Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jean-Christophe Rufin de l'Académie française : interview pour Check Point | Page d'accueil | Julie Zenatti : interview pour Blanc »

09 avril 2015

Bastien Lallemant : interview pour La Maison Haute

Franck Loriou.jpg

(Photo : Franck Loriou)

4905c7_77e5055873b549adad6d479a32c5e48a.jpeg_srz_p_285_160_75_22_0.50_1.20_0.00_jpeg_srz.jpgJ’écoute Bastien Lallemant depuis Les premiers instants (2003) ; puis j’ai découvert Les érotiques (2005) et Le verger (2010). Mais je n’avais jamais rencontré cet immense artiste (à classer parmi les plus grands orfèvres de la chanson française d’aujourd’hui).

Et ce n’est pas parce qu’il n’avait pas sorti d’album depuis cinq ans qu’il dormait… non, il faisait la sieste. Et pas seul. Bastien Lallemant propose aux quatre coins de la France et à l’étranger une expérience singulière : la sieste acoustique. « Un moment d’abandon et d’écoute inédite durant lequel le public est invité à s’allonger dans l’obscurité et à se laisser bercer par une poignée d’artistes qui chantent et disent des textes sous la lueur toute poétique d’une simple ampoule suspendue. »
Aujourd’hui, Bastien Lallemant revient accompagné de quelques « siesteux » pour un nouvel album, La Maison Haute. Un chef d’œuvre. Pas moins.

11058505_1093274777365008_4739978371607348449_n.jpg

bastienlallemant01.jpgEt à partir d’aujourd’hui (9 avril), il entame sa "tournée internationale" au Théâtre de la Cité Internationale (Paris 14ème) jusqu’au 14 avril... Bastien Lallemant fera résonner son timbre profond dans un cadre acoustique. Des événements ponctueront cette tournée. Entre autres : une lecture musicale avec le romancier Arnaud Cathrine, un spectacle dessiné avec le bédéiste Charles Berberian et un autre dégusté avec une sommelière, et les bientôt fameuses siestes acoustiques où les spectateurs sont invités à somnoler doucement au rythme mélancolique des chansons et des récits de Lallemant et compères.

Teaser de la tournée à la Cité Internationale du 9 au 14 avril 2015.

Une rencontre s’imposait. Elle s’est tenue à l’agence le 9 mars dernier.

11026017_856097157770136_2213475753007237623_n.jpgArgumentaire officiel de l’album :

"L’homme des Siestes Acoustiques", Bastien Lallemant revient avec un 4ème album La Maison Hauteenregsitré au Studio Vega, avec JP Nataf et Seb Martel à la réalisation, et, derrière les micros, Maëva Le Berre, Jean Thevenin, Pascal Colomb, Pierre-Olivier Fernandez, mais aussi Albin de la Simone, Maissiat, Françoiz Breut, Katel, Diane Sorel, les Innocents...
Sans oublier Charles Berberian pour « dessiner » l’enregistrement et illustrer le journal de création qu’on pourra trouver à la sortie des concerts au côté de l’album. Douze chansons où dans un minimalisme musical subtil, on percevra des clins d’œil délibérés au rock américain et des arrangements d’autant plus riches qu’ils ne haussent jamais le ton mais réservent des surprises presqu’à chaque virage.
Bastien Lallemant nous parle droit dans les yeux. De nos amours. La fresque est intime : le pouls en cinémascope, branché sur le coeur.

La Maison Haute est sorti le 2 mars 2015 et Bastien Lallemant sera en tournée en 2015 et 2016.

Fred Chapotat.jpg

(Photo : Fred Chapotat)

548185946.jpgInterview :

Vous faites beaucoup de choses entre deux albums.

Je ne veux pas laisser beaucoup de temps entre deux disques, mais je n’arrive pas à faire autrement. D’abord parce que j’écris très lentement. J’écris beaucoup, mais je jette énormément de chansons. J’attends le moment où je vois poindre un album. C’est un travail sur le temps. Il y a aussi la difficulté de rencontrer à chaque fois un entourage professionnel et des moyens de production suffisant pour faire le disque dont je rêve.

Dans le précédent album, Le verger, c’est Bertrand Belin et Albin de la Simone qui vous accompagnaient, cette fois-ci c’est JP Nataf et Seb Martel. Mazette !

Ce sont des amis, des gens que je connais depuis les années 2000. Ils m’ont fait l’amitié d’apprécier mon travail et de me soutenir. Pendant des années, on a partagé beaucoup de scènes où l’on croisait nos répertoires et nous avons eu quelques projets en commun, dont certains atypiques, comme les siestes acoustiques. On se connait parfaitement les uns, les autres.

Et ça, c’est primordial pour travailler avec vous ?

Je travaille vraiment beaucoup mes textes, mes musiques, mes arrangements avant de les confier à une équipe. J'ai besoin que les réalisateurs à qui je confie mon travail soient des gens de confiance qui sachent aller chercher dans les énormes paniers que je remplis d’intentions, de musiques et de notes… et dégager l’essentiel des choses.

Clip de "Un million d'années", réalisé par Charles Berberian et Thomas Pons.

Il y a souvent un fil conducteur dans vos disques.arton254.jpg

Quand je mets un album de qui que ce soit, je veux pouvoir l’écouter de A à Z. J’aime cette idée de cheminer pendant une quarantaine de minutes à travers un univers où les chansons se répondent ou, tout au moins, abordent une thématique sous différents angles.

Et dans cet album, quelle est la thématique ?

L’amour confronté au temps, l’endurance de l’amour, l’endurance des êtres face aux temps, la solitude, ces envies que l’on peut avoir de temps en temps de prendre la tangente. Nous sommes nombreux à se dire que l’on va prendre le premier train qui part en direction de la plaine pour s’absenter du monde. Ce sont des questions et des réflexions qui sont en moi depuis longtemps, mais qui ont réapparu de manière plus soutenue depuis que j’ai la quarantaine. La Maison Haute est un disque que je n’aurais pas écrit à trente ans. Il pose aussi des questions comme « qu’est-ce que l’on va faire, quand les enfants seront partis ? », « est-ce que notre amour va résister au temps ? » Je tiens à préciser qu’il y a de la lumière dans tous ces questionnements. La lumière détermine beaucoup de choses dans mes humeurs, dans ma vie de tous les jours, dans ma vie au long cours.

Est-ce contraignant d’avoir un fil conducteur quand on prépare puis quand on enregistre un disque ?

Pour moi, c’est plutôt une canne. Quand je choisis un thème, comme l’amour par exemple, je vais l’aborder une première fois à travers des personnages et des décors. Vont apparaître des choses intimes et profondes… mais je n’ai pas envie de faire deux ou trois chansons qui vont dire à chaque fois les mêmes choses. Quand j’ai le thème, c’est comme si je tournais autour d’un objet et que je le regardais sous un autre angle. J’aime assez l’idée de multiplier les chansons autour d’un même objet, comme si on gravitait autour du soleil ou d’une planète et que l’on en voyait soudain les faces cachées. Dans cet album, je montre certaines faces cachées de l’amour.

On a l’impression que votre univers est noir, or, il ne l’est pas tant que ça.

Dans mes chansons, il faut souvent gratter et lire entre les lignes. Une chanson comme « Le vieil amour » a plusieurs sens de lectures. On ne sait pas si le couple dont je parle va réinventer son amour ou se réinventer ailleurs, dans d’autres amours, chacun de son côté. Il y a toujours des perspectives, des points de fuites. Je suis plutôt quelqu’un d’assez optimiste, d’assez gai, qui a une vie plutôt posée, mais qui se pose des questions et qui aime bien les émettre en chansons.

Teaser de "Le vieil amour".

lallemant_couv1.jpgVous, ce qui vous intéresse, c’est la farce tragique.

C’est exactement le bon terme.

Votre écriture est littéraire, d'ailleurs vous avez écrit un livre, "Une lentille dans le caillou" dans lequel vous décrivez la création et ses mécanismes. Êtes-vous un grand lecteur ?

Je lis énormément depuis des années. Des auteurs contemporains français, mais essentiellement de la littérature classique. Je ne peux pas me passer de ça dans ma vie. La littérature est un des territoires les plus passionnants que je connaisse. J’ai toujours besoin de cet arrière monde pour m’isoler du vrai monde, pour me ressourcer. Je trouve dans les classiques cette possibilité d’échappée.

Vous parlez souvent de fuite. Fuyez-vous vous-même ?

J’ai le sentiment d’avoir une vie un peu à part. Je travaille essentiellement à Paris, mais je vis à la campagne. Je vis en famille dans un petit cocon qui n’appartient qu’à moi et aux miens proches. Mes chansons reflètent cela. Elles sont presque rurales, rarement urbaines, et elles n’ont pas besoin de s’inscrire dans une démarche contemporaine ou sur une quelconque réflexion sur la chanson. Elles sont ma façon d’exprimer des choses très personnelles et de moins en moins avec la préoccupation de plaire… mais pourtant, ça m’intéresse d’être compris.

Aimeriez-vous être plus « populaire » ?

C’est vrai que j’ai un public qui est très très fidèle, mais qui est très très réduit. Pour autant, il n’y a rien qui me désolerais plus que d’être taxé de chanteur élitiste… littéraire, c’est déjà beaucoup. Je vous assure que je fais vraiment un travail pour que mes chansons soient accessibles. C’est pour ça que je mets si longtemps à en faire. Dès que je débusque une posture dans ma manière d’écrire, une façon de se mettre au-dessus de la mêlée, je rejette ça. Si on se penche réellement sur mes chansons, elles sont simples et accessibles. Certes, ma musique n’est pas toujours très lisse. L’écriture harmonique est comme je peux faire, c’est-à-dire qu’elle est rarement préméditée. J’écris le texte et la musique ensemble, l’un se conformant à l’autre.

10401476_1007479269277893_2408627080461932963_n.jpg

Bastien Lallemant par Charles Berberian.

Vous n’avez pas répondu à ma question précédente.

Oui, j’aimerais bien avoir une audience plus large, parce que je trouve dommage que mes chansons passent à l’as.

Pour vous, la scène se situe dans des endroits pas forcément faits pour cela.Bastien_lallemant.jpg

J’ai fait un travail qui consistait à aller jouer dans des endroits différents des lieux de diffusions de musique.

Par exemple ?

Des médiathèques, des appartements… le public y est beaucoup plus multigénérationnel. J’ai la surprise de découvrir que ça plait à énormément de personnes différentes, d’âges différents. C’est gens me disent qu’ils trouvent qu’il y a une grande application des textes et que ça fait du bien. Ça me fait plaisir d’entendre ça, parce que, mine de rien je travaille beaucoup et les encouragements sont un moteur pour continuer.

Vous êtes un vrai artisan.

En tout cas, je ne suis pas du tout dans une dynamique de production industrielle de mes chansons. Je ne sais pas faire autrement que de prendre mon temps et être méticuleux. Je suis comme un fromager qui fait de petits chèvres artisanaux à qui on demanderait de produire de La Vache Qui Rit. Je ne saurais pas faire, je n’aurais pas les moyens, les outils.

Si j’affirme que vous êtes un chanteur discret et érudit. Êtes-vous d’accord ?

Discret oui. Erudit, je ne crois pas. C’est un mot trop fort. Peut-être cultivé… autant que possible en tout cas.

DSC00009.JPG

Pendant l'interview...

10268412_879986918693796_8177484750054115938_n.jpgParlez-moi des siestes acoustiques qui ont lieu tous les mois à Paris.

J’ai initié ce concept et je m’en occupe personnellement. Il y en a un peu partout en France et quelques fois à l’étranger. On invite les plus proches amis et nous faisons de la musique dans une grande proximité, sans l’enjeu de la scène et l’enjeu du show. On demande aux gens qui sont censés dormir de ne pas applaudir. Le public n’est pas investi dans un rôle de public.

Concrètement, cela se passe comment ?

On se réunit à plusieurs chanteurs et chanteuses, des musiciens, quelque fois des auteurs et nous décidons d’offrir pendant une heure à un public allongé dans la pénombre, le plus confortablement possible, un set ininterrompu où l’on croise le répertoire des uns et des autres. Je peux devenir le bassiste de JP Nataf ou Albin de la Simone, l’accompagnateur de Vanessa Paradis. Moi, je suis devenu le guitariste de Camélia Jordana pour 10441925_893772893981865_2521117973911060316_n.jpgtrois chansons et j’ai trouvé cela très agréable.

Il y a des gens qui dorment réellement ?

Oui, bien sûr. Il nous arrive d’entendre des gens ronfler. Parfois nous jouons donc avec les ronflements. Les artistes que j’apprécie, j’adorerais les entendre dans ce contexte. Écouter des artistes que l’on aime bien à deux ou trois mètres de soi, isolé du monde, c’est une belle expérience. C’est un laboratoire des voix. On ne les entend pas aussi bien que dans ce contexte.

Qui vous inspire dans la chanson française ?

Brassens, Nougaro, Vian et Gainsbourg. J’aime cette chanson bien troussée. Ce sont des maitres. J’aime quand les chansons ont des formes et des accompagnements différents… et qu’elles soient mouvantes dans le but d’être émouvantes.

DSC00012.JPG

Après l'interview, le 9 mars 2015.

Les commentaires sont fermés.