Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Alexis HK : interview pour son spectacle Georges et moi | Page d'accueil | Selim (Joseph Chédid) : interview pour son album Maison Rock et l'album familial des Chédid »

03 janvier 2016

Chloé Lacan : interview pour Ménage à trois

chloé lacan,ménages à trois,interview

(Photo : Adeline Poulain)

Des compagnies théâtrales aux Femmes rebelles en passant par le quintette Crevette d'Acier, Chloé Lacan a pas mal roulé sa bosse avant de prendre son envol en solo. Cette artiste flirte avec une égale virtuosité du côté du jazz, du lyrique, des mélopées tziganes… tout en faisant voltiger les tabous. Gouailleuse, drôle, émouvante, dotée d'un timbre impressionnant, elle nous embarque illico dans son univers (lacanien?) qui vante pêle-mêle les douceurs des plaisirs solitaires, les bienfaits de la paresse ou la nostalgie du temps qui passe. Elle ne se la joue pas diva, Chloé Lacan. Modeste, presque discrète, elle réserve l’exubérance à son public. Elle fait sans doute partie de ceux que la scène transfigure. Elle est une comédienne pour qui la musique est un moyen d’exprimer toute une palette d’émotions. Elle a une formation de chanteuse et d’accordéoniste, mais elle reste proche du plaisir de comédienne pour interpréter les personnages qu’elle chante. La première fois que j’ai vu Chloé Lacan, c’était au Muzik’Elles de Meaux. Elle en était le coup de cœur en 2012. Ensuite, je l’avais interviewée pour la radio de ce Festival (voir photo bonus, en bas de cette chronique mandorienne).

J’ai reçu Chloé Lacan à l’agence le 20 octobre 2015 à l’occasion de la sortie de son album Ménage à trois.

chloé lacan,ménages à trois,interview

(Photo : Adeline Poulain)

chloé lacan,ménages à trois,interviewArgumentaire officielle du disque :

Comment mener une vie normale quand on a la délicatesse décadente, le désespoir hilarant, l’opéra déjanté et l’accordéon érotique ?

Après 9 ans de Crevette d’Acier et 4 ans de Plaisirs Solitaires, son spectacle solo, Chloé Lacan revient avec un nouvel Opus, où elle s’entoure de 2 complices, multi-instrumentistes.

Un “Ménage à Trois”, qui sert à merveille la folie douce de cette Diva espiègle. Le trio est polymorphe et passe d’un instrument à l’autre, tissant des univers musicaux délicats et puissants  avec une complicité jubilatoire.

Chanter la mort en dansant, mêler le Blues et l’Opéra, susurrer du Chopin, hurler de rire pour faire la nique au temps… Chloé Lacan ne s’interdit rien. Sa plume est à fleur de peau, d’une poésie océanique ou trempée d’acide tendre. Elle a du frisson dans la voix et la scène chevillée au corps.

Laissez-vous embarquer dans cette tempête musicale, l’humour en bouée de sauvetage.

Chloé Lacan : Textes, musiques, Chant, Accordéon, ukulélé
Nicolas Cloche : Piano, percussions, Ukulélé, chœurs (La crevette d’Acier, Bleu Teckel, Gospel Project…)
Brice Perda : Saxhorn Basse, Flugabone, Glokenspiel, Chœurs (Le gros Tube, Oméga, Métismatic…)

Le 16 février 2016, Chloé Lacan et ses musiciens seront en concert à Bobino.

chloé lacan,ménages à trois,interview

chloé lacan,ménages à trois,interviewInterview :

Ta participation à La Crevette d’Acier, c’était ta toute première expérience musicale ?

En termes de chanson, j’ai vraiment commencé avec cette formation, en effet. Au départ, je viens du théâtre, et c’est au cours de mes études théâtrales que j’ai découvert l’accordéon. Ça a été un véritable choc. Un coup de foudre immédiat qui a orienté plein de choses après. J’ai commencé en accompagnant un conteur, Frédéric Naud, et j’ai rencontré des gens qui faisaient de la chanson sur un projet de cirque en Auvergne. Avec eux, nous avons monté La Crevette d’Acier. Très étonnamment, je me suis mise à faire de la chanson à ce moment-là et je me suis rendu compte que je voulais faire ça depuis l’enfance, sauf que ça ne s’était jamais formulé comme ça dans la tête.

Il me semble que tu envisages tes tours de chant comme un spectacle, non ?

J’ai eu envie de monter sur scène pour ça. Les gens qui m’ont donné envie de monter sur scène, c’était Lisa Minnelli, Gene Kelly, des gens comme ça. Sur mon tour de chant actuel, il y a des choses qui sont moins scéniques, moins joués, parce qu’aujourd’hui, j’assume un peu plus la simplicité et l’émotion au premier degré. La Crevette d’Acier était hyper théâtralisé, mes tours de chant le sont moins, mais je sens la comédienne qui est en moi toujours active.

Bande annonce du nouveau spectacle de Chloé Lacan : "Ménage à Trois" avec Brice Perda et Nicolas Cloche.

Quand tu commences une chanson, tu penses à ce qu’elle va donner sur scène ?

C’est primordial et je ne fais jamais autrement.

La Chloé Lacan qui est sur scène est-elle la même que celle de la vie de tous les jours ?

Il y a plein de petits moments où elle est la même. Je pense qu’elle a juste besoin d’un petit costume pour avoir la force de monter sur scène. J’avais aussi besoin de ma gouaille que je n’ai pas forcément dans la vie. Au départ, monter sur scène a été quelque chose de violent, surtout quand j’ai commencé à chanter en solo pour Plaisirs solitaires. Avec les années et avec la confiance, je laisse sortir de plus en plus de choses de moi, en toute simplicité. Mais, globalement, je monte sur scène pour exprimer des choses que je ne peux pas exprimer dans la vie. Ce qui m’intéresse, c’est d’aller pousser plus loin que ce que l’on pousse tous les jours.

Clip officiel de "La pêche au bonheur".

C’était un besoin de te rassurer d’être à plusieurs, de ne pas être la seule tête d’affiche ?

A cette époque-là, je n’ai pas pensé mon travail en termes de tête d’affiche ou de carrière personnelle, parce que je venais du théâtre et d’un travail de troupe. Travailler en troupe, c’est une grande richesse. Il y a une complémentarité entre tous. Je me suis beaucoup nourrie des uns et des autres et j’ai beaucoup appris pendant ces années-là.

Puisque l’on évoque le travail en groupe, en voici un autre, le collectif « Femmes à bretelles ».chloé lacan,ménages à trois,interview

C’est parti d’une commande du théâtre de la ville de Bezons qui voulait un spectacle autour de l’accordéon et autour de la femme pour la Journée de la Femme du 8 mars 2006. Alice Noureux, des Blérots de R.A.V.E.L, m’a proposé de participer à cette aventure. Nous devions le jouer une fois et comme il a intéressé un public large et motivé, on le joue encore aujourd’hui deux ou trois fois par an. On a beaucoup de plaisir de se retrouver. Ça nous sort de nos projets personnels. Ce sont des moments précieux.

On apprend des autres aussi, je suppose.

On apprend même beaucoup. Dans La Crevette d’Acier, nous étions très centrés sur nous et on allait difficilement rencontrer les autres. Vers la fin de cette formation, nous nous sommes un peu plus ouverts. En solo, j’ai eu le plaisir d’être invitée souvent. J’étais toute seule, je pouvais m’intégrer plus facilement à une soirée musicale par-ci par-là. J’adorais ça parce que toute seule, je pouvais très vite tourner en rond, très vite m’assécher. Faire un saut dans Les femmes à bretelles, dans La mariée était en fuite, c’est très constructif.

chloé lacan,ménages à trois,interviewNous n’avons pas encore parlé de La mariée était en fuite.

J’étais à l’initiative de ce projet-là avec des vidéastes. Parce que l’on voulait monter des petits modules vidéos, on a déliré sur une mariée qui s’enfuyait, du coup, on a fait des duos parce que ça me faisait plaisir de partager des chansons racontant cela avec d’autres artistes comme Jeanne Cherhal, Jerem, Fred Joiselle, Nery et bien d’autres. Très vite est née l’envie d’en faire un spectacle. Ça va peut-être se rejouer en 2016.

Tu n’arrêtes jamais. Tu es toujours dans différents projets, toujours en mouvement.

Chacun à sa propre difficulté à s’arrêter. Nous sommes dans une époque qui impose le fait d’ y arriver vite et jeune. Je suis montée sur scène avec mes chansons à l’âge de 35 ans. De toute manière, je ne l’aurais pas fait avant. J’avais besoin d’avoir tout ce parcours, d’enchaîner les projets. J’ai toujours ressenti le besoin d’aller chercher de la richesse ailleurs.

Ménage à trois. Les acoustiques#1 : "Va".

Je te reçois pour ton nouvel album Ménage à trois.

Suite au Plaisirs solitaires, après quatre années de tournée, j’ai eu envie de collaborer avec des musiciens. J’avais déjà travaillé avec Nicolas Cloche, multi-instrumentiste, dans La Crevette d’Acier et je savais que je voulais recommencer. Je voulais des musiciens qui acceptent de casser ce que l’on fait d’habitude sur scène, c’est-à-dire chanter a cappella, faire des percus corporelles, et soudain, envoyer à fond la musique. C’est Nicolas qui a eu l’idée du cuivre et c’est donc Brice Perda qui nous a rejoints. Ce sont mes chansons, musiques et textes, et eux ont proposé les arrangements.

C’est un album varié.

Je pense que j’ai une peur terrible de m’enfermer dans une seule couleur. Ça doit partir d’une peur de m’ennuyer, donc, j’ai tendance à tout casser. Sur un disque, ça peut être perturbant au début parce que ça suppose de passer d’un univers à l’autre. Il n’y a pas un choix de couleur au départ.

Ménage à trois, acoustique#2, "Porto Fino". 

Le spectacle a-t-il été créé avant le disque ?

Je n’arrive pas à me projeter d’abord en disque et après sur scène. J’ai besoin que mes chansons vivent, évoluent avant de les enregistrer en studio. D’ailleurs, elles ont beaucoup bougé depuis leur origine.  

Ce que j’aime dans tes chansons, c’est qu’elles sont subversives et loin d’être lisses, mine de rien.

Je parle souvent de Liza Minnelli parce qu’elle est à la fois sublime et pas lisse. Elle est trash, très sexuée, alcoolique, elle déborde, elle dérange… elle me fascine pour ça aussi. Je pense la même chose de Nina Hagen. Je suis très loin de ces caractères-là, mais heureusement que ces artistes existent. Ils nous montrent le monde en donnant des coups dans le mur. En général, dans la vie, la société, on est dans une recherche d’uniformisation qui me terrifie.

chloé lacan,ménages à trois,interview

(Photo : Adeline Poulain)

Cette uniformisation, le consensuel qui règne de nos jours, tu le vois beaucoup autour de toi ?

Je ne le vois pas partout. D'ailleurs, je n’ai plus la télé, donc je me suis coupée d’une grosse partie de ça.

Par rapport à ton métier, te sens tu bien dans cette époque ?

Je me sens juste un peu décalée parce que mon choix musical est très acoustique. Je suis dans le spectacle vivant à fond. Le moment où je me sens le mieux, c’est quand je monte sur une scène pour chanter, quand je finis en acoustique au milieu des gens. Je cherche à être en contact direct avec le public. Je crois qu’il est aussi en attente de ça.  Je ne pense pas que j’aurais été mieux à l’âge de pierre ou au XVIII e siècle.

chloé lacan,ménages à trois,interview

(Photo : Adeline Poulain)

Je pose ma question différemment. Est-ce facile d’être une artiste comme toi en 2015 ?

Je ne pense pas que ce soit facile, mais je crois qu’aucun métier n’est facile de nos jours. De toute façon, va-t-on vers un métier parce qu’il est facile ? Je ne crois pas. J’ai eu la chance d’aller vers ce métier et m’y tenir parce qu’il me faisait évoluer, parce qu’il m’apprenait sur moi-même et sur les autres et que c’était une passion.

Tu n’as pas choisi la même direction musicale que les gens que tu admirais et qui t’ont façonné, les gens de la comédie musicales américaines avec en tête de lice Liza Minnelli, Ella Fitzgerald et Billie Holiday.

Le moyen de contourner le fait que la barre soit haute, c’est de ne pas suivre les traces des artistes que j’idolâtre. Je ne me suis jamais dit que j’allais devenir chanteuse de jazz. Le fait de mettre un accordéon sur moi m’a permis de m’éloigner de cet univers. Ce sont les Bratsch qui m’ont envie de faire de l’accordéon, mais je n’ai pas fait de la musique tzigane pour autant. Je suis allée trouver ma particularité, sinon, j’allais être écrasée par mes maîtres toutes ma vie.

chloé lacan,ménages à trois,interview

Pendant l'interview...

Te rends-tu compte que tu commences à compter dans la scène française ?

Je ne me rends pas compte parce que les gens ne me le disent pas et c’est sans doute pas plus mal. J’ai juste vu qu’on avait écrit des beaux articles sur ce que je faisais. Si j’avais l’impression d’arriver quelque part, peut-être que ce serait le début de la fin.

Tu aimes qui dans les artistes de ta génération?

Sarah Olivier, je l’aime beaucoup et on a fait pas mal de trucs ensemble. Elle est mille fois plus barrée que moi. J’aime aussi Presque Oui et Loïc Lantoine. Camille et Lhasa, c’était des grandes claques quand je suis allée les voir. Sur un projet qui s’appelle L’Ultra Bal, j’ai pu rencontrer Zaza Fournier, Karimouche, Flavia Coelho, Fixi, Alexis HK, Alexandra Gatica… Ce sont des gens dont j’apprécie beaucoup le travail, le parcours et le questionnement. J’en ai oublié car la liste est longue.

chloé lacan,ménages à trois,interview

Anne Sylvestre, avec laquelle tu as déjà partagé des scènes, chante « Les gens qui doutent ». Tu en fais partie ?

Oui et le doute peut générer des angoisses qui peuvent me freiner. Après coup, je me suis rendu compte que le doute à fait partie de l’exigence.

Pourquoi vas-tu voir un artiste sur scène ?

Je viens voir un petit supplément d’âme et la larme qui va me faire sentir vivante. C’est énorme. Nous, les artistes, on fait ce métier pour ça.

chloé lacan,ménages à trois,interview

Après l'interview, le 20 octobre 2015.

Petit Bonus :

Comme je le disais en préambule, j’ai rencontré Chloé Lacan le 22 septembre 2012 aux Muzik’Elles de Meaux. Je coanimais la radio de ce festival. Voici quelques clichés de l'interview…

chloé lacan,ménages à trois,interview

chloé lacan,ménages à trois,interview

chloé lacan,ménages à trois,interview

chloé lacan,ménages à trois,interview

Les commentaires sont fermés.