Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jean-Baptiste Bullet : interview pour sa chanson #JeSuisCharlie | Page d'accueil | Henri Lœvenbruck : interview pour Nous rêvions juste de liberté »

15 juin 2015

Sigolène Vinson : interview pour Le caillou

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Une jeune femme qui rêve d’être un caillou. Il n’y avait que Sigolène Vinson pour oser entreprendre un tel livre. Elle a pourtant réussi une fable solaire sur le vieillissement, la création et la solitude. Une réussite littéraire très originale. Une écriture exceptionnelle et un sujet captivant. L’héroïne (dont on ignore le nom) retourne sur les traces du passé d'un vieux voisin décédé. Un retour aux sources en Corse apportera l'apaisement moral et physique dans la vie monotone de cette femme.

Pour tout dire, Sigolène Vinson est une personne que j’aime beaucoup. Je l’ai rencontré la première fois pour la mandorisation de son livre J’ai déserté le pays de mon enfance (elle est aussi présente dans cette mandorisation un peu spéciale). Et puis nous sommes devenus amis. On a souvent refait le monde.

Mais, le monde qu’on refait, visiblement, on ne le refait pas toujours très bien.

Son monde a elle s’est écroulé. Et nous, on a eu peur. Sacrément.

Sigolène Vinson fait partie des rescapés du massacre de Charlie Hebdo. Elle était au cœur de la tragédie. Et aujourd’hui, elle tente de s’en remettre.

Elle fait comme elle peut.

En tout cas, parler de son roman sans faire allusion au lien de l’auteure avec ce lâche et ignoble attentat aurait été d’une hypocrisie sans nom.

Parce que tout est lié.

Et parce que ce 7 janvier 2015 fait partie de l’histoire… et fait surtout partie de son histoire.

Le 18 mai dernier, quand Sigolène est venue à l’agence, c’est la première fois que je la revoyais sourire. Elle me semblait redevenir ce qu’elle était avant « les évènements ». Mais, je sais bien que ce n’était qu’une illusion. Que rien ne sera jamais comme avant pour elle. Je sais aussi qu’elle est forte et qu’elle se bat jour après jour. Je suis heureux que son « Caillou » soit si bien accueilli. Et que l’on puisse parler de nouveau littérature. Avec légèreté et passion.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandorLa 4e de couverture :

Le Caillou, c’est l’histoire d’une femme qui voulait devenir un caillou.

« Avant de raccrocher, je lui confie que j’ai dans l’idée de partir quelques jours en Corse. Je l’entends renifler et pleurer. Pour elle, c’est le premier signe de vie que je donne depuis bien longtemps. Le dernier qu’elle a perçu, c’est le cri que j’ai poussé en venant au monde. Elle oublie qu’enfant, je riais tout le temps et embrassais le bonheur commun. Ce n’est que plus tard que j’ai eu des vues nouvelles, d’abord celle d’un désert sous ma fenêtre, et depuis peu, celle du large. »

L’auteure :

Sigolène Vinson est née en 1974. Elle est journaliste à Charlie Hebdo et à Causette. Elle est également l'auteur d'une autofiction (J’ai déserté le pays de l’enfance, Plon, 2011) et de plusieurs polars écrits à quatre mains avec Philippe Kleinman.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandorInterview :

L’idée de vouloir écrire un livre sur une jeune femme qui veut devenir un caillou t’es venue comment ?

J’aime beaucoup les cailloux et j’ai vécu dans des pays où il y en a beaucoup. Dans J’ai déserté le pays de l’enfance, il y avait déjà un caillou dans le coffre des bagnoles pour éviter qu’une bouteille de gaz n’explose. J’ai vécu en Corse et je passais mon temps assise sur un caillou. Il y a deux ans, je me suis inscrite à l’école du Louvre en auditeur libre. J’ai fait de l’histoire de l’art. Même si ce que je préférais était la peinture, j’ai aussi fait de la sculpture. Un jour, la prof nous présente Le gisant de Catherine de Médicis. Je décris cette sculpture dans mon livre. Elle est à la fois assez terrifiante et troublante. Bref, on donne au caillou la forme humaine, je me suis donc demandée pourquoi on n’essayait pas l’inverse. Ce n’est pas une idée nouvelle. Dans Les visiteurs du soir de Marcel Carné, à la fin, des personnes deviennent des statuts. Dans le livre, L’âge de pierre, de Paul Guimard, un homme désire devenir granit. Je pense aussi à la fin des Travailleurs de la mer de Victor Hugo quand Gilliatt va s’asseoir dans un siège naturel creusé dans le roc du rivage, la « Chaise Gild-Holm-'Ur », et se laisse submerger par la mer tout en regardant s'éloigner le navire. L’idée n’est donc pas nouvelle, mais je voulais me l’approprier à ma façon.

Les personnages de ton roman sont inspirés de gens que tu as croisé ?

Oui. Mais j’ai forcé le trait de chacun. Normalement, personne ne devrait se reconnaitre (rire).

Ton roman est difficile à expliquer. Il est tellement plein de surprises et de rebondissements, qu’on est obligé de rester à la surface pour ne rien déflorer.

Oui, le roman est très structuré, mais j’écris simplement, je recherche l’économie de moyen.

L’héroïne te ressemble.

Pourtant, ce n’est pas moi. D’ailleurs, je ne la décris jamais. Récemment, ma mère, qui a lu ce livre et qui a été très touchée, m’appelle et me demande pourquoi je la fait mourir avant mon père. Je suis obligée de lui expliquer que ce n’est qu’un roman et qu’il ne s’agit pas d’elle. Parce que je marque « je », elle pense que c’est moi.

Je reconnais quand même un peu de toi dans la façon d’être, de penser et de voir le monde.

Oui, bien sûr, nous ne sommes pas aux antipodes l’une de l’autre. La narratrice est très proche de moi. Et je te concède que la vieillesse dont je nappe mon héroïne est celle que je m’imagine. En espérant devenir vieille… J’ai toujours pensé que je ne serai jamais vieille. En commençant à écrire ce livre, il y a deux ans, je me suis dit que je m’offrais une vieillesse que peut-être je n’aurai pas.

Pourquoi ton héroïne n’a-t-elle pas d’identité ?

Peut-être que c’est parce qu’elle n’existe pas. Peut-être que c’est vraiment un caillou sur la mer. Il y a dans ce livre plusieurs réalités… mais laquelle est la bonne ? S’il y en a une bonne…

Dans cette fable, il y a à la fois de la violence, de la douceur et une belle dose d’humour.

En vrai, je voulais faire rire, mais je savais bien que quelques passages étaient tristes. Je suis comme ça, drôle et triste à la fois.

Quelles sont tes références en matière de rire dans la littérature.

San Antonio et Romain Gary. Oui, Romain Gary me fait pas mal rire.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Dans le Lire de ce mois-ci.

Ton héroïne dit : « quand j’ai besoin d’un bouc émissaire, je me regarde dans la glace et je le trouve ». C’est de l’autoflagellation.

J’aime bien me faire du mal (rires). A une époque, je me complaisais là-dedans. Plus aujourd’hui (silence).

A cause de ce que tu as vécu le 7 janvier ?

Bien sûr. Depuis, je vois la vie autrement. Je suis triste perpétuellement, mais j’imagine que je suis contente d’être en vie. Pour l’instant, je marche un peu décalée. Ça s’appelle une dissociation mentale et c’est quelque chose contre laquelle je ne peux  rien faire. Je marche en dehors du monde. J’ai l’impression d’être à côté de vous tous, en fait.

Et être encore en vie t’a donné envie de vivre des choses incroyables ?

Je pensais que c’est ce qui allait se passer en moi, mais finalement, tu reprends un quotidien… Avant, j’étais déjà quelqu’un de très peu énervée, mais aujourd’hui, je le suis encore moins. Je peux être en colère contre les choses politiques, humanistes etc… mais pas contre les choses du quotidien. Plus rien ne m’énerve.

Y-a-t-il une hiérarchie dans la douleur ?

J’ai appris que non. Chacun, avec son histoire personnelle à une douleur, il n’y a aucune hiérarchie. A Charlie, il y a eu ceux qui ont vu les choses, ceux qui étaient en bas… la douleur est similaire. Tu sais, mes amis continuent à me raconter leur petits tracas et je les écoute avec intérêt. Jamais, je ne vais leur dire d’arrêter parce que moi, j’ai vu dix corps d’amis par terre. Bon, j’arrête un peu, je vais chialer là.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Sigolène Vinson entourée de ses amis Honoré, Cabu et Charb...

Pardon, je m’étais promis de ne pas aller vers ce terrain-là. En tout cas, ce livre, si tu l’avais entamé récemment, tu ne l’aurais pas écrit de la même façon, non ?

Je suis sûr que si. Le personnage voulait devenir un caillou pour ne plus avoir mal. Là, ce que je me garde de faire tellement j’ai mal, c’est de ne pas devenir un caillou… parce qu’on peut très vite devenir insensible à tout ce qui nous entoure.

Tu écris beaucoup en ce moment ?

Non, l’imaginaire est en berne. Les médecins m’ont dit que c’était normal après ce qu'il m’est arrivé. Mes idées sont bloquées, je n’arrive pas à divaguer trop. Je vais me contenter pour le moment de reprendre des choses que j’avais écrites avant et je vais les retravailler. J’écris encore des articles pour Charlie et désormais pour Causette. Tout ce qui est factuel, je peux le faire, mais c’est tout. Quand j’essaie de faire divaguer mon esprit, il me ramène toujours au même truc. Toujours.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Pendant l'interview.

Parlons de la Corse, un des « héros » de ton livre.

J’y ai vécu quatre ans. Mon ex-compagnon était corse. J’ai fait beaucoup de boulots saisonniers là-bas. Il y a deux ans encore, j’étais dans une caravane pendant six mois.

Tu te moques un peu des corses, mais avec une telle tendresse que personne ne pourra s’offusquer.

J’aime terriblement la Corse. J’y ai beaucoup d’amis. C’est vrai que la rive sud d’Ajaccio est assez particulière. Il y a une solidarité familiale et amicale qui est forte, et en même temps, il y a une espèce de pudeur. Les gens parlent beaucoup, mais n’expriment pas l’émotion, leur intimité et les sentiments. Là, c’est bloqué.

Leur rapport à la mort est très particulier.

Je l’ai rendu un peu philosophique dans le livre. Il y a deux ans, tous les jours dans Corse Matin, la une était sur un assassinat. Dans mon roman, j’en ai fait un truc récurrent, un peu drôle, un peu caricatural... J’ai tiré ça vers une philosophie de vie qui est de mourir. Par solidarité, ils s’entretuent, parce que c’est mieux de mourir. Moi, personnellement, je n’ai pas envie de mourir…

Ton héroïne est libre. On aimerait tous faire comme elle.

Moi aussi.

Mais tu es souvent partie seule quelque part dans un pays lointain.

C’est vrai. Mais, je ne l’ai sans doute pas assez fait. Aujourd’hui, je vis par procuration à travers ce que j’écris.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Après l'interview...

Ton livre est très bien accueilli.

Je suis surprise, mais mon éditeur semblait y croire. Habituellement, il édite de la littérature ardue. Je lui ai envoyé parce que nos amis communs, Erwan Lahrer et Bertrand Guillot, qui avaient lu le livre L’ancêtre de Juan José Saer, me l'avaient conseillé. J’ai trouvé cette maison très intéressante et j’ai envoyé mon texte assez rapidement. Je n’y croyais pas trop, car je pensais que mon écriture était trop simple pour que cela passe. Finalement, l’éditeur, Frédéric Martin, a été emballé par le texte. Il a trouvé Le caillou plein d’amour et très généreux. Il a fait le pari de m’éditer.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandorQuel sera ton prochain livre ?

Il va s’appeler Courir après les ombres et sortira, à priori, le 18 août chez Plon. Il sera très différent du Caillou, mais pas si différent… Il y aura de nombreuses solitudes qui s’entrecroiseront. Ce sera aussi une fable.

Depuis cet attentant du 7 janvier, tu es très connue. Les journalistes doivent s’intéresser à toi… mais pas uniquement pour ton actualité littéraire.

Je suis encore beaucoup contactée pour parler de l’attentat parce qu’il y a des docs qui se préparent sur le sujet à l’occasion du premier anniversaire. Mais j’ai remarqué que beaucoup de journalistes littéraires qui ont lu mon livre ne savaient pas qui j’étais.

Ça me paraît curieux qu’on ne sache pas qui tu es, parce que lorsqu’on tape ton nom sur Google…

En ce moment, je t’assure que j’aimerais bien m’appeler autrement que Sigolène Vinson.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Après l'interview, le 18 mai 2015, j'ai raccompagné Sigolène à sa Harley Davidson (une passion absolue).

Les commentaires sont fermés.