Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tatiana de Rosnay : interview pour Partition amoureuse | Page d'accueil | Christophe Robillard : interview pour le site Merci Edgar »

28 mars 2016

Erwan Pinard : interview pour Obsolescence programmée

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandor

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandorErwan  Pinard a un répertoire poético-cynico-dépressives. Ses chansons acides, amères, piquantes, caustiques n’ont rien d’anodines. Il dépeint la gravité de la vie et du monde en nous amusant/faisant réfléchir/angoissant. C’est selon. L’anticonformiste Erwan Pinard est totalement inclassable. Dans son troisième album, Obsolescence programmée, on écoute d’abord ses textes (chansons tiroirs à plusieurs niveaux de lecture). On entend ensuite sa musique et ses orchestrations faussement minimalistes. Une collection de treize nouvelles chansons, témoignages d’une société et d’un citoyen en perte de repères (enregistrées avec ses complices de scène Jérôme et Lionel Aubernon), qui mérite qu’on s’y attarde.

J’ai donc reçu Erwan Pinard à l’agence le 15 février dernier. Si l’homme est une bête de scène, il n’est pas des plus loquaces devant un micro. J’ai fait ce que j’ai pu.

Biographie officielle :erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandor

Après deux albums studios et une centaine de concerts en trio ou solo, Erwan Pinard (de son vrai nom Erwan Pinard) revient avec un troisième album pas pour faire pouet pouet youpi, mais pour remuer encore et encore la boue du cœur et de notre société. Ça n’empêche pas d’en rire, ni d’en pleurer, bien au contraire.

Mi-punk, mi-crooner, il débarque sans mode d’emploi avec ses chansons piégées : baroques, farouches, absurdes et toujours bienveillantes. Des pogos pour dire je t’aime, des slows à s’arracher la calvitie servis sur un bel enrobé d’humour. On ne peut jamais rouler tranquille et pourtant, on en redemande. Va comprendre, va voir.

(Sa page Facebook).

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandor

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandorInterview :

Comment, jeune, on décide d’intégrer une école de musique à Chassieu ?

Mes parents m’ont un peu poussé à faire une activité. Le foot, le basket ou des sports de ce genre ne me plaisaient pas, alors, j’ai opté pour cette école. J’aimais bien mon prof de trompette. Il m’a beaucoup appris.

Au lycée, vous participez à un premier groupe. Vous jouiez du rock.

Oui, je sais, c’est banal. J’étais chanteur bassiste. J’adorais ça. On s’enfermait dans des caves et on faisait énormément de bruit. Ça m’a donné envie de faire ce métier plein de fantasmes et de mystères. Depuis, je me suis laissé porter pour assouvir tranquillement ce désir de faire de la musique. Me laisser porter, c’est un peu ma nature.

"Tranquille", enregistré dans le backstage de France 3 Rhône-Alpes. Mars 2014.

C’est Gainsbourg et Brassens qui vous donnent envie d’aller vers la chanson.erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandor

Quand j’étais au lycée, j’avais pourtant un hermétisme pour tout ce qui était chanson française. Puis petit à petit, j’ai fini par apprécier. Brassens, je l’ai découvert grâce à mes parents. Quant à Gainsbourg, j’ai entendu son œuvre la première fois en anglais, interprété par un artiste qui avait repris quelques morceaux. Du coup, j’ai écouté ses premiers albums et j’ai adoré ça.

Adolescent, vous écriviez beaucoup?

Pas forcément des chansons. Des bouts de chansons, des pièces de théâtre… c’est vers 22 ans que j’ai commencé à écrire de vraies chansons.

Vous avez fait des études de musicologie. Est-ce que ce genre d’étude n’enlève pas ensuite la spontanéité de la création ?

Pour moi, c’est plus un atout, un cadre assimilé que je m’amuse à contourner. J’ai pour principe de toujours m’amuser en travaillant.

"Compte à rebours", enregistré dans le backstage de France 3 Rhône-Alpes. Mars 2014.

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandorLa meilleure école, ce sont les bars et les cafés ?

Oui, c’est là que l’on apprend le métier. Il faut capter le public et mettre son ego de côté. Les gens ne viennent pas dans ce genre d’endroit pour écouter religieusement un mec chanter. Il faut s’imposer en douceur.

Vous sortez déjà un troisième album.

Le premier, autoproduit, date de 2010. C’était la démerde totale. Le second date de 2013. J’en sors un tous les trois ans finalement. J’adore les disques. J’ai toujours aimé cet objet-là. En fin de compte, une fois qu’on a un disque, puis deux, puis trois, il ne se passe rien de bien nouveau (rires).

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandor

Cet album, en tout cas, a été conçu pendant une mésaventure sentimentale.

Oui, ça a nettement influencé les textes. Je n’évoque que cela sous différents angles, même si on peut comprendre différemment certaines chansons. J’adore quand des gens me disent qu’ils ont aimé une chanson et qu’elle n’est pas été comprise comme je l’ai conçue à la base. Je trouve fascinant le pouvoir d’une chanson. Chacun peut se l’attribuer à sa manière.

Vous êtes prof de musique. Vos élèves connaissent-ils votre double vie de chanteur ?

Oui, quelques-uns. Ils vont voir ce que je fais en allant sur YouTube ou sur Facebook. En tout cas, il ne m’emmerde pas avec ce que je fais.

Le fait d’avoir un travail rémunérateur enlève la pression de réussir à tout prix pour gagner sa vie, non ?

C’est bien et pas bien à la fois. Si je n’avais pas ce filet de sécurité, peut-être aurais-je pris plus de risque dans ma carrière de chanteur. Au fond, je pense qu’il faut être dans l’urgence pour montrer sa gueule et tout donner. Quand il y a moins d’urgence, on y va à pas feutré. Maintenant, j’aime ces deux boulots et c’est parfait pour mon équilibre.

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandor

Vous sentez-vous proche d’autres artistes de votre génération ?

J’aime beaucoup Nicolas Jules. Je ne connais pas trop la scène française actuelle. Cela fait un moment que je n’ai pas eu la curiosité d’aller voir ce qu’il se passait… je suis un peu centré sur moi et mes soucis en ce moment, alors, les soucis des autres… (Sourire.)

Qu’attendez-vous de la sortie de ce disque ?

Qu’il me permette de jouer davantage et qu’il se vende un petit peu. Si tel n’est pas le cas, cela ne m’empêchera pas de continuer. On peut passer sa vie à faire des albums invendables (rires). 

erwan pinard,obsolescence programmée,interview,mandor

Les commentaires sont fermés.