Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Valérian Renault : interview pour l'album Laisse couler | Page d'accueil | Martin Winckler : interview pour Abraham et fils »

31 janvier 2016

Corinne Royer : interview pour Et leurs baisers au loin les suivent

corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandor

(© Laurent d'Oliviera)

"On a toujours le choix entre la vérité et le mensonge. Et je sais à présent que si la vérité est une compagne discrète dont on peut se défaire, le mensonge est une harpie qu'on épouse pour des noces de diamant." Corinne Royer revient avec un magnifique roman sur les secrets de famille et les non-dits, notamment. « J’ai voulu que ce texte éprouve la justesse de nos sentiments, la puissance de nos attachements, un roman à l’intérieur duquel s’insinueraient plusieurs livres comme s’entrelacent plusieurs vies dans chacune de nos existences. »

Pour cette deuxième mandorisation (la première est ici), l’auteure stéphanoise est de nouveau passée à l’agence, le 12 janvier dernier. Elle me dit tout sur ce livre aussi palpitant qu’envoûtant. Et leurs baisers au loin les suivent déplie les secrets sur lesquels les fragiles destins humains se bâtissent. Et le lecteur reçoit un choc émotionnel intense.

corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandorL’histoire par l’éditeur :

Cassandre vient déclarer à la gendarmerie la disparition de son mari. Pourtant elle sait où il se trouve, et qu’il ne reviendra plus. Bientôt, elle reçoit de mystérieux courriers annonçant des révélations au sujet du passé de Léon. Que peut-elle ignorer de cet époux taiseux, qu’elle a aimé résolument un tiers de siècle durant dans le quotidien rugueux d’une ferme de Saône-et-Loire ? Et connaissait-il bien sa femme, son étrangère à la peau sombre qui ne lui a pas donné d’enfant et n’a cessé de rêver du lointain pays de ses ancêtres ? On ne mesure jamais les zones de violence que recèle toute vie, la part de mensonge que contient tout amour, la force des liens qui nous attachent à la terre et aux hommes.
D’Haïti à la mer Égée, de l’Algérie au Mexique, de l’Antarctique aux États-Unis, ce roman fiévreux à l’écriture envoûtante explore les géographies intimes au hasard desquelles les fragiles destins humains s’abîment, se heurtent et malgré tout se bâtissent.

L’auteur :

Corinne Royer est née en 1967. Elle est l'auteur de deux autres romans publiés aux éditions Héloïse d'Ormesson : M comme Mohican (2009) et La Vie contrariée de Louise (2012, prix Terre de France La Montagne).


corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandorInterview :

J’ai relu ta première mandorisation qui date de 2012. Je t’ai posé des questions sur ton troisième roman. Tu m’as répondu : « C’est une sorte de conte pour adulte, un conte un peu fantasque dont une partie se passe en France en territoire rural et dont l’autre partie devrait se passer en Haïti ». Tu as donc porté ce livre durant 4 ans ?

C’est fou ce que tu me dis parce que je ne pensais pas que l’idée avait déjà germée à cette époque-là. Je suis très étonnée. Quand tu m’as reçu la première fois, c’était pour La vie contrariée de Louise, dont l’action se passait dans un petit village français lors de la Deuxième Guerre Mondiale. Je partais d’un fait historique majeur et à partir de ce fait, je tissais des destins individuels très intimes. Il y avait donc des contraintes de contextes historiques. Au bout du compte, j’étais frustrée par rapport à ma liberté de romancière. En réaction, j’ai souhaité être complètement dans le romanesque et l’imaginaire.

Je crois que tu avais plusieurs idées à la base.

La première idée était partie d’un reportage photographique sur un petit coin de France rurale en bord de Loire, à Bourbon Lancy, le domaine du Grand Fleury. J’ai des photos (voir plus bas) où tu vois la Loire, des falaises impressionnantes et à une dizaine de mètres de la falaise érodée, tu as ce magnifique domaine agricole. Je suis allée sur place pour m’imprégner de ces lieux-là avant d’écrire le livre. Entre le moment où j’ai commencé le roman et où je l’ai terminé, le domaine a été détruit par mesure de sécurité. Le livre est un peu testamentaire par rapport à cette géographie des lieux.

corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandor

corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandor

(Photos personnelles de Corinne Royer du domaine de Grand Fleury)

Et pourquoi Haïti ?

Pour des raisons personnelles, j’ai été très proches des évènements qui se sont déroulés là-bas. D’ailleurs, c’est curieux, ce séisme a eu lieu il y a 6 ans aujourd’hui pile. Bref, je me suis demandé si je situais mon roman dans ce petit coin rural de France où en Haïti. En fait, j’ai réuni les deux puisqu’il y avait cette notion de failles des deux côtés. La faille dans les falaises qui ébranlait les terrains et la faille sismique qui s’est déroulée en Haïti.

Tu as toujours des tas de romans en tête ?

Oui, je passe plus de temps à évacuer les idées qu’à en chercher. J’ai toujours été fascinée par ça. C’est-à-dire imaginer la vie rêvée des gens,  la vie fantasmée, leurs songes. J’aurais beaucoup aimé être psychanalyste. Mon travail d’écrivain revient un peu à ça.

corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandorC’est ce que tu fais dans ton roman.

Il part d’un fait divers un peu burlesque. On retrouve un homme mort dans son congélateur, alors qu’il a toujours rêvé de l’antarctique. Souvent, on entend après un fait divers, « pourtant, c’était un jeune homme sans histoires… » Cette terminologie-là est très intéressante parce qu’il n’y a pas de gens sans histoires. Dans mon roman, on rentre dans une géographie des songes et dans la psychologie des personnages. On va vite se rendre compte que des personnages, à l’apparence assez lisse, en fait, trimballent un passé assez lourd et des songes et des rêves absolument vertigineux.

C’est extrêmement difficile de raconter ton livre, car il y a beaucoup d’histoires qui se mêlent, s’entrecroisent… et il faut que le lecteur découvre au fur et à mesure.

Il y a un côté un peu polar. Il y a des détails qui se recoupent, d’autres qui sont insinués et qui viennent confirmer plus tard un fait ou une action.

Il y a trois formes de narration.

Il y a le récit au présent de Cassandre qui vient de perdre son mari. On va rentrer dans le tourment que génère cette perte. Il y a la thématique du deuil, il y a aussi la question posée : comment acquérir sa liberté. Du jour au lendemain Cassandre va pouvoir faire ce qu’elle veut de sa vie. Il y a aussi les lettres de Lucien et à l’intérieur des lettres de Lucien, il y a le rendez-vous entre les deux frères à Nevers.

C’est un roman très dense. On peut s’y perdre parfois, mais on retrouve toujours son chemin.

Il est toujours à la frontière du factuel et du songe. Parfois, on ne sait plus trop où on est. Pour ce roman, je me suis inspiré de personnages réels à qui j’ai réinventé une vie, qui est d’ailleurs plus proche de ce qu’ils montrent dans la vie réelle. Je ne sais pas. C’est ça le miracle de l’écriture. Il y a aussi des personnages totalement fictifs. Quand j’ai écrit ce roman, moi-même, je ne savais plus si j’étais dans l’inspiration liée à des rencontres ou totalement dans le fictif et le romanesque. Tout cela est très subjectif.

Pardonne-moi de te dire ça, mais je trouve que tu écris encore mieux qu’avant. Il y a une beauté de corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandorl’écriture saisissante.

J’ai eu le bonheur de travailler avec Marie Desmeures d’Actes Sud. Elle a eu une vraie exigence littéraire sur le texte. Elle ne m’a rien laisser passer.

On se remet en question quand on écrit un nouveau roman ?

Chaque livre est le premier. Il n’y a pas d’acquis. C’est à chaque fois une nouvelle aventure, un nouveau défi.

Comment travailles-tu ?

Je fais un plan. J’ai l’idée de la construction de mon roman et de ce qu’il va s’y passer, mais très vite, au bout d’une semaine, le plan vole en éclat. C’est vraiment la musique de la langue qui va décider des choses. L’histoire se construit dans l’écriture et non pas l’inverse.

Il y a un personnage qui parle aux morts… mais ce n’est pas Cassandre, qui pourtant est haïtienne.

Plus que jamais, aujourd’hui, nous vivons dans une société où nous sommes étiquetés, alors qu’en fait, nous sommes tous multiples. Ça m’a amusé d’imaginer que ce soit Pierre, élevé à la campagne, qui parle aux morts. Je lutte à ma façon contre les aprioris.

Dans le personnage de Cassandre, il y a une faculté de résilience.

Oui, et une volonté de réenchanter le quotidien. C’est très symbolique du peuple d’Haïti qui a vécu des horreurs à répétition, qu’elles soient politiques ou naturelles.

Tous tes personnages se posent la question de savoir qui ils sont et d’où ils sont.

Chacun va se fourvoyer ou fantasmer par rapport à ça. Le trait commun à tous mes personnages c’est qu’ils ne sont pas forcément de là où ils sont nés, ils ne sont pas forcément de là où ils ont grandi, mais qu’ils sont toujours de là où ils ont aimé.

Dans ton livre, il est aussi largement question du mensonge.

Il y a la question du malentendu et la question du mensonge. Dans mon roman, c’est toujours un mensonge bienveillant. Les personnages mentent pour protéger l’autre, ce n’est jamais pour se protéger soi-même.

corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandor

C’est un beau roman d’amours. Au pluriel.

Lacan disait : « l’amour c’est donné ce qu’on n’a pas ». En tout cas, entre mes personnages, c’est de l’amour rugueux, mais profond et extrêmement tendre. Ce livre n’est pas qu’un roman sur l’amour, il est aussi sur le déracinement, la transmission, la filiation…

Et bien plus.

Et bien plus.

Tu ne résous pas tous les problèmes…

Je pose beaucoup de questions, mais j’apporte assez peu de réponses. J’aime laisser la place et la libre interprétation aux lecteurs.

De quoi va parler ton quatrième livre ?

Je suis sur l’histoire d’un vol d’une découverte scientifique. Je suis dedans à fond, parce que je travaille avec une vieille dame de 90 ans, qui est la dame à qui on a volé la découverte. Il y aura deux dimensions dans le roman. L’histoire à peu près vraie de cette dame et en parallèle, une histoire complètement fictive.

corinne royer,et leurs baisers au loin les suivent,interview,mandor

Après l'interview, le 12 janvier 2016. 

Les commentaires sont fermés.