Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Gil Alma (de "Nos chers voisins") : interview pour son one-man-show, "La vie est belle" | Page d'accueil | Sollex : interview pour Chansons en roue libre. »

17 août 2015

Julien Blanc-Gras: interview pour In Utero et pour la version BD de Touriste

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

Tout futur papa devrait posséder ce livre. Avec un style ironique, drôle, touchant et une rigueur d’observation impressionnante, Julien Blanc-Gras, tient le journal de la grossesse de sa femme, tel un aventurier des temps modernes. « Un voyage étrange… une expérience à travers les contrées sauvages et inexplorées menant à la paternité. »

Dans In utero, page après page, le lecteur partage les questionnements et les constats de l’auteur. Julien Blanc-Gras ne cherche d’ailleurs pas à être racoleur, c’est un livre simple et honnête, dans lequel tous les papas et les futurs se retrouveront. 

Les différentes étapes sont traitées avec une telle dérision qu’il vous sera très difficile de ne pas esquisser de sourire. « In utero » trouvera un écho particulier pour beaucoup d’hommes qui se sentent parfois exclus ou tout simplement pas à la hauteur de ce raz de marée sur le point de déferler et bousculer leur existence.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

« La paternité reste un truc pas viril », notait  Virginie Despentes (mandorisée là), auteure de Apocalypse bébé. L’injustice est réparée avec ce délicieux récit de Julien Blanc-Gras. A mettre absolument entre les mains de tous les futurs pères. Et aussi des mères pour mieux comprendre les questions existentielles qui traversent le géniteur apeuré.

Le 8 juillet dernier, ce papa désormais épanoui (mais un chouia fatigué par une nuit sans beaucoup de sommeil), est passé pour la seconde fois à l’agence pour sa troisième mandorisation. (La première là en 2008 et la seconde en 2013… et il y a un peu de lui aussi ici.) C’était sa première interview au sujet de ce livre.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor4 e de couverture :

« Il n'y a aucune raison de paniquer. Nous allons créer et accompagner une existence. C'est une formidable nouvelle, me dis-je en tapant vol aller simple Patagonie sur mon clavier. » Journal de grossesse d'un futur père, In utero relate cette aventure intime et universelle, avec ses joies, ses angoisses et ses questions fondamentales. Faut-il se reproduire dans un monde surpeuplé ? Comment faire rire une femme enceinte ? Et surtout, peut-on accoucher en chaussettes ?"

L’auteur :

Né en 1976 à Gap, Julien Blanc-Gras est journaliste de profession et voyageur par vocation. Il a publié trois romans au Diable vauvert, Gringoland, qui conte un périple latino-américain, lauréat en 2005 du festival du premier roman de Chambéry et « Talents à découvrir » des librairies Cultura ; Comment devenir un dieu vivant en 2008, une comédie apocalyptique déjantée ; et Touriste, un récit de voyage curieux, surprenant, malicieux. Il a séjourné aux îles Kiribati à l'automne 2011 pour réaliser son dernier livre, Paradis [avant liquidation].

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandorL’interview :

Devenir papa, c’est donc une aventure qui mérite qu’on écrive un livre sur le sujet ?

C’est un voyage vers la planète paternité. D’ailleurs, je suppose que tu as remarqué que dans le ton, le style, la forme, je le traite comme mes voyages de mes livres précédents. Au début, je n’avais pas l’intention d’écrire un livre sur la grossesse. J’ai commencé à écrire le soir même où on a appris qu’on allait être parents. J’étais bouleversé par la nouvelle, je me suis donc mis à écrire pour expulser mes émotions et mettre de l’ordre dans mes idées. J’ai continué les jours qui ont suivi sans savoir que j’allais le publier un jour. A la base, je voulais que ce soit un document destiné à mon fils… pour qu’il le lise plus tard. A un moment, je me suis dit que, comme j’étais écrivain, il était logique que j’écrive sur ce sujet « officiellement ».

Il y a très peu de livres sur l’état du père pendant la grossesse, à part ceux de John Fante et de Philippe Jaenada.

En effet. Par contre, on trouve beaucoup de livres pratiques du jeune papa. Il y a aussi beaucoup de récits de grossesse écrits par des femmes.

Ce n’est pas très sexy pour un homme d’évoquer ce sujet ?

Virginie Despentes explique que ça ne fait pas très viril. Moi, je ne trouve pas que ce soit dévirilisant d’écrire sur la paternité.

Ta femme, dans le livre, tu l’appelles « La femme ». Es-tu marié d’ailleurs ?

Figure toi que nous nous sommes pacsés il y a trois jours.

Félicitations ! Quand tu lui as appris que tu voulais écrire sur sa grossesse, qu’a-t-elle julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandordit ?

Comme je l’ai expliqué dans In Utero, ma femme ne fait pas trop de cas de mes livres. Je lui ai soumis l’idée parce que je ne voulais pas écrire ce livre sans lui demander l’autorisation.  Elle est quand même le personnage principal et l’action se passe un peu dans son utérus. Elle m’a répondu qu’effectivement, ça pouvait être rigolo. Elle a été la première lectrice de ce livre.

Elle a aimé ?

Je crois que ça lui a plu, sinon, elle me l’aurait dit. Elle ne m’a pas censuré, c’est déjà pas mal.

Que ressent précisément l’homme qui va être papa ?

A la fois de l’exaltation et de la joie… et en même temps une terreur et une panique irrépressible. L’idée que l’on va avoir une nouvelle vie et que la précédente est perdue à jamais n’est pas facile à assimiler. Et puis, c’est la fin de l’insouciance et de l’égoïsme. Tout le livre repose sur la bascule entre la joie et la peur.

Tu dis que l’enfant entraîne une réduction considérable du niveau de liberté. Or, cette liberté est ton gagne-pain. L’annonce de l’arrivée de cet enfant a eu pour première conséquence d’une remise en question professionnelle. Tu as eu peur de la perte de la liberté ?

Ça traverse la tête de tous les futurs pères. Notre liberté se trouve réduite du fait que l’on devient responsable d’un petit être merveilleux. Dans mon cas, peut-être encore plus car je n’ai pas une vie réglée par le salariat. Mon métier est de voyager et d’écrire donc, ce processus-là, chez moi, était encore plus développé.  

Ce roman est universel. Tous les papas du monde entier vont se retrouver.

J’ai essayé de raconter mon expérience intime, mais aussi de prendre un peu de distance et de recul pour que ce ne soit pas que mon histoire, mon nombril et celui de « la femme ».

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandorTu donnes quelques références sur comment la grossesse se passe dans certains pays que tu as traversé. Là, on retrouve le Julien Blanc-Gras que l’on connait.

Il n’y a pas tant que ça des différences. On retrouve l’universalité de certains gestes et de certaines attitudes dans des cultures très différentes, parce que, finalement, cette expérience est partagée par tous les êtres sur Terre.

« Rétif à l’autorité, j’ai toujours refusé d’avoir un patron. Mon quotidien sera désormais régulé par un dictateur… Le bébé, ce nazi. » Tu n’y vas va pas un peu fort, là ?

Il s’agit évidemment d’humour. Je pense que les lecteurs saisiront le second degré. Cela dit, j’ai pu le vérifier depuis (rires).

Maintenant que l’enfant est là, trouves-tu des accointances entre tes écrits et la réalité ?

Sans dire que l’enfant est un nazi, il pratique en tout cas une forme de torture assez raffiné qui est « la privation de sommeil ». J’ai expérimenté cette torture encore cette nuit (rire). Le fait de savoir à quoi on s’attend et le fait de le vivre, c’est autre chose. Je dis cela, mais c’est l’expérience la plus merveilleuse qu’un homme puisse vivre.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

Tu racontes tous les incontournables des différentes étapes de la grossesse.

Le test de paternité, la première échographie, la deuxième, les angoisses par rapport à l’accouchement, les cours de préparation à l’accouchement qui sont un peu folklos et l’accouchement lui-même, qui est un moment assez intense. Tu te poses des questions du genre : « Est-ce que tout va bien chez l’enfant ? » ou « est-ce un garçon ou une fille ? » Ce que tu vis en tant que père est à la fois exaltant et terrifiant.

Souvent, tu expliques que tu t’es senti inutile pendant la grossesse.

Cette sensation d’inutilité, je crois que de nombreux futurs pères l’ont vécu aussi. Tu fais de ton mieux, mais tu ne peux pas faire grand-chose, si ce n’est soutenir ta femme et lui emmener des fraises quand elle le désire.

Tout ce que tu racontes, tu l’as vécu ?

Le fil du livre étant la grossesse de ma compagne, c’est donc très autobiographique, mais il y a une partie documentée que j’ai insérée dans le récit.

Je trouve que ton livre a comme vertu de rassurer les jeunes futurs papas.

Je n’ai pas pensé à l’effet que ce livre allait faire sur le lecteur, mais il est vrai que la trame narrative est une marche vers l’optimisme. Une fois qu’on a pris la décision d’être parent, il faut se forcer à être optimiste parce qu’on n’a pas le choix.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandorTu dis même : « L’enfant, c’est un acte optimiste. Un pari sur l’éternité. »

On peut avoir un tempérament désabusé, voire pessimiste, ce qui est mon cas, il n’en reste pas moins que ça change ta façon d’envisager la vie.

Je te cite encore : « Le monde ne devient pas plus dangereux quand on devient père, mais notre rapport au danger se modifie ».

Je ne parlais pas pour ma propre personne, parce que je n’ai pas plus peur qu’avant. Je sais juste que si je meurs, les conséquences seront plus graves. Je suis désormais responsable d’un petit être qui n’est pas encore autonome. Moi, j’ai plus peur pour les autres. Pour ma compagne et pour mon enfant notamment.

As-tu perdu la liberté, finalement ?

La difficulté, c’est de trouver l’équilibre entre la responsabilité qui t’incombe et le niveau de liberté que tu peux garder. Pour l’instant, j’arrive à continuer à voyager et à faire ce qui me plait, tout en étant un père présent.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

Pendant l'interview...

As-tu changé depuis que tu es papa ?

Oui, bien sûr. Ça change un homme étant donné que les priorités changent.

Tu continues aussi souvent de partir en voyage ?julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

Oui, mais je ne pars plus deux ou trois mois comme je le faisais avant. Je n’ai pas envie de rentrer et qu’un jour mon fils me dise : « bonjour monsieur ».

Ce livre est aussi une belle déclaration d’amour à « La femme »…

Oui, évidemment que c’est aussi ça.

Et il y a du fond dans ce livre… comme d’habitude.

J’essaie toujours de traiter des sujets sérieux avec légèreté. Dans In utero, je parle un peu du sens de la vie. Choisir de faire des enfants ou pas, c’est la question la plus importante à se poser dans la vie.

Pour conclure sur ce livre, tu dirais quoi ?

Que le fait d’être père est la chose la plus merveilleuse et la plus chiante qui me soit arrivé. Le côté dur est largement compensé par le bonheur que cela t’apporte.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

Julien Blanc-Gras et Mademoiselle Caroline.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandorOn va parler de la bande dessinée tiré de ton livre, Touriste. Comment est née l’idée ?  

De manière très naturelle. J’ai rencontré Mademoiselle Caroline dans un salon du livre. Nous étions installés l’un à côté de l’autre et nous avons échangé nos ouvrages. J’aimais bien ses dessins et elle a bien aimé Touriste. Après quelques messages de félicitations réciproques, je lui ai proposé d’adapter mon livre en bande dessinée. Elle a répondu immédiatement que c’était une super idée. On a proposé le projet à son éditeur, Delcourt. Il a dit oui et voilà.

Le résultat est franchement remarquable.

Elle a fait un super boulot. Elle a beaucoup travaillé sur ce projet. Plus que moi. Je me suis contenté de faire l’adaptation scénaristique.

C’est du boulot quand même !

Oui, parce qu’il faut casser ce que tu as construit pour le reconstruire différemment avec d’autres contraintes. J’ai élagué un tiers du roman, sinon, la BD aurait fait 2000 pages. Caroline a adapté et réinterprété. C’est-à-dire qu’elle a mis sa personnalité graphique et pas que graphique. Cette BD, c’est aussi sa BD.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

J’ai reconnu nos amis communs, François Perrin, Philippe Jaenada (mandorisés ensemble là) et Richard Gaitet (mandorisé tout seul ici).

Oui, on s’est fait plaisir avec quelques clins d’œil. Ils n’ennuient pas le lecteur et ça fait plaisir aux potes en question. Et Caroline connait et apprécie beaucoup Philippe Jaenada, c’est aussi un hommage.

Et le Prix Goncourt décerné à Bertrand Guillot (mandorisé là) !

C’est prophétique, il l’aura un jour.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

Et ça fait quoi de devenir un personnage de BD ?

En termes d’ego trip, c’est formidable, non ? Ça fait bizarre parce que je suis très amateur de bandes dessinées. Mon père en a des milliers et j’en ai bouffé pendant toute mon enfance.

Et une version ciné ?

Ce serait le rêve. Mais ça couterait cher. S’il faut tourner dans quinze pays…

Quels sont tes projets ?

Je suis en train d’écrire un récit de voyage sur le Qatar où je suis allé au mois de décembre dernier. Il sortira au Diable Vauvert l’an prochain. J’y ai passé un mois. C’est un pays dont on parle beaucoup, mais que l’on connait assez peu de l’intérieur. Il y a plein de trucs rigolos et inattendus à raconter sur ce pays. Sinon, je pars prochainement au Groenland pendant trois semaines. Je pense que j’en tirerai également un récit de voyage.

julien blanc gras,in utero,touriste,bd,mademoiselle caroline,interview,mandor

L'interview s'étant (évidemment) très mal passée, Julien Blanc-Gras s'est énervé...

Commentaires

Le journal Le Progrès de ce matin parle du livre de Julien Blanc-Gras. Je préfère de loin cette interview qui me donne vraiment envie de lire In Utero. Un beau sujet que les émotions d'un jeune papa, surtout s'il est traité avec humour.

Écrit par : danielle Akakpo | 17 août 2015

Les commentaires sont fermés.