Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2016-03 | Page d'accueil | 2016-05 »

29 avril 2016

Claire Favan : interview pour Serre moi fort.

claire favan,serre moi fort,interview,mandor

Claire Favan, de livre en livre, devient notre Stephen King à nous. Elle ne se contente pas d’écrire des thrillers d’une efficacité redoutable, elle prend un malin plaisir à nous terroriser. Elle l’assume, comme elle me le disait dans sa deuxième mandorisation : « Je pense toujours à ma mère qui, un jour, a refermé un livre de Stephen King en disant : « C’est génial ! C’est l’histoire d’un tueur en série. Je n’avais jamais lu un livre comme ça ! ». Ce jour-là, elle m’a donné une deuxième naissance. » 

(La première mandorisation (où elle n'était pas toute seule) est .)

Dans ce 5e roman, Serre moi fortClaire Favan nous raconte l’enquête du policier Adam Gibson sur un charnier où toutes les victimes sont des femmes. Une fois de plus, Claire ballade le lecteur dans tous les sens. Son nouveau thriller est d'une noirceur à vous couper le souffle. Le 15 mars dernier, je suis allé la rejoindre dans un bar parisien pour évoquer ce nouveau livre (notamment).

claire favan,serre moi fort,interview,mandor4e de couverture :

« Serre-moi fort. » Cela pourrait être un appel au secours désespéré.
Du jeune Nick, d'abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa sœur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l'incertitude et l'absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l'Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité.
Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l'enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psycho logique d'une rare violence...

Ce qu’ils en disent :

« Monstrueusement magistral, horriblement bon ! » Bruno Lamarque, Librairie de la Renaissance, Toulouse.
« Intime, violente, déroutante, l'intrigue de Claire Favan s'enroule autour du lecteur tel un serpent. » Olivier Norek, auteur de Code 93,de Territoires et Surtensions.claire favan,serre moi fort,interview,mandor
« Une des grandes du polar français ! » Gérard Collard, librairie La Griffe noire, Saint-Maur.

L’auteure :

Née à Paris en 1976, Claire Favan travaille dans la finance et écrit sur son temps libre. Son premier thriller, Le Tueur intime, a reçu le Prix VSD du Polar 2010, le Prix Sang pour Sang Polar en 2011 et la Plume d'or 2014 catégorie nouvelle plume sur le site Plume Libre. Son second volet, Le Tueur de l'ombre, clôt ce diptyque désormais culte centré sur le tueur en série Will Edwards. Elle a également participé aux recueils de nouvelles du Collectif des auteurs du noir : Santé !, Les Aventures du concierge masqué et Irradié. Après les succès remarqués d'Apnée noire et de Miettes de sang, Claire Favan nous revient avec un thriller d'une noirceur absolue : Serre-moi fort.

claire favan,serre moi fort,interview,mandorInterview :

Par rapport à notre précédente rencontre, les choses ont évolué pour toi. Tu commences à te forger une belle réputation. Comment vis-tu cette nouvelle notoriété ?

Je le vis raisonnablement parce que je sais que rien n’est gagné et qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Je prends les bonnes choses comme elles arrivent, mais je reste prudente et je ne me relâche pas. La notoriété t’apporte aussi des regards moins bienveillants, je suis en train de le remarquer.

Je trouve que ça va très vite pour toi. Est-ce que ce qui t’arrive te donne confiance en toi ?

Chaque livre est un nouveau pari. Une fois que ton plus récent roman est cautionné, tu n’as plus qu’à recommencer sur le suivant. Ça donne confiance, certes, mais il y a quand même toujours une part de frissons.  

claire favan,serre moi fort,interview,mandor

claire favan,serre moi fort,interview,mandorEn lisant tes thrillers, j’ai remarqué que tu prends un malin plaisir à manipuler les lecteurs.

C’est le travail d’un auteur de polar. J’écris sur les tueurs en série et, à priori, tout a déjà été écrit sur eux. Quand j’écris je me demande jusqu’où je peux aller pour sortir des sentiers battus. Ma priorité est d’écrire des livres qui parviennent à me surprendre moi-même. Je ne veux pas de sentiments de « déjà lu ».

Pourquoi mets-tu en scène toujours des tueurs en série ?

Ça fait partie un peu de mon image désormais. Et puis, je ne pourrais pas écrire une histoire policière basique… Je n’ai pas fait d’études ou de recherches dans ce domaine, je ne suis pas tueuse en série, mais ces criminels m’intéressent beaucoup, je ne sais pas pourquoi. A chaque livre, je trouve un angle différent pour expliquer le pourquoi du comment des actes commis.

Je sais que tu as rencontré le spécialiste mondial des tueurs en série, Stéphane Bourgoin. Lui as-tu poséclaire favan,serre moi fort,interview,mandor des questions sur ce qu’il y a dans la tête de ce genre de tueur ?

Non, parce que lui est vraiment dans la vérité, moi dans la fiction. Je ne prétends pas être autre chose qu’une romancière, mais je tente de faire en sorte que mes explications tiennent la route psychologiquement parlant. Je fais tout pour être crédible.

Il y a quelques scènes très émouvantes dans ton livre. Notamment quand le fils de la famille s’occupe de ses parents qui se laissent dépérir après la disparition de leur fille.

Stephen King, notre maître à tous, prend toujours des gens dans le quotidien pour tout bouleverser de manière fantastique. Il raconte un peu leur vie, cela permet que tous les lecteurs se sentent concernés. C’est ce que je fais également. Il faut que l’on soit touché par le sort des uns et des autres, que l’on soit presque dans l’empathie.

Mais, tu aimes bien, aussi, traumatiser le lecteur.

Je ne veux pas le traumatiser, mais l’idée de le secouer ne me dérange pas (rire).

Comment vis-tu la phase de création ?

Je ne la vis pas dans la sérénité, ça se rapproche même de la souffrance. Avant, quand j’avais le temps, j’écrivais des livres soupapes non publiés pour me libérer l’esprit. Aujourd’hui, je n’ai plus le temps.

claire favan,serre moi fort,interview,mandorLes histoires qui sont dans ta tête, ne parasitent-elles pas ton quotidien ?

Il y a des auteurs qui disent que quand ils écrivent, ils ne peuvent pas lire. Moi, je peux. Ce que je lis ne va pas m’influencer. La journée, je suis responsable, j’encadre des gens, je construis des dossiers, il faut que je sois concentrée. Le soir je rentre, il faut que je sois disponible pour ma famille. J’ai une bonne faculté à compartimenter. J’arrive devant mon ordinateur, je sais que c’est pour bosser, donc je bosse.

Tu es toujours dans la banque. Il n’y a pas un moment où tu vas devoir faire un choix entre la littérature et la finance ?

Je ne le souhaite pas. Le doute fait partie de mon travail, mais si je n’avais que du doute, j’imploserais en vol. Et puis, pour être sincère, actuellement, je ne vends pas suffisamment pour me le permettre. Je ne me plains pas, mais là, c’est encore un peu tôt (rire).

claire favan,serre moi fort,interview,mandor

Le 15 mars 2016, après l'interview.

Bonus :

La chronique de Gérard Collard sur Serre moi fort.

27 avril 2016

Boulevard des Airs : interviews de Sylvain Duthu et Florent Dasque pour la réédition de Bruxelles

AUCHAN 30 - P13 - ZIK.jpg

Au mois de juillet 2015, j’avais interviewé Florent Dasque, l’un des deux « capitaines » du vaisseau Boulevard des Airs,  pour Mandor, afin d'évoquer l’album Bruxelles (lire là). A l’occasion de la réédition du disque (succès oblige) agrémenté de quelques bonus essentiels, j’ai passé un coup de fil au deuxième « capitaine », Sylvain Duthu. J’ai fait un mix des deux interviews pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois d’avril-mai 2016). Voici le résultat.

AUCHAN 30 - P12 - ZIK.jpg

AUCHAN 30 - P12 - ZIK1.jpg

AUCHAN 30 - P12 - ZIK3.jpg

Extrait de la réédition de l'album Bruxelles qui comprend 7 nouveaux titres et remixes inédits.

Boulevard des Airs (feat L.E.J) : "Emmène-moi".

Boulevard des Airs : clip de "Bruxelles".

26 avril 2016

Armelle Dumoulin : interview pour T'avoir Connu

12645084_10208912998768990_7762569398473720588_n.jpg

Armelle Dumoulin est comédienne, auteure de chansons et de pièces de théâtre. Avec T'avoir connu, elle signe un album original, mélange de chansons parfois traditionnelles et souvent très singulières et rock. Elle projette sa voix vers des zones où elle peut se mettre en danger. Armelle Dumoulin a fait des études de littérature et raffole de poésie, à commencer par Henri Michaux. 

Le 14 mars dernier, l’artiste est venue me voir à Webedia, pour une toute première mandorisation.

Armelle-Dumoulin-Simulation-Sticker1.jpgBiographie officielle :

Armelle Dumoulin commence à dire voire jeter ses textes sur scène à Paris vers 2000.
Evoluant entre les univers de la musique et du théâtre, elle multiplie les projets: les Plombiers du réel (Antoine Sahler, Alexandre Leïtao, Michel Taieb, Éric Mouchot) avec lesquels elle fait un 1er album : Est-ce nous ? (2009) ; les Sœurs Sisters, créations de divers spectacles, dont Les magnifiques et Eloge du réel ; l’écriture d’un feuilleton de 10 épisodes pour France Culture ( La vésicule merveilleuse ) avec Benjamin Abitan, Wladimir Anselme et Nicolas Flesch ; la sortie du double album Les magnifiques avec Christian Paccoud et les Sœurs Sisters ; la pièce Le curé de Camaret de Noël Tuot, joué avec Benjamin Abitan et qui tourne à travers la France…
Chanteuse rock et décalée dans la lignée des Rita Mitsouko ou de Brigitte Fontaine, Armelle Dumoulin développe un univers personnel et poétique à travers ses 2 premiers albums, dont le second est coup de cœur du Centre de la Chanson et demi-finaliste du Prix Georges Moustaki. Pour ce 3e album, elle continue son dessein exigeant, portée par une écriture à la fois littéraire et lapidaire et son chant sanguin, intime et balancé. 
Elle invite Yolande Moreau et Bertrand Belin à partager son univers singulièrement familier.

P1000577.JPG

P1000578.JPGInterview :

Tu as commencé sur scène en disant tes textes plutôt qu’en les chantant.

Je viens de la littérature, j’ai notamment une Maîtrise de Lettres. Quand j’étais petite je voulais devenir écrivain. Alors, effectivement, j’ai commencé au Limonaire en disant mes textes. C’était de la prose, pas des chansons. Peu de temps après, comme je voyais beaucoup de chanteurs et de chanteuses passer, j’ai commencé à chanter a cappella. Je me suis mise à écrire des chansons et, au fil des rencontres, je me suis lancée un peu plus sérieusement. Cela dit, même aujourd’hui, je garde des textes sans musique. Pendant que je m’accorde, j’aime bien dire des poèmes des autres, comme Antonin Artaud par exemple.

Tu aimes chanter ?

Oui, je trouve que la forme de la chanson est hyper dense. J’aime à la fois la contrainte des rimes et de la concision. J’ai une forte exigence dans l’écriture. De plus, je bégaye énormément, je mange facilement mes mots, et la chanson m’a obligé à poser les mots sur les syllabes et sur les notes.

Tu as pris des cours ?

J’ai fait Musique-Etude quand j’étais petite. J’ai fait du solfège pendant 15 ans, beaucoup de hautbois, de musique classique et de chorale. J’ai eu une maîtrise au Conservatoire. J’ai tellement étudié qu’à 22 ans, j’ai décidé d’arrêter de prendre des cours, donc ma voix est naturelle et pas du tout travaillée.

"Honneur" un morceau d'Armelle Dumoulin extrait de l'album "T'avoir connu" (Le Furieux / Musicast)
Réalisation Armel Hostiou / Production Bocalupo Films / avec le soutien du FCM

Ce disque te ressemble-t-il ?

Avec mon équipe de trois personnes, on a pris plus de temps pour cet album. On a beaucoup répété ensemble avant d’enregistrer. Je voulais un disque très épuré, très sobre, un son brut qui va avec ma voix, un album de face et profond. J’apprends la simplicité dans l’écriture. J’ai une ligne d’exigence dans le style, mais je veux parler aux gens. Je ne veux pas rester dans ma tour d’ivoire.

Il y a de la gaité et des titres plus graves.

J’essaie de tirer le fil entre ces deux états.

Comment peut-on qualifier la planète Dumoulin?

Elle est multi schizophrène, pleine de reliefs. J’aime ce qui est minéral… la pierre, la terre, les cailloux, mais sur un terrain avec des trous et des chausse-trappes.

1070000_10209313146892443_5150789993282518911_n.jpg

En écoutant ton disque et en te voyant sur scène, j’ai eu l’image de quelqu’un de fort. L’es-tu réellement ?

Je suis une grande timide, mais sur scène je suis super à l’aise. Avec l’expérience, je contrôle mieux ma timidité et je sais un peu plus ce que je veux. Mais je suis dans le doute. Le doute est un moteur et je crois que c’est la première qualité d’un artiste. A un moment, j'ai compris qu’il ne fallait pas qu’il n’y ait que ça, parce que ça peut devenir paralysant. Il faut donc dompter son doute.

Tu es une littéraire, cela se sent dans ton écriture. Quel écrivain aimes-tu ?

J’ai écrit une chanson sur Henri Michaux dans le précédent album. Il a été un grand choc littéraire et émotif. A 18 ans, j’avais tout lu de lui. Aujourd’hui, j’aime Valère Novarina, un auteur contemporain avec lequel il m’est arrivé de travailler au théâtre.

Bertrand Belin chante avec toi sur « Puisse le jour ». Pourquoi ?

C’est un ami. On se connait depuis longtemps et nous sommes très proches. Il avait déjà fait deux, trois guitares sur l’album précédent. Je suis fière qu’il chante sur une chanson.

P1000575.JPG

Pendant l'interview.

Les-Armelles-Dumoulin-2-Barbara-Heide.jpgQue penses-tu de la chanson d’aujourd’hui ?

Il y a beaucoup d’artistes qui écrivent comme si Rimbaud n’avait jamais existé, ni Beckett, ni Artaud. Ça me dérange un peu. Certains écrivent de la chanson comme on en faisait il y a cent ans, sans se soucier des bouleversements de la langue ces dernières années. Nous sommes en 2016 ! Avec la modernité, la langue a été déconstruite et pas grand monde n’en tient compte. Je trouve qu’il  y a un certain manque d’audace. Les artistes sont là pour chercher, se mettre en danger!

Deux questions que je pose souvent… qu’est-ce qu’une bonne chanson ?

Une chanson profonde, qui bouscule, bien écrite, mais compréhensible par tous.

Qu’est-ce qu’un artiste ?

C’est quelqu’un qui doit être disponible au monde. Il doit être aux aguets, en alerte permanente et retransmettre aux autres. Il doit voir différentes choses, des images, des mots, les faire s’associer et créer une réflexion autour de ça. Un artiste doit soulever des pierres.

Est-ce dur d’être artiste en 2016 ?

Je m’en sors, mais tout le monde est classifié, donc les milieux sont verrouillés. Après, ma vie me plait beaucoup comme ça. Je n’ai aucun regret, même si ce n’est pas évident de se faire connaitre.

P1000579.JPG

Le 14 mars 2016, après l'interview.

19 avril 2016

Agnès Martin-Lugand : interview pour Désolée, je suis attendue

unnamed (3).jpg

unnamed (4).jpg

unnamed (1).jpg

unnamed (2).jpg

unnamed.jpg

17 avril 2016

Finale du concours de slam, "Vive la parole libre", 5e édition : photos et bilan

Affiche-slam-2016-page-001.jpg


finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartareCorinne Tartare
, la vice-présidente Commission Culture de la Fédération France-Québec me contacte un jour pour me faire une drôle de proposition. Elle souhaite que je sois l’invité d’honneur de la finale nationale de la 5e édition du concours de slam « Vive la parole libre ! ». J’hésite.

Premièrement, je ne connaissais pas ce concours. Deuxièmement, je ne me sentais pas légitime dans ce rôle d’ « invité d’honneur ». Au nom de quoi  le serais-je ? A part Grand Corps Malade, S Petit Nico (Nicolas Séguy) et Ami Karim, je ne connais rien au slam. Elle me répond que l’idée d’avoir quelqu’un dont l’activité principale est de mettre en avant les livres et les chansons est complètement légitime. Elle ajoute aussi qu’une personnalité extérieure à ce mouvement est plus objective pour juger de la qualité d’un texte. Oui, parce qu’en plus, je deviens juré. Soit. J’accepte.

Ce concours est organisé depuis 2012 par la Fédération France-Québec / francophonie avec le soutien de la Délégation générale du Québec à Paris, de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, de l’Office franco-québécois pour la jeunesse et de la Radio CNRV.  Il est ouvert à tous et vise à promouvoir la richesse de la langue française et l’amitié franco-québécoise. Une sélection a lieu dans 15 régions françaises. Nous avons donc eu la crème de la crème du slam national.

Là, c'était avant que le spectacle ne commence...

P1000665.JPG

La hyper très sympathique équipe de la radio CNRV a retransmis la cérémonie, mais avant cela, a interviewé notamment l'invité d'honneur (qui a dit tout le bien de cette soirée à venir et du slam). 

P1000668.JPG

 Nous a rejoints au micro, l’animateur de la soirée, David Goudreault, le premier Québécois à remporter la Coupe du Monde de poésie, à Paris en 2011. Il est travailleur social, poète et romancier. Ce jeune homme a été récipiendaire de la médaille de l’Assemblée nationale du Québec pour ses réalisations artistiques et son implication sociale. Son premier roman, La bête à sa mère, publié aux Éditions Stanké, est un best-seller et il vient de remporter le Grand Prix Littéraire Archambault (l'équivalent du Prix Renaudot en France).

IMG_0076.JPG

Avant la finale, avec David Goudreault.

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Pour être clair, je n'ai jamais vu un animateur de ce niveau-là. Le meilleur. David Goudreault est drôle, percutant, insolent, sensible, malin, un sniper de l'impro... j'en passe et des meilleurs. Je suis devenu fan. Ce type-là n'est pas comme tout le monde. Il est supérieurement intelligent et met cette intelligence au service du divertissement ou de la solidarité.

Pour la Semaine des travailleuses sociales et des travailleurs sociaux, qui s'est déroulé du 24 au 30 mars 2013, l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec ont lancé une campagne de sensibilisation innovante. Peu importe la diversité des problématiques et leurs interrelations dans le tissu social, le rôle de la travailleuse sociale et du travailleur social, c'est l'accompagnement, c'est de raviver l'espoir.

Paroles et interprétation: David Goudreault
Musique et réalisation: Félix Bernier

En tout cas, je défie quiconque de trouver meilleur animateur que lui. Rien que pour David Goudreault, je suis ravi d'avoir été invité à ce concours. 

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Le public présent ce soir-là au Pan Piper. Et dans la foule, le jury disséminé qui note sur un panneau à la vue de tous. Il peut se faire huer ou applaudir selon la note. Tout ceci dans une ambiance bon enfant. 

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Corinne Tartare, la vice-présidente Commission Culture de la Fédération France-Québec et l'animateur s’apprête à donner le résultat. 

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Présentée par Pays Nantais-Québec, Clo a remporté (assez largement, je dois dire) la finale de « Vive la Parole Libre » 2016. Une virtuose des mots qui avait déjà gagné la Coupe du monde de slam en 2015. Elle a été tout simplement bluffante.

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

La lauréate de cette année remercie le public (les organisateurs et le jury).

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Il a fallu que je monte sur scène pour expliquer ce que j'avais pensé des artistes et de la soirée en général. Du bien. Et avec conviction.

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Tous les slameurs ayant participé au concours sont montés sur scène pour dire au revoir (et pour la photo).

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Corinne Tartare et "l'invité d'honneur" (heureux d'être là).

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Autre invité, artiste réputé au Québec, Biz Fréchette du groupe Loco Locass est rappeur, indépendantiste convaincu et écrivain. Son roman, Mort-terrain, a remporté le Prix littéraire France-Québec 2015.

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

Biz est le leader de Loco Locass, fondé en 1995. C'est un groupe hip hop québécois surtout connu pour la défense du français et ses prises de position politiques, particulièrement pour son engagement en faveur de la souveraineté du Québec. 

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

France Québec mag en parle dans le numéro 175 daté du mois de mai 2016:

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

finale du concours de slam,vive la parole libre,fédération france quebec,corinne tartare

13 avril 2016

Benoît Doremus : interview pour En Tachycardie

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

Comparaison n’est pas raison, je sais bien, mais pour moi, Benoît Dorémus est l’héritier légitime de Renaud. En moins écorché vif, il me semble… quoique. Sophie Delassein, dans Le Nouvel Obs, va encore plus loin : « Benoît Dorémus appartient à une lignée que l'on pourrait ainsi présenter : petit-fils adoptif de Brassens, neveu rêvé de Souchon et Le Forestier, fils caché de Leprest, ami d'enfance possible d'Alexis HK, de Vianney, d'Agnès Bihl. » Rien que ça!
Si Benoît Dorémus ne peut nier ces filiations, en trois albums, il propose sa propre poésie et sa propre révolte douce. Le dernier en date est un joyau. Il ressemble bien à son titre En Tachycardie : un cœur qui vibre, qui s’emballe, un peu comme sa vie ces dernières années.

C’était donc le moment de le rencontrer de nouveau (sa première mandorisation en 2007 est ici, la seconde en 2010 est ). Ainsi fut fait le 3 mars dernier, dans un magasin de guitares.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandorMot (raccourci) de Benoît Dorémus à propos de En Tachycardie :

Ce titre ne reprend pas l’une des chansons, pourtant il leur colle à toutes. Comme si cet état physique, ce symptôme de vigilance et de désarroi était un pays, un continent à part entière, où le cœur bat trop vite et trop fort, et qu’il m’a semblé traverser ces dernières années.

Trop fort, à cause des filles. Enfin, à cause de l’amour. Enfin, à cause de l’amour quand il s’arrête et vous cloue sur place. Trop vite, à cause des questions qui tournent constamment dans nos esprits comme des petits vélos agaçants. Il y a ce que le monde attend de nous, il y a ce qu’on attend de nous-mêmes, il y a ce qu’on attend du monde, et on doit se débrouiller comme ça.

Pour qu’il batte un peu moins durement, on peut être tenté par les anxiolytiques, ils sont là pour ça non ? « 20 milligrammes » est une chanson importante pour moi. J’ai mis du temps à mettre ce thème en chanson, or j’en avais besoin, dans le fond comme dans la forme.

J’ai composé l’intégralité de ces 14 titres, sauf 2, ce qui fait 12. A ma grande fierté, je dois la musique de « Ton petit adultère » à Maxime Le Forestier et celle de « Lire aux chiottes » au duo d’Archimède.

Il faut que j’évoque le plaisir que j’ai eu à travailler avec benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandorPolérik Rouvière, qui signe la réalisation de ce disque. Je lui parlais de Rodriguez pour les cuivres, d’Eminem pour l’intensité, des Beatles pour les batteries, de Gainsbourg pour les basses, de MGMT pour les claviers, de Dylan, d’Ennio Morricone, de Feist, que sais-je encore... Son travail a été de me faire taire au bout d’un
moment, et de faire en sorte que mes chansons ne ressemblent qu’à moi. J’ai trouvé avec lui le son que je cherchais depuis longtemps.

Pour finir, je ne peux passer sous silence ce jour d’août 2015 où j’ai trouvé Alain Souchon en personne sur mon paillasson ! J’explique. Avec une gentillesse déconcertante, il avait accepté de venir expressément dans mon petit appartement enregistrer sa si belle phrase « Tu la voyais grande et c’est une toute petite vie », pour le titre « Dernièrement (acte V) ».

De battre, mon cœur ne s’est pas arrêté.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandorInterview :

Cinq ans entre ton dernier disque et celui-ci. As-tu trouvé le temps long ?

Oui. S’il y a eu un peu de frustration, il y a eu aussi plein d’évènements qui ont ponctué cette attente. J’ai notamment fait beaucoup de concerts. Mais discographiquement parlant, ce n’est pas passé vite. Je ne peux pas dire que j’ai passé cinq années délicieuses à attendre.

Je te le dis à chaque fois que je te vois, mais je ne comprends pas que tu ne sois pas plus reconnu et soutenu.

Je me suis longtemps demandé pourquoi il en était ainsi, mais franchement, aujourd’hui, je cesse de me poser la question. J’ai une très belle reconnaissance des gens qui font ce métier, Renaud dans un premier temps, puisque c’est lui qui a produit mon premier album Jeunesse se passe, puis Francis Cabrel quelques années plus tard. J’ai tendance à dire que Renaud m’a découvert et que Cabrel m’a relancé. « Il a découvert mon travail lors des Rencontres d’Astaffort auxquelles j’ai participé en 2013, puis a eu dans les mois qui ont suivi d’autres occasions de m’écouter. Il m’a alors invité à passer une semaine avec lui dans son studio. Rien que ça. J’ai profité de ses suggestions très avisées, de ses guitares très avisées aussi, de sa gentillesse. Francis joue du banjo sur « Aïe ouille » et chante avec moi en clin d’œil dans le dernier refrain de « Dernièrement (acte V) ». Il faut dressez l’oreille… Non seulement on a travaillé dur, mais en plus, on a bien rigolé. Et rigoler, y compris de moi-même, c’est peut-être ce que je préfère au monde, vous savez. Peu après, lorsqu’il m’a proposé d’assurer toutes les premières parties de sa nouvelle tournée, j’ai tout fait pour que l’album soit prêt pour ce rendez-vous avec son public. J’ai cessé d’attendre les maisons de disque qui ne l’ont d’ailleurs pas vraiment remarqué ».

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

Benoît Dorémus chez et avec Francis Cabrel.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandorOn s’habitue à côtoyer ces deux légendes de la chanson française ?

Il y a toujours un moment dans la journée où je fais un pas de côté et où je me dis « tu réalises ce que tu es en train de vivre ? » Je sais qu’il y a plein de gens qui donneraient beaucoup pour vivre ça, ne serait-ce qu’une heure. Cela dit, je ne suis pas tétanisé par le trac, l’enjeu ou qui ils sont, au contraire. Je ne dis pas oui à tout. Cabrel et Renaud aiment bien qu’on leur résiste un peu. Très vite, avec Renaud, nous nous sommes engueulés et boudés plein de fois. Cabrel, lui, est économe en mot. Il est plus calme. Ce sont des gens que j’admire énormément, mais une fois que nous sommes dans le concret, on ne peut pas être dans un état de vénération totale sinon, il est impossible de travailler. Je tiens également à préciser qu'il y a un autre grand artiste qui est très présent dans ma vie, c'est Maxime Le Forestier. Il est  toujours là quand j'ai besoin de conseils...

Justement, tu as fait récemment la première partie de Francis Cabrel pendant trois mois et cela s’est super bien passé.

J’ai fait 45 dates avec lui. C’était énorme !

Bande annonce d'En Tachycardie.

Ressens-tu de la douleur de ne pas être plus accepté et aimé ?benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

J’ai surtout ressenti de la culpabilité quand j’étais dans de grosses maisons de disque. Eux te parlent de ventes de disques et ça te met une pression de dingue. J’ai très mal vécu ça. Je fais partie des 95 % de chanteurs de ma génération qui font leur métier en vivant bon an mal an de leur métier. Et il y a les 5% qui cartonnent.

Au final, n’est-ce pas mieux de faire tout soi-même ?

Il y a le pour et le contre. C’est difficile de se passer de tout un tas de métier. Franchement, les métiers des maisons de disques me manquent. Je fais tout moi-même et quand je dis tout, c’est tout. Je suis allé chercher les disques à l’usine, je les ai envoyés aux 800 personnes qui l’ont préacheté sur KissKissBankBank, alors que j’étais en pleine tournée avec Cabrel. Cela fait neuf mois que j’ai des  journées de 12 à15 heures par jour. Je donne physiquement de ma personne. Je me transforme en producteur, en juriste, en attaché de presse, en administrateur, je signe les chèques… j’en passe et des bien pires.

Quelle énergie bousillée au lieu de créer !

C’est vrai que tout ceci est au détriment de la création. Je t’avoue que j’ai hâte de retrouver l’artiste qui sommeille en moi, qui a envie d’écrire, de trouver l’inspiration. Pour nous, chanteurs des années 2010, il faut tout faire soi-même.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

Benoît Doremus, Gaël Faure et Mandor. Interview en avril 2015.

As-tu eu la tentation de baisser les bras ?

Oui, il y a trois ans, quand j’ai vu que personne ne s’intéressait à cet album, qu’aucune maison n’en voulait. Je ne voyais pas comment l’enregistrer. Il faut de l’argent pour faire les choses bien, c’est le nerf de la guerre. « Après deux albums en major, j’ai mis un moment à m’adapter aux évolutions de mon métier. Je me suis senti perdu et découragé bien des fois, j’ai mal vécu cette attente compliquée commune à bien des chanteurs de ma génération. Heureusement, il y a la scène pour faire vivre les chansons, il y a le soutien du public, et les coups de pouces de compères comme Renan Luce, Alexis HK ou Oldelaf. »

Je sais que tu as hésité à demander de l’argent sur un site participatif.

Oui, mais c’est mon manager qui a eu les mots qu’il fallait pour me décoincer. Il m’a dit : « Benoît, c’est juste du préachat. Les gens qui t’aiment bien, qui te connaissent, achètent maintenant ton disque et il ne sort que dans six mois. Rien de plus. S’ils ont envie de donner plus des 15 euros qu’ils auraient donnés à la Fnac, ils le peuvent. Ils ont la possibilité d’avoir des petits cadeaux de ta part, tu ne voles personne… » Il a fini par me décomplexer et j’ai accepté de rentrer dans ce système. J’ai remarqué que les gens sont contents d’avoir ce lien avec l’artiste…  J’ai atteint en 24 heures une somme que j’attendais sur un mois. Ca fait énormément de bien et c’est très gratifiant. « La somme finale m’a non seulement permis d’enregistrer en toute indépendance mais m’a aussi fait prendre la mesure de l’attente du public pour la suite de mes histoires. J’ai foncé en studio ».

Clip de "Bêtes à chagrin", réalisé par Thierry Teston avec Valentine Atlan. Montage Nicolas Elie.

Les chanteurs sont-ils tous des « bêtes à chagrin » ?

Dans cette chanson, je mets en garde. Attention ! Les artistes dans leur quotidien, hors micro et hors caméra ne sont pas forcément ceux que l’on fantasme. Ils peuvent faire du mal car un artiste est quelqu’un qui est hanté, qui est un peu prisonnier de son intériorité et de ses questionnements. Y a-t-il de la place pour de l’amour dans le cerveau déjà bien encombré d’un artiste ? J’ai essayé de mettre de l’humour, de la tendresse et de l’autodérision dans cette chanson. Il y a des clins d’œil à des artistes que je fréquente.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

Benoît Dorémus et Renaud.

J’ai pensé à Renaud, évidemment.

Renaud est clairement une bête à chagrin. C’est la personne la plus complexe que j’ai croisé dans ma vie. Francis Cabrel, lui, a l’air plus maître de ses émotions.

Un artiste est différent des autres ?

Oui, mais ça devient une douleur. J’utilise cette douleur et j’en fais du second degré pour que mes chansons ne soient pas plombantes. Un artiste est quelqu’un qui est plus sensible que la moyenne, dont le boulot est de faire en sorte que cette sensibilité résonne chez ceux qui l’écoutent. On transforme notre sensibilité en art.

Ton album sort des sentiers battus et il est très varié.

J’essaie de varier les plaisirs et de ne pas faire que de la chanson française en octosyllabe tout le temps, d’une chanson à l’autre. Même si ma famille reste la chanson, j’aime me diriger vers le hip-hop ou explorer d’autres planètes musicales. Je fais en sorte qu’on ne s’emmerde pas, ce qui me fait chercher des astuces dans la forme.

"Brassens en pleine poire", live en première partie de Francis Cabrel.

Dans certaines chansons, il faut gratter pour saisir le propos. On y parvient toujours, mais au bout de quelques écoutes.

J’aime bien qu’il y ait à manger au niveau du texte et que l’on n’ait pas tout compris à la première écoute. J’y tiens. Il y a toujours une histoire, un fil conducteur et une chute… mais toujours une deuxième couche.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu t’amuses en écrivant ?

Je m’éclate. C’est le moment que je préfère. Parfois, c’est un peu dur parce que je ne trouve pas, alors je cherche, je retourne… et je finis par trouver. Tant que je sais que je suis sur une bonne chanson, le temps, le travail et la patience ne me dérangent pas. Au contraire.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandorSais-tu quand une chanson est terminée ?

Quand j’estime qu’une chanson est terminée, je la joue à trois copains. J’ai des cobayes comme Renan Luce, Alexis HK (voir photo à gauche), Renaud et même Cabrel. Leur opinion compte énormément. Mais après ces appréciations, elle est validée, tamponnée, cachetonnée, quand la chanson traverse et réussit l’épreuve de la scène.

Un artiste fait du bien au gens. As-tu conscience  de l’importance de son rôle dans la société?

Pas assez, même si on me le dit parfois. C’est vrai que si je pense au bien que m’ont fait Alain Souchon, Renaud, Eminem, les Beatles ou Dylan, je ne me dis jamais que moi, je peux procurer la même chose à des gens. J’ai l’impression que c’est trop beau pour être vrai. Si mon travail peut faire du bien, je suis le plus heureux des hommes.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

Après l'interview, le 3 mars 2016.

benoît dorémus,en tachycardie,interview,mandor

08 avril 2016

14e Salon du Livre et de la Chanson de Randan : bilan et photos.

P1000711.JPG

affiche2016.jpg-Allo, François ! Ça te dirait de participer au salon du livre de Randan ?

-D’où ?

-Randan.

-Connais pas.

-C’est dans le Puy-de-Dôme, pas loin de Vichy. C’est le Salon du Livre et de la Chanson. Il se tient tous les premiers week-ends d’avril depuis 14 ans. Inauguré en 2003, ce salon se propose d’inviter en Auvergne, face à l'orangerie du château de Randan, une vingtaine d’auteurs, artistes, biographes et chroniqueurs pour deux journées de dédicaces avec un public passionné par la chanson française. Cette manifestation culturelle, unique en France, met vraiment en lumière la chanson francophone

-Il y a qui cette année ?

-Nicoletta, Hervé Vilard, Jean-Jacques Debout, Anne Sylvestre…

-Les jeunes pousses de la chanson française quoi ! Note que je les respecte tous et que je sais qu’ils vont ramener du monde.

-Non, mais il y a aussi Emma Daumas. Et des biographes comme Stéphane Loisy ou Baptiste Vignol.

-Baptiste Vignol ! Mais il va me snober avec mon livre sur Louane. Le mec est pointu, je lis son blog Mais qu’est-ce qu’on nous chante ? depuis longtemps. J’adore. Mais il sort des livres sur Renaud et Guy Béart… il va me regarder de haut c’est sûr !

-Non, François, détrompe-toi. Tu vas voir, ils sont tous sympa. Les organisateurs sont doués pour que tout le monde se sente bien. Je t’assure, tu viens une fois, tu as envie de revenir l’année suivante. Je ne te cache pas, qu’en plus, on mange et on boit très bien.

-C’était la première chose à me dire. Top là ! J’accepte.

annonce2016.jpg

Extraits d’une conversation téléphonique (légèrement exagérée) que j’ai eue avec Olivier Vadrot. J’ai accepté, et je ne l’ai pas regretté. J’ai passé deux jours exquis. Je tiens ici à remercier Edda Mathillon et la formidable association organisatrice de l’évènement « Le Livre et la Chanson ». Deux jours de bienveillance et de gentillesse.

Voici quelques photos avec leur légende.

(Je sais que je ne reviendrai pas l’année prochaine, car mon prochain livre ne sera pas « musical », mais je garderai un doux souvenir de ces deux jours auvergnats).

Le samedi.

Baptiste Vignol, celui que je craignais. Il va falloir que j'apprenne à exterminer les a priori. S'il peut avoir la dent dure dans ses chroniques, il se révèle un homme délicat et sympathique. Globalement, nous sommes restés deux jours ensemble sans discontinuer. Il sera bientôt mandorisé pour son excellent Guy Béart, il n'y a plus d'après.

salon-du-livre-et-de-la-chanson_2564460.jpeg

Hervé Vilard... non, je ne dis pas encore ce que j'en pense humainement. 

salon-du-livre-et-de-la-chanson_2564463.jpeg

Jean-Jacques Debout et Nicoletta dans "Confessions intimes". 

12928372_10207925529969962_2980479492624038241_n (1).jpg

La souriante chanteuse corse Domistria.

12924552_1347737338585497_7119097056094832592_n.jpg

Le souriant François Alquier pour son livre (Prix Albert Londres 2016) sur la chanteuse et comédienne Louane. Joie de vivre et compagnie. 

salon-du-livre-et-de-la-chanson_2564461 (1).jpeg

Bon, Emma Daumas, je l'adore depuis longtemps. J'aimais son travail, j'aime la femme qu'elle est devenue. Simple et talentueuse. On en reparle bientôt ici... parce son livre Supernova est bien écrit et nous en apprend beaucoup sur l'envers du décor du show-biz. 

salon-du-livre-et-de-la-chanson_2564459.jpeg

Emma et moi, ce tout petit supplément d'âme...

P1000686.JPG

Le salon et son public.

13015145_1363205303705081_47898031511656709_n.jpg

Le dimanche.

Au petit-déjeuner, je découvre la presse locale. La Montagne fait un focus sur le salon.

P1000687.JPG

Alors Corbier, franchement, il n'y a pas plus sympathique. Un vrai mec bien. Gentil, généreux, drôle... et une oeuvre à découvrir. 

P1000690.JPG

J'ai été très déçu par le comportement d'Hervé Vilard et de Nicoletta envers leur public. Une condescendance souvent insupportable dont j'ai été témoin. Je respecte la carrière de ces deux artistes. A eux deux, ils ont vendu des millions d'albums. Chapeau! Mais le respect envers ceux qui ont acheté leurs disques, ce n'est pas un luxe, c'est un devoir. En 2016, qu'ils se comportent en diva me laisse pantois. Je précise qu'ils ont été très corrects envers moi, là n'est pas le problème. J'ai juste vu et entendu des trucs qui ne m'ont pas plu. Du tout. J'ai posé avec eux avant que le salon n'ouvre ses portes le dimanche parce qu'ils représentent beaucoup dans la variété française. Et, encore une fois, ils ont une carrière magnifique et certaines de leurs chansons m'ont touché. 

P1000692.JPG

Hervé Vilard. Donc.

unnamed (7).jpg

Et Nicoletta. (Que je déteste être déçu humainement!)

unnamed (6).jpg

Jean-Jacques Debout. Lui, simple, un peu ironique et beaucoup de recul sur lui-même et sur le métier.

unnamed (1).jpg

Philippe Jadin, un des deux ayants droit de Jean Sablon

unnamed (2).jpg

Baptiste Vignol et Charles Langhendries, le deuxième ayant-droit de Jean Sablon

unnamed (5).jpg

L'association "Le livre et la chanson" remet la médaille de la ville à Hervé Vilard

P1000694.JPG

Puis à François Corbier (devant Hervé Vilard particulièrement attentif et respectueux de la cérémonie).

P1000699.JPG

Un auteur à l'aise devant les objectifs. 

unnamed (4).jpg

Et des lectrices attentives. (Photo non truquée). (Et trois ventes en une minute). (Merci à elles).

P1000702.JPG

Peu de temps avant de partir, photo souvenir avec les deux ayants droit de Jean Sablon, Anne Sylvestre (Anne Sylvestre quoi! Ce n'est pas de la gnognotte. C'est la plus grande!), la femme de Ricet Barrier, grand habitué de ce salon, parti en 2011, Ane Barrier.)

P1000705.JPG

Voilà, il a fallu partir. Avec regret. Beaucoup.

P1000709.JPG

06 avril 2016

La Maison Tellier : interview pour Avalanche

la maison tellier,avalanche,interview,yannick,helmut tellier,mandor

Véritable succès critique et public, Beauté pour tous, le précédent album studio de La Maison Tellier, l’a positionné comme l’un des groupes incontournable de la scène française. Bien décidés à entériner leur statut, les cinq Tellier reviennent avec un album ambitieux et magnifique, Avalanche.

Yannick, alias Helmut Tellier, auteur-compositeur-interprète du groupe a été mandorisé une seconde fois (la première, à l’occasion de la sortie de l’album live Beauté partout, en novembre 2014, est à lire ici)

la maison tellier,avalanche,interview,yannick,helmut tellier,mandorArgumentaire du disque :

Dès le premier titre La Maison Tellier donne le ton de ce nouvel album : Cinq est le numéro parfait. Cinq musiciens à l’heure de leur cinquième album. Le groupe n’y est pas allé par quatre chemins. L’album précédent glorifiait le combat pour la beauté. Celui-ci témoigne d’une quête. Une quête vers la joie. Comme certains sont en quête de la foi. Une quête semée d’embûches, de doutes et d’angoisses (« J’ai rêvé d’Avalanches », « Haut, Bas, Fragile »). De questions sans réponses (« Où Sont les Hommes ? »). Une quête où la musique et l’amitié tiennent lieu d’armes fatales (« Cinq est le Numéro Parfait »). Où l’amour (« En Toutes Choses », « Beautiful Again »), les femmes (« Amazone ») et la fête (« 23h59 ») viennent aider nos 5 Chevaliers de la Table Ronde à s’approcher du Graal.

la maison tellier,avalanche,interview,yannick,helmut tellier,mandor

la maison tellier,avalanche,interview,yannick,helmut tellier,mandorInterview :

Beauté pour tous a été très bien accueilli, ça a placé la barre haute pour le disque suivant, non ?

Nous l’avons pris comme une forme de reconnaissance et cela a eu un côté stimulant pour enchaîner sur Avalanche. On a essayé d’enfoncer le clou pour rester dans la même démarche, voire de faire encore mieux.

Avalanche est l’album le plus pop de La Maison Tellier, il me semble.

(Rires.) On a fait rentrer le loup dans la bergerie. Pour la première fois, on a eu un réalisateur de bout en bout, Yann Arnaud. Du coup, cela a donné une cohérence dans le son. On avait tous confiance en lui et on a accepté de le suivre dans des choix esthétiques qui n’auraient pas été les nôtres. Il nous a parfois mis devant nos contradictions, c’était intéressant. Il a une élégance dans le son qui s’est parfaitement mariée à notre style musical.

Dans Beauté pour tous, vous étiez partis dans de multiples directions parce que vous étiez livrés à vous-mêmes ?

Oui, cela nous a incités à nous autoriser plein de choses. Il y a les deux côtés de la médaille quand on réalise nous-mêmes. On est plus libre, mais on peut s’égarer. Aujourd’hui, grâce à Yann, nous avons moins d’instrumentaux à rallonge, de musiques un peu cinématographiques. Il reste mes influences et celles de Sébastien avec qui j’ai co-composé l’album avant de faire les arrangements avec les autres membres du groupe. A l’origine, j’étais partie pour faire quelque chose d’assez live, d’assez simple et potentiellement d’un peu rock… et, au final, on a un objet qui est soyeux. Yann m’a encouragé à crooner plutôt qu’à crier sur certaines chansons. Etre dans le murmure, un peu caressant, je dois dire que c’est une surprise. Nous sommes tous très fiers de ce disque-là.

Clip officiel de "Amazone".

Est-ce que ça va faire bouger vos habitudes scéniques?la maison tellier,avalanche,interview,yannick,helmut tellier,mandor

On a nécessairement des instruments qui se sont ajoutés, mais ça ne change pas notre approche de nos modes de fonctionnement scéniques.

La chanson « Cinq est le numéro parfait » parle de votre groupe.

Oui, mais j’aime bien mettre quelques filtres et nous présenter de manière plus romancée. On a passé des heures innombrables sur des autoroutes, dans des stations-services à faire des pleins, ce n’est la chose la plus romanesque qui soit. Ce genre de chanson donne un sens un peu mythique, voire métaphysique, à tous ces instants et au fait de fabriquer des chansons. C’était aussi ma façon à moi de remercier mes partenaires et de leur dire que ma vie a changé grâce à eux.

Ça m’a fait penser à cinq chevaliers qui partent sur la route à la recherche du Graal ?

C’est tout à fait ça. Nous savons que l’on recherche quelque chose, mais nous ne savons pas quoi.

la maison tellier,avalanche,interview,yannick,helmut tellier,mandor

Parfois, il y a des chansons que je ne comprends pas, comme « Où sont les hommes ? », mais ça ne me dérange pas. Ça laisse mon imagination travailler un peu.

(Rires) Je ne la comprends pas plus. Cette chanson était un peu une boutade. J’ai voulu parodier une chanson de Patrick Juvet qui m’a toujours intriguée, « Où sont les femmes ? ». Je n’ai pas voulu choisir mon camp, je pose juste la question, « où en sont les hommes du XXIe siècle qui ont grandi dans un monde où l’égalité homme femme est prioritaire ? » J’avoue que l’on a perdu un peu nos repères.

Les gens reçoivent les chansons chacun à leur façon. Ils comprennent ce qu’ils veulent comprendre.

Je n’aime pas les chansons qui ne sont que du collage de mots qui sonnent bien. Je trouve qu’il faut un juste milieu entre ce type de chansons là et les chansons narratives au premier degré constant. J’aime bien l’idée qu’on ait envie d’écouter la chanson plusieurs fois pour se l’approprier et trouver son sens.

la maison tellier,avalanche,interview,yannick,helmut tellier,mandor