Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2015-10 | Page d'accueil | 2015-12 »

30 novembre 2015

Frank Loriou : interview pour son exposition Faces

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

(Photo : Yann Orhan)

J’ai beaucoup d’admiration pour Frank Loriou. Pour l’homme qu’il est et pour son travail. Il fait partie des hommes de l’ombre incontournables dans la fabrication d’un disque. Graphiste spécialisé dans l’édition musicale et photographe à l’Agence VU, il est l’un des plus sollicités dans le petit milieu de la pop et de la chanson française. Dans le cadre du festival des Transmusicales, il expose (avec un autre photographe, Jérôme Sevrette) à la Maison des associations de Rennes depuis quelques jours et ce, jusqu’au 15 janvier 2016. Le vernissage de FACES, images de la musique actuelle a lieu le jeudi 3 décembre à 18h30. Cette exposition, son univers, ses photographies, ses réalisations artistiques m’ont donné envie d’aller à sa rencontre et d’en connaître un peu plus sur l’homme derrière l’objectif. Le 19 novembre dernier, Frank Loriou et moi nous sommes installés dans un bar près de l’agence… et le moment fut bon.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vuBiographie officielle :

Né en 1966 en Bretagne, Frank Loriou vit et travaille à Paris.

Photographe spécialisé dans l’édition musicale, Frank Loriou a réalisé de nombreuses images et pochettes d’albums pour des artistes comme Manu Chao, Yann Tiersen, Dominique A, Jean-Louis Murat, Arthur H, Arman Méliès, Albin de la Simone, Peter von Poehl, Aline, Robi

Son travail photographique, très pictural et essentiellement argentique, apparaît très régulièrement dans la presse nationale (Libération, Télérama, Les Inrocks, Le Monde, etc).

Il développe en parallèle une recherche personnelle à travers différentes séries sur le quotidien, l’enfance, la condition animale, le rapport à la nature, et a publié en 2009 un ouvrage photographique remarqué, intitulé « Tout est calme », où l’on retrouve toutes les obsessions de l’artiste : le vide, l’absence, l’opaque, les traces, l’insignifiant, la mémoire…

Frank Loriou est distribué par l’agence VU.

(Tous les portraits d'artistes de cette chronique mandorienne font partie de l'exposition et ont été sélectionnés par Frank Loriou.)

Son site officiel.

Sa page Facebook professionnelle.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Frank Loriou par Mandor.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vuInterview :

Ce n’est pas ta première exposition.

Non, mais c’est ma première exposition de portraits d’artistes. J’ai déjà exposé mon travail personnel, tiré de mon livre « Tout est calme » sorti en 2009, dans les galeries photos de la Fnac notamment. J’ai également fait une exposition en collaboration avec Yann Tiersen autour de son album Skyline, sorti en 2011, conjointement à un showcase. Et bien d’autres encore.

Cela fait des années que je vois ton nom sur les pochettes de disques de chanteurs français d’une scène que j’adore. Comment es-tu devenu photographe spécialisé dans les portraits d’artistes?

Pendant plusieurs années, je faisais uniquement le graphisme sur les albums. Je choisissais souvent les photographes et assurais la direction artistique. Mais je développais en parallèle un travail photo personnel, qui était un peu mon jardin secret. Quand j’ai sorti le livre « Tout est calme », c’est revenu aux oreilles des professionnels de la musique et des artistes. C’est ainsi qu’ils ont commencé à me solliciter pour faire des images pour leurs albums. Ça a été une transition assez douce. Aujourd’hui je suis davantage connu en tant que photographe qu’en tant que graphiste, je crois.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Yael Naim par Frank Loriou.

Petit à petit, l’oiseau à fait son nid.

Oui, d’une certaine façon. Mais surtout je voulais que l’on me sollicite en connaissance de cause, pour mon univers photographique, et ne pas m’imposer.

Tu t’es servi de ce que tu avais appris avec ton travail personnel pour réaliser les portraits ?

Bien sûr. D’avoir pratiqué longtemps sans aucune contrainte m’a permis de mieux savoir ou je voulais aller. Et je me suis servi aussi de la longue période où je travaillais sur les pochettes en tant que graphiste, où j’ai beaucoup appris et formé mon regard.

Il me semble que tu as un style Frank Loriou, même si tu ne fais jamais le même genre de photo. Je ne sais pas comment expliquer cela…

Je ne cherche pas à avoir une « patte » particulière, mais je comprends que l’on puisse reconnaître mes photos. Je travaille beaucoup en argentique, avec un grain spécifique, et avec des appareils qui ont aussi leur propre personnalité. Il n’y a pas de mise au point automatique, cela donne souvent des images assez « statiques », qui me touchent particulièrement. Et j’ai probablement une approche qui finit par devenir reconnaissable pour ceux qui connaissent mon travail de longue date.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Arman Méliès par Frank Loriou.

Je précise, encore une fois, que tu ne fais jamais un travail qui ressemble à l’autre.

J’essaie, en tout cas. Je fais du noir et blanc comme de la couleur, des photos un peu floues comme très définies, du studio comme de l’extérieur. Je me donne beaucoup de liberté. J’ai le souci de la lumière, et un mode de composition des images qui doit probablement se reconnaître au bout d’un moment. J’ai aussi des obsessions, sûrement.

J’ai l’impression que tu ne fais pas de pochettes de disques d’artistes dont tu n’apprécies pas la musique. Je n’ai pas vu une pochette de toi pour Louane ou Michel Sardou.

Je crois qu’il faut aimer l’artiste que l’on photographie. Je ne suis pas seulement un « prestataire » pour une maison de disques, c’est avant tout une rencontre humaine et artistique forte. Comme je m’implique beaucoup, j’ai besoin d’apprécier les gens avec qui je travaille et que les artistes aient envie de mon univers. Après, je suis ouvert à plein de surprises. Photographier Louane pourrais m’intéresser. Michel Sardou ce serait plus compliqué.

Tu aimes être « désiré ».

J’aime que l’on vienne à moi pour de bonnes raisons. Parce que ça change tout dans le travail après. S’il y a une envie mutuelle, personne ne se protège plus de personne… et dans la confiance réciproque on arrive à faire de très belles choses, à délivrer de très belles émotions.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Mina Tindle par Frank Loriou.

Tu viens de faire des photos pour le prochain album de Maissiat.

Je connaissais déjà Maissiat, mais sa maison de disque lui a présenté le travail de plusieurs photographes de façon anonyme. Elle a choisi mes images et, après, elle a su que c’était moi. J’ai bien aimé ce procédé, et le fait qu’elle m’ait choisit pour ma photographie avant tout. J’ai hâte de montrer les images de cette séance, dont je suis très fier.

Les artistes avec lesquels tu travailles viennent avec des idées ?

Ca dépend, il y a tous les cas de figure, mais dans tous les cas je suis très ouvert aux propositions. J’aime les images très simples, sans concept compliqué, et partant de là, j’aime que les artistes m’amènent dans leur monde. Maissiat, par exemple, savait assez bien ce qu’elle voulait, je me suis mis au service de ses envies, mais avec mon regard et ma vision.

Quand tu photographies une personnalité, tu aimes bien trouver en lui quelque chose que les autres n’ont pas vu ?

Je trouve intéressant que l’artiste garde une part de mystère, de magie. On vit dans une société basée sur la rentabilité, où l’artiste a une vraie fonction fondamentale, celle d’apporter du rêve, de l’émotion de la beauté. Vivre sans art, sans musique, sans poésie, c’est la pire chose qui puisse nous arriver. J’essaie que mes représentations de ces artistes apportent un peu de cela au public.

Y a-t-il des artistes que tu aimes bien « portraitiser »régulièrement ?

J’ai eu beaucoup de longs compagnonnage, avec Yann Tiersen notamment, dont j’ai fait la quasi-totalité des albums, mais aussi Jean-Louis Murat, Dominique A, Arthur H, et tant d’autres… Aujourd’hui de nouvelles belles histoires sont en train de se nouer, et j’en suis ravi. J’aime retrouver les artistes que j’aime régulièrement, faire évoluer avec eux leur image, même si c’est aussi une grande responsabilité. Il faut se renouveler, garder la même envie, la même énergie. Il faut à chaque fois être dans un esprit complètement nouveau. Que ce soit à chaque fois une première fois.

Tu adores travailler avec les jeunes artistes « en devenir ».

Oui, beaucoup. Je travaille en ce moment avec Baptiste W. Hamon par exemple, dont je fais le prochain album, après avoir réalisé les pochettes de ses premiers EP.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Baptiste W. Hamon par Frank Loriou.

Est-ce que tous les artistes ont leur particularité physique?

Tout le monde est intéressant en soi. J’aborde les artistes sans idolâtrie, mais avec beaucoup d’envie, de gourmandise, presque. Ensuite c’est une question de regard et d’émotion partagée. On cherche ensemble. Je cherche pour eux. J’essaie qu’il y ait toujours quelque chose d’intime et d’authentique de délivré, quelles que soient les images. Et d’un peu radical et tendu, si possible. De lumineux, aussi.

C’est tellement important une belle pochette de disque.

C’est vrai. Je pense qu’une pochette joue sur l’inconscient… Elle doit susciter l’envie d’écouter, mais elle donne aussi souvent une orientation à l’écoute, une couleur à la musique…

Toi-même, avais-tu un photographe d’artistes que tu appréciais plus que les autres ?

Quand j’étais très jeune et que je lisais Rock & Folk et la presse musicale, j’avais remarqué le travail de deux photographes : Youri Lenquette, avec lequel j’ai eu la chance de travailler plusieurs fois, notamment pour Manu Chao, et Claude Gassian, avec qui j’ai également collaboré, tous les deux très talentueux.

Et dans les photographes actuels ?

Très naturellement je citerai Richard Dumas, que je connais bien. Il a un univers très singulier, et je me sens très proche de son approche de la photographie. C’est l’un des très grands portraitistes actuels. Il pourrait être l’un de mes maîtres, oui.

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Aline par Frank Loriou.

Y a-t-il des artistes que tu n’as pas encore photographié qui te tenteraient ?

J’aimerais bien photographier Gérard Manset (rires). Mais c’est un récalcitrant de l’objectif. Sinon, j’aurais beaucoup aimé photographier Bashung, bien sûr. Je vais travailler sur le nouvel album de Jacques Higelin, et c’est un vieux rêve que je réalise-là. Le chanteur Christophe, aussi, m’intéresserait. Je cite quelques noms comme ça, mais il y en a beaucoup d’autres, bien entendu.

Photographier quelqu’un que l’on connait très bien, je pense à celle qui partage ta vie, Robi, c’est compliqué ?

C’est assez magique de photographier la femme que l’on aime, et forcément un peu différent, c’est vrai. Mais pas tant que cela, et nous savons nous mettre à distance de notre relation dans le cadre du travail, surtout pour une session photo. Au-delà de l’aspect intime, c’est assez passionnant pour moi de travailler l’image sur ses projets, tant son travail m’intéresse et me touche artistiquement.

Tu fais le graphisme de la Une de Rock & Folk depuis 15 ans…

C’est une magnifique aventure et un rêve de gamin. J’étais abonné à ce journal et ma chambre d’ado était tapissée de photos tirées de Rock & Folk, alors quelle fierté aujourd’hui d’en faire la couverture chaque mois.

Par le biais de tes pochettes de disques, tu participes à la vie musicale française, tu t’en rends compte ?

C’est un rôle de l’ombre, mais oui, d’une certaine façon, et bien modestement, je suis acteur de la vie culturelle et musicale, comme tous ceux qui travaillent sur ces si beaux albums.

On a tous des disques dont tu as fait la pochette.

Probablement avons-nous un peu les mêmes goûts !

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Jean-Louis Murat par Frank Loriou.

Dans l’exposition photos qui se tient à Rennes, il y a 20 photos de toi. Le choix a dû être extrêmement difficile ?

Je me suis astreint à ne mettre qu’une photo par artiste, c’est donc forcément des choix cornéliens. Je pourrai faire une exposition entière sur Jean-Louis Murat seul, je crois, il est donc bien cruel de ne présenter qu’une image. Je ne présente que des photos argentiques, la plupart réalisés avec un boitier qui me tient très à cœur, et dont j’aime l’étrangeté.

Est-ce que l’on s’en sort bien quand on s’appelle Frank Loriou et que l’on est photographe en 2015?

En tout cas, je n’ai jamais cherché de travail. Je ne sais pas si on s’en sort bien, mais on travaille beaucoup. La crise de l’industrie du disque étant ce qu’elle est depuis des années, on a tous soufferts énormément. Et je suis avant tout très inquiet pour beaucoup d’artistes de leur capacité à pouvoir vivre de leur musique dans les années à venir…

frank loriou,faces,interview,mandor,agence vu

Pendant l'interview, le 19 novembre 2015.

28 novembre 2015

Geneviève Morissette : interview pour Me V'là

geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

Radios, magazines, webzines (et la Fnac) ne parlent plus que de ce phénomène venu de chez nos cousins d’outre Atlantique… Geneviève Morissette ! Elle vient de sortir en fanfare son premier album, Me v’là (Balandras éditions/ EPM/ Universal). Comme tous mes confrères et certains artistes me parlaient d’elle, je suis donc allé la découvrir aux Trois Baudets, lors de la soirée de lancement du disque. Le 10 septembre dernier. Et là, j’ai vu une pétillante (et excentrique) femme de mots. Une bête de scène comme on n’en fait moins, qui chante l’usure du couple, les menstruations ou l’accent québécois avec une énergie qui vient du rock.
La France est tombée en amour d’elle (Forum Léo Ferré d’Ivry, Manufacture de la chanson de Paris, Printemps de Bourges off…etc) et moi aussi.

J’ai rencontré la divine artiste à l’agence le 7 octobre dernier. Une constatation s’impose : même en interview, la dame est explosive et chaleureuse.

geneviève morissette,me v'là,interview,mandorBiographie officielle, mais modifiée et raccourcie (donc pas si officielle que cela finalement):

A l’adolescence, « la Morissette » hérite d’un vinyl de Janis Joplin dont elle adopte illico le style capillaire. C’est la révélation. La Québécoise serait chanteuse sur glace, et c’est en effet devant l’miroir qu’elle s’exerce en cachette, pendant des années.

Des scènes de concours québécois comme le Festival de la chanson de Granby où elle s’est distinguée avec quatre prix dont le celui des rencontres d’Astaffort dirigé par Francis Cabrel. C’est d’ailleurs là qu’elle croise Oldelaf avec qui elle compose un duo et Émilie Marsh qui devient plus tard, la directrice musicale de son groupe rock. La Morissette marche fièrement sur les traces de ses parents : Robert Charlebois et Diane Dufresne. Tout fraichement débarquée à Paris au début de l’année 2015 avec sa valise avec la ferme intention de mettre ses maudits cousins à genoux, la Morissette petit à petit a fait son nid.geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

Olympia en juin 2014 lorsque Lynda Lemay l’a invitée à la rejoindre sur scène pour chanter en rappel de ses concerts. La chanteuse avait pris le pouvoir, offrant ce qu’elle a de meilleur, sa fougue, sa gaucherie désarmante, sa parlure ben québécoise assumée, sa sincérité et sa voix..quelle voix…Elle était là tout’ nu d’vant nous et le public est tombé en amour, tout de suite, inconditionnellement.

Elle ne devait rester que deux semaines à Paris, mais n’est jamais repartie, couvant son premier album, qui porte la double citoyenneté ! Enregistré à Montréal et à Paris, il a été réalisé par l’artiste québécois Antoine Gratton et quelques titres ont été enregistrés au studio Le Garage avec la précieuse collaboration de Bernard Natier.

geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

geneviève morissette,me v'là,interview,mandorInterview :

La « légende » dit que tu es venue deux semaines en France et que, finalement, tu n’es jamais repartie.

C’est exactement ce qu’il s’est passé. Lors de précédents passages en France, il m’est arrivé d’être invitée « à l’arrache » sur scène. Par exemple à l’Olympia lors d’un rappel de Linda Lemay (photo à gauche). Ce n’était pas la première fois que l’on m’invitait sur scène alors que je ne m’y attendais pas. Mais, j’adore ce genre de surprise. Pour en revenir à la France, j’ai senti que j’avais rendez-vous avec ce pays, la preuve, j’ai pris un billet ouvert. Quand je ne suis pas partie deux semaines plus tard, je pensais que j’allais tenir trois mois et en fait, ça fait un an que je suis ici.

Le fait d’avoir rencontré Laurent Balandras, désormais ton éditeur, n’est pas pour rien dans ta décision de rester ici.

C’est une rencontre très importante. Un soir, il m’a vu à mon spectacle et immédiatement, il m’a proposé de devenir mon éditeur. Un mois plus tard, il m’a trouvé un deal de disque… j’avais commencé à le concevoir au Québec et je l’ai terminé à Paris. On a fait beaucoup de choses à distance avec mon équipe québécoise. Bref, grâce à Laurent, les choses se sont accélérées pour moi.

Tu as sorti le disque d’abord en France, avant le Québec.

J’adorais cette idée-là. Si c’était un peu téméraire de faire ça, c’était surtout un hasard. On a eu une offre, on a saisi l’opportunité immédiatement.

Mais dans ton pays, tu avais déjà une petite notoriété ?geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

J’avais déjà fait la route des concours, ce qui est très important au Québec. J’ai fait les trois tremplins les plus importants : Ma première Place des Arts, le Festival international de la chanson de Granby et le Festival en chanson de Petite-Vallée. Granby, c’est le plus gros festival et c’est là que j’ai gagné les résidences de création à Astaffort, dirigé par Francis Cabrel. C’est là que j’ai rencontré Emilie Marsh et Oldelaf. C’est là aussi que j’ai commencé à collaborer avec des Français. J’ai adoré la manière de travailler avec votre « culte du moment ».

C’est-à-dire ?

Les français sont en amour avec le moment présent. Moi aussi, je suis comme ça. Vivre à fond tout le temps.

Geneviève Morissette dans "Exploser" lors du concert de lancement d'album aux Trois Baudets, le 10 septembre 2015. (Hexagone).

"Comme dans un film" en duo avec Oldelaf (La Bande Sonore).

geneviève morissette,me v'là,interview,mandorDans ton spectacle, tu te moques de toi… et des français.

Il faut savoir prendre du recul et s’amuser des travers de soi et des autres. Et je me moque aussi beaucoup des hommes. Ils s’en prennent plein la gueule. A ma manière, je suis un peu féministe, je crois. Si on a pas mal avancé pour les droits et le respect des femmes, il y a encore des trucs à faire.

Je précise que ton disque n’est pas un disque féministe.

J’hésite à me mettre dans une boite, mais je répète ce que les gens me disent de leur perception de mes chansons, notamment quand on me parle de « La femme en beige » ou de « Crise de nerf ». Ce sont des chansons où la femme est un peu plus forte que l’homme. J’ai eu besoin d’écrire des choses comme ça dans mon art.

Quand on est un homme, ça doit être dur de suivre Geneviève Morissette !

(Rires) Oui, il y a un truc comme ça. Je ne suis pas la petite princesse qui dit « oui mon chéri, qu’est-ce qu’on fait ce soir ? » En vrai, j’aime prendre des initiatives et que l’on me suive. J’ai conscience d’avoir une forte personnalité.

geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

Geneviève Morissette entourée de son éditeur, Laurent Balandras (qui rime avec  classe) et Luc Plamondon.

Deux extraits du premier album de Geneviève Morissette, "Me v'là!" (Balandras éditions/ EPM/ Universal) réalisé par Antoine Gratton: "M'acheter un jet" et "Gueuler ma vie".

Sur scène, en fait, tu es toi dans la vie.

Je n’ai aucune autre option. Toute autre tentative devient un flop monumental. A mes débuts, j’étais à l’Ecole nationale de la chanson. Au Québec, c’est une école très importante pour les auteurs-compositeurs-interprètes. J’ai essayé plusieurs styles d’écriture et des manières de chanter différentes. A un moment donné, on apprend à descendre au fond de soi, à être complètement ce que nous sommes, avec notre héritage et notre culture. Moi, je chante dans mon français à moi, un français un peu de rue…

Alors que nous parlons la même langue, il y a des variantes de signification entre deux mots similaires.

En québécois, le sens est beaucoup à l’intonation. Pour vous, les Français, chaque mot à une définition. Vous, c’est pur, détaillé, nous c’est vraiment avec l’émotion.

geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

(Photo : Marylène Eytier - aubondeclic.com)

Tu es une rockeuse ?

Quand j’étais plus jeune, j’ai beaucoup été influencée par Janis Joplin et par Diane Dufresne. Quand je ne suis plus sûre de quelque chose dans la façon de concevoir mon métier, je regarde et écoute Janis. Elle est allée tellement loin que je me dis que je veux aller aussi dans cette direction-là. Il ne faut pas se contenter de peu. Je veux donner le plus possible.

Tu peux être fan d’un autre artiste ?geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

Bien sûr. C’est important d’être aussi fan. On a des familles artistiques. Des pères, des mères, des grands-pères, des grands-mères. On vient de quelque part. Il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’ai du respect et beaucoup d’admiration pour les gens qui m’ont porté et influencé. J’ai dit à Robert Charlebois, « vous ne le savez pas, mais vous êtes mon père ! »

Ton disque reflète bien ce que tu es sur scène.

Mon côté brut, à fleur de peau, devait se retrouver sur l’album. Il ne fallait pas qu’il soit escamoté. Avec mon réalisateur, on a décidé de faire venir des gens en studio, avec des écouteurs, et on a joué devant. Ça nous a donné beaucoup d’énergie. La majorité des prises sont « live ». Quand tu es en live, tu es sur le qui-vive tout le temps, tu as peur de te tromper, tu as peur que ce soit la dernière fois que tu joues de ta vie… il se dégage quelque chose de cet état.

geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

Enregistrement live de l'album.

Est-ce que si on écoute ton premier album, on connait Geneviève Morissette ?geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

Il y a encore de la matière pour d’autres disques (rires). Me V’là est un album où je mets mon pied dans la porte et où j’essaie de montrer que je ne suis pas comme tout le monde et que je ne vais pas faire pareil que les autres chanteuses. Je suis un peu rebelle et j'ai sans doute la de punk attitude en moi.

Parle-moi de la guitariste-chanteuse qui joue avec toi, Émilie Marsh, et que tu taquines beaucoup sur scène.

Avec sa permission. Ce que j’aime avec l’humour, c’est que l’on peut toujours faire passer des réflexions assez profondes. Émilie, elle est toujours partante pour délirer.

Scopitone de "Michel Drucker".

geneviève morissette,me v'là,interview,mandorQu’est-ce que tu espères désormais, pour ta carrière française.

Je veux passer à la télé. Je veux passer chez Michel Drucker. Pour les artistes québécois, Michel Drucker, il est proche de Dieu. La télé, c’est un média qui me va bien. C’est un peu comme un spectacle. Et puis, franchement, la télé française, ça me fait rêver. Et plus généralement, vous ne vous en rendez pas compte, mais vous êtes un peuple qui fait rêver.

Tu es en France pour combien de temps, du coup ?

Je suis sur le même truc qu’au début. On verra bien. A priori, je suis là pour tout l’automne parce qu’il y des choses de calées, comme La Boule Noire de Paris le 3 décembre. J’espère que je vais exploser, comme ça, je n’aurais pas à rentrer tout de suite (rires).

geneviève morissette,me v'là,interview,mandor

Après l'interview, le 7 octobre 2015.

26 novembre 2015

Patrick Sébastien : interview pour Ca va bouger

magazine des loisirs culturels auchan, patrick sébastien, ca va bouger, interview

Je réitère ce que j’écrivais lors ma précédente mandorisation de Patrick Sébastien (et une autre ). On aime ou on n’aime pas, il n’y a aucune raison que je tente de départager les pour et les contre ici. Il est toutefois indéniable que l’homme est très populaire, fédère très largement et sait écrire des chansons festives. Heureusement que ce genre d’artiste existe. Surtout de nos jours. On ne va pas cracher sur de la légèreté et de la galéjade. Voici ma dernière interview du saltimbanque total, à l’occasion de la sortie de son nouvel album, Ça va bouger, pour le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois de novembre/décembre/janvier 2016).

magazine des loisirs culturels auchan, patrick sébastien, ca va bouger, interview

magazine des loisirs culturels auchan, patrick sébastien, ca va bouger, interview

Clip officiel de "Ça va bouger".

magazine des loisirs culturels auchan, patrick sébastien, ca va bouger, interview

magazine des loisirs culturels auchan, patrick sébastien, ca va bouger, interview

25 novembre 2015

Stéphane Bern : interview pour Secrets d'Histoire 6

stephane bern,secrets d'histoire 6

Interview de Stéphane Bern réalisée le 10 novembre dernier, à l'occasion de la sortie de deux livres estampillés "Secrets d'Histoire", pour le Magazine des loisirs culturels Auchan daté des mois de novembre et décembre 2015.

bern.jpg

bern1.jpg

bern2.jpg

24 novembre 2015

Salon du Livre d'Ozoir-la-Ferrière 2015: Bilan et photos

12247068_10206503507400721_3326350395507210168_n.jpg

C'est la septième année consécutive que j'anime le Salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière (Voir là en 2009, ici en 2010, en 2011, en 2012, en 2013 et l'année dernière). Cette année, j'ai arrêté les interviews à la chaîne. Nous nous sommes aperçus que ça n'apportait pas grand chose, si ce n'est beaucoup de parlottes inaudibles et, pour tout dire, je me lasse de ses interviews sans fonds réels. J'ai donc fait ce que je sais et aime faire : animer des débats. En l’occurrence, deux de 45 minutes, l’un avec Jean-Marie Blas de Roblès, l’autre avec le Père Guy Gilbert, les deux invités exceptionnels de cette édition.

Merci à Luc-Michel Fouassier, maire-adjoint d'Ozoir-la-Ferrière, délégué à l'événementiel littéraire, et organisateur d'actions culturelles autour du livre et notamment de ce salon. 7 ans qu'il me fait confiance...

Comme chaque année, je rapporte de ce salon quelques souvenirs photographiques.

Voilà un cliché de la foule présente (il y a eu beaucoup plus, dans l'après-midi).

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Maryline Martin, l'illustrateur Daniel, Derek Munn posent pour la postérité.

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Jean-Marie Blas de Roblès est notamment l’auteur du monumental Là où les tigres sont chez eux (Prix du roman Fnac, Prix Giono, Prix Médicis 2008). Et tout récemment du très remarqué l’Île du Point Némo. Ici avec quelques lectrices...

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Jean-Marie Blas de Roblès reçoit la médaille de la ville, au salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière. (Remise par le maire) sous l’œil fier de Luc-Michel Fouassier, l'organisateur du salon.

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Discussion en public avec l'un des deux invités majeurs de cette édition, Jean-Marie de Roblès. Quand j'interviewe ce genre de personne, je tente de prendre de la hauteur, même s'il est compliqué de se mettre à son niveau. Il est brillant, drôle et intéressant. Il ne faut pas décevoir la salle qui écoute. 

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Ethel Salducci, lauréate du Prix Ozoir'elles pour son recueil Singulière agape (Editions Luce Wilquin). Ici avec le maire d'Ozoir-la-Ferrière, et les ozoiriennes, membres du jury.

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Les mêmes...

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Le père Guy Gilbert, avec à droite le maire d'Ozoir, Jean-François Oneto et l'organisateur du salon, Luc-Michel Fouassier.

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Le Père Guy Gilbert est un prêtre et éducateur spécialisé pour les jeunes délinquants. Il est connu pour son registre de langue emprunté à la rue et pour son look de loubard (il arbore volontiers un cuir bardé de badges, comme vous le voyez sur toutes ces photos).

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Le débat avec le Père Guy Gilbert à commencé devant un public très nombreux... enfin, c'est prétentieux de dire débat. Avec le curé des loubards, c'est plutôt un monologue. Il fait son show et il le fait bien. Humour et profondeur, avec son langage bien à lui... J'ai adoré.

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Je fais une tentative d'approche pour l'interrompre. Impossible (même si impossible n'est pas François). 

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Rapprochement de micro... je vais y arriver. 

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Raté. Le Père Guy Gilbert fait une conférence, en fait. 

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Un homme exceptionnel, un curé comme il en faudrait beaucoup plus. 

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

Série de photos avant de se dire adieu (avant de se dire à Dieu?).

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

salon du livre d'ozoir-la-ferrière 2015,bilan,photos,père guy gilbert,jean-marie blas de roblès

09 novembre 2015

Morgane Imbeaud : interview pour Les songes de Léo

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandor

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandorNous connaissons tous, Morgane Imbeaud comme la chanteuse du duo clermontois Cocoon, mais cette artiste n’est pas femme d’un seul projet. Cela fait des années qu’elle pense à son projet musical pour enfants Les songes de Léo. Elle a écrit ce texte et composé les musiques qui accompagnent le parcours initiatique de Léo. Puis se sont ajoutés les dessins de l’illustrateur Christophe Chabouté, et quelques chansons écrites spécialement par Jean-Louis Murat. Les songes de Léo ont ainsi pris forme en dix chapitres.   

Le 6 novembre 2015, jour de la sortie de l’album, je suis allé à la rencontre de cette chanteuse épanouie dans une chapellerie. Pourquoi dans un tel endroit ? Parce que l’attachée de presse cherchait un endroit tranquille… et il se trouve que sa maman tenait ce magasin de chapeaux. Bonne idée !

Biographie officielle :

Morgane Imbeaud commence ses études musicales à l’âge de 7 ans avec le violon mais son attirance se morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandortourne très vite vers le piano.

Son aventure musicale commence lorsqu’elle rencontre Mark Daumail en 2005 pour former Cocoon. Le premier concert a lieu le 2/11/2005. Suit une longue liste de dates en France et à l’étranger, en passant par la Suisse, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Australie, les Etats-Unis, la Chine, les plus grands festivals (Printemps de Bourges, les Vieilles Charrues, les Francofolies, Solidays, les Eurockéennes…) et les plus célèbres scènes parisiennes comme l’Olympia, le Casino de Paris, la Maroquinerie, entre autres, les accueillent.

Leurs deux albums, My friends all died in a plane crash, sorti en 2007 et Where the oceans end, sorti en 2010, sont disques d’or et de platine.
Parallèlement à Cocoon, Morgane collabore avec d’autres artistes : en 2007, elle participe à l’enregistrement du prestigieux album Charles et Léo aux cotés de Jean-Louis Murat et de Denis Clavaizolle. En 2008, elle chante aux cotés de Julien Doré sur son premier album Erzats. La même année, elle apparait sur la chanson « J’irai au Paradis » de Daniel Darc, sur l’album Amours Suprèmes.

En août 2011, après leur tournée d’été, les deux membres de Cocoon décident de faire une pause afin de se consacrer à leurs projets parallèles respectifs.

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandorEn 2012, Morgane se lance dans un nouveau projet avec de nouveaux musiciens et crée Peaks. Un EP Love sort le 11 février 2012. Depuis 2014, elle forme le projet Un Orage avec Xavier Caux, qu’elle a rencontré sur les routes. Un EP est à venir très bientôt.

Parallèlement, elle sort son projet solo, un conte musical qu’elle a écrit et mis en musique : Les songes de Léo.

Les Songes de Léo (argumentaire officiel):

Elle en rêvait. Un disque, un livre, un spectacle, autour du même projet. Depuis toujours, Morgane Imbeaud croit en l’émotion unique provoquée par l’association de la musique et des images, un état sans frontière où toute création serait possible. Seule au piano, elle goûte à sa grande expérience de la scène et de l’écriture pop pour donner la vie à Léo, personnage mi-humain mi- félin qui habitera son grand projet.
Bande-originale d’un film imaginaire, conte moderne entre grands classiques et musique contemporaine, où la petite fille renaît entre chaque ligne, Léo est la toute première création de Morgane.

Spectacle longuement écrit et soigneusement interprété, porté depuis des années par une artiste à la sensibilité sans pareille, Léo s’aventure aux confins du conceptuel, et s’adresse à chacun d’entre nous, l’enfant fasciné par la noirceur des sous-bois, comme l’adulte enfermé dans ses certitudes.

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandor

(Photo Alexis Magand)

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandorInterview :

Tu dis que Les songes de Léo est le disque de ta vie. Pourquoi ?

Parce qu’il est l’aboutissement de tout ce que j’ai appris depuis que je fais de la musique et parce que je porte cette histoire depuis des années. Quand j’ai intégré Cocoon, je sortais du lycée et c’est à ce moment que j’ai appris réellement à faire de la musique. Ce projet est revenu dans ma tête il y a deux ans, quand je me suis remise à faire des thèmes de piano. J’aime beaucoup le partage et l’échange, c’est pour ça que je travaille beaucoup avec d’autres personnes, mais j’ai aussi élaboré ce projet pour montrer que j’étais capable de faire des choses toute seule. J’ai écrit un conte, mais avec des chansons qui ne sont pas narratives.

Quand tu as attaqué ce projet, a-t-il fallu que tu te désintoxiques  de la pop cocoonesque ?

Non, ça m’a même nourri. On se sert de toutes les expériences acquises et on crée.

Les songes de Léo - Morgane Imbeaud. Teaser.

L’histoire de Léo n’est pas très gaie. En dix chapitres brefs écrits à la première personne, tu racontesmorgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandor la folie, l’enfermement, la normalité, l’acceptation de soi.  

Ce sont des sentiments profondément contemporains vus par les yeux d’un personnage unique et singulier, confronté à la peur primale des rites initiatiques. De par les dessins et de par le fait que l’on emploie le mot « conte », on pense que c’est pour les enfants. Mais alors, pas du tout. C’est un conte qui s’adresse au public de 10 à 77 ans. Je n’ai pas d’enfant, mais je crois pouvoir dire que cette histoire est un peu dure pour les plus jeunes. J’avais envie de parler à l’enfant enfermé dans chaque adulte. Les adultes ont toutes les peurs et les sentiments que tu évoques dans ta question.

Toi aussi, tu les as ?

Jeune, j’ai toujours été très angoissée, très stressée. Aujourd’hui, je suis « guérie ». Je me connais par cœur, de corps en tout cas. Je me sens un peu plus armée que beaucoup de personnes de mon entourage. L’histoire que j’interprète, c’est un peu pour banaliser toutes ses peurs. Je veux faire comprendre que ce sont juste des sentiments normaux, même si je n’aime pas ce mot. Si quelqu’un n’a pas rencontré ces états-là, un jour, ça arrivera.

05 novembre 2015, Froggy's Session de Morgane Imbeaud, pour "Amour suis-moi".

Tu vas mieux depuis l’écriture de ce conte ?

(Rires) Ca va beaucoup mieux. Mais j’avais fait une vraie psychothérapie il y a longtemps et je n’avais plus envie d’en parler. Je me suis très vite dit « vivons et oublions tout ça ! ». Si j’ai voulu y revenir, c’est parce que c’est très présent autour de nous. Nous sommes dans un monde vraiment anxiogène. Quand on est angoissé, on se fait une montagne de tout et on se concentre sur son nombril. Je veux dire que ce n’est pas grave de traverser ces moments de doutes et d’angoisses, cela finit par passer.

Tu t’es entourée de Christophe Chabouté, un célèbre auteur de roman graphique, pour les illustrations et la création des personnages. Il ne participe jamais au projet des autres.

Quand j’ai lu qu’il ne travaillait avec personne, je me suis dit que j’étais en train de me tirer une balle dans le pied. Je l’ai contacté grâce à Facebook et il a accepté. Je suis super contente parce que le résultat est extraordinaire.

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandorJean-Louis Murat  a écrit quelques textes de chansons. C’est loin d’être votre première collaboration.

Même si on se connait, il fallait que le projet lui plaise. Il me connait tellement bien qu’il a réussi à me toucher avec ses mots, là où je ne pensais pas que cela soit possible.

Il y a des textes en anglais. C’est un peu désarçonnant.

J’ai arrêté de me bloquer là-dessus. Merci à Christine & The Queens  et Emilie Simon qui n’ont jamais hésité à chanter dans les deux langues. Il y a des chansons que j’ai pensées en anglais. Ce que j’ai envie de dire de primordiale, je ne peux le faire qu’en anglais.

Vous en êtes où avec Cocoon ?

Le nouvel album, Welcome Home sort le 27 mai prochain, mais comme je suis sur tous mes projets, Peaks, Un Orage et Les Songes de Léo, je n’y participe pas.

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandor

Pendant l'interview.

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandor

Après l'interview, le 6 novembre 2015. 

L'EPK du projet Les songes de Léo.

morgane imbeaud,les songes de léo,interview,cocoon,mandor

04 novembre 2015

Zaz : interview pour le CD-DVD Sur la route.

zaz, sur la route, interview, le magazine des espaces culturels leclerc, mandor

zaz,sur la route,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandorDeuxième interview de Zaz. Je l’avais mandorisé il y a cinq ans, quelques jours avant la sortie de son premier album. Elle n’était alors qu’une artiste « en devenir ». Elle est aujourd’hui la chanteuse française la plus populaire dans le monde, rien de moins. A l'occasion de la sortie de son CD-DVD, Sur la route, la chanteuse a répondu à mes questions il y a trois semaines de cela, pour Le magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois de novembre 2015). Elle est restée la jeune femme sympathique que j’ai connue la première fois, mais elle est plus sûre d’elle… Le succès rassure.  

zaz,sur la route,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

zaz,sur la route,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

zaz,sur la route,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

Zaz : bande annonce de Sur la route.

zaz,sur la route,interview,le magazine des espaces culturels leclerc,mandor

"Si jamais j'oublie", 1er single extrait du CD / DVD "Sur la route"

01 novembre 2015

Ingrid Desjours : interview pour Les fauves

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor« Depuis 1954 et la toute première enquête de Nestor Burma dans Les Nouveaux Mystères de Paris de Léo Malet, les éditions Robert Laffont proposent au plus grand nombre polars et thrillers, français et étrangers. C’est avec cet héritage chevillé au corps que nous lançons en octobre la collection « La Bête noire ».
Des intrigues fortes et originales, une littérature populaire de qualité destinée tant aux inconditionnels qu’à la nouvelle génération, une maison et des auteurs en relation directe avec leurs lecteurs. La Bête noire traquera ces derniers sur tous les territoires du polar : enquêtes âpres, thrillers abrasifs, suspenses éreintants, true-crimes glaçants, la bête grondera d’un constant désir d’adrénaline. Rassurez-vous, elle sera certes vorace, mais nous ne la nourrirons que d’une dizaine de titres par an, moitié français, moitié étrangers. La qualité la rassasiera plus que la quantité.La Bête noire est née, à vous de l’apprivoiser ! »

Voilà la présentation officielle de cette nouvelle collection dirigé par Glenn Tavennec. C’est le roman d’Ingrid Desjours (mandorisées , , (sous le nom de Myra Eljundir) et encore ), Les Fauves, qui lance cette collection.

Ingrid Desjours fait partie de ces auteurs de romans noirs dont je guette les sorties depuis le premier roman tant je suis admiratif de son talent. Les Fauves est un livre qui se dévore (je sais, c’est facile, mais tellement vrai). Un page turner qui fait froid dans le dos et qu’il est impossible de lâcher. La noirceur humaine, comme si vous y étiez. Le meilleur polar d’Ingrid Desjours. Sociétal et obscur comme jamais. Impressionnant!

Le 14 octobre dernier, nous avons déjeuné ensemble dans une brasserie de la capitale (micro ouvert).

4e de couverture :ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor

Votre pire prédateur : Celui qui vous aura apprivoisé.
« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa.
Lorsqu'elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d'Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l'entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ?
Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

« L'ex-profileuse est passée maitre dans la manipulation de sa proie : le cerveau du lecteur » Julie Malaure, Le Point.
« La faculté stupéfiante d'Ingrid Desjours à dépeindre les émotions humaines fait mouche à chaque fois » Marie Rogatien, Le Figaro Magazine.

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorL’auteur :

Ingrid Desjours est psychocriminologue. Après avoir exercé de nombreuses années auprès de criminels sexuels en Belgique, elle décide en 2007 de se retirer en Irlande pour écrire son premier thriller. Depuis, elle se consacre entièrement à l'écriture de romans et de scénarios pour des séries télévisées. Les nombreux psychopathes qu'elle a profilés et expertisés l'inspirent aujourd'hui encore. Outre ses tableaux cliniques pertinents, l'auteur excelle dans l'art de lever le voile sur la psychologie humaine et de faire ressentir au lecteur ce que vivent ses personnages, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Ses quatre premiers romans, Écho (2009), Potens (2010), Sa vie dans les yeux d'une poupée (2013) et Tout pour plaire (2014) ont été plébiscités tant par le public que par les libraires. Consécration : Tout pour plaire est en cours de développement pour une série TV par Arte. Elle a également animé l'écriture de Connexions, un polar interactif édité en partenariat avec l'émission « Au Field de la nuit » (TF1). Son dernier-né, Les Fauves, ouvre la nouvelle collection de polars et thrillers des éditions Robert Laffont : « La Bête noire. »

Ingrid Desjours publie également chez le même éditeur des sagas fantastiques chez Robert Laffont sous le pseudonyme de Myra Eljundir : la trilogie Kaleb ainsi que Après nous, dont le premier tome paraîtra en mai 2016.

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorInterview :

Ton 9e roman est particulier par rapport aux autres. Il est noir, certes, mais tu te diriges très nettement vers  la critique sociale et politique, dans la grande tradition du néo-polar français des années 70 et 80. Et tu pulvérises la frontière entre littérature de genre et littérature tout court.

Depuis Echo qui est sorti en 2009, j’ai écrit huit autres livres. J’ai changé, j’ai vieilli. On dit souvent qu’un livre, c’est comme un bébé. Je suis d’accord avec cette affirmation, c’est quelque chose d’organique. Ce que je crée est fonction de ce que je suis. Je n’applique pas une recette que j’utiliserais à chaque roman. Le livre dépend de moi, de mon état d’esprit, de l’évolution de mes réflexions, bonnes ou mauvaises. Il est le miroir de ce que je suis. Je ne vois pas mon écriture se figer, se scléroser dans un genre. J’ai envie de partager mes émotions et mes pensées, j’ai donc besoin de plus d’espace de parole.

L’action se situe en France peu après l’attentat contre les membres de Charlie Hebdo, le 7 ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorjanvier 2015.

Ça a été une espèce de déclic. Même avant ces évènements-là, j’étais déjà catastrophée par la montée des intégrismes et par l’apathie et l’inertie de nos dirigeants par rapport à ce problème. Quand est arrivé l’attentat de Charlie Hebdo, j’ai été très affectée et il a eu un impact très fort sur moi. Moi qui dénigre certains médias qui jouent beaucoup sur l’émotion au détriment de la véritable information, j’ai fait comme tout le monde. J’ai allumé mon poste sur une chaine d’info en continu et je n’ai pas pu lâcher l’écran de la journée, j’étais complètement hypnotisée. J’avais besoin de ce truc-là qui était horrible. Un vrai lavage de cerveau ! Avec ce livre, j’ai voulu témoigner et crier ce qui me révolte. La montée des intégrismes, la montée des haines et les épouvantails qu’agitent les politiques. Ce qu’il se passe en Europe et dans le monde me fout véritablement en l’air. Avant j’avais plus de réticences et de craintes à dévoiler ce que je pensais, peut-être par peur d’être jugée ou d’être à côté de la plaque. Mais à partir du moment où tu n’assènes pas les choses comme des vérités absolues et que tu gardes un peu d’humilité, au contraire, il faut parler, échanger.

Savais-tu, le 7 janvier, que tu allais en parler dans un livre ?

Non, ça m’est venu quelques mois après. Le livre a été écrit assez rapidement du coup. Un jour, c’est devenu une évidence, un besoin intense d’en parler.

Ton héroïne s’appelle Haiko, une jeune femingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorme, fille d'une célèbre journaliste dont le combat est d'empêcher les jeunes français de se faire laver le cerveau et de partir en Syrie faire le Djihad. Pour cela, elle a monté une association, N.e.r.F (Nos enfants resteront en France), qui a pour but de sensibiliser, agir auprès des jeunes qui commencent à se radicaliser et dans le pire des cas, contrecarrer le départ en Syrie, à la demande des parents.

Haiko est une jeune femme qui se cherche. Elle porte une culpabilité terrible et recherche la légitimité à sa vie et à son existence. Elle essaie de racheter deux fautes qu’elle estime avoir commise, cela en fait une espèce de passionaria qui pourfend les injustices et qui est de toutes les grandes causes. Elle a aussi besoin de se rassurer, alors elle utilise beaucoup les réseaux sociaux et les médias. Elle est très accro à la notoriété et à l’image d’elle qu’on lui renvoie. Comme si elle cherchait la confirmation qu’elle existe dans ce monde.

Elle est trouble.

Oui, d’un côté, elle fait des choses très positives, parce qu’elle défend des gamins et d’un autre côté, on sent bien qu’il n’y a pas que ça. 

Tant et si bien que l’on se demande si c’est une sainte ou une diablesse.

J’aime bien pointer du doigt nos filtres, nos préjugés et nos interprétations. On confond souvent analyse et interprétation. Moi, je fais en sorte que les lecteurs interprètent. Je ne mens pas dans mes livres, c’est le lecteur qui se trompe lui-même. Les apparences sont souvent très trompeuses. Il faut arrêter de tout prendre pour argent comptant.

Et les réseaux sociaux n’arrangent rien.

Cela crée des embrasements spontanés complètement démentiels. Une chasse aux sorcières en chasse une autre. Les gens prennent ce qu’on leur dit sans vérifier. Ils s’emballent, jugent, s’enthousiasment, dénigrent…C’est toujours de la surréaction et de la mauvaise émotion. Je parle aussi de cela dans Les fauves.

Ton héros masculin s’appelle Lars, un ancien militaire revenu d'Afghanistan qui a de ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorlourdes séquelles psychologiques. Il a été pris en otage par des Talibans et il est en ressorti traumatisé. Depuis son retour en France, Lars est addict à l'alcool et aux amphétamines, il a suivi une formation pour devenir agent de sécurité rapprochée. Il doit surveiller Haiko.

Il est aussi la quintessence de la virilité ! Il a une force brute et beaucoup de charisme. Haiko et lui, c’est le chêne et le roseau. L’homme que l’on croit un roc a une fêlure énorme. C’est un homme extrêmement fragile, un colosse aux pieds d’argile.

Il est attachant.

Oui, parce qu’il est entier, sincère et vrai. Il doute beaucoup et se débat avec ce qu’il a. Parfois, c’est la drogue, parfois c’est Dieu, parfois ce sont ses convictions. Il sait à quel point il est atteint, entamé et il essaie de préserver le peu qui lui reste. Il s’accroche à sa dernière petite part d’humanité. C’est un pur.

Une association qui essaie d’empêcher les enfants de partir en Syrie, ça existe ?

Il y a des gens qui sont spécialisés dans la déradicalisation et qui doivent faire un travail de détricotage énorme auprès de ces jeunes. Une association qui enlève les enfants, ça n’existe pas, en tout cas, pas à ma connaissance. C’est, a priori, le fruit de mon imagination.

Tu t’appuies sur des faits véridiques et pimentes le récit en ajoutant des articles et des témoignages sortis dans la presse ou disponibles sur internet. Tu as beaucoup enquêté ?

Je voulais avoir une vision la plus exhaustive possible. Je ne suis ni experte en géopolitique, ni en théologie, ni en profil de djihadiste, alors j’ai beaucoup cherché sur internet. J’ai été en contact avec un recruteur, j’ai lu des témoignages de familles d’ado qui sont partis et qui ont pu revenir, je me suis retrouvée sur le darknet et j’ai vu des discours et la propagande des Djihadistes… avec tout ça, j’ai essayé d’être plus dans l’analyse que dans l’interprétation. Je n’étais pas en très bonne compagnie ces derniers mois, je suis contente de revenir à la vie.

Tu ne t’es pas demandé si ce livre pouvait être dangereux pour toi ?

Je me suis dit que ce livre pourrait être mal interprété. On comprend ce que l’on est capable de comprendre. Il faut raison garder, c’est juste un roman et un témoignage parmi d’autres. Si on commence à ne plus rien dire parce qu’on a peur, on est déjà dans une dictature alors. M’autocensurer serait malhonnête.

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorQu’est-ce qui a été le plus difficile pour écrire ce roman ?

Sans conteste de donner la parole à tout le monde avec les vrais et bons arguments de chaque partie concernée. L’idée n’était pas de faire un procès à charge, mais d’essayer de comprendre les motivations des gens qui pouvaient être attirés par le djihad. On critique leur modèle social et leurs aspirations, mais posons-nous les bonnes questions : comment a-t-on pu générer cette envie-là chez la jeunesse ? Et nous, quel modèle de société propose-t-on ? On est déjà dans la chute de l’Empire romain là, une chute et une fin de civilisation qui n’est pas très reluisante. On propose aux jeunes un monde matérialiste, un monde sans croyance, sans valeur, un monde où personne n’a sa place. L’être humain a fondamentalement besoin de beauté, besoin de croire, besoin d’une forme de spiritualité et nous avons complètement négligé cette transmission-là. Finalement, comment ne pas être attiré par un mode de pensée morbide. Beaucoup d’islamistes vénèrent la mort. La mort est l’aboutissement final. On n’a pas assez ancrés les jeunes dans la vie, ils en viennent à souhaiter la mort. C’est quand même terrible.

Est-ce que la préparation et l’écriture de ce roman t’ont épuisé ?

L’écriture a plutôt été libératrice. Ce sont mes recherches qui ont eu des conséquences sur mon moral. Je ne suis déjà pas une grande optimiste et je n’ai pas une foi en l’humanité énorme, mais quand j’ai lu ce que j’ai lu et vu ce que j’ai vu, ça ne s’est pas arrangé. L’humain me désespère et m’horrifie. Au nom de la folie d’une poignée d’hommes, on tue, on torture, on massacre. Je ne sais pas où va ce monde…

Self défense avec Ingrid Desjours. Comment vous défendre quand un agresseur vous menace avec un couteau ?

Dernière réflexion sur Les fauves, plus anecdotique celle-ci. J’aime beaucoup le personnage qui enquête. Un certain capitaine François Alquier.

Ça m’a beaucoup amusé de te piquer ton nom et même de mettre un peu de toi dans mon personnage. Je me suis marrée à en faire un technophobe, un mec qui prend ses notes sur un petit calepin, qui n’est pas du tout branché réseaux sociaux, ordinateur… J’hurlais de rire en écrivant derrière mon ordi de te décrire ainsi. J’en ai fait aussi un amateur de photos. Le capitaine François Alquier mène tous ses interrogatoires avec des photos. Plus sérieusement, ce n’est pas rien, parce que le nom que je choisis pour un personnage va avoir une incidence sur sa personnalité.

Changeons de sujet, parlons de la déclinaison de ton roman Tout pour plaire en feuilleton ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorpour Arte.

Je viens de signer un contrat avec Arte série qui m’a demandé de développer mon roman en une mini-série de trois épisodes de 52 minutes. Je suis coscénariste avec Florent Meyer. Ensemble nous remanions le texte original, c’est donc une libre adaptation. Nous nous réservons même le droit d’une fin différente. Le producteur Stéphane Strano, de Delante TV, croit en moi et me soutient depuis le début. Je suis très heureuse que l’on me fasse confiance à ce point. J’ai juste peur de ne pas être à la hauteur, mais il paraît que c’est normal. 

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor

Le 14 octobre 2015, après l'entretien.

Pour finir, voilà ce qu'en pense l'excellent David Medioni pour Les déblogueurs TV.