, des nouvelles, des biographies, des essais. Bref, elle a la plume dans la peau.

Je ne la mandorise pas à chaque livre, elle publie beaucoup. Mais soudain, je vois passer une pépite et je m’arrête. C’est le cas avec ce livre, Le syndrome de la vitre étoilée, sur un sujet absolument pas évoqué dans la littérature. Le syndrome de la vitre étoilée raconte l'histoire  d'un couple qui tente d’avoir un enfant par PMA (voir plus bas). Mais ce livre est bien plus que cela. C’est surtout un roman sur la place de la femme dans la société. Et le constat n’est pas beau à voir.

Sophie Adriansen est passée me voir une nouvelle fois à l’agence, le 7 septembre dernier.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor4e de couverture :

Un garçon, une fille, dix ans de vie commune. De cette équation parfaite naît le désir d’enfant. Puis les difficultés arrivent. Le désir se transforme. Le garçon et la fille aussi. Un couple sur cinq connaît des difficultés pour avoir un enfant.

Derrière cette proportion, combien d’autres statistiques ? De formules intrusives ? De conseils « bienveillants » ? De boîtes de tampons ? De pieds dans les étriers ? D’amis auxquels on ment ? De bouteilles éclusées ? Combien de pensées magiques pour conjurer le sort et cette foutue proportion ?

Voilà des questions – des obsessions – que la narratrice de ce roman tente d’éclairer sous un jour nouveau en découpant sa pensée comme on range la commode de son adolescence.

Ce qui démarrait comme un chemin de croix frappe par sa lucidité, sa drôlerie,
sa cruauté et prend la forme du journal rétroéclairé d’une jeune femme qui découvre le pouvoir d’être libre

L’auteure (biographie du site Babelio) :

Sophie Adriansen est l’auteur d'une quinzaine d'ouvrages en littérature générale et jeunesse ainsi qu'en non-fiction. Elle a signé deux biographies, cosigné des témoignages et été formée à l’écriture de scénario à la Fémis.
Elle anime des ateliers d'écriture en milieu scolaire.

Elle tient depuis 2009 le blog Sophielit, finaliste du Prix ELLE 2011, anime des discussions autour des livres et collabore à plusieurs sites littéraires.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

Interview :

Dois-je t’appeler la nouvelle Christine Angot ? (A lire avec un ton taquin.)

Pourquoi dis-tu cela ?

Ce n’est pas un livre dans lequel tu racontes ta vie ?

Il y a la mention « roman » sur la couverture, ça n’a pas dû t’échapper. Par contre, je ne cache pas le fait que je ne serais jamais partie dans cette direction-là si je n’avais pas fait de la PMA (procréation médicalement assistée). Il y a quelques années, j’ai fait un début de parcours médical pour essayer d’avoir un enfant. A ce moment-là, j’ai noté plein de choses pour, à la fois me prouver que je l’avais fait et aussi pour m’en débarrasser une bonne fois. Ce n’était pas dans l’idée d’en faire quelque chose de littéraire ou romanesque, c’était juste pour évacuer les choses et en conserver une trace. Mais il fallait que la trace soit extérieure à moi afin que ça ne m’alourdisse pas, ni ne me pèse.

Mais à partir de ce matériau, tu as fini par construire un roman.

Oui, sur une base autofictive. Je n’ai aucun problème avec ça.

Tu évoques la pression sociale sur le fait d’avoir un enfant passé l’âge de 20 ans.

Moi, en tant que jeune femme dans la trentaine, cela fait des années que je reçois cette injonction à me reproduire. Je la reçois directement par des personnes physiques et indirectement par la presse et la société… J’avais envie de parler de ça parce que, pour moi, faire un enfant doit être un choix et une envie. Il y a des femmes qui sont en capacité physique de faire un enfant, qui ont le partenaire avec lequel elle pourrait le faire et qui font le choix de ne pas en faire. Et ces femmes sont jugées.

Ça arrive aux femmes en couple et aux femmes seules ?

Encore plus aux femmes en couple parce que l’on considère qu’elles n’ont aucune excuse pour ne pas faire d’enfant. Il faut se justifier et avoir une bonne raison. La carrière est une des réponses les plus souvent données. Il y a une phrase ultra banale qui me rend dingue : « Et toi, c’est pour quand ? »

Il est vrai qu’on ne pense pas à mal quand on demande cela, mais c’est très maladroit.

Ça pose un peu la question : « comment va ta vie sexuelle ? » Cette question touche au plus intime et personne ne s’en rend compte. Cette question évoque aussi ton projet de vie, ton projet professionnel, les perspectives que tu envisages avec ton partenaire. Bref c’est une question très personnelle, la réponse ne regarde que la personne concernée, pourtant n’importe qui la pose à n’importe qui.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

Tu parles de la bible dans ton livre. Tu expliques que tout vient de là.

S’il y a cette injonction, c’est parce que, dans les textes fondateurs, on dit aux femmes qu’elles seront des ventres pour procréer. Puisque la vocation de la femme, c’est faire un ou des enfants, si tu n’en fais pas, cela insinue que tu es inutile. C’est le message que la société renvoie beaucoup. Il y a pourtant un couple sur cinq qui a des difficultés à faire un enfant. 20%, c’est quand même beaucoup. Il n’y a donc aucune culpabilité à avoir.

C’est un livre qui peut aider ceux qui passent par ce que tu as vécu.

Quand la narratrice, Stéphanie, fait ce parcours, elle n’arrive presque plus à en parler à son conjoint. Je me dis que si des personnes lisent ce livre en étant dans cette situation, ça peut, peut-être, leur faire du bien de savoir qu’ils ne sont pas seuls. Ce qu’ils sont en train de ressentir et vivre, d’autres sont passés par là. Stéphanie se sent super seule parce que personne ne lui a jamais dit que ça allait être si compliqué.

Comment ont réagi tes proches à la lecture de ton livre ?

Il y a ceux qui savent ce qu’est l’autofiction et les autres. Ceux qui connaissent l’autofiction savent que l’on peut écrire une œuvre à partir de quelque chose de personnel sans que tout soit forcément vrai. Les autres considèrent que c’est un témoignage, un récit dans lequel simplement les prénoms ont été modifiés. Parce qu’ils ont repéré un truc dont ils savent que ça correspond à la réalité, tout le reste est forcément véridique. Pourtant, j’aurais publié un témoignage si j’avais voulu raconter mon parcours à moi. J’ai choisi de publier un roman parce que ce livre est malgré tout une fiction.

Le lecteur ne doit donc pas se poser la question de savoir si l’héroïne est l’auteure ?

Le lecteur fait ce qu’il veut. Toi, je sais que tu n’as pas pu t’empêcher de voir en moi l’héroïne du livre, mais d’autres, par exemple notre ami commun Bertrand Guillot (voir sa chronique sur Le syndrome de la vitre étoilée), ont lu l’histoire de Stéphanie et Guillaume sans penser à Sophie Adriansen. Je n’ai pas à donner un mode d’emploi pour lire ce livre.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

J’aime la construction de ton livre. Ce sont des chapitres courts et variés. On ne s’ennuie jamais.

En fait, ma narratrice est complètement perdue. Elle essaie de récupérer son moi en morceau. J’avais envie de rendre compte de ce bordel là. J’ai voulu que le livre soit à l’image de la narratrice, donc je ne suis pas allée sur quelque chose de linéaire. Le cerveau est toujours traversé par plein de choses, j’ai voulu transposer cela littérairement.

En tant qu’homme, j’ai beaucoup apprécié ce livre. Il m’a aidé à mieux comprendre les femmes… et toi, tu es très bienveillante envers le compagnon de ta narratrice.

Il n’y a aucune mauvaise intention de la part de la narratrice. Elle est amoureuse de son homme. Il se trouve que dans l’histoire il est hypofertile, mais ça aurait pu être elle.

Il y a une sacrée injustice. Dans ce genre de souci médical, on ne s’intéresse qu’à la femme, très peu à l’homme.

Je suis heureuse de te l’entendre dire. Quoiqu’il se passe chez l’homme, c’est de toute façon la femme que l’on scrute, que l’on observe. La narratrice se retrouve dépossédée de son corps. Ça n’arrive pas à un homme. Guillaume ne fait qu’un examen et il donne son sperme. C’est tout. Elle, en permanence, elle doit se déshabiller et montrer son intimité à des gens qu’elle ne connait pas. En plus, il n’est pas question qu’elle se plaigne. Pour couronner le tout, souvent, les médecins sont des hommes qui lui affirment qu’elle ne va rien ressentir, que l’examen n’est pas douloureux, alors qu’ils n’en savent rien car ils ne sont pas constitués comme une femme.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu évoques beaucoup l’aspect psychologique qui n’est jamais pris en compte.

La sécurité sociale te rembourse tous les examens, mais il n’y a pas d’accompagnement psychologique, alors que cela me paraît indispensable. La gynéco dit à Stéphanie « n’y pensez pas ! » ; mais quand tu as envie d’avoir un enfant, que cela devient ton obsession, comment veux-tu ne pas y penser ? A aucun moment tu ne peux déverser ton trop plein.

Stéphanie reviendra dans un prochain « roman » ?

Oui. Mon héroïne me permet de dire ce que j’ai sur le cœur. J’ai envie de lui faire vivre d’autres choses et de me servir d’elle pour raconter ce qui m’agace dans la société. Je suis partie sur quelque chose d’un peu militant autour du corps de la femme. Je suis fasciné par le rapport entre le corps et l’esprit et le pouvoir de l’esprit sur le corps. Je raconterai une autre pression sociale.

Je n’aime pas ce mot, mais en t’écoutant, je trouve qu’il y a quelque chose de féministe en toi.

Je te dirai oui très volontiers si on ne faisait pas n’importe quoi du mot « féministe ». Tout de suite, on pense aux chiennes de garde. Moi, j’aime le féminisme de Martin Winckler, l’auteur de « Le cœur des femmes ». Il a été un médecin féministe, il est maintenant un auteur féministe. Ce féminisme-là je le chéris, je m’en réclame. Si je peux écrire dans cette veine-là, je serais très satisfaite.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

Après l'interview, le 7 septembre 2016.

06 septembre 2016

Dani Terreur : interview pour l'EP Gri-Gri

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

(Photo : Severin)

La nouvelle idole des jeunes pourrait bien s’appeler Dani Terreur. Le Parisien joue de la pop à l’aide de synthétiseurs analogiques, guitares cristallines et quelques boîtes à rythme. Après avoir joué au sein (notamment) de la formation parisienne Yucca Veluxil s’émancipe en solo dans un premier EP, Gri-Gri. Ce jeune homme mélange habilement pop anglo-saxonne, musique électronique et chanson française, le tout sur des textes caustico-poétiques.

Le 5 septembre dernier, il est venu à l’agence (merci à son manager, Thierry Lecamp) pour une première mandorisation (qui ne sera sans doute pas la dernière).


dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandorBiographie officielle 
(un peu écourtée):

Magnétique et passionné sur scène, Dani Terreur se transforme en chasseur de sons en studio, traquant les mélodies fortes, les harmonies chaudes et électriques, en quête d’un groove qui oscille entre turbulences synthétiques et cristallines. Pour en arriver là, il s’est nourri dès l’enfance de mélodies pop anglo-saxonnes et de musique électronique. Pour les textes, Dani Terreur observe la vie, s’abreuve de littérature et de cinéma pour satisfaire son esprit assoiffé. C’est ainsi qu’il peint un monde qui déborde de sentiments exacerbés, de passion, de lutte intérieure entre le bien et le mal… On retrouve la vengeance dans « A bout de souffle », le plongeon vers l’inconnu dans « Fleuve », l’errance d’une génération dans « Paris », l’instinct animal dans « Amour Chienne » ou le vernis social qui explose définitivement dans « La Nuit du chasseur »…  Le résultat est à découvrir dans cet EP baptisé Gri-Gri : une première série de chansons talismans dans lesquelles Dani Terreur enferme une histoire, l’esprit d’un instant, à la recherche de l’étincelle pour atteindre le « sacré ». Des titres tendus sur le fil, habités par le spleen urbain, les tourbillons de l’âme, les rêves éveillés et le voyage introspectif.  Tapi dans la pénombre, il attrape tout ce qui passe à sa portée de jour comme de nuit, afin d’aller chercher dans des mélodies accrocheuses, habillées de sons électroniques et d’énergie électrique, cette magie qui vous attrape et ne nous quitte plus.

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandorInterview :

J’ai lu plusieurs fois que tu as un papa musicien. Il faisait quoi exactement ?

Il était compositeur pour un metteur en scène qui, par ailleurs, est mon oncle, Jérôme Savary. Parallèlement, il faisait de la variété. Il était musicien de studio pour des gens comme Jimmy Cliff ou Véronique Sanson. Comme il a plus de 60 ans, il est désormais à la retraite. Il continue à jouer pour lui parce que l’amour qu’il a pour la musique ne le quitte pas.

Ton père te soutient ?

Oui, ma mère aussi. Je ne fais pas écouter à mon père ce que je fais avant que ce soit terminé. Quand ça lui plait, je suis hyper content. Bon, cela dit, est-ce qu’un père est le plus objectif pour critiquer son fils ? Il apprécie et il est derrière moi, c’est le principal.

Tu as écouté beaucoup de pop, puis de la musique groovy et de la chanson française. Cela t’a influencé ?

J’essaie en tout cas de ne pas copier ceux que j’ai beaucoup écoutés. J’ai l’impression que je les intègre, mais que je les ressors après les avoir passé dans mon filtre, mon style personnel.

Clip de "A bout de souffle".

Si je dis que tu fais de la pop electro, j’ai bon ?dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

Oui, mais tout le monde fait de la pop électro maintenant, même dans la très grosse variété. Disons que je fais des chansons pop que l’on peut retenir et chanter, avec des arrangements electro.

J’ai lu que tu t’inspirais de certains livres et films lus ou vus pour écrire. C’est vrai ?

Je m’en sers comme un tremplin pour commencer la chanson. Il y a des films qui m’ont tellement marqué que quand je me mets à écrire, l’histoire me hante et j’ai envie de l’utiliser comme base. Ce n’est pas systématique, mais ça me rend souvent service. Recréer de la matière par rapport à un film ou à un livre est exaltant.

Tu y ajoutes des choses personnelles ?

« Paris » et « A bout de souffle » sont des moments de ma vie, en un peu plus romancés, sinon, ma vie serait bizarre.

Tu as fait partie de quelques groupes. Tu les as quittés car tu souhaitais chanter en français ?

Avec le groupe Canyon Cosmos, je chantais en anglais parce que j’avais peur de chanter vraiment. Ne pas chanter dans sa langue, c’est se planquer. A un moment, je ne pouvais plus le faire, j’avais l’impression d’être un charlatan. Pour faire ce métier, ça devenait essentiel de montrer comment je pouvais écrire, de montrer que je pouvais appuyer le texte sur la mélodie pour que tout soit bien intelligible. Je ne vois pas comment on peut chanter des choses si on n’y croit pas, s’il n’y a aucune incarnation.

Il faut impérativement croire en ce que l’on chante ?

Il faut un minimum d’implication et être touché par ce que l’on raconte, d’une manière ou d’une autre. Une chanson n’est pas une récitation. Il faut capter celui qui t’écoute.

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandorA quelle famille te sens-tu le plus proche dans le milieu de la chanson ?

Quelqu’un comme Christophe me plait beaucoup. Je sens des points communs, même si je n’ai pas son talent et que nous ne sommes pas de la même époque. Chez les jeunes, il y a pas mal d’artistes qui recommencent à chanter en français. On est tous plus ou moins dans la même veine, avec un discours similaire.

Tu penses à des groupes comme Feu ! Chatterton ou Radio Elvis ?

Oui, j’aime bien ces deux groupes. Mais plus récemment encore, des types comme Adrien Soleiman ou Flavien Berger. On ne fait pas la même musique, mais je me sens proche de ces artistes-là.

Ton EP est très bien accueilli. Tu le ressens comment ?

Il y a du frémissement. J’espère que ça va continuer et s’amplifier. J’aimerais surtout que cela frétille au niveau du public.

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

Je parle très peu des pochettes habituellement, mais celle-ci mérite quelques explications.dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

Elle est surtout esthétique. Chez une amie, j’ai vu des images de bondieuseries avec la Vierge ainsi représentée. Elle avait le même genre d’image avec Elvis Presley et j’ai trouvé ça amusant. Comme mon EP s’appelle Gri-Gri, comme quelque chose de sacré et de superstitieux, je me suis dit qu’il y avait un sens avec les propos du disque.

Et toi, tu es superstitieux ?

Oui. Je ne suis pas croyant, mais il y a des trucs qui me font flipper, comme la magie ou des trucs qui nous dépassent.

Tu fais un métier où il y a un gros mystère. Celui de  la création.

Moi, je m’exerce à écrire des chansons. Je me force souvent. Je jette 70% de ce que je fais. Dans l’écriture, il y a toujours cette part de magie et de sacrée. J'ai remarqué que mes meilleures chansons naissent quand elles me tombent dessus... et là, il y a une part de mystère. C’est à la fois insaisissable et très agréable.

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

Est-ce qu’il t’arrive de ne pas comprendre parfaitement ce que tu as écrit ?

Ça m’est arrivé, mais après, je peux toujours y trouver un sens. Dans la chanson « Paris », il y a des images que je n’ai pas comprises directement. La journaliste des Inrocks qui m’a interviewé (lire là) était persuadée qu’elle avait été écrite après les attentats, ce qui n’était pas le cas. Après coup, en réécoutant la chanson, effectivement, on pourrait croire que cela  raconte ce qu’il s’est passé.

Tu aimes préciser ce que tu as voulu dire dans tes textes ?

Je préfère garder un halo de mystère autour de mes chansons.

Comment vis-tu ta vie d’artiste ?

C’est un combat et une lutte, mais j’essaie de ne pas le ressentir ainsi. Il faut faire ce métier sans se dire que c’est difficile, sinon on commence à se plaindre et c’est là le danger. Je sais qu’il y a des gens qui sont fait pour ça, mais qui abandonnent parce qu’ils sont découragés. Je me concentre sur le positif de ce métier. Ce sont surtout les professionnels de la musique qui souffrent, du coup, ça déteint sur les artistes.

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

Tu as fait ce disque seul. C’était par souci économique ou parce que tu préfères la solitude dans la création ?

Il y a quelque chose qui me fascine chez les gens qui font tout tout seul. Je suis admiratif de Prince, mais aussi de Daft Punk, Air, par exemple… j’aime transposer cette manière de travailler au monde de la pop.

L’idéale d’une carrière pour toi, c’est quoi ?

C’est qu’elle soit longue et très diversifiée. Le renouvellement permanent est essentiel. Un peu comme Christophe. Il a traversé les années en se renouvelant, en accumulant les tubes et sans céder à aucun diktat du métier. Ces derniers albums sont carrément sans concession. Chez les anglo-saxons, Prince a eu la carrière idéale.

Es-tu confiant en l’avenir ?

Oui, ça va. Il ne faut pas trop y réfléchir, mais je me dis que tant que je fais de la musique et que j’ai de l’inspiration, tout va bien.

dani terreur,gri-gri,interview,thierry lecamp,mandor

Après l'interview, le 5 septembre 2016 (guest star : Thierry Lecamp, son manager).

04 septembre 2016

Vincent Niclo : interview pour 5.0

AUCHAN32 - MUSIQUE VINCENT NICLO-2.jpg

Ce n’est pas parce que je ne suis pas particulièrement fan du répertoire de cet artiste que je ne le respecte pas. Au contraire, comme vous le lirez ci-dessous, Vincent Niclo, chanteur lyrique d’abord, de variété ensuite tente de multiples expériences musicales. Et il parvient à convaincre à chaque fois. De plus, humainement, l’homme est charmant. Cela fait deux fois que je l’interviewe (voir la première mandorisation ) et j’ai ressenti un type humble et étonné de ce qui lui arrive. Pour la sortie de son 5e album, 5.0, je lui ai posé quelques questions pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois de septembre et octobre 2016).

AUCHAN32 - MUSIQUE VINCENT NICLO-1.jpg

AUCHAN32 - MUSIQUE VINCENT NICLO-1 2.jpg

dd.jpg

Clip de "Je ne sais pas" tiré de 5.0.

02 septembre 2016

Louis-Jean Cormier : interview pour Les grandes artères

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa

Les Grandes Artères est le deuxième album solo de Louis-Jean Cormier. Il est disponible en France depuis le 26 août. S'il peut encore se promener incognito en France, ce n'est absolument pas le cas au Québec où il est une véritable star. Avant de lancer en 2012 sa carrière en solo, il était le chanteur du groupe Karkwa, méga populaire de l'autre côté de l'Atlantique. L’homme collectionne une impressionnante série de prix et de distinctions, comme par exemple les Felix (qui ne sont autre que les équivalents canadiens des Victoires de la Musique). En tout, avec son groupe et son dernier album, il en compte déjà 17. Dans son nouveau disque, le trentenaire nous fait vibrer avec des textes magnifiques sur la séparation, l'amour ou encore l'engagement citoyen.

Du 13 au 22 octobre, Louis-Jean Cormier se produira avec son groupe dans six villes, dont Paris, Bruxelles, Nantes et Lyon. Une deuxième tournée sur "le Vieux Continent" est également en chantier et devrait avoir lieu au printemps.

Le 24 août dernier, rencontre dans un petit studio parisien avec celui qui devient peu à peu un monument de la chanson francophone. Mine de rien, il marque toute une génération québécoise depuis une décennie.

Biographie officielle :louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa

De ses années d'études dans une école musicale de Sept-Îles à ses premiers pas comme chanteur à l'adolescence sans oublier les étés passés au Festival en chanson de Petite-Vallée, la vocation d'auteur-compositeur-interprète de Louis-Jean Cormier remonte à loin. Arrivé à Montréal à 17 ans pour étudier la musique au cégep, il se lie d'amitié avec quatre musiciens qui formeront avec lui Karkwa, un groupe qui se fait vite remarquer. En l'espace de quatre albums qui rallient la critique et les foules, Karkwa devient l'un des groupes phare du rock indépendant québécois et la première formation francophone à remporter le Prix Polaris pour Les chemins de verre (2010). Parallèlement à son rôle de chanteur-guitariste, Louis-Jean devient l'un des 12 hommes rapaillés, un projet d'envergure inspiré par la poésie de Gaston Miron dont il signe la réalisation et les arrangements. Il réalise les premiers albums de Marie-Pierre Arthur (mandorisée là), David Marin, Lisa LeBlanc et accepte la chaise de coach à La voix le temps d'une saison. Auteur-compositeur prolifique, il écrit dans ses temps libres des chansons plus personnelles. Une voix et une sensibilité s'affirment; un premier album à son nom paraît en 2012, Le treizième étage (Félix de l'Auteur ou Compositeur, Album rock et Choix de la critique) suivi en 2015 (au Québec) d'un deuxième intitulé Les grandes artères.

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwaLes Grandes Artères vu par:

Longueurs d’Ondes.

La poésie de Miron n’aurait pas à rougir de celle déployée avec panache et simplicité sur cet album. On retrouve un auteur sensible qui construit des moments d’intensité et de rêveries sombres, mais toujours en partant du cœur. Musicalement, il nous berce dans un mouvement orchestral, côtoyant le folk, le rock sauce Karkwa ou psychédélique, les moments symphoniques et des ambiances plus douces, parfois même pop. Une grande légèreté se déploie sous la voix douce de Louis-Jean Cormier qui berce l’auditeur dans un tableau onirique poignant, à la fois subtil et sublime.

Télérama (TTT):

Voilà belle lurette que la chanson québécoise francophone ne se résume plus à un concours de décibels vocaux et qu'elle marie, souvent plus que les Français, sonorités américaines et souci du texte. Karkwa, par exemple. C'est justement son chanteur qui le prouve ici, dans un deuxième album solo - le premier avait été couvert de prix chez lui. Soyons francs : son atout majeur reste sa musicalité, pop-rock mélodique aux sons clairs, aux lignes fluides soutenues à la fois par des guitares old school et des programmations très tendance. Quant aux textes, s'ils sont naïfs quand ils sont amoureux – malheureux -, ils attirent l'attention lorsqu'ils évoquent les aspirations d'une génération qui réclame son droit au rêve (« La Fanfare ») ou ses envies d'échappées belles : « Tête première », au fort parfum d'évasion ; « Complot d'enfants », linéaire et entraînant comme un chant d'espoir ; « Deux saisons trois quarts », à l'esprit road movie. Jolies chansons, qui prennent le large et nous invitent à les suivre.

Valérie Lehoux

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa

(Photo : Longueur d'Ondes)

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwaInterview :

Qu’elle est ta culture musicale ?

Je viens d’une famille de musiciens, de chefs de cœur, de mélomanes, mon frère est premier violon à l’orchestre symphonique du Québec. J’ai passé ma jeunesse à écouter de la musique classique. Le rock n’roll est entré dans ma vie alors que j’étais ado par le biais des Beatles. D’ailleurs, on dit souvent que je suis un mélange de Gilles Vigneault et des Beatles. Ensuite, j’ai été happé par le jazz, j’ai même fait des études de jazz à Montréal. J’ai fini par créer le groupe Karkwa avec lequel je suis resté quinze années complètement folles. Aujourd’hui, je continue à peaufiner mon métier d’auteur compositeur, de songwriter. Je suis arrivé à un moment de ma vie où je m’amuse vraiment. J’ai l’impression d’avoir enfin trouvé mon identité.

Karkwa : clip de "Pyromane" (2010).

Quand tu as quitté Kwarka, ton premier album solo a cartonné immédiatement.louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa

Les planètes ne pouvaient pas être plus alignées que cela. S’affranchir de Karkwa a été essentiel. J’ai voulu être seul pour entamer une nouvelle démarche artistique et retrouver mon identité musicale. Peu importe ce que l’artiste peut avoir comme vision de son art, de sa création, il a toujours besoin de se définir pour que les gens puissent l’identifier facilement. Il est beau de se renouveler et aller ailleurs tout en restant reconnaissable, comme l’a fait David Bowie tout au long de sa carrière.

T’es-tu trouvé alors ?

Oui. J’ai réussi à sortir ce qui devait sortir de moi.

Tu sens l’enthousiasme du public français et des gens du métier envers toi ?

J’ai toujours été sous une bonne étoile. Au Québec, les gens du métier ont toujours été magnanimes et gentils envers mon travail et envers moi. J’ai l’impression qu’ici, c’est la même chose.

Tu viens en France pour quoi ?

J’ai une carrière qui marche très bien chez moi. J’entrevois la commercialisation à l’étranger avec amusement et comme un défi. J’ai l’impression que ceux qui connaissent mes chansons ici les aiment bien, ce qui m’encourage à espérer.

Clip de "Traverser les travaux", chanson tirée de Les Grandes Artères.

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwaTu es une vraie star au Québec. Ici, tu peux marcher tranquillement dans la rue, personne ne te reconnait… c’est déroutant ?

C’est plaisant. On dirait un retour à la case départ avec un rictus en coin. L’expérience que j’ai me permet d’éviter les erreurs que j’ai faites dans le passé. J’ai essuyé des revers et j’ai souvent donné des coups d’épée dans l’eau. Aujourd’hui, je suis dans une démarche zen et relax. Je pense que c’est dans cette attitude-là que finalement les choses se passent au mieux.

Ta machine est huilée de toute façon.

En France, en octobre, je vais jouer avec des musiciens avec lesquels j’ai fait plus de 500 spectacles. Je repars à zéro, mais avec un aplomb que je n’avais pas au départ.

Tout est pensé dans ton disque Les grandes artères ?

Oui, je voulais embarquer les gens comme dans un bon livre ou un bon film. J’aime les arrangements qui ont de l’amplitude, parfois escarpés. J’aime les cassures. Je passe d’une chanson très rock, avec parfois des cuivres, et ensuite, il y a une chanson guitare-voix. Ça donne du mouvement, mais je fais en sorte qu’il y ait un fil conducteur.

Clip de "Si tu reviens", chanson tirée de Les Grandes Artères.

En France, il y a beaucoup de chanteurs talentueux, mais peu apportent un son nouveau, un stylelouis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa original, comme l'apportent des gens comme Ariane Moffatt, Pierre Lapointe ou toi, tous québécois.

Je ne sais pas pourquoi. J’ai la sensation que ce qui impressionne ici, c’est la façon dont on chante en français dans un habitacle plutôt américain ou anglo-saxon. Ce que j’aime de la France, c’est la vague gainsbourienne, représentée par des gens comme Benjamin Biolay ou Bertrand Belin. J’ai longtemps déploré qu’il y ait au Québec comme en France des gens qui chantaient en anglais avec des textes qui n’étaient pas élaborés comme s’ils les avaient écrits en français.

Pourquoi chantes-tu en français ?

Parce que c’est la langue que je maîtrise le mieux. J’aime la poésie d’un texte, ses jeux de mots, ses doubles sens, sa complexité.

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwaPasses-tu du temps à écrire un texte ?

Pas tant que ça. Des images poétiques me viennent de manière fulgurante. J’écris instinctivement. J’aime beaucoup voir un disque comme étant une œuvre en soi, passée au peigne fin. Il n’y a rien qui est laissé à la légère. Un disque, c’est un casse-tête qu’il faut résoudre le plus poétiquement possible.

Parfois, te demandes-tu d’où te vient ton inspiration ?

Le meilleur de ce que je sors me donne l’impression que c’est sorti de quelqu’un d’autre. C’est une question de pulsion créative. Parfois, j’ai l’impression d’être un charlatan devant les journalistes quand je dis que cette chanson-là veut dire telle ou telle chose. Je colle une explication après coup, parce que quand c’est sorti, c’était très abstrait.

Psychologiquement, tu règles tes problèmes par le biais de tes chansons ?

Mais tu as raison. Quand je faisais la campagne promo pour ce disque au Québec, je disais haut et fort que ce n’était pas tant que ça autobiographique, que c’était aussi la vie des autres. Aujourd’hui, je me rends compte, en analysant tout ce qui est arrivé dans ma vie pendant et par la suite, que c’était vraiment autobiographique. Il est difficile de s’extirper de son œuvre.

Clip de "Saint-Michel", chanson tirée de Les Grandes Artères.

Je suis fou de ta chanson "Saint-Michel".louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa

C’est la chanson qui était censé donner le ton au disque. Quand je suis arrivé au studio, j’avais vraiment envie de faire un disque de rock progressif. Saint-Michel collait parfaitement à ce que je voulais faire. Puis me sont venues des chansons de réflexions amoureuses, de questionnements sur la liberté, du coup, je ne pouvais pas leur mettre ce genre de musique. Le banjo est sorti tout seul de son coffre, Ennio Morricone est arrivé, Debussy est passé nous voir… (rires). Inconsciemment, j’ai fait du folk orchestral cinématographique. C’est la première fois de ma vie qu’une direction artistique s’impose d’elle-même. Les chansons ont décidé de la direction musicale, ce n’est pas moi, ni le réalisateur.

Fais-tu partie d’une « école » musicale ?

Je fais partie d’une communauté. Je croyais que c’était un truc générationnel, finalement en faisant des projets collectifs, ils se sont avérés intergénérationnels. J’ai l’impression de faire partie d’une communauté d’artistes qui vivent de leur musique malgré la métamorphose du marché et la descente aux enfers de l’industrie de la musique.

Qui fait partie de cette communauté d’artistes dont tu me parles?

Galaxie, Ariane Mofatt, Marie-Pierre Arthur, avec lesquels j’étais à l’école. Il y a aussi Martin Léon, Patrice Michaud, Klo Pelgag, Philippe Brach, Pierre Lapointe… ce sont des gens que je croise souvent, étant donné la petitesse du marché. On sent qu’il y a l’esprit de communion entre nous. Les uns invitent les autres dans leurs spectacles respectifs et nous avons beaucoup de respects les uns envers les autres.

Des artistes come Félix Leclerc ou Gilles Vigneault ont compté pour toi ?

Ce n’est pas qu’ils ont compté, c’est qu’ils sont à l’intérieur de moi, de par mon foyer familial et de par la vision de la chanson.

Extraits des Francofolies de Montréal, cet été.

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwaToi-même, tu deviens une référence.

Parfois, des jeunes sortent des disques au Québec et j’entends qu’on les compare à Karkwa ou à moi, en cela je deviens une référence. J’ai le sentiment d’être accepté autant par mes compatriotes que par la presse et les médias. Quand j’étais coach à The Voice (La Voix au Québec), ça a été comme une explosion de notoriété. Je me suis retrouvé à faire tous les talk-shows qui ne m’avaient jamais invités avant. Je suis arrivé avec mon discours de petit créateur et ça a secoué les gens. J’aime aller dans le moule et le casser de l’intérieur.

En écoutant ton album, j’ai ressenti un homme tourmenté. Dans la vie, tu es toujours souriant et volubile. Qui est le vrai Louis-Jean Cormier ?

Je ne le sais pas moi-même. En tout cas, j’aime beaucoup la notion de mélancolie dans la vie. Victor Hugo disait de la mélancolie que c’était « le bonheur d’être triste ».

louis-jean cormier,les grandes artères,mandor,interview,karkwa

Le 24 août 2016, après l'interview.

01 septembre 2016

Jonathan Franzen : interview pour Purity

COUVlivre.jpg

forum-fnac-livre.jpgLa rentrée littéraire 2016 a un petit goût de salon du livre puisque la FNAC lance son premier forum du livre du 2 au 4 septembre 216 au Carreau du Temple à Paris

Cette manifestation gratuite et ouverte à tous, invite les lecteurs à venir à la rencontre des livres de cette rentrée.
Débats, dialogues croisés, questionnaires mystères, rencontres, et séances de dédicaces… seront également proposées, en partenariat avec la RATP, des balades littéraires à bord d’un bus des années 1930 qui sillonnera la capitale le 3 septembre, en compagnie de quatre auteurs : Sorj Chalandon, Timothée de Fombelle, Olivier Bourdeaut et Benoît Duteurtre.

A côté de l’invité d’honneur Jonathan Franzen, dont le roman a paru avant l'été, sont attendus, entre autres, Andreï Makine, Laurent Mauvigner, Karine Tuil ou encore Valentine Gobi.

L’inauguration du Forum, ce soir, sera également l’occasion pour l’enseigne de remettre son Prix  du roman Fnac qui, depuis 15 ans, couronne un auteur de la rentrée littéraire. En l'occurrence, cette année, Gaël Faye pour son premier roman Petit pays chez Grasset (mandorisé là en 2013)

Pour en savoir plus sur le Forum Fnac Livres, vous pouvez cliquer ici !

Pour le journal Contact (le gratuit envoyé aux adhérents de la FNAC), j’ai interviewé l'invité d'honneur Jonathan Franzen. Je mesure ma chance. Son nouveau livre Purity est un monument littéraire.

CONTACT477.jpg

CONTACT4777.jpg

CONTACT4777777.jpg