Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Christophe Robillard : interview pour le site Merci Edgar | Page d'accueil | La Maison Tellier : interview pour Avalanche »

31 mars 2016

Parnell : interview pour Ce qu'il en reste

parnell,ce qu'il en reste,interview

(Photo : Flora Riffet)

Une jolie découverte aujourd’hui. Parnell est à mi-chemin entre la folk et la chanson. Une voix à faire tomber, un sens inné de la mélodie et une musique élégante. L’homme, que l’on pressent sensible, raconte les difficultés amoureuses (Pour Que Mon CœurElle Passe…), le quotidien et ses tourments (Santé…) et la joie (Le Grand BainMa Vie)…

Parnell est venu me voir à l’agence le 3 mars dernier. J’ai tout de suite beaucoup apprécié cette personne. Question de feeling…

Résumé (officiel) d’une vie musicale :parnell,ce qu'il en reste,interview

La guitare d’abord, puis la voix et les textes. La suite passe par ATLA, à Pigalle en 2006, pour se former, puis par FGO-Barbara, en studio, pour se perfectionner. Le tout mélangé à la scène, plus d’une centaine jusqu’ici, des Trois Baudets à Paris, au Printemps de Bourges 2013, 2014 et 2015 en passant par l’Angleterre et l’Irlande…

Ses premières vibrations de tympans se sont faites avec le rock progressif et la chanson française. Et puis, un jour, il y eu le folk. Approfondi en Irlande où il se rend régulièrement, Parnell y trouve son nom. Il se sert aujourd’hui de sa force, de son indépendance et de sa fragilité pour imaginer des ballades lourdes ou légères, et des rythmes énergiques et puissants. Toujours en français.

En 2014, il rencontre Johan Ledoux qui se prend au jeu pour la réalisation de son 1er album. Une campagne participative (réussie à 201%) lui permet de l’enregistrer en septembre, et de le masteriser au Studio La Source en Octobre.

De ses expériences, de ses écoutes, Parnell prend le temps d'assimiler sans savoir toujours ce qui l’est… Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est qu’il commence à vouloir garder des choses en mémoire. Immortaliser pour ne pas oublier.

parnell,ce qu'il en reste,interviewArgumentaire du disque :

Ce qu’il en reste est un album de mise à plat entre ce qui est arrivé et ce qui va advenir. Un retour aux fondamentaux qui donne envie de voir plus loin. Les atmosphères s’imposent dès les premiers sons de chaque titre. Le guitare-voix est la poutre sur laquelle viennent se greffer des éléments qui subliment l’ambiance recherchée. Du Rhodes au mellotron, en passant par du violoncelle, de la percussion et de la basse, ses éléments habillent les musiques, et soutiennent les textes.

Le ressenti est la base de ses textes. Parnell se plait à observer en profondeur. Savoir ce qu’il se passe dans la tête ou dans le ventre de celui qui vit un événement. Comment on vit, comment on ressent les choses.

parnell,ce qu'il en reste,interview

(Photo : Flora Riffet)

parnell,ce qu'il en reste,interviewInterview :

As-tu été élevé dans un environnement musical ?

Dans ma famille, personne ne pratique un instrument. J’ai deux sœurs  et un frère et je suis le petit dernier. Ils ont cinq, neuf et onze ans de plus que moi. Ils étaient fans de musique et c’est ce qui m’a plongé dans cet univers. A dix ans, j’écoutais Freddy Mercury et Neil Young grâce à eux. Mon père, lui, était fan de Clapton et de Cabrel… Il y a une fibre musicale chez nous. 

A 10 ans, tu voulais faire du piano.

On m’a dit non, parce que c’était encombrant. A 15 ans, mon frère a acheté une guitare. J’en avais 10. Six ans plus tard, je me suis mis à cet instrument. Je me rends compte que j’ai été attiré par la musique bien avant d’en faire.

L’Irlande a joué un rôle dans ton amour pour la musique.

J’ai découvert l’Irlande assez tôt, car j’ai une sœur qui vit là-bas. A 12 ans, j’allais dans les rues et il y avait de la musique partout, dehors et dans les pubs. C’est culturel. Il y a un côté direct et instinctif chez les gens qui jouent. Il n’y a pas de calcul. Cela m’a beaucoup plu.

Très vite, tu as chanté ?

Dès que j’ai eu une guitare, j’ai commencé à écrire et très vite à chanter. Mais les gens qui m’écoutaient me signifiaient qu’on n’entendait pas assez ma voix. La guitare était beaucoup trop forte par rapport à la voix.

parnell,ce qu'il en reste,interview

(Photo : Flora Riffet)

parnell,ce qu'il en reste,interviewTu as pris des cours de chants ?

J’en ai pris beaucoup, pour avoir confiance en ma voix. J’ai fait une école ATLA à Paris où j’en rencontré une prof de chant, Elisabeth Baïle, avec laquelle j’ai continué à prendre des cours après. Ce n’était pas du travail vocal pur, c’était surtout une prise de conscience de mon corps. On a fait un travail annexe à la musique. Pour moi, la musique et le chant ne sont pas que de la performance pure, c’est aussi très intérieur, méditatif, une sorte de recherche de paix. Cela englobe un tout. Cette professeure avait une approche très orientale.

Entre 16 ans, quand tu as commencé la guitare, et 29 ans, aujourd’hui où tu sors ton premier album, il s’est passé beaucoup de choses.

A partir du moment où on me disait que j’allais pouvoir faire quelque chose avec ma voix, j’ai fait des scènes ouvertes. J’ai foncé tête baissé. Je me suis mis en danger, je suis tombé parfois, mais j’ai persisté. Quand je jouais devant des potes, je leur demandais de me critiquer et d’y aller à fond. La seule chose qui m’intéressait, c’était d’apprendre, de me perfectionner.  Aujourd’hui, je sais un peu plus ce que je veux.

Tu as déjà enregistré un EP autoproduit.

J’ai enregistré d’abord quelques chansons, mais c’était surtout pour apprendre à utiliser les logiciels. J’ai besoin d’apprendre ce sur quoi on travaille pour pouvoir parler correctement avec la personne que j’ai en face de moi ensuite, musicien, arrangeur ou réalisateur. J’ai enregistré un EP il y a 6 ans sous le nom d’Antoine F.  Je ne l’ai jamais utilisé, jamais sorti commercialement. Il n’était pas assez abouti.

parnell,ce qu'il en reste,interview

Pour ce premier album, tu es rentré en studio avec une quarantaine de chansons.

Je voulais avoir de la matière, du choix et que ce choix de chansons soit logique.

Pour toi, le solitaire, c’était simple de travailler avec Johan Ledoux à la réalisation?

On a écouté toutes mes chansons et des titres des autres qui me plaisaient. Je voulais qu’il comprenne la musique et le style que je souhaitais. Ce que j’ai apprécié chez Johan, c’est qu’il a une vraie capacité à s’adapter au style des gens avec lesquels il travaille.

Tes références musicales sont plus dans la folk américaine et irlandaise, mais tu chantes en français.

Si je comprends la langue anglaise, je ne la maitrise pas assez pour écrire des chansons qui se tiennent.

Ton pseudo, Parnell, ça vient d’où ?

C’est un personnage historique irlandais. Charles Stewart Parnell, dit « le roi sans couronne d'Irlande », figure de proue du nationalisme. Il a défendu les irlandais contre les méchants anglais.

"Elle passe", version audio.

Ton premier single, « Elle passe », je l’adore. Il se passe beaucoup de choses dedans.

Pour moi, c’est la chanson la plus « grand public » de mon disque. J’ai vu un gamin de 12 ans l’apprécier, tout comme des gens qui ont fait khagne hippokhagne ou d’autres qui ont une grande culture musicale. Je suis étonné par le succès de cette chanson, mais ça me fait plaisir. Mais, les chansons que je préfère sont « Le grand bain » et « Piste noire ». Il y a différentes ambiances dans l’album, mais ces deux-là sont un peu plus folks que les autres.

Tu dis que tu fais de la « chanson folk ».

Ben Mazué dit souvent qu’il ne connait pas la chanson. Je suis comme lui. Je connais un peu Barbara, Brassens, mais sans plus… Quand on dit « chanson » aux gens, ils croient que l’on va faire du Brassens. Moi, j’essaie d’avoir une autre esthétique.

Tes chansons sont-elles très personnelles ?

Oui, elles le sont. Mais elles sont très instinctives. J’écris des chansons très rapidement, dans l’urgence. Elles ne sont pas forcément frontales, mais on les comprend quand même. J’aime faire travailler l’imagination de ceux qui écoutent.

parnell,ce qu'il en reste,interview

A ne pas louper pour découvrir Parnell!

C’est un disque mélancolique.

Oui, j’avoue. La mélancolie est en moi. Avant cet album, mes chansons étaient encore plus lourdes et pesantes, voire carrément plus dures. J’ai réussi à trouver un peu de lumière et de légèreté. J’ai trouvé un équilibre pour que mes chansons deviennent plaisantes pour les autres et libératrices pour moi-même.

Cet album, c’est le début d’une carrière ?

Depuis que j’ai 16 ans, ma vie est centrée sur le fait de devenir musicien, auteur, compositeur, interprète et d’en vivre. Toutes mes décisions ont été prises en fonction de ce projet. Ce disque n’est que le début, en effet. Je veux aller plus loin dans la recherche musicale. Je veux que la musique nous porte. Je veux du partage, de l’apprentissage et de la rencontre…

parnell,ce qu'il en reste,interview

Le 3 mars 2016, après l'interview.

parnell,ce qu'il en reste,interview

Les commentaires sont fermés.