Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rover : interview pour Let it Glow | Page d'accueil | Christine and the Queens : interview pour la rééedition de Chaleur Humaine »

09 décembre 2015

France Gall : interview pour la comédie musicale Résiste

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(®Matthieu de Martignac)

France Gall est enfin sortie de sa tanière alors qu’elle avait disparu de la vie publique et artistique depuis vingt ans. Malgré les coups du sort et les deuils, la muse de Michel Berger est toujours debout. Elle revient avec un hommage à l'homme de sa vie. En articulant sa première comédie musicale autour des chansons de Michel Berger, disparu en 1992, France Gall touche le public en plein cœur. La comédie musicale Résiste fait un triomphe au Palais des Sports de Paris. Le spectacle continue jusqu'au 3 janvier 2016, puis part en tournée en France jusqu'en mai 2016. Elle, habituellement juste interprète, prend donc désormais le contrôle créatif. Elle a coécrit le livret avant de superviser chaque étape avec un appétit et une exigence non feints. Et joie pour Mandor, elle ne rechigne plus à faire la causette avec des journalistes. Le 3 septembre 2015, pour un des journaux pour lequel je travaille, France Gall a répondu très gentiment à mes questions.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicaleArgumentaire officiel :

Une troupe de chanteurs, danseurs et comédiens entourée de musiciens vous conteront l’histoire inédite de la jeune Maggie autour des plus grandes tubes du couple mythique Gall & Berger – Musique, Ella, Elle l’aLa Groupie du PianisteSi Maman Si, Il jouait du Piano debout, Samba Mambo, Débranche… et d’un titre inédit encore jamais révélé !

Tous les soirs, c’est au Club Lola’s que les « Papillons de nuit » se réunissent pour chanter, danser et rire jusqu’au bout de la nuit.  La célèbre boite de nuit est tenue par Maggie, son père et sa sœur. Ce trio de choc travaille d’arrache-pied pour faire tourner l’entreprise familiale.  Mais la jolie Maggie n’attend-elle pas plus de la vie ? Aller au bout de ses rêves ? Découvrir le monde ? Vivre le grand amour ?

Entourée de Mandoline, sa sœur cadette, de Tennessee, d’Angelina la rebelle, des « Princes des villes » éternels séducteurs, de Mathis le pianiste romantique, Maggie est à la recherche du bonheur maintenant.

Un soir, un événement tragique va bouleverser leur vie. Face au drame, chacun va se positionner, s’assumer et oser sauter dans le vide pour enfin devenir soi- même et prouver qu’ils existent.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(®Matthieu de Martignac)

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicaleInterview :

Vous avez cette comédie musicale dans la tête depuis 10 ans.

J’avais envie de continuer à faire vivre la musique de Michel et j’avais épuisé toutes les ressources « banales » : sorties d’albums, l’intégrale, livres, émissions de télé… Après avoir fait tout ce qui était possible de faire, j’ai pu passer à autre chose. J’avais une envie forte d’élaborer des choses plus créatives. J’ai toujours eu peur de me lancer dans une comédie musicale parce que je n’ai jamais vraiment aimé cela. Mon ami Claude-Michel Schönberg m’a conseillé d’aller voir Mamma Mia à Londres. J’y suis allée et j’ai beaucoup aimé. J’ai été fascinée par le fait que les chansons du groupe Abba étaient mises en avant grâce à une histoire qui n’avait rien à voir avec la vie du groupe. Ça a été l’élément déclencheur qui m’a donné une furieuse envie de faire une comédie musicale originale.

A partir de là, il faut inventer une histoire… et c’est vous qui vous y êtes collée.

On m’a poussé à le faire, en même temps, personne ne connait mieux la musique de Michel que moi. Avec Bruck Dawit, on s’est dit qu’on allait essayer de le faire. Nous nous sommes vite rendus compte qu’en connaissant formidablement bien le répertoire, on pouvait écrire une histoire. C’est le départ qui a été difficile. On avait 400 chansons à notre disposition. Nous prenons lesquelles ? On en fait quoi ? Que va-t-on raconter ? Voilà les trois questions que nous nous sommes posées. On a cherché un lien qui pourrait unir le public et les chansons, ce durant plusieurs années. En remasterisant les vieux albums, on est tombé sur « La chanson de Maggie » et là, le déclic est arrivé. Le spectacle a d’ailleurs failli s’intituler Appelez-moi moi Maggie. On a fini par trouver que Résiste, c’était plus parlant, plus fort. On est parti de ce personnage qui nous donnait un décor formidable, puisqu’il travaille dans une boite de nuit. Après, il a fallu avoir un peu d’imagination pour inventer une vie à Maggie et créer les liens qui relient les chansons choisies. Depuis, le temps que je fais ce métier, je connais les règles, les lois de ce métier, pour faire un beau show. C’est ma force.

Bande annonce de Résiste.

A travers cette création d’écriture, il y a bien d’autres métiers artistiques qui viennent se greffer.

Oui, la danse par exemple. On a jamais vu des artistes s’exprimer comme ça sur scène. On a essayé d’être nouveau et au meilleur dans chaque domaine artistique.

Dans Résiste, il y a 27 chansons. Comment les avez-vous choisies ?

Ça a été très naturel et rapide. La manière d’écrire de Michel raconte toujours quelque chose, des personnages, des émotions. Notre personnage principal, Maggie, a perdu sa maman. C’est son père qui dirige la boite. Les situations font que l’on peut trouver des chansons qui correspondent à l’émotion de l’histoire que nous avons inventée. C’est un travail de deux ans d’écriture.

Il y a des chansons « obligatoires », des chansons que le public attend ?

Elles n’y seront pas toutes, mais il y a beaucoup de grand succès. Et je vous annonce qu’il y a un titre inédit de Michel, « Un dimanche au bord de l’eau ». C’est dans le spectacle un moment fort, émouvant et magnifique.

Clip de "Résiste" tiré de la comédie musicale Résiste.

Est-ce que c’était le travail le plus dur de votre vie ?

Ça a été très dur du côté des financiers et du côté de la production, mais de toute façon, ce n’est jamais simple quand on parle d’argent. Côté artistique, il n’y a eu aucun problème.

Pourquoi n’y a-t-il que des inconnus dans le casting ?

J’aime l’idée de faire découvrir des jeunes talents. Je vous assure qu’ils ne resteront pas inconnus très longtemps. J’ai voulu que pour les jeunes qui travaillent avec moi pour Résiste ce soit un tremplin. Je veux que ça leur serve à débuter leur vie professionnelle. Michel aimait faire découvrir des nouveaux à travers les spectacles qu’il montait. Dans le premier Starmania, il se trouve qu’il y avait Balavoine… on connait la suite.

Ça a été dur de trouver le bon casting ?

Oui. Léa Deleau, qui interprète notre héroïne Maggie, c’est la dernière que l’on a vu. Avant elle, nous étions dans une angoisse incroyable parce que nous n’avions personne qui correspondait.

Elle vous ressemble beaucoup.

Elle est blonde.

Oui, mais quand même, elle vous ressemble beaucoup quand vous aviez le même âge.

Grace à un travail de coaching, elle est rentrée dans mon personnage.

Clip de "Les accidents d'amour" tiré de la comédie musicale Résiste.

Avez-vous tout géré de A à Z ?

Pas du tout. On a vraiment un metteur en scène en or pour cette comédie musicale. Ladislas Chollat est un surdoué qui a compris immédiatement ce que je voulais. C’était nouveau pour lui. Il n’avait jamais mis en scène ce genre de spectacle, car il vient du théâtre. J’ai mis au peu mon nez dans la danse, mais la chorégraphe Marion Motin est extrêmement douée. Elle a vite saisi là où je voulais que l’on aille. J’aime ce qu’elle fait et ce qu’elle est, ce qu’elle défend comme mouvements et comme danse. 80% du show, c’est la danse et la mise en scène. Moi, j’ai apporté les chanteurs et les personnages. Je leur ai appris les codes qu’il faut avoir pour interpréter du Berger. J’ai fait en sorte qu’ils rentrent dans l’esprit de la musique de Michel et de mes chansons.

Quand vous voyez le spectacle, vous ressentez quoi ?

Quand la musique démarre, j’ai tellement de plaisir en moi. Ecouter ces chansons dans cette circonstance me fait un bien fou. La musique de Michel est celle que je préfère au monde, je l’ai toujours dit. D’entendre cette musique qui arrive sur une histoire qui touche les gens, ça me bouleverse. Mes personnages sont faits pour que tout le monde puisse se retrouver et pour donner des conseils. Michel donnait beaucoup de conseils à travers ses chansons. Je raconte l’histoire de quelqu’un qui n’est pas heureux et qui va vers le bonheur.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(© www.byboby.com)

Êtes-vous dans le spectacle ?

Je serai là tous les soirs parce que c’est moi qui raconte l’histoire à ma petite fille, à travers un film. Je suis là avant chaque tableau pour introduire un nouveau jour ou pour éclaircir une situation.

En regardant ces jeunes chanter les chansons de votre vie, ça ne vous a pas donné envie de refaire de la scène ?

Vous savez, j’ai toujours suivi Michel quand il faisait ses spectacles, sauf dans Starmania, parce que je jouais dedans. J’adorais regarder comment il construisait ses spectacles. Le voir faire La légende de Jimmy par exemple, me fascinait. Etre simple spectatrice pour moi était très rare et j’aimais ça. En ce moment, je suis très heureuse avec ce spectacle. Je ne vois pas ce qui pourrait assombrir ce moment de bonheur que je traverse et que je vais traverser dans les prochains mois.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

Ce spectacle est le challenge de votre vie.

Oui, même si j’en ai eu d’autres dans ma carrière. Quand j’ai fait Bercy toute seule, ça a été très difficile. Ce que je peux dire, c’est qu’il n’y a pas plus gros challenge que ce que j’ai fait avec Résiste. J’avais un beau-père, le professeur Hamburger, qui disait : « Créer, c’est affirmer qu’on existe. C’est anéantir le néant. »

De là-haut, vous sentez que Michel Berger observe tout ce que vous faites en ce moment ?

Bien sûr. Est-ce que ça l’intéresse là où il est aujourd’hui, je ne pense pas, mais en même temps, j’ai été aidée par lui toute ma vie de son vivant. Même après sa mort, j’ai senti cette force qu’il m’a donnée en partant.

Quand vous prenez des décisions, est-ce que vous vous dites encore « qu’est-ce qu’il aurait fait ou voulu lui ? ».

Je me suis beaucoup dit ça les premières années de sa disparition et après, j’ai appris par moi-même. Aujourd’hui, je suis sûre de moi. J’ai confiance dans mes choix et dans mes directions.

france gall,bruck dawit,interview,résiste,comédie musicale

(Après l'interview, le 3 septembre 2015 ®Bruck Dawit)

Les commentaires sont fermés.