Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2015-11 | Page d'accueil | 2016-01 »

15 décembre 2015

Fréro Delavega : interview pour Des ombres et des lumières

LM72 - P01 - COUV.jpg

Pour le Magazine des Espaces Culturels Leclerc, j'ai rencontré les Fréro Delavega, à l'occasion de la sortie de leur second album, Des ombres et des lumières. La rencontre s'est tenue dans une salle de réunion de leur maison de disque, Universal Music France. Pas de version longue. Merci d'être passé.

fréro delavega,jérémy frérot,florian garcia,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

fréro delavega,jérémy frérot,florian garcia,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

Clip officiel de "Ton visage", extrait de l'album Des ombres et des lumières.

fréro delavega,jérémy frérot,florian garcia,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

"Le cœur éléphant" (vidéo alternative), extrait de l'album Des ombres et des lumières.

fréro delavega,jérémy frérot,florian garcia,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

fréro delavega,jérémy frérot,florian garcia,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

Après l'interview, le 12 octobre 2015.

fréro delavega,jérémy frérot,florian garcia,interview,mandor,le magazine des espaces culturels leclerc

12 décembre 2015

Christine and the Queens : interview pour la rééedition de Chaleur Humaine

christine and the queens,chaleur humaine,réédition,interview,mandor

christine and the queens,chaleur humaine,réédition,interview,mandorDepuis trois ans, Christine and the Queens ne cesse d'intriguer, autant pour son univers interlope que pour sa gestuelle à la Michael Jackson. Elle fusionne avec aisance, tantôt en français, tantôt en anglais, la new wave des années 80, les textures d’une électro légère, de la pop et de la chanson. Une réédition de Chaleur Humaine vient de sortir (le 6 novembre dernier). Un collector qui comprend les deux titres US « No Harm Is Done » et « Jonathan » (en duo avec Perfume Genius), un réarrangement de « Safe and Holy » et les rares « Intranquillité » et « Amazoniaque » que l’on trouvait sur ses premiers EP. En bonus, un DVD de Christine and The Queens en concert au Zénith. L’occasion était belle de la rencontrer. A la base, c’était pour le site de la Fnac et pour le journal Contact de la Fnac, mais Mandor n’a pas pu s’empêcher de vous présenter la version longue de cette interview réalisée dans les loges du Grand Journal (dont elle était l’invitée « musique ») le 29 septembre dernier.

christine and the queens,chaleur humaine,réédition,interview,mandor

christine and the queens,chaleur humaine,réédition,interview,mandorInterview :

Avez-vous le temps de réaliser ce que vous vivez ?

Quand il se passe beaucoup de choses pour quelqu’un et qu’il n’y a aucune interruption, on est dans un espace-temps particulier. Je suis encore dans cette réalité-là, puisque je suis en pleine tournée. Une tournée, c’est très concret, très codifié, très ritualisé. Je me rends compte de ce qu’il se passe parce que les salles sont de plus en plus grandes et de plus en plus remplies. Je sens bien que le projet a pris de l’ampleur depuis un an. Je reste tout le temps dans une logique de travail, donc je ne suis pas en train de m’assoir en ressassant ce qui est en train de m’arriver. Je suis emportée par ce qu’il m’arrive, ça me permet de ne pas trop me poser de question. Je suis une performeuse et cela demande beaucoup de travail au quotidien.

Clip officiel de "Saint Claude".

Clip officiel de "Christine".

Que représente la scène pour vous ?

C’est l’espace où je me sens présente, disponible et généreuse et où j’essaie de donner quelque chose. La scène, c’est aussi la fatigue, des questionnements… et le syndrome de l’imposture.

Ah bon ! Vous avez le syndrome de l’imposture ?

Ce syndrome ne s’arrête pas avec le succès, ça peut même s’aggraver. C’est une façon de douter et le doute peut-être bénéfique aussi. J’ai toujours beaucoup douté, ça fait partie de ma démarche. Quand je réfléchis à une chanson ou à une vidéo, je la remets beaucoup en question. Volontairement, je me fais l’avocat du diable. Mais le doute ne me paralyse pas, c’est ce qui me pousse à vouloir progresser. Très humblement, j’ai quand même commencé à chanter il y a cinq ans. Ça parait long et en même temps, c’est très peu. Je vois tous les jours les progrès que j’ai à faire. Je trouve très beau ce qu’il m’arrive maintenant, mais j’espère que cela va durer pour que je puisse avancer encore et prouver que je suis capable de beaucoup d’autres choses.

Vous restez lucide.

Oui, mais ça va, on en est pas encore dans des débauches de célébrités non plus. Je ne suis pas suivi par les paparazzis, par exemple.

Clip officiel de "No Harm Is Done" feat. Tunji Ige.

Avec le succès international du projet Christine and The Queens, avez-vous toujours le contrôle de la situation ?

Je contrôle le projet artistique, c’est à dire les vidéos, le spectacle, les chansons et les performances. Je suis un control freak. Par contre, ce qui est impossible à contrôler, c’est l’impression que l’on donne, l’amour ou la haine que nous pouvons recevoir. Tout cela nous échappe. Ce qu’il faut, c’est contrôler la source de ce que l’on propose. Au début, j’étais une jeune fille, j’ai dû beaucoup me justifier d’avoir écrit mes chansons, de vouloir faire mes vidéos moi-même. Pour une jeune fille, ce n’est surement pas très naturelle d’être patronne. C’est dommage, on devrait faire confiance aux jeunes filles avant que le succès n’arrive. C’était ma petite parenthèse féministe…

En Somme, plus on a du succès, plus on fait ce que l’on veut.

Oui. En tout cas, plus on a du succès, plus on nous donne les moyens de faire ce que l’on veut. Après, c’est à toi de savoir ce que tu veux faire de ces moyens-là.

christine and the queens,chaleur humaine,réédition,interview,mandor

(Photo : David Heang pour Soul Kitchen)

Vous utilisez la langue française comme une matière sonore. Toute la difficulté est de trouver le juste équilibre entre le sens et le son ?

C’est tout à fait la difficulté d’une chanson. Le texte doit impérativement avoir du sens et du son, comme vous dites. Je redirai cette formule… avec votre copyright (sourire). Ce qui différencie une conversation d’une chanson, c’est que la conversation peut avoir juste du sens, la chanson, elle, doit aussi sonner. Comme la langue française est assez parlée, discursive, un peu plate, on a tendance à dire qu’elle est impossible à travailler en tant que matière sonore. Je pense que c’est une gageure enthousiasmante d’essayer de la faire sonner comme un instrument. Pour ça, j’écoute beaucoup de hip hop américain. Le phrasé hip hop rebondit beaucoup et c’est faussement « pas mélodieux ». C’est très rythmique. Je suis une grande fan de Kendrick Lamar. J’ai écrit Saint Claude après avoir beaucoup, beaucoup écouté Kendrick Lamar.

Clip officiel de "Jonathan" en duo avec Perfume Genius.

On vous aime pour, au choix : la musique, les textes, le personnage, la danse, l’esthétique, le langage… il y a finalement beaucoup de portes possibles pour rentrer dans votre œuvre et pour aimer votre univers. Un artiste de 2015 se doit d’offrir toutes ses possibilités de compréhension ?

Avec notre époque très connectée, avide de contenus et de liens hypertextes, c’est pas mal d’avoir ces entrées-là. Cela dit, ce n’est pas indispensable, parce qu’il y a plein de façons d’être un artiste. Je pense à Adèle, qui pour moi est une artiste à chansons. Elle ne va pas travailler nécessairement son clip ou son personnage, parce qu’elle n’en a pas besoin. C’est une diva à l’ancienne. Et puis il y a des artistes comme Stromae qui sont dans un travail total. Je me sens plutôt de ce courant-là. J’ai du mal à cloisonner la chanson d’une vidéo et d’une danse. Je crée ainsi. Cette époque où il faut donner du contenu sans cesse peut être un danger. J’adore les clips, mais je n’en ai pas sorti tant que cela. J’ai envie que la qualité soit au rendez-vous à chaque fois.

Depuis deux ans, vous êtes sans cesse sollicitée, vous êtes toujours dans l’action. Votre métier est très physique, enfin votre façon de le pratiquer est très physique. Il y a très peu de jours « off », comment faites-vous pour continuer sans cesse au même rythme et sans défaillir ?

Même le concept de jour off est terminé pour moi (rires). C’est un métier d’athlète, c’est sûr. Je danse beaucoup et, plus ça va, moins j’ai envie de calmer ça. Au contraire. C’est un peu sordide de dire ça, mais j’ai une vie assez disciplinée. Plus je danse, plus je structure ma performance, plus j’ai l’impression de pouvoir donner des choses.

Clip officiel de "Paradis perdus".

Vous avez déclaré, « plus je travaille, moins j’ai de vie personnelle, plus je suis heureuse ». Etes-vous toujours d’accord avec cette affirmation qui date d’il y a un an ?

(Taquine) Vous me voyez ce soir complètement épanouie et je n’ai aucune vie personnelle. Même avant de faire ce projet, j’étais quelqu’un qui rêvais beaucoup. Depuis toujours, j’ai préféré rêver ma vie que de la vivre. Mon film préféré est All That Jazz de Bob Fosse. Il raconte l’histoire d’un metteur en scène qui est incapable de vivre sa vie, mais qui passe son temps à mettre sa vie en scène. J’ai un mal fou à être dans le quotidien. C’est quand je m’arrête que ça ne va pas.

Est-ce un moyen de fuir le quotidien ?

Non, pas le fuir. Je suis dans une démarche ou je mets en scène mon quotidien, du coup, je suis épanouie de faire ce que je fais puisque c’est la même chose.

christine and the queens,chaleur humaine,réédition,interview,mandor

Pendant l'interview...

Vous proposez dans la réédition de votre disque une captation video du récent Zénith. C’est bien d’immortaliser un spectacle vivant qui par définition est censé être éphémère ?

Je suis d’accord avec vous. L’idée de figer un concert me faisait un peu peur. Après, quand on travaille un spectacle comme ça, qu’il a beaucoup tourné, qui s’est peaufiné et qui ressemble vraiment à quelque chose dont on est fier, on a aussi envie d’avoir une trace de cela. C’est aussi une trace pour ceux qui n’ont pas pu venir et pour ceux qui auraient envie de le revoir.

Quand on sait qu’il y a des caméras pour une captation, ça change quelque chose ?

Ça ne m’a pas changé grand-chose parce qu’il y a 7000 personnes en face, ça compte beaucoup plus que la présence de caméras, vraiment. Chaque soir est un vrai défi. Quand je suis fan d’un artiste, j’attends beaucoup du live, donc j’ai pour moi cette même exigence.

christine and the queens,chaleur humaine,réédition,interview,mandor

Après l'interview le 29 septembre 2015.

09 décembre 2015

France Gall : interview pour la comédie musicale Résiste

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(®Matthieu de Martignac)

France Gall est enfin sortie de sa tanière alors qu’elle avait disparu de la vie publique et artistique depuis vingt ans. Malgré les coups du sort et les deuils, la muse de Michel Berger est toujours debout. Elle revient avec un hommage à l'homme de sa vie. En articulant sa première comédie musicale autour des chansons de Michel Berger, disparu en 1992, France Gall touche le public en plein cœur. La comédie musicale Résiste fait un triomphe au Palais des Sports de Paris. Le spectacle continue jusqu'au 3 janvier 2016, puis part en tournée en France jusqu'en mai 2016. Elle, habituellement juste interprète, prend donc désormais le contrôle créatif. Elle a coécrit le livret avant de superviser chaque étape avec un appétit et une exigence non feints. Et joie pour Mandor, elle ne rechigne plus à faire la causette avec des journalistes. Le 3 septembre 2015, pour un des journaux pour lequel je travaille, France Gall a répondu très gentiment à mes questions.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicaleArgumentaire officiel :

Une troupe de chanteurs, danseurs et comédiens entourée de musiciens vous conteront l’histoire inédite de la jeune Maggie autour des plus grandes tubes du couple mythique Gall & Berger – Musique, Ella, Elle l’aLa Groupie du PianisteSi Maman Si, Il jouait du Piano debout, Samba Mambo, Débranche… et d’un titre inédit encore jamais révélé !

Tous les soirs, c’est au Club Lola’s que les « Papillons de nuit » se réunissent pour chanter, danser et rire jusqu’au bout de la nuit.  La célèbre boite de nuit est tenue par Maggie, son père et sa sœur. Ce trio de choc travaille d’arrache-pied pour faire tourner l’entreprise familiale.  Mais la jolie Maggie n’attend-elle pas plus de la vie ? Aller au bout de ses rêves ? Découvrir le monde ? Vivre le grand amour ?

Entourée de Mandoline, sa sœur cadette, de Tennessee, d’Angelina la rebelle, des « Princes des villes » éternels séducteurs, de Mathis le pianiste romantique, Maggie est à la recherche du bonheur maintenant.

Un soir, un événement tragique va bouleverser leur vie. Face au drame, chacun va se positionner, s’assumer et oser sauter dans le vide pour enfin devenir soi- même et prouver qu’ils existent.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(®Matthieu de Martignac)

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicaleInterview :

Vous avez cette comédie musicale dans la tête depuis 10 ans.

J’avais envie de continuer à faire vivre la musique de Michel et j’avais épuisé toutes les ressources « banales » : sorties d’albums, l’intégrale, livres, émissions de télé… Après avoir fait tout ce qui était possible de faire, j’ai pu passer à autre chose. J’avais une envie forte d’élaborer des choses plus créatives. J’ai toujours eu peur de me lancer dans une comédie musicale parce que je n’ai jamais vraiment aimé cela. Mon ami Claude-Michel Schönberg m’a conseillé d’aller voir Mamma Mia à Londres. J’y suis allée et j’ai beaucoup aimé. J’ai été fascinée par le fait que les chansons du groupe Abba étaient mises en avant grâce à une histoire qui n’avait rien à voir avec la vie du groupe. Ça a été l’élément déclencheur qui m’a donné une furieuse envie de faire une comédie musicale originale.

A partir de là, il faut inventer une histoire… et c’est vous qui vous y êtes collée.

On m’a poussé à le faire, en même temps, personne ne connait mieux la musique de Michel que moi. Avec Bruck Dawit, on s’est dit qu’on allait essayer de le faire. Nous nous sommes vite rendus compte qu’en connaissant formidablement bien le répertoire, on pouvait écrire une histoire. C’est le départ qui a été difficile. On avait 400 chansons à notre disposition. Nous prenons lesquelles ? On en fait quoi ? Que va-t-on raconter ? Voilà les trois questions que nous nous sommes posées. On a cherché un lien qui pourrait unir le public et les chansons, ce durant plusieurs années. En remasterisant les vieux albums, on est tombé sur « La chanson de Maggie » et là, le déclic est arrivé. Le spectacle a d’ailleurs failli s’intituler Appelez-moi moi Maggie. On a fini par trouver que Résiste, c’était plus parlant, plus fort. On est parti de ce personnage qui nous donnait un décor formidable, puisqu’il travaille dans une boite de nuit. Après, il a fallu avoir un peu d’imagination pour inventer une vie à Maggie et créer les liens qui relient les chansons choisies. Depuis, le temps que je fais ce métier, je connais les règles, les lois de ce métier, pour faire un beau show. C’est ma force.

Bande annonce de Résiste.

A travers cette création d’écriture, il y a bien d’autres métiers artistiques qui viennent se greffer.

Oui, la danse par exemple. On a jamais vu des artistes s’exprimer comme ça sur scène. On a essayé d’être nouveau et au meilleur dans chaque domaine artistique.

Dans Résiste, il y a 27 chansons. Comment les avez-vous choisies ?

Ça a été très naturel et rapide. La manière d’écrire de Michel raconte toujours quelque chose, des personnages, des émotions. Notre personnage principal, Maggie, a perdu sa maman. C’est son père qui dirige la boite. Les situations font que l’on peut trouver des chansons qui correspondent à l’émotion de l’histoire que nous avons inventée. C’est un travail de deux ans d’écriture.

Il y a des chansons « obligatoires », des chansons que le public attend ?

Elles n’y seront pas toutes, mais il y a beaucoup de grand succès. Et je vous annonce qu’il y a un titre inédit de Michel, « Un dimanche au bord de l’eau ». C’est dans le spectacle un moment fort, émouvant et magnifique.

Clip de "Résiste" tiré de la comédie musicale Résiste.

Est-ce que c’était le travail le plus dur de votre vie ?

Ça a été très dur du côté des financiers et du côté de la production, mais de toute façon, ce n’est jamais simple quand on parle d’argent. Côté artistique, il n’y a eu aucun problème.

Pourquoi n’y a-t-il que des inconnus dans le casting ?

J’aime l’idée de faire découvrir des jeunes talents. Je vous assure qu’ils ne resteront pas inconnus très longtemps. J’ai voulu que pour les jeunes qui travaillent avec moi pour Résiste ce soit un tremplin. Je veux que ça leur serve à débuter leur vie professionnelle. Michel aimait faire découvrir des nouveaux à travers les spectacles qu’il montait. Dans le premier Starmania, il se trouve qu’il y avait Balavoine… on connait la suite.

Ça a été dur de trouver le bon casting ?

Oui. Léa Deleau, qui interprète notre héroïne Maggie, c’est la dernière que l’on a vu. Avant elle, nous étions dans une angoisse incroyable parce que nous n’avions personne qui correspondait.

Elle vous ressemble beaucoup.

Elle est blonde.

Oui, mais quand même, elle vous ressemble beaucoup quand vous aviez le même âge.

Grace à un travail de coaching, elle est rentrée dans mon personnage.

Clip de "Les accidents d'amour" tiré de la comédie musicale Résiste.

Avez-vous tout géré de A à Z ?

Pas du tout. On a vraiment un metteur en scène en or pour cette comédie musicale. Ladislas Chollat est un surdoué qui a compris immédiatement ce que je voulais. C’était nouveau pour lui. Il n’avait jamais mis en scène ce genre de spectacle, car il vient du théâtre. J’ai mis au peu mon nez dans la danse, mais la chorégraphe Marion Motin est extrêmement douée. Elle a vite saisi là où je voulais que l’on aille. J’aime ce qu’elle fait et ce qu’elle est, ce qu’elle défend comme mouvements et comme danse. 80% du show, c’est la danse et la mise en scène. Moi, j’ai apporté les chanteurs et les personnages. Je leur ai appris les codes qu’il faut avoir pour interpréter du Berger. J’ai fait en sorte qu’ils rentrent dans l’esprit de la musique de Michel et de mes chansons.

Quand vous voyez le spectacle, vous ressentez quoi ?

Quand la musique démarre, j’ai tellement de plaisir en moi. Ecouter ces chansons dans cette circonstance me fait un bien fou. La musique de Michel est celle que je préfère au monde, je l’ai toujours dit. D’entendre cette musique qui arrive sur une histoire qui touche les gens, ça me bouleverse. Mes personnages sont faits pour que tout le monde puisse se retrouver et pour donner des conseils. Michel donnait beaucoup de conseils à travers ses chansons. Je raconte l’histoire de quelqu’un qui n’est pas heureux et qui va vers le bonheur.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(© www.byboby.com)

Êtes-vous dans le spectacle ?

Je serai là tous les soirs parce que c’est moi qui raconte l’histoire à ma petite fille, à travers un film. Je suis là avant chaque tableau pour introduire un nouveau jour ou pour éclaircir une situation.

En regardant ces jeunes chanter les chansons de votre vie, ça ne vous a pas donné envie de refaire de la scène ?

Vous savez, j’ai toujours suivi Michel quand il faisait ses spectacles, sauf dans Starmania, parce que je jouais dedans. J’adorais regarder comment il construisait ses spectacles. Le voir faire La légende de Jimmy par exemple, me fascinait. Etre simple spectatrice pour moi était très rare et j’aimais ça. En ce moment, je suis très heureuse avec ce spectacle. Je ne vois pas ce qui pourrait assombrir ce moment de bonheur que je traverse et que je vais traverser dans les prochains mois.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

Ce spectacle est le challenge de votre vie.

Oui, même si j’en ai eu d’autres dans ma carrière. Quand j’ai fait Bercy toute seule, ça a été très difficile. Ce que je peux dire, c’est qu’il n’y a pas plus gros challenge que ce que j’ai fait avec Résiste. J’avais un beau-père, le professeur Hamburger, qui disait : « Créer, c’est affirmer qu’on existe. C’est anéantir le néant. »

De là-haut, vous sentez que Michel Berger observe tout ce que vous faites en ce moment ?

Bien sûr. Est-ce que ça l’intéresse là où il est aujourd’hui, je ne pense pas, mais en même temps, j’ai été aidée par lui toute ma vie de son vivant. Même après sa mort, j’ai senti cette force qu’il m’a donnée en partant.

Quand vous prenez des décisions, est-ce que vous vous dites encore « qu’est-ce qu’il aurait fait ou voulu lui ? ».

Je me suis beaucoup dit ça les premières années de sa disparition et après, j’ai appris par moi-même. Aujourd’hui, je suis sûre de moi. J’ai confiance dans mes choix et dans mes directions.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(Après l'interview, le 3 septembre 2015 ®Bruck Dawit)

07 décembre 2015

Rover : interview pour Let it Glow

rover,let it glow,interview,mandor

En 2012, j’avais titré ainsi ma première mandorisation de Rover : interview d’une future star mondiale. Je m’étais emporté, certes, même si je le pensais réellement. Aujourd’hui, l’homme a acquis une certaine notoriété, mais pour le moment, elle se contente d’être européenne (et ce n’est pas si mal). Dans ce deuxième album tour à tour éthéré, psychédélique ou bucolique, Let it Glow, sa voix extraordinaire et fascinante sert de fil rouge à ses nouvelles compositions. Avec elle, il fait moins d’effet. Je le regrette un peu, mais il s’en explique dans l’interview. Ce disque est plus riche et complexe que le précédent. J’ai mis plus de temps à rentrer dans son nouveau monde. Mais après plusieurs écoutes, cette œuvre a fini par m’envelopper, me transporter, pour ne plus me lâcher.

Le 30 septembre dernier, j’ai rencontré Rover dans un bureau de sa maison de disque, Cinq7.

rover,let it glow,interview,mandorArgumentaire officiel :

Rover a sorti en 2012 un premier disque, sorte de fulgurance électrique viscérale, drapée d'un velours rouge où il était possible de s'oublier. Rover a donné plus de 300 concerts depuis, a traversé les frontières, croisé les peuples, les âmes. Quand on le rencontre, on ne peut s'empêcher de voir une silhouette à la carrure colossale et aérienne.

Une voix d’ange qui résonne. Let It Glow, son deuxième disque oxymore, est gorgé de chansons cristallines ou rocailleuses, il parle de nouveau chapitre. Rover écrit la nuit, souvent, et enregistre sur bandes. Il a réalisé l'album lui-même, l'a enregistré dans un studio breton, Kerwax, avec des amplis aux lampes capricieuses, des instruments qui sonnent différemment selon la météo, l'heure de la journée... Analogique. “Choisir des instruments qui ont déjà vécu, c'est comme choisir une vieille voiture, c'est opter pour une non fiabilité, pour quelque chose qui peut avoir ses caprices. On sent qu'il y a des fantômes. Et pour celui qui est à l'écoute, ils peuvent devenir de vrais partenaires.” Un album qui a privilégié les accidents, l'instinct, le laisser-aller donc.

Let It Glow est un disque non pas de son époque mais pour son époque. C'est Bowie, Lennon et tous ceux qu'on voudra bien retrouver. Rover n'est pas un usurpateur. Et mérite mieux que des étiquettes paresseuses de toute façon. Et sa musique, très vite, écrase les facilités. Est-elle pop, est-elle rock? On ne sait pas et à vrai dire, on s'en moque.

rover,let it glow,interview,mandor

(Photo : Franck Morand)

rover,let it glow,interview,mandorInterview :

Depuis notre précédente rencontre en 2012, il s’est passé beaucoup de choses. Votre premier album a très bien marché et vous avez fait plus de 300 concerts en Europe. Trois ans plus tard, voici le deuxième disque. C’est le temps qu’il vous a fallu pour retrouver l’inspiration. Est-ce que l’inspiration est une lutte ?

C’est curieux, dès la première question, vous abordez le sujet même de ce disque. Est-ce que l’inspiration est une lutte ? Elle l’a été pendant longtemps. Pas au sens où je dois aller la chercher, la trouver ou même l’inventer. C’est un disque conçu dans le lâcher prise le plus total. Je ne voulais pas être dans le contrôle, ni dans la maitrise. Je ne voulais pas forcer certains angles ou forcer la main dans l’écriture en tout cas. Si ça ne venait pas, j’attendais. Let it Glow, ça veut dire ça : laissons les chansons briller par elles-mêmes, avec leurs défauts. Il y a quelque chose de l’ordre de l’évidence, plutôt que de la contrainte et du rapport conflictuel que l’on peut avoir avec l’écriture quand on écrit seul.

Est-ce de l’écriture automatique ? Si oui, il n’y a donc pas de réflexions intérieures de votre part ?

Je ne pense pas que l’écriture automatique implique qu’il n’y ait pas de réflexions intérieures. C’est une histoire de chronologie. La réflexion se fait en amont. Pour ma part, elle s’est construite lors des trois années précédentes, lors de cette longue tournée où j’étais sans cesse en déplacement, avec de nouvelles oreilles qui écoutaient chaque soir le fruit de notre travail. Trois ans, ça parait énorme pour quelqu’un qui attend un nouveau disque, mais durant cette période, il y a deux ans de tournée et une année d’écriture.

Comment avez-vous vécu votre notoriété soudaine ?

Mon rapport à l’ego est très étrange. Je suis passé de la chambre de bonne à une réelle exposition. Rover, c’est moi, il y a ma tête sur la pochette… c’est quelque chose qui peut être très violent. Après, on l’accepte ou on le vit mal, mais on fait comme on peut. Moi, ça m’a à la fois fasciné et intéressé. J’ai dû me faire violence, assumer certaine chose, d’un point de vue physique par exemple. J’ai dû aussi jauger ma capacité à enchainer les concerts, à retrouver la foi tous les soirs, à me motiver.

rover,let it glow,interview,mandor

(Photo : Franck Morand)

Votre voix a toujours provoqué en moi beaucoup d’émotions.

Je suis autodidacte. Jamais je n’ai conscience de ce que j’écris. Je ne sais pas lire les partitions, les portées. Je n’ai jamais appris à chanter. Je suis susceptible de faire des erreurs techniques qui abiment la voix. Mais, j’ai conscience que j’ai une voix, au moins originale. A aucun moment, je n’ai envie d’être dans la dextérité technique ou dans la démonstration. Ce que je vais dire va paraître prétentieux, mais je prends plaisir à m’écouter chanter et j’adore ma musique (rires). Sérieusement, je fais la musique que j’aimerais entendre.

Vous n’utilisez pas votre voix de la même façon. Vous jouez moins avec.

Dans le premier disque, je me présentais. Je montrais inconsciemment ce que j’étais capable de faire. Je suis moins dans la représentation aujourd’hui. La pochette de mon premier disque peut paraître prétentieuse, elle aussi, mais si on regarde bien, j’ai l’air apeuré, fragile. On voit que l’homme sur la photo n’est pas sûr de lui. Je disais de manière sous-jacente : « aimez-moi, je sais que j’ai ma place. » Avec le recul, la prétention, sur un premier disque, devient touchant, pur et naïf. Désormais, je pratique l’épure et ma musique en ressort grandi.

rover,let it glow,interview,mandor

(Photo : Claude Gassian)

Je vais vous poser une question très superficielle. Rover, je le vois toujours avec un blouson et des lunettes d’aviateur… Timothée Régnier aussi ?

Je suis habillé comme ça aussi quand je suis Timothée. Pour ne rien vous cacher, c’est aussi une raison technique. Les vêtements américains sont les seuls qui font ma taille et ce sont des vêtements de qualité. Je suis devenu allergique aux choses qui sont conçues pour ne pas durer. J’aime les objets qui peuvent durer quasiment une vie et dans lesquels on sent la passion. On a tendance à penser que c’est un luxe, mais non. Juste, je préfère un bon jean que cinq mauvais et le chérir. J’apporte beaucoup d’importance à la façon dont je me présente, à mon look et donc à mes vêtements. A 18 ans, je me suis beaucoup cherché, aujourd’hui, il me semble que je me suis trouvé. Ca me semble évident de m’habiller comme ça. Aller sur scène avec des vêtements que l’on aime, c’est respecter les gens, c’est respecter sa musique aussi. Je m’habille simplement, cela dit, parce que, comme en musique, je pense que c’est dans l’épure que l’on touche à la grâce.

Merci de me permettre une transition pour ma prochaine question. L’épure. C’est un mot qui me vient à l’esprit quand j’écoute ce deuxième album…

Jamais je n’ai voulu comparer le premier disque au deuxième, ni pendant l’écriture, ni pendant l’enregistrement, ni pendant les arrangements. Dans cet album, j’avais la volonté de suggérer les choses. Je ne voulais pas remplir les 24 pistes du magnéto à bandes. Je savais que l’on pouvait en laisser dix vides. J’ai appris qu’il n’était pas utile d’en faire trop parce que j’ai fini ma précédente tournée avec uniquement mon batteur. Nous sommes passés de cinq, à quatre, à trois puis à deux. J’ai épuisé tout le monde. A deux, je me suis rendu compte qu’on était à la fois plus puissant, plus percutant, plus fort, plus émouvant quand il y avait moins d’instruments. Avec une batterie et une guitare, il y avait de l’air partout. Je n’avais aucun manque d’autres instruments. C’est une vraie leçon pour moi.

"Along", teaser de l'album Let it Glow.

L’expérience de la scène, la confrontation avec le public presque chaque soir, permettent de se recentrer vers l’essentiel ?

C’est la rare nourriture première que l’on peut trouver. On passe trois ans sur la route et on rencontre le public. Ce sont des émotions très fortes et l’atterrissage peut être violent, mais forcément, on en garde quelque chose.

Le fait d’avoir fait un premier disque encensé complique le passage au suivant ?

Ça a été une vraie joie de voir la vie de ce disque, mais il y a effectivement un vrai poids après. Il a fallu que je fasse le deuil de cet album et faire en sorte que, dans ma tête, il n’existe plus. En musique, il ne faut pas s’embourgeoiser.

Pourquoi ne feriez-vous pas un disque avec peu d’instruments ?

Mon fantasme est d’enregistrer un album avec juste trois instruments. Ceux qui y parviennent sont de grands sages à mes yeux. Je pense que moins il y a d’instruments, moins un morceau vieillit.

Vos deux disques sont pourtant intemporels. On n’a pas l’impression d’être en 2015.

Pour être très honnête avec vous, je pense la même chose (rires). Ce disque devrait s’inscrire dans la durée. C’est en tout cas ce que je lui souhaite.

Clip de "Call My Name" (premier single tiré de l'album Let it Glow).

Pourquoi aime-t-on un artiste ?

On aime un artiste pour cinq secondes dans un disque dans toute sa carrière. Ce sont cinq secondes aliénantes, cinq secondes qui nous hantent. Les compositeurs courent toujours derrière une chanson. Ils ne savent pas réellement laquelle. Moi, j’ai trouvé, mais j’ai cherché longtemps pour le savoir. Je tourne autour de cette chanson que j’ai entendue quand j’avais huit ans pour essayer d’accéder à la même émotion.

(Rover refusera de me donner le titre de cette chanson).

Est-ce emmerdant de parler de son œuvre ?

Artistiquement, il y a rien de pire même. Moi, je fais des disques pour éviter de dire dans la vie ce que je chante. Je ne suis ni poète, ni écrivain et je suis très maladroit pour dire les choses dans la vie. Ce que l’on fait là, ce n’est pas pareil. Nous discutons et on ne se focalise pas sur ce que j’ai voulu exprimer dans telle ou telle chanson. Le fantasme, c’est que le disque dise tellement tout que le journaliste se fasse cette réflexion : « ça ne sert à rien de faire l’interview, finalement » (rires).

rover,let it glow,interview,mandor

Pendant l'interview...

Vivre sans créer, pour vous, est-ce possible ?

Non, parce que pour moi, c’est un médicament. Créer, c’est lutter contre ses angoisses. Faire un disque, ça calme l’ego, ça libère une forme de confiance en soi et ça permet de remettre les choses à plat. C’est plein de paradoxes d’écrire des chansons. C’est à la fois violent et confortable.

Quand vous êtes sur scène, vous êtes quasi en transe. Comment vous sentez-vous face à un public ?

Lors d’un concert, on est spectateur de soi-même et pas tant dans le pouvoir émotionnel. Si l’artiste a un pouvoir, je ne le maitrise pas encore. Etre sur une scène, c’est très étrange. On est en hauteur par rapport aux gens, on est le seul à prendre la parole, les gens ne peuvent s’exprimer à la fin de chaque chanson que pour un seul biais : applaudir ou non. Etre sur scène, c’est extraordinaire, jouissif même. C’est comme de la drogue. Je ne fais volontairement jamais le même concert, cela rend le métier très organique et l’émotion différente et surprenante tous les soirs.

Il faut laisser vivre les chansons à leur guise ?

Il faut les respecter, les laisser vivre, les laisser respirer. Il n’y a rien de pire qu’une chanson figée dans son arrangement. Tant qu’il y a une honnêteté dans l’interprétation, on peut faire ce que l’on veut d’une chanson.

rover,let it glow,interview,mandor

Le 30 septembre 2015, après l'interview.

rover,let it glow,interview,mandor

03 décembre 2015

Oxmo Puccino : interview pour La voix lactée

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

(Photo : Vincent Desailly)

Voix majeure du rap français en même temps que chanteur et chantre du métissage musical, Oxmo Puccino est l’un des artistes majeurs de la scène française. « Fils des cités comme des chansonniers, Oxmo Puccino milite pour un rap poétique, libéré des clichés et du culte de la réussite. » dixit Télérama. Dans son huitième album, La voix lactée, il fait l'éloge de la lenteur et du temps nécessaire à la réflexion, « une question de survie ». Oxmo Puccino est un observateur de son temps qui noue une relation fraternelle avec son public depuis 20 ans. Ce n’est pas la première fois que je le rencontre, mais c’est toujours agréable d’avoir des conversations qui te portent vers le haut. Le 28 septembre dernier, je l’ai interviewé dans les locaux de sa maison de disque Cinq7.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandorArgumentaire officiel :

2 disques d'or, 2 victoires de la Musique ont couronné un artiste hors norme, un observateur de son temps qui depuis 20 ans a noué une relation fraternelle avec son public.

Après une parenthèse enchantée Au Pays d'Alice aux côté de Ibrahim Maalouf, Oxmo Puccino revient avec La Voix Lactée un nouvel album coréalisé avec Renaud Letang (Feist, Liane La Havas, Gonzales...). Oxmo Puccino surprend à nouveau et revisite les codes du hip-hop. Il réussit le tour de force de renouveler son écriture, plus directe mais toujours emplie de poésie et d'humour. Tour à tour conteur, rappeur ou chanteur, l'icône du rap français n'a rien perdu de son flow et de sa plume aiguisée.

Synthèse parfaite d'un artiste ayant exploré différents horizons musicaux et revenant à ces premiers amours, on y retrouve la verve du Black Desperado, le côté obscur de l'agent spécial Jonxmoke, la puissance du Black Jack Brel.

Le résultat : un album lumineux et direct, évidemment musical, éternellement hip-hop. Entouré de ses musiciens magiciens, Oxmo Puccino nous partagera ces nouvelles mines de cristal et nous promet une tournée électrisante.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

(Photo : Vincent Desailly)

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandorInterview :

Ce qui est bien dans ce que vous faites, c’est que ce n’est jamais la même chose. Aucun album ne se ressemble.

Ce n’est pas facile de prendre un nouveau chemin à chaque fois. C’est même un risque, mais c’est ce qui permet de ne pas s’ennuyer et de reconnaitre les fervents.

Reconnaitre ceux qui suivent toutes les directions que vous prenez, c’est ça ?

Ce qu’il y a de commun à toutes les directions que je prends, c’est moi. Ma façon de voir les choses, mon point de vue sur les sociétés dans lesquels nous vivons. Donc, ceux qui sont fervents, la plupart du temps, sont ceux qui comprennent que mon travail est une démarche artistique globale.

Vous tissez votre toile d’araignée quoi !

Exactement. Parce que pour moi, tout est lié. Vous pouvez parler de confiture et comprendre le lien avec les insectes. Il suffit de trouver le beau cheminement. Je ne suis jamais en manque d’inspiration, car quand je ne trouve pas l’idée que je cherche dans un panier, je vais la chercher derrière moi… et souvent, je la trouve.

Est-ce que le public vous suit alors ?

J’ai des fans de base qui sont pour moi comme des amis. Non seulement ils me suivent, mais ils montent dans le bateau, indépendamment de ce que je vais proposer. Ils me pardonnent si le voyage ne leur a pas plu, mais ils attendent déjà le prochain départ.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

(Photo : Vincent Desailly)

Textuellement, il y a une certaine continuité, mais pas vraiment dans la musique.

Dans ce nouvel album, la musique est plus synthétique, plus froide, moins organique. Elle est moins fouillée en termes de composition. Elle est plus minimaliste.

Elle est moins fouillée en termes de composition ? Je trouve que c’est exactement le contraire. Ca fourmille d’idée dans tous les sens.

Sincèrement, vous avez peut-être raison. Je manque de recul pour pouvoir décrire la musique de ce disque de manière formelle et cohérente, parce que la peinture est encore trop fraîche. Il y a beaucoup de couches. Certains morceaux comme « Ton rêve », c’est comme une sorte de transe. On se laisse porter par un rythme qui tourne, sans trop de perturbations, mais c’est très riche et dense. Sur mes trois derniers albums, en termes de composition, c’était beaucoup plus fouillé, en termes d’évolution harmoniques aussi d’ailleurs. Là, on a utilisé des boites à rythmes, il y a beaucoup plus de synthétiseurs. Utiliser des synthétiseurs donne un côté « électronique » qui est moins chaleureux qu’une guitare ou qu’un piano.

C’est l’effet Renaud Letang ?

C’est l’effet Renaud Letang/Oxmo Puccino. Nous avons beaucoup travaillé ensemble. Vous savez, j’ai une certaine vision d’un objectif à atteindre. Mais sur le chemin, je peux me rendre compte que je suis en train de me tromper. C’est accepter mes erreurs qui me permet d’évoluer. Un jour, je suis venu voir Renaud sans l’envie de rentrer en studio. Mais au fur et à mesure des discussions et des choses qu’il me faisait écouter, cela m’a provoqué une sorte d’impact. Et très vite, je me suis rendu compte que l’on avait de quoi faire un album qui ne correspondait pas à ce qui avait déjà été fait… et qui était solide. J’ai donc emmené des maquettes qui sonnaient bossa nova, latino, brésilien, colombien et lui s’est chargé de remettre tout ça à l’heure d’aujourd’hui, sans perdre l’émotion que j’avais dans mes maquettes. On a fini l’album comme on l’a voulu, comme on l’a senti.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

(Photo : Vincent Desailly)

Il y a plein de thèmes différents qui peuvent être légers ou graves. Parlez-vous de vous dans vos chansons ?

Je ne suis pas toujours dans les situations que je décris, je m’inspire aussi de ce qu’il se passe dans la vie de mes amis et autour des gens que je fréquente. On pense qu’on est seul au monde à vivre quelque chose, mais d’autres personnes vivent les mêmes faits, même s’ils n’en parlent pas. On peut partager et réduire une souffrance, juste en l’évoquant. Je parle de sujets pas toujours très drôles, mais en tentant de trouver leur penchant positif. Je rentre par une petite porte afin de découvrir quelque chose d’important et d’essentiel.

Une chanson comme « Un week-end sur deux », je me suis demandé si vous l’aviez vécu.

La vie de famille est quelque chose qui est très difficile à maintenir. On est tous les jours au bord d’une faille. Ça fait partie de la vie et forcément, je me suis mis dans le cas de figure où je devrais élever ma fille à distance. J’ai des amis qui ont vécu ça pleinement. J’ai la chance d’avoir assez d’empathie pour me mettre à leur place. Je ne suis pas dans le déni. La question que je me suis posé dans ce titre, c’est : si cela m’arrivait, qu’est-ce qu’il se passerait, comment j’agirais ?

J’adore la façon que vous avez d’interpréter la chanson « Cheval sur ».

C’est le morceau va-t-en-guerre de l’album, en même temps, c’est une démonstration technique de ce qu’est le rap. Dans ce morceau, je suis à cheval sur l’impossible et si on ajoute l’accent circonflexe sur le u, ça devient « A cheval sûr ». Ça veut dire que la manière dont on veut avancer dépend énormément de qui on s’entoure. Il faut toujours prêter attention aux anciens, à ceux qui ont l’expérience, parce qu’ils en sauront toujours plus que vous. Avec l’évolution de la technologie aujourd’hui, quelque chose s’est brisée : le sens de la transmission. Je trouve ça dommage parce que je pense qu’on a toujours besoin d’un mentor pour avancer.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

(Photo : Vincent Desailly)

Dans ce disque, vous parlez beaucoup aux jeunes.

Si on ne fait pas attention à qui on se confie, on finit par être le dindon de la farce. Ce que je remarque dans la nouvelle génération, c’est que pratiquement personne ne retient les leçons des erreurs des ainés. C’est dommage. C’est comme si nous nous étions trompés pour rien.

Il faut pourtant se tromper pour avancer.

Oui, mais on peut limiter les erreurs. Il y a des dégâts qui sont irréparables, ensuite, il faut se les coltiner toute sa vie. Un mentor peut vous éviter cela. Moi, j’ai eu des mentors qui m’ont permis d’éviter beaucoup de choses. Je pense à un de mes premiers managers, Rick vlavo, à celle qui a dirigé pendant douze ans le label musical Delabel, Laurence Touitou et à ma manageuse actuelle, Nicole Schluss. Ils étaient là pour me prévenir des dangers de certains passages de vie.

J’ai l’impression que dans le métier, vous avez désormais une stature de « sage ».

J’ai toujours essayé d’aller dans l’arrangement. Et avec le temps, le ton se fait plus doux.

Vous sentez-vous appréciez de la jeune génération ?

Dans le milieu du rap, les fans ne voient que les artistes qu’ils apprécient et tous les autres n’existent pas. Pour un fan de Youssoupha, de Maître Gims ou d’Abd al Malik, je peux ne rien représenter. Ma position restera toujours incertaine, j’en suis conscient. Rien n’est acquis à vie. Mais j’aime bien ma position un peu à part. Vraiment.

Vous faites attention à ce que l’on dit de vous ?

Non. Je dis toujours que ce que l’on dit de moi est vrai. Il n’y pas de fumée sans feu et tous les malentendus sont possibles. Même si ça ne correspond pas, c’est juste une part de vérité qui a été mal traduite.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

(Photo : Vincent Desailly)

Être connu et reconnu, vous en pensez quoi ?

C’est étrange que la notoriété soit prise comme un caractère de la réussite. C’est étrange également que l’on puisse penser qu’être célèbre, c’est d’avoir réussi. Dans certaines chansons, j’essaie d’apporter une certaine vision sur cette notion qui est totalement incomprise des deux côtés. C’est-à-dire par les personnes qui se font tout un monde de la célébrité et par ceux qui la vivent. Personne n’y comprend rien. La célébrité est un accident et je trouve que ceux qui la cherchent c’est parce qu’ils ont un manque d’affection mal placé.

Vous aimez la célébrité ?

Pas du tout, mais je m’en arrange. Je suis quelqu’un de très discret, je sors peu. Je ne fais rien pour que l’on me reconnaisse.

Pour être artiste, il faut quand même avoir un peu d’ego en soi, non ?

Non. Il faut avoir un amour propre pour pouvoir suivre sa passion en toute intégrité et pour créer quelque chose qui lui ressemble… en suivant sa voie intérieure, bien sûr.

Clip de "Une chance", premier single tiré de l'album La voix lactée.

Le premier single de ce disque est « Une chance ». C’est un message pour dire aux gens de la saisir quand elle se présente ?

Je veux dire : ce qu’il vous arrive de mal est peut-être la conséquence d’avoir manqué la chance. C’est un appel à regarder sur soi et autour de soi. Un appel à faire attention à toutes ces occasions que vous avez manqué et à la prochaine qui pourrait changer votre vie. Il ne faut pas se plaindre de ce que l’on a laissé passer et il ne faut pas mettre cela sur le compte de la malchance.

Avez-vous le temps d’avoir du recul entre deux albums ?

A peine arrivé à la fin d’un projet, je pense déjà aux deux suivants. Je suis dans une machine à laver en permanence, entre le séchage et le lavage. Alors, effectivement, j’ai un peu de mal à prendre du recul et ma vie est dans le chamboulement total.

Vous menez une vie de créativité constante.

Je ne cesse jamais de créer. J’ai trop de sources d’inspiration pour me permettre de m’arrêter. C’est là qu’à la fois je prends énormément de plaisir, que je me repose et que j’ai l’impression de changer le monde. J’échange beaucoup d’idées avec d’autres chercheurs en bien-être.

« Chercheurs en bien-être ». Quelle jolie expression ! C’est ça un artiste ?

Non. Pour moi un artiste révèle la beauté de la nature qui pourrait être invisible à l’œil nu. La musique, ce n’est rien que des chants d’oiseaux ou du bruissement du vent dans une forêt de bambous qui a été harmonisé pour être accessible à tous. Le chercheur de bien-être, c’est celui qui destine cette traduction de manière consciente, c’est celui qui crée pour apporter du bien à son prochain.

Clip de "Slow Life", deuxième single tiré de l'album La voix lactée.

On s’habitue à la sortie d’un nouvel album ou c’est un éternel recommencement ?

A chaque fois, c’est un redémarrage. Le savoir ne change rien à l’affaire. C’est toujours des questionnements et puis, ça arrive toujours à une étape de notre vie qui est nouvelle. On se demande si le discours, la cohérence, l’époque dans laquelle ce disque ce situe est dans le bon timing. Suis-je décalé, dans les temps, en avance, à l’heure ?

J’ai l’impression que ce disque a été aussi pensé pour la scène, non ?

Avec cet album, j’ai vraiment hâte de retourner sur scène. Ça va être plus simple en apparence. Depuis des années j’intègre du jeu, de l’interaction avec le public, il y a un côté théâtral, des directions musicales, une scénographie. Je compte changer tout cela dans la prochaine tournée liée à ce disque. Ce nouvel album est dans l’énergie. Il est plus rythmé, plus relevé, plus rapide. Les refrains sont plus accrocheurs, plus fédérateurs… On va s’éclater.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

Pendant l'interview...

Est-ce que l’on peut dire que La voix lactée est votre album le plus « populaire ».

Je ne sais pas parce que je ne connais pas les critères de ce que nous pouvons qualifier de « populaire ». Ce que je sais, c’est qu’il y a moins de mélancolie et plus de joie. J’ai une amie très proche qui m’a dit que c’était l’album d’un homme heureux. C’est la première fois que l’on me suggère cette idée-là. Elle a sûrement raison. Je trouve que je suis heureux. Je l’ai voulu, envers et contre tout.

Le chemin pour parvenir à une certaine sérénité et à un certain bonheur est long ?

Il est long et tortueux. Il ne passe pas par où on l’a prévu... Ca révèle toute la beauté d’un parcours.

Vous êtes fier de ce disque ?

Extrêmement.

Cela vous est-il arrivé de ne pas être fier d’un disque ?

Non, parce qu’à chaque fois, j’y ai mis de mon mieux. Lorsqu’il y a des lacunes, j’en suis conscient. Mais j’ai toujours des ambitions qui dépassent ce que je peux faire. Il faut viser la lune pour toucher le ciel (rires).

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor

Après l'interview, le 28 septembre 2015.

oxmo puccino,la voix lactée,interview,mandor